Jump to content

Search the Community

Showing results for tags 'Grossesse'.



More search options

  • Search By Tags

    Type tags separated by commas.
  • Search By Author

Content Type


Forums

  • Démarches et vie pratique
    • Québec
    • Canada
    • Bilans et tranches de vie
    • Médecins, infirmières et pharmaciens
    • PVT
    • Retour dans son pays
    • Voyager, Visiter, Tourisme et prospection au Québec et au Canada
    • Lounge
    • Études et stages
    • Salle d'attente - échanges de dates
    • Parrainages et Mariages
    • USA : Tourisme et immigration - Vie aux États-Unis
  • Emploi (Ressources, outils, bons plans)
    • Offres d'emploi
    • Chiffres et études sur le marché de l'emploi
    • Routier au Canada (camionneur)
    • Votre profession
    • Ordres professionnels (Bons plans)
    • Techniques de recherche d'emploi
    • Votre entreprise (avis et postes disponibles)
    • Reconversion ou formation continue
  • Kiosques des spécialistes
    • TransferMate (virements internationaux)
    • Assurance PVT / Études / Stages
  • Sorties, loisirs et rencontres
    • Nouveaux, présentez-vous
    • Sorties
  • Affaires / Immobilier - Investissement
    • Acheter, vendre ou créer une entreprise ou un commerce
    • Immobilier résidentiel
  • Documents outils et ressources
    • Obtenir la citoyenneté
    • Formulaires
    • Taux de change et conversion des mesures
    • Calculateur des frais d'immigration et de subsistance
  • Petites annonces
    • Mobilier et matériel
    • Véhicules à vendre
    • Appartements et maisons à louer
    • Appartements et maisons à vendre
    • Immobilier commercial
    • Colocation
  • Aide et organisation du site
    • Boite à idées
    • Support technique
  • Lina's Lorsque limmigration canada vous demande le certificat de police pour votre mari en haiti est ce quil doit le deposer au canada ou a l'ambassade canada en haiti?
  • Exemple de courrier pour le MIDI / Fédéral's Documents

Blogs

There are no results to display.

There are no results to display.


Find results in...

Find results that contain...


Date Created

  • Start

    End


Last Updated

  • Start

    End


Filter by number of...

