Jump to content

Search the Community

Showing results for tags 'metro'.



More search options

  • Search By Tags

    Type tags separated by commas.
  • Search By Author

Content Type


Forums

  • Démarches et vie pratique
    • Québec
    • Canada
    • Bilans et tranches de vie
    • Médecins, infirmières et pharmaciens
    • PVT
    • Retour dans son pays
    • Voyager, Visiter, Tourisme et prospection au Québec et au Canada
    • Lounge
    • Études et stages
    • Salle d'attente - échanges de dates
    • Parrainages et Mariages
    • USA : Tourisme et immigration - Vie aux États-Unis
  • Emploi (Ressources, outils, bons plans)
    • Offres d'emploi
    • Chiffres et études sur le marché de l'emploi
    • Routier au Canada (camionneur)
    • Votre profession
    • Ordres professionnels (Bons plans)
    • Techniques de recherche d'emploi
    • Votre entreprise (avis et postes disponibles)
    • Reconversion ou formation continue
  • Kiosques des spécialistes
    • TransferMate (virements internationaux)
    • Assurance PVT / Études / Stages
  • Sorties, loisirs et rencontres
    • Nouveaux, présentez-vous
    • Sorties
  • Affaires / Immobilier - Investissement
    • Acheter, vendre ou créer une entreprise ou un commerce
    • Immobilier résidentiel
  • Documents outils et ressources
    • Obtenir la citoyenneté
    • Formulaires
    • Taux de change et conversion des mesures
    • Calculateur des frais d'immigration et de subsistance
  • Petites annonces
    • Mobilier et matériel
    • Véhicules à vendre
    • Appartements et maisons à louer
    • Appartements et maisons à vendre
    • Immobilier commercial
    • Colocation
  • Aide et organisation du site
    • Boite à idées
    • Support technique
  • Lina's Lorsque limmigration canada vous demande le certificat de police pour votre mari en haiti est ce quil doit le deposer au canada ou a l'ambassade canada en haiti?
  • Exemple de courrier pour le MIDI / Fédéral's Documents

Blogs

There are no results to display.

There are no results to display.


Find results in...

Find results that contain...


Date Created

  • Start

    End


Last Updated

  • Start

    End


Filter by number of...

