Jump to content

Search the Community

Showing results for tags 'couple'.



More search options

  • Search By Tags

    Type tags separated by commas.
  • Search By Author

Content Type


Forums

  • Démarches et vie pratique
    • Québec
    • Canada
    • Bilans et tranches de vie
    • Médecins, infirmières et pharmaciens
    • PVT
    • Retour dans son pays
    • Voyager, Visiter, Tourisme et prospection au Québec et au Canada
    • Lounge
    • Études et stages
    • Salle d'attente - échanges de dates
    • Parrainages et Mariages
    • USA : Tourisme et immigration - Vie aux États-Unis
  • Emploi (Ressources, outils, bons plans)
    • Offres d'emploi
    • Chiffres et études sur le marché de l'emploi
    • Routier au Canada (camionneur)
    • Votre profession
    • Ordres professionnels (Bons plans)
    • Techniques de recherche d'emploi
    • Votre entreprise (avis et postes disponibles)
    • Reconversion ou formation continue
  • Kiosques des spécialistes
    • TransferMate (virements internationaux)
    • Assurance PVT / Études / Stages
  • Sorties, loisirs et rencontres
    • Nouveaux, présentez-vous
    • Sorties
  • Affaires / Immobilier - Investissement
    • Acheter, vendre ou créer une entreprise ou un commerce
    • Immobilier résidentiel
  • Documents outils et ressources
    • Obtenir la citoyenneté
    • Formulaires
    • Taux de change et conversion des mesures
    • Calculateur des frais d'immigration et de subsistance
  • Petites annonces
    • Mobilier et matériel
    • Véhicules à vendre
    • Appartements et maisons à louer
    • Appartements et maisons à vendre
    • Immobilier commercial
    • Colocation
  • Aide et organisation du site
    • Boite à idées
    • Support technique
  • Lina's Lorsque limmigration canada vous demande le certificat de police pour votre mari en haiti est ce quil doit le deposer au canada ou a l'ambassade canada en haiti?
  • Exemple de courrier pour le MIDI / Fédéral's Documents

Blogs

There are no results to display.

There are no results to display.


Find results in...

Find results that contain...


Date Created

  • Start

    End


Last Updated

  • Start

    End


Filter by number of...