Joined

  • Start

    End


Group


Gender


Date d'arrivée


Année de naissance


Profession


Préoccupation


Pays d'origine


Pays de résidence


City


Skype


Facebook


Website URL


ICQ

Found 16 results

  1. Bonjour, Je viens d'arriver à Montréal en touriste pour y rejoindre mon mari. Nous allons, d'ici quelques jours, envoyer ma demande de résidence permanente via un parrainage époux. Je me demandais comment ça se passait niveau santé durant l'attente de mes papiers. Est ce que je peux bénéficier d'une assurance privée en attendant ? Je pense que les délais de traitement sont d'au moins 6 à 12 mois il me semble. Auriez-vous des informations à ce niveau là SVP? Merci beaucoup d'avance !
  2. Bonjour à tous, Je me pose pas mal de questions ces temps-ci car j'ai été admise en maîtrise à l'Université Laval de Québec depuis avril 2017 mais n'avais pas eu le temps/les fonds pour aboutir les démarches de CAQ et Permis à temps, du coup mon inscription a été reportée à cette année, pour un début des cours en septembre 2018. Les papiers du CAQ sont envoyés et en attente, j'attends donc le mail de confirmation pour envoyer ma demande de permis d'études. Je dois partir avec mon conjoint et ma fille de 3 ans. MAIS, chose imprévue (en tout cas à cet instant précis! ), j'ai appris cette semaine, après l'envoie de mes documents, que j'étais enceinte!! Je ne veux pas reporter encore mon inscription ni décaler à nouveau mon retour aux études, mon conjoint a eu aussi des propositions d'emploi qui l'attendent depuis donc déjà bientôt 2 ans là bas aussi...(Nous voulions effectivement un 2ème bébé mais qui pdt ces 2 années n'a jamais pointé le bout de son nez, donc avant ou après, mais pas cumuler départ et naissance!) Connaissez-vous quelqu'un qui a été dans cette situation, enceinte avec un permis d'étude? Est-ce que je cours le risque, si j'obtiens bien mon permis et démarre mon année d'étude sans encombres, de perdre ce permis pour une quelconque raison? Si je ne pas peux être présente à certains cours pour raisons médicales ou accouchement, voir louper certains examens, peut-il y avoir des aménagements comme les parents-étudiants quebecois? Puis-je reporter une session si mes cours ne sont pas offerts à distance? Nous comptons bien évidemment rentrer en France à la fin de mes études car nous ne souhaitons pas que nos enfants grandissent loin de leur famille... Mais si j'obtiens ce qu'il faut pour le permis, et que mon bidon commence à se voir une fois à l'aéroport, peut-on ne pas me donner le permis? Voilà voilà, j'ai une multitude de questions, connaissez vous quelqu'un ou avez l'amie d'un ami qui aurait vécu la même situation? Je ne trouve aucun témoignage sur internet, excepté en ce qui concerne les frais d'accouchements (mais ce n'est pas ce qui m'inquiète actuellement!) Merci d'avance!
  3. Un couple menacé d’être séparé par l’immigration Une résidente de Thetford Mines d’origine française et sa fille de 8 ans risquent d’être renvoyées en France jeudi. Et de laisser derrière elles un «papa» en désarroi. Enceinte de trois mois d’un père québécois, avec qui elle a déjà eu un premier fils, Élisa Jeandeau est arrivée au Québec en juillet 2010. Elle a rencontré son amoureux environ un an après être arrivée au pays. Voilà que quelques années plus tard, au bord du découragement, le couple est menacé de séparation par l’immigration pour une affaire de «paperasse». «C’est un peu compliqué, admet-elle en entrevue sur le plateau de l’animateur Denis Lévesque, aux côtés de son conjoint. On a fait un parrainage pour époux, conjoint de fait, qu’on a lancé en mars 2016. Puis, on a eu un refus en février 2017. On a essayé de faire un appel par rapport à ça, mais rien n’a fonctionné», se désole la citoyenne française menacée d’expulsion. Des fonctionnaires ne lui auraient pas envoyé la correspondance nécessaire – pas de trace à cet effet ni dans ses courriels ni dans son courrier traditionnel –, de sorte qu’elle n’a pu remplir le formulaire qui était exigé pour sa requête. Voir le vidéo de l'entrevue TVA Nouvelles Publié le 19 mars 2018 à 21:31 - Mis à jour le 19 mars 2018 à 21:43