Joined

  • Start

    End


Group


Gender


Date d'arrivée


Année de naissance


Profession


Préoccupation


Pays d'origine


Pays de résidence


City


Skype


Facebook


Website URL


ICQ

Found 13 results

  1. Bonjour, Je suis actuellement étudiante en France et je vais faire un programme d'échange pour étudier dans une université à Gatineau. Je vais partir pour une durée d'environ 9 mois donc il me faut des services sans engagement. J'avais quelques questions au sujet de la vie là-bas. 1. Comment cela se passe au niveau du transport sur place ? Existe-il une carte (par ex bus) mensuelle pas trop cher ? Quel est le meilleur moyen à moindre coût pour se déplacer dans Gatineau et ses alentours ? 2. Quel est le prix de l'électricité sur place pour un appartement pour une personne (studio..) ? Est-il facile de trouver un logement meublé ? 3. Je voulais savoir aussi quel est le meilleur forfait de téléphone mobile pour bénéficier de plus de giga d'internet pour un téléphone mobile ? car j'utilise pas mal mon téléphone en dehors du logement. 4. Quelles sont vos assurances santé sur place ? Je vous remercie d'avance pour vos réponses !
  2. Ça se passait ce matin à la station de métro Spadina pendant le rush source : http://www.cp24.com/news/raccoon-spotted-trying-to-hop-a-ride-on-ttc-at-spadina-station-1.2761392
  3. La criminalité montréalaise par quartier – édition 2014 Par Mathias MarchalMétro Archives TC Media Ça y est, le Service de police de la ville de Montréal (SPVM) a publié son bilan annuel de 2014. Comme le SPVM n’a toujours pas embarqué dans le mouvement open data (données ouvertes), il a encore fallu tout saisir à la main pour essayer de faire des classements de la criminalité par quartier. Leurs données brutes (exemple le nombre de tentatives de meurtre) ne sont pas comparables étant donné que chaque secteur à des tailles de population différentes. J’ai donc ajouté cette variable pour avoir un taux de criminalité par tranche de 1000 habitants. Voilà les grandes lignes (les tableaux détaillés suivent plus bas)… Les secteurs avec le plus de criminalité sont encore une fois: Est du centre-ville, Vieux Montréal (Poste de quartier 21) Centre-ville – Parc du Mont-Royal (PDQ 20) Centre-Sud, Village (PDQ 22) Une précision s’impose. Ces secteurs comprennent une forte population flottante qui vient travailler ou magasiner et qui fausse donc les résultats pour ces secteurs. Le chercheur Rémi Boivin me soulignait l’année dernière que Montréal avait l’un des centres-ville les plus sécuritaires en Amérique du Nord. Que faut-il retenir alors? 1. Tout d’abord que les crimes contre la personne (meurtres, tentatives de meurtre, agressions sexuelles…) et les taux de crimes contre la propriété (entrées par effraction, vols d’autos…) ont baissé de deux points l’année dernière. C’est dans le Vieux-Montréal, Hochelaga-Maisonneuve et au centre-ville que les baisses sont les plus spectaculaires. Le SPVM obtient des résultats c’est indéniable, même si on déplore qu’ils coûtent toujours plus cher dans le budget dans la Ville. 2. On a été étonné de trouver l’arrondissement de Lachine en aussi mauvaise position alors qu’on avait une image bucolique de l’endroit. Erreur. On a enregistré là-bas 6 meurtres en 2014 soit 21% des tous les meurtres sur le territoire. L’arrondissement figure aussi en 6e position sur 32 secteurs pour le taux de tentatives de meurtre, le taux d’agressions sexuelles et en 7e position pour le taux d’entrées par effraction. J’ai obtenu une réponse à mes questions en tombant sur cet article de La Presse où le journaliste s’est fait dire à propos du quartier Saint-Pierre, «ici c’est le Bronx», avant de se faire vertement conseiller de quitter les lieux. Si l’on se fie aux communiqués de presse du poste de quartier 8, il semble clairement y avoir des groupes criminalisés dans le coin qui n’hésitent pas à régler leurs comptes autrement qu’à roche-papier-ciseaux. 3. Parmi les autres secteurs où l’on note une augmentation de la criminalité, il faudra surveiller Saint-Michel (+1,3pt de taux de criminalité), et dans une moindre mesure, Parc-Extension et Villeray où la criminalité a augmenté, mais qui continuent de figurer parmi les quartiers les plus sécuritaires (11e et 13e sur 32). Mis à part ça les secteurs de Dorval, Saint-Léonard et Anjou continuent de trôner en tête pour le vol de voitures, car on y trouve de nombreux stationnements liés à la présence de l’aéroport et de centres commerciaux. Enfin, le taux d’agression sexuelle a sensiblement augmenté dans Montréal-Nord. Voilà le détail des tableaux par secteur. À l’année prochaine, en espérant que le SPVM aura d’ici là changé d’avis quant à l’utilité de l’open data! source et source : http://journalmetro.com/opinions/montreal-sous-observation/782598/la-criminalite-montrealaise-par-quartier-edition-2014/
