Jump to content

bibonsake

Membres
  • Content Count

    64
  • Joined

  • Last visited

1 Follower

About bibonsake

  • Rank
    Avancé

Profile Information

  • Gender
    Homme
  • Statut
    visa temporaire
  • Date d'arrivée
    05-09-2016
  • Profession
    Professionnel de santé
  • Préoccupation
    https://objectifquebec.wordpress.com/
  • Pays d'origine
    France
  • Pays de résidence
    Canada
  • City
    Gatineau-Ottawa

Contact Methods

  • Website URL
    https://objectifquebec.wordpress.com/

Recent Profile Visitors

1,074 profile views
  1. Je pourrai renommer le titre du post par "à tous ceux qui font parti des 18000 dossiers évincés par la loi 9"
  2. Voilà plus d'un an que nous n'avons pas donné de nouvelles. Nous avons délaissé un petit peu IC, il est vrai, mais les papiers sont dans les tuyaux et lire l'évolution des autres dossiers sans rien pouvoir faire pour faire avancer le sien est difficile à vivre... nous avons l'impression d'étirer le temps encore plus en remuant le couteau dans la plaie. Nous sommes donc en attente depuis 15 mois de nouvelles pour la RP. Le site annonce actuellement 19 mois de délai. Attendre, notre crédo, notre vertu à tous ici. Aujourd'hui j'entame mon troisième Hiver, le deuxième pour la Patronne. Le troisième est d'après les dires un des plus difficiles. La neige, le froid, les sport d'hiver. La vie dans le froid est devenue une routine. Vivre avec l'Hiver et non le subir est la clef pour bien vivre les six mois de neige à notre avis. Les Enfants vivent pleinement leur Vie québécoise, invitations multiples chez les copines-copains, activités parascolaires, etc Nous avons intégré en plus dans leur routine la lecture de livres d'Histoire française, pour qu ils sachent d'où ils viennent. Le marché du travail est dynamique, démission, dossier pour reprise des études, embauche en quelques jours, le réseau reste la clef ! Discuter, appeler, manger avec les personnes qui nous entourent au quotidien professionnel nous permet d'être au courant des postes qui vont se libérer et avoir des recommandations orales lors des candidatures (notre branche reste un microstructure et tout le monde se connaît) L'immigration un vrai défi de Vie. Mais surtout une réelle métamorphose. 18 à 24 mois sont nécessaires pour sortir de la chrysalide. Cette étape est atteinte en mon sens au moment où nous arrêtons de constamment comparer l'ancienne vie avec la nouvelle. L'immigration n'est pas un concours de Vies. Les deux ont des avantages et des inconvénients. Oui les relations entre "Amis" sont différentes, oui le système de santé n'est pas le même, oui la nourriture est différente, oui le fonctionnement des entreprises n'est pas la même. On s'intègre et on s'adapte. On ne demande pas à un enfant de comparer ses parents, il les aime tous les deux et pourtant ils sont si différents ! Certains ne sont pas capables de se transformer, mais cela ne doit pas être vu comme un échec à mon avis, tout le monde n'arrive pas à travailler avec des horaires de nuit. Notre seule incertitude est causée par notre statut temporaire. Où allons nous nous installer ? Acheterons nous ? Reprise des études possible ? Hâte d'être détaché d'un permis de travail fermé pour pouvoir prendre pleinement nos décisions de vie !
  3. Merci PACAtoQC, j'ai tellement arpenté les méandres de IC que c'est la moindre des choses de faire un retour de temps en temps !
  4. Et belle année 2018 ! Le temps des fêtes restent un moment particulier dans le coeur des immigrés. Sur les difficultés de l'immigration, nous avions lu des tonnes et des tonnes des témoignages. La famille éloignée, le mal du pays, l'absence totale des repères, de nombreux données restent hors de contrôle. Nous réagissons tous différemment face à ces difficultés, tant que nous n'y sommes pas confrontés, impossible de savoir comment nous encaisserons les choses. Nous débuterons l'automne avec un mélange de bonnes et de mauvaises nouvelles. Sentiments mêlés de joie et d'amertume. Les enfants seront vite entrés dans la vie et le rythme québécois. La neige comble leurs attentes et reste en haut du podium de ce qu'ils préfèrent dans leur nouvelle vie. Ils auront pris leurs marques facilement Notre nouvelle vie à cinq demande quelques réajustements au