Jump to content

Search the Community

Showing results for tags 'etudiants étrangers'.



More search options

  • Search By Tags

    Type tags separated by commas.
  • Search By Author

Content Type


Forums

  • Démarches et vie pratique
    • Québec
    • Canada
    • Bilans et tranches de vie
    • Médecins, infirmières et pharmaciens
    • PVT
    • Retour dans son pays
    • Voyager, Visiter, Tourisme et prospection au Québec et au Canada
    • Lounge
    • Études et stages
    • Salle d'attente - échanges de dates
    • Parrainages et Mariages
    • USA : Tourisme et immigration - Vie aux États-Unis
  • Emploi (Ressources, outils, bons plans)
    • Offres d'emploi
    • Chiffres et études sur le marché de l'emploi
    • Routier au Canada (camionneur)
    • Votre profession
    • Ordres professionnels (Bons plans)
    • Techniques de recherche d'emploi
    • Votre entreprise (avis et postes disponibles)
    • Reconversion ou formation continue
  • Kiosques des spécialistes
    • TransferMate (virements internationaux)
    • Assurance PVT / Études / Stages
  • Sorties, loisirs et rencontres
    • Nouveaux, présentez-vous
    • Sorties
  • Affaires / Immobilier - Investissement
    • Acheter, vendre ou créer une entreprise ou un commerce
    • Immobilier résidentiel
  • Documents outils et ressources
    • Obtenir la citoyenneté
    • Formulaires
    • Taux de change et conversion des mesures
    • Calculateur des frais d'immigration et de subsistance
  • Petites annonces
    • Mobilier et matériel
    • Véhicules à vendre
    • Appartements et maisons à louer
    • Appartements et maisons à vendre
    • Immobilier commercial
    • Colocation
  • Aide et organisation du site
    • Boite à idées
    • Support technique
  • Lina's Lorsque limmigration canada vous demande le certificat de police pour votre mari en haiti est ce quil doit le deposer au canada ou a l'ambassade canada en haiti?
  • Exemple de courrier pour le MIDI / Fédéral's Documents

Blogs

There are no results to display.

There are no results to display.


Find results in...

Find results that contain...


Date Created

  • Start

    End


Last Updated

  • Start

    End


Filter by number of...

