Jump to content

Search the Community

Showing results for tags 'vie'.



More search options

  • Search By Tags

    Type tags separated by commas.
  • Search By Author

Content Type


Forums

  • Démarches et vie pratique
    • Québec
    • Canada
    • Bilans et tranches de vie
    • Médecins, infirmières et pharmaciens
    • PVT
    • Retour dans son pays
    • Voyager, Visiter, Tourisme et prospection au Québec et au Canada
    • Lounge
    • Études et stages
    • Salle d'attente - échanges de dates
    • Parrainages et Mariages
    • USA : Tourisme et immigration - Vie aux États-Unis
  • Emploi (Ressources, outils, bons plans)
    • Offres d'emploi
    • Chiffres et études sur le marché de l'emploi
    • Routier au Canada (camionneur)
    • Votre profession
    • Ordres professionnels (Bons plans)
    • Techniques de recherche d'emploi
    • Votre entreprise (avis et postes disponibles)
    • Reconversion ou formation continue
  • Kiosques des spécialistes
    • TransferMate (virements internationaux)
    • Assurance PVT / Études / Stages
  • Sorties, loisirs et rencontres
    • Nouveaux, présentez-vous
    • Sorties
  • Affaires / Immobilier - Investissement
    • Acheter, vendre ou créer une entreprise ou un commerce
    • Immobilier résidentiel
  • Documents outils et ressources
    • Obtenir la citoyenneté
    • Formulaires
    • Taux de change et conversion des mesures
    • Calculateur des frais d'immigration et de subsistance
  • Petites annonces
    • Mobilier et matériel
    • Véhicules à vendre
    • Appartements et maisons à louer
    • Appartements et maisons à vendre
    • Immobilier commercial
    • Colocation
  • Aide et organisation du site
    • Boite à idées
    • Support technique
  • Lina's Lorsque limmigration canada vous demande le certificat de police pour votre mari en haiti est ce quil doit le deposer au canada ou a l'ambassade canada en haiti?
  • Exemple de courrier pour le MIDI / Fédéral's Documents

Blogs

There are no results to display.

There are no results to display.


Find results in...

Find results that contain...


Date Created

  • Start

    End


Last Updated

  • Start

    End


Filter by number of...

