Jump to content

kzrystof

Habitués
  • Content Count

    223
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    1

kzrystof last won the day on August 22 2013

kzrystof had the most liked content!

About kzrystof

  • Rank
    Incontournable

Profile Information

  • Gender
    Homme
  • Statut
    Canadien(ne)
  • Pays d'origine
    Aucune importance
  • Pays de résidence
    Canada

Contact Methods

  • Website URL
    http://
  • ICQ
    0

Recent Profile Visitors

1,159 profile views
  1. Tellement d'accord! Quand on sait ce que signifie le racisme, on ne peut pas faire autre chose que de rire de la stupidité du sondage Je suis "un petit peu" raciste. LOL Soit tu divises les être humains selon différentes "race", soit tu considères qu'il n'existe qu'UNE seule race, c'est-a-dire la race humaine.
  2. C'est assez étrange de voir les gens comme étant 'plus' québécois que d'autres. À notre époque, nous sommes pas mal tous des mix. Et la culture peut s'appendre et être modifiée par les nouveaux arrivants.
  3. Et je trouve ça affligeant de voir autant de chiffres et statistiques pour savoir qui aurait fait le meilleur choix. Etre heureux n'est pas qu'une simple question de chiffres... Ceux qui sont revenus en France ont autant raison que ceux qui restent au Québec. Les bilans servent aux futurs immigrants uniquement pour comprendre les expériences des autres et avoir un premier aperçu de certains éléments de la vie au Québec. Ils ne servent pas à dicter les décisions des futurs immigrants, ou pire, celles des gens qui sont installés. Il n'y a pas qu'une seule manière de réagir pour un européen à la culture Nord-Américaine. Les gens qui repartent n'ont pas la "vérité" sur l'immigration au Québec. Et ceux qui restent non plus.
  4. *soupirs* Ce n'est tellement pas une question de certaines vérités... Tellement pas. Tu as raison de quitter le Québec si tu ne t'y sens pas bien et tes raisons sont valables. Tout est une question de point de vue. Oui, il y a souvent des travaux, surtout à Montréal: ça te dérange toi au point ou cela a été pris en compte pour quitter. Fine. Tu n'aimes pas l'accent québecois. Fine. Mais il y en a pour qui ça ne sera pas des raisons amenant à cette décision. Et ils ont aussi raison eux aussi de considérer que cela n'est pas dérangeant pour eux. Si tu veux parler de vérité (je n'aime pas ça), dis que tu n'aimes pas la vie au Québec. C'est une vérité. D'autres aiment vivre la vie ici. C'est aussi une vérité
  5. Tu as bien raison Il est difficile de se déraciner et ce n'est pas tout le monde qui a la personnalité idéale pour ça. Il y a déjà eu de nombreuses discussions sur ce sujet sur le forum et c'est un point que beaucoup semble ignorer: s'adapter à une nouvelle société est très difficile en étant loin de ses proches. La preuve (et ce n'est pas un reproche mais une constatation), Dindy n'a pas mentionner sa famille dans son bilan, mais seulement dans une de ces réponses. Etre loin de sa famille proche joue certainement un rôle bien plus important dans des bilans négatifs qu'on peut le penser. J'ai de la difficulté à imaginer qu'une personne soit en mesure d'apprendre de nouvelles références quand elle vit ce manque. Pourquoi? Parce que la famille est cette entité qui nous a donné nos premières références. Pour se donner le plus de chances d'être bien dans une société, il faut s'intégrer. Ça ne signifie pas oublier d'ou on vient, mais simplement de savoir comment les gens vivent et de découvrir les liens qu'ont les citoyens de cette société entre eux. S'intégrer dans une nouvelle société prend tellement d'énergie qu'on doit être en pleine possession de ses moyens. Particulièrement lorsqu'on immigre aussi loin parce que pendant tout le temps qu'un immigrant est éveillé, il est bombardé de ces nouvelles références qu'il doit comprendre par lui-même pour s'adapter et qu'elles deviennent 'normales' dans le but ultime de se sentir chez lui. Mais comment peut-on espérer bien vivre une immigration lorsque notre famille et / ou notre pays (= nos références) nous manquent trop? Comment est-ce possible? Et quelle peut être la conséquence de ça? Je crois que la conséquence est que tous les défauts et travers de la nouvelle société deviennent des éléments négatifs. Autrement dit, ces éléments deviennent des raisons de s'attacher encore plus à nos références d'origine. Parce qu'on ne se voilera pas la face: il y a pleins d'immigrants français qui réussissent à être heureux au Québec. Et ils s'en foutent de l'état des routes. Ils s'en foutent de devoir payer deux semaines de congé à l'éducatrice, surtout qu'elle en a juste deux, pas cinq. Tout le monde s'entend pour dire que l'état du système de santé est une plaie mais ce n'est pas une raison suffisante pour repartir en France. Pourquoi? Parce