Jump to content

MonstroFamily

Habitués
  • Content Count

    279
  • Joined

  • Last visited

2 Followers

About MonstroFamily

  • Rank
    Super Fan
  • Birthday 07/25/1977

Profile Information

  • Gender
    Famille
  • Statut
    installé depuis + 1 an
  • Date d'arrivée
    29-18-2016
  • Profession
    Créatrice textile/Chercheur en chimie des polymères
  • Pays d'origine
    France
  • Pays de résidence
    Canada, Québec

Contact Methods

  • Website URL
    https://monstrofamilly.wordpress.com/

Recent Profile Visitors

1,774 profile views
  1. J'ai dû mal m'exprimer, ou bien est ce l'idée qu'il ne faut jamais rien dire de négatif, car je ne parle pas de manque de préparation ou de choses acceptées à la va vite. J'évoque plutôt l'abus de la confiance du nouvel arrivant, notamment de la part d'anciens immigrants faisant leurs "courses" de personnes à plumer ici ou via les groupes Facebook, d'oublis volontaires d'informations (ex: nous avons une place de stationnement nous permettant de ne pas payer la vignette de stationnement à Québec et de ne pas avoir à déplacer notre voiture lors des déneigements, nous nous sommes renseignés auprès de notre propriétaire des modalités de déneigement: "vous mettez la neige dans la rue", il a juste omis de nous dire que cet acte était payant et passible d'amende si nous ne faisions pas la demande en mairie. C'est notre voisin qui nous en a informé). Sans être naïf ou mal préparé, sans être bête à manger du foin, il y a un moment quand tu as une masse d'information gargantuesque à ingérer, tu n'as pas d'autre choix que de faire confiance, bien évidement que lorsque l'on nous a annoncé que la facture d’électricité (chauffage comprit) s'élèverait à 50$ par mois on ne l'a pas cru (car nous avions demandé une estimation, tsé génération Facebook, etc... qui clique à la va vite), mais de la à se retrouver avec une facture de plus de 350$ par mois en ayant froid, il y a une marge énorme et non, nous ne pouvions pas interroger hydro Québec pour la bonne raison que ça n'était pas au Québec mais dans le sud de l'Ontario. Bien évidement que cela ne touche pas que les nouveaux arrivants, mais avouez que lorsque l'on s'établit au Canada, il nous est demandé d'arriver avec une somme d'argent (et comme l'autre partie n'est pas bête non plus elle le sait très bien) et cela attise la cupidité de certain. Mais je me répète, ça n'est pas une généralité, la grande majorité des personnes sont honnêtes et fiables. Personnellement, hormis l'histoire du chauffage, nous n'avons pas subit de gros désagréments mais lorsque l'on prend la peine d'écouter aussi les histoires déplaisantes qui arrivent, quand on prend le temps de se remémorer nos premiers mois d'immigration et ceux qui ont précédés le voyage sans billet retour (désolée pour les non immigrants qui ont répondu, mais je ne suis pas certaine que vous puissiez comprendre le ressenti), alors on se rend compte de notre vulnérabilité à ce moment. Et malheureusement les personnes ayant été victimes de ce genre d'arnaque ont du mal a en parler tout haut, peut-être car c'est assez pénible de se faire rembarrer comme si l'on n'était équipé que d'un demi neurone, peut-être car le harcèlement via MP semble monnaie courante (et pas que chez les ados), peut-être car il semblerait que nous devions toujours donner une image positive et de réussite de l'immigration (quelle qu'elle soit et quelque soit le pays concerné) et surement car on se sent toujours un peu honteux de s'être fait avoir (surtout quand on s'entend, ou sous entend, dire que l'on est naïf)
  2. La semaine passée je discutais avec ma meilleure amie d'une petite mésaventure qui nous est arrivée avec notre banque (la personne avait omit de nous parler de certains frais) et comme mon amie suit de prêt et depuis plus d'un an notre aventure canadienne elle a fini par me poser cette question: "Mais en fait, il n'y aurait pas une sorte d'arnaque au nouvel arrivant?" Sur le coup je lui répond que non, que c'est une incompréhension de notre part et puis la question a fait son chemin, les conversations avec d'autres nouveaux arrivants, les lectures et les partages sur internet m'ont fait clairement avoir des doutes... Et finalement voici mon constat de ces arnaques/volonté pour certaines personnes de se faire de l'argent sur le dos de nouveaux arrivants submergés par l'ampleur de ce qu'il y a à comprendre/découvrir et n'ayant parfois pas d'autre choix que de faire confiance: - Le logement, que ça soit sur l'état en lui même, le prix exorbitant des biens (il suffit de voir les annonces partagées ici) ou le coût des frais annexes (chauffage notamment) - Les véhicules, idem entre l'état et le prix, les défauts masqués, voir bien pire - les services bancaires dont on oubli de te donner le prix - les "faciliteurs" en immigration qui n'ont aucune légitimité mais font à la fois la job d'agent immobilier, assistant social, voir agent d'immigration en te conseillant un type de visa - les obligations que l'on oublie volontairement de te dire qu'elles sont payantes (ex: le permis de déneigement pour ta place de stationnement ou ton entrée piétonnière) Ces exemples proviennent soit de mon expérience, soit de mes lectures ou de mes échanges avec d'autres nouveaux arrivants. Pour rappel ma famille et moi sommes presque 2 fois nouveaux arrivants puisque nous avons changé de province et mes expériences sont donc associées à ces 2 provinces. Attention: ceci ne signifie pas que tout le monde est dans l'intention d'arnaquer, la majorité des personnes rencontrées sont honnêtes et sincères! Je sais que mon post va tomber comme un cheveu sur la soupe, mais certaines histoires m'hérissent le poil...