Joined

  • Start

    End


Group


Gender


Date d'arrivée


Année de naissance


Profession


Préoccupation


Pays d'origine


Pays de résidence


City


Skype


Facebook


Website URL


ICQ

Found 13 results

  1. Bonjour à toutes et à tous, Après avoir passé plusieurs entretiens, ma compagne a enfin reçu son contrat de travail au Québec. Le "problème" est que nous ne connaissons rien au marché Québécois, et nous ne savons du coup pas si le salaire proposé est plutôt correct ou pas du tout. Des avis nous aideraient donc énormément pour nous rassurer (ou pas ^_^). Le salaire proposé se trouve être autour de 42 000$ brut annuel, pour un poste de technicien (équivalent BTS), avec une expérience de deux ans en France. De plus, est-ce qu'avec ce montant, nous pouvons facilement vivre au Québec à deux, sachant que je n'aurais pas de travail au départ ? Ou est-ce un salaire trop limité pour y vivre de manière confortable ? Nous ne sommes pas de gros dépensiers, la question est donc plutôt : est-ce que nous pourrons manger à notre faim et avoir un logement décent tout en pouvant nous offrir un minimum d'extras/loisirs ? Merci d'avance.
  2. Bonjour a toute et a tous Apres mainte procedure et appel je poste ce message pour que je puisse enfin trouver de l'aide . Depuis la lois mis en vigueur en Novembre 2016 qui stipule que pour tout les entrée au Canada doit être suivis par un visa , AVE, etc je suis bloquée. Je vous explique: Je suis residente permanent depuis toute petite (depuis que j ai 1/2 ans) car je ''navigue'' entre la Canada et la France. C'est a dire Je vis en France et je vais chez mes grand parents l’été (Au Canada). MAIS Aujourd'hui vue que je n'ai plus aucune trace de ma RP , a part un mail de refus d'AVE comme quoi Je suis residente permanente et que je dois faire la demande d'un TVRP . Je ne sais pas quoi faire je n''arrive pas a renouveler cette carte car je n'ai pas de trace je ne peux pas avoir d'AVE car je suis une RP dons je dois ''postuler pour une ''TVRP''. je ne peux pas avoir de TVRP car je n'ai pas de trace de ma RP. J'ai demander de l'aide en appelant le consulat de Lyon , la personne en charge de la ligne telephonique ma proposer d'aller sur le site IRCC de crée un compte GC et de faire soit une résilience de RP ou une confirmation. alors je ne veux pas faire de résilience car je tiens a mon appartenance a ce pays et a pouvoir voir ma famille , et je ne vois pas ou je peux faire une confirmation ou une mise a jour de RP . J'ai aujourd'hui 20 ans , je suis prenante pour toute personne qui pourrait m'aider dans ma situation , ça va faire presque 2 ans que je suis pas retourner au Canada . Merci
  3. Bonjour à tous, Je me permet de vous demander votre avis éclairé sur ma situation un brin confusante. Actuellement en V.I.E. en Colombie Britannique, je vais bientôt déplacer celui-ci au Québec pour le reste de ma mission. Dans l'optique d'obtenir ma résidence permanente, j'ai présenté une demande d'entrée express dans le cadre de l'expérience canadienne. Problème1: est-il toujours possible pour moi de venir habiter au Québec par le biais de l'entrée express, ou faut-il que je refuse mon invitation et que je recommence par un autre biais ? Deuxième question: dans le cadre du VIE, qui doit fournir la lettre de l'employeur pour IRCC: Business France, ou bien ma compagnie d'accueil ? Merci à vous pour vos réponses !
  4. Bonjour à tous, je me permet de vous rapporter un article complet et super intéressant trouvé sur le net (que j'ai légèrement modifié) afin que vous ayez une idée précise de notre future magnifique ville Bonne lecture! Tout ce qu'il faut savoir sur Winnipeg Introduction Comme toutes les choses : qu’on adore ou qu’on déteste, Winnipeg a plein de petits surnoms : The Peg, Winterpeg, Murderpeg, Mosquitopeg… ça fait rêver, hein ? Winnipeg est située en plein centre géographique de l’Amérique du Nord et c’est aussi la capitale du Manitoba. C’est une capitale à dimension humaine, plutôt à la cool, avec une ambiance familiale et des gens très chalereux qui t'abordent la à la première occasion. La ville est chargée d’histoire et connaître celle-ci aide à comprendre ce qu’est Winnipeg aujourd’hui, les habitants et la mentalité. Si l’histoire et la culture locale vous intéressent, plus d’infos par ici : Louis Riel - L'Encyclopedie canadienne Et par ici : le jeu Manitoba Voyageurs pour en apprendre plus sur la Province et son histoire : Manitoba Voyageurs Winnipeg, c’est… - un peu plus de 740 000 habitants - 464 km2 de superficie - anglophone à 95% - la ville canadienne avec la plus forte population autochtone - la plus importante communauté francophone de l’Ouest canadien - un écart de plus de 60°c entre les températures d’été qui montent au-delà de 30°c et les minimales d’hiver qui descendent en dessous de -30°c avec le windshield (le vent bien froid qui vient du Nord) - la capitale canadienne de la culture en 2010, grâce à ses théâtres, son corps de ballet et ses musées Les habitants La population augmente énormément d’année en année, avec les nombreux migrants. On en a compté plus de 15 000 l’année dernière. Cela donne à la ville un caractère cosmopolite et international particulièrement marqué, où les communautés des pays de l’Europe de l’Est (Polonais, Ukrainiens) côtoient celles de l’Amérique du Sud (Colombiens), de l’Asie (Philippins), de l’Afrique francophone (Nord et Côte Ouest), de la vieille Europe (Irlandais, Allemands, Français) et des autochtones. Les autochtones En 2006, le Manitoba et la Saskatchewan affichaient les plus fortes proportions d’Autochtones des 10 provinces canadiennes, et la région de Winnipeg présentait la plus importante population autochtone de toutes les villes canadiennes. A Winnipeg, la population autochtone se répartit à peu près ainsi : - les Métis (60%) : issus de canadiens-français et d’indiens - les Premières Nations (38%) - les Inuits (2%) Les langues La langue officielle est l’anglais, même si dans le quartier de Saint Boniface spécifiquement, ce sont l’anglais ET le français qui sont parlés. Le français La langue majoritairement parlée est bien entendu l’anglais. Mais compte tenu de l’histoire de la province, on retrouve des villages entiers de Franco-Manitobains dans le sud (autour de Winnipeg), qui portent des noms bien français de type Saint Quelquechose, et où on ne parle qu’en français (le français du Manitoba). Les Franco-Manitobains sont très souvent bilingues anglais mais pas toujours. Leur français ressemblerait un peu au Québécois par moments, mais il reste vraiment différent, avec son identité propre. Pas évident de comprendre, au début, quand on vient de France. Les langues autochtones Les trois langues autochtones les plus parlées au Manitoba sont le cri, l'objibway et le sioux. Plusieurs aménagements ont été effectués à Winnipeg pour intégrer ces langues dans les lieux touristiques. Au zoo de Winnipeg, par exemple, les panneaux d’information sur les animaux sont traduits en Anglais, Français, Cri et Objibway. La Manitoba compte une langue unique au Canada: le mitchif. Le mitchif est propre à la nation métisse et c’est une langue mixte issue du cri et du français, mais qui contient aussi des mots objibwés et anglais. Cette langue est aujourd'hui menacée par l'utilisation grandissante de l'anglais, du français et d'autres langues autochtones (comme le cri). L’ambiance de la ville Winnipeg n’est vraiment pas une ville de fêtards comme Montréal ou de businessmen comme Toronto. Ici, on ne mise pas non plus sur les décors enchanteurs des alentours de Vancouver ou de Calgary. Alors quoi ? C’est quoi LE truc de Winnipeg ? En premier lieu, la ville recherche des francophones et fait tout pour qu’ils aient envie d’y venir et d’y rester. Pour les Français qui espèrent immigrer au Canada, Winnipeg a donc quand même de gros points forts : - de très fortes possibilités de progression dans le domaine professionnel - des aides considérables pour les démarches de résidence permanente (suivi personnalisé et conseils gratuits, temps de traitement plus court) - des frais de dossiers pour la résidence permanente bien moins élevés que dans les autres provinces; l’étape provinciale étant gratuite Mais avant tout, tous les gens qui aiment y vivre vous diront la même chose : LE truc, ici, ce sont les gens. Les gens et le patrimoine historique et culturel très fort. L’ambiance est détendue, amicale, accueillante. On se sent bien, sans stress, un pied à la campagne. Et puis la ville est vraiment cosmopolite et c’est génial. Tout le monde est plus ou moins un immigré ou issu d’immigrés alors on sait ce que c’est de tout recommencer ou de galérer et on vous aide avec plaisir. Il y a une grosse solidarité et beaucoup de gens impliqués dans des activités bénévoles pour faire vivre la ville. Il y a le système des communautés, en fonction des origines. Il y a la communauté polonaise, la communauté francophone, la communauté ukrainienne, la communauté métisse, etc. Les quartiers de la ville sont très marqués par ces regroupements et on se retrouve avec des quartiers polonais, ukrainien, francophone, etc. Tout est assez délimité géographiquement parlant. Il est très facile et très rapide de se faire des contacts au sein de sa communauté, ça donne un certain confort et ça permet de ne pas se sentir perdu les premiers temps. Ceci dit, les autres communautés restent tout à fait ouvertes et accessibles du moment que l’on est soi-même ouvert et curieux, et il n’y a aucune nécessité de vivre dans le quartier de sa communauté. D’ailleurs, si le quartier francophone est Saint Boniface, beaucoup de français vivent de l’autre côté du Downtown, à Wolseley (côté anglophone). Et puis ici, on aime bien les Français DE FRANCE. Si vous ne précisez pas « de