Joined

  • Start

    End


Group


Gender


Date d'arrivée


Année de naissance


Profession


Préoccupation


Pays d'origine


Pays de résidence


City


Skype


Facebook


Website URL


ICQ

Found 13 results

  1. Salut J'espère que vous allez bien Alors je suis sur le point de commencer mes démarches pour la demande de Pe ma mère a dans so compte l argent à son nom Et C'est elle mon garant Elle va laisser la Somme en son nom et me faire une attestation de don non remboursable est ce que je vais avoir un refus si l argent n est pas dans mon compte ? Sachant que je suis encore étudiante et que je ne travaille pas Merci de me répondre
  2. Bonjour J ai quelques questions à poser concernant les preuves financières pour les étudiants étrangers est ce que que la Somme requise doit OBLIGATOIREMENT être à mon nom ? Ou est ce que ma mère peut me faire une attestation de don ? ma mère est la seule personne qui peut se porter garante pour moi sachant qu elle ne travaille pas ,mais elle à un appartement est ce que C'est suffisant ? Est ce que j ai des chances d avoir le pe ?? Merci de me répondre
  3. Bonjour Je suis actuellement étudiante en 2eme année pharmacie en Algérie. J aimerais changer de spécialité et poursuivre mes études au Quebec est ce que je dois préciser que je suis en 2eme année a l'université ? si je le fait je vais avoir des problèmes lors de la demande de PE COMMENT JE FAIS svp Je suis perdue
  4. Distribution dans les universités Des «passeports culturels» pour retenir les étudiants étrangers Camille Dufétel | Agence QMI | Publié le 15 novembre 2016 à 04:35 - Mis à jour à 04:39 CAMILLE DUFÉTEL/AGENCE QMI Pour donner le goût à plusieurs milliers d’étudiants étrangers de s’établir à long terme à Montréal, des passeports leur donnant accès à des activités culturelles gratuites seront dès à présent distribués dans les universités. «On veut décloisonner les étudiants, les faire sortir de leur campus», a indiqué lundi Nadine Gelly, directrice générale de l’organisme de promotion culturelle La Vitrine, à l’occasion du lancement de Passeport MTL étudiant international. Ce programme vise à séduire les quelque 28 000 étudiants universitaires internationaux de Montréal en leur facilitant l’accès à la richesse culturelle de la ville. Les cartes distribuées leur conféreront un accès à plusieurs lieux tels que le Biodôme, le Jardin Botanique, l’Insectarium et le Planétarium, gratuitement, ainsi qu’à des sorties culturelles liées aux festivités du 375e en 2017 et précédées de 5 à 7 de réseautage. Des crédits leurs seront aussi offerts pour prendre part à moindre coût à d’autres événements. Une application est dédiée au projet. Un apport pour la ville «À Concordia, où les beaux-arts sont une de nos forces et où on a un campus en plein centre-ville, c’est important de souligner l’importance de la culture dans la ville à ces étudiants qui ont quelque chose à apporter à la culture montréalaise», a assuré Graham Carr, vice-recteur exécutif aux affaires académiques de l’Université Concordia. Ce dernier constate que 17 % de ses 46 000 étudiants viennent de l’extérieur. «Ce n’est pas juste pour un an, on veut que ce projet se pérennise, a précisé Mme Gelly. L’attrait sera toujours rémunéré pour l’étudiant qui entre, ça va apporter des nouvelles clientèles et des revenus supplémentaires.» Notons que ce projet, qui a coûté jusqu'à présent 600 000$, est né de la collaboration entre La Vitrine et BMO Groupe Financier et implique plusieurs partenaires institutionnels privés et publics. Seulement un étudiant sur six demeurera au Québec une fois ses études terminées, a fait remarquer M. Claude Gagnon, de BMO. Sortir et s’investir Fabrice Lucien, étudiant haïtien en gestion du tourisme et de l’hôtellerie à l’UQAM, a estimé qu’il s’agit d’une belle occasion de découvrir la ville et sa dynamique. «C’est ce qu’on attend d’un endroit où l’on vient pas uniquement pour les études, mais pour vivre aussi». La culture est le meilleur argument selon lui: cela permettra à certains de «sortir de leur coquille et de s’investir dans la ville». Pour l’étudiante française à la maîtrise en études littéraires à l’UQAM Lucie Amir, l’idée est intéressante, mais elle juge que Montréal est déjà attractive sur le plan de la culture. «Je pense qu’on les retiendrait davantage avec des offres d’emploi. Depuis que je suis là, je trouve ça difficile de s’intégrer à ce niveau-là, ça serait bien de faciliter l’accès au travail à la sortie des études.» Source: http://www.tvanouvelles.ca/2016/11/15/des-passeports-culturels-pour-retenir-les-etudiants-etrangers