Joined

  • Start

    End


Group


Gender


Date d'arrivée


Année de naissance


Profession


Préoccupation


Pays d'origine


Pays de résidence


City


Skype


Facebook


Website URL


ICQ

Found 26 results

  1. Bonjour, Je souhaiterais faire une démarche pour démontrer mon statut de conjoint de fait pour pouvoir demander un permis de travail ouvert au Canada. Mon copain travaillant désormais à Montréal. J'ai également participé aux sessions pour le permis Experience Canada dans la section PVT, sans succès depuis 2017, je me suis ré-inscrite pour la session 2018-2019. Mon copain et moi avons une relation de 4ans avec 15mois de vie en couple en France (Juin 2015- Septembre 2016), après avoir passé en review nos papiers, nous n'avons malheuresement pas de papiers officiels en commun en France ( de type bails, factures etc...), du à ma situation professionnelle qui pouvait bouger à tout moment ( je suis graphiste, artiste 3D). Celà fais 1an et demi que nous vivons une relation à distance, avec des visites au moins une fois dans l'année pour ma part, lui travaillant au Canada. Nous cherchons une solutions pour revivre ensemble. Je voulais connaitre votre avis sur la liste des documents réunis pour prouver mon statut de conjoint de fait : - Relevé bancaire montrant que je versais un loyer pdt la durée de vie en commun (électricité + loyer) et frais de course du ménage. -Lettre de la propriétaire de l'ancienne location attestant de notre vie ensemble en France. -Plusieurs preuves que je recevais mon courrier chez lui -Lettre de proche parents ( ses parents et les miens) + 1 ou 2 proches amis les siens et/ou les miens. -Photos/messages depuis le debut de notre relation suivis de plusieurs voyages ensemble (et pour se voir pendant que moi je faisais mes études à Singapour et lui était en Australie.) -Réservation de billet d'avion pour le voir pour l'année 2017 et fin d'année 2018 au Canada ( + peut-être si je retrouve preuve de plusieurs billets d'avions pour le voir en Australie) - Une lettre de concubinage de sa part Qu'en pensez-vous ? Mon copain prends beaucoup en charge les gros frais pendant notre vie commune et continue toujours lors de mes visites au Canada. Merci pour vos retours et vos avis ?
  2. BONJOUR, en tant que diplômé du Quebec , j occupe actuellement le titre de travailleur temporaire (PEQ), ma question est de savoir si cest possible dinviter ma conjointe (nous sommes pas marier mais en couple depuis 6ans ,3ans avant mon entrée au canada et attendons en enfant) . cest a dire la faire venir sous mon statut. je précise ; jai eu mon CSQ et jattends ma résidence permanente . si cest possible comment posseder, jai ecris a limmigration depuis sans reponses merci pour vos reponses
  3. Un couple menacé d’être séparé par l’immigration Une résidente de Thetford Mines d’origine française et sa fille de 8 ans risquent d’être renvoyées en France jeudi. Et de laisser derrière elles un «papa» en désarroi. Enceinte de trois mois d’un père québécois, avec qui elle a déjà eu un premier fils, Élisa Jeandeau est arrivée au Québec en juillet 2010. Elle a rencontré son amoureux environ un an après être arrivée au pays. Voilà que quelques années plus tard, au bord du découragement, le couple est menacé de séparation par l’immigration pour une affaire de «paperasse». «C’est un peu compliqué, admet-elle en entrevue sur le plateau de l’animateur Denis Lévesque, aux côtés de son conjoint. On a fait un parrainage pour époux, conjoint de fait, qu’on a lancé en mars 2016. Puis, on a eu un refus en février 2017. On a essayé de faire un appel par rapport à ça, mais rien n’a fonctionné», se désole la citoyenne française menacée d’expulsion. Des fonctionnaires ne lui auraient pas envoyé la correspondance nécessaire – pas de trace à cet effet ni dans ses courriels ni dans son courrier traditionnel –, de sorte qu’elle n’a pu remplir le formulaire qui était exigé pour sa requête. Voir le vidéo de l'entrevue TVA Nouvelles Publié le 19 mars 2018 à 21:31 - Mis à jour le 19 mars 2018 à 21:43
  4. Bonjour Je suis arrivée à Québec en 2017 et depuis, les choses ont bien changé. Ma fille ainée, canadienne, est tombée en amour avec un ami du lycée, et il a commencé ses démarches pour être sur la liste d'attente des demandeurs du certificat de sélection du Québec. (Il n'y avait pas de liste d'attente il a à 12 ans.....) Elle est professionnelle à Montréal, mais s'est vue offrir un travail mieux rémunéré à Toronto à partir de mai prochain. En mai, les deux amoureux avaient prévu de se marier pour pouvoir demander un parrainage. Lui est éducateur en France, et serait de toute façon obligé de retourner aux études et dans le fond, il veut devenir entraineur sportif. Ma question est : est-il plus facile dans ce cas de demander l'immigration au Québec ou en Ontario ?
  5. Bonjour, j'aurais besoins d'informations. Mon amie et moi, sommes en procédure pour aller étudier au Québec. Cependant, nous désirons un enfant. J'aurais aimé savoir comment ça ce passait au Québec au niveau de l'accouchement et la suite etc.. Merci d'avance pour vos réponse