France », on pensera que vous êtes un Franco-Manitobain ou un Québécois et là, c’est une autre histoire. La criminalité Winnipeg doit l’un de ses surnoms, Murderpeg, à son taux élevé de criminalité : le plus haut du Canada. Elle est considérée par beaucoup de Canadiens (qui n’y sont, en général, jamais allés) comme la Chicago du Canada. Alors Winnipeg est-elle réellement dangereuse ? Très franchement, ça dépend de votre référentiel. Quand on vient d’une grande ville française, Winnipeg passe pour une ville hyper tranquille. La criminalité ici, ce sont surtout des règlements de compte entre bandes rivales dans la zone North End de la ville, quelques vols et des violences domestiques (surtout chez les autochtones). Entre janvier et octobre 2011, on a comptabilité 34 meurtres à Winnipeg (le record de 2004)… contre une quarantaine à Edmonton (AB). Quand on évite les parties à risque de la ville, on ne risque pas grand chose, même tard le soir. Les premiers pas L’arrivée à l’aéroport Winnipeg a la chance d’avoir un nouveau terminal flambant neuf dans son aéroport international depuis fin 2011. Les infos sur l’aéroport, c’est ici : Winnipeg James Armstrong Richardson International Airport L’aéroport se trouve du côté ouest de la ville. Pour rejoindre le centre, deux moyens : le taxi et le bus. Les bus 15 et 20 permettent de rejoindre Downtown. Pour plus d’infos, prévoir vos trajets, regarder les horaires, consultez le site Winnipeg Transit : Winnipeg Transit Le service de taxi à l’aéroport est assuré par Unicity Taxi (tel : +1 204 925 3131). Les tarifs pour rejoindre le centre ville sont de 15,50$-18$. Compter jusqu’à 32$ pour rejoindre le Sud Est de la ville. Démarches nécessaires à l'arrivée Il est assez rare que les PVT arrivent direct à Winnipeg depuis la France donc en général, ils ont déjà fait les démarches avant, dans une autre province (le plus souvent au Québec). Mais bon, sait-on jamais, Winnipeg pourrait devenir une destination prisée… L’argent Pas de panique, on peut toujours changer ses euros en dollars canadiens ou retirer avec sa CB française dès l’arrivée à l’aéroport (au moins pour payer son taxi/ son bus/ son premier burger). Si vous retirez de l’argent à une borne, cherchez une HSBC, vous n’aurez pas de frais supplémentaires. Ensuite, si ça peut attendre un peu, vous pouvez vous rendre Downtown, il y a des bureaux de change. Pour le choix de la banque, rendez-vous sur les conversations du forum PVT à ce sujet. Le NAS Pour pouvoir commencer à travailler au Canada, il faut prouver à l’employeur qu’on est bien là en toute légalité et qu’on est autorisé à travailler. On vous demandera tout le temps votre numéro NAS (Numéro d’Assuré Social). Pour l’obtenir, rendez-vous au bureau Service Canada le plus proche avec votre passeport et votre visa temporaire. Pour localiser le bureau le plus proche, c’est sur ce site : Trouver un bureau de Service Canada Le consulat Dans ce cas là c’est un peu difficile... A Winnipeg, pour le Consulat de France, on dépend de… Toronto. Alors comment vous dire… Toronto, c’est à 2000km de Winnipeg, soient 24h en voiture (non stop, hein ?!) et 2h en avion. Autant dire que ça n’est pas vraiment à côté et qu’il vaut mieux ne pas perdre son passeport ! Pour les démarches d’état civil et les visa, nous avons tout de même un Consul Honoraire sur place : M. Bruno BURNICHON. Il est très accessible et reçoit chez lui pour les rendez-vous. Pour plus d’infos, c’est par ici : La France en Ontario et au Manitoba Rencontres PVT Hum… niveau PVT, ça va peut être changer, mais pour l’instant il n’y a pas vraiment de rencontres organisées… pour la simple et bonne raison que des PVT, il n’y en a pas énormément, ici. Et en général, ceux qui viennent à Winnipeg, c’est pour réussir à obtenir un visa permanent, donc ils sont plus sur un mode «installation» que dans une optique « sorties-visites ». Et puis la communauté francophone, c’est un peu un village, très rapidement on finit par connaître tous les nouveaux arrivants. Alors pour rencontrer des gens, orientez vous plutôt vers : - Couchsurfing pour trouver d’autres voyageurs (mais le réseau est moyennement actif là encore) - les réseaux francophones (j’en parlerai plus loin) pour trouver d’autres français, peut être PVT aussi, du coup - le bénévolat pour rencontrer toutes sortes de gens Le transport Transports publics Pas de métro à Winnipeg… par contre, il y a un super réseau de bus qui marche vraiment bien, une fois qu’on a compris comment il fonctionne (il faut quand même un temps pour comprendre la logique). Leur site est super bien fait : Winnipeg Transit Il existe des abonnements à la semaine : jours de semaine uniquement (19$) ou semaine + weekend (21$50), et aussi des abonnements au mois (77$). Si vous voulez un abonnement à la semaine, pensez à l’acheter avant le mercredi car ils ne sont en vente que jusqu’au mardi. Si vous ne voulez pas d’abonnement, vous pouvez aussi acheter des tickets dans un Safeway (21$50 le carnet de 10) ou payer directement dans le bus (2$45 cash). Dans le dernier cas, faites l’appoint, on ne rend pas la monnaie ! Ticket ou cash, vous aurez droit à un transfert (si vous le demandez au chauffeur), avec dessus l’heure jusqu’à laquelle vous pouvez voyager. Normalement, vous avez droit à 1h15 de transports, dans toutes les directions, avec autant de changements que vous voulez, à partir du moment où vous avez pris le premier bus. Tickets et abonnements peuvent s’acheter au QG de Winnipeg Transit, Downtown, ou dans un supermarché Safeway ou Shoppers Drug Mart (vous demandez direct à la caisse ou au service client). La ville a également mis en place un service de bus gratuit qui dessert tout le centre ville : le Downtown Spirit (bus 1, 2 et 3). Les chauffeurs sont super sympa, ils laissent monter les gens à un feu rouge, les attendent à l’arrêt de bus quand on leur fait signe, klaxonnent votre bus de correspondance pour qu’il attende… vraiment cool ! A pied Winnipeg c’est super, mais alors SUPER SUPER étendu. Si vous voulez bouger à pied, il vaut mieux que ce soit avec de bonnes chaussures et dans un même quartier (et c’est déjà pas mal). Pour vous aider, en cas de grosse fatigue, vous pouvez toujours prendre le Downtown Spirit. Ici, il n’y a pas le Skytrain comme dans d’autres villes canadiennes, mais il y a le Skywalk ! Les bâtiments du Downtown sont reliés entre eux par des souterrains et des passerelles aériennes (avec une super vue sur la ville) qui permettent de balader au centre ville sans mettre le nez dehors. Evitez quand même d’y aller trop tard après les heures de bureau, l’ambiance est un peu glauque avec ses longs corridors déserts au milieu de bureaux et magasins fermés. A vélo 6 mois de l’année, soit printemps, été et automne, le vélo c’est le top ! On est dans les Prairies, c’est TOUT PLAT et pour le vélo, c’est l’idéal. On peut assez facilement acheter un vieux vélo sur kijiji ou usedwinnipeg. Les 6 autres mois (l’hiver), c’est moins évident, mais si vous n’avez pas peur des plaques de verglas, rien ne vous empêche de continuer. Sinon, au gros de l’hiver (janvier-février), il y a aussi l’option «je vais au boulot en patin à glace sur la rivière gelée» ! La voiture Il est assez facile de trouver une voiture pas chère sur kijiji et la ville est très étendue donc il n’y a pas trop d’embouteillages (maximum 20 minutes et seulement les soirs de matchs des Jets !) Cependant, comme les bus vont vraiment partout, la voiture n’est pas indispensable si on n’est pas trop excentré, sauf pour sortir de la ville ou parce que l’on soufre vraiment du froid. Le permis de conduire Il y a des ententes France-Manitoba alors le permis français est valable 6 mois à compter du moment où vous avez passé la frontière canadienne pour la dernière fois (en fonction de votre pays d’origine, ça peut être 3 mois seulement). Ensuite, vous pouvez l’échanger contre un permis manitobain si vous comptez rester un bon moment au Manitoba (sinon, ça vaut peut être pas vraiment le coup). Pas d’examen à passer (là encore, ça n’est valable que si vous venez de France). Il faut juste payer la somme de 50$. Pensez à faire photocopier votre permis français avant car on ne vous le rendra pas ! En rentrant en France, vous apportez votre photocopie, vous faites une déclaration de perte et vous avez un permis français tout neuf. Le réseau routier Les routes ici, on peut dire qu’elles sont bien droites. Difficile de se perdre, il n’y a que des parallèles et des perpendiculaires. En ville, il y a assez souvent des 2 fois 3 voies voire même 4 ou 5 voies de front. C’est l’Amérique ! La location de voiture Il est très facile de louer une voiture et pas cher du tout. Prix d’appel : 10$ par jour la petite voiture citadine en kilométrage illimité. Attention, il faut TOUJOURS la rendre à l’endroit où vous l’avez prise, sinon ça peut coûter très très cher en frais d’abandon. Regardez les conditions de l’assurance de votre CB française, ça peut vous éviter d’avoir à prendre une assurance quand vous louez la voiture. Par contre, pensez à payer avec la CB en question. Vous n’êtes couverts que si vous avez effectué la location avec. C’est logique, mais on ne sait jamais… Arriver ou partir de Winnipeg en transport en commun Deux possibilités : le train avec Viarail ou le bus avec Greyhound. Comme Winnipeg reste quand même un peu loin de tout, le mieux, c’est la voiture ou l’avion. Les quartiers Il y a vraiment énormément de quartiers à Winnipeg, c’est une ville très étendue. Inutile d’en faire la liste, il vous suffit de prendre une carte de la ville pour tous les voir. Concentrons nous plutôt sur les quartiers principaux. La Fourche/ The Forks Le centre ville est situé autour du cœur historique de Winnipeg dans le quartier de La Fourche. Le