  3. Alors pour la petite histoire lié au logement, le gérant de l'immeuble a modifié les nouveaux contrats de location supprimant le chauffage inclus dans le loyer. Du coup les personnes âgées installées depuis longtemps chauffaient à 25°C sans rien payer alors que les contrats récents se gelaient. Mais effectivement on nous avait promis des facture d'électricité de l'ordre de 50$ par mois.... oui, mais sans chauffage ou climatisation! Et aussi, une grande majorité des personnes travaillant dans la même école que nous avaient commencés en se logeant dans cette résidence, puisqu'elle est à moins de 5 min à pied de l'école Je te comprend sur la douloureuse de Airbnb, nous sommes restés 3 semaines dans un logement ainsi pour pas loin de 2000$ (plus trouver une cat sitter pour mettre le chat en attendant)! pour l'assurance santé, ben on a croisé les doigts! Nous n'avions pas d'accord pour éviter les 3 mois de carence car mon mari dépendait de la sécurité sociale Belge et j'étais travailleur indépendant en France. Pour la complémentaire, l'idéal est d'en avoir une avec son employeur, nous sommes chez Cowan (car encore couvert pas l'assurance du conseil scolaire), je ne connais pas la croix bleue... Merci @bijotte, nous avons trouvé le logement via Kijiji. Pour faire simple on a répondu à toutes les annonces ayant au moins 2 chambres, pour moins de 1400$ par mois et acceptant les animaux et ça a été la seule qui nous a répondue. Par contre une astuce: il arrive que les annonces soient marquées "animaux non acceptés" mais il s'agit souvent des gros chiens; le propriétaire va "tolérer" l'animal mais comme le contrat sera inscrit "sans animaux", au moindre désagrément il peut te demander de partir (ou faire partir l'animal). Mon mari était enseignant chercheur en France. C'est lors de notre voyage exploratoire que nous avons vu le potentiel que lui donnait son cursus car toutes les écoles (francophones) que nous avons visité, lui ont dit avoir potentiellement du travail pour lui. Lorsque nous avons confirmé l'inscription de nos enfants dans l'école choisie, nous avons alors rappelé la proposition à la directrice Hihi, ben oui sur IG on ne montre pas tout Merci à toi! Depuis Toronto pour Waterloo nous aurions du prendre 3 taxis car trop de bagage, de plus tous les taxis n'acceptent pas les animaux, il faut le préciser lors de la réservation. Du coup nous avions fait une réservation de voiture depuis la France.
  4. Déjà sans un gros camion de déménagement et sans un chat fugueur on en profitera vraiment!
  5. @marco il ne faut pas se leurrer, vivre dans sa langue maternelle est plus facile au quotidien, de plus toutes les démarches/découvertes ont été faites en Ontario (donc en anglais). Nous sommes arrivés à Québec en connaissant les enseignes, en sachant où trouver quoi, en comprenant la signalisation routière, etc... Je pense que forcement ça donne une impression de plus d’attrait pour le Qc, mais j'ai adoré l'Ontario, la vie là bas, le mélange des peuples et des cultures (je trouve Québec très peu diversifiée la dessus). Notre logement joue aussi pour beaucoup dans notre appéciation de notre vie à Qc plutôt qu'en Ontario. A Waterloo, nous avions un appartement de 77m² pour 5 personnes + mon activité près d'une rue passante (seul logement que nous avons trouvé depuis la France), nous avons présentement pas loin de 200m² plus un jardin dans une rue très calme. Dans nos 4m3 il n'y avait que des jouets, des livres, des souvenirs, mon matériel pour travailler (plusieurs machines à coudre, beaucoup de stock de tissu, du fils, etc...). Ça n'est pas énorme, mais suffisant Pour le déménagement nous n'avons pas eu de souci (hormis une inspection des douanes dans notre container ce qui a allongé mon temps de présence à Montréal entre le dédouanement et la livraison), mais la compagnie n'est pas constante dans la qualité des services proposés. Il est préférable d'être avec eux en tout temps et de tout contrôler (surtout le volume!)
