Jump to content

salimayachi

Membres
  • Content Count

    63
  • Joined

  • Last visited

1 Follower

About salimayachi

  • Rank
    Avancé

Profile Information

  • Gender
    Homme
  • Statut
    en processus d'immigration
  • Date d'arrivée
    25-05-2014
  • Profession
    Facteur non déclarer
  • Pays d'origine
    Algerie
  • Pays de résidence
    Canada
  1. patience mon ami tu est bout du tunnel , je mettrez 1000 000 $ pour ton cas , c gagnant a 100%
  2. Félicitations mon frère et bon voyage Combien de temps ça a pris pour le visa? Envoyé par l'application mobile Forum IC 20 jours
  3. bonsoir les amis, visas récupérer aujourd’hui a UPS , xxxxxx, depart en MAi xxxxxxxxxx, xxxxxxxxxxxxxxx , bon courage a tout le monde
  4. je trouve votre recit tres sincere, je suis algerien , je part a montreal dans quelque jours
  5. bonjour , pour moi et ma femme ,e sque je met un seul formulaire avec 226 dollars canadien ou alors je met deux formulaire avec 113 dollars chacun , merci de me répondre
  6. merci beaucoup a tout les amis qui mon féliciter , c très gentille de votre part , comme d'habitude vous me faite beaucoup de plaisir grace a votre présence donc je remercie brahimfort ,adel ,bilibty, aze002 ,zerguimoh ,nac_2008,fehd2000 , rena merieme, imsinfo . j'aimerais vous demande le telephone du crdv merci beaucoup , esque le montant de 2150 et par personne , 3 personne est 3* 2150 = 6450 , merci a vous mes freres .
  7. bonjour mes amis comment ça va , il fait beau ici a setif mais un peut d'humidite , j'esper que vous ête en bonne santé , j'ai une bonne nouvelle a vous partager parecque vous m'avez accompagner tout au long de se parcours . j'ai reçu la brune par EMAIL , j'esper que tout les attendeux réussirons cette étape avec visas a la fin .
  8. DOUDACHE j'aime bien ta conclusion , la réalité est différente d'une personne a une autre , y'a beaucoup de personne qui dégoute leur projet , parecque d'un cote il n'aime plus et d'un autre cote ils etaient plus a L'aise chez eux en Algérie , je sens le temps de MR carlots un peut énerver ou fâché , je le remercie pour sont témoignage , merci carlots il y'a une chose qu 'il faut comprendre , c'est qu'il ny'a pas de honte de ne pas réussir sont projet , la vie est fait de réussite et de défaite , c comme ça , d’après mon expérience de 16 ans dans le domaine professionnel, j'ai constater qu' au début de chaque projet y'a une période de révision et de doute accompagner de dépression momentané et c'est cette dépression qui est différente d'une personne a une autre , la force est dans le contrôle de cette dépression pour surmonter les pulsions négative et essaye de l'es battre ses idées noir , bon peut être que j’exagère un peut mais il y'a une part de réalité dans tout ceci , merci pour nous avoir préparer a l’inévitable
  9. bonjour les amis , voici le changement dans mon cynerlink : 2.nous avons commencé le traitement de votre demande le 14/02/2014 merci pour vous
  10. http://www.journaldemontreal.com/2014/02/05/darchitecte-a-sans-abri
  11. http://www.journaldemontreal.com/2014/02/05/darchitecte-a-sans-abri
  12. comme dab ....ce que j'ai lu se matin Mon aventure au Québec 10 JUILLET 2013 Tenter lexpérience dun semestre ou dune année détudes à létranger est toujours un projet qui saccompagne de beaucoup de questions. Jai donc décidé de revenir sur mon expérience en double diplôme à lUniversité du Québec à Chicoutimi. Avec cet article, jespère répondre à vos interrogations, vous conseiller sur les bons réflexes à adopter dès votre arrivée et vous permettre de profiter de votre année. Cela fait presque 1 an jour pour jour que je suis ici. Issu dune école dingénieur à Lille, javais lhabitude des grands espaces urbains mais je voulais découvrir le Québec et ses paysages sauvages, cest pourquoi jai choisi lUQAC. En recherchant quelques informations, vous