niveau organisationnels, les lunchs, les nombreux devoirs en trois langues et le temps de trajet maison/école/boulot chamboulent un peu nos habitudes bien rodées de notre ancienne vie. Le temps défile et ne fait pas de pause, nous ne voyons pas passer les 5 mois d'adaptation. La maison et tous nos biens outre-atlantiques sont vendus, nous ne gardons de la France que nos souvenirs et nos belles rencontres. Ça c'est un poids en moins sur les épaules. Les relations simples et bienveillantes de notre entourage nous font aimer cette nouvelle vie. La famille qui vieillit et la maladie sont des choses qui restent vagues tant que nous ne sommes pas en face à face. Pas longtemps après mon retour en juin, nous apprendrons que mon père est malade, une saloperie de maladie. De longues semaines pour poser le diagnostic, établir le traitement et évaluer les résultats. Finalement le corps médical se dit confiant et réussit à stabiliser la maladie mais il est difficile de gérer cela à distance, d'autant plus que nous ressentons que mes parents ne veulent pas ternir notre nouvelle vie. Un coup dur pour tous. Nous entamerons un voyage marathon pour les fêtes de fin d'année afin de les passer avec nos familles, les enfants profiteront de leurs grands-parents, une parenthèse dans cette vie qui défile à une vitesse de folie. Ce voyage réchauffe le coeur et met du baume au coeur, mais le retour et les aux-revoirs restent toujours difficile à gérer. C'est la vie, des décisions ont été prises et sont à assumer. Show must go on ! Nous vivons actuellement une période de transition. Peut-être que ce temps durera quelques mois, peut-être encore quelques années. Beaucoup de choses ne sont pas fixées et notre statut temporaire nous oblige à rester dans une position indélicate. Le cul entre deux chaises. Ni français, ni québécois. Plus aucune attache réelle d'un bord ou de l'autre de l'océan. Un sentiment de liberté totale et d'angoisse face à tant de choix possibles à faire. Madame reste inconfortable de ne plus avoir de repères fixes et de naviguer à vue, sans projection dans les prochaines années. Resterons-nous à Gatineau ? Quand aurons-nous notre RP ? Autant de questions que de possibilités de choix de vie. Nous sommes libres et nous sommes condamnés à vivre avec cette liberté encore pour un certain temps. Dans ces moments de transition, il est agréable de partager nos ressentiments avec des compatriotes. Sans faire le maudit français, il est important de comprendre que même si nous nous sommes très bien intégrés avec les québécois, certains doutes ne peuvent-être partager qu'avec des personnes qui vivent la même chose. Un petit peu comme les alcooliques anonymes, cependant il est important de ne pas faire de rempli sur soi-même et de ne tolérer que ses semblables. Stop aux ghettos et aux sectarismes. Nous débuterons donc 2018 avec beaucoup d'interrogations et d'excitation. Une belle année 2018, riche en rebondissements et en bonnes surprises, espérons-le.
  5. PNP c'est l'acronyme en anglais de CCP et QSW c'est pour le TQQ si vous allez au Quebec avec le CSQ tu fais la colonne TQQ ou QSW (c'est la meme chose)
  6. Pareil, nous sommes parti du principe que si nous avions habité plus de 6 mois dans un autre pays européen nous aurions été obligé de donner un casier judiciaire, donc nous les avons tous noté.
  7. La première question ; ça concerne les poste de fonctionnaire que tu as occupé, si tu as travaillé dans la fonction publique. la deuxième question : bon courage... les confirmations de vols par mail, les photos de vacances, remplis au plus juste ! oublie pas de faire une copie de ce fichier PDF ou fais une page explicative si tu as beaucoup de voyage.
  8. Oui pour pouvoir demander le CSQ avec le PEQ il faut un an de feuille de salaire, ensuite le délai est de trois semaines pour l'édition du CSQ (en dehors des délais postaux) C'est vrai qu'en étant sur place, c'est plus confortable car projeter sa vie sur l'obtention d'une hypothétique RP est difficile pour le moral ! bonne chance à vous tous