  5. Immigration au Québec: davantage d'étudiants étrangers, moins de gens d'affaires Le Huffington Post Québec | Par Caroline d’Astous Publication: 13/10/2014 22:27 EDT Mis à jour: 13/10/2014 22:57 EDT Entre 2010 et 2013, 50% moins de demandes ont été reçues pour un certificat de sélection du Québec (CSQ) dans la catégorie des travailleurs qualifiés et de gens d’affaires, tandis que celles provenant du Programme de l’expérience québécoise (PEQ) ont explosé pendant la même période. Certains experts pensent que ces chiffres s’expliquent entre autres par une volonté gouvernementale de favoriser l’immigration ayant déjà acquis une première expérience sur le sol québécois, et ce, afin de faciliter l’intégration. Au Québec, toute personne qui désire s’installer de façon permanente doit obtenir un certificat de sélection du Québec (CSQ), un document délivré par le ministère de l’Immigration, de la Diversité et de l’Inclusion. Les travailleurs qualifiés, c’est-à-dire répondant à certains critères socioprofessionnels, ainsi que les gens d’affaires peuvent le faire par l’entremise d’un programme de sélection qui leur est destiné. Aussi, en 2010, le ministère a lancé le Programme de l’expérience québécoise. Ce programme s’adresse essentiellement aux étudiants étrangers ayant obtenu un diplôme du Québec, ou aux travailleurs ayant obtenu un visa de travail et présentement en emploi dans la Belle Province. Or, selon des chiffres obtenus en vertu de la Loi d’accès à l’information, 47 476 personnes ont déposé une demande pour obtenir un certificat de sélection du Québec dans la catégorie des travailleurs qualifiés en 2010, et 58 105 en 2011. Par contre, le chiffre enregistre une baisse fulgurante en 2012 avec seulement 13 091 demandes provenant de travailleurs qualifiés, contre 26 887 en 2013. Cette année, au 30 juin 2014, le ministère a reçu 9 568 demandes. La situation est encore plus sombre du côté des personnes ayant déposé une demande de sélection pour le Québec dans la catégorie des gens d’affaires. En effet, en 2010, Québec a reçu 10 167 demandes, contre 5 787 en 2011, 3 987 en 2012 et, finalement, seulement 2 197 l’année dernière. En date du 30 juin 2014, le ministère a reçu 421 demandes de sélection. source : http://quebec.huffingtonpost.ca/2014/10/13/immigration-quebec-etudiants-etrangers-travailleurs-temporaires-gens-affaires_n_5980368.html
  6. Avis – Version définitive des nouvelles dispositions réglementaires sur les étudiants étrangers Le 12 février 2014 — Les nouvelles règles visant à renforcer la position du Canada comme destination par excellence pour les étudiants étrangers éventuels entreront en vigueur le 1er juin 2014. Les nouvelles dispositions réglementaires amélioreront les services offerts aux étudiants authentiques, tout en protégeant la réputation d’excellence internationale du Canada en matière d’enseignement, et en réduisant le risque de fraude et d’utilisation abusive du programme. Voici un résumé des modifications. Dispositions réglementaires actuelles Nouvelles dispositions réglementaires, à compter du 1er juin 2014 Les demandeurs qui présentent une demande de permis d’études doivent démontrer qu’ils désirentpoursuivre leurs études au Canada. Les demandeurs doivent s’inscrire à un programme d’études au Canada et le poursuivre. S’ils ne le font pas, ils pourraient être renvoyés du Canada. Les demandeurs peuvent demander un permis d’études pour étudier dans n’importe quel établissement d’enseignement au Canada. Les permis d’études ne seront délivrés qu’aux demandeurs qui ont satisfait aux exigences et qui poursuivent des études dans un établissement d’enseignement désigné pour recevoir des étudiants étrangers. Les titulaires d’un permis d’études qui poursuivent des études dans des établissements d’enseignement postsecondaire subventionnés par l’État ou dans certains établissements d’enseignement postsecondaire opérant avec des fonds privés doivent demander un permis de travail hors campus s’ils souhaitent travailler jusqu’à 20 heures par semaine à l’extérieur du campus pendant la session et à temps plein pendant les congés prévus au calendrier scolaire. Le permis d’études autorise automatiquement son titulaire à travailler à l’extérieur du campus jusqu’à 20 heures par semaine pendant la session et à temps plein pendant les congés prévus au calendrier scolaire sans devoir présenter une demande de permis de travail distincte. Le titulaire d’un permis d’études doit suivre une formation générale, théorique ou professionnelle d’une durée d’au moins six mois menant à un diplôme ou à un certificat dans un établissement désigné. Tous les étudiants internationaux sont autorisés à demander un permis de travail coop si un programme de placement professionnel fait partie intégrante de leur programme d’études. Seuls les étudiants étrangers qui poursuivent des études dans une école secondaire ou un établissement désigné peuvent demander un permis de travail coop si un programme de placement professionnel fait partie intégrante de leur programme d’études. Les visiteurs déjà au Canada ne sont pas autorisés à demander un permis d’études. Les visiteurs déjà au Canada sont autorisés à demander un permis d’études s’ils