Aller au contenu

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'avocat'.



Plus d’options de recherche

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • Démarches et vie pratique
    • Québec
    • Canada
    • Bilans et tranches de vie
    • Médecins, infirmières et pharmaciens
    • PVT
    • Retour dans son pays
    • Voyager, Visiter, Tourisme et prospection au Québec et au Canada
    • Lounge
    • Études et stages
    • Attendeux et échanges de dates
    • Parrainages et Mariages
    • USA : Tourisme et immigration - Vie aux États-Unis
  • Emploi (Ressources, outils, bons plans)
    • Offres d'emploi
    • Chiffres et études sur le marché de l'emploi
    • Routier au Canada (camionneur)
    • Votre profession
    • Ordres professionnels (Bons plans)
    • Techniques de recherche d'emploi
    • Votre entreprise (avis et postes disponibles)
    • Reconversion ou formation continue
  • Kiosques des spécialistes
    • TransferMate (virements internationaux)
    • Assurance PVT / Études / Stages
  • Sorties, loisirs et rencontres
    • Nouveaux, présentez-vous
    • Sorties
  • Affaires / Immobilier - Investissement
    • Acheter, vendre ou créer une entreprise ou un commerce
    • Immobilier résidentiel
  • Documents outils et ressources
    • Obtenir la citoyenneté
    • Formulaires
    • Taux de change et conversion des mesures
    • Calculateur des frais d'immigration et de subsistance
  • Petites annonces
    • Mobilier et matériel
    • Véhicules à vendre
    • Appartements et maisons à louer
    • Appartements et maisons à vendre
    • Immobilier commercial
    • Colocation
  • Aide et organisation du site
    • Boite à idées
    • Support technique
  • Lorsque limmigration canada vous demande le certificat de police pour votre mari en haiti est ce quil doit le deposer au canada ou a l'ambassade canada en haiti? de Lina
  • Documents de Exemple de courrier pour le MIDI / Fédéral

Blogs

Il n’y a aucun résultat à afficher.

Il n’y a aucun résultat à afficher.


Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Genre


Date d'arrivée


Profession


Préoccupation


Pays d'origine


Pays de résidence


Ville de résidence


Skype


Facebook


Site web


ICQ

12 résultats trouvés

  1. Je cherchais pour trouver un sujet qui traite les métiers du Droit mais je n'ai pas rencontré. Je me permet de vous faire ce petit exposé dans le but de mettre cela à la lumière pour les curieux et aussi pour rassembler la communauté de ce domaine. Je connais plein de compatriotes algériens diplômés de fac de Droit avec une licence (Bac) dont beaucoup ont réaliser des études de CAPA pour la pratique du métier d'avocat. J'ai aussi fait la connaissance de personnes ayant fait la formation spéciale pour être huissier ou notaire et même juge à l'école des magistrats. Vous allez voir que l'acheminement est différent au Québec. Je vous rappel que ceci n'est pas plus qu'un essai, alors ne le prenez pas comme une référence officielle, vous pouvez vous situez et savoir comment démarrer. Bon, on y va. Je vais parler de Montréal, mais j'invite toute personne a partager des informations sur d'autres régions qui peuvent susciter un intérêt. En premier l'avocat: l'avocat se charge de défendre son client devant le juge en argumentant, mais aussi il peut négocier ou à écrire des documents plus que plaider. Il existe au Québec un ordre professionnel des avocats, c'est le Barreau du Québec. Pour pouvoir pratiquer en tant que tel au Québec il faut avoir un Bac en Droit (diplôme obtenu dans une des fac de Droit du Québec) et passer la formation à l'école du barreau incluant la réalisation d'un stage de 6 mois dans un cabinet d'avocat. Il faut souligner que l'avocat doit se conformer à un code de déontologie des avocats. Sans oublier que l'avocat se doit de suivre des formations continue chaque année et paye son adhésion au barreau ( presque 3000 $ selon une source que je dois dire assez fiable). Le salaire est entre 30 a 200 mille dollar par année selon l'expérience et le type de pratique. C'est le métier que je vise au long terme, seulement je me trouve devant la diversité des spécialités Pour parler de manière générale, le droit se divise en plusieurs sous catégories Civil, Pénal, Fiscal, Affaires, Immigration, Santé....etc Moi personnellement je suis charmé par le Civil et le Pénal en ce qui concerne la famille et les crimes, j'en avais marre de celui des affaires (propriété intellectuelle et industrielle), mais j'ai entendu beaucoup d'avis de personnes de métiers disant que malgré que le criminel est intéressant il n'y a que moins de 200 meurtres par année à Montréal. Sans parler de l'implémentation de cabinet de géants qui se spécialise uniquement en Droit des affaires, dans un environnement très compétitif, les fusions, faillites et rachats d'entreprises est chose très courante. Un point négatif pour ce qui concerne la pratique de l'avocat au Québec est l'exigence d'un Bac d'ici, donc n'espérez pas pratiquer directement au Québec avec votre expérience non américaine. Ce n'est pas une chose si négative, selon certains personnes; il semblerait que l'université de Montréal ou autre au Québec peuvent vous faire déroger certains modules qui peuvent être similaires a ceux que vous auriez fait dans votre formation depuis votre pays d'origine. En deuxième le Notaire: Un autre professionnel du Droit est le notaire. Contrairement à l’avocat, il ne peut représenter des clients devant le tribunal mais il peut pratiquer le conseil et la médiation avant d'arriver au tribunal. Il produit des documents officiels qu'on connait sous la nomination de documents notariés