quartier tient son nom des rivières Rouge et Assiniboine qui se rejoignent à cet endroit en une fourche. Plus ancien que le Canada, ce lieu de rencontre permettait aux membres des Premières nations de se réunir, et plus tard, de faire du commerce de fourrures avec les pionniers dont le poste de traite se trouvait à Fort Garry, à quelques kilomètres de là. Ainsi, les Amérindiens, les trappeurs et coureurs des bois français, les Canadiens- français, les Métis puis les Anglo-Saxons se sont établis tour à tour à cet endroit. Aujourd’hui, c’est l’un des coins les plus vivants de la ville, avec : - un marché couvert qui fait un peu penser à celui de Granville Island, à Vancouver (BC), avec plein de petites boutiques, des spécialités de plusieurs pays, des fringues et des souvenirs - un skatepark - un parc pour balader au milieu des herbes hautes des Prairies quand il fait chaud et qui se transforme en Arctic Glacier Winter Park l’hiver avec 1.2km de trail pour le patin à glace (voir la partie Pratique du sport de ce dossier) - des scènes pour les concerts en extérieur, avec des animations tous les weekends de juin à septembre… qui deviennent elles-aussi des patinoires l’hiver Plus d’infos sur la Fourche, les boutiques et le calendrier des manifestations, c’est par ici : One of the loveliest public spaces in Winnipeg and a must-see for any visitor. | The Forks Saint-Boniface La Fourche est reliée au quartier francophone de Saint-Boniface par le pont Esplanade Riel du nom du personnage historique canadien Louis Riel, le plus célèbre des Métis canadiens. Le Quartier de Saint Boniface, c’est LE quartier francophone. On y trouve des commerces où on peut être servi en français (même si tous les serveurs ne parlent pas toujours français), un hôtel de ville où on peut nous renseigner en français, une banque avec du personnel bilingue, une université francophone (l’Université de Saint Boniface), des musées autour de l’histoire de la communauté francophone, un centre culturel francophone (le CCFM), un théâtre francophone (le théâtre Molière), des écoles, des garderies, des collèges et lycées francophones et des noms de rues en français. Bref, c’est un peu un Chinatown à la française. Plus d’infos par ici : Provencher BIZ Downtown avec Portage avenue et Main street En prolongement de la Fourche, mais à l’ouest, cette fois, on retrouve les deux grandes rues principales du centre ville : Main Street et Portage Avenue, perpendiculaires l’une à l’autre. Main Street conduit au Nord de la ville et Portage à l’Ouest. Pour plus d’infos sur le Downtown, la programmation des évènements, les plans de quartiers, les boutiques, restaus, etc. c’est par ici : Downtown Winnipeg Biz - Home L’Exchange District Si l’on reste sur la Main, à 15-20 minutes à pieds de la Fourche, on arrive dans l’Exchange District (quartier de la bourse, en français). Encore un quartier historique, plutôt typé industriel (il fait un peu penser à Dublin, avec ses bâtiments en briques rouges). C’est le quartier branché où les hipsters vont boire des coups dans des café anarchistes, manger un bout dans un restau végétalien ou colombien, s’acheter des fringues dans une petite boutique vintage, voir une expo ou écouter de la musique live. Les restaus sont tous hyper bons et l’ambiance est vraiment sympa, mais le quartier est assez petit, on en a vite fait le tour. On y vient pour se caller quelque part, pas pour balader dans les rues. Plus d’infos sur l’Exchange District, les visites guidées, le programme des évènements, etc., c’est par ici : Winnipeg Exchange District BIZ West End avec Wolseley et Osborne/Corydon village En revenant en arrière sur la Main, on se retrouve sur Portage avenue _la rue la plus froide de la ville en hiver à cause du vent qui s’y engouffre_ pleine de grosses enseignes. Descendre Portage conduit aux quartiers Ouest de la ville. A l’ouest se trouvent les quartiers résidentiels les plus anciens, et donc les plus typés. Dans le quartier de Wolseley, les maisons sont en bois, toutes différentes les unes des autres, l’ambiance est chaleureuse. Il y a plein de petits commerces très sympa et très tendance aussi. Un peu comme dans l’Exchange District, on retrouve des restaus et cafés végétaliens, végétariens, gluten-free, etc. Corydon avenue, c’est l’ancien quartier italien, devenu depuis très international. On y trouve toutes sortes de restaurants, dont plusieurs de cuisine française (Saint Boniface n’a pas le monopole). Dans le même coin, il y a le village Osborne. C’est l’endroit où l’on sort. On y trouve des boutiques de vêtements sympas, des cafés, des restaus de tous les pays, quelques boîtes de nuit. Plus d’infos par ici : Osborne Village - Welcome to Osborne Village Quand on continue à l’Ouest de Wolseley, on arrive dans l’un des plus beaux parcs de Winnipeg, l’Assiniboine park. Il y a un zoo (qui doit coûter dans les 4$ l’entrée), de grandes pelouses avec des installations pour jouer au baseball, un jardin botanique, un jardin aromatique, un musée, des chemins pour faire du vélo le long de la rivière, etc. Plus d’infos sur le parc et sa programmation par ici : Assiniboine Park Conservancy Des quartiers à éviter ? Vous l’aurez compris, il faut éviter North End. C’est dommage, parce qu’à Winnipeg, c’est un peu la crise du logement et à North End, il y a des apparts et des maisons en location pour 300$ par mois. Mais bon… y a peut être aussi un rapport avec le fait qu’il ne faut pas y aller... Le logement Les locations A Winnipeg, on trouve toutes sortes de logements, depuis la maison standard jusqu’au basement (sous-sol aménagé), en passant par la colocation ou l’appart classique. Ce qui est bien, c’est que même dans un appart indiqué «non aménagé», il y a toujours la cuisine équipée avec four, plaques, réfrigérateur et congélateur (sauf si vous n’avez vraiment pas de chance). Le véritable problème, c’est le manque cruel de logements disponibles à la location par rapport à la demande. Résultat : les agences demandent des tonnes de garanties (références des 3 précédents bayeurs, NAS, emploi, salaire, pas d’animaux, etc.) et les prix sont quand même assez élevés pour une ville comme Winnipeg. - Un appart de type 2 (1 chambre) tourne autour de 650-800$/mois - Une colocation, dans les 400-550$/mois, - Un basement flat, dans les 500-650$/mois - Une maison, dans les 1300$ Bien-sûr, les prix varient beaucoup suivant les quartiers et les propriétaires et on peut vraiment faire de bonnes affaires si on connait quelqu’un qui connait quelqu’un qui connait quelqu’un qui quitte son super appart et qui nous prévient avant que l’annonce ne soit publiée. Ceci dit, quand on arrive en PVT (donc avec un NAS temporaire), pas d’historique de location au Canada et pas d’emploi fixe, on a peu de possibilités pour trouver rapidement quelque chose : la coloc, les basements ou les aubaines « proprio qui veut louer super rapidement et qui accepte le premier qui passe visiter ». Comme il faut éviter les agences au maximum et il reste donc la mine d’or kijiji (les Winnipegois n’utilisent que très peu Craigslist). Les auberges de jeunesse En attendant de trouver un logement, il y a toujours la solution auberge de jeunesse. Il y en a très peu à Winnipeg, mais on peut mentionner : - la Guest House International : Backpackers Winnipeg - Guest House International - le Hi-Winnipeg Downtowner : HI Hostels Canada - Manitoba > HI-Winnipeg Downtowner Les deux sont très bien situées et il faut compter à peu près 30$ la nuit. Les services aux nouveaux arrivants La Province du Manitoba a un système d’aide aux nouveaux arrivants assez fantastique. Les nouveaux arrivants sont très bien pris en charge, ils sont aidés et formés. Tout est fait pour que l’on réussisse son intégration et que l’on décide de rester au Manitoba. Ce qui fait le charme de la province, ce sont vraiment les gens ! La Province du Manitoba met à disposition des nouveaux arrivants des services gratuits avec Manitoba Start : Manitoba START | Home Alors il faut savoir que la grande majorité des services proposés sont pour les nouveaux arrivants avec la résidence permanente (obtenue ou en cours d’acceptation) MAIS il y a aussi des services pour les résidents temporaires. Un lien utile en plus, le guide pour les nouveaux arrivants : http://www2.immigratemanitoba.com/as...ller-guide.pdf Les services aux francophones Niveau services en français, il y a l’Accueil Francophone, Pluri-elles et l’ANIM. L’accueil Francophone : c’est plus pour faire ses premiers pas dans la ville, trouver un logement, apprendre l’anglais, etc. Plus d’infos : http://www.accueilfrancophonemb.com/ Pluri-elles : c’est un service gratuit d’accompagnement pour l’emploi des francophones. Il y a des ateliers CV et entretiens, des conseillers qui nous accompagnent, etc. Contrairement à ce que son nom indique, ça n’est pas un service réservé aux femmes. Plus d’infos : Pluri-elles - Employabilité, Entraide et counselling, Alphabétisation L’ANIM : c’est un service gratuit d’aide et d’accompagnement pour faire votre demande de résidence permanente. On vous conseille sur le type de demande qui correspond le mieux à votre situation, on vous aide à monter votre dossier, on vous accompagne pour le suivi, il y a toujours une personne disponible pour répondre à vos questions… bref, on vous aide au maximum. Plus d’infos : Services pour le programme d’immigration | anim Cours d’anglais Manitoba Start permet de prendre des cours d’anglais gratuitement avec l’Entry Program. C’est un service du gouvernement pour les nouveaux arrivants. On prend rendez-vous pour passer un test de niveau, puis selon ses résultats, on a accès à des cours à notre niveau, qui ciblent nos lacunes/ points faibles (ça peut être pour améliorer la grammaire, l’accent, la