Jump to content

theroad

Membres
  • Content Count

    26
  • Joined

  • Last visited

About theroad

  • Rank
    Pas pire

Profile Information

  • Gender
    Homme
  • Statut
    installé
  • Profession
    Informatique (web)
  • Pays d'origine
    France
  • Pays de résidence
    Canada

Recent Profile Visitors

266 profile views
  1. En ce lundi matin, la lecture du sujet posté par l'équipe d'Immigrer.com, ma première réaction est une question : est-ce que ce forum de discussion vient d'être hacké ? ;-) Au sortir d'une élection américaine caractérisée par l'hystérie totale, et dont la conclusion ne devrait pas tempérer les ardeurs, le fait de relayer le contenu d'un "projet" qui n'a même pas été présenté au sein d'un "centre communautaire" et donc encore moins dans le cadre d'une formulation matérielle me semble constituer un Troll de très haute volée. Ainsi, ma deuxième réaction est de souhaiter un très bon courage aux équipes de modération d'Immigrer.com, au regard de la règle #3 concernant l'usage du site : "Les discussions se font dans le respect de l'autre et des règles établies de la Nétiquette. Aucune insulte, dénigrement gratuit, propos haineux, raciste ou xénophobe, ou message à caractère pornographique ne sera toléré. La vulgarité, les propos injurieux et diffamatoires, les attaques personnelles ainsi que le harcèlement systématique entre les membres ne seront pas tolérés." En dehors de ces considérations générales, je pointerais simplement le fait qu'un tel projet n'a aucune chance de pouvoir voir le jour, sur la base de la discrimination au logement telle que définie dans la Charte des droits et libertés relevant de la commission des droits de la personne et des droits à la jeunesse. La religion ne pouvant en aucun cas être un facteur discriminant, le regroupement locatif basé sur la religion n'a aucunement lieu de pouvoir aboutir. C'est en tout cas mon avis, et je pense, ce qui sera ma seule contribution à ce fil de discussion. Je retourne à des sujets plus appropriés à la vocation initiale de ces forums.
  2. Effectivement la formulation "ici tu n'es rien" est un peu rapide (ou peut être ressentie de façon violente quand on la lit), mais elle n'est en rien personnelle, et j'aurais pu moi-même la formuler, car elle constitue une information qui est loin d'être totalement fausse. Pour préciser un point connexe de ma première intervention, il y a à mon sens deux paramètres forts : la compétence, et le marché. La compétence relève du CV. Comme partout ailleurs il est plus ou moins lu, en fonction de facteurs qui nous échappent. Tout dépend du panel des candidats, à l'interne comme à l'externe, issus d'une cooptation ou non (ici, les gens sont assez souvent rémunérés s'ils présentent un candidat qui fini par être recruté par l'entreprise), Québecois ou non (et ce, avant même l'idée d'un candidat international). Là, je ne parle que de ce que je vois, c'est à dire le Québec (comme peut-être la majorité des participants à cette discussion). Deuxième facteur, le marché. Comme je le disais, et comme beaucoup d'autres intervenants l'ont confirmé, le marché est très différent, et la perception d'un parcours professionnel aussi, y compris au sein d'un même groupe, quand il ne s'agit pas d'une expatriation opérée par et au sein d'une même société. C'est après tout logique : une personne capable de répondre aux besoins du business à un bout du monde ne sera pas pressentie comme étant immédiatement capable de répondre avec la même pertinence dans une autre région du monde. Le mode opératoire n'est pas le même, tant au sens commercial que dans la relation client tout court : une connaissance approfondie des acteurs d'un marché (Europe) d'un coté, et généralement aucune connaissance (dans la pratique - et pour cause...) des acteurs du marché visé (Canada). C'est un peu comme arriver dans un nouveau quartier ou une nouvelle ville, sauf qu'il est ici question de business. Je crois que c'est à cela que correspond principalement la formulation "ici tu n'es rien". Une formulation qui peut être traduire en : "Ici, les employeurs vont considérer que tu ne connais rien au marché d'Amérique du nord, si tu n'a pas d'expérience concrète sur place". Dans cette dernière formulation, aussi étonnant que cela puisse paraître, "sur place" a une importance considérable dans la façon dont les choses seront appréciées (c'est également cela qui invalide à 85% la possibilité de rencontrer un succès dans le cadre de candidatures à distance).