comme le testament ou les contrats. il est aussi le garant des transactions financières importantes comme le montant d'une maison. Pour pratiquer comme notaire il faut: Terminer un bac en Droit d'une université Québécoise + une maîtrise en Droit notariale avec son stage + une formation à la chambre des notaires du Québec. Le salaire commence depuis 30 à 100 mille par année quand c'est un employé dans un bureau de notaire, mais il peux avoir plus s'il travaille à son compte et il déterminera le montant de ses prestations. En troisième l'Huissier: Avec tout le respect à la profession, c'est un des métiers les plus détesté dans la société mais soyons objectifs. Celui qui se charge de remettre les citations à comparaître et aussi la constatations des situations pour le besoin de la justice. Aussi la tache d'exécuter les décisions de la justice(mettre des mauvais payeurs dehors du logement pour défaut de payements) Ainsi que la saisie des biens ou la récupération d'argent. Pour pratiquer comme huissier au Québec, il faut: Avoir un DEC (diplôme d'études collégiales) en techniques Juridiques, personnellement je trouve que c'est plus abordable qu'un Bac à l'université. + une formation à la chambre des huissiers du Québec avec un stage de 6 mois chez un huissier. Le salaire n'est pas publié dans le site d'emploi Québec mais il varie si on travaille comme salarié ou si le cabinet donne un pourcentage de son chiffre d'affaire. En quatrième le Juge: Le responsable de la gestion et du déroulement de procès, il examine les preuves et les témoignages pour prononcer un jugement. J'ai été fortement impressionné de constater dans mes recherches qu'il n'y pas d'école de magistrats, pas seulement au Québec mais aussi dans tout le Canada. Ils seront choisis par le gouvernement parmi les avocats qui ont plus de dix ans de pratique dans le barreau.avec un parcours aussi blanc que la neige.(je reverrai de terminer une carrière comme un juge) Le salaire dépasse 200 mille $ par année. Ceci sont les professions principales du Droit, mais il existe d'autres professions supplémentaires qui sont: le greffier-audiencier et l'huissier audiencier, le traducteur juridique, l'Adjoint juridique( agit comme secrétaire juridique) et enfin le technicien juridique. Je vais parler seulement du technicien juridique car j'ai plus d'information sur cette profession. En cinquième le technicien juridique: Il ne faut pas confondre le technicien juridique avec l'adjoint juridique, ce dernier exige une attestation de spécialisation en secrétariat juridique, tandis que le technicien doit terminer un DEC ou une AEC en techniques juridiques. Donc le technicien peut faire les taches de secrétariat juridique et en plus il peut rédiger des documents juridique qui ne seront valides que si un avocat les finalise. La partie la plus intéressante et que je trouve la plus passionnante est la pratique de la recherche juridique dans la doctrine et la jurisprudence pour argumenter à la demande de son employeur, l'avocat. Soulignons que la formation du technicien juridique peut donner accès à des postes dans les palais de justices, des organismes gouvernementales et publiques. Le salaire commence par 30 000 $ par année et varie selon les cabinets et les firmes ainsi que leurs notoriété. Voilà, je vous invite à commenter et à exprimer vos besoins, comme ça on peut enrichir le contenu et discuter de tout les problématiques qui avoisine notre domaine de spécialité. images de sources phoenix wright, suits:avocats sur mesures, galeries images .fr droles d'image d'huissier, vieux notaire de galerieiris.com q
  2. zouaid abdelakder