  6. Bonjour, Je fais appel a vos connaissances et vos expériences concernant les mariages mixtes. En effet je suis Algérienne et mon fiancé est Québécois on a été en couple 3 ans avant qu’il me demande au mariage et nous comptions nous marier cet été. Nous avons décidé de séparer le mariage civil et la fête du mariage (car selon lui il veut un grand mariage pour moi dont ne nous avions pas les moyens pour l’instant) le mariage civil sera en France vu que c’est mon lieu de résidence depuis 3 ans donc j’aimerais savoir quels sont les papiers qu’il doit ramener avec lui pour déposer le dossier fin avril. Deuxièmement mon fiancé ne veut pas vivre en France, il ma expliquer que sa volonté c’est de repartir au canada vivre avec moi mais le problème c’est que je ne sais pas si c’est possible pour moi ou pas ? on ma parler déjà de ce faire parrainer mais on ma dit que cela voudrait dire que le dossier prendra un an et nous vivront a part (lui au canada et moi je reste en France) en attendant que le dossier soit valider ce qui est hors de questions pour moi (je préfère ma vie de couple qu’au papiers) Et enfin, j’ai déjà reçu un refus de visa visiteur du canada suite au manque d’argent selon eux (pourtant mon compte bancaire contenait 7000 euro) et probablement car j’ai oublié de scanner ma carte de séjour, donc est ce que cela jouera contre moi ? Cordialement.
  7. Bonjour à tous Je suis nouveau sur le forum et espère ne pas m'être trompé d'endroit pour poster ceci. Ma femme et moi sommes actuellement à la pêche aux informations pour commencer notre dossier d'immigration. Notre principale interrogation porte sur les tests de langue. Est-ce que c'est nécessaire que ma femme fasse également les deux tests de langue pour le dossier ? Vu que nous sommes mariés, si mon dossier est accepté, elle doit obligatoirement me suivre non ? Merci d'avance pour les réponses PS : On est français :-) Désolé pour l'invasion...
  8. Bonsoir, Ma situation est la suivante, Divorcé ayant la garde des enfants (pas exclusive, leur mère a un droit de visite). je prépare actuellement les papiers pour déposer le DCSQ, Mon Ex refuse de signer les papiers pour que je puisse partir avec les enfants à conditions qu'elle vienne aussi (prétexte les enfants ne peuvent grandir loin de leur mère). Est il possible de faire les démarches dans ses conditions ? mon avis est non mais j'aimerais bien avoir confirmation Serait il possible de faire les démarches pour elle (parrainage) une fois que je serait établis sur place ainsi elle pourra venir par la suite. la parrainer ne me dérange pas tant que ça. Merci d'avance
  9. Bonjour, Tout d'abord je m'excuse si mon post ne se trouve pas dans le bon endroit....Je vais essayer d'être clair dans mes questions... Premièrement, J'aimerais donc partir au canada tout d'abord en PVT pour me faire une idée claire de la vie la-bas, découvrir la culture, les habitants, les conditions de vie, le paysage et le travail. Je pense que le PVT pour un an est la meilleure options pour être sûr de soi. Cependant, actuellement j'ai 20 ans ( 21 au mois de mai 2017), je possède mon CESS et je suis actuellement en formation IFAPME en tant que courtier en assurances pendant deux ans. Et je me demandais si il y avait de la demande dans ce secteur et si ce n'est pas un métier un faible revenu... Et aussi savoir quels autre domaines sont demandés et les revenus qui vont avec. Deuxièmement, je ne suis pas seule, je suis en couple depuis 4 ans et je ne pourrais pas partir vivre au canada sans lui ! Il a également 20 ans et son CESS ainsi qu'un diplôme de menuisier+ cuisiniste et sa gestion. Il travaille actuellement et gagne assez bien sa vie. Mais il habite encore chez ses parents et moi aussi. Donc au yeux de la loi canadienne nous ne sommes pas reconnu comme couple, car il faut vivre sous le même toit depuis au moins 12 mois, il me semble? Donc comment faire pour partir ensemble et vivre ensemble en PVT au canada ? Troisièmement, il faut obligatoirement prévoir des frais pour partir et vivre la bas et PVT, mais je me demandais combien fallait-il avoir de bases comme argent ? (Dollars canadiens) pour bien démarrer et ne pas se retrouver dans la catastrophe une fois la-bas. J'ai encore beaucoup de questions, mais pour ne pas s'embrouiller je ne préfère pas toutes les posées d'un coup. Merci beaucoup de vos réponse et de vos aides ! C'est un projet qui me tient a coeur car je ne me sens pas à ma place et je n'arrive pas à m'épanouir en Belgique. Vanille.
  10. Bonjour, Suite à la publication du nouveau délai de traitement de 12 mois, je voudrai que 'on m'éclaircit sur un point que j'ai du mal à comprendre svp ! Ils disent que l'objectif de ses dispositions est de réduire les délais de traitement et de faciliter la procédure de parrainage afin de que les couples (ou autre membres de famille) se rejoignent rapidement, mais ce que je trouve contradictoire est le délai qui a augmenté au lieu de diminuer !!! Par exemple: pour les Algériens le délai maximum était de 07 mois sur le site de CIC, actuellement il est de 12 mois !!! que doit-on comprendre au juste? Je vous remercie à l'avance.