  6. Aujourd'hui c'est du Québec que je fais mon bilan de notre 1ère année! Il y a 6 mois en faisant mon bilan, j'avais conclu par : Rendez-vous dans 6 mois pour voir où la vie nous a menée ;) ça n'était pas anodin car depuis novembre 2016 mon mari était en discussion pour un poste dans une start up (ou entreprise en démarrage pour les francophones absolus) située dans la ville de Québec! Si le délai pour commencer le boulot a été long (il a commencé à mi-temps depuis l’Ontario mi-mai et nous sommes arrivés à Québec que depuis 3 semaines) le recrutement a été assez étonnant: pas de réel entretien d'embauche, plus des discussions par téléphone genre "échangeons nos idées", salaire majoré par rapport à la demande de mon mari (car il n'y a pas d'avantage sociaux dans la start up), etc... Mais revenons en au déroulé de cette année et à nos impressions. Août 2016: 4m3 plus les vélos de nos enfants sont chargés dans un camion, 2 semaines plus tard nous atterrissons à Toronto avec notre chat. La journée de notre arrivée durera plus de 25h sans sommeil, nous ne remercierons pas Air Transat pour les 2 heures de retard, mais heureusement que l'administration canadienne est au top, la validation de notre résidence permanente et la création de nos NAS seront faites rapidement, le chargement de la voiture de location sera plus délicat, avec 10 valises, 5 valises cabine, les trottinettes et le chat il restera quand même suffisamment de place pour que nous n'ayons pas à abandonner un enfant sur le parking de l'aéroport (ça aurait fait un peu mauvais genre ). La sortie de l'aéroport avec une voiture hors norme (pour moi) (GMC Yukon XL) qui vibre de tous les côtés et qui me semble ne pas rentrer sur une seule voie de l'autoroute restera un moment immémorable! Nous avons alors 1 semaine pour s'adapter à notre nouveau lieu de résidence, préparer la rentrée scolaire et profiter un peu! Septembre 2016: Mon mari commence à travailler à l'école francophone, nous recevons nos meubles et je vais à Montréal récupérer notre container. Notre vie s'installe doucement malgré quelques déconvenues (pour acheter une voiture il faut un permis de conduire Ontarien et pour avoir un permis de conduire ontarien il faut un document de la préfecture française). Les enfants vont à l'école avec le sourire et nous nous promenons un peu dans les alentours. C'est aussi le moment où nous découvrons la démesure de certaines choses: les poids lourds, les supermarchés gigantesques (Costco, mais aussi certains Walmart), le nombre de fast-food sur un bloc, l'impression de conduire à côté de Monster Trucks, les distances, le gobelet de café Tim Horton (porté en tout temps, abandonné n'importe où!). Octobre 2016 Mon mari part en congrès à Québec pour son ancienne entreprise, il y rencontrera celui qui deviendra son employeur quelques mois plus tard. Nous avons notre première rencontre avec les enseignants de nos enfants, le choc est assez impressionnant, notamment pour notre plus jeune qui est au jardin (dernière année de maternelle pour la France). On ne lui demande pas de réussite scolaire mais juste de prendre plaisir à venir à l'école. Avec le recul et la rentrée en 1ère année de passé, je pense que ça a été une réussite, alors qu'il était écœuré (au sens français du terme) d'aller à l'école lorsque nous avons quitté la France, ce matin il nous a lâché la main et a suivi ses amis sans se retourner (pourtant il est dans une nouvelle école). Ce même mois je commencerais les cours d'anglais offert aux nouveaux arrivants, j'y rencontrerai ma petite gang de copines non francophones, je découvrirais le talent et la gentillesse de Sherrie mon enseignante d'ESL. Doucement au cours du mois les températures vont commencer à baisser, les arbres changeront de couleurs et nous commencerons à sortir des souliers et des habits plus chauds. A la fin du mois, les enfants et moi embarquerons pour une journée à Toronto afin de visiter le ROM, nous avons la chance que les journées pédagogiques du conseil scolaire francophone ne tombent pas les mêmes jours que celles des conseils scolaires anglophones, ainsi le musée est quasiment vide et nous pouvons en profiter pleinement. Novembre 2016 Notre vie ici commence à entrer dans une sorte de routine, nous avons fini de nous re-équiper, nous avons notre train train quotidien, l'école, les cours d'anglais, etc... Nous continuons cependant à découvrir des différences entre notre ancien et notre nouveau pays, comme par exemple les costumes pour Halloween (qui ne doivent pas avoir de connotation ethnique) ou les différences d'éducation (notre fils de 5 ans a déclenché l'alarme de l'école, ce qui a entraîné l'évacuation de celle ci et l'intervention des pompiers. Le lendemain je l'ai amené s'excuser auprès des pompiers et auprès de la directrice de l'école. j'ai bien compris après coup que ça n'était pas ce qui est demandé aux enfants ici) . Les arbres près de l’école se pareront d'or et les températures seront tellement douces jusqu'au 18 novembre que notre première neige le lendemain nous surprendra! La ville et les magasins prendrons les couleurs de Noël, nous continuons doucement de découvrir notre région (ci dessous, le Waterloo Region Museum) Fin novembre nous obtiendrons notre dernier sésame: nos cartes de santé! Fini les 3 mois de carence, fini de ne pas être couvert en cas de maladie ou d'accident! Ça tombera bien car 3 jours plus tard j'en aurai besoin! C'est aussi à ce moment que la possibilité d'un emploi dans la start up à Québec est présenté à mon mari. La personne lui promet de le recontacter rapidement, nous avons hâte d'en savoir plus! Décembre 