  4. Un peu d'humour (source : http://www.rtl.fr/actu/international/toronto-un-plan-trop-phallique-retire-du-metro-7776474010)
  5. La criminalité montréalaise, quartier par quartier Par Mathias MarchalMétro Partager cet article Archives Métro Les quartiers les plus animés sont aussi ceux où la criminalité est la plus florissante, selon une compilation des données de chaque poste de quartier du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM). Mis à part le centre-ville, c’est dans le sud du Plateau-Mont-Royal et dans le quartier Centre-Sud qu’il se commet le plus de crimes par habitant à Montréal. Le quartier Centre-Sud est sous la responsabilité du poste de quartier (PDQ) 22. En 2013, le SPVM y a enregistré 623 cri­mes contre la personne (un taux de 21 crimes/1000 ha­­bi­tants). Aucun meurtre ni tentative de meurtre n’y a toutefois été répertorié en 2013. À ce sujet: Un nouveau centre d’entraînement policier à 8M$ Bars ouverts jusqu’à 6h: plus de policiers seront déployés Reddition d’un homme soupçonné d’homicide Montréal-Nord (15,5 cri­mes/1000 habitants) et le sud du Plateau-Mont-Royal (14 crimes/1000 habitants) suivent dans cette catégorie qui englobe notamment les homicides, les tentatives de meurtre, les agressions sexuelles et les vols qualifiés. Ces résultats s’expliquent notamment par le fait que ces quartiers accueillent une importante population flottante venant profiter d’activités festives et des artères commerciales, indique Didier Deramond, directeur adjoint aux Activités de soutien aux opérations du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM). «L’achalandage important facilite les actes criminels, et la présence de bars amène un autre type de criminalité, mais c’est une réalité que les policiers du secteur connaissent bien», ajoute-t-il. Pour établir ce classement, nous n’avons pas retenu les données des deux PDQ 20 et 21 du centre-ville. La trop faible population de ces deux secteurs avait pour conséquence de gonfler artificiellement leurs statistiques. «Mais si on ajoutait dans ces calculs une population flottante de 100000 personnes (visiteurs, travailleurs), on verrait que le centre-ville de Montréal est un des plus sécuritaires en Amérique du Nord et en Europe», précise Rémi Boivin, chercheur au Centre international de criminologie comparée. Le quartier Centre-Sud domine aussi le palmarès des secteurs où l’on recense le plus haut taux de crimes contre la propriété (vols d’auto, cambriolages, fraudes, méfaits…). En 2013, la police y a recensé 1 701 infractions (un taux de 56 méfaits pour 1000 habitants). Le sud du Plateau-Mont-Royal suit de près (55 crimes/1000 habitants), puis le secteur ouest d’Hochelaga-Maisonneuve (PDQ 23). 4,74 L’arrondissement le plus sûr en 2013 a été L’Île-Bizard–Sainte-Geneviève, avec 4,74 cri­mes contre la personne pour 1000 habitants et 11,37 crimes contre la propriété pour 1000 habitants. Toutes ces données sont à prendre avec des pincettes, souligne M. Boivin. «Il s’agit de données brutes qui mériteraient d’être pondérées selon un indice de gravité. Cela permettrait à une simple voie de fait de ne pas avoir la même valeur comptable qu’un homicide», donne-t-il en exemple. En 2007, Statistique Canada avait pondéré le taux de criminalité de 27 villes canadiennes selon la gravité des crimes commis. Avant la pondération, Montréal arrivait en 6e position des villes affichant le plus bas taux de criminalité. Mais en ajoutant un critère de pondération selon les peines encourues, Montréal chutait au 16e rang. Des particularités locales En analysant les données par quartier, des particularités apparaissent. C’est dans l’arrondissement de LaSalle que le SPVM a recensé le plus haut taux d’homicides par habitant en 2013. «Il y a eu là-bas deux doubles meurtres. L’un était lié au crime organisé, l’autre était un cas de violence conjugale», indique M. Deramond, officier du SPVM. «Mais ce quartier n’est pas plus dangereux qu’un autre, c’est très variable d’une année à l’autre», dit-il. En 2012, c’est le secteur d’Ahuntsic qui s’était