Jump to content

Search the Community

Showing results for tags 'expat'.



More search options

  • Search By Tags

    Type tags separated by commas.
  • Search By Author

Content Type


Forums

  • Démarches et vie pratique
    • Québec
    • Canada
    • Bilans et tranches de vie
    • Médecins, infirmières et pharmaciens
    • PVT
    • Retour dans son pays
    • Voyager, Visiter, Tourisme et prospection au Québec et au Canada
    • Lounge
    • Études et stages
    • Salle d'attente - échanges de dates
    • Parrainages et Mariages
    • USA : Tourisme et immigration - Vie aux États-Unis
  • Emploi (Ressources, outils, bons plans)
    • Offres d'emploi
    • Chiffres et études sur le marché de l'emploi
    • Routier au Canada (camionneur)
    • Votre profession
    • Ordres professionnels (Bons plans)
    • Techniques de recherche d'emploi
    • Votre entreprise (avis et postes disponibles)
    • Reconversion ou formation continue
  • Kiosques des spécialistes
    • TransferMate (virements internationaux)
    • Assurance PVT / Études / Stages
  • Sorties, loisirs et rencontres
    • Nouveaux, présentez-vous
    • Sorties
  • Affaires / Immobilier - Investissement
    • Acheter, vendre ou créer une entreprise ou un commerce
    • Immobilier résidentiel
  • Documents outils et ressources
    • Obtenir la citoyenneté
    • Formulaires
    • Taux de change et conversion des mesures
    • Calculateur des frais d'immigration et de subsistance
  • Petites annonces
    • Mobilier et matériel
    • Véhicules à vendre
    • Appartements et maisons à louer
    • Appartements et maisons à vendre
    • Immobilier commercial
    • Colocation
  • Aide et organisation du site
    • Boite à idées
    • Support technique
  • Lina's Lorsque limmigration canada vous demande le certificat de police pour votre mari en haiti est ce quil doit le deposer au canada ou a l'ambassade canada en haiti?
  • Exemple de courrier pour le MIDI / Fédéral's Documents

Blogs

There are no results to display.

There are no results to display.


Find results in...

Find results that contain...


Date Created

  • Start

    End


Last Updated

  • Start

    End


Filter by number of...