2016 Le mois de décembre nous permettra de découvrir la neige. Non pas que nous n'en avons jamais vu, mais il y a une différence entre la voir et la vivre. Il y a aussi le froid et surtout le vent! Tu découvre à ce moment là l'importance du choix de ta tenue d'hiver, que ton manteau long est un choix judicieux, que même si tu n'aimes pas porter un bonnet, c'est juste indispensable et que l'utilité des bottes d'hiver n'est pas une légende (mes fesses se rappellent encore de mon vol plané en Doc Martens sur la glace ) J'ai aussi découvert que parfois tu ne peux plus ouvrir tes fenêtres car elles sont prises dans la glace, nous découvrirons d'ailleurs à cette même période que le système de chauffage de notre immeuble est complètement obsolète et nous nous retrouvons avec une facture de plus de 350$ pour 1 mois de chauffage (pas particulièrement froid en plus) et en ayant froid dans notre appartement de 77 m²! Je découvre aussi les joies de l'équitation sous la neige le temps d'une promenade avec ma professeur d'anglais et une amie brésilienne (oui, c'est bien un mouton sur la photo) A l'heure des vacances scolaires, nous avons choisi de ne pas aller en France, mais de partir après Noël pour 4 jours dans l'outaouais. Nous y retrouverons une famille française en cours d'immigration pour Gatineau, un beau moment passé tous ensemble! N'ayant pas de nouvelles pour l'emploi à Québec, mon mari profite des vœux de Noël pour relancer en délicatesse la personne, nous apprenons ainsi que le projet a pris un peu de retard mais que nous aurons vite des nouvelles! la fin de l'année 2016 se terminera par une déception: nous ratons l'heure limite pour l'inscription sur les listes électorales et nous ne pourrons donc pas voter aux présidentielles... Janvier 2017 En ce début d'année et après avoir fait un bilan de nos finances, nous réalisons que notre installation et notre vie ici nous coûtent beaucoup plus cher que ce que nous avions budgétisé (nous étions pourtant parti avec beaucoup plus d'argent que ce qui est demandé par CIC), notre chauffage nous coûte bien trop cher et pour le moment seul mon mari travaille. Je décide de cesser mes cours d'anglais afin de tenter de relancer mon activité de création. Comme les enfants et mon mari sont à l'école toute la journée, nous choisissons de stopper le système de chauffage fourni par notre immeuble (une clim réversible dans le salon et une dans une des chambres plus une plinthe chauffante dans la cuisine) et achetons un petit radiateur à bain d'huile. La journée je le rapproche de moi dans ma partie atelier, la nuit il va dans la chambre des enfants. Finalement nous aurons presque moins froid ainsi qu'avec la clim réversible pour un coût moindre. La majorité du mois sera consacrer à mettre en place des stratégies pour s'en sortir financièrement: inscription à des marchés, activation de la vente de notre 2éme voiture en France, relance d'administrations françaises pour régulariser un dossier qui traîne. A cette même époque j'ai attrapé tous les virus qui passaient par là! Bref janvier ne sera pas le meilleur mois de notre immigration Février 2017 Je déciderais ce mois là de prendre un emploi en dehors de mon activité, une amie m'avait proposé de me faire rentrer chez Costco en tant que démonstratrice, mais finalement ce que je pensais être mon boulet au pied sera ma bouée de sauvetage: ma francophonie! J'ai tenté de postuler ailleurs mais entre ceux qui se mettent à parler anglais à toute vitesse et sans articuler et ceux qui font mine de ne pas t'avoir entendu, j'ai vite compris que mon anglais n'est pas à la hauteur Finalement je rejoindrais toute ma petite famille à l'école francophone! Cette période sera aussi plus axée vers du tourisme d'hiver: Bayefield par -15°C Puis les chutes du Niagara par +15°C La proposition de poste à Québec avance enfin, mon mari doit envoyer une présentation en rapport avec le projet. Une fois cette présentation envoyé nous revoilà dans le noir total... Mars 2017 Un mars et ça repart? C'est quasiment ça! Avec le mois de mars est arrivé mon premier salaire et on peut dire qu'il a fait plus que du bien! Devant nous rendre à Montréal durant la semaine de relâche, mon mari relance le boss de la start up, il ne peut le rencontrer à ce moment, mais nous aurons des nouvelles bientôt... Mouais, le refrain commence à être lassant... La semaine de relâche arrive, elle va nous permettre de souffler tous les 5. Nous avions décidé de nous rendre à Montréal afin de visiter des amis français en vacances sur place, ainsi que des amis vivant sur place. Départ avec 15-16°C au thermomètre, nous avions prévu les affaires de neige car nous savions qu'elle était attendu, nous ne pensions cependant pas avoir la grande tempête! Elle nous aura permis de découvrir les joies du pelletage, d'expérimenter les enseignements de ma prof d'anglais pour se sortir de la neige en auto et de profiter du parc Jean Drapeau vide! De retour en Ontario, j'attaque une période de 3 marchés pour mon activité de création, malheureusement le nombre de vente sera trop insuffisant pour permettre