Jump to content

Search the Community

Showing results for tags 'Ville de Québec'.



More search options

  • Search By Tags

    Type tags separated by commas.
  • Search By Author

Content Type


Forums

  • Démarches et vie pratique
    • Québec
    • Canada
    • Bilans et tranches de vie
    • Médecins, infirmières et pharmaciens
    • PVT
    • Retour dans son pays
    • Voyager, Visiter, Tourisme et prospection au Québec et au Canada
    • Lounge
    • Études et stages
    • Salle d'attente - échanges de dates
    • Parrainages et Mariages
    • USA : Tourisme et immigration - Vie aux États-Unis
  • Emploi (Ressources, outils, bons plans)
    • Offres d'emploi
    • Chiffres et études sur le marché de l'emploi
    • Routier au Canada (camionneur)
    • Votre profession
    • Ordres professionnels (Bons plans)
    • Techniques de recherche d'emploi
    • Votre entreprise (avis et postes disponibles)
    • Reconversion ou formation continue
  • Kiosques des spécialistes
    • TransferMate (virements internationaux)
    • Assurance PVT / Études / Stages
  • Sorties, loisirs et rencontres
    • Nouveaux, présentez-vous
    • Sorties
  • Affaires / Immobilier - Investissement
    • Acheter, vendre ou créer une entreprise ou un commerce
    • Immobilier résidentiel
  • Documents outils et ressources
    • Obtenir la citoyenneté
    • Formulaires
    • Taux de change et conversion des mesures
    • Calculateur des frais d'immigration et de subsistance
  • Petites annonces
    • Mobilier et matériel
    • Véhicules à vendre
    • Appartements et maisons à louer
    • Appartements et maisons à vendre
    • Immobilier commercial
    • Colocation
  • Aide et organisation du site
    • Boite à idées
    • Support technique
  • Lina's Lorsque limmigration canada vous demande le certificat de police pour votre mari en haiti est ce quil doit le deposer au canada ou a l'ambassade canada en haiti?
  • Exemple de courrier pour le MIDI / Fédéral's Documents

Blogs

There are no results to display.

There are no results to display.


Find results in...

Find results that contain...


Date Created

  • Start

    End


Last Updated

  • Start

    End


Filter by number of...