remarquerez vite que le SaguenayLac Saint Jean se situe à 2h de Québec et 5h de Montréal. La région a un certain caractère rural même si il y a beaucoup de grandes villes comme Saguenay, Alma ou Dolbeau. Certains nont pas apprécié leur expérience car ils étaient trop attachés à la vie en ville. Il est évident quil faut savoir sadapter à des contraintes et un mode de vie différent. Pour ceux qui sont dans ce cas, et souhaitent découvrir le Québec le changement sera probablement moins brutal en choisissant Québec ou Montréal. La réussite de cette expérience est dabord en lien avec les affinités que lon aura pour les activités que lon trouvera sur place. Dans la région où se situe lUQAC, on retrouve principalement des activités extérieures comme le canoë, le kayak ou le rafting pour lété sans oublier la quantité impressionnante de voies descalade. Lhiver on retrouve principalement la raquette, le ski de fond ou le ski alpin/snowboard et toute la partie vie hivernale en camping que jai beaucoup pratiqué. Lactivité incontournable est sans aucun doute le chien de traîneau (voir larticle que jai rédigé sur ce point). Ceci étant dit, on retrouve la possibilité de faire du vélo, de la randonnée, etc. Si cela correspond à vos attentes nhésitez pas à tenter laventure ! Faites attention cependant à ne pas tomber dans le piège, vous ne venez pas ici en vacances mais dabord pour étudier. Les guides touristiques sur la région sont riches en informations et présentent un grand nombre de possibilités sur place. Vous naurez probablement pas le temps de tout faire, et parfois vous devrez choisir. Et bien souvent ces activités sont disponibles uniquement durant les saisons touristiques. Parfois, comme cette année, la qualité et la quantité de neige permettent de skier jusquà la fin avril. Gardez donc à lesprit que vous devrez vous occupez durant les périodes creuses. Pour découvrir rapidement les plus grosses attractions de la région, la vie étudiante organise des activités et visites destinées à tous les étudiants, mais auxquelles participent principalement les étudiants étrangers, en proposant un tarif de groupe intéressant et le transport. Pour avoir participé à toutes les activités, je peux témoigner de leur qualité, et principalement durant la première session car cela permet de rencontrer du monde. Même si on vient avec des amis décole, peut-être quils nont pas les mêmes attentes concernant leur année à Chicoutimi et donc faire connaissance avec des gens qui partagent les mêmes intérêts permet de bien réussir son année. Cela mamène à développer un point important : réussir son intégration. Il faut garder à lesprit que si au départ les gens feront beaucoup defforts pour vous aider, par la suite vous devrez également faire un pas vers eux afin de consolider vos relations. Il ne faut pas oublier que cet aspect fait partie de lexpérience. Séloigner de ses proches et ses amis peut parfois être difficile et par conséquent posséder un groupe dami sur place permet de surmonter les difficultés qui peuvent survenir. Au-delà de cet aspect cest aussi loccasion de découvrir des personnes de provenances et cultures différentes. Jai eu la chance cette année dêtre avec des Français et des Québécois bien sûr mais également des Canadiens, des Brésiliens, Espagnols, Belges, Iraniens. Réussir son intégration cest aussi savoir se remettre en question et dépasser ses valeurs, en effet vous vous apercevrez vite que chaque culture est différente. Mettez de côté vos attentes et profitez du moment en respectant la culture de lautre. Si certains apprécient la proximité et le contact, dautres nen ont pas forcement lhabitude. Jai parfois entendu « les Québécois sont difficilement approchables ». De mon point de vue, cest faux: il ne faut pas oublier que cest nous qui arrivons chez eux et que par conséquent ils ne feront pas forcement le premier