  11. Le Canada est une destination riche de promesses pour les immigrants. Mais, dans le même temps, les couples qui souffrent leur immigration sont loin d'être une exception. Avoir la meilleure volonté ne suffit pas. Et quand on a dépassé la trentaine, une femme et des enfants, on n'immigre plus comme à 18 ans. Qui quitterait travail/amis/confort pour atterrir dans un appartement étroit au bout du monde et vivre de jobines ? Avant d’envisager boucler nos bagages, nous voulions, ma compagne et moi, confirmer que nous aurions vraiment de meilleures perspectives au Canada. Pour y arriver nous avons mis en place une stratégie en 3 temps : 1- effectuer un voyage exploratoire L'occasion de répondre à de multiples questions : quelle sont les régions les plus propices pour nous épanouir ? Qu'est-ce qu'il nous faut améliorer pour décrocher la job de nos rêves ? Quel programme d'immigration nous convient le mieux ? etc. 2- obtenir un premier emploi Après avoir beaucoup investi dans notre voyage exploratoire, ça a été relativement facile de sortir du lot aux Journées Québec. Le plus délicat a été de négocier un délais pour assurer le point suivant... 3- braquer la banque ! Pourquoi se contenter d’une seule job quand on est deux ? Dès le début, il était exclus que l’un de nous subisse son immigration. Si nous avons choisi le Canada, c’est pour profiter d’une meilleure qualité de vie. Pas pour qu’elle (ou moi) reparte du bas de l'échelle, accepte un emploi de second choix, devienne conjoint au foyer par défaut ou reprenne des études pour espérer accéder un marché du travail. Pas question de sacrifice. Pas de compromis. Nous avons mis toute notre énergie pour trouver une solution. Et, tant qu'à faire, aller chercher un Golden Ticket pour immigrer au Canada avec tapis rouge et petits fours. Pas moins. Je vous partage notre expérience. Cela pourrait être inspirant. Notre point de départ Le défi était le suivant : pendant que je négociais un emploi en Estrie, et avec seulement quelques mois devant nous pour effectuer les démarches d’immigration, comment trouver à coup sûr des perspectives passionnantes pour ma femme, dans la même région ? Sherbrooke, c’est pas si grand. Il n’y a pas des millions d’employeurs possibles. Encore moins qui sont prêts à engager une immigrante qu’ils n’ont jamais vue. Encore moins pour une job qui corresponde tip-top à nos attentes. Encore moins pour commencer dès notre période d’arrivée. Après réflexion, nous sommes arrivé à cette conclusion : quand on part en randonnée et qu’on n’est pas certain de trouver une bonne place où dîner, on fait mieux d’emporter son casse-croûte. Et donc, au lieu de désespérer après un improbable employeur au Canada, nous avons plutôt ciblé une entreprise locale qui souhaitait se développer au Québec. Exprimé ainsi, le défi est devenu tout de suite plus facile. Avec une économie au ralenti, trouver une PME ou une grande compagnie qui souhaite explorer de nouveaux marchés, ce n’est pas plus compliqué que de feuilleter un annuaire professionnel. Et avec un taux de chômage élevé dans certaines régions, des services encouragent des formations innovantes : cours de langues, programmes de mobilité international, certifications en tout genre, etc. En cherchant, nous nous sommes vite rendu compte que les solutions sont nombreuses pour atteindre notre objectif. Le stage international : un bon plan Nous avons opté pour une initiative de l’AWEX (Agence Wallonne à l'Exportation). Le principe est simple : 3 mois de formation théorique puis 3 mois sur le terrain pour aider l’entreprise régionale de son choix à développer ses activités internationales. L’employeur bénéficie ainsi d’une personne formée, à coût réduit - financée à 50% par la collectivité - et de tout le support nécessaire pour cette expérience. De son côté, si le stagiaire est bon, il peut espérer un vrai contrat à son retour de mission. Ma femme a ainsi pris contact avec une entreprise qu'elle admirait particulièrement et a convaincu ses responsables de développer leurs activités au Québec, plutôt qu’en Asie ou au Etats-Unis. Une fois que nous avons fait coïncider les contraintes du stage et celles de mon emploi, l'affaire était ketchup. Et nous sommes arrivés au Canada avec 2 contrats d’emploi dans nos bagages. Moi, travailleur qualifié, avec un permis de travail fermé. Elle, VRP, avec son permis de travail ouvert. Pendants plusieurs mois, elle a eu l'opportunité de voyager à travers le Québec, démontrer ses compétences, côtoyer des CEO, offrir du vrai chocolat belge, négocier de projets à... beaucoup de chiffres, loger dans des hôtels pas triste... C’est une façon très agréable, je trouve, d'acquérir cette fameuse expérience Québécoise tant indispensable. En travaillant d'arrache-pied, il ne nous aura fallu que 4 petits mois pour préparer tous les détails de ce rebond professionnel. Un investissement très rentable. A titre informatif, de nombreux organismes peuvent aider à un stage international : Pôle Emploi, Actiris, Les Jeunes chambres internationales, les associations professionnelles, etc. Au Canada, Les nouveaux arrivants peuvent aussi bénéficier de stage d’insertion : Programme Interconnexion, Carrer Edge, etc. La stratégie de couple : indispensable Clairement, l’épanouissement professionnel est l’une des meilleures clés pour apprécier son immigration. Et maintenir son couple au top. Au contraire, c'est dommage de voir des personnes chialer d’avoir mis leur carrière entre parenthèses pour suivre leur conjoint. Cela donne parfois l'impression