Jump to content

macmaniak

Membres
  • Content Count

    12
  • Joined

  • Last visited

About macmaniak

  • Rank
    Pas pire

Profile Information

  • Statut
    se renseigne

Recent Profile Visitors

The recent visitors block is disabled and is not being shown to other users.

  1. j'ai effectivement découvert que le prix des biens immobiliers, des maisons du moins, sont détaillés entre le prix du terrain, et le prix de la construction. Peut être est-ce pour des raisons fiscales, car je n'imagine pas que l'on puisse acheter le terrain sans la maison qui est érigée dessus, ou inversement. J'ai également observé dans certaines annonces immobilières qu'il y a une valeur municipale de la maison. Sans doute là aussi pour constituer une base fiscale pour le calcul de la taxe municipale (ou autres taxes). Or comme certaines annonces présentent des maisons avec un prix de vente inférieur au prix municipal, cela suppose-t-il qu'une fois la vente effectuée la valeur municipale est révisée? Et apparemment la mise en vente d'un bien immobilier ferait l'objet d'une déclaration officielle car les annonces comportent toutes un numéro d'enregistrement; un système pour éviter les arnaques?
  2. Forcément, mes petites économies aujourd'hui sont en Euros; c'est bien ce qui encourage encore plus à s'intéresser au Canada, en dehors de tous les autres aspects positifs présents dans ce pays.
  3. Des observations que je peux faire depuis la France, via des sites d'annonces immobilières, le prix de l'immobilier au Canada semble au contraire plus faible qu'en France (à surfaces et qualités égales en apparence). Mes recherches s'effectuent sur la zone Québec, Ontario, Nouveau Brunswick, et hors centre ville....ben oui on rêve de notre "cabane au Canada" (c'est peut être parce que ma mère me chantait du Line Renaud quand j'étais gosse?)
  4. Merci de cette précieuse information. Dilemme: tout mettre au point pendant deux ans, puis acheter si on obtient le droit de rester au Canada, ou acheter tout de suite, et faire les formalités en même temps, et donc prendre le risque de ne pas obtenir le statut de résident permanent....
  5. nous avons pensé à cette solution le risque étant de ne jamais obtenir le droit à séjourner de manière permanente au Canada. Nous aurions immobilisé un somme importante destinée à la résidence principale sans possibilité de récupérer cette somme aussi rapidement que nous l'aurions dépensée. Et tant que nous n'occuperons pas cette maison canadienne, nous nous exposons à devoir subir le coût d'un logement en France... On ne peut pas à nous seul l'entretenir l'économie de la France et du Canada, désolé je ne m'appelle pas Bill et ma femme c'est pas Liliane B.
  6. On ne prendra aucun risque sur ce sujet, et si assurance complémentaire il faut on fera le nécessaire Travailleur c'est exclu. Trop âgés pour être sollicité par une entreprise canadienne Investisseur Est-ce que le fait d'acheter un bien immobilier, et de devoir l'entretenir ne constitue pas une forme d'investissement? Provinciaux ?? connaît pas c'est quoi ce statut d'immigration?
  7. La prospection s'opère pour l'instant dans un rayon d'une heure et demie de trajet autour de La Ville de Québec, ou de Montréal, ou d'Ottawa
  8. Je pense que l'aspect fiscal est sans doute le plus simple à maitriser: soit on est "touristes" et les impôts sont à payer en France, soit on est "résidents permanents, voire citoyens canadiens" et dans ce cas il y a des conventions applicables qui laissent le choix du pays où l'on paye l'impôt. Pas tant que nous serons considérés comme touristes la soixantaine on a pas besoin de crédit. on vient, on visite, on choisit, et on fait le chèque...reste plus qu'à mettre les meubles! (et encore beaucoup de maisons sont vendues meublées au Canada apparemment) Mais si c'est pour six mois potentiellement non reconductibles, cela ferait une location longue durée quelque prohibitive! Voilà pourquoi je pose les questions avant.
  9. Question de point de vue et de goûts...pour ma femme et moi, notre idéal est beaucoup plue le Canada que le Maroc Le Canada a sans doute beaucoup moins besoin de ma participation financière que le Maroc
  10. hospitalité et immigration sont dans un bateau ...sur le St Laurent. Hospitalité tombe à l'eau Reste immigration! Bon, faut que j'étudie avec plus d'acuité la procédure de visa résident permanent.