  9. Bonjour à vous, je me joins au groupe : nous avons envoyé notre dossier fédéral lundi dernier. Notre parcours est le suivant : - arrivée au Québec en septembre 2016 avec un permis de travail Expérience International Canada, jeune professionnel, - obtention CSQ via le Programme Expérience Québécoise en octobre 2017 - envoi du fédéral fin octobre. Nous vivons au Québec actuellement en famille avec nos permis de travail temporaire. Pour Isac : perso j'ai rempli les noms français.
  10. Les affaires sont arrivées au bout de 6 semaines après avoir fait un petit tour en Belgique et en Allemagne avant de revenir en France pour partir 10 jours après qu'on nous ait ravancé notre jour de déménagement en catastrophe... mouais. Le jour du dédouanement rebelotte, on nous donne une date à laquelle il faut impérativement être à Montréal pour dédouaner le container, sinon risque d'encore plus de retard et bien sûr frais de stockage en plus, pour nous dire la veille (moins de 24h avant) que finalement il faudra être le lundi à Montréal (impérativement car sinon retard etc etc). Ok, là nous frisons le ridicule et le comique, donc en gros il faut expliquer au patron que le jour qu'on a demandé la semaine dernière doit être changer la veille pour être décalé le lundi... pratique si le but est de tester le degrés de tolérance du boss ... Le responsable de DDI est venu ouvrir avec nous le container dédié afin de constater qu'effectivement, ils avaient gonflés le volume de 20%. Admis à demi mot, notre dossier est depuis 2 mois "remonté à la direction", depuis le néant ! Lors du déballage des meubles, l'équipe de sous-traitant ne voulait pas remonter nos meubles (alors qu'il était bien écrit noir sur blanc démontage/remontage des meubles sauf meuble type Ikea). Apparement les meubles Gautier sont reconnus pour être du très bas de gamme... nous avons été obligés de remonter le lit de nos enfants nous même pour arrêter de faire du camping. Les sous-traitant ont daigné revenir 2 jours après pour finir de monter les autres meubles. Sinon, note positive : aucune casse ! Ouf ! Bien entendu la responsable a conservé son amabilité qui ferait pâlir une porte de prison. Nous attendons encore et toujours de leurs nouvelles (ils espèrent peut être que le temps nous fera oublier les milliers de dollars payés en plus)
  11. oui cela reste une loterie avec beaucoup de déçus et peu de satisfaits, les tests de français et d'anglais nous les avions passés avec Madame, et ils sont aujourd'hui périmés... heureusement pour nous, dans notre plan B (CSQ via le PEQ) pas besoin de test de langue si les diplomes ont été obtenus dans un pays francophone accroche toi, tente ta chance et ne regrette rien ! tu pourras voir sur notre blog (lien dans ma description) que nous sommes passés par des phases vraiment difficiles mais en ne lâchant rien, nous avons fini par atteindre notre objectif !
  12. Les formulaires étaient remplis bien à l'avance, le problème a été les 120 000 personnes qui ont cliquées en même temps pour 5 000 dossiers disponibles ! une loterie digne de loto-québec !
  13. Enfin réunis ! Depuis deux mois, nous sommes arrivés au bout de notre projet de vivre de l'autre côté de la "flaque". Tout ne fut pas facile, rien ne fut acquis. Les feuilles de notre vie en France sont en train de changer de couleurs et ne tarderont pas à tomber de l'arbre. Je ne cache pas que boucler sa vie fiscale, sa vie professionnelle (libérale), sa vie personnelle, reste le défi d'une vie ! Nous entrevoyons le bout du tunnel et le chemin qui reste à parcourir se réduit au fil des jours. Nos boulots ont demandé beaucoup d'efforts pour clôturer nos départs officiels. Les associés sont des amis quand tout va bien mais lorsqu'une séparation s'annonce, la cupidité et la mesquinerie prend le dessus. Déçus des attitudes de ces personnes qui promettaient de respecter les projets de vies des uns des autres, qui ont une vie enviable pour une grande majorité de la population et qui , mais comme on dit, en veulent toujours plus. Nous ferons donc d'énormes sacrifices financiers, tant pis de toute façon nous n'emporterons rien dans notre tombe, certaines choses dans la vie vaut bien plus cher que ça. Cela nous aura permis de faire le ménage dans nos "amis" Facebook. Notre ancienne vie fiscale est sur le point également de se finir, les méandres de l'administration française resteront très obscures à nos pauvres yeux de mortel et dépendront énormément de la personne qui appuiera sur le bouton, mais