d'accorder plus de temps à cette activité en rapport avec mon travail à l'école. Les gens ont eu l'air d'aimer mes produits, mais pas assez de vente... Je décide donc de mettre mon activité entre parenthèse afin de me consacrer à mon travail à l'école, afin de remettre les finances le plus possible au beau fixe. Lors d'un de ces marchés j'ai eu l'occasion d'être avec des femmes Mennonites, de les voir travailler sur des patchworks immenses, ensemble, avec une coordination et une harmonie impressionnante. Le calme qui se dégageait de ce groupe de femmes était loin de la superficialité des groupes d'étudiantes que l'on peut croiser dans une ville universitaire. Nous avons retrouvé ce calme en visitant une érablière avec la classe de mon plus jeune. Avril 2017 Les enfants et moi avons pris des billets pour nous rendre en France durant l'été, les grands-parents se faisaient pressant mais mon mari hésitait car il espérait ardemment trouver un emploi dans son domaine, son contrat à l'école avait été prolongé jusqu'aux grandes vacances, il pouvait prétendre au chômage si il restait au Canada pendant sa recherche. Nous profitons des jours qui rallongent et des températures plus douces pour nous promener. La fin du mois approche, toujours pas de nouvelle du poste dans la start up, les autres applications de mon mari ne donnant rien je le convaincs de venir avec nous en France en juillet. Nous nous mettons en tête de refaire une année de suppléance à l'école histoire de se poser un peu, d'améliorer notre anglais et avant de reprendre une recherche plus active dans les sciences. Et bingo, sitôt les billets achetés, voici le patron de la start up qui contact mon mari en lui disant que le financement était bouclé et de savoir quand il pouvait commencer Comme ça, brut de brut, un truc à faire un arrêt cardiaque! Mai 2017 C'est ainsi que les discussions sur le contrat ont commencé à avoir lieu! La date de démarrage étant avant celle de fin de l'école et mon mari ne souhaitant pas laisser ses élèves avant la fin de l'année, un accord est trouvé avec la direction pour travailler 3 jours par semaine, un premier déplacement est programmé pour fin mai, le projet de départ se concrétise assez violemment d'un coup. Et là je réalise que je ne suis pas prête! J'avais prévu de visiter plein d'autres choses en Ontario, de consolider mes amitiés, de profiter un peu... Ma fille aînée ira avec l'école à Toronto afin d'assister à un prix littéraire Nous irons en famille au point le plus au sud du Canada, à Pointe Pelée. Nous sommes sur un petit nuage rose, les enfants sont ravis (ils n'ont pas accrochés avec l'anglais), mon mari aussi et je dois avouer que de partir vers de nouveaux horizons me tentent bien. Et nous voici fin mai, je pars avec mon mari pour nous trouver un logement pour le mois d'août, je redécouvre Québec, une ville que j'avais détesté 3 ans auparavant. Je visite 12 logements en 2 jours, en revisite un seul avec mon mari, c'est un coup de cœur pour ce bas de triplex, mais aussi pour un quartier: Limoilou! Juin 2017 Le mois où tout a bien failli tourner au cauchemar! Nous ne sommes pas revenus depuis 2 jours qu'un incident se produit à l'école: suite à un mouvement de colère d'un élève, mon mari l'attrape pour l'écarter du groupe, suite à cela des élèves viennent me voir pour me demander si il est vrai que mon mari frappe les élèves , je fais remonter l'information et en parle à mon mari. L'élève est questionné par deux adultes de l'école et il explique ce qui s'est réellement passé, ôtant tout accusation du dos de mon mari. Le lendemain midi, un autre adulte convoque l'enfant qui, en ressortant, a changé de version! La directrice de l'école prend les mesures nécessaires, effectue une enquête auprès des autres élèves de la classe et lève les soupçons. Or l'adulte ayant incité l'enfant à mentir n'en démord pas! Heureusement que la direction a levé le doute car sans cela et sur uniquement le principe de rumeur, mon mari se serai trouvé inscrit dans le fichier des enseignants ayant eu des troubles avec des élèves (autant dire qu'il n'aurait jamais pu retravailler avec des enfants par la suite!). Le mois sera consacré aux cartons, aux anniversaires de nos deux plus jeunes, aux graduations et au milieu de tout ça nous avons réussi à caser un mini WE entre Toronto et Niagara Falls. Juillet 2017 Notre voyage en France sera principalement source de joie et de bonheur en famille et entre amis, mais quelques mots durs prononcés à notre encontre viendront le noircir. Nous découvrons certaines personnes différemment après cette année loin d'eux et cela peut-être très décevant. De retour et afin de ne pas saturer les enfants avec le déménagement à venir, je les amène à Tobermory et Flower Pot Island Nous voici rendu en août 2017, le déménagement est prévu pour le 4 du mois! Je conduirais le camion et mon mari la voiture avec 3 enfants et 2 chats. Nous ferons un arrêt de 2 jours à Gatineau chez les amis rencontrés grâce à ce forum où nous profiterons de la nature et d'un temps de répit dans la frénésie des derniers jours et en prévision de celle