pas. Pour que lexpérience fonctionne, il faut être acteur de son intégration. Pour ma part je me suis impliqué dans le club de plein air, ce qui ma permis de faire ce lien. Le mode de fonctionnement de lUniversité est assez souple et permet de simpliquer dans la vie étudiante. Cette année, mes amis expatriés étaient notamment dans le club plein air, le Snow ski Inuk, léquipe de foot Inuk. Le deuxième point est de sadapter au fonctionnement local. Jai plusieurs fois entendu « ce nest pas comme chez nous, ils devraient plutôt faire comme ça ». Encore une fois il ne faut pas oublier quau-delà dune image idyllique que nous nous faisons du pays, il existe des institutions qui fonctionnent depuis des années. Et cela ne changera pas, alors autant sadapter rapidement. De façon générale ce nest ni positif ni négatif. Jai apprécié le service fourni par ladministration canadienne (conviviale et structurée). Comme je le disais précédemment la région est touristique et découvrir la culture locale, fait partie de lexpérience. Nous avons la chance ici davoir la route du fromage et un grand nombre de micro-brasseries servant bières artisanales et plats traditionnels comme la tourtière ou la tarte aux bleuets. Enfin pour terminer, soyez réaliste. Ne partez pas avec une idée préconçue et idéaliste, issue de magazines ou de témoignages extrêmement positifs. Jai été très satisfait de mon séjour et jen garderai probablement des très bons souvenirs, mais tout na pas été facile et il y a eu des moments difficiles. Peu de personnes en parlent. Lexemple le plus concret est que les premiers à avoir dit quils voulaient faire leur vie ici sont aussi les premiers qui ont eu envie de partir. Les attentes étaient trop hautes et ils nont pas réussi à les combler. Quoi quil arrive, ce genre dexpérience est une aventure extraordinaire et en particulier sur le plan humain. Je souhaiterais remercier toutes les personnes qui ont contribué à une année mémorable. Après 1 an, 40 000km parcourus au Canada et aux États-Unis, 3 sessions, un hiver québécois, un été magnifique, des fous rires, des nuits sous les étoiles et quelques poutines, il est lheure pour moi de rentrer en France, en sachant pertinemment que je reposerai un jour mes valises au Canada. Et souvenez-vous, « il ne fait pas froid au Québec, il ny a que des gens mal habillés ». http://blog.uqac.ca/...ture-au-quebec/ Fichier(s) joint(s) Drapeaux2-150x150.jpg 9.15 Ko 17 téléchargement(s)
  13. j'ai lu un sujet sur le forum j'aimerais le partager avec vous , , bonne lecture Bonjour à tous, Ceci est ma première intervention ici, et sûrement pas la dernière si vous avez des questions suite à la lecture du texte que je vous ai préparé. Vous envisagez de venir vivre au Québec dans l'espoir d'y trouver un meilleur avenir, une meilleure qualité de vie. C'est un beau projet, mais que connaissez-vous en fait du Québec ? Probablement que c'est un pays merveilleux, où tout va bien, et si vous ne vous documentez pas plus, vous le croyez. Pour ne pas avoir trop de surprises après votre arrivée, j'ai tenu à vous faire part de mon vécu, de mon expérience, non pas pour dénigrer le Québec, mais pour vous faire connaître ses lacunes, les problèmes auxquels vous serez confrontés et dévoiler ce que l'on ne vous dit pas. Ayant moi-même traversé l'Atlantique il y a 18 ans, j'avais de beaux rêves et plein d'espoir. Je ne regrette pas ma décision de l'époque, mais j'aurais aimé être un peu mieux informé sur les inconvénients et désagréments qui m'attendaient en m'installant au Québec. Et si je n'avais pour compagne une Québécoise, je songerais sérieusement à aller voir ailleurs. Commençons par la santé, puisqu'à mon avis c'est le plus important. Quand tout va bien de ce côté, on ne se soucie de rien, mais quand on tombe malade, ce qui peut arriver à n'importe qui n'importe quand, c'est là que rien ne va plus. Si