Jump to content

zylootino

Membres
  • Content Count

    82
  • Joined

  • Last visited

7 Followers

About zylootino

  • Rank
    Avancé

Profile Information

  • Gender
    Homme
  • Statut
    installé depuis + 1 an
  • Date d'arrivée
    06-04-2011
  • Profession
    Développeur Applications Mobiles
  • Pays d'origine
    Belgique
  • Pays de résidence
    Canada
  1. J'ai atterri à Montréal il y a exactement 1 an et comme beaucoup j'ai envie de partager un premier bilan. La plupart des bilans sont matériels, pratiques ou comparatifs (Québec vs. pays d'origine). Pour moi le bilan est plus personnel car cette expérience m'a profondément transformé. Avec l'immigration je me suis offert la liberté de repenser ma vie et il se fait que ça débouche sur de belles opportunités. C'est ce voyage intérieur que je voudrais partager. La première chose que j'ai ressenti en arrivant, c'est la tranquilité, une sorte de baisse de rythme, l'aiguille descend sur le manomètre, les gens parlent calmement, marchent tranquilement, personne ne crie, peu courrent (à part les Français sur le Plateau:). La deuxième chose que j'ai ressentie c'est que personne ne t'attend. Ni comme ami, ni comme employé. Mais personne ne te rejette non plus. Aujourd'hui je reformulerai plutôt comme ça: on ne te demande rien, et tu peux faire ce que tu veux. (pas mal, non?) La troisième chose que j'ai comprise, c'est que mon "beau CV" reposait tellement sur la connaissance d'un milieu et d'un contexte culturel en Europe que je ne pourrai rien en faire ici. Trois semaines après mon arrivée je me suis donc réinscrit à l'université, dans un domaine pas tout à fait nouveau pour moi mais dans lequel je n'avais jamais étudié. Ca entretient le cerveau (estime de soi), je rencontre des gens (réseautage), je pratique mon Anglais (université anglo), et j'ai des économies alors je stresse pas trop. L'été passe, je cherchotte quand meme du boulot, je pense me frotter à ce que certains appellent la préférence québécoise, j'ai l'impression de me faire avoir comme un touriste dans un souk à chacun de mes achats, bref, ca va pas fort. J'ai d'ailleurs écrit ce post oû ca se ressent pas mal. Puis les choses se décantent et je commence à comprendre. Début septembre, j'étudie toujours mais cette fois il est vraiment temps de travailler. Je m'assieds devant mon "beau CV" à la recherche de quelques lignes qui évoquent une compétence, un savoir-faire ("qu'est-ce que je sais faire" au lieu de "qu'est-ce que j'ai déjà fait") et je me rappelle que pendant mon DEA j'ai donné beaucoup de cours mais aussi des formations professionnelles, et j'ai aimé ça. Je cherche "formateur" dans Jobboom, j'envoie trois candidatures et j'ai un job la semaine suivante. Merveilleuse expérience, je rencontre 15 nouvelles personnes par semaine, de tous ages, de tous les milieux, je commence à comprendre comment les québécois fonctionnent et j'aime ça. Et puis moins d'un an après avoir repris les études, j'ai changé de job et je fais exactement ce que je voulais faire en les commençant. Professions à ordres mises à part, les victimes de la préférence québécoises que j'ai rencontrées sont des personnes qui n'ont pas intégré que les québécois ne sont pas des européens. A côté de ça je prends le rythme local, je perds l'habitude de comparer avec l'Europe, de la confrontation d'idées, de l'argumentation excessive, face aux européens toujours dans cette dynamique je me demande à quoi ça sert, pourquoi gaspiller tant d'énergie pour un résultat forcément négatif:une conviction est le fruit d'une vie entière, on ne la change pas avec quelques bons arguments. Et finalement j'aime l'idée du consensus parce que c'est une manière de respecter les personnes qui ont d'autres opinions en s'abstenant des les juger. C'est parfois plus important que de prendre "la bonne"(en est on bien sur, d'ailleurs?) décision. Et surtout, ca chasse les énergies négatives et ça nous rend plus disponibles pour les choses qui comptent vraiment. Ce qui l'immigration m'a apporté, c'est l'opportunité de m'interroger sur ce que je voulais faire et qui je voulais être, et le Québec me permet de le réaliser petit à petit. Je vous souhaite à toutes et tous un bon voyage
  2. Je doute que tu puisses ouvrir un commerce avec un permis d'étudiant. Tu peux contacter revenu Québec pour avoir la réponse légale, mais aucun propriétaire n'acceptera de te louer un local sans de grosses garanties. Les Québécois sont TRÈS protectionnistes et aiment acheter des produits conçus au Québec. Si tu dois importer des biens d'Europe, entre le tx de change et les droits d'importations tu risque de ne pas être compétitive. Un local de 2000 pi2 dans la bonne partie de la rue st-denis coûte environ 4-5000 dol/mois avec les taxes. Sur le boulnst-Laurent, la ou il y a les autres vendeurs de meubles c'est environ la moitié.