rédaction, etc). Si vous êtes en cours de demande pour la résidence permanente, vous êtes éligibles au programme. Plus d’infos : Entry Program | Home Si vous n’êtes pas éligibles, vous pouvez prendre gratuitement des cours d’anglais débutant (2h de conversation) à l’Accueil Francophone. Il y a aussi certaines paroisses qui proposent des séances d’initiation à l’anglais avec des discussions autour de la bible, si cela vous intéresse. Travailler à Winnipeg Les agences de placement et agences d’intérim ne marchent pas vraiment ici. Ce qui marche, c’est le bouche à oreille et avoir des références MANITOBAINES, même si c’est pas dans la même branche. Quand on vient d’arriver, il faut se tourner vers le bénévolat et les petits boulots faciles d’accès pour vite se faire des références canadiennes. La mine d’or comme premier job pour un Français qui se débrouille en anglais, ce sont les call centers (centres d’appel) qui recherchent tous des agents bilingues français/anglais. Si vous avez un peu d’expérience en vente et/ou restauration, il y a aussi les boulangeries et restaus français qui recherchent du personnel francophone. Si vous ne vous sentez pas suffisamment à l’aise en anglais, les garderies francophones recherchent des éducateurs, les écoles francophones recherchent des auxiliaires de vie et des profs remplaçants. Les offres d’emploi sont sur le site de la Division Scolaire Franco-Manitobaine (https://www.dsfm.mb.ca/). Il paraît que seuls 10% des emplois disponibles sont publiés sous forme d’annonce. Pour le reste, le réseautage est votre ami. Si vous ne connaissez encore personne et que vous ne parlez vraiment pas anglais ou souhaitez juste rester en francophonie, le mieux est d’entrer en contact avec la communauté Franco-Manitobaine (Qui nous sommes | Société franco-manitobaine). Sur leur site web, on trouve tous les services en français, donc une bonne liste d’employeurs potentiels pour des candidatures spontanées, des annonces pour des emplois ou du bénévolat, etc. Et pour commencer quelque part, les 10% d’offres publiées sont sur Guichet emplois et Workopolis Le bénévolat/Le volontariat Il est très important ici pour se faire une expérience, mais aussi un réseau et donc des connaissances professionnelles et des amis. On peut trouver des offres sur : - les annonces communautaires de la SFM (Annonces communautaire | Société franco-manitobaine) pour les francophones - le site Volunteer Manitoba (Home - Volunteer Manitoba - Volunteer Referral Site) pour tout le monde Les achats Les meubles et accessoires En France, il y a les vide-greniers, à Winnipeg ce sont les yard sales. Il y en a beaucoup, dès l’arrivée des beaux jours. Ils sont parfois annoncés dans kijiji, mais en grande majorité, il y a pour seule indication des panneaux sur les bords des routes principales des quartiers résidentiels, indiquant l’adresse et la date. Encore une fois, tout se trouve sur kijiji pour les aubaines. Beaucoup de gens donnent ou vendent à petit prix des meubles et accessoires, si on se débrouille pour venir les chercher. La nourriture Si on convertit tout en euros, le prix du chariot est le même qu’en France. Par contre, vous allez avoir un salaire canadien en dollars, pas en euros. Du coup, comparativement au coût de la vie en général, les dépenses pour la nourriture prennent plus de place qu’en France sur le budget mensuel, même si vous ne cherchez pas à manger « français ». Le moins cher, ce sont les produits déjà cuisinés. Par exemple, un blanc de poulet cru du rayon frais coûte plus cher qu’un blanc de poulet surgelé préparé « à la méditerranéenne ». Manger frais a un réel coût ici, à vous de voir quelles sont vos exigences. Regardez bien les prix aussi : ils changent tout le temps, d’un jour sur l’autre et d’une semaine à l’autre. Il est parfois moins cher d’acheter deux sachets de 500g de pâtes qu’un seul sachet de 1kg de ces mêmes pâtes. Idem avec les bagels qui peuvent revenir moins cher au détail qu’en packs de 6. Autre chose : les prix sont souvent plus élevés les week-ends. Il vaut mieux faire ses courses le soir tard peu avant la fermeture (promotions sur les produits à consommer très rapidement), et en semaine. En contrepartie, on peut vraiment trouver de la nourriture internationale (Afrique du Nord, France, Asie, etc). Niveau tarifs, le moins cher est le Walmart, loin devant les autres. Le Canadian Real Superstore vient en seconde position. Les vêtements Il y a plusieurs bons plans pour des fringues pas chères : Winners : chaîne de magasins qui revend des fins de séries ou des lots de fringues de marques à prix cassés Les évènements spéciaux comme la Boxing week, la semaine qui suit le jour de Noel, avec des super promos dans tous les magasins allant de 50% à 80% de réduction Les magasins de l’Armée du Salut (Thrift Stores) ou les Value VIllage, avec des fringues et chaussures d’occasion Les sorties Restaurants Il y a plein de très bons restaurants à Winnipeg et à l’image de la population très cosmopolite, on peut trouver de la cuisine de toutes origines. On peut manger la cuisine des caraibes, de France, du Mexique, d’Argentine, d’Inde, de Grèce, du Japon, de Chine, d’Ethiopie,… Dans plusieurs endroits du Canada, on peut venir au restau avec sa propre bouteille de vin. Ici, à Winnipeg, pour l’instant, ça n’est pas autorisé, mais il paraît que ça devrait changer. A suivre, donc. C’est dans les quartiers d’Osborne village et Corydon, et Exchange District que l’on trouve le plus de restaurants. En moyenne, il faut compter dans les 15$ pour un plat plus les taxes (environ 10% du prix en plus) et le tips (le pourboire). Ça peut paraître cher, mais ici, on ne prend pas (ou très rarement) entrée-plat-dessert car les plats principaux sont vraiment très copieux… sauf dans les restaus français de France (à ne pas confondre avec les restaus de cuisine québécoise qui sont aussi appelés restaus français ici) qui ont vraiment gardé le modèle « à la française ». Un petit aperçu non exhaustif des endroits les plus populaires en fonction de ce qu’on veut manger : - Italien : Buccacinos dans l’Osborne village. Type restau familial-classe (compter dans les 15-20$). - Français : Chez Sophie dans Saint Boniface. Type tartines-salades (compter dans les 13-18$) pour les nostalgiques de fromage raclette ; Frenchway sur Corydon (The Frenchway, café + bakery, restaurant + lounge | Winnipeg, Manitoba, Canada). Type restau familial-classe (compter au moins 25-30$) - Thai : Siam Thai Cuisine sur Ste Anne (dans Saint Vital, près de Saint Boniface) - Libanais : Baraka, au nord de la Main (oui, c’est vers North End, mais ça ne craint pas dans ce coin là). Ressemblerait à un kébab, comme ça, mais c’est le meilleur Libanais de la ville - Gluten-free et végétarien : Boon burger cafe, sur West End (Wolseley), pour des burgers sans viande avec du pain bio, etc. ; Mondragon, dans l’Exchange District, pour manger sur le pouce des soupes bio, des tartines végé et boire des thés et des jus de fruits maison - Fish & Chips : le Fergies Fish and Chips, à la Fourche, avec son poisson frais (le Fergies est aussi une poissonnerie) et ses délicieuses frites maison. Compter entre 5$ pour un snack et 12$ pour une triple ration. La Pancake House, elle-aussi à la Fourche, pour de fantastiques et gargantuesques petits déjeuners et bruchs à toute heure. Compter entre 8$ et 15$ et penser à réserver avant, surtout le weekend ! Le pourboire Pour le pourboire, au Manitoba, on laisse ce qu’on veut. A la différence d’autres provinces, les serveurs sont payés au taux horaire minimum (10$50/heure au Manitoba) et reçoivent les tips en complément. Alors on laisse un pourboire généreux quand on est content et non parce qu’on se sent obligé (et 95% du temps, on est très content du service). Boîtes, bars et Pubs Il y a plusieurs pubs Irlandais dans la ville, des tonnes de bars et quelques boîtes de nuit. Encore une fois, pour sortir, il faut viser l’Exchange District et Osborne/Corydon village. On y trouve aussi beaucoup de bars avec de la musique live (surtout folk ou jazz). La plupart des endroits pour danser sont dans des hôtels, au milieu des machines à sous. C’est un peu bizarre au début, mais on s’y fait. Compter dans les 5$ l’entrée. Il y a aussi quelques nightclubs; l’un des plus connus étant sans doute le Alive dans l’Exchange District. Prenez TOUJOURS une pièce d’identité avec vous (pas une photocopie) si vous voulez entrer, même si vous avez la trentaine bien passée. Ils vérifient les papiers de tout le monde et si vous n’avez pas les vôtres, vous n’entrez pas. Le sport Les différentes manifestations sportives Winnipeg est une ville de hockey. Le cœur de la ville bât pour les Jets, l’équipe professionelle locale, qui est enfin de retour en 2011 après 15 ans d’absence. Pour voir un match pro, c’est au MTS Center. Compter autour de 80$-150$ la place… si vous réussissez à vous en procurer ! On ne peut pas en acheter en billetterie, elles sont déjà toutes réservées depuis bien longtemps pour toute la saison. Si on ne connaît pas quelqu’un qui a des places par son boulot ou qui ne peut pas se rendre au match en dernière minute, il ne reste plus qu’à scruter kijiji. En dehors du hockey, nous avons aussi le curling (c’est le moment d’apprendre !), le football américain (avec les Blue Bombers) et le baseball (avec les Goldeyes). La pratique du sport Ici, on pratique le sport saisonnier. Printemps été, on intègre une équipe de rugby, de baseball ou de football américain… et l’hiver, on passe au curling, au hockey, aux sports en salle. A la belle saison Sports nautiques L’aviron et le canoé-kayak sur la rivière ! On peut faire de la compet’ ou juste acheter ou louer du matériel. Renseignez-vous auprès des clubs de la ville ! Le club d’aviron de Winnipeg : Winnipeg Rowing Club | Tradition since 1881 Le club de canoé-kayak de Winnipeg : Manitoba Paddling Association - Home Le vélo Il y a de nombreux parcs à Winnipeg, mais le plus sympa pour le vélo est l’Assiniboine park. Le golf La ville propose des cours pour les débutants sur le 9 trous de Crescent Drive. Il y a également deux parcours 18 trous dans les golfs du Kildonan Park et du Windsor Park, qui se trouvent tous deux côté Est de la ville. Kildonan Park Golf course : City of Winnipeg : Winnipeg Golf Services Windsor Park Golf course : City of Winnipeg : Winnipeg Golf Services En hiver Le ski de fond (cross country) L’hiver, on trouve des trails de ski de fond à divers endroits de la ville, dès le moment où la neige est suffisante. Tous les trails et infos sur ceux-ci sont référencés là : Winnipeg.ca - UD - Public Works Department Le patin à glace On peut faire du patin sur des patinoires extérieures (ou rinks). Il y en a partout dans la ville et elles sont accessibles à tous, gratuitement. Un peu comme les terrains de foot en France. C’est là que se retrouvent les joueurs de hockey ou de spongy (hockey sans patins) pour des rencontres amicales ou des matchs plus sérieux. Pas besoin d’appartenir à un club pour jouer au hockey ! Le plus grand rink, le Duck Pond, se trouve à l’Assiniboine Park. Il cible surtout les enfants, avec ses toboggans autour, mais est accessible à tous. Pour en savoir plus : Other Attractions at Assiniboine Park Si on n’est pas un joueur de hockey ou qu’on n’aime pas tourner en rond, on peut aussi bien faire de longues balades en patins à glace, sur les trails dédiés. Là encore, l’accès est entièrement gratuit. Et si vous n’avez pas de patins, vous pouvez en louer à la Fourche pour 4$50 (prix adultes). L’Arctic Glacier Winter Park: ce trail pour patin à glace, avec ses 1.2km de long en plein cœur de la Fourche et ses bars et restaurants, est parfait pour une petite balade digestive. Plus d’infos : Arctic Glacier Winter Park | The Forks L’Assiniboine River Trail: ce trail là ouvre un peu plus tard dans l’année pour la simple et bonne raison qu’il faut attendre que la rivière soit suffisamment gelée. Mais l’attente vaut vraiment le coup : c’est le plus long trail pour le patin à glace AU MONDE (Guiness record)! Il est bien sûr gratuit, lui aussi, et des animations sont disposées tout le long, comme de petites cabanes avec des foyers pour se réchauffer ou des toboggans pour glisser jusqu’à la rivière. Toutes les infos ici : Home at River Trail La vie culturelle Les Musées La ville regorge de musées de toutes tailles et de tous sujets. Les principaux musées de la ville sont les suivants : - Le Manitoba Museum pour le côté scientifique, avec son planétarium et ses collections sur l’histoire de l’Homme et sur les sciences. Plus d’infos ici : The Manitoba Museum - Le Children’s Museum, un musée pour faire découvrir et apprendre aux enfants tout en s’amusant. Plus d’infos ici : Children's Museum (Winnipeg, MB) - La Winnipeg Art Gallery (WAG), le musée d’art contemporain super design. Plus d’infos ici : Welcome to the Winnipeg Art Gallery | Winnipeg Art Gallery - Le Musée de Saint Boniface, qui retrace l’histoire et la culture des Canadiens francophones et des Métis du Manitoba. Plus d’info ici : Le Musée de St. Boniface Museum - Le Musée des Droits de la Personne, situé à la Fourche et dont la construction sera achevée fin 2012, sera le premier musée national canadien situé en dehors d’Ottawa. Plus d’infos ici : Accueil | Le Musée canadien pour les droits de la personne Trouver des livres en français Il existe une bibliothèque publique francophone située à l’entrée du quartier de Saint Boniface. Plus d’infos ici : St. Boniface Library Hours, Location, Mandate, Collections, Services Toujours dans Saint Boniface, il est possible d’acheter des livres en français dans la librairie francophone A La Page, sur le boulevard Provencher. Le théâtre Pour les anglophiles, rendez-vous au Royal manitoba Theatre Centre : Home Et pour les anglophobes, il y a le Cercle Molière, le théâtre le plus ancien du Canada : Le Cercle Molière 2011 L’opéra et le corps de ballet Winnipeg n’a pas été élue capitale canadienne de la culture pour rien ! Si vous aimez la grande musique, rendez-vous au Manitoba Opera (Manitoba Opera), ou allez voir Casse-Noisettes au Canada’s Royal Winnipeg Ballet (Canada's Royal Winnipeg Ballet). Festivals et concerts Winnipeg, c’est LA ville de la musique et des festivals ! L’été, il y en a chaque semaine, c’est de la folie. Les festivals incontournables sont : - Le Festival du Voyageur, organisé par la communauté francophone de Winnipeg, pour célébrer son héritage culturel. Il a lieu en février (par -30°c) et dure 10 jours. C’est le plus important festival d’hiver de tout l’Ouest Canadien. Vous y trouverez des concerts, des statues de glace géantes, des shots dans des verres de glace, des toboggans géants en glace, un mûr de glace pour les grimpeurs, des animations historiques en costumes d’époque, des traineaux tirés par des chevaux, etc. Les tarifs adultes sont de 13$ la journée ou 22$ pour le pass de 10 jours. - Le Winnipeg Folk Festival qui a lieu sur 4 jours début juillet. Il se tient dans le parc de Birds Hill, à une demi-heure de Winnipeg. On peut y planter sa tente pendant les 4 jours et des bus spéciaux desservent le parc pour l’occasion. C’est un festival à la roots, style Woodstock en plus soft, avec de la musique folk non stop. Le site web : Winnipeg Folk Festival | Bringing music to your community year round. - Le Folklorama qui célèbre les différentes communautés de Winnipeg. Pendant 2 semaines, des pavillons, un pavillon pour un pays, sont dispersés aux quatre coins de la ville. On y mange, on y boit et on assiste à un spectacle typique. Chaque pavillon est tenu par des bénévoles originaires du pays représenté. On peut ainsi voyager au Mexique, en Thailande, au Japon, en Irlande… soit une quarantaine de pays en tout. Seule limite : on doit payer une entrée pour chaque pavillon. Si on veut tous les faire, c’est quand même un budget. Mais certains valent vraiment VRAIMENT le coup. Le site web : Folklorama - L’Arboriginal Day Live Festival qui célèbre la culture métis, autochtone et inuit le temps d’une journée avec des co+ncerts, des stands de nourriture à base de bison et autres, de l’artisanat. Site web : Aboriginal Day Live & Festival - Le Manitoba Icelandic Festival ("Islendingadagurinn") est organisé chaque année dans la ville de Gimli, à une heure de Winnipeg. Gimli est aussi appelée la nouvelle Islande en raison de sa population islandaise très importante. Pendant 4 jours entre fin juillet et début août, de nombreuses manifestations vikings sont organisées dans la ville. Dépaysement garanti ! Le site du festival : Icelandic Festival of Manitoba 2011 Faire du tourisme Les monuments et lieux historiques de Winnipeg - Lower Fort Garry, lieu historique national C´est à cet endroit que les Ojibwa et les Moskégons du Manitoba d'une part, et la Couronne d'autre part, ont signé le traité no 1. Lieu : St. Andrews (Manitoba) À 15 minutes au nord de Winnipeg par la rue Main et la route 9 Reculez dans le temps pour vous retrouver au XIXe siècle, à l'époque de la traite des fourrures, dans le plus vieux fort d’Amérique du Nord. Des comédiens en costumes d’époque font revivre les débuts de ce poste de la Compagnie de la baie d'Hudson et de la traite des fourrures au Canada, dans les années 1800. Toutes les infos : Parcs Canada - Lieu historique national de Lower Fort Garry - Lieu historique national du Canada de Lower Fort Garry - La Fourche, lieu historique national Contrairement à la plupart des autres lieux historiques nationaux, à la Fourche on ne commémore pas une période spécifique de l'histoire. Son importance tient plutôt à son rôle de témoin des nombreux événements qui ont faconné l'Ouest canadien. C’est là que les premiers occupants ont campé, au confluent de deux grandes rivières, et leur présence en a attiré d'autres au fil des siècles. Aujourd'hui, La Fourche est le « lieu de rencontres » de Winnipeg. Le site web : One of the loveliest public spaces in Winnipeg and a must-see for any visitor. | The Forks - Fort Gibraltar, dans le quartier de Saint Boniface A l’origine, le Fort Gibraltar était un poste de traite de fourrure et un poste pour contrôler l’échange de pemmican de la Compagnie du Nord-Ouest, situé à la fourche de la rivière Assiniboine et de la rivière Rouge en 1810. On a reconstruit le Fort actuel à Saint-Boniface sur la rive est de la rivière Rouge en 1978, avec le Festival du Voyageur inc. En été, c’est un site historique touristique. En février, le Fort est au cœur des célébrations du Festival du Voyageur. Plus d’infos : Fort Gibraltar - Manitoba Legislative Building Des tours de 1h sont organisés de juillet à septembre Les infos ici : Visite du Palais législatif | Infrastructure et Transports | Province du Manitoba - Le quartier de Saint Boniface, son musée et la tombe de Louis Riel Le Musée de Saint Boniface, en partenariat avec d’autres structures, organise l’été différents tours et animations autour de l’héritage culturel des Franco-Manitobains. On peut ainsi avoir droit à une visite de nuit du musée aux bougies, ou à un voyage dans le temps de Louis Riel, avec une pièce de théâtre jouée en costumes d’époque dans le cimetière de la cathédrale. Plus d’infos ici : Théâtre dans le cimetière 2011 Les parcs provinciaux et nationaux autour de Winnipeg La province du Manitoba pourrait contenir à elle seule l'Espagne et le Portugal, ou le Dakota du Nord, l'Illinois, l'Iowa et le Wisconsin. Il s’agit d’un vaste territoire dont la forêt occupe à peu près 40 % et qui compte environ une cinquantaine de réserves naturelles et de parcs de