Aller au contenu

rona

Nouveaux
  • Compteur de contenus

    5
  • Inscription

  • Dernière visite

À propos de rona

  • Rang
    En herbe

Informations du profil

  • Statut
    installé depuis - 3mois

Visiteurs récents du profil

Le bloc de visiteurs récents est désactivé et il n’est pas visible pour les autres utilisateurs.

  1. Merci pour ce beau récit. C'est vrai que nous avons des histoires semblables. Je suis très très très mélangée dans ma tête. Je ne sais pas si mon mari va finir par s'adapter au Québec. Il ne vient pas d'ici. Il n'a jamais travaillé au Québec. Il y avait vécu 5 ans lorsque nos enfants étaient très petits, mais n'avais jamais réussi à s'adapter et à se faire des amis. Il va avoir bientôt 50 ans. Mon fils de 10 ans va à l'école québécoise et il aime ça. Il est intégré. Nous avons changé d'école mon fils de 11 ans en Janvier afin qu'il retourne dans le système français, mais ne s'intègre pas non plus. Il a par ailleurs été accepté au Collège de Montréal en Secondaire Un pour la rentrée prochaine, et je pense qu'il aimerait retourner dans le système québécois et tenter cette école car il y a beaucoup de sports. Mais mon mari n'a aucune référence sur cette école. C'est comme s'il manquait de repères. Retourner vivre à Paris, pourquoi pas, mais je sais que pour moi, c'est comme un non retour...et je ne suis pas française. C'est beaucoup de sacrifices dans ma petite tête. Mes enfants deviendront des ados parisiens, ça me fait drôle...mais peut-être que c'est épanouissant vivre à Paris lorsqu'on est ados. J'en n'ai aucune idée, Paris n'était pas la ville de mon enfance. Bref, on verra bien. Je sais que l'on doit se donner du temps. Si ce n'était que de moi, je pense que je resterais à Montréal. Mais mon mari français m'isole ici et m'attriste..en France, il était intégré alors on sortait plus et on pouvait voyager en Europe, ce dont j'aimais bien tout de même...On tous les cas, ma vie est bien compliquée je trouve..j'espère y trouver de la simplicité bientôt pour le bien être de tous.
  2. Merci pour vos retours, Depuis que j'ai écris, La situation a changé un peu. Durant les premiers mois, j'avais comme une boule sur le cœur, comme si je vivais une grande peine d'amour. Ça faisait mal. Mais avec le temps, j'ai tissé de nouveaux liens, avec de nouvelles personnes et je me sens mieux. Ma boule sur le cœur est partie, je ne pleure plus comme avant, ça l'a pris 3 mois. Je commence même à me sentir bien à Montréal. Il y a eu des mesures prises contre l'intimidation à l'école de façon très professionnelles. Même si mon plus grand fils n'a pas beaucoup d'amis, il préfère le système canadien d'enseignement. Mes deux garçons désirent rester au Québec et ne pas retourner vivrée à Paris. Mais La, c'est mon mari français qui ne va plus. Il n'adhère pas à la culture québécoise, il manque de repère. Il a presque 50 ans et ne sait pas s'il a l'énergie et le courage de tout recommencer. Lui voudrait rentrer. Il est heureux de rester ici un an ou deux, mais n'envisage pas ses vieux jours au Québec. Je lui ai dis qu'il aurait pu y penser avant, mais c'est vraiment en le vivant que tu peux t'en rendre compte. Pour Dauphina, je vous conseille de commencer par vivre un an au Québec et voir si vous voulez vraiment y rester, car le retour au pays n'est pas si évident. On on se donne un an ici et on verra. On a appliqué a des écoles à Paris au cas où mon mari ne s'adapte vraiment pas ici... ça serait dommage de repartir, mais je ne pense pas que mon mari est finalement doté d'un très grand sens d'adaptation. On verra bien ! Merci pour tout !
  3. Bonjour, Je vis une situation très surprenante. Je suis de Montréal mais je suis allée vivre à Paris pendant 7 ans avec mon mari et nos deux jeunes garçons. Cela nous a pris 1 an pour préparer notre retour au Québec. Nous voulions rentrer pour ma famille, La sécurité et la qualité de vie. Nous avons sortis nos enfants de l'école française pour les intégrer tout de suite à l'école québécoise du quartier. Mes deux garçons sont les seuls français et ne réussissent pas à se faire vraiment des amis. Ils aiment par contre leur maîtresse. Mon plus vieux vit de l'intimidation mais ça pourrait arriver dans n'importe quelle école, mais ce n'est pas facile pour lui. Depuis que nous sommes rentrés au Québec, je pleure beaucoup. Je ne retrouve plus toutes les invitations que nos avions en France, les apéros, la bonne bouffe, etc. J'ai revu quelques copines de longues dates à Montréal, mais je me trouve change. Je m'ennuie énormément de mes amis en France. C'est comme si je vivais une grande peine d'amour ! On a invité quelques québécois, mais pas de retour d"invitations. Mon mari français se demande si avec le temps, on va réussir à s'intégrer... C'est bizarre, mais on a même le goût de retourner à Paris. On y pense beaucoup. Je sais que je vis le choc du retour, mais je me demande si je vais y arriver ici avec le temps. Montréal semble une belle Ville d'avenir pour nos enfants, mais d'un autre côté,la France nous manque beaucoup et nous ne pensons pas que c'est une maison ou plus d'espace qui va nous rendre plus heureux. Je me demandais s'il y a des personnes qui ont vécu de quoi de sémilaire ? merci d'avance,
  4. rona

    Dépression et Mal du Pays

    Bonjour, Je comprends votre situation. Je suis canadienne et j'ai vécu 7 ans en France, à Paris. Mes deux garçons sont devenus de vrais parisiens. Je rêvais de revenir à Montréal pour vivre dans de plus grands espaces, pour la qualité de vie dont tout le monde parle ! Or, je vis un grand choc de retour !!! Je pleure presque tous les jours et je m'ennuie beaucoup de mes amis, de Paris, de vivre en Europe. Ce n'est pas du tout ma maison qui me rend heureuse !!! J'ai juste le goût de repartir ! Je m'étais attachée à la France, plus que je ne pensais !
×

Information importante

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, de réaliser des statistiques de visites et de vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. Conditions d’utilisation Politique de confidentialité Règles