qu'elles ont immigré en catastrophe, sans avoir eu la moindre possibilité de se préparer. Ou qu'elles ont beaucoup procrastiné en se racontant toujours les mêmes excuses : “tout est possible au Canada”, “on trouvera une fois sur place”, “c'est normal de commencer tout en bas de l'échelle”, “quand on veut on peut”, “il suffira de”, “on s'adaptera”, etc. Mouais. Comment être heureux quand son conjoint peut à tout moment regretter d'avoir sacrifié ses ambitions pour venir au Canada ? Il est important d'aiguiser son profil pour réussir son intégration au Canada. Mais quand on immigre à deux, il est encore plus crucial - et plus passionnant - de mettre en place une vraie stratégie de couple et de se donner les moyens d’atteindre ensemble ses objectifs. Soignez votre couple. Et pour l'anecdote... Faire un stage peut être un excellent moyen de réseauter. Ma conjointe n’a d’ailleurs eu aucune difficulté ni pour obtenir des recommandations ni pour se voir proposer un emploi. Et présentement elle trouve encore le temps de supporter des entreprises européennes au Québec. Avec beaucoup de plaisir. Et je l'encourage. Parce que ça contribue à son épanouissement. Et parce qu'une deuxième job de consultant international, c’est un bon prétexte pour cumuler des Air Miles et refaire régulièrement le plein de spéculoos.
  12. Adieu été indien. Adieu paysages de carte postale. Place à la grisaille et au spleen automnal. Les feuilles se raccrochent désespérément à leur branche. Mais pour combien de temps encore? Elles finiront par manquer de chlorophylle et dépérir au pied des arbres. Ou elles se laisseront emporter par le vent. Épuisées. Comme tous ces immigrants qui finissent eux aussi par lâcher prise. C’est déprimant de voir autant de connaissances quitter les Cantons de l’Est. Mes amis liégeois Nous étions arrivés dans la région à la même période. Le courant est passé tout de suite. Lui: était venu pour un postdoctorat à l’université de Sherbrooke. Elle: a cumulé une job dans un callcenter et un quart de nuit dans un fastfood. Ce n’était pas à ça qu’elle aspirait en immigrant. Mais il fallait bien payer les factures. En septembre, ils sont partis poursuivre leur aventure sur Québec. En espérant y trouver mieux. Mes maudits français Au début c’était intéressant d’écouter leurs commentaires critiques. Puis c’était devenu tellement systématique et méchant que je me demandais ce qu’ils faisaient encore ici. Elle: recrutée aux Journées Québec. Lui: est sorti d’une grande école française, l’une des meilleures paraît-il. En fait, je n’en sais rien. Et beaucoup d’employeurs québécois non plus, apparemment. Ça l’a vexé pas mal. Une fois leur Résidence Permanente acquise, et après avoir râlé contre tous ces gens incapables de reconnaître la valeur de son prestigieux diplôme, il a convaincu sa blonde de déménager à Montréal. Revenir dans sa zone de confort. Travailler pour une grande entreprise bien française. Nos partenaires de tennis L’accès aux courts de tennis extérieurs est gratuit. A la belle saison, c’est excellente opportunité pour se maintenir en forme et de faire des rencontres. Elle: ex-architecte, s’occupait de sa garderie familiale. Lui: auditeur financier, avec un permis temporaire. Ils se voyaient s’installer ici, construire une fermette au milieu des bois, chasser l’orignal, etc. Et puis bardaf : l’entreprise l’a mis à pied. Tout a basculé. Cela fait présentement plusieurs mois qu’il peine à rebondir. Le bassin d’emplois est restreint en région. Grosse remise en question de leur projet d’immigration. Le Canada n’est peut-être pas l’Eldorado imaginé. Nos voisins boliviens Ils étaient arrivés au Canada sans parler un mot de français et avec presque rien. Présentement, ils ont l’une des plus jolies maisons du voisinage. Lui: a quitté la Bolivie il y plusieurs années. Depuis, il s’est fait une place à Sherbrooke. Elle: après plusieurs années a finalement trouvé une job à la hauteur de ses attentes. A 2 heures de route. Fatiguée de faire la navette, elle a fini par prendre un appartement en ville. Ça semblait plus pratique. Vraiment? Il paraît qu’un couple de nouveaux arrivants sur 2 finit par se séparer. Même avec la plus grande motivation, les motifs sont nombreux pour refaire ses valises,immigrer un peu plus loin ou rentrer dans son pays d’origine : insatisfaction professionnelle, choc culturel, éloignement familial, hiver trop long, difficultés financières, intégration difficile, chicanes de couple, déception globale…. Une idée noire qui tourne, tourne et tourne en rond dans un petit appartement peut vite faire remonter à la surface beaucoup de ressentiments. Une job stimulante et une rémunération confortable aident beaucoup à apprécier la qualité de vie au Canada. Clairement, l’épanouissement professionnel est l’une des meilleures clés pour réussir son immigration. Pourtant je vois beaucoup de personnes autour de moi qui ont mis leurs ambitions professionnelles entre parenthèses pour suivre leur conjoint(e). Elles se disent (ou se font dire) : tout est possible au Canada, quand on veut on peut, il suffit de, on s’adaptera, on cherchera sur place… Mais, et si on ne trouvait rien de satisfaisant? Comment être heureux dans son couple si on doit se contenter d’un poste d’agent d’accueil alors qu’on a été conseillère RH avec 10 années d’expériences hors Canada? Comment rester optimiste quand cela fait 3 ans qu’on est coincé dans une job de mécanicien au salaire minimum à Chicoutimi après avoir été ingénieur chez Airbus? Est-ce vraiment cela immigrer? Un mélange d’égoïsme et de sacrifice naïf? Pour un couple qui réussit son pari, combien souffrent en silence? Ce n’est pas évident d’immigrer en famille. La barre est placée très haut. Pendant ce temps, le vent continue d’arracher les feuilles jaunies. Et ces amitiés auxquelles je m’étais habitué.