Joined

  • Start

    End


Group


Gender


Date d'arrivée


Année de naissance


Profession


Préoccupation


Pays d'origine


Pays de résidence


City


Skype


Facebook


Website URL


ICQ

Found 33 results

  1. Bonjour à toutes et tous, mon mari a eu une proposition pour travailler à Québec, nous avons 2 enfants de 5 ans et 10 ans et tout ça demande réflexion bien sûr... Mon grand garçon appréhende beaucoup, vos enfants se sont-ils fait des amis rapidement? Si vous avez des enfants de cet âge ça serait chouette qu'ils puissent discuter ensemble pour qu'il puisse avoir une petite idée de ce qui l'attend et pourquoi pas se faire des copains/copines. Nous serons normalement sur place pour le mois de Juillet et en Septembre il aurait dû rentrer en 6eme en France mais je crois que au Canada il y'a 1 année de plus au primaire. Je me demande aussi quel quartier est sympa pour une famille, sachant que le lieu de travail de mon mari se situera dans le quartier de Sainte-Foy. Il travaille très tôt le matin donc je pense qu'il vaut mieux ne pas trop s'éloigner. Et puis les écoles? Des conseils? C'est un peu stressant tout ça mais je suis certaine que c'est une chance pour nous et nos enfants. Nous avons 37 ans et 40 ans et c'est le moment de nous lancer donc on tente ;-) Je vous remercie d'avance d'avoir lu mon roman et de prendre de temps de me répondre!
  2. Québec se démarque en Amérique du Nord Parmi les meilleures destinations, selon un sondage AUTRES AMÉLIE ST-YVES Samedi, 22 avril 2017 00:46MISE à JOUR Samedi, 22 avril 2017 00:46 La Ville de Québec est la deuxième destination la plus agréable à visiter en Amérique du Nord, selon un sondage de l’agence de voyages en ligne Expedia. Le classement d’Expedia a été établi à partir des notes attribuées par les voyageurs au sujet du confort, de la propreté, de l’accueil et la qualité globale de la destination. La seule ville à avoir eu un meilleur résultat que Québec en Amérique du Nord est la destination de Wailea, dans l’État d’Hawaï aux États-Unis. «Une fois de plus, Québec se démarque comme une grande destination aux côtés de joueurs nord-américains importants», s’est réjoui le directeur de l’Office du tourisme de Québec, André Roy. Plus de 600 évaluations La troisième marche du podium est remportée par Springdale aux États-Unis, suivi de Victoria en Colombie-Britannique. Plus de 600 commentaires de voyageurs pour chacune des destinations ont été analysés pour en arriver à ce palmarès. source: http://www.journaldequebec.com/2017/04/22/quebec-se-demarque-en-amerique-du-nord
  3. La ville de Québec a été couronné par le magazine américain USA TODAY comme la meilleure destination hivernale pour la période des Fêtes. En effet, selon le célèbre magazine Québec est la meilleure ville de Noël en Amérique du Nord avec ces lumières, décorations, patrimoines, etc. Québec a remporté la palme devant 20 autres villes nord-américaines. Elle est arrivée première devant les autre villes nord-américaines de Montréal, Frankenmuth (Michigan), Mackinac Island (Michigan et Lake Tahoe (Californie et Nevada). Le vote s'est fait sur le site du magazine USA TODAY.
  4. Publié le 02 décembre 2015 à 23h15 | Mis à jour le 03 décembre 2015 à 09h25 Mieux vaut être blanc pour obtenir un emploi à Québec Agrandir Si Benoît Songa ne condamne pas la réticence des employeurs à embaucher des personnes immigrantes, il déplore tout de même la situation actuelle. LE SOLEIL, JEAN-MARIE VILLENEUVE GILBERT LEDUC Le Soleil (Québec) Pour une personne qui n'a pas la peau blanche, la quête d'un emploi à Québec demeure un véritable parcours du combattant, constate le directeur général du Centre R.I.R.E. 2000, Benoît Songa. «À moins que ce soit pour des postes dans des secteurs spécialisés comme l'informatique ou les technologies de l'information et de la communication [TIC] pour lesquels les pénuries de main-d'oeuvre frappent sévèrement, nous éprouvons des difficultés à placer les personnes appartenant aux minorités visibles», témoigne M. Songa qui dirige un organisme à but non lucratif qui veille, depuis 1996, à l'intégration en emploi des personnes immigrantes. «En informatique ou dans les TI, les employeurs vont embaucher sans aucune distinction, tellement les besoins sont criants. Dans le secteur des services, par exemple, c'est une autre histoire. Il y a une sélection qui se fait», poursuit M. Songa. En d'autres mots, il vaut mieux avoir