normalement nous sommes partis dans les règles de l'art. La maison n'a pas été vendue. Les visites redébutent depuis la fin de l'été, nous gardons les doigts croisés pour que cela aboutisse enfin. D'être loin de la maison en vente est plus facile à vivre pour la Patronne : nous passons du stade concret de la maison au stade souvenir. Le déménagement en lui même fut éprouvant. Non pas pour les cartons, le tri, la vente aux particuliers de nos affaires. Mais plus pour avoir fait affaire avec Direct Déménagement International. Changement de dates inopinées (facile de décaler une journée de travail à 18 patients 4 jours avant alors que tout était organisé depuis 2 mois), devis gonflé de 20% (mauvaise foi évidente de leur part, ils sont venus constater à l'ouverture du container qu'effectivement nous ne remplissions pas les 50m cubes payés rubis sur ongle), non respect des clauses du contrat sur les tâches définies sur le contrat (nous avons du supplier pour le remontage des meubles alors que cela était écrit noir sur blanc) et bien sûr communication inexistante (pas de réponse à nos appels, courriels, relances, sauf quand il faut solder la totalité du devis au départ du container de France, là pas de souci ils répondent dans les 20 minutes). À refaire nous ne passerions pas par eux. Avis aux intéressés. Notre dossier est en cours d'analyse dans leur direction... depuis un mois et demi, et toujours pas réponses à notre demande de surfacturation évidente et reconnue par le responsable. Peut être que nous modérerons nos propos avec une "belle" réponse de leur part. To be continue. Trêve de mauvaises ondes, ici notre vie a repris son cours. Ensemble. Enfin. Les enfants ont repris cette semaine le chemin de l’école. Finies les vacances. La vraie vie reprend pour eux, avec il est vrai un gros chamboulement dans leur train-train. Pour différentes raisons qui nous appartiennent, ils sont placés dans une école trilingue. Français, Anglais et Espagnol. À ces âges se sont de vrais éponges. Nous verrons cela d’ici quelques mois et surveillerons de près leur bien-être scolaire. La Patronne a également repris le chemin du travail avec le début de son stage. Nouveau fonctionnement, nouvel environnement, nouvelles personnes, même métier. Des dents restent des dents, donc pas souci pour les actes. Le temps de prendre ses marques, normalement tout se mettra en place rapidement d’ici les prochaines semaines. Nous ne sommes pas inquiets. Notre maison de location est un véritable chalet de vacances. Bord d’eau au milieu de la forêt. Le vrai cliché de ce que nous imaginons du Canada en tant qu’européen. Cette maison, nous ne l’aurions jamais eu par internet ou à distance. Le réseautage, les relations faites ici durant cette hiver, nous ont permis d’être au bon endroit, au bon moment. Pas de secrets, au Québec le vrai maillage qui fonctionne c’est le réseau direct. Pour le travail, le logement, les achats d’occasion, rien de mieux que le bouche à oreille. Il faut être conscient qu’il existe désormais un décalage entre ma femme et moi sur notre projet d’immigration. Presque un an de plus à vivre ici n’est pas anodin, surtout dans les premiers mois : les choses qui me déroutaient l’année dernière sont devenues routinières aujourd’hui, mais pas pour la Patronne. La perte des repères dans les supermarchés, les signalisations sur les routes, les relations au travail avec les collègues et les patients. Tout est chamboulé. Cela parait anodin, mais tout reste important. 35 ans à vivre dans un pays donne des habitudes difficiles à gommer. Laissons nous du temps, profitons des instants et des gens qui nous entourent. Ce décalage entre Madame et moi vont s’atténuer, le but étant de se soutenir dans les baisses de régime. A voir comment se passera le prochain hiver. En attendant, nous vivons intensément chaque moment en visitant, invitant, découvrant ce nouveau Monde en famille. Les Enfants ont hâtes de voir la neige. « Elle arrivera bien vite, ne vous en faites pas ». Profitons, aimons notre vie.
×
×
  • Create New...

Important Information

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, de réaliser des statistiques de visites et de vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. Terms of Use Privacy Policy Guidelines