Jump to content

sanogoabbc

Membres
  • Content Count

    98
  • Joined

  • Last visited

About sanogoabbc

  • Rank
    Avancé

Profile Information

  • Gender
    Famille
  • Statut
    installé
  • Profession
    enseignant du secondaire
  • Pays d'origine
    Côte d'Ivoire
  • Pays de résidence
    CANADA

Recent Profile Visitors

The recent visitors block is disabled and is not being shown to other users.

  1. Chez les francophone, le besoin est dans toutes les matières. Mais un peu plus chez les enseignants de sciences pures.
  2. Dans mes deux précédentes publications, je vous rappelais nos TROIS PREMIERS MOIS et ensuite notre ‘’épopée’ de RECHERCHE D’EMPLOI à Montréal. Aujourd’hui je poursuis mon témoignage de notre immigration au Canada, deux ans après notre arrivée. Ma femme et moi sommes deux enseignants du secondaire venus de l’ Côte d’Ivoire et nous ambitionnons exercer dans notre domaine d’emploi au Canada : l’ENSEIGNEMENT. Avant notre départ de la Côte d’Ivoire, nous avons entamé notre procédure d’inscription à l’ordre des enseignants d’Ontario. Les informations en notre possession nous assuraient de perspectives meilleures dans cette province. Dans cette publication je mettrai l’accent sur notre transition vers la profession enseignante. 1) Demande et obtention des permis d’enseigner Avant de quitter la Côte d’Ivoire, nous avions fait la première étape de notre inscription à l’ordre des enseignants d’Ontario et avions réuni les documents qu’il nous fallait pour la demande de permis d’enseigner du Québec. Une fois au Canada et après la ‘’tempête’’ des surprises et difficultés des premiers mois, les premiers dollars que nous avons pu mettre de côté nous ont servi à finaliser nos procédures d’inscription à Ontario et à déposer notre demande du Québec. En Octobre 2017, j’obtiens mon certificat d’inscription à l’ordre des enseignants d’Ontario. A partir de ce moment je suis apte à aller enseigner en Ontario. Mais, ma femme attend un nouveau membre de la famille et l’accouchement est prévu pour décembre. Toutes nos dates sont repoussées dans l’attente de cet heureux évènement. En Janvier 2018, mon épouse et moi obtenons notre admissibilité pour le permis d’enseigner du Québec et nous sommes invités à faire un test de français pour pouvoir enseigner au Québec. Cela faisait un an que nous sommes au Canada et nous sentons que les choses bougent. 2) La transition Vu que mon épouse était enceinte et qu’elle et moi travaillions, nous savons que nous allons bénéficier de congés parentaux et ce serait le moment indiqué pour faire la transition dans notre emploi. Un mois avant l’accouchement, mon épouse bénéficie de son congé qui durera plusieurs mois après l’accouchement. Je profite pour faire un voyage exploratoire de quarante huit (48) heures à Ottawa et un autre de la même durée à Toronto. Début décembre, la famille s’agrandit avec un nouveau venu. Deux mois après l’accouchement, madame reprend peu à peu sa place dans les tâches domestiques. C’est en ce moment que je commence mes recherches d’emploie en enseignement en Ontario. Pour ne pas être confronté à la question d’expérience canadienne comme dans mes premières recherches d’emploi au Québec, je décide aussi de rechercher un poste de tuteur dans les centres éducatifs et je m’inscris sur les sites internet de tutorat pour travailler en autonomie. Je prends mon congé parental pendant le mois de mars. Je suis invité à deux entrevues à North Bay et à Toronto. J’étais à la fin de mon congé et dans l’attente des résultats de ces entrevues, je suis sollicité par plusieurs parents pour l’encadrement de leurs enfants à domicile. Un centre éducatif à Montréal me ressort la question d’expérience Québécoise en enseignement. Cette fois ci j’ai dû exprimer ma désapprobation face à cette question. ‘’Si personne ne me donne la chance, je me fais cette expérience où ?’’ Les circonstances aidant, ils m’ont donné ma chance. Un de leurs enseignants tuteurs venait de les abandonner et il fallait quelqu’un urgemment pour le remplacer. Finalement, ce centre éducatif m’appelle pour travailler deux jours par semaine. Après deux semaines d’emploi, le centre me propose de prendre d’autres groupes d’élèves durant toute la semaine. La responsable me confie que les parents sont satisfaits des résultats de leurs enfants et qu’elle constate que j’ai la compétence de ma profession. Début avril, j’obtiens un poste à Toronto et un autre poste à Ottawa. 3) Le nouveau départ Je choisis d’aller à Toronto parce que j’avais réussi mon entrevue et je devais faire de la suppléance en attendant qu’un poste permanent répondant à mon profil se présente. Je pourrai occuper ce poste sur simple demande et au vu de mes qualifications. A Ottawa, j’ai été retenu sans entrevue et je devais faire de la suppléance et ‘’competir’’ encore pour un poste permanent. 4) Enseignant à Toronto Le mercredi 04 avril à 6h00 du matin, je quitte Montréal pour Toronto. Après 6h de route et 527 km au volant, je suis à Toronto. Mon tuteur qui doit m’accueillir pour mes premiers jours est à Mississauga, une ville à l’Ouest du grand Toronto. Je suis surpris par la beauté de cette petite ville. Les routes sont larges et bien entretenues. La ville respire un calme et donne envie d’y vivre. Elle contraste avec Toronto, qui ressemble à une grande ville américaine très mouvementée. Les réserves de mes deux premières visites à Toronto s’estompent avec la découverte de Mississauga. J’arrive à 13h30, je me repose et j’active ma page et mon numéro de téléphone sur le site internet du conseil scolaire pour lequel je devais travailler. Il est 17h et je reçois ma première affectation de suppléance pour le lendemain à 8h dans une école. Et ça ne s’arrêtera plus, j’ai travaillé comme ça tous les jours pendant deux (2) semaines. Le 20 Avril, je suis affecté dans une école pour un remplacement long terme. C'est-à-dire que je vais remplacer un professeur qui partait pour un congé de plusieurs jours. Les anciens me disent qu’il s’agit d’un test grandeur nature en vue de me donner un post permanent. Je ne devais pas décevoir. Je dois enseigner les mathématiques, la physique et l’informatique. Je me donne à fonds. Je profite de toutes les ressources mis à ma disposition. Je n’hésite pas à questionner les collègues. Je suis conscient que je n’avais pas fait de formation d’enseignant en Ontario, et je devais agir avec prudence et m’informer beaucoup. 5) Des cours d’éducation Depuis le 09 avril, je prenais des cours de perfectionnement en ligne dans une université d’Ontario. Ces cours étaient une mine d’or pour moi. Je ne lisais pas les documents de cours pour seulement répondre aux activités des professeurs, mais, surtout pour répondre à mes propres questions. Je finis mon contrat long terme en début juin et je reprends la suppléance journalière. Les vacances scolaires sont prévues le 28 juin 2018. Les postes permanents en enseignement pour la prochaine rentrée scolaire sont affichés. Je postule pour un poste qui me convient et je l’obtiens. Mon épouse devient membre de l’ordre des enseignants d’Ontario dans le mois de mai 2018. 6) La préparation d’un déménagement Toute la famille est retournée passé les vacances 2018 en Côte d’Ivoire. Nous revenons au Canada en fin août 2018. Je retourne à Toronto où j’occupe mon nouveau poste de professeur de sciences dans un établissement secondaire francophone. Mon épouse reste avec les enfants à Montréal pour terminer son congé parental. En attendant le grand départ pour Toronto, mon épouse et moi prenons des cours d’éducation dans une université d’Ontario. En été prochain, la famille va déménager à Toronto. 7) Conclusion Depuis deux ans que nous sommes au Canada, nous sommes passés par beaucoup de sentiments et d’émotions. Nous avons eu des moments de réussite et de joie, mais aussi des moments de doute. Notre force réside dans notre capacité à rester focus sur notre objectif premier. J’espère que ce récit va aider plus d’une personne dans son projet. Bonne chance à tous.