  3. Je suis arrivé il y a presqu'un an à 36 ans, j'ai tout de suite compris que valoriser mon expérience (communication) et trouver un job équivalent allait être compliqué. Je me suis inscrit à l'université en informatique presque tout de suite au mois de mai, et j'ai trouvé un job de formateur en logiciels à temps partiel en septembre. Moins d'un an après je viens de décrocher un job de développeur d'applications mobiles. Ma femme qui avait 51 ans en arrivant, retour sur les bancs de l'udm tout en bossant dans des boutiques est en train d'ouvrir la sienne avec deux associées québecoises au mile-end. Donc malgré nos grands ages ca va plutôt bien, on travaille, on étudie, on s'est fait des amis et on est très heureux. En moins d'un an, je suis content du bilan. Pourtant on est passé par des périodes difficiles. Passée l'euphorie des deux premiers mois, on s'est frotté à la préférence nationale des québécois qui fait que le premier emploi peut être difficile à décrocher si tu n'as pas une compétence rare et demandée, et 4 mois après notre arrivée on a pensé à repartir (impensable aujourd'hui). En même temps ca a beaucoup de sens parce que les codes sociaux sont vraiment différents, notamment dans la négociation et la résolution des problèmes et conflits et quand je vois le mode de fonctionnement de ceux qui nous rendent visitent d'Europe je me rends compte qu'on est pas forcément armé pour s'intégrer dans un environnement de travail en arrivant. D'oû la demande d'une première expérience ici. Donc si tu es prêt à changer beaucoup de choses dans ta vie, à redémarrer plus bas que là oû tu es maintenant, et à donner 150% de ton énergie dans ton projet d'immigration, ca marchera comme ca marche pour la plupart des gens. Bonne chance!
  4. Tu n'as aucune chance de trouver un travail depuis la France en communication. Et même sur place ce sera difficile pour deux raisons: 1) Il faut un réseau 2) Les codes de communication sont très différents et tu ne saurais sans doute pas t'y prendre (je suis passé par la, on a beau parler la meme langue, on ne communique pas du tout pareil) Il est probable que tu doives te faires les dents sur un autre job le temps de montrer que tu connais les codes et la culture locale. Faire un CV québécois c'est déjà un sérieux apprentissage. Je pensais pouvoir le faire à distance aussi, ca n'a pas marché, et quand je suis arrivé j'ai compris pourquoi. Mais ca vaut quand meme le coup, faut juste etre patient.
  5. Je pense que les formalités doivent venir de l'employeur qui fera la demande pour toi. Il devra prouver qu'il n'a pas trouvé de québécois satistaisant aux demandes (publication d'une annonce pendant 3 mois par ex.) Si ton employeur est vraiment motivé ca devrait marcher. http://www.cic.gc.ca/francais/travailler/demande-comment.asp
  6. Personnellement je suis là depuis 4 mois, et j'entends ce que Franck veut dire. Je ne connais pas les détails fiscaux, mais dans l'ensemble on est loin de l'idéalisme vendu par immigration Québec. je ne connais que Montréal, il y a des gens trés riches, mais ça m'a quand même l'air précaire dans l'ensemble. Les salaires sont bas et le cout de la vie élevé, et la concurrence sur le marché de l'emploi féroce. Personne n'a dit que c'était facile, mais entre les réunions du BIQ, la promo du ministére, les numeros spéciaux de l'Express, à force de dire que tout est possible on comprend que c'est facile. Je crois qu'effectivement c'est une province pauvre, assez mal gérée (le système de santé, j'hallucine), avec un niveau de corruption auquel on est plus habitués en Europe. Mais pour l'instant je m'y plais.