le système de santé n'est pas parfait en France, il est incomparablement supérieur dans le quotidien à celui du Québec. Dans les deux cas il coûte excessivement cher à faire fonctionner, alors laissons cette considération de côté. Premièrement, quand vous arriverez, vous devrez chercher un médecin de famille. On vous dira qu'il faut vous inscrire sur une liste d'attente. Préparez-vous alors à attendre des mois, voire plus d'un an avant que l'on vous rappelle. Il vous reste trois solutions en attendant : les urgences, avec ses heures d'attente interminables ; Les cliniques sans rendez-vous, qu'il faut appeler dès l'ouverture car 1 minute plus tard c'est déjà complet pour la journée ; Les cliniques privées, qui coûtent excessivement cher. Il n'y a pas assez de médecins de famille, mais les autorise à exercer dans le privé ! Ça s'appelle aussi la santé pour les riches seulement ! Ma compagne et moi vivons actuellement une période très difficile, qui démontre le dysfonctionnement du système de santé. Notre médecin de famille, qui ne travaille pas les vendredis, était en vacances pendant les fêtes. C'est du moins ce que nous en avons conclus, puisqu'à son cabinet il n'y avait pas de répondeur téléphonique et qu'il était par conséquent impossible de connaître sa date de retour. Quand nous avons réussi à le joindre, il y avait un mois d'attente pour une consultation, quelque soit le mal et le degré de souffrance ! Au service des urgences, le médecin n'a pu que prescrire une dose excessive d'anti-douleur à ma compagne, aucun examen approfondi n'étant possible, car sa vie se semblait pas en danger. Il aurait fallu que l'on voit du sang couler. Tant que vos organes vitaux ne sont pas touchés, votre cas n'est jamais considéré comme urgent, quelque soit votre niveau de souffrance, même s'il s'agit d'un enfant. Résultat, on vous renvoie chez vous, avec votre mal et vos souffrances, pendant ce temps là vous coûtez cher au système car vous ne travaillez pas mais vous êtes quand même en partie payé, et vous consommez des médicaments qui coûtent cher et vous détruisent la santé, comme si le mal n'était pas suffisant. Alors qu'un examen en hôpital aurait pu au moins cerner le problème plus rapidement, on préfère vous laisser mourir, soit de votre maladie ou de la prise importante de médicaments, soit de dépression. Les hôpitaux ne sont finalement que des salles d'opération pour des cas pris en considération trop tard et des mouroirs. Ne comptez pas non plus sur les médecins pour se déplacer à votre domicile, c'est une conception qui n'existe au Québec que pour les fortunés. Il faut savoir que les médecins sont payés à l'acte. N'espérez pas rester une demie heure en consultation, ils n'ont pas le temps de vous écouter et vous ne seriez pas rentable. N'oubliez jamais que vous êtes un client, pas un patient. Si vous allez dans le privé, attendez-vous à payer 120 $ pour 20 minutes seulement, par exemple. Selon le cabinet, les services ne sont pas de la même qualité, alors il vaut mieux s'informer avant, car vous payez non seulement la consultation, mais aussi une adhésion annuelle. Pour les cliniques privées d'imagerie médicale, n'en parlons même pas, il vaut mieux parfois se payer un billet d'avion pour le faire en France ! Nous avons comparé, les tarifs pratiqués sont 4 fois plus élevés. Et tenez-vous bien, ça vient de sortir : le gouvernement veut faire payer toutes les chambres dans les nouveaux hôpitaux, selon les revenus du malade ! En bref, le système de santé du Québec est catastrophique (ma conjointe a qualifié sa situation d'« enfer »), alors je vous conseille d'essayer de conserver une assurance publique ou privée française. Si vous êtes sujet à avoir des problèmes au niveau de votre dentition, préparez-vous à le payer très cher. Il n'existe aucun barème concernant les soins dentaires, chacun facturant le prix qu'il