Jump to content

Search the Community

Showing results for tags 'algériens'.



More search options

  • Search By Tags

    Type tags separated by commas.
  • Search By Author

Content Type


Forums

  • Démarches et vie pratique
    • Québec
    • Canada
    • Bilans et tranches de vie
    • Médecins, infirmières et pharmaciens
    • PVT
    • Retour dans son pays
    • Voyager, Visiter, Tourisme et prospection au Québec et au Canada
    • Lounge
    • Études et stages
    • Salle d'attente - échanges de dates
    • Parrainages et Mariages
    • USA : Tourisme et immigration - Vie aux États-Unis
  • Emploi (Ressources, outils, bons plans)
    • Offres d'emploi
    • Chiffres et études sur le marché de l'emploi
    • Routier au Canada (camionneur)
    • Votre profession
    • Ordres professionnels (Bons plans)
    • Techniques de recherche d'emploi
    • Votre entreprise (avis et postes disponibles)
    • Reconversion ou formation continue
  • Kiosques des spécialistes
    • TransferMate (virements internationaux)
    • Assurance PVT / Études / Stages
  • Sorties, loisirs et rencontres
    • Nouveaux, présentez-vous
    • Sorties
  • Affaires / Immobilier - Investissement
    • Acheter, vendre ou créer une entreprise ou un commerce
    • Immobilier résidentiel
  • Documents outils et ressources
    • Obtenir la citoyenneté
    • Formulaires
    • Taux de change et conversion des mesures
    • Calculateur des frais d'immigration et de subsistance
  • Petites annonces
    • Mobilier et matériel
    • Véhicules à vendre
    • Appartements et maisons à louer
    • Appartements et maisons à vendre
    • Immobilier commercial
    • Colocation
  • Aide et organisation du site
    • Boite à idées
    • Support technique
  • Lina's Lorsque limmigration canada vous demande le certificat de police pour votre mari en haiti est ce quil doit le deposer au canada ou a l'ambassade canada en haiti?
  • Exemple de courrier pour le MIDI / Fédéral's Documents

Blogs

There are no results to display.

There are no results to display.


Find results in...

Find results that contain...


Date Created

  • Start

    End


Last Updated

  • Start

    End


Filter by number of...