  4. Bonjour, j'aurais besoins d'informations. Mon amie et moi, sommes en procédure pour aller étudier au Québec. Cependant, nous désirons un enfant. J'aurais aimé savoir comment ça ce passait au Québec au niveau de l'accouchement et la suite etc.. Merci d'avance pour vos réponse
  5. J'ai farfouillé des heuuuuures sur la toile. J'ai contacté une dizaine d'assurance en leur demandant s'ils n'avaient pas une assurance qui correspondrait à mes critères, PVT + possible grossesse, cherchant donc couverture pour suivi de grossesse et accouchement.Une de mes amie a accouché il y a 3 ans au canada lors de son PVT, et n'avait rien payé ! Tout avancé, certes mais au final, rien payé de sa poche. Elle avait pris le pack CFE + April et la seule condition était que la conception devait avoir eu lieu pendant son PVT. Mais quelle déception ! Quelle déception en lisant scrupuleusement les garanties, les petites lignes, les exclusions. Pas de prise en charge de la maternité. Je les ai contacté (et attends leur réponse) pour être sur qu'ils ne propose plus ce pack avec la CFE prenant en charge les frais de maternité. Ce pack revenait à 936€ pour une année.Après mes heures de recherches d'assurance, de lectures de forum, je n'ai rien qui répondent à mes attentes. Rien, sauf l'assurance PVT de Chapkadirect qui prend en charge 75% des frais réels à hauteur de 10.000€; et ça peut faire l'affaire. Mais 6 mois de carence signifie réellement que c'est l'accouchement seul qui sera pris en charge à 75%. (je parle d'un accouchement sans péridural, en maison de naissance si possible, et avec retour à la maison sous 6h).Avez-vous connaissance d'autres assurances PVT qui prendraient en charge les frais de maternité, partiellement ou miraculeusement en totalité?Savez-vous ce qui est obligatoire dans le suivi de grossesse dans la région du Québec? 1 seule échographie est obligatoire si j'ai bien compris (au lieu des 3 en France)La CFE prend en charge à hauteur des tarifs français, mais j'ai lu sur une discussion qu'une PVT avait été remboursée à 80% pour une césarienne (en Ontario). Est-ce possible de combiner CFE + Chapkadirect ou est-ce qu'il n'y a pas d'intérêt?J'ai un peu d'argent de côté pour mettre au monde ce deuxième bébé (1ère grossesse au top, accouchement normal en France) et je voudrais être éclairée sur toutes mes possibilités d'assurance. Merci pour votre retour
  6. Bonjour a tous,Je ne sais pas trop ou placer cette discussion , et même si quelques sujets sont semblables je n'ai pas trouvé réponses a mes questionsAlors voila , pour faire court je viens d'obtenir la confirmation de ma résidence permanente magnifique cadeau de noël au passage, et ce n'est pas le seul cadeau car je vines d'apprendre que j'attends également un bébé. Mais voila après la joie les questions et elles sont nombreuses.1/Je dois accoucher courant juin/juillet et je dois valider ma rp avant juin dois je déclarer a l'immigration cette grossesse?2/Dans l'éventualité ou je souhaiterai accoucher au Canada, ainsi m'éviter toute question de parrainage , suis je prise en charge par la RAMQ ou ai je le délai de carence 3/Je souhaiterai être suivi en France pour tout ce qui est suivi de grossesse, a votre avis est ce possible et jusqu'à 'a quand ? Car je dois également me faire suivre au Québec si je souhaite une place en maternité. Puis je arriver n'importe quand au Québec et accoucher ?4/Le père ne peut m'accompagner pour l'accouchement, pensez vous qu'une reconnaissance anticipée sera suffisante pour la finalité (cad porter son nom etc.. )5/Aurais je nécessairement besoin d'autorisation systématique du père pour voyager si mon enfant né au Canada ?Cela fait beaucoup mais j'espère que vous pourrez répondre selon vos connaissances, merci de m'avoir lu.Bien a vous et Bonnnnnne annéee!!!
