Jump to content

lapuce

Membres
  • Content Count

    33
  • Joined

  • Last visited

3 Followers

About lapuce

  • Rank
    Pas pire

Profile Information

  • Gender
    Femme
  • Statut
    Québécois(e)
  • Pays d'origine
    canada
  • Pays de résidence
    Canada
  1. Tu as bien raison, mais XXXXX ne veut rien entendre! Message de la modération Les insultes ne sont pas tolérées sur ce forum. Lisez la charte !!!
  2. et en plus le respect qui va avec... ben oui au fait tu travailles dans quel domaine toi? tu es qui... bon ben signalé... me faire insulter faut pas me prendre pour un épais non plus! J'ai vraiement peurrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrr!!!!!
  3. L'une des raisons c'est qu'ils n'ont pas les permis (construction etc) pour venir travailler au Québec alors ils ne peuvent pas soumissionner! Mais c'est faux puisque les sociétés (bureaux d’études et entreprises) avec lesquelles nous travaillons ont toutes les accréditations pour travailler dans la majorité des provinces. Le problème ne vient pas de la. C'est juste que les Québécois et sociétés Québécoises sont dures a intégrer dans un environnement et des missions Canadiennes. Le gap culturel avec le reste du pays est important et dans les affaires ils sont mal perçus. Si vous venez de l'extérieur du Québec Au Québec, les mesures d'accès à l'industrie de la construction privilégient les candidats diplômés et sont définies par réglementation. Pour exercer une occupation ou un métier réglementé de l'industrie de la construction du Québec, que ce soit à titre de travailleur, d'employeur ou de représentant désigné, trois conditions minimales doivent être remplies : être âgé d'au moins 16 ans; avoir réussi le cours Santé et sécurité sur les chantiers de construction ; détenir un certificat de compétence de la Commission de la construction du Québec (CCQ). Avant votre arrivée au Québec Communiquez avec le service à la clientèle de la CCQ pour obtenir des renseignements supplémentaires ou pour entreprendre vos démarches d'obtention d'un certificat de compétence. Munissez-vous de tous les documents nécessaires à l'étude de votre demande de certificat de compétence et concernant votre expérience de travail et votre formation. http://www.ccq.org/G_ExterieurQuebec.aspx?sc_lang=fr-CA&profil=Travailleur ******En plus du Placement syndical au Québec...http://www.radio-canada.ca/nouvelles/Politique/2012/12/04/010-placement-syndical-quebec-opposition-terrain-entente.shtml bla bla bla... bureaux d'études, firmes de conseils, vous arrivez à faire la différence avec travailleur de la construction? ben on dirait pas! une entreprise oeuvrant sur le chantier c'est différent mais prenez donc le temps de lire au lieu d'aboyer immédiatement... les accords de mobilité interprovinciale cela ne vous dit rien non plus... bla bla bla... bureaux d'études, firmes de conseils, vous arrivez à faire la différence avec travailleur de la construction? ben on dirait pas! une entreprise oeuvrant sur le chantier c'est différent mais prenez donc le temps de lire au lieu d'aboyer immédiatement... les accords de mobilité interprovinciale cela ne vous dit rien non plus... Va prendre de l'air,ça va te faire du bien XXXXX !!!!! Message de la modération Les insultes ne sont pas tolérées sur ce forum. Lisez la charte !! Et allez prendre l'air vous-même ailleurs que sur ce forum, ça nous fera du bien. La modération
  4. La ministre des Ressources humaines et Développement des compétences Diane Finley a pourtant réagi dimanche en affirmant que la décision de la RBC était inacceptable, rappelant que le Programme des travailleurs étrangers temporaires « n'a jamais été créé pour servir à faire venir des travailleurs étrangers temporaires destinés à remplacer des travailleurs canadiens qui avaient déjà un emploi. » http://www.radio-canada.ca/nouvelles/National/2013/04/08/001-mulcair-reaction-rbc.shtml
