Aller au contenu

BeN48300

Nouveaux
  • Compteur de contenus

    9
  • Inscription

  • Dernière visite

À propos de BeN48300

  • Rang
    En herbe

Informations du profil

  • Genre
    Femme
  • Statut
    installé depuis - 1an

Visiteurs récents du profil

Le bloc de visiteurs récents est désactivé et il n’est pas visible pour les autres utilisateurs.

  1. La règle régissant le fait de passer d'une province à une autre est une règle fédérale. Partant de ce principe, je ne voyais pas l'intérêt de citer ma province pour laquelle j'étais nominée. Ben écoutes super pour toi mais nos avis diverges. Dans ma province d'origine j'ai à peine trouvé un stage rémunéré alors que mes amis de promo se voyaient proposer des postes de structureur à la BNP, en M&A chez Deloitte et j'en passe. Donc oui mon diplôme français n'avait pas la même valeur ici qu'en France. Bref... Et merci de t'inquiéter pour moi mais je suis bien allé de l'avant en changeant de province. J'ai eu 3 offres de job en moins de 2 mois donc je ne regrette pas mon choix. Bonne continuation, Xoxo, à plus
  2. Ah c’est dingue à quel point le ton condescendant et moralisateur à la française ne m’avait pas manqué. Donc merci de ne pas juger et aligner des suppositions quand on ne connaît pas la personne dans un premier temps. Les donneurs de leçon qui se cachent derrière leurs écrans pour égayer leur vie moribonde, c’est fatiguant. Donc si l’auteur n’a jamais révélé sa province, c’est peut-être par choix non? Et non c’est pas P.E.I mais bien une province où le « oil & gas » est très présent. Donc ton « il faut réfléchir avant non? » tu te le mets bien profond car il n’a aucune raison d’être. Déjà tu pars mal… Ensuite NON les diplômes français ne sont pas reconnus à leur juste valeur comme en France ! D’ailleurs si tu connaissais un minimum le Canada, tu saurais qu’ils privilégient les « soft skills » aux « hard skills », c’est la base ici (et après tu te permets de me dire de me renseigner en amont). J’ai fait une top 5 et je peux t’assurer que c’est pas reconnu par les RH, par le WES oui si tu veux une équivalence de diplôme, mais pas les RH du domaine privé. J’ai également fait une école d’ingénieur publique reconnue et c’est exactement la même chose. J’ai passé de nombreux entretiens et je peux t’assurer que ce sont mes certifications canadiennes (et oui je me renseigne dans la vie), et non pas mes diplômes français, qui m’ont permis de décrocher des jobs. Nos diplômes ne font pas le poids pour eux devant un McGill, un UofT, un York, etc. Alors abstiens toi avant d’étaler tes connaissances sur un sujet que tu ne maîtrises clairement pas. Si t’es encore en France, stp ne viens pas ! Des gens avec une mentalité dans ton genre le Canada n’en a pas besoin.
  3. Bonjour, J'étais à l'origine de ce post et j'ai décidé de vous faire un petit "update" (version courte) de ma situation professionnelle après 9 mois passés là-bas. Dès mon arrivée, je me suis rapproché des associations d'aide à l'emploi et j'ai recherché activement un emploi dans mon domaine, sous toutes les formes existantes, allant même jusqu'au stage non rémunéré ! (le prochain stade c'est la prostitution?) (Juste pour remettre dans le contexte, et même si je sais que les diplômes français n'ont pas de valeurs ici, j'ai un diplôme d'ingénieur avec 6 ans d'expériences dans le pétrole et un master d'une grande école de commerce française). J'ai passé de nombreux tests (logique, mathématiques, psychologie) et un nombre incalculable d'entretiens. J'ai réseauté de toutes les manières possibles : salons de l'emploi, bénévolat, ateliers, etc. Au final, j'ai réussi à trouver un stage non rémunéré pour valider mes études (ouf!) mais rien de plus. J'ai eu quelques fausses promesses de personnes me promettant de m'embaucher en sortant d'entretien, puis qui 2 jours après, en répondant à mon mail de remerciements, me disaient que finalement ils n'avaient pas le budget,... Nombre de fois où j'ai commencé des entretiens avec des "Bon, c'est juste un entretien pour faire votre connaissances et apprendre à vous connaître..." . Il faut ainsi comprendre "Laisse tomber tu fais un entretien mais t'auras rien derrière!". Rien de mieux pour te casser dans ton élan en débutant l'entretien... Bref je pense qu'une partie de toute cela est à mettre sur le compte que c'est une province où l'immigration est relativement récente. Certaine personnes des associations reconnaissent que les employeurs ne jouent pas le jeu et sont réticents à embaucher des étrangers ( et pourtant je suis caucasien, français, bilingue... j'imagine même pas la difficulté pour les personnes venant de pays avec des différences plus prononcées). Donc voilà, je pense avoir suffisamment tenter ma chance ici. J'ai un fichier word de 17 pages pour le