  7. Coucou les amis, Bonne année à tous, on est encore en janvier, pfiou !!! Mes voeux sont encore de circonstances. Je n'étais plus trop sur la toile depuis 2 mois et pour cause ! J'ai accouché en novembre d'un tout petit bébé de 1690g en extrême urgences. J'avais eu un premier trimestre de grossesse dans la norme, quelques petites nausées avec un peu de fatigue, puis un deuxième trimestre avec la pêche, tout se passait trés bien, mon gynécologue me prédisait un beau bébé de 3 kg grâce aux échographies, le bébé se présentait tête vers le bas, on m'annonçait même un accouchement voie basse ( le luxe !!!!) Puis à 32 SA patatras l'échographie de contrôle montre un léger fléchissement de la courbe de croissance ( comme 8 ans plutôt pour mon premier enfant ) mais le doppler ( les échanges au niveau du placenta sont pas folichons ) on me garde donc en observation, avec injections de cortisone pour maturer les poumons au cas ou ? Puis le doppler s'améliorant, j'ai le droit de retourner à la maison, mais sous contrôle aux 2 jours, pour arriver à 34 SA et là, la nouvelle échographie montre un arrêt total de prise de poids ( 1er percentile) doppler pas trés folichon non plus, transfert en grossesse pathologie et au bout de 3 jours césarienne en urgence comme dans la série en 10 minutes mon bébé Noah, mon petit Canadien était né ! En France alors que j'étais hospitalisée en grossesse pathologiques, jamais les médecins ne m'ont parlé de ce qu'ils prévoyaient pour mon cas, chaque jour, un troupeau de médecins étudiants, externes et autres franchissaient ma porte et se racontaient mon cas sans même m'adresser directement la parole.... Au Québec c'est un autre monde. On vous parle, on s'adresse à vous, on vous écoute s'il y a un doute. La diffèrence au Québec est majeure, le médecin de garde est venu à minuit me parler ( j'étais arrivée à 20 h en service ), chacun des spécialistes m'ont tout expliqué au cas ou...Et en 3 jours j'étais rassurée, dans tous les cas je savais ou aller. Quand il y a eu ma césarienne et que 15 personnes m'entouraient pour aller au plus vite, un médecin anesthésiste se tenait à ma tête et m'expliquait tout ( au dernier moment avant l'anesthésie générale, le coeur de Noah s'est stabilisé et j'ai pu avoir une rachis anesthésie pfiou et voir sa naissance .) À la fin de l'interventien le gyneco de garde est venu à ma tête pour me donner des précisions sur ma situation, et quand il a vu mon mari dans le couloir lors de mon transfert il lui a nouveau tout expliqué. J'ai toujours senti qu'on me laissait le choix de dire oui ou non pour les traitements pour moi ou pour Noah. Quand on parle de la qualité des soins au Québec et bien je dois le dire oui il y a une prise en charge plus humaine et c'est vraiment plus appréciable. Oui certes quand vous faites la queue aux urgences pur avoir des antibiotiques, c,est tannant , mais quand il y a une urgence on voit le savoir faire, la relation d'aide et le soutien ( support ) des équipes soignantes. En matière d'allaitement maternel en service de néonatologie j'ai aussi pu constater également une diffèrence par rapport à ce que j'avais connu en France ( je ne dis pas que dans toutes les maternités Françaises c'est la même chose ) dès la sortie de salle de réveil on m'a invité à faire de la compression manuelle pour extraire du colostrum, j'ai donc pu donner le sein 6 h après mon intervention chirurgicale ( lever précoce après l'intervention diminue les douleurs et les risques de thrombose ) et mon fils a tout de suite pu prendre une première tétée ( pour mon premier cela n'avait pas été le cas, j'etais resté alitée 24 h et je devais presque pleurer pour qu'on m'emmène voir mon fils en fauteuil roulant ). Là, le personnel a été toujours très positif aimable et aidant ( en France cela n'avait pas été si facile, malheureusement il suffit d'une ou deux personnes de mauvais caracteres dans un service pour vous faire une réputation ). Je pense que le