  5. L'une des raisons c'est qu'ils n'ont pas les permis (construction etc) pour venir travailler au Québec alors ils ne peuvent pas soumissionner! Mais c'est faux puisque les sociétés (bureaux d’études et entreprises) avec lesquelles nous travaillons ont toutes les accréditations pour travailler dans la majorité des provinces. Le problème ne vient pas de la. C'est juste que les Québécois et sociétés Québécoises sont dures a intégrer dans un environnement et des missions Canadiennes. Le gap culturel avec le reste du pays est important et dans les affaires ils sont mal perçus. Si vous venez de l'extérieur du Québec Au Québec, les mesures d'accès à l'industrie de la construction privilégient les candidats diplômés et sont définies par réglementation. Pour exercer une occupation ou un métier réglementé de l'industrie de la construction du Québec, que ce soit à titre de travailleur, d'employeur ou de représentant désigné, trois conditions minimales doivent être remplies : être âgé d'au moins 16 ans; avoir réussi le cours Santé et sécurité sur les chantiers de construction ; détenir un certificat de compétence de la Commission de la construction du Québec (CCQ). Avant votre arrivée au Québec Communiquez avec le service à la clientèle de la CCQ pour obtenir des renseignements supplémentaires ou pour entreprendre vos démarches d'obtention d'un certificat de compétence. Munissez-vous de tous les documents nécessaires à l'étude de votre demande de certificat de compétence et concernant votre expérience de travail et votre formation. http://www.ccq.org/G_ExterieurQuebec.aspx?sc_lang=fr-CA&profil=Travailleur ******En plus du Placement syndical au Québec...http://www.radio-canada.ca/nouvelles/Politique/2012/12/04/010-placement-syndical-quebec-opposition-terrain-entente.shtml
  6. Des douzaines d'employés de la Banque Royale du Canada (RBC) seront remplacés fin avril par des travailleurs temporaires venus d'Inde, selon une enquête du réseau anglais de Radio-Canada. Les nouveaux salariés s'occuperont, à Toronto, de domaines informatiques de la division RBC des services aux investisseurs qui gère les fonds de clients institutionnels. Ils sont dépêchés au pays par une multinationale de sous-traitance indienne, iGATE, qui a obtenu les visas des employés par le biais du Programme des travailleurs étrangers temporaires (PTET). L'entreprise entretient des relations professionnelles avec RBC depuis 2005. D'après une porte-parole de la Banque Royale, Rina Cortese, plusieurs salariés indiens travailleront à Toronto jusqu'en 2015. Le service dont ils s'occupent sera ensuite transféré dans un autre pays, mais certains employés pourraient rester indéfiniment au Canada. « Les nouvelles personnes sont dans nos bureaux et, comble de malheur, nous les formons pour qu'ils puissent effectuer notre travail », explique Dave Moreau, un des employés de RBC touchés par les licenciements. M. Moreau soutient que la personne qui le remplacera lui a posé de nombreuses questions et qu'elle ne connaît pas une partie importante du type de systèmes avec lesquels ils [les employés de RBC] travaillent. Selon les employés canadiens qui perdent leur poste, iGATE ne leur a pas offert d'autres emplois et on leur a même dit que le changement de la composition du personnel pourrait s'étendre et toucher d'autres membres du personnel de la banque qui compte 57 500 employés au pays. Ottawa surpris Le ministre fédéral de l'Immigration, Jason Kenney, soutient qu'il n'était pas au courant de cette situation et que les deux entreprises doivent suivre les règles. M. Kenney affirme que les « lois fédérales sont très claires. Vous ne pouvez pas déplacer des Canadiens pour embaucher du personnel venu de l'étranger ». Le ministère des Ressources humaines et Développement des compétences a quant à lui réagi par voie de communiqué. « Nous avons récemment pris connaissance d'allégations selon lesquelles la RBC remplace peut-être des travailleurs canadiens en faisant appel sous contrat à iGate, qui confie certaines des tâches à des travailleurs étrangers temporaires. Si c'est le cas, cette situation est inacceptable », peut-on lire. « Le Programme des travailleurs étrangers temporaires doit servir à répondre à des besoins aigus de main-d'oeuvre en l'absence de Canadiens pour faire le travail requis. Il n'a jamais été créé pour servir à faire venir des travailleurs étrangers temporaires destinés à remplacer des travailleurs canadiens qui avaient déjà un emploi. C'est pourquoi nous avons commencé à revoir ce programme. » Le ministère y déclare aussi « travailler avec Citoyenneté et Immigration Canada pour déterminer quelles seront les prochaines étapes ». La Banque Royale du Canada affirme qu'elle sous-traite le travail pour des raisons d'économie et d'efficacité. http://www.radio-canada.ca/regions/colombie-britannique/2013/04/07/001-rbc-remplace-employes-canadiens-indiens.shtml