des jours à venir. L'arrivée à Québec se déroule sans encombre, chacun trouve sa place dans notre nouveau logement, nous avons plus que doublé notre superficie habitable et c'est plus vivable au quotidien. Nous prenons plus de temps pour nous, même si le nouveau travail de mon mari est exigeant et assez chronophage, le fait qu'il travail certain jours depuis notre maison aide bien. Nous avons eu aussi notre première visite depuis la France, la tante et les cousines de nos enfants sont venus 3 jours sur Québec et cela fait du bien! Le bilan de cette première année: les plus: - le non stress du quotidien, hormis les gros soucis, le reste de la vie est assez calme. - la facilité dans la plupart des démarches. Ayant eu à faire avec les administrations Ontariennes et Québécoises, cela n'a rien à voir avec les administrations françaises. Même lorsque l'école de Québec nous a téléphoné pour nous dire que finalement il n'y avait pas de place pour nos enfants, c'est elle qui s'est chargée de trouver une autre école et de transférer le dossier. - la qualité des services et l'efficacité des gens: bien évidement dans un restaurant c'est lié à l’attribution des pourboires, mais lorsque des travaux de grandes envergures ont lieu devant chez nous (type de travaux que nous avons subit également en France) et que ces travaux commencent le jour annoncé (et pas 2 semaines plus tard), que les ouvriers sont efficaces et organisés et que le chef de chantier te retrouve tes poubelles perdues par un de ses collègues, tu te dis que certains devraient en prendre de la graine! - l'ouverture à d'autres types de culture. - niveau professionnel, l'aspect collaboratif, l'absence de hiérarchisation à l’extrême. - la bienveillance vis à vis des enfants. les moins: - le coût de la vie dans le sud de l'Ontario - les difficultés administratives dû à un état fédéral, nous sommes obligés de refaire tous nos papiers (permis, carte de santé, etc...) en changeant de province - le fait de vivre et travailler dans la communauté francophone en Ontario qui ne nous a pas permis de faire autant évoluer notre anglais que nous le souhaitions. - En Ontario, ne pas donner sa chance à un non anglophone (avant même un entretien d'embauche). - l'absence de rigueur dans l'éducation des enfants - la culture du "procès", se voir menacer de procès par un gamin de 10 ans c'est assez choquant! - les gobelets de café partout, mais surtout les gobelets vide au milieu des rayons des magasins Le ressenti global de cette année est qu'elle nous aura permis de nous découvrir autrement, elle nous aura fait sortir de notre zone de confort, elle nous aura appris beaucoup sur nous même. Cette première année d'immigration aura été un véritable voyage vers qui nous sommes réellement. Au bout d'un an nous ne sommes plus étonnés de la taille des poids lourds et de la largeur des autoroutes, de manger à 18 h, de voir des ratons laveurs écrasés sur le bord de la route, de croiser des oies sauvages en train de se promener sur la route (au point de bloquer la circulation), de voir des canards dans le ciel, des écureuils partout et des papillons en plein ville. Il nous reste tant à découvrir! (Merci de ne pas utiliser nos photos sans nous en demander la permission)
  7. En quittant la France en août dernier je n'avais pas clôturé mon abonnement Free car je voulais avoir de quoi téléphoner en arrivant. La flemme a fait que lorsque Free a changé les conditions de son forfait je n'avais toujours pas clos ma ligne. Depuis, je me sers de ma carte sim (française) mais uniquement dans le sens moi vers les autres ou bien mon mari ou mes enfants depuis notre fixe (car il comprend les appels internationaux). Je rentre au mois de juillet en France, je vais profiter jusqu'à là de mon forfait Free puis je le fermerais car il est indiqué dans les conditions d'utilisations que la personne doit passer la majorité de ses appels depuis la France (un truc du genre).
  8. Oui, juste 1 voiture et même pas une voiture de luxe...
  9. Dans la nuit passant de février à mars, là où notre date de Mois-nniversaire n'existe pas cette année, nous avons fêté nos 6 mois de résidence permanente dans le sud de l'Ontario! 6 mois ça n'est pas (encore) grand chose, mais ça permet déjà de se retourner pour voir le chemin parcouru. Nous sommes arrivés une semaine avant la rentrée scolaire, le 29 août. Le 11 septembre, il y avait une fête d’accueil pour les nouveaux parents à l'école, la directrice demande à mon mari de lui envoyer par courriel son CV. 2H plus tard il sera convoqué pour un entretien le lendemain. Le 14 septembre nous avions les clefs de notre appartement de location juste à côté de l'école, ça tombera parfaitement bien, car à 18h nous recevons un appel, mon mari commence le lendemain à 7h pour un remplacement pour l'année complète! Il enseigne depuis dans une classe de 4éme année. Fin septembre, je pars à Montréal faire dédouaner notre container, nous installons nos affaires venues de France (4 mètres cube), nous avons enfin des meubles, nos vies reprennent leurs chemins faisant soudainement abstraction du stress