fréquentent un établissement de niveau préscolaire, primaire ou secondaire, s’ils participent à un programme d’échanges universitaires, s’ils sont des étudiants invités à un établissement d’enseignement désigné, ou s’ils ont terminé un cours ou un programme d’études qui constitue une condition de leur acceptation dans un établissement d’enseignement désigné. Les étudiants étrangers qui ont terminé leurs études, mais qui détiennent un permis de travail valide, peuvent rester légalement au Canada jusqu’à l’expiration de leur permis d’études. Un permis d’études devient invalide 90 jours après la fin des études, à moins que l’étranger ne possède également un permis de travail valide ou toute autre autorisation de demeurer au Canada. Il n’est mentionné clairement nulle part dans le règlement actuel que les Indiens inscrits qui sont aussi des étrangers sont dispensés de l’obligation d’obtenir un permis d’études. Les Indiens inscrits qui sont aussi des étrangers sont autorisés à étudier au Canada sans détenir de permis d’études, car ils ont le droit d’entrée au Canada. Les titulaires d’un permis d’études ne sont pas autorisés à travailler après la fin de leurs études en attendant l’approbation de leur permis de travail postdiplôme. Les diplômés étrangers admissibles seront autorisés à travailler à temps plein après la fin de leurs études jusqu’à ce qu’une décision soit prise quant à leur demande de permis de travail postdiplôme. source : http://www.cic.gc.ca/francais/ministere/media/avis/2014-02-12.asp?utm_source=bitly-fra&utm_medium=twitter&utm_campaign=generic
  7. Montréal, ville idéale pour les étudiants étrangers Par Assma Maad Publié le 18/07/2013 à 16:06 26 La ville canadienne arrive en tête dune étude menée par la revue britannique The Economist .En terme de formation, de coût, de diversité culturelle et sociale, Montréal est parfaite pour étudier, devant Londres et Hong Kong. La ville idéale pour étudier est... Montréal !Une étude menée par la revue britannique The Economist et une banque chinoise révèle que la ville canadienne offre le meilleur rendement potentiel sur le plan financier, culturel et social. En tout, 80 villes ont été évaluées sur la qualité de leur enseignement, le marché immobilier local, la diversité culturelle et sociale, l'insertion professionnelle, le coût de la vie ou encore le taux de criminalité. Conçue comme un guide pour les parents, les éducateurs et les étudiants ,l'étude indique que Montréal domine nettement les autres villes du monde, avec un indice estimé à 72,4 points. «Montréal occupe la première place, non seulement grâce à des politiques d'immigration accueillantes, mais la ville offre également une riche insertion professionnelle», indique l'étude. La tenue du marché immobilier a, notamment, joué un rôle dans le classement des villes. Il est souligné que le Canada a évité la crise immobilière qui a frappé durement les États-Unis. Derrière Montréal, Londres se classe en seconde position avec 70,2 points, devant Hong Kong avec 69,2 points. Malgré la domination des villes de lOuest, les villes asiatiques comme Singapour (12e - 65 points) et Séoul (17e - 62,3 points) gagnent du terrain, note l'enquête. Le Canada, destination de choix Le Canada est une destination de choix pour les étudiants étrangers. Depuis des années, le gouvernement a fait le pari d'augmenter son immigration étudiante grâce à l'amélioration des modalités d'obtention des visas. Un pari réussi puisque pour la première fois «le Canada a accueilli l'année dernière plus de 100.000 étudiants étrangers», annonçait en mars Jason Kenney, ministre canadien de la Citoyenneté et de lImmigration. «Ce qui aide Montréal, entre autres, est le fait que la ville compte quatre universités, dont certaines ont une réputation de calibre mondial», commente André Costopoulos, doyen à la vie étudiante à lUniversité McGill pour LaPresse. «Près du quart des 38.000 étudiants inscrits à McGill sont des étudiants étrangers et environ 50% d'entre eux viennent de l'extérieur des États-Unis. LUniversité McGill accueillera notamment 2 400 nouveaux étudiants étrangers en septembre», précise l'article. Les politiques gouvernementales voient en ces étudiants des immigrants indispensables à la croissance démographique et économique du pays. Selon une étude publiée en juillet par Universum ,le pays figure en quatrième position des pays où les étudiants rêvent de travailler. Les villes françaises à la traîne Le classement révèle une domination des villes et métropoles anglophones. Il faut descendre jusqu'à la 18ème place, occupée par Berlin, pour découvrir une ville ou l'anglais ne prédomine pas. En ce qui concerne la France, l'heure n'est pas à la fête. Paris, première des trois villes françaises, ne figure qu'en 29ème position. Alors que Lyon est classée 69ème et Grenoble 77ème . «Paris sen sort bien. Sans surprise, la ville obtient ses meilleures notes pour son dynamisme culturel. Ses problèmes résident en matière de croissance économique, freinée par la crise. Les impôts sont élevés, y compris celui sur la fortune, très controversé. Les retours sur investissements sont limités ce qui diminue l'attrait de la ville», résume l'étude.
