Jump to content

Johann

  • entries
    13
  • comments
    0
  • views
    10,479

About this blog

Coach en organisation de voyages

Entries in this blog

La file et les écureuils

C’est en préparant un voyage au Vietnam que je me suis rendu compte à quel point étaient ancrés dans la culture québécoise certains traits de caractère tellement différents de ceux des Français. Je suis installé à Montréal depuis deux ans, je n’ai bien évidemment pas attendu de partir au Vietnam pour comprendre que les Québécois et les Français avaient des différences. Mais voilà, en lisant ce « faire-ne pas faire » sur le Vietnam, je me suis aperçu que sur certains points, les Français é

johann

johann

Un samedi au Carnaval de Québec

Depuis 2 ans que je vis à Montréal, j’ai pris l’habitude d’entendre certains quolibets à propos de la bonne ville de Québec. Pour pas mal de Montréalais fiers à juste titre du dynamisme de leur grande métropole, Québec n’est qu’une petite ville sans grand intérêt. C’est joli, c’est parfait pour les touristes, mais on s’y ennuie ferme. Pas autant qu’à Trois-Rivières, mais tout de même beaucoup plus qu’à Montréal. Ces réflexions sans grande méchanceté me font d’autant plus sourire q

johann

johann

Un après-midi aux urgences

Après plus de deux ans de vie à Montréal, grâce à ma santé de fer, je n’avais pas eu l’occasion d’être confronté au système médical québécois. Des légendes, j’en avais entendu, pourtant. Attention, âmes sensibles s’abstenir, ce qui suit peut donner quelques haut-le-cœur ! Les plus sympathiques : une amie d’amie (c’est l’homme qui a vu l’homme qui a vu l’ours) affligée d’une fracture ouverte, et qu’on aurait renvoyée chez elle avec des antidouleurs en lui demandant de revenir la semaine suivant

johann

johann

Le traîneau à chiens, une activité… de Français !

Ça y est, c’est fait ! Pour mon troisième hiver ici, j’ai enfin testé le traîneau à chiens. Oui, vous qui êtes en Europe, vous vous dites « Comment ? Seulement le 3ème hiver ? ». Je ne vous donne pas tort, en général quand on habite à un endroit, on fait beaucoup moins de choses que quand on le visite. J’ai passé 10 ans à Paris, et je n’ai jamais autant visité que les 2 dernières semaines avant mon départ. Et vous croyez peut-être qu’il suffit de faire du traîneau-stop en plein centre de Mo

johann

johann

Habillé pour l'hiver

« Mon pays ce n’est pas un pays c’est l’hiver », comme disait l’autre. L’autre, c’est Gilles Vigneault, chansonnier Québécois qui ne manquait pas de sens de l’observation. Des chroniques et articles sur la rudesses de l’hiver Québécois, vous ne manquerez pas d’en trouver des centaines sur le net, dans les livres, à la radio, à la télé… Le Canada, c’est le pays du froid, particulièrement dans la tête de tous ceux qui n’y ont jamais mis les pieds. Le pays dans lequel le Père-Noël aurait immigré s’

johann

johann

Se loger à Montréal : acheter ou louer ?

Après deux ans de vie à Montréal, nous nous lançons ! Deux ans à payer des loyers, et à « jeter l’argent par les fenêtres », comme aurait dit ma grand-mère. Les temps changent, évidemment, et cela fait de nombreuses années que nous déboursons un loyer tous les mois sans pour autant nous sentir frustrés de ne pas investir dans la pierre. Mais tout de même, vient un moment ou s’installer plus durablement devient un projet naturel. L’avantage d’être locataire est tout de même que l’on évite to

johann

johann

Et là, est-ce que je donne un pourboire ?

Le dernier James Bond est sorti. Il est dans toutes les salles. Avez-vous, comme moi, l'image de Sean Connery ou de Roger Moore glissant négligemment un billet au porteur de valise à son arrivée dans quelque cinq étoiles du bout du monde ? Incroyables, ces Américains ! Ils distribuent le billet vert comme s'il s'agissait d'un vulgaire bout de papier ! Au Québec aussi, on "tipe". Pas autant. Pas de la même manière. Mais en tout cas beaucoup plus qu'en France. Ce n'est pas pour rien que le

johann

johann

Les couleurs du Québec

Profiter de la nature au Québec, c’est pouvoir profiter de 3 saisons distinctes, pendant lesquelles les paysages et les activités sont radicalement différents. L’été, on se baigne dans les lacs, on profite de la température qui atteint des sommets (facilement plus de 30 au plus fort de la saison), on se balade dans la verdure… Il est assez hallucinant de constater à quel point la végétation, bien entendu discrète le reste de l’année, envahit tout au Québec en été, dans les parcs comme au cœur

johann

johann

Sur ma bicyclette

Vous êtes sur votre vélo, en plein cœur de Montréal… Tout à coup, la tuile. C’est la crevaison. Vous n’avez bien entendu pas sur vous de rustine, pas de chambre-à-air de rechange, pas de vélo de secours… Vous n’avez pas souscrit d’assurance dépannage avec remorquage… Pas de panique. À Montréal, la culture de la bicyclette est telle qu’il est rare que vous vous trouviez à plus de deux pâtés de maison d’une boutique qui vend, loue, et répare des deux roues non motorisés. Je me demande parfois si

johann

johann

Le barbecue, institution Québécoise.

Savez-vous quel est l’un des signes qui montre que je m’intègre doucement mais surement à la société québécoise ? Je possède deux barbecues ! Le premier est un barbecue à gaz, solidement campé dans ma cour, et qui me sert presque tous les jours en ces temps de canicule qui font verdir de jalousie mes amis français (et moi d’enfoncer le clou en publiant sur les réseaux sociaux des bulletins météo de la Belle Province, histoire de me venger de leurs quolibets hivernaux). Cuire un steak à la p

johann

johann

Tempête de neige et canicule

À Montréal, on prend l’habitude de regarder la météo avant de sortir de chez soi le matin. En tout cas, c’est une habitude que j’ai prise, alors que je ne l’avais pas du tout en France. C’est vrai l’hiver, surtout, bien entendu. Plus que de la curiosité, c’est une question de survie. Bon, j’exagère peut-être un peu, mais en tout cas c’est indispensable pour savoir comment s’habiller. Car d’un jour à l’autre, la température peut varier facilement de 15 degrés. Et on ne choisit pas sa tenue du j

johann

johann

Le vieux sage prodigue ses conseils

Sans m’en rendre compte, petit à petit, je suis passé du statut de petit nouveau à qui on explique la vie au Québec, à vieux sage qui prodigue ses conseils avisés aux immigrants débutants. Quand, comment le changement s’est fait, je serais bien incapable de vous le dire. En revanche, je me souviens très bien du moment où je me suis rendu compte que la transition s’était opérée. Nous étions chez des amis, à une soirée à laquelle nous étions invités non-seulement car nous sommes d’excellente

johann

johann

Ils sont gentils ces Québécois, quand même !

C’est la réflexion la plus prononcée par les proches qui viennent nous rendre visite, après quelques jours de restaurants, boutiques, transports en commun et autres lieux dans lesquels on peut tester le service à la clientèle. Ce cliché qui ne cesse de s’avérer pourrait être étendu aux relations amicales, bien entendu, mais c’est sur le « service à la québécoise » qu’on le ressent tout d’abord quand on arrive ici. Tout simplement parce que l’on va en général manger au restaurant ou acheter

johann

johann

×
×
  • Create New...

Important Information

We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue. En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, de réaliser des statistiques de visites et de vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. Terms of Use Privacy Policy Guidelines