fait que les soignants aient moins d'enfants à prendre en charge, et qu'ils font participer les parents aux soins, apporte une meilleure acceptation pour les parents, de ne pas avoir leur bébé avec eux tout de suite. Je me souviens que pour mon premier bébé, je me suis sentie dépossédé, pas d'accouchement classique, pas de bébé avant 24 h ( alors que cela faisait 2 mois que j'étais hospitalisée pour le maintenir au chaud le plus longtemps possible) tout cela faisait qu'on était plus a cran. Pour finir Noah va trés bien maintenant, ici comme en France nous avons eu la visite de naissance à la maison d'une infirmière de CLSC ( un peu comme la PMI ) car Noah n'avait pas atteint 2400 g en sortant de service. Les vacccins ont commencé dès 2 mois on peut aller soit au clsc soit en clinique pédiatrique. Nous n'avions pas de médecins traitant donc le service de neonat nous a transféré en clinique ( donc un soucis de moins hihihi ). Voilà pour mon expérience, je sais que ma situation est spécifique aux endroits ou j'ai été prise en charge ( en France comme au Québec ) donc c'est simplement mon vécu personnel que je vous partage. Pour les formalités administratives au niveau de la naissance au Québec, dès la maternité vous remplissez la déclaration de naissance avec un papier commun pour les allocations familiales et la sécurité sociale, c'est trés pratique pas besoin de courir partout. Notre enfant est donc Canadien et Français, nous allons pouvoir lui faire les deux passeports :). Sinon moi j'ai la forme, j'ai repris le sport depuis peu, je n'avais pas beaucoup à perdre car j'ai vraiment fait attention pendant la grossesse, et le sport m'a aidé pour me mobiliser plus rapidement après la chirurgie. J'ai même droit à un congé maternité bien que travailleur autonome,ce qui est bien confortable. Je vous laisse mes coordonnées si vous avez envie de suivre un programme de sport à la maison et avoir une coach dynamique qui vous aide à atteindre vos objectifs https://www.facebook.com/Une-Française-et-son-Beach-Body-257794904392271/?ref=hl Si vous souhaitez avoir encore plus d'anecdotes sur notre expatriation visitez mon blog : Les Aventuriers du fjord Si vous souhaitez avoir une coach de motivation dynamique pour vous faire atteindre vos objectifs contactez-moi sur ma page Facebook Une Française et son Beach Body
  8. Bonjour à tous, Je suis en PVT à Montréal depuis 3 mois. J'ai découvert il y a peu que j'attend un heureux événement : je suis enceinte de 6 semaines Après avoir pris en compte toutes nos options, nous avons décidés de rester à Montréal et de prévoir l'accouchement ici. Il est vrai que le retour en France n'est pas judicieux car nous n'aurions plus d'emplois, ni logements, ni assurance maladie. Et puis nous envisageons de rester après le PVT en prenant un JP. En tant que PVT, je n'ai pas droit à la RAMQ. Cependant, je viens de soucrire à la CFE, qui m'a confirmé que l'accouchement serait pris en charge sur les tarifs de base de la sécu française. La quête d'un médecin pour mon suivi de grossesse a commencée et ce n'est vraiment pas facile. Je me heurte à des refus de prise en charge, les cliniques ne prennent pas de nouvelles patientes et le prix des hôpitaux sont exorbitants... Soit 3 000$ pour le suivi de grossesse 13 000 $ pour 2 nuits d'hospitalisation à Saint-Luc. Payables d'avance et dès le premier rdv. Je ne peux évidemment pas me permettre de payer cette somme là d'un coup. Et d'ailleurs, je ne sais pas combien me remboursera la CFE sur cette somme ahurissante. L'angoisse commence à se faire sentir... je fais donc appel à vous : - Auriez vous des conseils pour le suivi de grossesse à me communiquer ? - Connaissez-vous des cliniques qui acceptent de nouvelles patientes ? - Connaissez-vous des organismes qui pourraient m'aider à organiser mon accouchement et m'orienter vers des professionnels ? - Connaissez-vous des établissements plus accessibles financièrement ? - Qu'en est-il des maisons de naissance sur Montréal et de leurs listes d'attente ? - Quelqu'un a-t-il déjà été dans une situation similaire ? Merci d'avance pour vos réponses Angelique