  7. J'ai suivi le réunion du BIQ il y a 3 ans et je suis arrivé il y a 4 mois. Je dois dire que je comprends Grizzli qui se marre en lisant ton enthousiasme, mais comme pour moi c'est plus récent je te comprends aussi. On pense tous avoir bien préparé notre immigration et qu'on a les clés pour réussir. Dis-toi bien que les gens qui émigrent ont tous une bonne formation, de l'expérience, et en général un peu d'argent. Mais dis-toi bien aussi qu'il en débarque 50000 par an et que presque tous restent à Montréal Moi, voilà comment je ressens les choses depuis que je suis ici. - Grosso modo, toute préparation est inutile. Les voyages exploratoires, les infos que j'ai glannées, tous les contacts que j'ai pris... tout ça ne sera à rien car il faut être ici pour comprendre comment ça marche, et que tant qu'on est pas établi ici, on existe pas pour les québecois. La prépar on la fait parce qu'on a envie de se plonger dans le Quebec, mais on recomence tout une fois arrivés - Les québecois n'ont pas besoin de nous. Ils ont besoin de maintenir leurs couts salariaux bas, c'est pour ça qu'ils viennent nous chercher.A moins que tu sois très spécialisée et expérimentée dans un domaine technique en pénurie, trouver un taf n'est VRAIMENT pas facile La concurrence est féroce, et les jeunes québécois et canadiens sont très bien formés, ils ont la gagne, et Il y a clairement une préférence québécoise des employeurs (c'est logique, ils connaissent l'environnement). Ce n'est pas vrai pour tout le monde (je connais un type qui a trouvé un job de technicien du son en 20minutes!), mais pour la majorité c'est plus difficile que ne le laissent entendre les services de l'immigration. En région, c'est surement autre chose. Mais Y a qd mëme bcp de gens qualifiés qui bossent dans les centres d'appel ici... Et quand j'appelle un centre d'appel (services clientèle), ce n'est JAMAIS un québecois au bout de la ligne... Pour etre précis, c'est facile de gagner jusqu'à 12$/h, mais au delà la lutte commence. Moi, j'ai 10 ans d'expérience en communication et en formation, un CV pas trop mal revu par un coach qui travaille depuis 20 ans ds le recrutement au Québec et en qui j'ai toute confiance. J'ai eu 1 entrevue, et c'était par réseau. Pour le reste, je n'ai eu aucun retour sur mes envois (et j'en ai envoyés bcp). Pour un bon job ici, il faut se faire un réseau et prendre du temps. Du coup j'ai repris des études universitaires en informatique. Comme ça j'apprends, je rencontre des gens, et les choses finiront par fonctionner. La formation est très bien pensée pour les adultes, meme à l'université. Ca, faut le dire, chapeau! Et la qualité de l'enseignement est au rendez-vous. - Quand au gens, je ne sais pas s'ils sont hypocrites comme le disait qqn plus haut, mais le choc culturel est certain. Il faut être prudent dans les premiers pas de ses relations. Le MICC offre une formation d'intégration aux nouveaux arrivants, il faut la faire, c'est EXTREMEMENT instructif. Moi,j'accroche plus avec les étrangers (certains ici depuis longtemps) et les anglos. Les qqs québécois avec lesquels j'accroche ont voyagé. Je veux pas généraliser, je ne suis là que depuis 4 mois. - Je trouve aussi que les gens ne sont pas très honnêtes dans les transactions de tous les jours. La qualité des produits est souvent mauvaise, les affichages sont trompeurs, les vendeurs aux marché te filent leurs fruits avariés (un moment d'inattention au marché Jean-Talon qui ne m'arrivera plus), les engagements non tenus... Il faut être prudent. Un peu l'impression de se faire avoir tout le