qu'ils sont chez eux au Québec maintenant. Il y a plein de belles choses à vivre ici, pour peu qu'on se sente bien intégré. Bien entendu, cela ne les empêche pas de chialer sur les nombreux dysfonctionnements de la société québécoise (comme partout ailleurs) mais ce n'est pas une raison suffisante pour forcer ces personnes à retourner en France parce qu'elles sont simplement chez elles ici. Pensez-y: passer au travers d'un important déménagement en France parce que les légumes seraient chers? Parce que le dentiste dit 'des hôpitales'? Attention: tout ce que je viens d'écrire n'est pas une règle pour 'bien' immigrer au Québec, ni une critique négative du bilan de Dindy. Loin de là. Ça veut juste tenter de montrer que: 1) le bilan négatif de Dindy est tout aussi justifiable et compréhensible et que les réactions négatives faites à son encontre. On voit les mêmes choses mais légèrement déformées à cause de nos situations différentes; Et 2), on n'est pas tous égaux devant le processus d'immigration et d'intégration. Bon courage Dindy pour ton retour en France. Je te souhaite sincèrement que cela se déroule avec le moins d'ennuis possible et surtout, que tu retrouves la France que tu as quittée.
  6. Penser que des citoyens (qu'ils soient tirés au sort ou qu'ils s'impliquent d'eux-mêmes) vont prendre de "meilleures" décisions est un peu naïf. Et c'est exagéré de penser que tous les dirigeants ne font les choses que pour eux. Nous avons tous des avis contradictoires sur comment la société doit être gérée. Ces avis sont à la fois basés en parti sur nos intérêts en tant que citoyens et sur notre vision d'un monde idéal. Certains pensent que l'état doit avoir beaucoup de responsabilités, d'autre non. Et parmi ces deux grands groupes, il y a beaucoup de sous-divisions qui sont parfois impossible à réconcilier. Les gens devraient prendre conscience de tout ça avant de vouloir changer le système.
  7. Il y a des aprioris sur les immigrants venant de France, de toute évidence, et j'irais même jusqu'à dire qu'elle n'est pas injustifiée (chacun d'entre nous à son avis là-dessus et je ne crois pas qu'il n'y ait qu'une seule vérité). Avoir conscience de cette réalité, plus ou moins floue, est importante pour pouvoir découvrir les cordes sensibles des citoyens à éviter (qu'ils soient natifs ou non). Mon intégration s'est passée en observant les gens et en apprenant leur langue et leur culture quotidienne, et en ne rappelant pas sans cesse mon statut d'immigrant. Intéresse-toi à cette société et les contacts vont s'établir. Act like you belong. Se renseigner sur cette société à distance est une première chose. Par contre, je reste persuadé qu'il faut vivre dans cette société pour se donner toutes les chances de réussir: c'est ta sensibilité et ton observation des codes de cette société qui va te permettre d'ajuster ton interaction avec les gens de manière naturelle, sans te passer pour quelqu'un d'autre, sans jouer de rôle ou de personnage. Et seulement à ce moment là, tu auras la réponse à ta question. Bonne chance!
  8. J'ai justement fait attention à ne pas faire de généralités - C'est un fait que le nombre minimum de semaines de congés pour un travail est de deux par année; effectivement, cela ne signifie pas que tous les travailleurs sont de même. Cela signifie qu'en tant qu'immigrant, je considère que c'est safe de se préparer à avoir ça lors d'une première job car c'est un minimum. Si j'étais dans un processus d'immigration, je ne me fierais pas sur ces 6 semaines de congés car ce n'est simplement pas courant. - En ce qui concerne le coût du voyage, j'ai expressément spécifié le coût pour un couple (2) sans enfants. Ce n'est pas une généralité. - J'aime aussi l'ambiance d'aéroport mais cela n'a aucune importance ici. Je soulignais toutes les étapes à franchir pour rejoindre des proches en urgence comparativement à l'utilisation de son propre char. Ce n'est pas une généralité: c'est ce qui se passe dans un aéroport. - Je n'ai pas parlé du logement car j'ai estimé que la plupart d'entre-nous avons effectivement un pied-à-terre en France chez nos parents ou frères-sœurs ou amis. En ce qui concerne le char, j'ai explicitement écrit Dans certaines situations. --- On s'entend que c'est certain que si vous avez la possibilité de vous retourner sur un deux cennes, de sortir le cash et de voyager presqu'à loisir, ces questions ne se posent pas. Si vous venez au Canada, gagnez 100,000$ ou plus par année et avez 5 semaines de congés ou plus, votre situation ne concerne pas la majorité des candidats. Mon précédent texte n'était pas à propos de moi ou de Cherrybee. Excepté la dernière phrase qui était effectivement mon opinion sur le sujet, tout le texte est destiné à la personne qui le lit en ce moment-même; il est destiné à cette personne