Joined

  • Start

    End


Group


Gender


Date d'arrivée


Année de naissance


Profession


Préoccupation


Pays d'origine


Pays de résidence


City


Skype


Facebook


Website URL


ICQ

Found 5 results

  1. Bonjour a tous, d’abord je voudrais remercier les membres de ce forum ainsi que les admin pour tout le travail fait ici. je commence le process de l’entree express EE pour travailleurs qualifiés et j’ai parcouru la listes de documents nécessaires, un des documents m’a interpellé : le casier judiciaire. en general ce document ne pose aucun problème et il ne m’aurait causé aucun probleme si je n’avait pas travaillé en expatriation car un casier et demander si on a résidé dans un pays plus de 6 mois. Je vais essayer de mettre en point mon parcours pour faciliter la lecture: -de Mars 2011 a juin 2012 j’avais un contrat dans le pétrolier pr travailler au gabon en permanent: je ne suis resté que 45 jours a port-gentil car probleme administratif - de juin 2012 a mai 2014 : work permit pour l afrique du sud , j’y ai résidé 2 années - de juin 2014 a debut janvier 2014: Gabon encore mais encore une fois je n’ai jamais eu de work permit mais un business visa que j’ai du prolonger une fois de memoire. - de fevrier 2015 a octobre ou novembre 2015: international rotator, donc logiquement non soumis a la regle de 6 mois de résidence dans un pays - de octobre/ novembre 2015 a Avril 2016: contrat permanent en indonesie mais je n’ai pas eu de work permit aussi ( business visa) la question que je me pose , dois je donner des casier judiciaire pour le gabon et l’indonesie en esperant que ca soit assez claire, car je tape sur mon tel
  2. La Belle Province et ses habitants sont fiers de leurs différences. Mais de quoi sont-elles faites exactement ? Les auteurs du Code Québec propose une approche originale et pleine d’enseignements de l’identité québécoise. Pour réussir au Québec, une seule voie : s’adapter aux besoins et aux attentes des Québécois. Ce qui est vrai pour les entreprises qui cherchent à s’implanter dans la Belle Province l’est aussi pour les candidats à l’immigration, avertit Jean-Marc Léger, coauteur avec Jacques Nantes et Pierre Duhamel du Code Québec. Les sept différences qui font de nous un peuple unique au monde*. L’ouvrage propose de décrypter l’identité québécoise à partir d’une série de sondages et d’études marketing. Il est loin d’être indifférent de savoir, par exemple, que 88 % des Québécois se disent heureux – un taux qui monte même à 90 % chez les francophones contre 77 % dans le reste du Canada – et que 80 % d’entre eux rient “beaucoup” dans une journée, qu’ils sont 73 % à penser que les décisions doivent être prises par consensus plutôt que des leaders, 73 % à s’estimer “très créatifs” et 72 % à aimer la nouveauté, que 62 % d’entre eux préfèrent disposer de plus de temps plutôt que de plus d’argent ou qu’il sont 54 % à se sentir mal à l’aise devant les signes religieux… Une identité tissée de paradoxes De quoi est faite la “différence québécoise” ? Par rapport aux Canadiens anglophones du reste du Canada, elle n’est pas seulement culturelle, souligne Jean-Marc Léger. “Nous vivons sur un immense territoire avec des conditions climatiques différentes, dans des villages plus petits, avec des écarts de générations plus grands, un niveau de vie inférieur, un marché moins grand, une structure commerciale plus atomisée, une population immigrante moins nombreuse, un système juridique et des lois particulières, et un environnement social et économique différent qui façonnent notre manière de vivre.” Les Québécois apparaissent tissés de paradoxes. Ils aiment discuter à l’infini mais évitent les vrais débats, ils se disent soucieux de l’environnement mais ils polluent beaucoup, ils ont un taux de décrochage scolaire élevé alors que Montréal est la plus grande ville universitaire du pays, plus croyants que les Canadiens anglophones ils sont pourtant moins pratiquants. Comment pourrait-il en être autrement alors qu’ils sont “issus de la culture française”, qu’ils vivent “dans une société anglaise” et qu’ils ont “un mode de vie américain” ? Le Québec, expliquent les auteurs, c’est la fusion originale des trois cultures. “Chaque Québécois est à sa façon un être hybride, façonné par ces trois identités de base. Ce qui change d’une personne à l’autre, c’est la proportion de chacun des éléments.” Concernant le rapport à la France, Jean-Marc Léger met d’emblée les points sur les i : un tiers seulement des Québécois francophones disent se sentir proches de la culture française. Le “code source” de la “québécitude” L’ouvrage met en évidence sept traits fondamentaux de l’identité québécoise, qui en constituent le “code source”, celui que chaque nouvel arrivant doit s’efforcer de “craquer“ pour se donner toutes les chances de faire son chemin au Québec : 1. Les Québécois sont des hédonistes. Ils privilégient les plaisirs de la vie, l’humour et la fête : 76 % considèrent qu’il est plus important d’“avoir du plaisir” que de “faire son devoir”. “La joie de vivre est la valeur numéro un, au cœur de la différence québécoise.” D’où le succès des chanteurs et des humoristes, l’engouement pour les festivals et les grands rassemblements festifs, la popularité de l’équipe de hockey des Canadiens de Montréal, “véritable phénomène de société”, ou encore l’importance accordée aux plaisirs de la table. 2. Ils recherchent obstinément le consensus. “Pas de chicane dans la cabane !” On ne parle pas religion ou politique à table et on fuit les opinions tranchées. Les Québécois se montrent aussi plus ouverts, tolérants et permissifs que les autres Canadiens. Progressistes en ce qui concerne les relations hommes-femmes, les droits des homosexuels et plus enclins à l’union libre qu’au mariage, ils sont aussi adeptes de la démocratie au sein de l’entreprise : les décisions à prendre font couramment l’objet de débats entre directions et salariés. https://www.courrierinternational.com/article/decryptage-7-cles-pour-comprendre-le-quebec-et-les-quebecois Intéressant comme article