  3. Oui, il faut les surveiller. Le petit, C'est Ariel Geffrey Kouakou? Je crois qu'il est d'origine ivoirienne... Envoyé de mon SM-A520W en utilisant application mobile Immigrer.com
  4. Je te donne ma réponse en inbox. ça dépend de chacun. Il y'a des montants demandés par l'immigration, mais plusieurs paramètres peuvent faire varier ces montants.
  5. Merci. Je le fais pour tout ceux qui suivent ce chemin. Nous avions souffert du manque de témoignages des africains dans notre préparation. Envoyé de mon itel it1516 Plus en utilisant application mobile Immigrer.com
  6. Merci. Ça nous fait chaud au cœur. Envoyé de mon itel it1516 Plus en utilisant application mobile Immigrer.com
  7. Merci, Merci et merci. Du courage, nous en avons besoin. Nous gardons une très grande lucidité dans ce projet. Nous sommes moins euphoriques. Comme je le dis dans mon texte; on s'attendait à pire que ça. Nous gardons tout notre confiance en l'avenir. Merci. Envoyé de mon itel it1516 Plus en utilisant application mobile Immigrer.com
  8. 1) Pour une famille de 4 personnes comme vous dites un 4 1/2 est bon. Les loyers varient 700$ et 850$ dans les quartiers modestes. 2) A-Boucherville est bon avec beaucoup d'emploi. Mais excentré pour quelqu'un qui veut aller aux études. B- Oui, il est facile de rallier Montréal. Mais je te conseillerai Longueuil qui est entre Boucherville et Montréal.
  9. A l'entrée on te pose la question sur combien tu as envoyé c'est. Pour moi, on n'a exigé aucune preuve. J'avais reçu comme conseil de convertir le gros de mon argent en euro et un peu en dollars canadien. Compte tenu de la parité fixe entre le CFA et l'Euro le risque de perdre Dr l'argent est maîtrisé. Sinon, quand au dollars canadien il fluctue à tout moment. Envoyé de mon itel it1516 Plus en utilisant application mobile Immigrer.com
  10. Pour ta deuxième question, il est bon de la poser à un informaticien. Envoyé de mon itel it1516 Plus en utilisant application mobile Immigrer.com
  11. Oui, tu peux devancer la famille de quelques mois, si tu es le requérant principal. Le visa dure jusqu'à la date anniversaire de la visite médicale. L'erreur à ne pas commettre est de vouloir venir avoir l'argent ici pour le voyage du reste de la famille. Vous préparez le voyage comme du vous venez ensemble. Parce qu'au début rien n'est acquis. Envoyé de mon itel it1516 Plus en utilisant application mobile Immigrer.com
  12. Ce n'est pas exclus. Mais dans le cas d'un enseignant formé à l'étranger, c'est le permis d'enseigner qui indique les modules dans lesquels tu peux t'inscrire à l'Université. Aussi, comme je le dis. Si éventuellement, nous devons rester au Québec, je me reconverti et j'ai déjà ciblé la formation à faire. Merci pour ton soutien. Envoyé de mon itel it1516 Plus en utilisant application mobile Immigrer.com
  13. Envoyé de mon itel it1516 Plus en utilisant application mobile Immigrer.com
  14. Par exemple, au pays mon fils de 5 ans faisait le tour de tout le quartier avec son vélo sans surveillance. Lui et son petit frère pouvaient aller chez des amis quand ils voulaient sans accompagnement. Ils étaient connus sur au moins 1km à la ronde. Ici, c'est habitudes que nous trouvions naturelles et simples disparaissent à votre arrivée. Il faut toujours les accompagner. Ils ne peuvent faire du vélo qu'au parc sous ta surveillance. Je rappelle que c'est une phase de vie à prendre en compte pour un nouveau arrivant d'Afrique.
×
×
  • Create New...

Important Information

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, de réaliser des statistiques de visites et de vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. Terms of Use Privacy Policy Guidelines