distingué par un fort taux d’homicides, alors qu’en 2011, c’était le Sud-Ouest. Pour les tentatives de meurtre, l’arrondissement de Saint-Laurent est arrivé en première position, avec 11 cas répertoriés en 2013. «Il faudrait regarder la gravité de ces tentatives», indique le SPVM, c’est-à-dire vérifier s’il y a eu ou non l’intention criminelle de tuer. «Les victoires obtenues par les femmes dans nos sociétés au cours des trente dernières années ont permis de redéfinir nos valeurs collectives en ce qui concerne la violence conjugale et l’agression sexuelle.» -Marc Ouimet, chercheur de l’Université de Mont­réal, qui émet l’hypothèse que des facteurs culturels, dont le rejet graduel de la violence, sont en partie responsables de la baisse de la criminalité. En poursuivant les calculs, on remarque que la plus forte proportion d’agressions sexuelles est recensée dans l’est de l’arrondissement de Mercier–Hochelaga-Maisonneuve. «C’est parce que l’Unité des agressions sexuelles est située à la Place Versailles. Cette unité constitue le point de chute de tous les crimes sexuels qu’on n’arrive pas à attribuer à un secteur précis, ou qui sont survenus il y a plusieurs années et même sur un ter­ritoire autre que celui du SPVM», explique M. Deramond. Anjou se distingue dans le vol de voiture. «On trouve dans ce secteur deux grands centres commerciaux qui ont comme particularité d’offrir des accès rapides (l’A-25 et l’A-40), ce qui facilite la fuite», précise l’officier du SPVM, en ajoutant que cette problématique a diminué de moitié en 10 ans. La criminalité est à la baisse de façon globale, précise le SPVM. Le nombre d’homicides répertoriés en 2013 est le plus bas depuis 1967. Le nombre de crimes contre la personne a baissé de 21% depuis 2009, et le nombre de crimes contre la propriété a chuté de 27%. Ces baisses sont majoritairement attribuables au vieillissement de la population et à l’amélioration économique, selon Marc Ouimet, chercheur de l’Université de Mont­réal. «L’emploi est un facteur décisif dans la décision d’abandonner le crime», écrit-il dans une de ses analyses sur la baisse de la criminalité aux États-Unis et au Canada entre 1991 et 2002. suite et source : http://journalmetro.com/actualites/montreal/502949/la-criminalite-montrealaise-quartier-par-quartier/
  6. 20/02/2014 Mise à jour: 20 février 2014 | 23:41 Départ fracassant pour Montréal en lumière Par Étienne Fortin-Gauthier La Presse Canadienne Elodie Pavis/monscoop@journalmetro.com MONTRÉAL – La 15e édition de Montréal en lumière, lancée en grande pompe par le chanteur Louis-Jean Cormier jeudi soir, se veut plus que jamais un hommage à la créativité, aux arts et à la gastronomie de la métropole. Au terme de la prestation de l’auteur-compositeur-interprète, Laurent Saulnier, le responsable de la programmation du festival, cachait difficilement sa joie. La météo aidant, la Place des festivals était remplie d’un public conquis, qui entonnait avec entrain les chansons du musicien de 34 ans. À ce sujet: Florence K à fleur de peau La gastromie d’ici vue par Montréal en lumière Fatoumata Diawara: sublimer la douleur Véritable quartier général de Montréal en lumière, la Place des festivals a été transformée en terrain de jeu hivernal, où se côtoient une grande roue, une longue glissade illuminée, plusieurs scènes et de nombreuses activités interactives mettant en vedette la créativité d’artistes d’ici. M. Saulnier rapporte que son équipe voulait complètement repenser le site, afin que le public ne vienne plus seulement pour les spectacles, mais qu’il «s’amuse» aussi au festival et «reparte très tard!», a-t-il confié, tout en arborant un large sourire. L’une des belles trouvailles de ce remue-méninge est la construction d’une immense cour intérieure, chauffée et faite de quelque 18 conteneurs maritimes. Douze jours ont été nécessaires à une cinquantaine d’ingénieurs, d’architectes, de techniciens et d’autres artisans pour monter le tout sur le site. À l’intérieur, les visiteurs découvrent une salle de spectacle inspirée par les ruelles montréalaises, mais aussi une série de petits appartements. «Et dans cette cour intérieure, on a l’ADN du festival. Il y a des spectacles, de la bouffe et plusieurs activités», a affirmé M. Saulnier. Pour son 15e anniversaire, Montréal en lumière a décidé de braquer les projecteurs sur la ville qui l’accueille depuis ses débuts. source : http://journalmetro.com/culture/451730/depart-fracassant-pour-montreal-en-lumiere/