  7. Tu devrais pas te présenter au Québec c'est terriblement raciste...il y a même le bonhomme sept heure, gare à vous c'est à vos risques!!!! C'est pas à votre façon de penser, que les Québécois vont vous acceptez, ça c'est certain...laissé tomber le Québec, c'est mieux pour vous.
  8. Entièrement d'accord avec toi McKenzie!
  9. Vivre et laisser vivre...voilà la question!
  10. Tout dépend à quel période de l'année cette photo...pas beaucoup de lac dégelé à ce temps ci de l'année à par quelques lacs dans le sud du Québec!!!
  11. Peut-être une chance pour vous...info supplémentaire! http://www.cegepat.qc.ca/accueil/etudiants-internationaux Milieu de vie dynamique Étudiez au Cégep de l'Abitibi-Témiscamingue : Le Cégep de l’Abitibi-Témiscamingue est un établissement d’enseignement supérieur à dimension humaine. L’établissement offre 19 programmes et accueille plus de 2 600 étudiants. Le volet international occupe une grande place au Cégep de l’Abitibi-Témiscamingue. Grâce à son expertise entre autes dans les domaines techniques en mines, en foresterie, en maintenance et en électronique industrielle, le Cégep donne des formations dans plusieurs pays : Chili, Pérou, Maroc, Burkina Faso. Le Cégep accueille aussi, dans son établissement, plusieurs étudiants en provenance d’autres pays, dont la Nouvelle-Calédonie et l’Île de la Réunion. Soucieux de la réussite de ses étudiants, plusieurs mesures d’encadrement sont mises en place. Les étudiants sont, pour la plupart, regroupés en petites classes. Un enseignement pratique est favorisé. Des laboratoires bien équipés, à la fine pointe de la technologie, sont disponibles aux étudiants. Des stages d’observation et d’expérimentation, des visites industrielles et des ateliers pratiques sont offerts. Les connaissances, le savoir-être et le savoir-faire composent l’ensemble des compétences développées pour l’atteinte de la diplomation.
  12. Info de plus, peut-être utile! http://carrieresgagnantes.com/agent-et-courtier-d-assurances/article/comment-devenir-agent-ou-courtier-d%E2%80%99assurance
  13. Le Centre de formation professionnelle Harricana offrira un programme intensif en aménagement forestier dès le mois d'août afin de combler les besoins en main-d'oeuvre dans ce domaine. Mais, pour le moment, les étudiants sont peu nombreux. Au Centre de formation Harricana, le programme Aménagement de la forêt a dû être abandonné au cours des deux dernières années, faute d'inscription. Une nouvelle formation, de 10 mois plutôt que 16, est lancée pour l'an prochain. Le directeur adjoint au pavillon de foresterie David Simard est confiant. « On s'attend à ce que l'on puisse redémarrer notre programme Aménagement de la forêt. La demande est là. Dans les autres programmes, tout va bien pour le moment. » — David Simard Au Cégep de l'Abitibi-Témiscamingue, les étudiants sont peu nombreux dans le programme en Technologie forestière. Ils sont seulement six dans le cours de troisième année. Ces étudiants ont fait le saut, en pleine crise forestière. « Parce que c'est un cycle comme les mines. En tant qu'étudiant, j'ai déjà mon emploi, lorsque je vais finir. Moi, j'ai choisi la foresterie pour la nature et parce que c'est un programme qui m'intéressait beaucoup. » — Commentaires des étudiants Moins de 10 étudiants par année se sont inscrits au programme de Technologie forestière depuis trois ans. Et pour l'an prochain, seulement six étudiants sont inscrits. Le coordonnateur du programme Jacques Chabot croit que les jeunes ne sont pas bien informés sur les possibilités qu'offre le secteur forestier. « J'ai eu un appel d'une responsable au ministère qui me demandait si j'allais avoir des finissants. Parce qu'il ouvre des concours et il y a pas personne qui se présente. » — Jacques Chabot Selon l'Association des produits forestiers du Canada, 60 000 personnes seront embauchés dans le secteur forestier au pays d'ici 2020. http://www.radio-canada.ca/regions/abitibi/2013/04/05/003-centre-formation-forestier.shtml
  14. Est-ce que les immigrants seront plus tentés par la ville de Québec au lieu de Montréal en regard du taux de chômage, je pose la question...
  15. Mode de versements égaux avec Hydro-Québec; http://www.hydroquebec.com/residentiel/gerer-votre-compte/mode-de-versements-egaux/
×
×
  • Create New...

Important Information

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, de réaliser des statistiques de visites et de vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. Terms of Use Privacy Policy Guidelines