un nom à consonance française ou même allemande qu'arabe ou africaine pour y décrocher un gagne-pain. Selon les données fournies au Soleil par la direction régionale de la Capitale-Nationale d'Emploi-Québec, le taux de chômage, en 2014, des «immigrants admis» dans la région métropolitaine de recensement (RMR) de Québec qui couvre le territoire des villes de Québec et de Lévis affichait 9,8 %. Il était de 4,8 % pour la population née au Canada. Des données qui ne disent pas tout De l'avis de Benoît Songa, cette donnée sur le taux de chômage ne dit pas tout. Elle ne tient pas compte, par exemple, de l'origine des «immigrants admis». Ni de leur statut, de leur sexe, de leur âge ou de leur date d'arrivée. «Il est difficile d'obtenir des statistiques à ce sujet. Toutefois, nous constatons des tendances qui montrent que nous intégrons en emploi plus facilement des personnes qui ont la peau blanche que les minorités visibles. Nous pouvons noter l'ouverture ou non des employeurs à partir du moment où nous prononçons le nom de la personne immigrante que nous voulons leur proposer», témoigne le directeur général de l'organisme qui encadre et qui accompagne, bon an mal an, entre 300 et 400 personnes immigrantes dans leur intégration socioéconomique au sein de la société québécoise suite et source: http://www.lapresse.ca/le-soleil/actualites/societe/201512/02/01-4927289-mieux-vaut-etre-blanc-pour-obtenir-un-emploi-a-quebec.php
  5. Le New York Times met à l'honneur les quartiers de Saint-Roch et Limoilou à Québec (VIDÉO) RCQC | Par Radio-Canada.ca Publication: 12/08/2015 16:03 EDT Mis à jour: 12/08/2015 16:08 EDT Le prestigieux quotidien américain The New York Times met à l'honneur ces jours-ci l'effervescence artistique et culinaire des quartiers Saint-Roch et Limoilou, à Québec. Un article de Dan Saltzstein, rédacteur en chef de la section voyage, a été mis en ligne mardi sur le site Internet du quotidien. La version papier paraîtra dans l'édition du 16 août. Dan Saltzstein a passé plusieurs jours en Basse-Ville de la Vieille Capitale au début de l'été pour prendre le pouls de ce qu'il qualifie de « renouveau culturel ». Le journaliste du quotidien new-yorkais souligne la créativité de la scène artistique et culinaire dans le secteur situé un peu à l'écart du circuit touristique. À l'extérieur des fortifications du Vieux-Québec, dans un secteur moins pittoresque, mais très dynamique, écrit-il, de jeunes créateurs sont à l'origine d'un renouveau culturel, digne de Montréal, « sa grande soeur ». Dans le carnet d'adresses du journaliste figure notamment la coopérative artistique Méduse, le Centre Matéria, Le Cercle, le resto-bar-boutique Deux 22 et quelques-uns des restaurants les plus branchés du secteur, dont La Planque, Le Clocher Penché et Légende. Un rayonnement important pour Québec La direction du quotidien The New York Times a récemment fait savoir qu'elle revendique plus d'un million d'abonnés payants à son édition numérique. À ce million d'abonnés s'ajoutent 1,1 million d'abonnés à l'édition papier, qui ont aussi accès aux informations en ligne. Dan Saltzstein s'est également entretenu avec les jeunes artistes et chefs, pratiquement tous dans la trentaine, qui incarnent ce renouveau, dont Guillaume St-Pierre, de La Planque, Émile Tremblay, du restaurant Légende, et Pierre-Yves Lapointe, du Deux 22. Il a aussi discuté avec les blogueuses culinaires Allison Van Rassel et Marie Asselin. suite et source: http://quebec.huffingtonpost.ca/2015/08/12/new-york-times-honneur-deux-quartiers-quebec_n_7978742.html
  6. Publié le 30 décembre 2014 à 13h34 | Mis à jour le 30 décembre 2014 à 13h34 Médecin spécialiste et commis d'épicerie, des emplois en demande à Québec d'ici 2020 Agrandir Dans sa boule de cristal, CareerBuilder évalue que près de 20 000 emplois seront créés dans la région de Québec entre 2015 et 2020. PHOTOTHÈQUE LE SOLEIL Ajouter GILBERT LEDUC Le Soleil (Québec) Au cours des cinq prochaines années, la région de Québec aura un besoin criant de conducteurs d'équipement lourd, de médecins spécialistes et de commis d'épicerie. En cette fin d'année 2014, la société CareerBuilder, qui gère entre autres le site d'emplois CareerBuilder.ca, dresse un palmarès des cinq métiers et professions qui seront les plus demandés d'ici 2020. Elle a fait l'exercice pour les principales régions métropolitaines au Canada, dont celle de Québec. CareerBuilder y prévoit