  7. Plus de diplômés universitaires à Montréal Par Marie-Eve ShafferMétro Partager cet article Yves Provencher/Métro Près d’un Montréalais sur deux, âgés de 25 à 64 ans, détient un diplôme universitaire C’est ce que rapporte une analyse sociodémographique de l’Institut de la statistique du Québec (ISQ) rendue publique mercredi. Montréal est la région du Québec qui présente la plus forte proportion de diplômés universitaires, soit 46,5%, en 2012. Il y a 20 ans, ce pourcentage était deux fois moins important et se situait à 21,3%. La moyenne québécoise du taux de diplomation universitaire atteignait 29,4% en 2012. Elle était de 15,2% en 1990. «[Montréal] est un endroit propice à former des universitaires», a expliqué l’auteur de l’analyse, Marc-André Gauthier, qui est agent de recherche à l’ISQ. Il a notamment évoqué les nombreuse universités qui se trouvent dans la métropole, de même que son économie de service qui sont des vecteurs de la diplomation universitaire. La migration régionale et l’immigration internationale ont aussi eu un impact favorable sur la scolarité des Montréalais, a dit M. Gauthier. Après la métropole, ce sont les régions de Laval (37,7%) et de la Capitale-Nationale (33,5%) qui ont le taux de diplomation universitaire le plus important. À l’opposée, le Centre-du-Québec, la Gaspésie—Îles-de-la-Madeleine ainsi que la Côte-Nord et le Nord du Québec ont des populations qui comptent moins de 15% d’universitaires. Ces régions ont toutefois plus de diplômés professionnels que la moyenne québécoise, qui atteint 17,4%. M. Gauthier explique la différence par le fait que l’économie de ces régions requière de la main d’oeuvre issue de la formation professionnelle. À Montréal, à peine 9,7% de la population a obtenu un diplôme d’études professionnelles. Plus de diplômées féminines Les femmes sont plus nombreuses que les hommes à détenir un diplôme, d’après l’analyse de l’Institut de la statique du Québec. En 2012, près de 12% des femmes n’avaient aucun diplôme, contre 15% pour les hommes. Ces pourcentages dépassaient 35%, il y a 20 ans. Les femmes dépassent les hommes pour ce qui est du taux de diplomation au cégep et à l’université. Elles sont toutefois devancées en ce qui concerne les diplômes d’études professionnelles. http://journalmetro.com/actualites/montreal/446624/plus-de-diplomes-universitaires-a-montreal/
  8. Mise à jour: 3 décembre 2013 | 17:01 Ajuster la taille du texte Nombre record dimmigrants au Québec en 2012 Par Daphnée Hacker-B. Métro Le Québec a accueilli plus de 55 000 immigrants sur son territoire en 2012, un sommet inégalé en 50 ans, révèle le nouveau bilan démographique du Québec, publié mardi. Depuis quelques années déjà, ce sont les nouveaux arrivants qui contribuent le plus à la croissance de la population du Québec, observe Chantal Girard, démographe et responsable du bilan annuel pour lInstitut de la statistique du Québec. Globalement, la population du Québec a augmenté de 73 000 individus lan dernier, un niveau toutefois moindre que les années précédentes. 200 La population du Québec a augmenté d'un peu plus de 73 000 personnes au cours de l'année 2012, soit une moyenne de 200 personnes par jour. Avec 55 000 nouveaux arrivants, la province a enregistré le plus haut nombre dimmigrants depuis 1957. «À cette époque, les demandes provenaient majoritairement de la Hongrie, qui connaissait alors des bouleversements politiques», témoigne Mme Girard. Une demande encore plus grande a été observée en 1913, alors que 80 000 immigrants ont choisi le Québec pour fuir lEurope, à laube de la Première Guerre mondiale. Le gouvernement Marois a récemment déclaré vouloir réviser à la baisse le nombre dimmigrants. Au cabinet de la ministre de lImmigration, Diane De Courcy, on a confirmé à Métro que la cible fixée sera ramenée entre 49 500 et 52 500 personnes en 2014, pour diminuer encore lannée suivante. Demandes immigrations graphique Une consultation publique est prévue pour préparer une nouvelle politique dimmigration qui permettra de revoir les orientations et de fixer les niveaux dimmigration souhaitables pour les années à venir. Dans le bilan démographique, on note que près de 2 immigrants sur 3 sont âgés de 20 à 44 ans. Les principaux pays de provenance sont la Chine, la France et Haïti, suivis par lAlgérie et le Maroc. Par ailleurs, on note aussi le fait quun nombre important de migrations ont lieu entre les provinces, et