Joined

  • Start

    End


Group


Gender


Date d'arrivée


Année de naissance


Profession


Préoccupation


Pays d'origine


Pays de résidence


City


Skype


Facebook


Website URL


ICQ

Found 8 results

  1. bonsoir je viens de découvrir ce forum j’ai 23 ans je suis mère célibataire (non mariée) d’un bébé je suis algérienne et j’arrive plus a vivre dans cette société avec ma situation, je pense à immigrer au canada avec mon bébé , mais je suis toujours étudiante, et j’ai un diplôme en esthétique beauté, je veux savoir est ce que je peux le faire et ça sera facile et comment svp?
  2. Bonsoir les amis ; comme expliquer dans un topic antérieur , je suis dans le bassin EE , et au finale et après quelques mois de réflexion j'ai opter pour l'Ile du prince edouard . en lisant le site de l'office de l'immigration de l'IPE , il n''indiquent pas de critères bien claires pour la sélection de leur candidats , il sufit d'etre dans le Pool EE , et de leur envoyer une déclaration d’intérêt en leur expliquant pourquoi on veut s'installer a l'IPE , ce que j'ai fait ils disent aussi qu'il ne répondront qu'au candidats qui les intéressent , et la , j'aimerais avoir quelques réponses , si'il yen a qui a tenter cette province , quels sont les délais moyens pour une réponse favorable a une déclaration d’intérêt , a partir de quel moment on doit se résigner , et se dire qu'on a pas été sélectionner merci d'avance les amis
  3. salut tous le monde je suis un algerien et je suis en attente de brune avant hier j'ai recu un e-mail de parisimmigration me demandant de leur fournir un CV et une copie de mon DOSSIER MILITAIRE sachant je ne suis pas un militaire j'ai juste passé mon service militaire obligatoire SVP est ce que quelqu'un parmi vous avez deja recu ce message et qu'est ce que je doit leur fournir comme preuve de DOSSIER MILITAIRE ?
  4. Salut tout le monde, Je voudrais ouvrir ce fil sur le casier judiciaire américain, pour les candidats algériens qui ont vécu aux États-Unis et qui ont besoin d'un casier judiciaire délivré par le FBI. Le casier est connu en anglais sous l'appellation de Identity History Summary. Donc, j'explique ce que j'ai dû faire, espérant que cela aidera des gens se trouvant dans le même cas. Si IRCC vous demande le casier FBI, vous devez vous procurer le formulaire sur lequel vous devez faire prélever vos empreintes digitales. Le formulaire est appelé FD 258 et est disponible sur le site du FBI. Par contre, si vous essayez de vous connecter au site du FBI à partir de l'Algérie, le site ne s'ouvre pas. J'ai dû demander à ma sœur qui vit au Québec de le télécharger pour moi. Ensuite, je me suis dirigée vers la direction centrale de la police d'Alger pour leur demander de me prélever mes empreintes. Le retour a été un refus. Ils m'ont informée qu'il est interdit de prélever des empreintes aux citoyens par la police. Résultat, j'ai acheté de l'encre pour tampon et j'ai prélevé mes propres empreintes. J'ai consulté des vidéos tutoriel sur YouTube et ai fait plusieurs tentatives. J'ai envoyé 8 exemplaires au FBI, car il m'avait dit que puisque j'allais me les prélever moi-même valait mieux leur envoyer plusieurs comme ça ils seraient sûres d' avoir au moins un ou deux formulaires d'empreintes lisibles. En plus des empreintes, vous devez aussi vous inscrire sur la plateforme du FBI qui a été conçue pour les demandes de casiers judiciaires en ligne. Le lien est le suivant: https://www.edo.cjis.gov/ Je vous conseille de consulter le blog suivant: https://offtomontreal.com/focus-sur-le-certificat-de-police/ qui vous explique en détails comment obtenir votre casier FBI. Bon courage à tous!
  5. salut tous le monde je suis un algerien et je suis en attente de brune avant hier j'ai recu un e-mail de parisimmigration me demandant de leur fournir un CV et une copie de mon DOSSIER MILITAIRE sachant je ne suis pas un militaire j'ai juste passé mon service militaire obligatoire SVP est ce que quelqu'un parmi vous avez deja recu ce message et qu'est ce que je doit leur fournir comme preuve de DOSSIER MILITAIRE ?
  6. est que il ya des algeriens qui sont en procedure d'immigration soit au quebec soit rentree express svp faite moi signe xxxxxxxxxxmerci
  7. David Dieudonné Devenir fan Journaliste à l'AFP Ces Algériens qui ont préféré l'Amérique Publication: 06/12/2014 10:06 EST Mis à jour: 06/12/2014 10:06 EST Depuis les années soixante, les Algériens tentés par l'immigration n'ont pas tous choisi la France. Environ trente mille d'entre eux se sont installés aux Etats-Unis, dont 10.000 à New York. Même si leur nombre, et l'histoire franco-algérienne, incitent à une comparaison prudente, le témoignage de ces « Algériens-Américains » contribue au débat récurrent, de part et d'autre de l'Atlantique, pour savoir lequel des deux modèles d'intégration est le meilleur. La première fois que j'ai rencontré Halim, c'était à Harissa, le café qu'il tenait à Astoria, dans le Queens. Lorsque je suis entré dans le petit établissement, coincé entre brasseries grecques et pub irlandais, dans une rue perpendiculaire à Steinway Street, baptisée « Little Egypt» , j'ai été frappé par le calme des lieux, inhabituel à New York : la douce musique arabe, les croissants de chez Balthazar - un boulanger chic de Soho : j'ai commandé un thé à la menthe et on s'est mis à parler, en français. Halim, la quarantaine, est arrivé à New York à 24 ans. Il venait du Canada, où l'immigration algérienne est plus importante. Malgré la langue, « je me suis immédiatement senti chez moi » aux Etats-Unis, dit-il en posant sur la table un couscous d'agneau fondant. « J'avais beaucoup voyagé, avant, mais ici, il y avait quelque chose de spécial: quelque chose qui me rappelait ma jeunesse à Alger, juste après l'Indépendance ». Aujourd'hui, par crainte du terrorisme notamment, la vie est plus contrainte, selon lui, dans la capitale algérienne, « surpeuplée », où son frère a repris le magasin d'éléctro-ménager familial, dans le quartier populaire de Belcourt. Ici, « personne ne