de la dernière année avant départ. Début octobre mon mari se rend à Québec pour une conférence pour son ancienne entreprise, je commence au même moment des cours d'anglais intensif (2h30 par jour), j'y découvrirais l'éventail de nationalités présentent dans notre région (Ukrainien, Brésilien, Érythréen, Saoudien, Polonais, Russe, Irakien, Coréen, Chinois, etc) . Ces cours ne sont pas uniquement des cours de langue (je n'ai besoin que d'améliorer, dans un premier temps, que mon oral), mon enseignante va également nous apprendre la vie au Canada, les us et coutumes, les trucs et astuces. Je les suivrais durant 3 mois. L'hiver arrive doucement, nous profitons de la neige, recevons nos premières invitations à souper chez des amis, invitons en retour (ou en premier), participons à nos premiers Potluck et découvrons au cours de celui de notre immeuble d'autres francophones. Pas de retour prévu en France pour les fêtes de fin d'année, nous partons qques jours dans l'Outaouais, en profitons pour retrouver une famille connue grâce au forum pour une journée tous ensemble. En janvier, petit bilan financier et là c'est la catastrophe, notre immeuble a un système de chauffage complètement obsolète, nous en avons pour une fortune (en ayant froid), l'assurance de notre voiture nous coûte plus de 300$ par mois et notre installation nous a coûté bien plus cher que ce que nous avions envisagé. Nous avons également apprit que mon mari va avoir besoin de soin très onéreux pour ses dents. Une de nos voiture n'est toujours pas vendu en France, ainsi que notre maison, nous avons du retard dans la réception des aides pour enfants, on réalise alors que si on ne change pas le cap de suite, fin février, on ne pourra plus tenir avec le 1er versement que l'on a ramené de nos économies française. Je cesse alors mes cours d'anglais et tente de relancer mon activité de création pour enfant, en parallèle nous nous serrons la vis niveau finance (nous avions un bon train de vie en France, maison payé, bon salaire, pas de crédit). A la même période l'école se fait plus pressente pour que je devienne suppléante à court terme, mais après 8 ans à mon compte, le cap d'être de nouveau salarié n'est pas simple. Bref un passage un peu sombre dans notre tableau parfait. Février arrive et je décide de postuler comme suppléante non qualifié à l'école francophone, je commencerais le 16 février par la classe de ma fille aînée (7éme et 8éme année). Je travaille donc sur appel, pour le moment je me garde environ 1 jour par semaine pour mon activité personnelle, j'assure également les surveillances du dîner et de la récréation du dîner. Ce soir nous avons notre première sortie entre collègue. Nous vivons finalement quasiment qu'en français, avec des langues françaises qui viennent des 4 coins du globe. Mes cours d'anglais m'ont permit d'avoir plus d'aisance dans mon anglais entre amis, mais mon accent fait rire les enfants à l'école! Nos enfants aiment leurs vies ici, l'anglais reste un gros frein aux liens sociaux avec leurs camarades de classe, c'est très marqué pour notre fille aînée, notre deuxième (en 3éme année) commence à faire qques phrases et notre plus jeune (en maternelle) comprend et dit qques mots mais a décidé qu'il ne souhaitait pas parler anglais. Ils ont cependant des amis, sont invités à des anniversaires et notre fille aînée a suivie une formation de gardien et a été avec ses compagnons de club d'improvisation à un tournoi durant 3 jours près de Niagara Falls. Le travail à l'école m'a fait découvrir les énormes différences d'éducation, pas toujours positive (couper systématiquement la parole, jeter un objet au lieu de le donner, se lever plusieurs fois par cours pour aller à la salle de bain ou boire, ne pas travailler si l'enfant a décidé qu'il ne voulait pas, etc). La vie ici est vraiment sereine, j'ai l'impression d'être revenue dans les année 90, avec une sécurité ambiante fort agréable. Nous ne savons pas si nous resterons dans la région de Kitchener-Waterloo, mais ne regrettons pas notre choix d'installation. La vie en Ontario reste cependant assez chère, il faut y songer avant de partir. Les tarifs des biens immobiliers grimpent en flèche (de nombreuses personnes travaillant sur le GTA commencent à acheter des maison à Kitchener -Waterloo). Rendez-vous dans 6 mois pour voir où la vie nous a menée
  10. un simple tableau sur papier à en tête, si tu as plusieurs comptes dans la même banque, ou une simple lettre avec le solde de ton compte. Sur nos 3 banques, 1 seule nous a fait un courrier (Société Générale), on attend toujours celle du Crédit Lyonnais (depuis plus d'un an...) et la BNP (en Belgique) nous demandant 45€ pour la faire, on s'en est passé. Nous avons fourni tous nos relevés de compte des 6 derniers mois et dans la lettre explicative, on a mit un tableau avec le solde de chaque compte (enfants x3, perso x3, épargne x5) avec le total mensuellement. C'est passé sans souci.
  11. @Sandrineche, c'est un post sur Entrée Express, pas sur le fédéral pour le Québec. Je ne pense pas que nos dates et délais pourront vous renseigner par rapport à votre dossier et ils seraient même trompeurs pour vous.