temps. C'est la jungle, mais on finit par se défendre avec ses propres cartes: Par exemple, comme ils n'aiment pas les conflits (et que nous en europe on fait ça tres bien) on peut obtenir beaucoup de choses simplement en étant très insistant (il est tres peu probable que quelqu'un que vous emmerdez mette un terme à la conversation, il essaiera toujours de concilier parce qu'on est client ou il cèdera) Le pire c'est les propriétaires, la qualité des logements est hallucinante! Je trouve que le port d'armes devrait être autorisé pendant les visites d'appartements! Bref, c'est struggle for life et chacun pour soi. Si tu peux vivre ça, et que tu as de bonnes économies qui te permettront d'éviter les jobs de call center, tu seras bien ici. Moi, je suis bien malgré tout ça. C'est dur par moment mais je sais que ça finira par bien se passer. Et il y a une énergie ici qui n'existe plus en Europe. Et rien que pour ça j'ai envie de rester
  8. Moi je changerais l'argent dans un bureau de change ici (magasine pour trouver le meilleur, il y en a un tres intéressant dans le passage victoria) et tu prends la cash avec toi. En dessosu de 10000euros tu ne dois rien déclarer. Les banques vont te plumer sur le change
  9. demande des modulo 8 à la commune (2 copies) pour te déclarer au consulat canadien si tu veux voter en Belgique ( on se demande bien pq...) Prends le be-que-104 à la mutuelle (TRES IMPORTANT) pour bénéficier d'une couverture santé immédiate ( sinon attente de 3 mois) Si tu laisses de l'argent en banque en belgique, signe une convention fax pour pouvoir ordonner des transferts (l'iban n'est pas une science exacte ici)
  10. L'ai retrouvé l'adresse: 9399 boul. saint-laurent. En fait c'est un peu au nord de Chabanel. M'étais trompé... La photo de l'endroit: street view Qqn m'a demandé si on pouvait prendre des médicaments prescrits. Je n'en sais rien. J'avais qqs medocs usuels avec moi, je ne les ai pas déclarés, on m' a rien demandé. si vous pensez que vos medocs peuvent être assimilés à des stupéfiants, prenez une copie de votre prescription. Vous pouvez toujours contacter l'agence des douanes: http://www.cbsa-asfc.gc.ca/menu-fra.html. Si vous avez besoin de traitements spécifiques pour une maladie chronique ou psychiatrique, renseignez-vous bien histoire de ne pas vous retrouver à court ici les premiers mois Au risque d'insister, faites le tour de vos médecins avant de partir et n'écoutez pas ceux qui disent "bah, vous arrangerez ça là-bas Allez voir votre dentiste, mesdames, faites un bilan gynéco (des mois d'attentes pour un rv, même si vous êtes enceinte). Je ne veux paniquer personne, je pense qu'on est bien soignés quand on est vraiment très malade mais pour avoir accès à une medecine preventive faut être organisé et patient Les lettre de référence bancaires sont des documents standards que les banques font à leurs clients et qui attestent du bon comportement bancaire, de l'absence d'incident bancaire (chèques impayés, défauts de crédti,...) . Pour être honnête, je n'ai pas encore utilisé les miennes mais je suis sur que ça me sera utile un jour ou l'autre. Demandez également une lettre de référence à votre compagnie d'assurance (habitation: pas de sinistres et primes payèes correctement les 3 dernières années) et vous aurez un rabais sur votre assurance habitation (je l'ai appris hier en faisant ma demande pour mon nouvel appart) Si vous arrivez sans meubles, louez meublé pour commencer. Moi, j'ai loué un studio par internet pour le 1er mois, puis une sous-locatation sur craigslist pour deux mois jusqu'au 