une croissance de 18 % de la demande pour des conducteurs d'équipement lourd, un métier dont le salaire horaire moyen se chiffre à 26,21 $. Au deuxième rang, arrivent les médecins spécialistes. Les experts de CareerBuilder s'attendent à une augmentation de 17 % du nombre d'emplois de médecins spécialistes dans la région de Québec. Suivent ensuite les techniciens de réseau informatique (16 %) et les travailleurs des services communautaires et sociaux (15 %). Dans le premier groupe, le salaire horaire moyen se situe à 23,29 $. Dans le second, il se chiffre à 22,10 $. Les commis d'épicerie et les étalagistes seront aussi grandement demandés au cours des cinq prochaines années. CareerBuilder entrevoit une croissance de 11 % du nombre d'emplois dans cette catégorie d'ici 2020. Le salaire moyen d'un commis d'épicerie ou d'un étalagiste dépasse de quelques sous seulement le salaire minimum au Québec (10,35 $) pour afficher 10,91 $. Québec en fin de peloton Pour ce qui est de la région de Montréal, le top trois des professions ou des métiers qui afficheront la plus forte croissance entre 2015 et 2020 sont les agents de développement économique et les consultants en marketing (16 %), les techniciens de réseau informatique (16 %) et les travailleurs des services communautaires et sociaux (13 %). Par ailleurs, c'est dans la région métropolitaine d'Edmonton (8 %) que la croissance de l'emploi sera la plus forte au Canada au cours des cinq prochaines années. Celle de Calgary suit à 7 %. La région métropolitaine de Québec se classe au cinquième rang à égalité avec ses consoeurs de Montréal et d'Ottawa-Gatineau avec une croissance attendue de l'emploi de 4 %. Dans sa boule de cristal, CareerBuilder évalue que près de 20 000 emplois seront créés dans la région de Québec entre 2015 et 2020. suite et source : http://www.lapresse.ca/le-soleil/affaires/actualite-economique/201412/30/01-4831731-medecin-specialiste-et-commis-depicerie-des-emplois-en-demande-a-quebec-dici-2020.php
  7. Message de la modération Comme vous auriez pu le lire avant de poster : Cette partie du forum "n'est PAS la section PETITES ANNONCES du site"
  8. http://tvanouvelles.ca/lcn/infos/regional/quebec/archives/2012/07/20120724-171419.html
  9. Québec doit importer une partie de sa main-doeuvre qualifiée La capitale nationale est en situation de quasi-plein-emploi 24 octobre 2013 | Isabelle Porter | Actualités économiques La Ville de Québec compte plus que jamais sur les travailleurs de la France pour compenser son manque de main-doeuvre qualifiée. Et pour les attirer, elle va même jusquà les courtiser aux États-Unis. « Ce quon a à régler comme problème, cest limmigration, les entreprises manquent demployés, disait Régis Labeaume lors du débat électoral lundi. Limmigration, elle doit être le plus possible française parce quon a une reconnaissance mutuelle des diplômes. On le fait déjà, puis on va accentuer. » Dans la capitale, les efforts de recrutement passent surtout par lorganisme Québec international (QI), qui mène des opérations ciblées de recrutement à létranger. Depuis cinq ans, QI a recruté 933 personnes. « Là-dedans, jai quelques Tunisiens ; la majorité sont Français, il y a quelques Brésiliens et quelques Belges, explique la vice-présidente, Line Lagacé. Si on inclut les conjoints et les enfants, ça fait 2300 personnes. » Et ce nest pas tout, on prévoit de faire encore davantage dici les cinq prochaines années. « Je dirais quon espère aller en chercher encore plus. » Depuis trois ans, lorganisme mène aussi des opérations de recrutement dans le nord-est des États-Unis, où on estime le bassin de francophones à pas moins de 150 000 personnes. « On ne vise pas les Américains, mais plutôt les étudiants étrangers qui sont sur le territoire et ne peuvent pas obtenir leur carte verte. Loffre de Québec peut devenir intéressante pour eux. » Le recrutement passe par des salons pour étudiants étrangers et des activités organisées de concert avec la Chambre de commerce française qui se trouve sur le territoire américain. « La plupart viennent de la France. [] On passe beaucoup par les alliances françaises qui résautent les expatriés. » Actuellement, le taux de chômage est de 4,8 % à Québec (7,6 % au Québec), une situation de quasi-plein-emploi qui se maintient depuis 2006. Actuellement, les besoins en main-doeuvre se font surtout sentir dans les secteurs des technologies de linformation (programmeurs, développeurs, architecture technologique) et de lusinage (soudeurs, machinerie, mécanique). Selon Mme Lagacé, les entreprises ne sont pas près de fermer leurs portes, mais elles ne peuvent pas croître assez vite. « En ce moment, il y en a beaucoup qui doivent refuser des contrats. » En 2014, QI prévoit deffectuer trois missions de recrutement international. La première, plus exploratoire, se fera en Tunisie. Elle sera suivie dune mission plus imposante en France et en Belgique et vraisemblablement dune troisième seulement en France. Le modus operandi dans lHexagone est toujours le même. « On part avec des délégués dentreprises. Les gens sont sélectionnés à lavance. Il y a un horaire qui se fait sur place, les gens passent lentrevue et prévoient même la deuxième. Lors du retour, il y a un dépôt doffres avec les candidats. » Or le défi ne sarrête pas au recrutement, souligne Mme Lagacé. Ce jeudi, QI a invité une trentaine dentrepreneurs à une activité sur le thème de lintégration de la main-doeuvre étrangère intitulée « Un monde dexpérience ». Lévénement a lieu toute la journée à lAquarium de Québec. Lhumoriste Boucar Diouf y fera une présentation sur les « rencontres de cultures » et on présentera une boîte à outils en ligne pour les employeurs. Surtout, on y présentera tous les organismes qui offrent déjà des services aux nouveaux arrivants. Pour Mme Lagacé, Québec a, dune certaine manière, la « chance » de pouvoir « structurer » lintégration à un moment « où cest le besoin de main-doeuvre qui [ly] a poussée ». Elle estime « quil ny a pas de gros problèmes dintégration », surtout « des ajustements ». « Dans la région, le besoin de main-doeuvre a, tout à coup, ouvert les esprits. Il y a de plus en plus dentreprises ouvertes à linternational. Mais même si elles comprennent que cest la solution, il y a quand même une gestion de la diversité qui doit se faire [] Ça comprend la compréhension de la culture de lautre, le fait de pouvoir gérer cette dynamique-là. » En 2011, la population immigrante comptait pour 5 % de la région de Québec contre 2,9 % dix ans plus tôt, soit une augmentation de 90 %. source : http://www.ledevoir.com/economie/actualites-economiques/390769/quebec-doit-importer-une-partie-de-sa-main-d-oeuvre-qualifiee
  10. Capitale-Nationale et Chaudière-Appalaches : diplômés insuffisants pour répondre à la demande Publié le 11 septembre 2013 par Émilie Clavel | Les diplômés des secteurs de ladministration, du commerce et de linformatique sont très demandés dans la grande région de Québec, notamment grâce à la présence de nombreux sièges sociaux dentreprises. «Les employeurs nous contactent régulièrement pour embaucher nos diplômés en secrétariat et en secrétariat juridique. On narrive pas à répondre à la demande», explique Dominic Lemieux, conseiller dorientation au Centre de formation professionnelle (CFP) Marie-Rollet, à Québec. Malgré leur popularité auprès des élèves et leur taux de placement de 100 %, ces deux programmes ne satisfont pas aux besoins de main-duvre. Par ailleurs, le placement ne montre aucun signe de ralentissement du côté du programme Techniques de comptabilité et de gestion, même sil compte un nombre croissant détudiants. «Les employeurs recrutent les jeunes directement au Cégep pour des stages, en leur promettant un emploi à la fin de leurs études», constate Mélissa Bellemare, conseillère en communication au Cégep de Sainte-Foy. Cette année, le Centre détudes collégiales en Charlevoix a quant à lui remplacé le programme de comptabilité de gestion par le programme Gestion de commerces, plus populaire auprès des étudiants. «Cest davantage tourné vers le travail en PME, où les tâches du technicien sont plus variées», explique Gina Pinet, la directrice du Centre. Létablissement sattendait à recevoir une quinzaine de demandes dadmission pour lautomne 2013, mais il en a reçu près du double. Linformatique est partout Le domaine de linformatique est également en effervescence. «Les diplômés en soutien informatique sont particulièrement recherchés, note Dominic Lemieux. Partout où il y a des parcs informatiques, il faut des gens pour les entretenir, que ce soit dans les secteurs public, parapublic ou privé.» Après quelques années où la hausse des inscriptions avait affecté négativement le taux de placement, celui-ci a atteint 94 % en 2013. Au Cégep de Sainte-Foy, le programme Techniques de linformatique dont le