  12. Bonjour à tous, Je viens de me rendre compte que je n'étais pas passée depuis notre départ et il est donc temps de faire un petit point à 2 mois de notre arrivée. Niveau démarche, il nous reste nos cartes d'assurance santé à faire, le reste a été fait (non sans mal parfois, notament pour nos permis de conduire). Niveau boulot, mon mari a trouvé au bout de 2 semaines sans vraiment chercher: l'école francophone où sont scolarisés nos enfants avait besoin d'un remplaçant à long terme, il a passé un entretien et du coup a eu un travail jusqu'à fin avril. C'est bien payé donc on peut soufler par rapport aux finances (et heureusement car notre banquier français a "oublié" de virer nos fonds durant 1 mois en nous évitant en plus lors de nos nombreux appels). Niveau langue anglaise, je bénéficie de 12,5h de cours d'anglais par semaine avec des horaires qui me permettent de récupèrer les enfants à la sortie de l'école et l'enseignante est souple sur l'heure d'arrivée et de départ en fonction de la vie de chacun (il y en a qui viennent pour 30 min par exemple). C'est un cours de conversation orale, donc très dynamique et participatif, mais nous apprenons également de nombreuses choses sur la vie quotidienne ici. C'est gratuit (m'enfin, j'ai payé 10$ pour les photocopies ^^ ). Niveau école, les enfants sont très heureux de leur école, c'est une éco-école donc pas de dechet, les plus grands (7éme et 8éme année, entre 12 et 14 ans) sont mit à contibuation (organiser des jeux durant les récréations, surveiller les classes de plus jeunes en cas de besoin, etc...) et ont le droit 3 fois par semaine d'aller manger sur la plaza pas loin de l'école. La cours de récrétaion est immense ( c'est un parc de la ville) et l'ensignemant de qualité. Il nous faut juste nous habituer à des méthodes de travail différentes (d'autant plus pour ma mari qui est pour le coup enseignant!) par exemple ma grande confectionne une maquette de seigneurie afin de travailler l'histoire, les sciences sociales et le géométrie en même temps! Chaque enfant utilise une application différente qui nous permet d'être informé (nous recevons des photos de notre plus jeune qui est au jardin, équivalent de grande section de maternelle), la majorité des informations nous arrivent par courriel. Niveau logement, nous avions tout reservé depuis la France, donc pas de souci en arrivant, nous avons même eu notre logement définitif plus vite que prévu Niveau courses alimentaires, pas d'énormes différences avec la France, hormis le faible choix en fromage (mais on le savais déjà) et le coût de la viande (étrangement c'est moins honéreux de faire nos courses au marché qu'au supermarché). Nous avons une carte de chez Costco qui permet de faire de grosses courses et deux supermarchés à 5 min à pied de notre immeuble. Niveau vie quotidienne, ça se met doucement en place, nous finissons de nous installer et espérons bientôt pouvoir reprendre des activités de loisir. C'est agréable de vivre ici car même si nous sommes dans une grande ville ça n'est pas bruyant. Le seul truc qui me chiffonne c'est que les rues sont assez sales (il manque bcp de poubelles publiques) et même l'on retrouve les détritus dans les étalages des magasins (les gobelets de chez Tim Hortons sont PARTOUT!). Globalement je suis plus que contente de notre démarche et de notre installation, je ne vais pas crier victoire trop vite car je n'ai pas encore relancée mon activité (juste un troc avec une maman de l'école) et mon mari ne sais pas encore si il va rester dans cette voie ou non (avis à ceux qui veulent enseigner en français, il y a de nombreux besoin de suppléance dans le sud de l'Ontario), si oui il devra refaire 2 ans de formation, si non, on vera où l'avenir nous aménera A bientôt Marion
  13. Il y a un an on commençait nos démarches pour Entrée Express, nous aurons mit 11 mois tout rond entre les premières démarches et la réception de la brune, c'est quand même génial de ce dire que ça peut aller super vite à ce point !
  14. @Chuck-paris, tu vas renvoyer ta photocopie de passeport (si tu es français ) et deux photos dans un format super bizarre et une dizaine de jours plus tard tu vas recevoir ta Confirmation de Résidence Permanente, la fameuse brune. Il y en a deux exemplaires, un avec photo et un sans photo. Lors du passage à là douane et à l'immigration tu présentes les 2 exemplaires qui seront signés et tamponnés par l'agent d'immigration après qques vérifications. Ensuite en attendant de recevoir ta carte de résident permanent tu dois conserver ta CRP avec toi et ton passeport. Il n'y a plus de visa apposé sur les passeports
  15. Youhou! Félicitations @jhardy et @Chuck-paris! C'est le moment de retourner vous faire tout beau pour vos photos de CRP ? Vous pensez partir quand et pour où déjà?
×
×
  • Create New...

Important Information

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, de réaliser des statistiques de visites et de vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. Terms of Use Privacy Policy Guidelines