1er juillet o^on a pris possession de ntore appartement "long terme" Je pense que j'ai bien fait. Soignez votre réseau. Si vos amis montréalais vous disent qu'ils ont un bon proprio et qu'il a d'autres apparts, appelez-le. Ca marche comme ça. Je connais qqn qui connait qqn etc. Mon appart je l'ai trouvé par réseau. Mes contacts professionnels (pas encore vraiment décidé quoi faire, donc pas de boulot, mais je rencontre des gens), réseau! Un rendez-vous chez un médecin, réseau (vraiment). Les histoires de gens qui ont trouvé un boulot parce que le gars à la table voisine du resto a saisi une bribe de conversation, y en a plein. Donc dernier conseil, tous les gens de votre entourage (pays d'origine) qui vous dise "oh, j'ai un ami/cousin/... qui a immigré au canada". Prenez-les numéros et appelez en arrivant, sans timidité. Vous serez bien reçus, ça vous fera du bien de voir du monde, et vous tisserez les premières mailles de votre réseau. Et bien sur, n'hésitez pas à dire haut et fort que vous cherchez un boulot, un appart, des contacts,... vous ne serez jamais mal jugés pour ça: tout le monde a qqn qui a fait le même parcours dans sa famille. Bon vent
  11. Public Mobile pour 20-30$/m c'est les moins cher, mais oublie la 3G et ton téléphone. Ils ont un systeme sans carte sim et tu dois en racheter un (pas cher) Si tu veux la 3g et que ton téléphone fonctionne tu peux essayer de negocier un prix avec les autres operateurs (vu que tu ne veux pas qu'ils te "donnent" un appareil. Je sais pas si ça marche, mais comme tout se negocie ici tu peux essayer. Il n'y a pas d'operateur vraiment -cher (à part public mobile), chaque semaine il y aune nouvelle promo et un meilleur coup à faire. Sois à laffût Bon voyage
  12. Ces frais ne s'appliquent QUE si votre container est inspecté, ce qui est peu probable (1 sur 10 d'après mon transporteur). Les facteurs de risque sont: - la malchance (le douanier a envie de contrôler le container) ,varient en fonction du type d'inspection, et se partagent entre tous les occupant du container si vous le partagez - Le contenu déclaré: présentez les choses sobrement. Au lieu de Bibliothèque Louis XV ayant appartenu Jim Morrison, écrivez "meuble de rangement". Ne précisez pas les matières pour éviter les questions du genre "le bois est-il traité?" . N'indiquez pas la valeur des objets sur votre liste de douane (la liste que vous faites pour l'assurance m'est pas censée être transmise aux douanes). Bref, des conseils quwe vous donnera votre transporteur. - Votre attitude à l'immigration. Si on vous demande si vous avez des armes, drogues ou autres produits illicites dans votre container, dites "non" et ne faites pas de blagues idiotes Bonne chance
  13. Exact mystressa, c'est une question de culture et de connaissance. Pour l'adresse dz la libanaise j'ai perdu la facture et l'adresse n'apparaît pas ds mon relevé bancaire. Pour y aller, prenez le 55 vers le nord sur st-laurent et arrêtez-vs à Chabanel. Puis marchez vers le sud sur le trottoir ouest pendant qqs minutes et vous allez le trouver. C'est un entrepôt et l'entrée se fait par une grande porte de garage. Je ne sais pas si c'est plus interessant que walmart. Pour 107$ tx incl. J'ai acheté: - 1 couette queen coton+ duvet synthétique (belle qté de finitions) - housse de couettes et d'oreiller 100% coton - 4 draps queen 100% cotom - 6 serviettes en bambou bio Il y avait plein de choses pour la maison, en bus on est limité évidemment et je suppose que la marchandise change tt le tps mais ca vaut la peine d'y faire un tour qd vs vs installez.