prouver qui détaillent mes différentes démarches, les entretiens et les coordonnées des différents contacts. Dans moins de 2 moins, j'ai donc prévu de quitter ma province de nomination et de partir pour Toronto où les opportunités et l'ouverture d'esprit vis à vis de l'immigration semblent un peu plus développés. C'est juste l'aspect "travail" qui coince. Au delà de ça, je ne regrette nullement cette expérience. J'ai pu rencontrer des personnes adorables et accueillantes, découvrir la vie canadienne et ses magnifiques aspects. Mais que l'on ne vienne pas me dire que j'ai pas joué le jeu ! Malheureusement le Canada mise sur l'immigration mais les moyens mis en place derrière ne suivent clairement pas. Certaines provinces pleurent d'avoir un taux de rétention d'immigré trop bas, mais un moment il faut bien s'alimenter et je ne peux pas éternellement travailler gratuitement. Et quand on ne nous donne pas notre chance, on part là où on a le plus d'opportunités : les grandes métropoles...
  4. Déjà merci pour vos différents retours Voilà je cherchais à savoir si une fois la carte RP reçue, une province avait la possibilité de retirer sa nomination et quel impact cela pouvait avoir. OK elle retire sa nomination une fois la carte RP reçue de la part du fédéral, mais on peut perdre sa RP et se voir demander de partir du pays par la suite du coup ? Ce qui est gênant c’est que sur le papier signé, il n’y a aucune durée d’indiquée. C’est ça qui me chagrine… Normalement j’ai trouvé quelque chose pour 6 mois, j’insiste sur ce fait par anticipation aux personnes qui penseraient que je viens puis je pars dans une autre province. J’essaye juste de comprendre la situation et j’ai tendance à beaucoup me projeter dans l’avenir, faire des plans et évidemment ces hypothèses m’ont traversé l’esprit. Et le fait d’être dans le flou sur un point aussi important n’aide pas. Que se passe-t-il si suite à mes 6 mois j’ai une meilleure opportunité professionnelle dans une autre province? Je dois refuser ? Comme je l’ai indiqué, j’ai fait une reconversion professionnelle durant ces 2 ans d’attente et contrairement à mon précédent métier, c’est pas dans cette province que j’aurai les meilleures opportunités de carrière (qu’il n'en déplaise à certains, pour la finance, Toronto reste le must). Finalement, malgré les 2 semaines passées ici il y a 2 ans, je me rends compte que sur le long terme, que la vie dans la province ne me convient pas ? Car soyons honnête, c’est pas en 2 semaines qu’on peut être certain à 100 % de pouvoir passer sa vie au quotidien quelque part… Ou autre situation, fête de Saint-Valentin approchant, je rencontre quelqu’un qui vit dans une autre province ? Ca sera du genre « Désolé mais j’ai signé un papier, alors tu dois quitter là où tu vis depuis 25 ans pour me rejoindre là où je vis depuis 8 mois sinon je risque de me faire expulser » ? Je ne critique pas le système et je comprends que les provinces prennent des mesures suite à différents abus. Ce que je déplore, c’est qu’on signe un papier d’engagement sur lequel ils peuvent apparemment s’appuyer pour entreprendre des procédures mais qui manque cruellement de transparence (pas de durée). Quitte à faire signer un contrat, autant qu’il soit clair et égal pour les 2 parties. Car j’ai l’impression qu’en l’absence de durée, la suite relève uniquement de leur interprétation… Par exemple à partir de quel moment la province considère que ce n’est plus une fausse déclaration : 6 mois ? 1 an ? 3 ans ? Car en l’absence de date sur le contrat, c’est juste une question d’interprétation. Je sais que je pose des questions auxquelles je ne peux pas avoir de réponses officielles, et je resterai probablement dans le flou, mais forcément je m’inquiète (oui je suis de nature anxieuse). Bon j’espère que tout va bien se passer : que je vais trouver rapidement, m’y plaire et y rester des années… et ne pas trop me faire insulter suite à ce dernier post où j’ai un peu plus laissé parler mes émotions. Bonne journée à tous
  5. Bonjour à tous, Je voulais vous remercier pour les différents retours apportés, qu'ils soient amicales ou (un peu plus) hostiles. Comme précisé plus haute, je suis nominé par une province anglophone et le fait de venir au Québec était une éventualité. Ce post était vraiment à titre informatif et je compte évidemment chercher dans ma province de destination en priorité. Si ça peut en rassurer certains, j'ai peut-être déjà des pistes et je pourrai ainsi respecter mon engagement. En tout cas merci beaucoup et bonne continuation