  9. Eh oui, notre blogueuse du Saguenay va bientôt mettre un petit Québécois au monde. Vous pouvez lire son billet sur la question en page d'accueil. Bonne lecture! http://www.immigrer.com/blog/aloane/5755-etre-enceinte-au-quebec
  10. Bonjour à tous, Alors voilà depuis que je suis revenue du Mexique en mai dernier je pensais avoir un peu abusé du all inclusive... Mais en fait c'était qu'un petit habitant s'était invité dans notre famille Et oui je suis enceinte !!! Et nous avons décidé de faire les choses en grand puisqu'il est attendu pour le 25 décembre !!! Première action : j'ai tout de suite contacté l'hôpital pour avoir une écho de datation à la clinique santé de la femme, ici au Québec vous n'avez pas d'emblée une échographie de datation voilà plutôt comment cela se passe : - Vous allez obtenir un premier rendez-vous en clinique prenatal entre la 9e semaine de grossesse et la fin du 1er trimestre ( pour confirmer la grossesse vous pouvez acheter pour 2 $ votre test urinaire de grossesse chez dollarama ). Vous aurez alors droit à un premier rendez-vous avec une infirmière qui vous posera quelques questions, puis vous donnera les papiers pour réaliser vos tests sanguins et le guide du mieux vivre avec notre enfant de la grossesse à 2 ans.( un livre donné par l'état ou tout est répertorié conseils, infos et pub ). http://aventuresdufjord.canalblog.com/archives/2015/09/23/32604753.html?fb_ref=Default En ce qui concerne le combi test pour la trisomie 21 vous verrez avec votre gynécologue et il vous prescrira l’écho de 12 SA ( attention c'est presqu'à votre demande et elle n'est pas remboursée , si vous avez de la chance et une bonne assurance santé elle peut l'être ) . Nous avons décidé de la payer avec le test sanguin de la trisomie 21 nous en avons eu pour 450 $ chez Procréa. Québec. Ensuite bien sûr comme rien n'est jamais simple chez nous. Mon mari a changé d'emploi et en 5 semaine nous avons changé de région. J'ai tout de suite appelé le gynécologue qu'une amie m'avait conseillé ( et vu que j'étais à 20 SA et qu'ici la seule échographie obligatoire est la 22 SA ( morphologique ) et bien j'ai réussi à avoir un rendez-vous dans les temps, pfiou...) Le suivi diffère aussi en ce qui concerne la sérologie de toxoplasmose qui ici n'est pas demandé. Sinon vu que j'avais des antécédents de première grossesse compliquée j'ai un suivi plus poussé, c'est à dire que j'ai une écho chaque mois à partir du 3e trimestre. Je prends depuis le début des vitamines de grossesse, et de l'aspirine ( en prévention de mes soucis antérieurs ). Au niveau congé maternité ici vous pouvez travailler jusqu'à 36 SA ( si cela va ) et prendre 1 an de congés parental rémunéré le congé de maternité dure 18 semaines que vous pouvez ajuster à votre guise ( maxi 16 semaines avant la date prévue d'accouchement ) Vous pouvez aussi reprendre le travail plus tôt que la date prévue ( 3 semaines avant ) . Pour plus de renseignements voilà le lien du gouvernement : Congé de maternité Dans cette page, vous trouverez les dispositions prévues aux normes du travail concernant le congé de maternité. Une section vous permet également d'en savoir plus sur vos droits si vous êtes un salarié ou sur la façon de bien appliquer la norme si vous êtes un employeur. http://www.cnt.gouv.qc.ca Le congé de paternité est de 5 semaines Le père ou la mère peuvent prendre le congé parental ( ils peuvent aussi faire moitié/ moitié ) Les enfants ici au Québec ne rentrent à l'école qu'à 5 ans ( des fois 4 pour les préscolaires ). Alors pour la petite histoire, ma grossesse en est à 27 SA, je vais trés bien, je suis pas stressée car je travaille à la maison comme coach de motivation (si cela vous intéresse venez lire mon histoire : Une Française et son Beach Body: Devenir coach Beachbody avec Une Française