    Avocat

    comment exercer la profession d’avocat aux Québec ??et qu’elle sont les démarche à suivre ??sachant que je suis avocat en Algérie merci.
  3. « Comment immigrer au Québec? » En tant qu’avocat en immigration au Barreau du Québec, voilà une question que mes clients me posent très souvent. Dans le présent billet de blogue, je vais m’efforcer de répondre à cette question le plus simplement possible. Par Reynaldo Marquez, avocat Pour ce faire, je me propose de vous révéler une stratégie en trois étapes, laquelle a été fréquemment utilisée avec succès par certains candidats à la résidence permanente au Québec au cours des dernières années et qui l’est toujours. Une mise en garde nécessaire D’emblée, je vous avertis que cette thématique est plus complexe qu’il n’y paraît. Et ce pour au moins deux raisons. D’abord, parce que chaque cas et un cas d’espèce et ce qui s’applique à une personne ne peut s’appliquer à une autre. Et inversement. Ensuite, parce que mes obligations déontologiques m’interdisent, et avec raison, de vous donner un avis juridique sans avoir une connaissance intime de votre dossier. Nul ne saurait marcher dans le noir sans risquer de se cogner le petit orteil. Aussi, les renseignements généraux que je vous offre ci-après ne sont nuls autres que la pointe de l’iceberg d’un processus migratoire généralement viable pour qui répond aux exigences applicables. Je vous offre de tels renseignements généraux pour faire plaisir à l’ancien journaliste de presse écrite que je suis en ce que je me plais encore à vulgariser des thématiques complexes pour le bénéfice du grand nombre. Je vous les offre aussi pour faire plaisir à l’avocat en droit de l’immigration que je suis devenu auprès du Barreau du Québec et qui croit que l’accessibilité à la justice passe aussi par la vulgarisation du droit. Au cours des prochaines semaines, j’entends approfondir certains renseignements qui pourraient rester nébuleux à votre esprit, malgré mes efforts de vulgarisation compris dans le présent texte. Un texte qui, et je tiens à vous le rappeler au risque de me répéter, en est un de portée générale. Pour des conseils adaptés à vos besoins, prière de consulter l’avocat compétent et dûment qualifié de votre choix. Une compétence partagée Pour mieux comprendre la stratégie dont il sera question ici, il y a lieu d’ajouter encore quelques lignes en guise de préambule. En effet, il faut garder à l’esprit qu’au Québec l’immigration est une compétence partagée entre le gouvernement fédéral et le gouvernement provincial. Donc, contrairement à ce qui se produit dans les autres provinces et territoires canadiens, le Québec a son mot à dire concernant la sélection de ses immigrants. Au cours des dernières années, plusieurs personnes ayant réussi à s’établir de façon permanente au Québec ont eu recours à une stratégie en trois temps. Celle-ci s’articule généralement comme suit : Obtenir une résidence temporaire au Québec; Obtenir un Certificat de sélection du Québec; Présenter une demande de résidence permanente. Voilà donc pour les grandes lignes. Mais, le diable étant dans les détails, voyons de plus près comment tout ceci s’articule dans la pratique. Obtenir une résidence temporaire L’obtention d’un statut de résident temporaire est généralement la première étape à suivre avant d’obtenir la résidence permanente. Par résidence temporaire, je fais référence à un permis d’études ou à un permis de travail. Chacun de ces deux types de permis est émis par le gouvernement fédéral. Cliquez sur les liens suivants pour en savoir davantage sur : Comment faire une demande de permis d’études; et Comment faite une demande de permis de travail. À première vue, cela peut paraître simple, mais il faut jouer de prudence. En effet, ce ne sont pas tous les programmes d’études ni tous les emplois qui permettent à un candidat à l’immigration canadienne au Québec de présenter une demande de résidence permanente. Par conséquent, mieux vaut se renseigner quant à savoir quels sont les programmes d’études ou les emplois qui sont susceptibles de déboucher sur une résidence permanente, et ce, dès le début de votre projet d’immigration. Obtenir un Certificat de sélection du Québec (« CSQ ») L’obtention d’un Certificat de sélection du Québec («CSQ ») est en principe la seconde étape à suivre dans votre parcours vers la résidence permanente. De manière générale, les candidats à l’immigration ayant complété avec succès un programme d’études admissible à la résidence permanente sont en mesure de candidater un CSQ via le Programme de l’expérience québécoise – Diplômés du Québec. Il est généralement de même pour les candidats à l’immigration ayant occupé un emploi admissible à la résidence permanente, sous réserve d’avoir respecté les conditions relatives à leur emploi, via le Programme de l’expérience québécoise – Travailleurs étrangers. Ces deux programmes sont administrés par le Ministère de l’Immigration, de la Diversité et de l’Inclusion (MIDI), lequel relève du Québec. Cliquez sur les liens suivants pour en savoir davantage sur : Le programme PEQ – Diplômés du Québec Le programme PEQ – Travailleurs étrangers temporaires spécialisés. Incidemment, à la lecture des renseignements contenus sur le site Web du MIDI au sujet de ces deux programmes, vous aurez une meilleure idée des diplômes et des emplois admissibles à un CSQ. Présenter une demande de résidence permanente Une fois votre CSQ en poche, il vous est habituellement loisible de déposer votre demande de résidence permanente auprès du gouvernement fédéral, sous le programme des Travailleurs qualifiés sélectionnés par le Québec. La résidence permanente est émise par le fédéral. Cliquez sur les liens suivants pour en savoir davantage sur : Le programme des Travailleurs qualifiés sélectionnés par le Québec; Les formulaires à compléter au soutien de votre demande. Le processus en trois étapes décrit ci-dessus est conséquent avec la division des pouvoirs entre les gouvernements fédéral et provincial, tel que pratiquée actuellement dans la province du Québec. En résumé Nous pourrions résumer les présents renseignements comme suit. Pour devenir résident permanent au Canada en vue de s’établir dans la Belle province, il convient tout d’abord d’obtenir un CSQ. En effet, le CSQ peut être décrit comme un document préalable à l’obtention de la résidence permanente canadienne, en ce qui concerne la province de Québec. De manière générale, pour obtenir un CSQ, il faut au préalable avoir obtenu un statut temporaire valide auprès du fédéral, soit comme étudiant ou comme travailleur étranger spécialisé. Après avoir obtenu un diplôme ou avoir occupé un emploi admissible, dont les critères sont déterminés par le Québec, il devient possible d’obtenir le fameux CSQ. Une fois le CSQ en poche, il est alors loisible à un candidat à l’immigration de déposer une demande de résidence permanente auprès gouvernement fédéral. Avez-vous des questions sur cet article?
  4. LuciDe

