Jump to content

evitse

Newbies
  • Content Count

    2
  • Joined

  • Last visited

About evitse

  • Rank
    En herbe

Profile Information

  • Gender
    Homme
  • Statut
    installé
  • Pays d'origine
    France
  • Pays de résidence
    Canada
  • City
    Québec

Recent Profile Visitors

The recent visitors block is disabled and is not being shown to other users.

  1. J'ai remarqué que ce sujet suscitait un intérêt chez les candidats français à l'immigration de formation juridique, mais que les réponses apportées manquaient parfois de précision ou de caractère pratique, ou étaient parfois décourageantes: pas de panique, "when there is a will, there is a way"... Etant moi-même juriste français de formation, immigré au Québec et ayant été confronté à ces questions, je me propose d'apporter ma modeste contribution, aussi courte et concrète que possible. 1/ Immigration / permis de travail: Je ne parlerai pas ici du processus d'immigration lui-même (résidence permanente RP directement ou pas), sauf à dire que le principe (au QC) a changé depuis 2018: on ne présente plus de dossier, mais une "déclaration d'intérêt" et on est contacté (ou pas) ensuite, suivant les priorités et besoins du Québec (bref, suivant que le Québec a de l'intérêt pour vous en retour...). NB: Pensez aussi que vous pouvez faire une demande d'immigration "au fédéral", c'est à dire pour le reste du Canada, sachant que rien ne vous empêche de bouger ensuite, une fois obtenue votre RP, valable pour le pays dans son ensemble. Le Québec n'est pas un pays indépendant, mais bien une province du Canada. Demande en français possible au fédéral aussi, l'anglais et le français étant les deux langues officielles pour tout le Canada. On peut aussi (au QC) passer par un programme temporaire style PVT ou PEQ (Programme de l'Expérience Canadienne), étudiant sur place + activité post-étudiant + demande de rester, avec appui de l'employeur. C'est une piste sérieuse, car si on vous propose un contrat sur place, c'est un atout décisif pour l'immigration, surtout en région/province, hors des grandes villes (Montréal et Québec Capitale). Un autre bon moyen d'explorer peut consister à venir faire une maîtrise (LLM, = Master) au QC au lieu de le faire en France... Dernière piste et j'arrête: les Journées Emploi-Québec à Paris. Voir: http://www.immigration-quebec.gouv.qc.ca/fr/accueil.html Au fédéral: https://www.canada.ca/fr/services/immigration-citoyennete.html Si vous avez une double formation (ex: comptabilité, gestion, informatique), il peut être conseillé de postuler sur cette base, car les besoins sont sans doute plus importants dans ces domaines. Bref, obtenir un permis de travail, c'est le problème n°1, condition sine qua non. Autre astuce: on peut aussi postuler sur la base de la formation/exprience de son conjoint. Je ne parlerai pas non plus des Accords de Reconnaissance Mutuelle (ARM, MRA en anglais), qui sont des accords destinés aux professionnels (à ma connaissance rien pour les notaires, pour les avocats inscrits cf http://www.immigration-quebec.gouv.qc.ca/publications/fr/arm/ARM-avocats.pdf) 2/ Avocat https://www.barreau.qc.ca/fr/ressources-avocats/devenir-avocat/ Pour faire court, que ce soit pour devenir avocat ou notaire, il faut obtenir l'équivalent d'un "baccalauréat" en droit ( = Licence, soit 90 crédits canadiens, 30 par an, en principe 10 cours de 3 crédits). En pratique, il faut demander une équivalence à une des facultés de droit du Québec, (à Montréal: Université de Montréal ou UQAM, à Québec: Université Laval), pour la partie francophone (voir peut-être aussi Sherbrooke ou Ottawa). Avec un cursus complet de préférence (Licence, M1 et M2) pour obtenir un maximum d'équivalences. Compter 45 crédits accordés maximum, soit avec de la chance 1,5 ans temps plein à faire quand-même. Après, il faut entrer à l'Ecole du Barreau (http://www.ecoledubarreau.qc.ca), pour une formation de durée variable selon votre profil (4 à 8 mois) et finir par un stage. 3/ Notaire Depuis une réforme récente, le parcours est plus long, pusiqu'on passe par la case Bac (au sens québequois !), puis une "Maîtrise" (Master) en droit notarial (UDM, Laval, Sherbrooke, Ottawa), soit 1,5 à 2 ans. Plus stage. Demander l'équivalence soit à une université, soit directement à la Chambre des Notaires du Québec. https://www.cheminementequivalences.com/devenir-notaire#! Remarque complémentaire : entrer en fac de droit en première année au QC est dur, politique malthusienne. L'équivalence est un avantage, une genre d'admission parallèle qui non seulement raccourcit le cursus mais aussi évite la sélection à l'entrée... donc si cela vous paraît long quand-même, estimez-vous heureux ! Autre chose qui devrait vous rendre heureux: une fois devenu Notaire, vous n'avez pas de charge à acheter et vous pouvez vous installer partout au QC !!! Rien à voir avec les réformes bidon de Macron. Remarque: pas de notaire ailleurs au Canada, uniquement au QC. Ailleurs, on n'a que des avocats (et de la common law). Lien utile: https://www.cheminementequivalences.com 4/ Parajuriste ("paralegal" en anglais). A mon avis une piste à ne pas négliger, dont il est fait peu souvent état, c'est dommage. Pour ceux qui ont déjà bouclé des études de droit, souvent à bac+5 en France, on veut limiter le "retour aux études". Le DEC (Dipôme d'Etudes Collégiales), c'est en principe 3 ans, l'équivalent d'un DUT Carrières Judiciaires (ou BTS Notariat) en France. Si on veut entrer "par la petite porte" en étant l'équivalent de clerc de notaire ou d'avocat, je conseillerais une AEC (Attestation d'Etudes Collégiale, à distinguer du DEC, précité), qu'on pourrait comparer à un DUT Juridique en "année spéciale" en France, soit en 1 an, voire un peu plus (1 session = 4 mois, par exemple 5 sessions chez Bart à Québec). On en trouve plusieurs à Montréal (ex: dans le public, pas cher, l'excellent collège Ahuntsic) et Québec (ex: collège Bart, privé, 6000 dollars environ), ainsi qu'en "région". Le public (CEGEP) est moins cher, mais le privé reste raisonnable (sauf collège CDI). Voir aussi une possibilité intéressante: le DEC juridique accéléré du collège O'Sullivan de Montréal. PS1: l'anglais, toujours l'anglais, encore l'anglais pour travailler en Amérique, même au QC !! PS2: Ailleurs, il y a d'autres pistes à explorer, par exemple en Ontario ou en Colombie Britannique (philosophie différente), pour ceux d'entre vous qui sont vraiment bon en anglais. Cela pourra faire l'objet d'un autre message, si cela vous intéresse. Voilà, hope it helps, comme ils disent.
  2. Bonjour, Ce sujet vise à aider et renseigner les juristes français désireux de s'installer au Québec
×
×
  • Create New...

Important Information

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, de réaliser des statistiques de visites et de vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. Terms of Use Privacy Policy Guidelines