  3. Bonjour Alain Premier point d'importance : attention, Toronto et Montréal ne relèvent pas de la même procédure d'immigration en raison du fait que Toronto se situe en Ontario, et Montréal au Québec. Le Québec choisit lui même ses immigrants, alors que l'Ontario relève d'une procédure plus fédérale. Ensuite, j'aurais envie de dire que ces deux villes sont très différences. Le paramètre linguistique est très marqué. A Montréal, on te demandera très majoritairement de maîtriser le français et souvent d'être bilingue (attention, bilingue ici, ce n'est pas toujours bilingue au sens européen). Du coté de Toronto, c'est de l'américain. On dit souvent que Totonto est plus américaine que Montréal. Ça ne veut pas pour autant que Montréal serait européenne, car Montréal est québécoise. Il faut donc être conscient que tu parles là de deux projets assez différents, tant au niveau des démarches que du développement tel que vous pourrez le connaître. Avoir confiance est un impératif. Penser que ce sera le cas reste une approximation. Il se dit souvent - à tort - que l'informatique est une clé d'entrée absolue. C'est oublier de dire qu'assez souvent, l'expérience européenne ne représentera pas la même chose aux yeux d'une employeur canadien que ce que tu peux connaître actuellement (et ce n'est vraiment pas relatif). Le networking professionnel est fondamental, et prend beaucoup de temps si tu ne connais personne au début. 80% des emplois ne passent pas par le biais d'annonces. Et sur le 20% qu'il reste, tu passeras après les personnes qui sont recommandées, ou qui disposent déjà d'une expérience professionnelle sur place. C'est la bonne approche. Si ton parcours n'est pas linéaire (dans le même secteur) et/ou si tu possèdes une véritable aisance avec le fait de travailler dans un secteur qui n'a strictement rien à voir avec ton parcours (as-tu déjà rédigé un CV en ce sens ?), alors tu mets des chances de ton coté. Quelques mois d'économies est plus que prudent (j'ai tendance à dire que c'est un impératif), mais au moins une année ne sera pas de trop si tu ne veux pas ajouter le stress économique aux difficultés d'insertions que tu pourrais éventuellement rencontrer. Cette approche est possible à plusieurs conditions. Il faut de toute façon que l'un d'entre vous trouve rapidement un job. Vos employeurs ont-ils des contacts là-bas ? Pourraient-ils vous recommander concrètement auprès de certaines personnes ? A minima, disposez-vous de lettres de recommandations tout court ? Au niveau informatique, il se dit souvent que les certifications sont un atout indéniable. Pour résumer, la réflexion à mener dépasse largement le simple cadre des procédures d'immigration. Et tes questions sont à la fois pertinentes et très prudentes. Il est important de sortir du discours officiel, car une fois sur place, tu ne seras plus confronté qu'à la réalité, à ta capacité à encaisser le choc culturel (il existe bel et bien, il ne faut pas le négliger), et à la nécessité de chercher et comprendre à quel point le marché du travail (méthodes de prospection, déroulement des interviews et ajustement de la perception qu'on a dans les réactions de l'employeur) peut être différent au Canada. A titre d'exemple, ce n'est pas parce qu'une interview se passe bien que tu as fait bonne impression. Car à contrario de ce qui peut se produire en Europe, on fera tout pour te mettre à l'aise, ce qui peut être trompeur quand à la façon donc ta candidature a été perçue au final. Prenez bien le temps d'envisager tous ces points. C'est sur la base d'une préparation la plus exhaustive possible que vous pourrez mettre les chances de votre coté pour affronter ce qui plus qu'une transition, est un véritable défi. Et quand les ressources sont limitées, ce défi est d'autant plus imposant à relever.
  4. Oui, je sais, et il est toujours bon de le rappeler pour les lecteurs du forum. Mais je me suis permis de poser la question en raison du fait que bien qu'il soit très complet, la lecture de ce guide ne m'a pas permis d'identifier avec certitude la réponse à cette question. Au regard de la rigueur nécessaire pour éviter un retour de dossier, un échange avec des personnes expérimentées m'était nécessaire pour nous rassurer et écarter toute erreur d'appréciation.
  5. Bonjour, Merci mille fois à tous les deux pour vos réponses. Un très, très grand merci à nanourand pour ton explication très précise et détaillée, je te suis très reconnaissant d'avoir pris le temps de me répondre aussi bien. C'est super rassurant, et tout à fait juste. J'ai regardé le dossier à nouveau avec cet angle de vue, et tout est devenu limpide et cohérent. Votre aide nous a vraiment été précieuse, car le CIC est strictement injoignable depuis l'étranger, et malgré mes recherches sur Internet, je ne trouvais rien qui m'indique avec autant d'assurance quelle était clairement la démarche à suivre. Merci !!! ;-)