  14. Bonjour à tous, Nous sommes arrivés à Montréal il y a 3 mois et je voulais donner un feedback à tous ceux qui préparent leur déménagement. Petites choses utiles auxquelles il faut penser... 1) La vie ici est vraiment super et ça valait vraiment le coup d'attendre! 2) Avant de partir- Faites le tour de tous vos médecins, dentistes et réglez vos petits problèmes de santé tant que vous pouvez. La médecine ici c'est galère, on ne choisit pas son médecin, on fait la file sans RV pour un généraliste, et il faut attendre parfois des mois pour un rv chez un spécialiste. Et un dentiste vous coutera bien plus cher qu'en france ou en belgique. - Demandez des lettres de références à vos banques. Ici l'historique bancaire fait presque partie de votre identité. Officiellement ça ne remplace pas un "historique de crédit" mais ça peut parfois solutionner qqs problèmes ou faciliter des négociations - Déménagement:Règle de base: (pratiquement) TOUT est plus cher, et absolument tout est plus cher lorsqu'on ne connait pas la ville. Donc réfléchissez bien avant de vous dire que vous le racheterez sur place pour diminuer vos frais de déménagement. Prenez des rallonges et des multiprises européennes que vous utiliserz pour brancher vos appareils à l'aide du convertisseur que vous acheterez ici (env. 100$ pour 800w) - Appart.Ca vous regarde, mais ne louez pas à long terme de votre pays d'origine. Trouvez-vous une sous-location (www.craigslist.com ou www.kijiji.com sont d'excellents sites). Personnellement je préfère craigslist qui est un site d'anglophones. Sinon googlez "studios à louer montreal" 3) Sur Place: - Formation du MICC En arrivant on va vous proposer de suivre la formation d'immigration québec. (38h). L'idée n'est pas très emballante a priori, mais foncez parce qu'a posteriori c'est passionnant, et avec un peu de chances vous allez faire de belles rencontres amicales.Si vous habitez dans le centre ou le plateau ou le nord, on vous proposera sans doute une formation au CITIM. Assurez-vous d'avoir Pierre-François Hébert comme formateur, c'est un gars passionnant qui va vous mettre sur les rails culturels et vous faire gagner beaucoup de temps. - Vos achats en arrivantRègle de base: en dehors du super marché, de la petite boutique de fringue, ou de ce qui coute moins de 200$, Les prix indiqués sont décoratifs. Vous allez pouvoir utiliser les talents que vous avez acquis lors de vos dernières vacances à Marrakech, et vous allez épargner des milliers de dollars. Les vendeurs sont à la com partout, et ils sont tous prêts à vous faire plaisir si vous le demandez gentiment, mais lourdement. Restez cordiaux, polis, agréables et souriants (c'est ce qu'on aime ici après tout), mais soyez hesitants, dites que vous devez réfléchir, que vous avez une offre du concurrent, que votre grand-mère est malade. Une fois que vous avez éeé trop loin, reculez un peu et concluez avec le sourire. Pensez-y surtout quand:- vous achetez des meubles ou un lit (entre -20% pour les matelas de grandes marques et jusquà -50% pour les autres)- vous négociez votre contrat de téléphonie/internet (vous aurez qqs dollars de reduc, un petit service offert, mais sur la durée d'un contrat ça fait une coquette somme) Quand vous entrez dans un magasin et dites naivement " Bonjour, nous venons tout juste d'arriver de ... et nous avons besoin de ...", votre interlocuteur comprend " Bonjour, je ne connais rien de vos pratiques, alors je vais me retourner pour que vous puissiez me... profondément".Ca n'enlève rien à la qualité des gens qui sont vraiment géniaux à vivre, les affaires sont les affaires, leur salaire dépend bcp de leurs commissions, ils sont sous pression et ils doivent gagner leur croute. Ca vous arrivera aussi C'est pour ça que je répète, soyez dur, mais restez sympa - Achetez sur craigslist et Kijiji (il ne se passe rien sur ebay). Personnellement je préfère craigslist (anglophone principalement), je trouve que les annonces y sont plus honnêtes.La règle de base s'applique. Négociez! - Manteau d'hiver Achetez-le en été auprès de qqn qui repart, vous allez sauvez au moins la moitié du prix. Ma femme vient de s'offrir une kanuk à 150$ (au lieu de 800) Literie, serviettes, linge de maison- Ikea