veut, et les dentistes ne se gênent pas ! Sans parler des dentistes qui inventent des caries (expérience vécue et reportage passé à la télé), ne comptez pas sur l'ordre des dentistes pour les réprimander. Ce n'est pas pour rien que je profite de mes voyages en France pour aller chez le dentiste. L'éducation maintenant. Le gouvernement s'est défait de certaines de ses responsabilités en créant des commissions scolaires. Probablement pour donner de l'emploi à des fonctionnaires payés par nos taxes scolaires, car au niveau utilité on cherche encore. Si l'on parle du niveau d'éducation, parfois ça fait peur. Il n'y a qu'à lire ou écouter les politiciens, les journalistes, les représentants de la loi et même les professeurs (!) pour se rendre qu'on compte qu'il y a de sérieuses lacunes, notamment dans la langue française. C'est vrai qu'en France on utilise beaucoup trop de mots anglais, mais au Québec on les a francisés ! Exemple : canceler qui veut dire annuler, mais peu de monde comprend quand vous dites annuler. Que dire de céduler, qui est une transformation de schedule ? Si vous voulez travailler dans la mécanique, sachez que pratiquement tous les outils et toutes les pièces sont cités par leur nom anglais. Cela tend toutefois à changer, l'école enseigne les noms français depuis un certain temps. Mais les habitudes sont longues à changer... Ne soyez pas surpris par les articles en double comme « de d'autres », les verbes qui n'existent pas comme ils « jousent » ou bien encore en orthographe « les chevals » ! Il y a aussi les mots pris pour d'autres : creux à la place de profond, petite à la place de maigre, vite à la place de tôt, comment à la place de combien, température pour parler de la condition météorologique, etc. Que dire des mots masculins prononcés au féminin et inversement ? Les verbes être et avoir confondus ? N'oubliez pas non plus que les enfants apprennent des autres enfants, alors si ça ne vous dérange pas de les entendre parler avec un accent... Mettez-vous dans l'idée qu'au Québec on parle une autre langue, vous serez moins surpris. Il paraît que les universités sont très bonnes, peut-être mais elles sont payantes ! Alors prévoyez beaucoup d'argent pour l'éducation de vos enfants. Si vous avez des enfants en bas âge ou que vous comptez en avoir, préparez-vous à commencez le plus tôt possible vos recherches de garderie, car les places sont rares ou onéreuses. Si l'on vous a octroyé un visa de résident permanent, c'est qu'il y a une demande dans votre profession. Cependant, ne vous attendez pas à retrouver le poste ou le niveau que vous avez atteint, vos diplômes et votre expérience ayant bien des chances de ne pas être reconnus et vous devrez recommencer au bas de l'échelle. Il faudra faire vos preuves ici, éventuellement reprendre des études et passer des examens, car ce que vous avez appris ailleurs n'est pas valable. Le gouvernement a plusieurs monopoles, en voici deux que l'on peut qualifier de vache à lait : celui de l'assurance automobile et celui de la distribution de l'alcool. En ce qui concerne l'assurance, vous devrez payer votre permis tous les ans, payer très cher votre assurance corporelle par le biais des immatriculations, tout en étant obligé de souscrire une assurance matérielle auprès d'un assureur privé. Et si vous êtes motard, là c'est le coup de massue ! Le gouvernement a décidé il y a quelques années de faire disparaître les motos sport de la route. Il a pour cela fait passer de 320 $ à plus de 1500 $ les frais annuels ! Au Québec on ne peut rouler que 6 à 7 mois par année à moto, alors calculez le coût par sortie... Il faut savoir aussi qu'à chaque fois qu'un véhicule d'occasion se vend, la SAAQ (Société de l'assurance automobile du Québec) taxe l'acheteur de 10 % sur le montant de l'achat ou sur la valeur estimée, selon le montant le plus élevé des deux. Pour un