loisirs où l’on peut randonner à pieds, en ski ou en raquettes, camper, louer un chalet, pêcher, faire de la moto-neige, etc. Le Parc national du Mont-Riding (Riding Mountain) : c’est l’un des parcs les plus fréquentés au Canada et c’est aussi là où se trouve l'un des derniers troupeaux de bisons d'Amérique du Nord. Il se trouve à 5h de voiture au Nord Ouest de Winnipeg Le parc provincial Whiteshell : c’est le plus grand parc provincial du Manitoba et il se trouve à 1h30 à l’Est de Winnipeg. Le parc de Nopiming : situé à 200 kilomètres de Winnipeg, au nord de Whiteshell, il regorge de lacs et de rivières et sa faune est particulièrement abondante. Le parc provincial Grand Beach : à 1h30 de Winnipeg, c’est là que se trouvent les plus belles plages de la province, avec leurs immenses étendues de sable fin, vestiges du lac Agassiz qui remonte à l'époque glaciaire Le parc provincial Duck Mountain : c’est au sud-est de ce parc que l’on atteint le point culminant du Manitoba, le Mount Baldy (831 mètres). Le parc provincial Spruce Woods : à 3h de Winnipeg, on sort de la forêt et pouf, on se retrouve au beau milieu d’un désert. Le parc provincial de Turtle Mountain : il se trouve à environ 80 kilomètres au sud de Brandon, et présente de nombreux lacs, cours d'eau et autres formations pélagiques. Le parc Birds Hill : à une demi-heure de Winnipeg, il a été créé en 1967 pour répondre aux besoins récréatifs croissants de la capitale provinciale. C’est là qu’est organisé le Winnipeg Folk Festival chaque année, en juillet. Plus d’infos : Parks and Natural Areas | Conservation | Province of Manitoba Le nord du Manitoba Churchill Au Nord de la Province, Churchill est la capitale de l’ours polaire. Selon la période de l’année, on peut y admirer les aurores boréales, observer les ours polaires, aller à la rencontre des baleines. La ville est minuscule et assez difficile d’accès : on ne peut pas y aller par la route, donc on oublie la voiture et le bus. Deux possibilités : l’avion ou le train (compter 2 jours aller) Toutes les infos ici : Destination Churchill : Touch the Arctic Parc provincial des Chutes Pisew A 7h au Nord de Winnipeg, du côté de Thompson, on peut voir les 2e chutes les plus hautes du Manitoba, avec 13 mètres de hauteur. Elles n'ont qu'un mètre de moins que les chutes Kwastichewan, les plus hautes de la Province. Les infos ici : Parks and Natural Areas | Conservation | Province of Manitoba Parc national Wapusk Le parc Wapusk, qui signifie "ours blanc" en langue crie, protège l'un des plus vastes sites au monde de mise bas des ours polaires. Il se trouve tout près de Churchill, dans la région naturelle des basses-terres d'Hudson et de James, qui borde la baie d'Hudson, à la limite de la forêt boréale et de la toundra arctique. Pour se rendre à Wapusk, il faut passer par des voyagistes autorisés de Churchill. Le parc national Wapusk ne peut accueillir qu'un nombre limité de visiteurs et il n'est pas recommandé de le visiter sans guide. Pour obtenir une liste à jour des voyagistes autorisés, il faut contacter le bureau du parc par téléphone au 1-888-773-8888 ou 1-204-675-8863. Les infos ici : Parcs Canada - Parc national Wapusk Une visite aux Etats-Unis La frontière américaine ne se trouve qu’à 1h30 de Winnipeg en voiture. Beaucoup de Winnipegois font des weekends shopping aux USA, pour profiter des prix bien plus bas. L’Etat le plus proche est le Minnesota. La capitale, Minneapolis, se trouve à 7h de voiture de Winnipeg. Pas très loin, à l’Est du Minnesota, on peut également se rendre au Dakota du Nord. Il n’y a pas tellement de possibilités pour aller aux USA en bus. Le mieux reste la voiture, même pour rejoindre Minneapolis. L’avion coûte assez cher depuis Winnipeg et les vols ne sont pas directs. Si vous préférez quand même vous déplacer en avion, vous avez le choix entre Air Canada et WestJet, les deux compagnies canadiennes. Air Canada : Air Canada - Site Officiel: vols, billets d'avion, bas tarifs ariens, location de voiture, htels, forfaits WestJet : Airline Tickets, Airfare Deals, Seat Sales, Canada Flights - WestJet Source [ monpvt.com/ ] Et pour finir je vous laisse avec cette magnifique vidéo
  5. LE VIE-VIA, UN STATUT EN OR POUR PARTIR BOSSER À L’ÉTRANGER Par TDME Editions | 08/09/2016 à 13:05, mis à jour le 08/09/2016 4 5 43 image: Rien de tel qu'un volontariat international pour démarrer en douceur sa carrière à l'étranger... @Shutterstock Vous avez moins de 28 ans et envie de découvrir le monde du travail à l’étranger tout en percevant un vrai salaire ? Cela tombe bien, de nombreuses entreprises et administrations françaises implantées à l’étranger proposent des missions de volontariat international. 1 - QU'EST-CE QUE LE VOLONTARIAT INTERNATIONAL ? Ce programme, placé sous la tutelle de l’ambassade de France, permet aux jeunes de 18 à 28 ans de partir entre six mois et deux ans pour une mission professionnelle à l’étranger. Le Volontariat se fait au sein d’une structure publique, para-publique française, d’une entreprise de droit privé, ou encore d’associations. Ce statut permet de ne pas partir tout à fait à l’aventure : la mission est cadrée, le jeunes est assuré de percevoir une rémunération souvent plus élevée qu’en France et il est couvert par une assurance. La recherche d’une mission de VIA (Volontariat International en Administration) s’effectue exclusivement via internet, sur le service de candidature qui dépend du ministère des Affaires étrangères. Pour plus d’informations, il est aussi possible de contacter le Centre d’information sur le volontariat international (CIVI) au 0810 10 18 28. à lire aussi ARTICLE Partir en V.I.E ? Yes you can ! Pour les VIE (Volontariat International en Entreprise), il faut soit passer par le site Civiweb, soit convaincre une entreprise française implantée à l’étranger de vous embaucher (25 % des recrutements ont eu lieu grâce à une candidature spontanée). A vous de déployer vos arguments (exemption de charges sociales, par exemple) pour persuader l’entreprise de vous envoyer à l’étranger en VIE. 2 - LE VOLONTARIAT INTERNATIONAL EN ADMINISTRATION Pour postuler à une mission de VIA, il faut être âgé de 18 à 28 ans, être ressortissant de l’un des Etats membres de l’Espace économique européen, et jouir de tous ses droits civiques. Les missions peuvent se réaliser dans les consulats, les ambassades, les services et les missions économiques françaises à l’étranger, dans les services de coopération et d’action culturelle ou sous tutelle du ministère des Affaires étrangères. Les VIA peuvent être placés sous la tutelle du ministère des Affaires étrangères et du Développement international (environ un millier de volontaires chaque année), ou bien de la direction générale du Trésor. Les deux tiers des volontaires sont titulaires d’un diplôme à bac +5 et travaillent aussi bien dans les ambassades et consulats qu’auprès de centres de recherches comme l’Ifremer, l’institut Pasteur ou encore le CNRS. Le VIA entre aussi dans le cadre du service civique. à lire aussi ARTICLE Premier baromètre du V.I.E Le volontaire bénéficie d’une indemnité et d’une prise en charge sociale (assurance maladie et rapatriement). Concernant la rémunération, elle est composée d’une part fixe (715,38 €) et d’une variable qui oscille entre 731,03 € et 3 681,64 €, déterminée selon le pays d’affectation. >>> Quels profils ? Les offres du ministère des Affaires étrangères sont postées régulièrement sur le site Civiweb.com (pour les moins de 25 ans, il faut pour s’inscrire avoir un Numéro Identifiant Défense donné lors de la Journée Défense et Citoyenneté) et les missions durent 12 mois, renouvelable une fois. Les futurs employeurs sélectionnent les candidats, leur font passer un entretien, puis c’est le ministère qui fait passer un entretien final et donne sa réponse. En savoir plus sur http://start.lesechos.fr/travailler-a-letranger/actu-internationales/le-vie-via-un-statut-en-or-pour-partir-bosser-a-l-etranger-5798.php?661Lx5pUAgFfZmvL.99 ------ Également Volontariat. Le V.I.E, une opportunité pour les entreprises françaises à l’étranger Entreprises - Modifié le 21/07/2016 à 16:14 | Publié le 20/07/2016 à 11:07 - 0 écouter Lire le journal numérique Depuis 2000, le V.I.E (Volontariat international en entreprise) permet à des jeunes de 18 à 28 ans de se voir confier une mission professionnelle (de 6 à 24 mois) dans une entreprise de droit français, à l’étranger. Un programme souvent fructueux pour les entreprises. Le V.I.E, pour quels secteurs ? Toutes les entreprises françaises peuvent faire appel aux volontaires. Certains secteurs sont toutefois plus représentés que d’autres. C’est notamment le cas des banques, des technologies de l’information et de la communication, du secteur automobile et transport, de l’agroalimentaire, de la santé, de l’énergie ou des travaux publics. Lire aussi : Export. "Le volontariat international en entreprise ? Sans hésitation." Quelles missions ? L’entreprise peut confier des tâches diverses et variées aux volontaires, allant de la prospection commerciale, à l’accompagnement d’un contrat ou d’un chantier, en passant par l’animation de réseaux. Sur le fond, la mission peut s’apparenter à celle d’un salarié. « L’entreprise donne au volontaire la mission qu’elle souhaite, explique Didier Cros, responsable de la mission communication V.I.E de Business France. Mais la gestion administrative est confiée à Business France. » L’agence, sous tutelle de l’État, participe au développement à l’international des entreprises. Avant le départ des volontaires, elle organise des réunions d’intégration, pour délivrer toutes les informations sur des aspects administratifs notamment. Une fois dans le pays, le volontaire reste en contact avec les bureaux locaux de Business France. « Les jeunes sont sous la responsabilité de l’Ambassade de France du pays d’accueil, rappelle le responsable. Les volontaires partent rassurés et l’entreprise aussi, c’est le point positif du V.I.E. » Lire aussi : Partir comme volontaire international en entreprise (VIE) Comment recruter ? L’entreprise peut recevoir des annonces de candidats ou accéder à une CV-thèque où l’ensemble des profils sont regroupés. Environ 6 200 entreprises françaises font appel à des volontaires, sur les cinq continents (132 pays). Toutefois, certains pays sont plus demandés que d’autres : les États-Unis, la Belgique, l’Allemagne, le Royaume-Uni, la Chine, le Canada, l’Espagne, Singapour, le Luxembourg et l’Italie. 