  13. Notre blogueur belge Jefke y a de son analyse sur la question. Bonne lecture! https://www.immigrer.com/pas-simple-dimmigrer-en-couple/
  14. Bonjour, Je suis Canadienne et mon copain est Allemand. Nous aimerions qu'ils s'établissent ici, mais sans perdre sa nationalité allemande. Il ne veut donc pas «immiger» au Québec. Nous ne savons pas trop par où commencer. Quel visa a-t-il une chance d'obtenir. Peut-il faire une demande de résidence permanente? Peut-il obtenir un visa, car je suis Canadienne? Est-il préférable d'être mariés même si nous sommes ensemble depuis presque 4 ans? Merci énormément pour votre aide
  15. Bonjour à tous et à toutes. Il y a 4 ans, j'ai rencontré un ami de belgique dans une communautée facebook spéciale avec lequel je m'entendais très bien. 1 an plus tard nous sommes tombé amoureux l'un de l'autre. Cela fait donc déjà bientôt 3 ans maintenant que nous sommes en couple à distance. Aujourd'hui, nous nous inquiétons sérieusement sur les possibilités que notre amour puisse s'épanouir totalement en tant que couple québécois respectif. Nous souhaiterions donc vous demandez votre aide afin qu'on puisse savoir s'il m'est possible de le parainer sachant qu'il n'a pas pu terminer son secondaire (il n'a pas la dernière année donc n'a pas le diplôme) et donc pas de travail en tant que tel et s'il y a d'autres contraintes qui nous empêcheraient d'être accepté. Nous nous aimons sincèrement et passons beaucoup de temps ensemble sur skype ou facebook et parfois ailleurs. Nous savons avec conviction que notre amour est sincère et réel et nous souhaitons de tout coeur nous retrouver et avoir notre belle vie à 2. S.V.P Nous ne voulons pas être obligé d'être séparé par un amour impossible à la Roméo et Juliette. </3 Merci profondément pour votre aide.
  16. :bye:Bonjour à tous, tout d'abord merci de prêter attention à ma requête Je me présente car je suis nouvelle sur ce site. Je m'appelle Laure j'ai bientôt 25ans et mon conjoint s'appelle Cédric et a aussi 25ans. Nous n'avons pas d'enfant, nous sommes propriétaires d'une maison vers Nantes. Nous avons une petite chienne prénommée Clara 8ans jolie caniche noir Je travail comme vendeuse en boulangerie mais je suis ouverte à d'autre emplois dans la vente. Cedric travaille comme webmaster/DSI Nous réfléchissons sérieusement à tout quitter pour partir à Montréal. Juste pour info, nous ne partons pas pour fuir ou autre car tout va bien à Nantes. Je suis consciente qu'il y a des avantages mais aussi des inconvénients comme partout, il existe pas de pays parfaits. Mais on a juste le gout de l'aventure, on déteste la routine. On est toujours parti tête baissée, pour le moment ça nous à toujours bien réussi, faut juste choisir mes bonnes décisions. Donc maintenant revenons au sujet principal, nous ne savons pas quoi choisir, nous ne voulons pas attendre une éternité. 1an maxi, pourquoi? Mon chien a déjà 8ans passé et pour l'avion je vais devoir l'endormir, plus je tarde plus c'est risqué. Nous voulons un enfant mais pas à 30ans non plus.... et je ne veux pas partir avec un nouveau né. Si on part c'est pas juste pour 2ans car on va tout de même vendre la maison, voiture, meuble... donc c'est pour un minimum de 5ans. Dans l'idéal on aimerait partir avec un contrat d'embauche en main pour Cédric, histoire de pas arriver à l'aveuglette. Le truc c'est qui faut savoir si on a le visa, pour vendre la maison et le reste, ensuite trouver l'emploi pour partir. Et pas l'inverse, donc le permis de travail c'est pas possible car on aura pas le temps de vendre la maison sinon. Je sais pas si je suis suffisamment claire... Merci d'avoir pris le temps de me lire.
  17. Bonjour, Voila ma situation : Je suis Français en couple depuis 2 ans avec un Japonnaise, on n'a jamais vécu ensemble plus de 6 mois (4 mois en Nouvelle Zélande et 3,5 mois au Canada). Mais je suis déja allé une fois au Japon voir sa famille et elle deux fois en France. On n'a jamais vécu ensemble longtemps a cause de l'immigration et on a tout les deux besoin de travailler pour vivre. Ma situation au Canada : J'ai un PVT mais je viens de recevoir ma Confirmation de Résidence Permanente CRP. Lors de ma demande, ils n'ont pas accepté d'inclure ma compagne car notre relation n'est pas selon la loi "une union de fait", je suis donc inscrit en célibataire. J'ai l'intention de me marier aprés mon passage a la douane et l'acceptation de ma RP et le retour de ma compagne du Japon (elle va revenir avec un permi d'étude pour étudier le français). Voila mes questions : - Avec le CRP, l'immigration canada m'indique de les informer de tout changement d'état matrimonial, Je me considère comme un couple et non célibataire mais pour l'immigration est-ce la même chose ? - Peu t-on refuser ma RP ? - Peu t-on refuser de parrainner ma compagne aprés mon RP, même si je me marie aprés ? - Ma situation (couple depuis deux ans mais séparés assez souvent + Mariage) est-elle sufisante pour le parrainage ? - Existe t'il un organisme ou association a Montréal gratuite ou peu cher qui pourai m'aider ou du moins répondre a mes questions ? Merci d'avance si vous avez des réponsses. Nicolas