taux de placement se maintient autour de 100 % depuis quelques années gagne en popularité. La demande est telle que le Centre détudes collégiales en Charlevoix songe à ajouter ce programme à son offre. En imprimerie et en reprographie, les élèves manquent toutefois à lappel. «On a une quinzaine de diplômés par année dans chaque programme, et on pourrait facilement en placer le double», estime Dominic Lemieux. Le CFP Marie-Rollet a récemment envisagé la possibilité de mettre fin à son programme de reprographie, faute dinscriptions. «Lindustrie a pris position en disant que le programme était nécessaire», précise le conseiller dorientation. http://www.jobboom.com/carriere/capitale-nationalechaudiere-appalaches-diplomes-insuffisants-pour-repondre-a-la-demande/
  11. 2013-09-12 / Palmarès « Canadas Best to Invest 2013 » du magazine Site Selection : La région et Québec International se distinguent à nouveau La région de Québec et Québec International se démarquent une fois de plus au palmarès « Canadas Best to Invest » du magazine américain Site Selection, qui reconnaît chaque année les champions du développement économique au pays. La région obtient le 2e rang du classement des « Top Canadian Metros » et Québec International est nommé une fois de plus au sein du « Top Canadian Economic Development Group ». CanadasBest2Invest2013 Pour une deuxième année consécutive, la région métropolitaine de Québec obtient la deuxième position du « Top Canadian Metros », derrière la région dHamilton en Ontario et devant Edmonton, en Alberta. Cette catégorie souligne la performance économique des régions métropolitaines canadiennes par la compilation de leurs projets majeurs dinvestissements. Ce résultat témoigne encore une fois de la vigueur économique de la région de Québec, dont le PIB réel a crû de 24 % au cours des dix dernières années (2002-2012). Pour une septième année consécutive, léquipe de Québec International voit son travail récompensé puisque lAgence figure dans le « Top Canadian Economic Development Group ». Ce tableau dhonneur présente les 10 agences de développement économique les plus performantes au pays. Les critères établis par Site Selection sont, entre autres, le nombre de projets ayant un impact régional, la capacité de générer des partenariats, une attitude proactive, la mise en place de programmes innovants, la qualité de linformation économique diffusée et celle des outils de communication web. « Québec International souligne cette année son 10e anniversaire. Cette reconnaissance prend donc une signification toute particulière pour nous. Ainsi, cette distinction vient souligner que la région a fait le bon choix en proposant il y a 10 ans la mise en place dune agence intégrée de développement économique. Aujourdhui, Québec International se hisse parmi les meilleures au pays et notre équipe de professionnels est déterminée à tout mettre en uvre pour assurer le succès économique de notre région et soutenir la croissance de nos entreprises », a mentionné M. Carl Viel, président-directeur général de Québec International. - See more at: http://www.quebecinternational.ca/communiques/2013/09/palmares-canada-s-best-to-invest-2013-du-magazine-site-selection---la-region-et-quebec-international-se-distinguent-a-nouveau/#sthash.SWTkRsYv.dpuf source : http://www.quebecinternational.ca/communiques/2013/09/palmares-canada-s-best-to-invest-2013-du-magazine-site-selection---la-region-et-quebec-international-se-distinguent-a-nouveau/
  12. Bonjour à toutes et tous, Mon post s'adresse en particulier aux parents venant de France nouvellement installés à Québec et ayant des enfants inscrits au primaire. En ce début d'année scolaire, j'ai vérifié la carnet de santé de mes enfants et j'ai noté que ma fille de 7 ans avait besoin de recevoir un rappel de vaccination anti-dyphtérie/polio/tétanos/coqueluche. L'occasion pour moi de découvrir qu'en la matière le calendrier de vaccination au Québec est légèrement différent de celui suivi en France. Ma fille, qui a grandi là-bas jusqu'à ses 6 ans, a reçu 3 injections à 1 mois d'intervalle à partir de l'âge de 2 mois, un rappel 1 an après et doit donc recevoir une autre injection 5 ans plus tard (donc cette année). Ici, elle aurait dû recevoir son rappel en maternelle, or à notre arrivée elle est entrée en 1ère année. Au Québec la vaccination se faisant en milieu scolaire, je me suis donc renseignée auprès de l'école pour