qui a l'intention de quitter la France et de traverser les 5000 km d'océan pour rejoindre une autre contrée. Ce qui importe est la question qu'elle doit se poser à elle-même. Est-elle consciente de toutes les étapes à franchir et de tous les obstacles et difficultés potentiels qu'elle pourrait rencontrer pour se déplacer si elle devait rejoindre un proche parent ou amis en urgence? Pense-t-elle vraiment que c'est la même chose que de traverser la France sachant toutes les étapes à franchir? Ma réponse à cette question n'est pas importante. Je n'aurais pas émettre ma réponse à la fin du texte car ce n'est pas moi que cela impacte. Ni Cherrybee. Mais la personne qui va peut-être prendre la plus grosse décision de sa vie et qui va devoir découvrir si elle va assumer les conséquences de ce choix. Moi, j'ai manqué quatre funérailles de proches durant ces 12 dernières années donc je me pense être capable d'assumer ce choix. Le serez-vous le moment venu?
  9. Même après plus d'un an, je ne trouve rien à changer au message initial. Je ne dirai pas aux futurs immigrants que c'est une erreur de penser qu'immigrer au Québec c'est la même chose que de vivre dans le Sud de la France quand vos parents habitent en région parisienne. Cependant, prenons un exemple. Vous vivez à Montréal. Admettons que vous avez besoin d'aller voir vos parents qui n'habitent pas Paris. Si vous êtes en France, cela implique tout d'abord de réserver quelques jours de congés parmi les nombreux jours de congés à leur disposition (5 semaines si je me souviens bien, et à une époque, avec les RTT c'était bien plus). Ensuite, cela nécessite de prendre son char et faire 2000km aller-retour et payer l'essence. Si vous vivez au Québec, cela implique tout d'abord de réserver quelques jours de congés parmi la banque de 2 semaines annuel que la majorité des travailleurs ont. Si vous êtes prévoyant, vous n'aurez pas déjà consommé ces congés au moment ou vous allez avoir besoin de ces quelques jours. Ensuite, cela nécessite de réserver une place sur un vol (1500$ aller-retour dans les périodes creuses pour deux personnes) qui ne sera probablement pas disponible le jour-même. Cela implique de vous rendre à l'aéroport quelques heures avant le décollage pour le checkin, la sécurité, l'attente pour l'embarquement, l'embarquement, le voyage de 6/7h, le débarquement, le contrôle aux douanes, le voyage vers vos parents qui peut durer aussi plusieurs heures. Dans certaines situations, cela peut impliquer la location d'un véhicule pour la durée du voyage. En tant que futur immigrant, si vous pensez que traverser la France (qui est le cas extrême) est pareil que de traverser l'océan (qui est le cas normal), je vous souhaite de ne pas avoir à regretter un jour votre décision d'immigrer. Ayant eu l'occasion de traverser la France en voiture par le passé ainsi que l'océan depuis que j'ai changé de pays, je considère ces deux situations bien différentes parce que je les ai vécu.
  10. L'immigration a une part d'inconnu qu'il ne faut pas sous-estimer. L'inconnu concerne d'abord la société dans laquelle on atterri. Mais il concerne aussi les traits de caractère de notre personnalité qu'on peut découvrir face à cette situation, inédite pour la plupart d'entre nous.
  11. À cause du choix des mots et de l'intonation qui donnent une étrange impression de vouloir à tout prix que leurs enfants soient distincts des autres enfants québécois.
  12. Concernant la question de prendre ou de perdre un accent, je trouve choquant d'entendre des immigrants dire "je ne veux pas que mon enfant attrape l'accent québécois".
  13. 'Le' 'vrai' visage du Québec ? Comment peut-on dire avec certitude que le Québec a un seul visage ? Ça m'achale de savoir que des représentants québécois viennent promouvoir en France une image trop rose du Québec, surtout en sachant que de nombreux immigrants sont déjà capables de se planter par eux-mêmes en ne prenant pas certaines précautions. Et ça m'achale tout autant de voir de tels sujets présentant une expérience personnelle (même si elle est partagée par plusieurs...) comme une vérité absolue: "Le vrai visage"... Un titre plus vrai aurait été: un autre visage du Québec. Je sais que mon message ne changera rien...
  14. Ce n'est jamais très évident d'accepter le choix de vie de nos enfants... surtout à un âge avancé ou les années sont comptées. On a tous nos valeurs mais on n'a qu'une vie. Bonne chance dans vos projets
  15. Je suis content que mon message ait pu être prit en compte dans vos réflexions. Bon courage pour la suite !
×
×
  • Create New...

Important Information

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, de réaliser des statistiques de visites et de vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. Terms of Use Privacy Policy Guidelines