  18. 19/01/2015 Mise à jour : 20 janvier 2015 | 9:17 Ajuster la taille du texte Des couples excédés par les délais d’immigration exigent une enquête Par Roxane LéouzonMétro Des couples de Montréal et du reste du Canada demandent une enquête du Vérificateur général pour expliquer les délais du programme de parrainage d’un conjoint vivant au Canada, qui ne cessent de s’allonger. «Je me sens comme un prisonnier ici», lance Jorge Correia, alors que Métro le rencontre avec sa conjointe et trois autres couples dans un café du centre-ville de Montréal. La demande de parrainage de M. Correia par sa femme québécoise, Ana Carina Da Paula, traîne depuis 16 mois. C’est maintenant un délai «normal» pour passer la première étape du processus lorsque l’époux parrainé vit déjà au Canada, un processus devant mener à l’obtention de la résidence permanente. Selon le site web de Citoyenneté et Immigration Canada (CIC), le temps prévu pour la deuxième étape est présentement de huit mois, pour un total de plus de deux ans. En attendant l’approbation de principe et le permis de travail ouvert, qu’il doit recevoir à l’issue de cette première étape, cet ingénieur mécanique d’origine portugaise ne peut ni travailler, ni profiter du Régime d’assurance maladie du Québec. Il n’ose pas non plus sortir du pays, n’étant pas certain qu’il pourrait y revenir ensuite. «Quand on a déposé notre demande, les délais indiqués par Citoyenneté et Immigration étaient de six mois si le parrainé résidait au Canada, et de huit mois s’il était à l’extérieur, rapporte Mme Da Paula. Le premier choix nous semblait raisonnable et meilleur, parce qu’on pouvait vivre ensemble en attendant. On se disait que Jorge utiliserait cette période pour s’adapter à son nouveau milieu de vie.» Le couple, marié depuis 12 ans, croit maintenant avoir fait le mauvais choix. Les délais de traitement des demandes faites de l’extérieur sont restés à huit mois, alors que ceux de celles faites à partir de l’intérieur ont presque triplé. 3/4 Trois des quatre couples se sont rencontrés lorsqu’ils étudiaient, voyageaient ou travaillaient à l’étranger. «Notre génération est appelée à être mobile et à rencontrer des gens d’ailleurs. Ça va être de plus en plus courant», estime Ana Carina Da Paula. Perla Silva, la conjointe mexicaine de Simon Beaumier, est au bord du découragement. Elle et M. Beaumier attendent depuis 17 mois. «Notre dossier est censé être traité d’un moment à l’autre. Mais ça fait plusieurs fois qu’on est dans cette situation, qu’on appelle au CIC et qu’on nous dit que le délai a été prolongé d’un mois, explique M. Beaumier. Je dis à Perla de ne pas lâcher, mais c’est très dur.» Afin de s’entraider et de préparer une action commune, les couples en attente ont créé il y a quatre mois un groupe Facebook, qui compte maintenant plus de 1425 membres. Ils ont lancé le 30 décembre une pétition endossée par plus de 1150 signataires, déposée hier au Vérificateur général du Canada. Ce qu’ils veulent? Des réponses. «On peut appeler trois fois dans la journée au CIC et obtenir trois réponses différentes», se décourage Mme Da Paula. Depuis décembre 2014, dans le cadre d’un projet-pilote, le CIC a commencé à délivrer des permis de travail ouverts à certains époux et conjoints de fait avant même qu’ils aient reçu l’approbation de principe. Parmi les quatre parrainés rencontrés par Métro, seule Mme Silva venait tout juste d’en recevoir un. Ils connaissent toutefois des couples qui ont entrepris les démarches après eux et qui les ont déjà reçus. «On ne comprend pas la logique», souligne Félix B. Thiffault, qui attend depuis 12 mois avec sa conjointe Kerrie Ahern. M. B. Thiffault ajoute que lui et tous les autres couples ont payé pour un service qu’ils n’ont toujours pas reçu. Les frais de leur demande de parrainage s’élèvent au minimum à 1000 $. Citoyenneté et Immigration Canada n’a pas été en mesure de fournir à Métro une explication au sujet de ces délais, se contentant de dire qu’il travaille à les réduire. Le ministère affirme qu’il traite les demandes de permis de travail ouverts dans l’ordre où il suite et source : http://journalmetro.com/actualites/montreal/705236/des-couples-excedes-par-les-delais-de-limmigration-exigent-une-enquete/
  19. Bonjour à tous, Nous avons pris la décision de faire le grand pas. En ce qui concerne la demande de certificat de sélection. L'un est étudiant et désire poursuivre ces études (déjà pris contact avec une université à Montréal, en attente de réponse). L'autre passe sa titularisation en tant que professeur d'anglais et décide alors d'exercer au Québec. Peut-on faire une demande commune car nous sommes en Union civil (PACS) malgré notre statut professionnel différent ? Merci pour vos réponses Tant de bonheur à faire ces démarches ensemble !
  20. Milloo