  6. Bonjour, Ca aurait été le Québec, je ne me serais pas inquiété outre mesure mais ce n'est pas le cas. C'est pour ça que je m'inquiète et que j'anticipe un minimum... Je compte m'installer donner mon maximum mais si l'offre n'existe que trop peu, je serai contraint d'envisager d'autres issues. J'essaye juste de faire de la planification, d'envisager toutes les solutions et démêler le vrai du faux. Notamment cette histoire de révocation de visa... mais il est compliqué d'obtenir des informations fiables à ce sujet. Donc j'espère que quelqu'un sur le forum pourra m'apporter une réponse définitive Bonne journée
  7. Merci monsieur pour votre retour qui me conforte dans les différentes informations que j'avais lu auparavant. Cependant, une personne rencontrée sur Facebook (oui on a connu meilleur source d'information) ainsi que les propos tenus par "Dentan" sur un forum ( http://www.expat.com/forum/viewtopic.php?id=557224 ) laissaient sous entendre que certaines provinces (il cite notamment le Nouveau-Brunswick) pouvaient retirer leur sélection, si on ne respectait la déclaration d'engagement, et donc que l'on pouvait perdre son visa si on voulait vivre autre part que dans la province. Est-ce une légende urbaine diffusée sur les forums pour effrayer? Peut-on vraiment perdre son visa a posteriori de l'avoir reçu? J'avais lu que les seuls moyens de perdre son visa était de commettre un délit ou ne pas respecter le temps minimum de 2 ans de séjour au Canada sur 5 ans. Je vous remercie d'avance pour vos retours
  8. Merci pour votre retour. Je n'ai peut-être pas été suffisamment clair. J'ai effectué une reconversion professionnelle entre le moment où j'ai fait mon voyage exploratoire et maintenant. La province correspondait tout à fait à mon ancien métier et il y avait des opportunités sinon je n'aurais pas été sélectionné je pense. Et à l'époque je ne savais pas que j'allais entamer cette démarche de reconversion. Depuis, ce même métier ne me passionne plus et j'ai décidé d'en changer pour mon bien-être. Donc rien à voir avec une histoire de choix de province ou pas, c'est juste que cela ne me passionnait plus. Maintenant je ne suis pas sûr que la province pour laquelle j'ai postulé auparavant ait les mêmes opportunités pour mon nouveau métier... Clairement, si je suis amené à changer de province, c'est parce que j'aurai une offre mais je privilégie ma province de destination. Je ne partirai pas dès le début, mais si je ne trouve rien au bout de 3-4 mois et que j'ai des offres autres parts, il n'est pas impossible que je parte. Tout cela n'est qu'hypothétique, je me renseigne en amont.
  9. Bonjour, Je me permets de poster un message sur ce forum car après de nombreuses recherches, je n'ai jamais trouvé de réponses à ma question. D'un autre côté je ne sais pas s'il en existe une d'officielle... plus besoin d'un avis ou de conseils. Le contexte: J'ai obtenu mon CRP récemment par le biais du Programme des Candidats des Provinces. J'ai donc été choisi par une province et j'ai signé une déclaration d'engagement comme quoi je m'y installerai et je contribuerai à l'activité économique. Mais voilà, j'ai mis 2 ans pour obtenir ma CRP et en 2 ans beaucoup de choses changent. Entre temps, j'ai suivi une nouvelle formation pour me réorienter professionnellement. J'aimerais bien jouer le jeu à fond et trouver dans ma province de destination mais avec mon nouveau métier (finance), je ne suis pas sûr de trouver sur place et les opportunités seront clairement en Ontario ou Québec. Sachant que 30 jours après mon arrivé, je suis censé rentrer en contact avec un agent d'immigration de la province et lui communiquer tout changement d'adresse. Mes questions par rapport à ça sont donc nombreuses: Dans la déclaration d'engagement, il n'y a pas de durée. Combien de temps suis-je censé rester dans la province a minima? Ad vitam aeternam? J'ai pu lire sur d'autres post, que cette déclaration d'engagement n'avait qu'une valeur morale. Est-ce vrai? Peut-on me poursuivre si au bout de 2-3 mois je trouve par sur place et que je trouve dans une autre province et que je décide de partir? Une fois la carte de visa obtenue, la province peut-elle faire un recours pour revenir en arrière et me destituer de ma RP? Ne vont-ils pas considérer que j'ai menti par rapport à ma déclaration d'engagement, ce qui pourrait être un motif de destitution? Après, j'ai pu lire sur le compte du CIC qu'en tant que résident permanent, j'avais le droit de résider et travailler n'importe où au Canada. Je tiens à préciser que je ne veux pas tricher, mais en 2 ans ma situation a changé et la province de destination ne colle plus trop à mon parcours professionnel et je ne suis pas sûr de trouver sur place en restant là-bas. D'avance merci pour vos différents retour. Bonne journée
×

Information importante

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, de réaliser des statistiques de visites et de vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. Conditions d’utilisation Politique de confidentialité Règles