  11. Merci Bonne nouvelle A vrai dire je m'en doutais un peu... sauf que justement je ne pourrais pas déclarer la résidence du Canada comme résidence principale tant que je n'aurais pas un visa de résident permanent. Ce qui suppose donc devoir continuer à payer mes impôts en France :-( c'est ce que je viens de découvrir en faisant la lecture d'un autre post dans le forum. Oui évidemment; mais a priori, et tel que cela est également évoqué dans la conversation évoquée ci-dessus, tant nous sommes au Canada avec un visa de touriste, c'est l'assurance sociale française qui couvre. A nous de nous débrouiller pour obtenir les remboursements. C'est la conclusion à laquelle j'arrive en lisant les commentaires de la discussion citée précédemment Ben c'est le but recherché justement... rien de déguisé, ce sera parfaitement clair, ne serait-ce qu'avec le titre de propriété de la maison Au demeurant, depuis la discussion citée, je viens de faire le test d'admissibilité, et apparemment j'aurais, enfin, nous aurions, ma femme et moi, un nombre de points suffisants. Donc la question mérite d'être creusée, et peut être qu'il faut entreprendre d'abord une démarche d'obtention de visa de résident permanent avant d'effectuer notre achat de maison.
  12. Bonjour, Les services de l'ambassade du Canada à Paris étant totalement inexistants (impossible d'obtenir un RV pour être renseigné), j'en suis arrivé à découvrir - avec bonheur- l'existence de cette plateforme. Aussi, je me suis dit que lorsque l'on débarque quelque part, c'est toujours plus sympa d'être renseigné pr des gens du coin, plutôt que d'essayer de se débrouiller tout seul. Alors voilà, j'ai plusieurs questions à soumettre à votre sagacité. La situation est la suivante: nous sommes un couple de jeune retraités vivant en France, et on a comme une forte envie d'aller se faire voir ailleurs si on y est (bien)! Et parmi les champs à l'herbe plus verte que celle de notre Normandie, celle du Canada a tout de suite recueilli nos suffrages. Ainsi sommes nous en cours de préparation d'un séjour de deux mois pour septembre octobre, afin de découvrir les lieux, et surtout prospecter. En effet, nous envisageons de nous établir au Canada, et donc d'acheter là bas notre home sweet home, pour y vivre à plein temps. Sauf qu'on est pas citoyens canadiens. Et ainsi les questions de s'enchainer: un achat immobilier est-il soumis à des taxes, exonérations de taxes, règles particulières lorsque les propriétaires ne sont pas citoyens canadiens? faudra-t-il payer la taxe municipale, la taxe scolaire? Y a-t-il des possibilités de réductions, d'exonération? est-il possible d'impliquer notre notaire français pour la validation de l'acte d'achat? Ou bien faut-il comme en France avoir un notaire canadien pour nous acheteurs, le vendeur ayant lui son propre notaire (canadien)? Tiens du coup je me demande s'il y a aussi des notaires au Canada (c'est bête comme question...) puis se posera le souci de l'assurance de cette maison: assurance au Canada possible pour des français? Ou assurance française pour un bien au Canada?... le même genre de questions concernera également le véhicule automobile (ou moto, et motoneige): l'achat, l'assurance. une autre question importante est celle du visa: a priori on part avec un visa touriste, qui n'est donc valable que trois mois. Mais si achète, et qu'on reste sur place, on envisage pas de devoir revenir en France tous les trois juste pour voir les couloirs de Charles de Gaulle. Peut-on par exemple se contenter d'un aller et retour aux USA, faire tamponner nos passeports, et revenir au Canada, cela tous les trois mois? Ou bien faudrait-il obligatoirement obtenir un visa de résident? Mais dans ce cas, faut-il d'abord avoir le visa de résident avant d'acheter? (bon ça ressemble un peu à l'histoire de la poule et de l'oeuf...) dans l'hypothèse où l'on pourrait vivre "un certain temps" au Canada avec ce visa touriste renouvelé autant que de besoins, que se passerait-il d'un point de vue fiscal si on venait à louer une partie de la maison: cela ne serait-il pas considéré comme un revenu par le fisc canadien? Aurions nous à payer des impôts canadiens sur ces loyers? Ou bien faudrait-il déclarer ces loyers dans notre revenu français? (au passage en quittant la France nous n'aurions plus de domicile fiscal en France...je ne sais même pas si c'est possible un truc pareil) Bon, je suis d'accord avec vous ça fait déjà un paquet de questions. Mais avec un simple copier coller, il sera facile de mettre votre réponse en dessous de chacune d'entre elles. Un simple lien vers un site, un article, une discussion suffiront. Mais je n'ai rien contre des explications détaillées également. Il es possible, même probable que de votre expérience vous attiriez notre attention sur des problématiques auxquelles nous ne pensons pas encore (le cas de l'assurance maladie par exemple...encore que tant que l'on est avec le visa touriste, c'est la sécu française qui couvre...normalement!). J'ai oublié de préciser, que cet acquisition est dans le but d'en faire notre résidence principale, occupée à plein temps, et que nous n'avons pas besoin d'avoir d'activité professionnelle au Canada. En vous remerciant par avance de toutes vos contributions et conseils.
×
×
  • Create New...

Important Information

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, de réaliser des statistiques de visites et de vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. Terms of Use Privacy Policy Guidelines