  6. Bonjour, Suite à une demande présentée en conjoints de faits, nous avons obtenu nos CSQ (deux exemplaires avec le même numéro de dossier, et des numéros de référence distincts). Sur le mien (en tant que demandeur principal), et portée la mention "2" au niveau du "nombre de personnes". Passant donc au dossier du fédéral, pour la demande de résidence permanente, nous nous demandons : - si nous devons bien remplir deux demande distinctes (mais postées dans la même enveloppe) pour le fédéral (formulaire IMM 008) ? - si c'est le cas, faut il bien indiquer "0" au niveau du point n°3 (nombre de membres de la famille) ? - s'il est utile/nécessaire/obligatoire de joindre une déclaration officielle et assermentée de conjoints de faits (IMM 5409) ? Merci beaucoup à toutes et à toutes pour vos réponses à ces questions qui sembleront peut-être simples à certains d'entre-vous, mais sur lesquelles nous voulons éviter de commettre la moindre erreur...
  7. Dans le plaisir de recevoir la notification d'ouverture du dossier, j'ai omis de lire qu'il s'agissait également de l'A/R. Voilà qui est une bonne nouvelle : je vais pouvoir modifier ma signature ici même...
  8. Salut à tous et à toutes ! Idem, j'ai été prélevé, et j'ai reçu aujourd'hui la notification d'ouverture du dossier par courrier. L'étape suivante est donc la réception de l'A/R si j'ai tout bien suivi... :-)
  9. Parce que la page 6 présente les nouvelles dispositions, en vigueur depuis le 1er août, alors que la page 14 n'est qu'un rappel ce ce qu'elles étaient jusque là?
  10. Tout à fait, je suis entièrement d'accord.
  11. Je ne pense pas qu'ils retourneront les dossiers juste pour ça. Mais par contre si autre choses manque, lors du renvoi du dossier il faudra certainement le mettre à jour. Si y'a n'a eu plein juste à cause formulaire lors des changements du 21 mars 2012. Et sans vous décourager on m'a retourné mon premier dossier juste que la copie du passeport n'était pas clair à leur goût. torepadufeu78@ Ton dossier arrive demain donc c'est après la mise à jour. Il te sera retourné et à mon avis de même que tous les dossier qui seront ouvert après le 1 août car c'est la date d'ouverture qui compte (attribution de numéro de dossier et prélèvement) Les modifications du dossier concernent surtout les test de langues, qui nécessitent un original pour le français et l'anglais. Toutes les mentions relatives aux notes d'oral et d'écrit y sont clairement reportées. L'administration sera donc parfaitement en mesure de trouver les informations manquantes, ce qui leur coûtera en frais de traitement, beaucoup moins cher que de devoir renvoyer des dossiers concernant les anciens formulaires. C'est d'autant plus probable que certains dossiers de mars/avril n'ont toujours pas entamé leur période d'instruction...
  12. S'il s'agît d'une demande en tant que travailleur qualifié, pour la France, il faut directement envoyer le dossier à Montréal. Dans d'autres cas de figure, le BIQ de Paris reste parfois l'interlocuteur. Direction de l'immigration économique – International Service Europe de l'Ouest, Afrique subsaharienne, Maghreb Ministère de l'Immigration et des Communautés culturelles 285, rue Notre-Dame Ouest, 4e étage Montréal (Québec) H2Y 1T8 CANADA
  13. Comme je ne crois pas que cela ait encore été évoqué, une autre modification importante (dans le bon sens) de la demande de certificat de sélection concerne l'âge du requérant principal, dont le segment a été élargi pour répondre à la réalité du marché en 2013. Pour le opérer un nouveau calcul des points de votre dossier, vous pouvez vous référer à cette version mise à jour de la grille d'évaluation : http://www.immigration-quebec.gouv.qc.ca/publications/fr/divers/Grille-synthese.pdf Pour ceux qui se posent des questions plus précises relativement à l'évaluation des compétences linguistiques (correspondances entre les tests et le nombre de points attribués), voici la nouvelle formule : http://www2.publicationsduquebec.gouv.qc.ca/dynamicSearch/telecharge.php?type=7&gpiType=N&file=NPI2013-012.pdf
  14. A mon avis, tu devrais plutôt poster cette question dans un fil moins spécialisé, car celui-ci est surtout consulté par des gens qui ont posté leur demande de CSQ en juillet 2013... Ils sont encore (moi y compris) loin des étapes que tu rencontres actuellement.
×
×
  • Create New...

Important Information

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, de réaliser des statistiques de visites et de vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. Terms of Use Privacy Policy Guidelines