Jump to content

evitse

Membres
  • Content Count

    10
  • Joined

  • Last visited

About evitse

  • Rank
    Pas pire

Profile Information

  • Gender
    Homme
  • Statut
    installé
  • Pays d'origine
    France
  • Pays de résidence
    Canada
  • City
    Québec

Recent Profile Visitors

The recent visitors block is disabled and is not being shown to other users.

  1. Ottawa (ou Gatineau, de l'autre côté) est un choix intéressant, avec la capitale fédérale pourvoyeuse d'emplois. L'avantage que je vois pour ma part est que, à condition d'être bon en anglais, vous allez pouvoir valoriser votre français avec la communauté française d'Ontario d'une part et d'autre part le Québec voisin. Cela peut-être un plus décisif par rapport à un local uniquement anglophone (bon, en Ontario, pas mal de monde parle français quand même). Attention, pour le droit, c'est de la common law, bien sûr, même si la fac d'Ottawa a des programmes mixtes: https://lso.ca/d
  2. Bonjour, D'accord sur le PVT, c'est juste conçu pour tester, mais les employeurs ne vont pas vous embaucher en contrat permanent sur la base d'un visa d'un an (déjà qu'ils préfèrent les canadiens...). Pour ce qui est des statistiques officielles sur le marché de l'emploi et la demande par profession, ici on utilise pas mal IMT http://imt.emploiquebec.gouv.qc.ca/mtg/inter/noncache/contenu/asp/mtg941_accueil_fran_01.asp (en tout cas c'est le site vers lequel renvoie Emploi Québec). De toute façon maintenant, pour la RP, depuis la réforme, il faut passer par la "Bourse
  3. Bonjour, Très bien, je ne prétends pas pour ma part à l'exhaustivité. Si vous avez d'autres informations à partager, tant mieux pour tous les lecteurs. Notez toutefois que la fiscalité est un domaine à part, qui demande des aptitudes supplémentaires, comptables notamment, ce qui n'est pas nécessairement le point fort des juristes en général (d'autant que la comptabilité ici est quelque peu différente de la comptabilité française). Le DESS vous prendra quand même 1 an (30 crédits). Une Maîtrise (Master) en Fiscalité sera aussi de 45 crédits (on retrouve dans ce cas les 1,5 ans né
  4. Bonjour, 1) 45 crédits correspondent à 1/2 bac/licence. En gros l'idée est qu'on vous donne l'équivalence des matières "annexes" mais que vous devez quand même passer au moins 1,5 à 2 ans pour apprendre les fondamentaux du droit local, ce qui paraît après tout assez raisonnable... Gardez à l'esprit que le droit ne s'exporte pas et que a priori ce devrait être... zéro ! De plus, il ne faut pas raisonner en comparaison avec la France. Le niveau de référence au Québec est le Bac+3, pas le Bac+4 ou 5. Plus une petite tendance, selon moi, à se croire plus forts à nombre d'années égal
  5. Bonjour, Oui je comprends que cela soit un peu frustrant. Toutefois, considérez les points suivants: - En demandant une équivalence, vous évitez la sélection à l'entrée du Bac, qui est drastique. - Une précision, que je ne vous ai pas donnée, je crois: le certificat en droit de l'UDM (cours du soir) vous permet d'entrer effectivement en seconde année et de rejoindre le cursus normal (donc d'obtenir le Bac). idem pour une demande d'équivalence "classique" auprès d'une université. En revanche, une demande d'équivalence formulée auprès d'un ordre professionnel ne vous permet
  6. Bonjour, Vous avez bien compris ! S'agissant des juristes d'entreprises, ils sont souvent avocats en titre. L'obstacle, vous l'aurez compris, est la RP, car vous répondez oui à la fameuse question "avez-vous le droit de travailler au Canada". Pour ce qui est de la RP, j'imagine que vous pouvez vous appuyer sur la formation technique de votre conjoint pour la "suivre". Donc premier souci évacué. J'ai entendu parler de juristes français qui, établis au QC, ont réussi soit à vendre une formation internationale (Master en propriété industrielle, par exemple), soit leur c
  7. A ma connaissance TOUS les étudiants, même français (et même les québécois !) passent un test de français... sauf peut-être si vous êtes déjà diplômé du supérieur en français.
  8. Bonjour, Vous ne mentionnez pas le métier visé. Comme indiqué plus haut dans le sujet, la première question à se poser est l'obtention du permis de travail et là aucune chance de l'obtenir avec un diplôme de droit français par le seul système informatique de "bourse à l'emploi" mis en place par le Canada récemment (le droit n'est pas exportable en lui-même). Pour tempérer ce que je viens de dire, je dirais: 1/ Vous allez sur place et démarchez les employeurs potentiels sur place (p. ex. les notaires de province, qui peuvent avoir du mal à recruter). Si vous arrivez à les co
  9. J'ai remarqué que ce sujet suscitait un intérêt chez les candidats français à l'immigration de formation juridique, mais que les réponses apportées manquaient parfois de précision ou de caractère pratique, ou étaient parfois décourageantes: pas de panique, "when there is a will, there is a way"... Etant moi-même juriste français de formation, immigré au Québec et ayant été confronté à ces questions, je me propose d'apporter ma modeste contribution, aussi courte et concrète que possible. 1/ Immigration / permis de travail: Je ne parlerai pas ici du processus d'immigration lui-mêm
  10. Bonjour, Ce sujet vise à aider et renseigner les juristes français désireux de s'installer au Québec
×
×
  • Create New...

Important Information

We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue. En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, de réaliser des statistiques de visites et de vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. Terms of Use Privacy Policy Guidelines