    Recours à un avocat spécialisé - avis

    Bonjour, Certains d'entre vous ont-ils déjà fait appel aux conseils d'un avocat spécialisé en immigration ? Et si oui, quel est votre retour ? Avez-vous été satisfait ? Combien cela vous a-t-il coûté ? Avez-vous quelqu'un à me conseiller ? Mon conjoint et moi sommes arrivés il y a quelques mois au Québec, en tant que travailleurs temporaires. J'envisage de faire appel à un avocat pour connaître les possibilités de faire modifier nos visas / permis. Merci d'avance PS aux modérateurs : je ne suis pas sûre d'être au bon endroit pour poster ce sujet... désolée si j'ai fait erreur !
  5. Bonjour, J'aurais besoin de votre avis. Moi et mon copain somme ensemble depuis plus de 1 ans. Nous nous somme fiancé le mois dernier et allons avoir un petit mariage intime d'ici quelques semaines devant célébrans et quelques membres de la famille. Mon copain est Tunisien et est venu ici avec un permis pour étudier, mais à cause de certains problème d'argent, il ne peut continuer ses études et son visa est terminé depuis environ 2 mois. Il a décidé de rester ici car on ne veux pas être séparer et c'est moi et son frère (qui habite ici), qui prennons soin de lui le temps que tout cela soit réglé. Alors voilà, je sais qu'en fesant la demande de parrainage de l'intérieur, cela lui permettra de rester ici avec moi en attendant la réponse. Ma questions est: est-ce que certains d'entre-vous on confier leur demande à un avocat en immigration? Si oui quel était le tarifs pour tout le processus de demande de résidence? Avez-vous de bonnes références d'endroit? Ou sinon, c'est un processus facile à faire par soi-même? Nous voulons que notre dossier soit bien monté et bien traité. Si non, si quelqu'un a deja passé par la meme situation que nous, j'aimerais savoir vos démarches. Merci pour votre aide!
  6. Mais attention, ces reconnaissances ne se feront pas automatiquement dans votre province comme au Québec où les ordres professionnels ont leurs propres règles d'admission. Le 18 juillet 2014– Vancouver (Colombie­Britannique)– Emploi et Développement social Canada Le ministre de l’Emploi et du Développement social et ministre du Multiculturalisme, l’honorable Jason Kenney, ainsi que le ministre de la Citoyenneté et de l’Immigration du Canada, l’honorable Chris Alexander, ont annoncé qu’en partenariat avec les provinces et les territoires, le gouvernement du Canada améliorera la reconnaissance des titres de compétences étrangers pour 10 autres professions prioritaires, notamment dans les domaines des métiers spécialisés et des soins de santé. Ils ont fait cette annonce aujourd’hui dans le cadre de deux événements distincts tenus respectivement à Vancouver et à Toronto. Ces 10 nouvelles professions prioritaires sont les suivantes : géoscientifique, charpentier, électricien, technicien d’équipement lourd, opérateur d’équipement lourd, soudeur, audiologiste et orthophonistes, sage­femme, psychologue, et avocat. Le ministre Kenney a expliqué que les professions du domaine des métiers spécialisés ont été sélectionnées parce qu’elles sont en demande dans certains secteurs et diverses régions du pays, et que celles du domaine de la santé avaient été choisies étant donné qu’elles permettent de pallier les pénuries de main­d’œuvre et d’améliorer la qualité de vie des Canadiens. Ces professions font partie d’un cadre national visant à simplifier la reconnaissance des titres de compétences étrangers en ce qui touche les professions prioritaires. On a établi des normes de service à l’égard du traitement de ces professions afin de veiller à ce que les compétences des professionnels formés à l’étranger en cause puissent être évaluées dans un délai maximum d’un an, et ce, partout au Canada. Les faits en bref Grâce au cadre établi, les nouveaux arrivants hautement qualifiés dans 14 professions prioritaires désignées, y compris près de 2 000 pharmaciens, de 1 200 dentistes et de 5 600 ingénieurs, profitent déjà des améliorations apportées sur le plan de la reconnaissance des titres de compétences étrangers. suite et source : http://nouvelles.gc.ca/web/article-fr.do?crtr.sj1D=&crtr.mnthndVl=1&mthd=advSrch&crtr.dpt1D=420&nid=868929&crtr.lc1D=&crtr.tp1D=1&crtr.yrStrtVl=2008&crtr.kw=&crtr.dyStrtVl=26&crtr.aud1D=&crtr.mnthStrtVl=2&crtr.page=1&crtr.yrndVl=2015&crtr.dyndVl=4&_ga=1.231839391.1633809396.1405361410
  7. Bonjour! Je suis au tout début de la procédure de parrainage, le remplissage des dossiers. Nous avons décidé de prendre les services d'un avocat en immigration et on a commence avec lui (mais pas encore paye les frais ni signe d'autorisation). Je n'avais pas fait de recherches avant de commencer avec lui. Alors je viens d'apprendre qu'il a été condamne pour fraude fiscal et est en appel, et risque d'avoir un dossier au criminel. Mon époux a appelé au tribunal, au barreau ou on lui a dit que en attendant le verdict de l'appel l'avocat avait toujours le droit d'exercer etc. Même si vous jugez l’éventuelle réponse a cette question évidente etc, s'il vous plait, nous sommes 2 a décider (mon mari et moi) et lui aimerait lui laisser le benefice du doute et continuer avec lui. Alors je vous le demande: est ce prudent? Et si il a un dossier au criminel il perdra le droit d'exercer? Cela entachera t-il notre crédibilité d'avoir fait affaire avec lui ou risquera t-on quelque chose? Mon époux est en train de se renseigner au niveau légal mais on n'aura pas les réponses tout de suite. Je vous demande donc votre avis s'il vous plait... Merci de ne pas révéler son identité, si vous découvrez qui c'est. Nous ne voulons pas nous acharner sur lui. Merci beaucoup!
  8. Bonjour, Avez-vous un bon avocat en immigration à me conseiller, idéalement dans la région de Québec, et habitué à une clientèle haïtienne ? Merci !
  9. Bonjour à tous, Mon ami et moi souhaitons partir au Canada. Après discussion avec un avocat, celui-ci nous a dit que nous avions un bon profil et les points nécessaires pour être éligibles au programme du Québec pour le skilled workers. Il nous a proposé ses services en insistant sur le fait que les démarches étaient compliquées et laborieuses. Seulement le coût de ses services est cher (on parle de 3 500 US$) sans compter les frais de visas. Est-ce que certains d'entre vous auraient un retour d'expérience? Est-il indispensable d'avoir un avocat ? Les chances d'obtenir un visa sont-elles plus minces si on le fait par soi même ? Merci de votre aide et désolée si cette question a déjà été posée quelque part!
  10. esteban007