n'est pas très intéressant ici. Assez cher. Si vous allez voir les prix sur le site, n'oubliez pas d'ajouter les taxes (14%) - Les prix sont généralement effrayants. En arrivant on s'est acheté une couette, 2 oreillers, un jeu de draps/housse chez Rona (sorte de BHV ou de Brico GB), on en a eu pour 437$. rien de spécial, qualité moyenne. Finalement on a trouvé une meilleure adresse magique: Boulevard Saint-Laurent quelques centaines de m avant la rue Chabanel (un petit bout en bus 55), un entrepot tenu par une libanaise ou vous allez acheter tout votre linge de maison (de qualité) pour deux fois rien. Là-bas vous allez gagner bcp d'argent 4) Recherche d'appartParisiens, vous allez enfin souffler.Bruxellois, vous allez sacrément souffrir! Soyez prêts à des surprises, ils sont prêts à vous louer des taudis en vous affirmant droit dans les yeux que "l'appartement est propre" et qu'il veut bien vous filer un galon de peinture. Les annonces sont incomplètes et mensongères, en particulier sur le nombre de chambres. Demandez bien si les chambres sont fermées et si elles ont des fenêtres. Je vous le dis, il y a franchement de quoi perdre son calme, et pour le coup n'hésitez pas à faire comprendre que vous n'aimez pas qu'on se paie votre tronche. Sinon, il y a bcp de panneaux "à louer" dans les rues et beaucoup d'apparts ne sont pas annoncés sur le web. Donc baladez-vous et prenez note. C'est la meilleure chose à faire. 5) Votre projet professionnel- Trouver du boulot n'est vraiment pas évident, et la vie est plus chère, donc si vous comptez prendre le temps de trouver le job de vos rêves, prévoyez suffisamment d'argent. Ne croyez surtout pas le site immigration quebec qui vous dit qu'on peut vivre 3 mois pour - de 3000$. En deux mois, à deux, on a dépensé près de 8000$ en vivant sans excès, au plateau/mile-end, un p'titresto pas cher de temps en tant et en achetant des bonnes choses à manger. La bouffe coute cher aussi. - Si vous rêvez d'apprendre un nouveau métier, de vous perrfectionner ou de retourner à l'école, ici c'est possible, les adultes étudient tout au long de leur carrière, et l'offre universitaire est très bien adaptée aux adultes. En plus vous avez accès aux prets et bourses 3 mois apres votre arrivée. visitez les sites des universités pour trouver un programme qui vous convient 6) La banqueChoisissez bien, c'est la jungle ici. Après une étude détaillée, je vous recommande une banque que je ne peux citer sous peine de censure. Je vous dirai simplement qu'elle est un héritage direct de la couronne et vous comprendrez immédiatement en arrivant.Deux raisons: d'abord c'est une vraie banque (pas une caisse d'épargne) qui vous offre six mois de gratuité pour que vous puissiez avoir le temps de vous retrouver dans leurs tarifs hallucinants (ça c'est pareil ds toutes les banques). Ensuite, le requérant principal peut avoir une carte de crédit et ici c'est capital car 1) vous ne payez pas vos opérations chez les commerçants (que vous payez avec les cartes de débit) et 2) vous construisez votre historique de crédit en utilisant votre carte et comme j'ai dit plus haut, ça fait partie de votre identité et il vous en faut un bon très vite.enfin sachez qu'ing direct a ouvert une succursale ici, et qu'ils porposent des comptes absolument gratuits (la moyenne est de 15-20$/mois!) Pour conclure, Ces lignes vous semblent peut-être négatives, mais ce n'est pas le cas. J'adore être ici, j'adore les gens, la ville, l'état d'esprit. C'est la meilleure décision que j'ai prise. Ces lignes reflètent des différences culturelles, les choses ne fonctionnent pas de la même manière ici qu'en Europe et s'y habituer coûte du temps et de l'argent. Bonne chance à toutes et tous
  15. Est-ce que quelqu'un sait ce que la "médecine privée" implique: est-ce que c'est une forme de tiers payant ou est-ce que rien n'est remboursé? Quel est le coût d'une consultation (hors actes)? Merci!
×
×
  • Create New...

Important Information

We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue. En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, de réaliser des statistiques de visites et de vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. Terms of Use Privacy Policy Guidelines