57 000 jeunes (9 194 actuellement) ont déjà réalisé une mission V.I.E. Les entreprises (des PME pour les deux tiers) emploient parfois plusieurs volontaires. « Voire des centaines pour les grands groupes. » Quels avantages pour l’entreprise ? Tout d’abord, il n’y a pas de lien contractuel. C’est Business France qui gère le contrat du volontaire. Il n’y a pas non plus de charges sociales en France. Les PME et les ETI possèdent certains avantages supplémentaires : frais de gestion réduits, aides financières nationales et régionales, crédit d’impôt export (pour les PME qui prospectent les marchés extérieurs et recrutent du personnel affecté au développement export). Business France propose aussi des solutions d’hébergement au sein de ses bureaux d’autres organisations. Les entreprises ont même la possibilité de se partager les services (et donc le coût) d’un volontaire. suite et source: http://www.ouest-france.fr/economie/entreprises/volontariat-le-vie-une-opportunite-pour-les-entreprises-francaises-letranger-4471953
  6. Bonjour à tous, J'aimerai avoir votre aide et vos conseils à propos de ce qui s'en vient pour moi et mon mari. Je suis chilienne et je suis arrivée au Québec en 2006, à la ville de Saint-Jérôme plus précisement. Au début de l'année 2014, je suis retournée au Chili pour y habiter quelque temps et marier un Chilien. En Septempre de cette année, je vais retourner au Québec avec mon mari et mes deux chiens. Je vais arriver à la ville de Gatineau, où je n'ai jamais habité. Donc, je ne sais pas comment est le coût de la vie là-bas. J'aimerai s.v.p avoir des conseils et informations sur ce qui concerne la vie a Gatineau. Est-ce compliqué de trouver un appartement pour un couple avec deux chiens (de taille moyenne, pas petits) ? Pour un jeune couple, combien devra-t-on payer pour ce qui concerne le loyer, l'électricité, internet, transport, épicerie, etc...? Est-ce difficile de trouver un emploi comme secrétaire pour moi? Est-ce difficile de trouver un emploi, dans n'importe quel domaine, pour un immigrant qui ne parle pas encore français, mais seulement espagnol? En ce qui concerne le parrainage, je voudrais parrainer mon mari, quels documents dois-je remplir? Que doit-il faire pour pouvoir travailler au Québec? Quels documents dois mon mari emporter avec lui au QC pour sa nouvelle vie? De plus, si quelqu'un a déjà voyagé avec des gros chiens, j'aimerai avoir vos conseils à propos du voyage. Je vais voyager à peu près 11hrs avec la compagnie AirCanada. Selon ce que AirCanada me dit, je vais voir mes chiens (un Chow Chow et un métis) à Toronto, puis ils vont remonter avec les valises et je vais pouvoir les reprendre à l'aéroport de Ottawa. S.v.p tous les conseils seront les bienvenus. Merci beaucoup.
  7. Bonjour, je vais être le plus bref possible pour tenter d'obtenir une réponse précise. Je viens vers vous aujourd'hui car le jour J approche et certaines doutes surgissent quant à l'avenir de ma compagne et moi même à Montréal. 1. Je suis franco-canadien, ma compagne est française. De métier je suis web designer et front-end developer (création d'interfaces web, applications mobiles, contenus multimédias etc...). 2. Nous débarquons à Montréal le 5 juillet de cette année 2015 avec un peu plus de 8000,00 $ en poche une fois tout payé (billets d'avion etc...). 3. Je vais dans les mois à venir entamer une procédure de parrainage pour elle, impossible donc de demander une quelconque aide financière à l'état, c'est éliminatoire pour la demande. 4. Nous ne sommes ni dépensier ni matérialiste, les loisirs et achats superflues nous pouvons très bien nous en passer. 5. D'après ce que j'ai lu, le salaire moyen d'un web designer est de 33,000 $ par an et peut grimper jusqu'à 50,000 $, selon l'expérience (8 années dans mon cas). Question Après avoir trouvé un boulot dans mon domaine, si je gagnais disons 2750 $ brut par mois, pourrais-je subvenir tout seul à nos besoins en prenant bien en compte les points numéro 2, 3 et 4 cités plus haut ? Merci d'avance pour vos éclaircissements.
  8. Hello tout le monde Quelqu'un pourrait peut etre me conseiller sur une compagnie d'assurance pour une assurance vie. Je n'y connais pas grand chose donc je ne sais pas trop quoi chercher. merci deja de m'orienter si possible.
  9. Bonjour, Je voulais partager l'info Message de la modération Les publicités personnelles vers des sites concurrents sont interdites
  10. Bonjour à tous, Je vais partir en VIE en aout à Montréal pour une durée de 18 mois. J'ai lu qu'il était possible de faire une demande de résidence permanente à travers le programme PEQ afin d'obtenir le CSQ dès lors que l'on travaille plus de 1 an sur le territoire canadien. Est-ce que quelqu'un a déjà accompli une telle démarche suite à un VIE ? J'ai cherché sur internet et les avis divergent : contrat français, pas de "rémunération" mais "indémnisation", etc... Quelqu'un a-t-il des informations là dessus ? Merci beaucoup à tous !! Paul
  11. Bonjour à tous. J'effectue actuellement un Volontariat International à l'Etranger (VIE) à Montréal depuis février 2012, dans le domaine de l'informatique. J'aimerais en février 2013 effectuer une demande de CSQ au titre du programme de l'expérience québécoise (PEQ), car cela aura fait 1 an que je travaille à Montréal. Pour information: - le VIE: http://www.civiweb.com/FR/le-volontariat-international/definition-du-vie.aspx - le PEQ: http://www.immigration-quebec.gouv.qc.ca/fr/immigrer-installer/travailleurs-temporaires/demeurer-quebec/demande-csq/travailleurs-peq/index.html Dans les documents à fournir pour ma demande de CSQ figurent: Copie certifiée conforme du contrat de travail ou original d'une lettre d'employeur avec en-tête comportant le titre et la description de l'emploi occupé, la période d'embauche et le nombre d'heures travaillées par semaine Photocopie d'au moins trois (3) relevés de salaire, dont un relevé au début de l'emploi et celui le plus récent Or le VIE étant un contrat à part : - je n'ai pas à proprement dit un "contrat de travail" de mon entreprise, mais une lettre d'engagement d'UBIFRANCE (qui est plus une proposition d'embauche et qui ne précise pas le nombre d'heures travaillé par semaine). - je ne reçoit pas de relevé de salaire, mais une indemnité en euros d'UBIFRANCE Je ne sais pas quels justificatifs inclure à mon dossier. Je peux demander à mon employeur de me faire une lettre indiquant que je travaille pour lui, mais pour les relevés de salaire je pense que mes bulletins d'indemnités ne passeront pas. Je voulais savoir si certains d'entre vous avaient été dans la même situation que moi, ou avaient des conseils à me donner quant aux justificatifs à fournir… Merci beaucoup d'avoir pris le temps de lire ce message jusqu'au bout, et bon mois de Novembre à tous! Cyril
  12. Bonjour, Ci-dessous les + et - après 4 mois de vie a Montreal (par rapport a ma vie de Paris avec le même salaire). +++ : Pas de problèmes pour trouver un logement à Montréal, il y a plus d'offres que de demandes. +++ : Le rapport prix/espace d'un appart. est très intéressant lorsque l'on vient de Paris ( 750 $ > 72m2, chauff compris avec 2 chambres) +++ : Les gens sont plus cool, relax qu'a Paris. ++ : La neige avec un beau ciel bleu ! (Ne venez pas si vous n'aimez pas la neige ) ++ : Déneigement par les équipements de la ville en quelques jours après les tempêtes (assez impresionnant ). ++ : Pas d'avance d'argent après consultation des médecins dans les cliniques médicales privées, pris en charge par la carte soleil. ++ : Bon réseau de transport en commun, bus et métro (72$/mois). Et oui les gens font la queue avant de rentrer dans le bus ++ : Courses, alimentation (chez Maxi) environ 560$ / mois pour un couple et un bebe. ++ : Salle de sport Cardio Training 550$/an (equivalent au Forest hill de Paris) - - - : Si besoin d'un médecin sans rendez-vous, il faut arriver le matin, prendre un ticket et attendre une journée dans une clinique privée. - - - : Insuffisance de pédiatre pour le suivi des enfant/bebe (obligé de prendre un pédiatre a 1h de son logement quand on en a un). - - : Délai attendu de 6-9 mois pour obtenir un médecin de famille auprès de son CLSC de Rosemont. - - : Beaucoup de premiers contacts par les chasseurs de têtes réseau/informatique mais peu de résultats (voir le resautage ) - - : Bell Internet illimite 80$ /mois Haut debit (équivalent au 30 Eur de Free sans la TV) - : Mobile i phone 3g Telus avec 500Mo de download a 60$ /mois Pour le moment je my plais bien ; rendez-vous a la fin de cette année 2013 pour en savoir plus !
  13. Bonjour je m'appelle Nawelle, mon mari et moi meme souhaiterions immigrer au Québec avec nos enfants. Nous sommes tous les deux cuisiniers et ou Maître d'hôtel . Qu'en pensez vous ? Pouvez vous me faire part de vos expériences ?
×
×
  • Create New...

Important Information

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, de réaliser des statistiques de visites et de vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. Terms of Use Privacy Policy Guidelines