    Devenir avocat au quebec

    Bonjour, Je fais appel à vos connaissances concernant le passage de l'examen du barreau au Quebec. Je viens d'etre admis à un LLM au Quebec, j'attends la lettre d'admission de l'université. Je souhaiterais profiter de cette année pour étudier les possibilités d'intégrer l'école du barreau au Quebec à l'issu de ma formation. J'ai cru comprendre qu'il faut contacter le barreau du Quebec pour qu'il nous informe sur les équivalences et nous donne des matieres obligatoires à suivre. Ensuite j'ai cru comprendre qu'il y a également une possibilité de suivre ces cours directement en passant par l'université et que cela pourrait etre plus intéressant. Mais ces infos sont elles toujours d'actualité? Quelq'un pourrait il m'éclairer sur les démarches à suivre si je veux profiter de mon année de LLM pour passer les matieres nécessaires à l'équivalence. Déja, est ce réaliste? Que dois je savoir? Je vous remercie d'avance pour vos réponses.
  11. source : http://www.droit-inc.com/article10293-Mariage-entre-les-Barreaux-de-Paris-et-de-Montreal
  12. Loki Svan Kris

    Parrainage et union civile

    Hello à tous cela fait longtemps que je suis ce forum et me décide enfin à poser ma question! Voilà, je suis Suisse francophone ( et Français) et ma copine est Québécoise résidente au Québec. Cela fait maintenant 17mois qu'on est ensemble et je suis au Québec depuis le mois de mai en tant que touriste. J'ai essayé de chercher n'importe quel job même à 10$/h mais rien. Du coup on en est venu au parrainage. On à pris rdv pour faire une union civile afin d'officialisé notre union. Là on contact un avocat spécialiste en immigration et il nous dis que l'union civile n'as aucune valeur en immigration, que le parrainage en temps que "partenaire conjugale" n'est que pour les gai persécuté etc... Du coup on à mis notre union civile en suspend (plutôt un mariage?, on sais pas) Bref on est un peu perdu. On à toutes les preuves nécessaire à notre relation, photos de nous avec la famille, les amis, lettre, mails, bail de la maison etc. Du coup avec ce que j'ai lu sur les avocat ici, on a un peu peur de ce faire fourrer... ma blonde est seul à travailler et 175$ c'est 175$... Que pensez vous de tout ça? Que devons nous faire maintenant? Continuer notre union civile, puis notre parrainage en tant que conjoint de fait ou partenaire conjugale? mettre tout en suspend et payé l'avocat? Bref aidez nouuuuus... Merci à tous votre aide nous sera précieuse. ps: J'ai 28 ans et elle 25 dans 2 semaines.
×

Information importante

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, de réaliser des statistiques de visites et de vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. Conditions d’utilisation Politique de confidentialité Règles