  8. source :http://www.radio-canada.ca/regions/quebec/2013/08/13/001-obtention-visa-universite-laval-etudiants-etrangers.shtml
  9. source : http://www.radio-canada.ca/regions/atlantique/2013/07/16/010-etudiants-visa-atlantique.shtml
  10. Bonjour J'aide ma soeur dans ses démarches pour une inscription au Qc. Voici sa situation: elle est détentrice d'un baccalaureat en arts plastiques du Cameroun et souhaite poursuivre ses études en administration ou en design dans un Cegep ou université au Qc. Pour ma part, je devrais financer ses études et entre autres, lui servir de garant. J'aimerais avoir l'experience des étudiants étrangers ou des personnes ayant été de près ou de loin garant d'un étudiant ou futur étudiant. Je sais d'emblée que les exigences liées à l'obtention du permis d'études pour un étudiant originaire d'Afrique sont souvent differentes de celles des Européens et, notamment des Français. J'ai une tonne de questions à poser (à la mesure de mon ignorance) Mes questions sont: - Comment avez-vous procédé pour obtenir une inscription dans un cegep ou une université? - Aviez-vous fait une évaluation comparative préalable de vos diplomes? - Y aurait-il des restrictions sur le nombre d'inscriptions par session ou par type de formation recherché selon qu'on s'adresse au SRAM ou au SRAQC? - Quel montant d'argent (capacité financière) vous a été demandé par vos ambassades respectives pour obtenir le fameux sésame? - Ce montant varie-t-il selon que le demandeur de visa a une famille au Qc dans laquelle il va résider ou pas? J'accueillerai avec grand intéret toute contribution de votre part.
  11. Bonjour J'aide ma soeur dans ses démarches pour une inscription au Qc. Voici sa situation: elle est détentrice d'un baccalaureat en arts plastiques du Cameroun et souhaite poursuivre ses études en administration ou en design dans un Cegep ou université au Qc. Pour ma part, je devrais financer ses études et entre autres, lui servir de garant. J'aimerais avoir l'experience des étudiants étrangers ou des personnes ayant été de près ou de loin garant d'un étudiant ou futur étudiant. Je sais d'emblée que les exigences liées à l'obtention du permis d'études pour un étudiant originaire d'Afrique sont souvent differentes de celles des Européens et, notamment des Français. J'ai une tonne de questions à poser (à la mesure de mon ignorance) Mes questions sont: - Comment avez-vous procédé pour obtenir une inscription dans un cegep ou une université? - Aviez-vous fait une évaluation comparative préalable de vos diplomes? - Y aurait-il des restrictions sur le nombre d'inscriptions par session ou par type de formation recherché selon qu'on s'adresse au SRAM ou au SRAQC? - Quel montant d'argent (capacité financière) vous a été demandé par vos ambassades respectives pour obtenir le fameux sésame? - Ce montant varie-t-il selon que le demandeur de visa a une famille au Qc dans laquelle il va résider ou pas? J'accueillerai avec grand intéret toute contribution de votre part.
  12. Bonjour J'aide ma soeur dans ses démarches pour une inscription au Qc. Voici sa situation: elle est détentrice d'un baccalaureat en arts plastiques du Cameroun et souhaite poursuivre ses études en administration ou en design dans un Cegep ou université au Qc. Pour ma part, je devrais financer ses études et entre autres, lui servir de garant. J'aimerais avoir l'experience des étudiants étrangers ou des personnes ayant été de près ou de loin garant d'un étudiant ou futur étudiant. Je sais d'emblée que les exigences liées à l'obtention du permis d'études pour un étudiant originaire d'Afrique sont souvent differentes de celles des Européens et, notamment des Français. J'ai une tonne de questions à poser (à la mesure de mon ignorance) Mes questions sont: - Comment avez-vous procédé pour obtenir une inscription dans un cegep ou une université? - Aviez-vous fait une évaluation comparative préalable? - Y aurait-il des restrictions sur le nombre d'inscriptions par session ou par type de formation recherché selon qu'on s'adresse au SRAM ou au SRAQC? - Quel montant d'argent (capacité financière) vous a été demandé par vos ambassades respectives pour obtenir le fameux sésame? - Ce montant varie-t-il selon que le demandeur de visa a une famille au Qc dans laquelle il va résider ou pas? J'accueillerai avec grand intéret toute contribution de votre part.
×
×
  • Create New...

Important Information

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, de réaliser des statistiques de visites et de vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. Terms of Use Privacy Policy Guidelines