que le Québec a perdu lan dernier 8 300 résidants, qui ont choisi en majorité de vivre en Ontario et en Alberta. «À Montréal, la grande concentration dimmigrants rehausse à 33% la moyenne de résidents âgés de 25 à 40 ans, contre 27% dans le reste du Québec» -Chantal Girard, démographe à lInstitut de la statistique du Québec Dici 20 ans, plus de décès que de naissances Même si lespérance de vie saméliore, la population vieillit et le taux de mortalité ne cesse daugmenter, rappelle la démographe Chantal Girard. Selon elle, les décès sont encore moindres que le nombre de naissances, mais la situation risque de changer dici 20 ans, lorsque les bébé-boumeurs seront plus âgés, note-t-elle. «Laccroissement naturel deviendra alors négatif et nous dépendrons encore plus des immigrants pour assurer une croissance de la population», conclut-elle. source : http://journalmetro.com/actualites/national/412787/nombre-record-dimmigrants-au-quebec/
  9. Une nouvelle fois le métro de Montréal est totalement en panne. Reprise du service prévue dans quelques minutes, mais en attendant c'est pas beau à voir. Une panne informatique similaire avait causé un arrêt de service sur toutes les lignes du métro de Montréal pendant environ 50 minutes, le 2 avril dernier et le 13 mars, une autre panne informatique avait aussi occasionné une interruption de service sur toutes les lignes.
  10. Encore une fois la station de métro montréalaise Champ-de-Mars gagne des honneurs à l'étranger. Cette fois-ci dans un palmarès international de spécialiste du design. http://www.complex.com/art-design/2013/02/the-25-most-beautiful-metro-stations-in-the-world/
  11. Les années se suivent et se ressemblent à la Société de transport de Montréal (STM). Métro a mis la main sur la liste des stations de métro les plus fréquentées durant l’année 2011. On ne note que des changements mineurs de positions par rapport au palmarès de l’année 2010. C’est sans grande surprise que la station Berri-UQAM arrive au tout premier rang des 68 stations de la STM, grâce à un total de 13,1 millions d’entrées en 2011. Il s’agit d’une augmentation de 3,1% de l’achalandage par rapport à l’année précédente. Stations les plus achalandées (2011) Nombre d’entrées 1. Berri-UQAM 13 131 841 2. McGill 11 852 430 3. Guy-Concordia 8 437 671 4. Bonaventure 7 928 139 5. Longueuil 7 894 105 6. Côte-Vertu 7 648 466 7. Atwater 7 221 968 8. Peel 7 077 023 9. Place-des-Arts 6 946 417 10. Place-d’Armes 6 053 220 Les enfants pauvres Maintenant, les enfants pauvres. Si vous habitez à proximité de la station Georges-Vanier, prière d’utiliser les transports collectifs plus régulièrement! Cette station du quartier La Petite-Bourgogne a été la moins achalandée du réseau en 2011 avec 773 000 entrées enregistrées, soit 17 fois moins que le nombre répertorié à la station Berri-UQAM! L’édicule du métro De la Savane est le seul autre arrêt de la STM avec moins d’un million d’entrées en 2011, en vertu d’un total de 934 000. Notons également la présence de la station De la Concorde, inaugurée en 2007, au cinquième rang des métros les moins fréquentés. Stations les moins achalandées (2011) Nombre d’entrées 1. Georges-Vanier 773 078 2. De la Savane 934 336 3. Acadie 1 109 508 4. Assomption 1 141 977 5. De la Concorde 1 234 745 6. D’Iberville 1 274 202 7. Monk 1 279 012 8. Beaudry 1 283 598 9. De Castelnau 1 332 322 10. Préfontaine 1 348 300 Source : http://journalmetro....ns-frequentees/
  12. 5. Montréal, Canada De ce point de vue, avoir un système de métro de classe mondiale semble si facile. Avec l'une des empreintes de carbone les plus basses des réseaux de métro dans le monde, la STM est performante pour les voyageurs et l'environnement. Bravo aux Canadiens de ne pas tuer les baleines avec les trains. Poussée par l'Exposition universelle de 1967 et les Jeux olympiques de 1976, Montréal a construit le plus grand système de métro au Canada, avec 69 kilomètres, ce qui n'est pas peu dire. Pourtant, Montréal n'est pas assis sur ses lauriers. D'ici 2014, 468 nouveaux wagons seront mis en place, remplacent plus de la moitié des anciennes voitures. Source : http://www.cnngo.com...-systems-746919
  13. Le métro de Montréal comme on l'aimerait
×
×
  • Create New...

Important Information

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, de réaliser des statistiques de visites et de vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. Terms of Use Privacy Policy Guidelines