  3. Bonjour a tous sa vas bien, je suis un ex montrealais avec un pvt en 2008 et futur resident permanent pout mi mai ou je viendrai seul et pour l instant sans lieu ou rester. surement a MTL Montréal, meme si je suis plutôt intéresser par rencontrer les gens qui viennent de tout les horizons et les locaux et pas rester entre nous j aimerais me faire un réseau de futurs expat francophone dans un premier temps, car nous aurions plus les meme besoins et demandes en tant que Français au Quebec, tout cela afin d être avant meme de partir et pour que a mon arrivée, être moins seul, plus fort, complémentaire nous serions en échangeant des infos sur le quoi et comment, ou, ... a faire pour une bonne et rapide immigration et integration et peut être de futurs bon moments a vivre ensemble. le réseau surtout pro c est traditionnelle au Québec les 5 a 7 en font partie. pratiquer son anglais ou pratiquer une activité ou autres ou partager les bons plans ou annonces et les frais diverses et le fun sembles plus judicieux. les différentes cultures rencontrer, latino, asiatiques, etc sont très souder et unis, plus que les Français et grace a cela il réussissent. moi meme ayant des ancêtres indochinois et le passeport espagnol en plus d être ne a bordeaux, en plus d avoir vécu dans casi tous les dom et tom et autres whv pacific sud,.. je sent quand meme que si j en suis la et n ai pas toujours bien réussi mes tentatives ailleurs, c est aussi car j ai trop tenter en solo, de penser tous réussir seul et que les rencontres cool ou utiles , se feraient vite et facilement, mais non malgré que les autres cultures, se regrouper et s entre aider, je voyais pas trop les Français, pas bcp ni souvent s entre aider cela me ferais plaisir aussi de pouvoir vous aider, si besoin et si je le peux, vu que j ai quand meme quelques infos, peut etre que vous aurez peut être la possibilité de le faire aussi ensemble on pourra si non toujours s aider a avoir du fun, se retrouver autour d une passion en commun, un pick nick bbq , un 5 a 7 ou meme un sport, et qui sais un meme job. y a tant a y faire ici pour les nouveaux. j aime le sport de nature, de glisse,.., les voyages et les gens et tout un tas d autres choses. je cherche une coloc ,un job, des bons plans, infos,..et tous cela demande de rencontrer, connaître du monde . il y a tellement a faire, a éplucher, a chercher, on peut pas ne rien ratter ou tout bien réussir, sauf a plusieurs en partageant. bref tous ce que j ai, je suis près a le partager EN BREF si vous êtes dans mon cas, futur visa de travail au Québec et surtout Montréal, et de bordeaux encore plus car on est déjà voisins, desirer vous faire un réseau d entre aide et de fun futur, communiquons ici ensemble bonne chance et courage a tanto , cheers
  4. Pourquoi les blancs sont-ils des «expats» alors que tous les autres sont des «immigrés»? Monde | Repéré par Cécile Chalancon 14.03.2015 - 10 h 55 mis à jour le 14.03.2015 à 10 h 59 Mawuna Remarque Koutonin est rédacteur en chef de SiliconAfrica.com et il signe une tribune terriblement juste dans The Guardian titrée «Why are white people expats when the rest of us are immigrants?». «Les Africains sont des immigrés. Les Arabes sont des immigrés. Les Asiatiques sont des immigrés. Pourtant, les Européens sont des expats parce qu'ils ne peuvent pas être au même niveau que les autres ethnies. Ils sont supérieurs. Immigrés est une façon de dire “races inférieures”.» On retrouve cette distinction dans la fiche Wikipedia en français du mot «expatrié»: «En France, on le préfère au mot "émigré" lorsqu'il s'agit de qualifier des Français établis hors des frontières nationales françaises pour des raisons professionnelles.» De nombreuses personnes ont réagi pour remercier Mawuna Remarque Koutonin pour son texte, notamment via Twitter, comme on peut le lire sur son compte @siliconafrica source et suite : http://m.slate.fr/story/99061/expat-immigre ------ Why are white people expats when the rest of us are immigrants? In the lexicon of human migration there are still hierarchical words, created with the purpose of putting white people above everyone else. One of those remnants is the word “expat”. Posh white blokes: holding back the struggle for a fairer world? Read more What is an expat? And who is an expat? According to Wikipedia, “an expatriate (often shortened to expat) is a person temporarily or permanently residing in a country other than that of the person’s upbringing. The word comes from the Latin terms ex (‘out of’) and patria (‘country, fatherland’)”. Defined that way, you should expect that any person going to work outside of his or her country for a period of time would be an expat, regardless of his skin colour or country. But that is not the case in reality; expat is a term reserved exclusively for western white people going to work abroad. Africans are immigrants. Arabs are immigrants. Asians are immigrants. However, Europeans are expats because they can’t be at the same level as other ethnicities. They are superior. Immigrants is a term set aside for ‘inferior races’. Don’t take my word for it. The Wall Street Journal, the leading financial information magazine in the world, has a blog dedicated to the life of expats and recently they featured a story ‘Who is an expat, anyway?’. Here are the main conclusions: “Some arrivals are described as expats; others as immigrants; and some simply as migrants. It depends on social class, country of origin and economic status. It’s strange to hear some people in Hong Kong described as expats, but not others. Anyone with roots in a western country is considered an expat … Filipino domestic helpers are just guests, even if they’ve been here for decades. Mandarin-speaking mainland Chinese are rarely regarded as expats … It’s a double standard woven into official policy.” Is there any space in the development debate for African experts? Read more The reality is the same in Africa and Europe. Top African professionals going to work in Europe are not considered expats. They are immigrants. Period. “I work for multinational organisations both in the private and public sectors. And being black or coloured doesn’t gain me the term “expat”. I’m a highly qualified immigrant, as they call me, to be politically correct,” says an African migrant worker. https://www.theguardian.com/global-development-professionals-network/2015/mar/13/white-people-expats-immigrants-migration?CMP=share_btn_tw
  5. Allo à tous juste un petit bonjour depuis Singapour pour vous dire bonne chance. le quebec est un bel endroit pour vivre. Pour ma part l'Asie occupait et occupe toute la placedepuis 2007 lors de ma premiere visite. Maintenant les choses bougent vite et je sens qu'e je suis au bon endroit au bon moment. Si vous voulez en savoir plus demandez moi des questions ici, visiter mon site http://www.getlostinasia.com ou ecouter mon podcast ca pourrais vous donner d'autre option que la France, le Canada ou les États-Unis https://itunes.apple.com/sg/podcast/get-lost-in-asia-guide-podcast/id622967314 A Plus Bobby
×
×
  • Create New...

Important Information

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, de réaliser des statistiques de visites et de vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. Terms of Use Privacy Policy Guidelines