savoir où faire faire ce vaccin. J'ai été dirigée vers l'infirmière scolaire qui m'a elle-même renvoyée vers le CLSC des Rivières pour y prendre rendez-vous pour la vaccination. Je précise que je ne dépends normalement pas de ce CLSC, voilà pourquoi je viens donner ici ses coordonnées au cas où d'autres parents seraient dans la même situation : CLSC des Rivières Édifice Christ-Roi : 900, boulevard Wilfrid-Hamel Québec (Québec) G1M 2R9 Appeler au 418 688 9212 poste 2100 et demander un rdv pour un rattrapage de vaccination. En résumé, n'hésitez pas à demander de l'information auprès de l'école de votre enfant si vous avez des questions concernant la vaccination. On vous dira comment procéder ! Lampa
  13. Voici un 360 degrés impressionnant sur la ville de Québec. Le projet a été réalisé par Luc Villeneuve à l'aide de 255 photos de 36 megapixels chacune. Déplacez-vous dans ce panorama et n'oubliez pas de zoomer. http://www.360-image.com/quebec-jour-et-nuit/
  14. source : http://www.lesaffaires.com/archives/les-affaires/des-emplois-a-la-pelle-a-quebec-et-dans-l-est/556500?utm_source=dlvr.it&utm_medium=twitter#.UXFX8NGcHoF
  15. Bonjour, Je cherche un salon dans la ville de Québec qui fait de l'épilation au fil pour les sourcils. (Je sais que les indiennes à Montréal le font). Si vous avez des adresses dans la ville de Québec, je suis preneuse. Merci.
  16. Christophe Corré, 37 ans, fête ces jours-ci son premier anniversaire de vie au Québec. Recruté à Paris, lors des Journées Québec de décembre 2011 par Systematix, il est arrivé avec son conjoint dans la ville de Québec en mai 2012. Il est conseiller en gestion du changement dans l’entreprise de consultation spécialisée en technologie de l’information, qui compte 27 % d’employés issus de l’immigration (sur 200 au total au bureau de Québec). «Depuis sept à huit ans, l’essentiel des employés étrangers que nous embauchons le sont lors de missions internationales», indique Annie Bouchard, vice-présidente principale, marketing de Systematix, qui s’apprête à partir en mission de recrutement en Europe pour la neuvième fois. À ce jour, l’expérience de Christophe est positive. Même s’il n’a pas retrouvé le même niveau de rémunération ni de responsabilités, « j’ai gagné en qualité de vie », reconnaît-il. «J’ai dû m’habituer aux heures conventionnelles de travail alors qu’en France, je travaillais 120 heures par semaine ! J’ai appris à voir la vie au-delà du travail», raconte-t-il avec le sourire. Lui, qui avait en tête le projet d’immigrer au Québec depuis cinq ans, ne cherchait pas « à avoir les même conditions qu’en France », où il avait créé son entreprise. «Je ne me retrouvais plus là-bas dans l’ambiance, les décisions politiques, économiques. Après avoir fait un échange de maison avec des Québécois et avoir rencontré des gens ici, il me semblait que le Québec se rapprochait plus de ma philosophie », explique Christophe Corré. Le choix de la ville de Québec Le couple a donc sauté le pas l’année dernière et s’est installé à Québec, une ville au charme de laquelle il a succombé lors d’un séjour en vacances. Un an après son arrivée, Christophe ne regrette rien. Il faut dire que son conjoint a trouvé rapidement du travail, ce qui a aidé à l’intégration dans la Belle Province. Lire la suite de l'article
  17. source : http://www.lapresse.ca/le-soleil/actualites/societe/201305/10/01-4649716-quebec-peine-a-retenir-ses-immigrants.php
  18. source : http://www.lesaffaires.com/secteurs-d-activite/general/emploi-quebec-championne-canadienne/556099?utm_source=twitterfeed&utm_medium=twitter#.UV8KINGcHoF
  19. Bonjour à tous, je cherche à savoir s'il y a que UQAM à Montréal qui propose ce test de français ? Parce que bon ils ont pas beaucoup de place et monter à Montréal juste pour ça ... Merci
  20. source : http://www.lapresse.ca/le-soleil/dossiers/la-sante-tout-un-monde/201303/21/01-4633544-faire-carriere-a-quebec-en-recherche-en-sante.php
  21. source : http://quebec.huffingtonpost.ca/2013/03/12/quebec-remporte-le-titre-meilleure-ville-au-pays_n_2860096.html?utm_hp_ref=tw
  22. source : http://www.journaldemontreal.com/2013/02/14/la-region-de-quebec-numero-un-de-la-croissance
×
×
  • Create New...

Important Information

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, de réaliser des statistiques de visites et de vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. Terms of Use Privacy Policy Guidelines