t'arrête : c'est le véritable atout de ce pays. On te donne ta chance, quelle que soit tes origines ou ta religion ». L'éventail des possibilités dépasse la vie professionnelle, précise celui qui a commencé comme chauffeur de taxi et longtemps conduit des limousines : « c'est quelque chose d'intérieur, une liberté que l'on ne peut trouver nulle part ailleurs ». A chaque fois que je suis retourné voir Halim à Astoria, quartier cosmopolite réputé pour abriter la plus large communauté nord-africaine de New York, j'ai retrouvé des impressions que l'on éprouve en quittant Paris pour aller en banlieue. Du nord de Manhattan, il faut prendre le bus M60 en direction de l'aéroport de La Guardia, comme pour se rendre à Saint-Denis, on prend le RER vers Charles-de-Gaulle. Même curieuse - et ironique - invitation au voyage. Lorsque la navette traverse le pont Robert F. Kennedy, on a ce même sentiment de laisser derrière soi une ville dense et ordonnée pour gagner une périphérie étalée à l'urbanisme moins soigné. Et comme à Saint-Denis, certain blocs d'Astoria se « boboïsent », en particulier près des studios de télévisions qui ont éclos, comme à La Plaine. Mais la comparaison s'arrête là. Steinway tranche avec le 9-3. Nulle barre d'immeuble vétuste. Nul besoin de prier dans les caves. Ni de former de longues files d'attente devant la préfecture. Les petits bâtiments à trois ou quatre étages sont comparables à ceux des faubourgs de Manhattan. Al Iman, la principale mosquée du quartier, est intégrée dans « l'écologie » du bloc. Et les magasins de vêtements à la mode musulmane, comme les cabinets d'avocats spécialisés dans l'obtention de papiers, ont des vitrines ouvertes sur la rue. Pour Halim, la magie du modèle américain tient « au fait que personne ne force quiconque à s'assimiler : cela rend l'intégration plus facile ». En arrivant « nous ne nous sentions pas étrangers parce qu'il y avait tant d'étrangers... », se souvient-il. Et jamais il n'a ressenti d'islamophobie, même après le 11-Septembre : « nous avons immédiatement été protégés ». Hamid Kherief, président de l'Association new-yorkaise des Algériens-américains, s'en souvient. « Le lendemain des attentats (...) il pleuvait à verse. Alors que j'approchais du métro, vers deux heures du matin, j'ai remarqué deux policiers, debout sous la pluie ». Quand Hamid les interroge sur leur présence, ils lui répondent : « Il y a une mosquée, ici : nous craignons qu'un détraqué vienne commettre une folie ». Leurs paroles lui « sont allées droit au cœur ». « Lorsque j'étais étudiant aux Etats-Unis et que je me rendais en France, il m'est arrivé plusieurs fois de me faire arrêter dans le métro en raison de mon faciès ». Hamid, qui dirige aujourd'hui un institut de langue pour étudiants étrangers, a débarqué à New York en mai 1977. Comme 6.000 de ses compatriotes, il avait reçu une bourse du gouvernement algérien pour étudier dans une grande université américaine, en l'occurrence Columbia. « A l'époque, les choses n'allaient pas très bien politiquement entre Paris et le président Boumédiène » se souvient-il : l'ancien chef de l'Etat algérien (1976-1978) : « essayait de s'extraire du cocon français ». Résultat : « c'était la première vague d'immigrés algériens aux Etats-Unis » : 80% des boursiers ne sont jamais rentrés. Fatiha non plus. Cette amie d'Halim, webdesigneuse, qui vit non loin d'Astoria dans un loft industriel jouxtant le pont de Queensborough, à l'est de Manhattan, a été découragée par la dureté du marché de l'emploi pour les jeunes Français issus de l'immigration. En 1997, après une année à l'université, elle a quitté les environs de Corbeil-Essonne - elle est née en 1974 dans la cité des Tarterêts - pour le New Jersey, et la Californie : elle a immédiatement trouvé du travail, comme jeune fille au pair d'abord, puis chez l'horloger Chopard. C'est en faisant son premier stage, dans une mairie de la région parisienne, que Fatiha, aujourd'hui âgée de 40 ans, avait compris que le mérite n'était pas le seul critère d'embauche en France : « j'ai entendu les dames qui travaillaient là-bas dire, devant moi, quand elles écartaient un CV de la pile : +celui-ci, je ne peux même pas même prononcer son nom+ » Chacun d'eux revendique désormais une double identité. "Lorsque je suis dans la rue, je suis Américain", résume Halim, "mais à la maison, je suis Algérien". La fierté que leur donne leur nouveau passeport n'est ni isolée, ni anecdotique. Des rapports pointent régulièrement une prétendue supériorité du modèle américain d'intégration sur son équivalent français. Fin 2010, WikiLeaks révélait une série de câbles diplomatiques transmis par l'ambassade des Etats-Unis à Paris au département d'Etat. Dans l'un d'entre eux, les diplomates américains se demandaient si le modèle français n'était pas «parti en fumée» avec les émeutes de 2005. «Le vrai problème est l'échec de la France blanche et chrétienne à considérer ses compatriotes à la peau sombre et musulmans comme des citoyens à part entière», estimaient-il, dans ce document révélé par Le Monde . Mais les Etats-Unis intègrent-ils réellement mieux leurs immigrés ? Les défenseurs du modèle américain mettent en avant la longue tradition des Etats-Unis à accueillir des étrangers, l'accent mis sur la liberté religieuse - que la laïcité française ne garantit pas, selon eux - et un puissant arsenal juridique réputé plus efficace que la tradition universaliste française contre les discriminations. Les soutiens du modèle français accusent les Etats-Unis de confondre intégration et «politiquement correct» et dénoncent un racisme larvé ainsi que de profondes inégalités sociales entre groupes ethniques. source et suite : http://quebec.huffingtonpost.ca/david-dieudonne/ces-algeriens-qui-ont-prefere-lamerique_b_6280574.html
×
×
  • Create New...

Important Information

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, de réaliser des statistiques de visites et de vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. Terms of Use Privacy Policy Guidelines