véhicule que j'ai payé 3700 $, j'ai dû payer des taxes sur 6800 $, car bien sûr les véhicules sont surévalués afin de taxer au maximum. L'autre monopole concerne donc l'alcool. Si vous êtes habitué à boire votre petit verre de vin à chaque repas, attendez-vous à ce que cela vous coûte cher. La moindre bouteille potable vous reviendra à plus de 10 $ ! Et ne comptez pas en rapporter une caisse à chaque voyage en France, vous n'aurez le droit qu'à 1,5 l. En général, le fromage est aussi une denrée que les Français apprécient. Là aussi vous le paierez cher, et pas seulement les fromages importés. Ce n'est pourtant pas un monopole cette fois. Beaucoup d'immigrés français nous ont donné une mauvaise réputation, en arrivant en conquérant et en voulant donner des leçons. Ne soyez pas étonné d'être considéré comme un « maudit français » avant de faire vos preuves. Les touristes sont en général bienvenus, mais pas les immigrés. Habituez-vous dès maintenant à parler en pouces et en livres, car même si les mesures officielles sont le mètre et le kilo, rares sont les personnes qui les utilisent. Dans plusieurs métiers, dont la construction immobilière, il est même impossible de parler en mètres. Si vous cuisinez, ne vous encombrez pas de vos livres de recettes, vous aurez bien du mal à trouver les mêmes ingrédients, soit parce qu'ils ne sont pas disponibles, soit parce qu'ils ne portent pas le même nom (à cause de l'influence de l'anglais). Exemple, les poivrons sont appelés piments. Sachez que la distribution du courrier à la porte ne sera bientôt plus qu'un souvenir, vous devrez vous déplacer jusqu'à des boites communautaires. Cela n'empêche pas le timbre d'augmenter de 59 % cette année ! L'électricité aussi augmente régulièrement, cette année ce sera de plus de 5 % ! Ce, malgré l'installation de compteurs communiquant supprimant des emplois, émettant des fréquences radio nuisibles pour la santé. Que dire de l'essence, qui en 16 ans est passée de 0,60 $ à 1,35 $. C'est vrai qu'en France c'est pas mieux... La limite de vitesse sur les autoroutes est de 100 km/h. Armez-vous de patience, les distances sont importantes entre les grandes villes... Le Québec étant une simple province canadienne, il vous faudra faire deux déclarations de revenus, une au provincial, l'autre au fédéral, et vous aurez deux impôts à payer. Le Québec c'est l'hiver disait un chanteur. Heureusement ce n'est pas toute l'année, mais une bonne partie quand même, ce qui fait qu'il n'avait pas tord. Et quand on parle d'hiver, on parle d'inconvénients. Mis à part l'habillement, il vous faudra changer vos pneus d'auto deux fois par an, traiter votre véhicule contre la rouille tous les ans ou le laisser rouiller, subir la dégradation très rapide des routes peu ou mal entretenues, assumer les coûts de réparation de votre véhicule suite aux dommages causés par le mauvais état des routes. Si vous aimez le ski alpin, n'abandonnez pas les Alpes et les Pyrénées, au Québec il n'y a que des monts ! La neige à Noël a son charme, certes, mais ça ne fait pas oublier le verglas fréquent et les températures à -30 °C... En conclusion, si vous avez toujours l'intention de vous installer au Québec, PRÉVOYEZ BEAUCOUP D'ARGENT. Si vous avez l'intention d'y élever vos enfants, c'est carrément une très mauvaise idée. De nombreux Français sont repartis après quelques années, ce n'est sûrement pas par hasard. Je le répète, j'ai volontairement parlé de points négatifs pour vous informer sur ce que l'on ne vous dit pas, mais heureusement il y a aussi des points positifs en compensation. Ceux là, je vous laisse les découvrir ! À bon entendeur...
×
×
  • Create New...

Important Information

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, de réaliser des statistiques de visites et de vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. Terms of Use Privacy Policy Guidelines