    PVT - Conjoints de fait

    Bonjour à tous, La date d'ouverture du PVT approche (enfin on l'espère) ! Avant de pouvoir tout envoyer, je me posais une question sur le statut de conjoint de fait. Mon compagnon et moi sommes ensemble depuis 5 ans mais nous ne vivons ensemble que depuis 11 mois. Sachant que nous serons légalement conjoints de fait le 22 janvier, est-ce que sur l'inscription nous devons nous renseigner comme tels ou comme célibataire ? Merci à tous pour vos réponses Cam
  21. Milloo

    PVT en couple

    Bonjour à tous, L'ouverture du PVT approche à grand pas (normalement ) et je suis en train de me pencher sur la rédaction de la lettre de motivation. Je compte partir avec mon conjoint mais comme je l'ai lu dans plusieurs messages, nous faisons une demande de PVT chacun. Du coup je voulais savoir s'il fallait que je le mentionne dans ma lettre de motivation et si nos dossiers allaient être regroupés à un moment ou un autre ? On n'est ni marié, ni pacsé mais on habite ensemble depuis presque un an (février 2013). Est-ce que le bail suffit ? Cela fait presque 5 ans qu'on est ensemble mais du coup au vu de l'immigration on a pas encore 1 an de vie commune ... Je vous remercie une nouvelle fois pour votre aide Cam
  22. Bonjour, Mon mari a été embauché par une entreprise à Terrebonne et il va bientôt clôturer son dossier avec visa de travail (visite médicale faite). J'aimerais le rejoindre, que dois-je faire ? Puis-je ajouter une demande à son dossier existant ? Nous sommes mariés depuis 4 mois. Nous sommes français, de Strasbourg. Merci
  23. Bonjour à tous, Un simple partage de notre expérience de couple immigré à Montréal en 2009. La décision d'immigrer était vraiment commune après des vacances coup de coeur en 2007, nous avions entamé le processus pour la résidence permanente. Lui: informaticien, elle : enseignante en musique. Tous les 2 : pas d'emploi d'avenir en France. Au mieux l'enchainement de CDD, au pire les petits boulots cumulés au chômage...sans perspective d'évolution. Évidemment nous pensons tous 2 à la famille, l'éloignement etc...alors on se dit (et on leur dit) : cela ne nous engage à rien, on y va, on vit notre expérience et on verra bien! Juin 2009 : Arrivée à Montréal Octobre 2009 : travail fixe pour tous les 2 Mai 2011 : Achat d'un appartement sur l'ile de Montréal (20 min du centre en métro!) Septembre 2011 : elle décide de retourner aux études pour obtenir le fameux permis d'enseigner Décembre 2011 : ils décident de se MARIER !! et l'annoncent à la famille lors d'un retour en vacances de Noël en Europe... Juin 2012 : mariage à Montréal Novembre 2012 : lui obtient la permanence (CDI) L'ANNONCE DU MARIAGE : On tenait à le faire en personne à notre famille et amis proches (parents, frères, oncles et tantes). À la veille de Noël et à l'occasion de retrouvailles depuis 2 ans pour certains, ça a été très émouvant! La plupart ont pris un air surpris quand on leur a dit qu'on voulait faire ça à Montréal....6 mois plus tard! Mais finalement, cela ne les a pas étonné tant que ça étant donné qu'on leur avait mentionné être heureux ici et se sentir chez nous. On savait qu'en se mariant à Montréal ce ne serait pas facile pour tout le monde de venir, mais comment aurait-on pu faire autrement ?? 1- On ne peut pas se marier en France (même si ça aurait fait plaisir à beaucoup de gens !) si on n'y réside pas 2- Qui aurait du s'occuper de l'organisation ? nous à distance ? trop compliqué et trop couteux !! la famille ? hors de question de déléguer ce genre de chose!! 3- On a-tu le droit de décider où on veut vivre et se marier ???...non mais! Et puis, on savait qu'on avait Air Transat et Corsairfly de notre côté...on n'est pas en Australie tout de même!! Nous avons été agréablement surpris de voir le nombre de personnes chères à nos yeux qui ont fait le déplacement. C'était un petit mariage à notre image : 56 personnes tout de même, dont une trentaine de français !! Non, nous ne regrettons rien, ce furent des moments inoubliables et magiques avec famille et amis, et ceux qui n'ont pas pu être là l'etaient par la pensée (et vive le téléphone et internet!!) POST-MARIAGE Peu de temps après cet évènement, coincidant avec nos 3 ans de RP, nous avons fait notre demande de citoyenneté canadienne. Après 6 mois, nous parlons encore régulièrement de notre mariage qui a permis de réunir nos familles de façon exceptionnelle! et en plus, de leur faire découvrir ce qu'est notre vie ici. Notre vie ici que nous aimons beaucoup. Il semble que nous ayons donné l'idée du mariage à nos proches...un couple d'amis se marie l'été prochain en France ! Là où ça se complique, c'est le côté financier : un mariage, ça n'est pas donné, on le savait! Mais à force de vouloir toujours tout faire tout seul (comme notre immigration et le reste!) c'est parfois difficile, surtout lorsqu'on n'a qu'1 salaire 1/4 (elle étant encore aux études jusqu'en janvier 2014)... Nous avons bon espoir de voir des jours meilleurs arriver car une fois le bac en enseignement en poche, pas de doute qu'elle trouvera un emploi à Montréal sans problème (les répartitrices en suppléance se l'arrachent déjà !) : à la CSDM ce ne sont pas les emplois qui manquent dans sa spécialité! MESSAGE AUX FUTURS MARIÉS ET/OU IMMIGRÉS Ne vous laissez pas dicter votre conduite par qui que ce soit! Comme tout projet de couple, ce sont des choix qui doivent se faire à 2, tant qu'ils ne nuisent pas à la santé ou la survie d'autres personnes...LOL! Nous avons organisé notre mariage comme nous l'entendions, en faisant des compromis raisonnables (normal dans un projet de couple!), mais ne remettant jamais en cause nos souhaits les plus chers : avoir nos parents, frères et amis réunis autour de nous et ne pas être stressés le jour J. Pari réussi ! Et nous ne regrettons rien : c'était que du bonheur! Partagez-nous vos expériences de français ou québécois mariés à l'étranger : les réactions de vos proches, l'organisation etc... N'hésitez pas à nous demander nos bonnes adresses pour un mariage à Montréal, ça nous fera plaisir! Les amoureux : T & J
  24. Je me demandais s'il y en avait parmi vous qui avaient émigré vers le Québec en laissant un/e conjoint/e en France, et comment vous avez géré la séparation... Difficile ou réalisable finalement pour votre couple ?
  25. Bonjour, Nouvel actif du forum, je le fréquente depuis déjà plusieurs années et jusqu'ici il a répondu à la plupart de mes questions sans que je n'éprouve le besoin de m'inscrire. Devant l'absence de sujet traîté à l'égard de ma question aujourd'hui, je prends un peu de temps en espérant que l'un d'entre vous pourra apporter un avis ou une réponse. Pour le petit topo, je suis français, ai vécu 3 années au Québec où j'y ai travaillé de 2005 à 2008. J'avais déjà obtenu un CSQ en 2008 mais n'était pas allé jusqu'au bout du dossier fédéral à cause d'une mobilité à l'internationale obligatoire. Étant désormais plus posé professionnellement, j'ai décidé de reprendre le processus afin de m'établir au abords de la rivière des outaouais courant 2014. Je partageais il y a encore quelques mois ce projet avec ma fiancée, et par conséquent nous avons fait une demande de CSQ conjointement. Au cours de ce processus, nous nous sommes malheureusement séparé. J'ai pris soin de joindre le BIQ de Paris par téléphone afin de procéder à la séparation des deux dossiers et au changement d'adresse. Cependant, j'ai reçu il y a quelques jours mon CSQ ainsi que celui de mon ex-conjointe, et il est bien spécifié que le nombre de personnes est de 2 sur mon CSQ. Je me pose donc la question suivante : compte tenu que le BIQ ait été avisé de ma requête, mais qu'elle n'a semblet'il pas été prise en compte, cele signifie t'il que je puisse faire ma demande au fédéral « seul » avec un CSQ pour deux personnes ? J'avais bien spécifié à l'époque que je prendrai en charge les frais supplémentaires éventuels et que ma conjointe n'était plus intéressée à rejoindre le Québec. On m'avait laissé entendre que les dossiers seraient bien séparés mais que cela prendrait un peu de temps. J'ai reçu mon CSQ trois semaines plus tard... Merci, IkE
×
×
  • Create New...

Important Information

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, de réaliser des statistiques de visites et de vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. Terms of Use Privacy Policy Guidelines