et son Beach Body Vous habitez au Canada ou aux États-Unis Vous connaissez les programmes Beachbody Vous souhaiteriez devenir coach de motivation pour Beachbody Voilà tous les avantages à devenir coach Parce qu'on veut faire des économies sur nos achats ( on est passionné par les programmes, on adore shakeology, c'est avantageux d'avoir la carte de "fidélité coach". http://unefrancaiseetsonbeachbody.blogspot.ca je continue de faire chaque jour mes séances de sport, de faire attention à mon alimentation. Mon bébé pousse super bien et je pourrais sans doute accoucher normalement ( ce qui n'avait pas été le cas pour ma première grossesse ). enceinte 27 SAhttps://www.facebook.com/257794904392271/photos/a.257801764391585.1073741827.257794904392271/433336133504813/?type=3&theater Donc je suis super heureuse !!! Les consultations avec mon gynécologue sont mensuelles, il me prend la tension, mesure ma hauteur utérine et écoute les battements du coeur du bébé. J'ai aussi des examens sanguins et la fameuse glycémie provoquée ! Pour le suivi on peut aussi faire appel à des sage-femmes ( mais elles n'officient pas en maternité ) Elles réalisent les accouchements à domicile ou en maison de naissance. ( La formation des sage-femme est assez nouvelle et diffèrente de celle de nos sages-femmes Françaises). Si vous avez de vous remettre en forme, que vous avez besoin de conseil ou de motivation ou encore un super programem de sport à faire à la maison à votre rythme, ben n'hésitez pas à me contacter. via mon blog : http://unefrancaiseetsonbeachbody.blogspot.ca/ Vous pouvez aussi retrouver mes conseils, idées menus et mon enthousiasme sur mon facebook : https://www.facebook.com/Une-Fran%C3%A7aise-et-son-Beach-Body-257794904392271/timeline/
  11. Un couple de Québec dans les dédales de l'immigration Mise à jour le samedi 17 janvier 2015 à 19 h 43 HNE Le reportage de Marc-Antoine Ruest Le reportage de Marc-Antoine Ruest La menace d'une facture salée plane sur un couple de Québec qui attend un deuxième enfant. Enceinte de quatre mois, Cyrielle Loyer, qui est Française d'origine, n'a pas droit à l'assurance-maladie, même si elle vit au Québec depuis huit ans. En raison d'un certain flou juridique, la petite famille pourrait devoir assumer les coûts de l'accouchement. Déjà parents du petit Jules, Cyrielle Loyer et François Charland verront bientôt leur famille s'agrandir. Ce qui devrait être un évènement réjouissant se transforme cependant en source de stress pour le couple. Pour l'instant, Cyrielle ne peut pas bénéficier du programme québécois d'assurance-maladie, qui couvre notamment les frais associés au suivi de grossesse et à l'accouchement, car elle n'a pas son Certificat de sélection du Québec (CSQ). Sans ce document, il lui est impossible de bénéficier du programme d'assurance-maladie. Pourtant, la femme de 29 ans a pu profiter de l'assurance-maladie lors de sa première grossesse il y a quelques années. À l'époque, Cyrielle avait complété sa maîtrise à l'Université de Sherbrooke et bénéficiait d'un programme qui lui permettait de travailler au Québec dans son domaine d'étude. Par le fait même, ce programme lui donnait accès à l'assurance-maladie. Or, la jeune femme n'a pu trouver, en bout de piste, un emploi dans son domaine. Le programme dont elle profitait a alors pris fin, mettant ainsi un terme à son accessibilité à l'assurance-maladie. Se tourner vers l'immigration François Charland s'est alors tourné vers le parrainage de sa conjointe pour qu'elle puisse immigrer au Canada, une demande qui a été faite au gouvernement fédéral. Sans programme de parrainage, il est impossible de décrocher un CSQ. La demande du couple Charland-Loyer a été reçue le 28 mai dernier. Les délais de traitement du dossier sont cependant de 17 mois. En définitive, le temps presse pour le jeune couple, qui doit pour l'instant tout payer en ce qui concerne la grossesse de Cyrielle. La jeune femme n'a pas droit au service d'échographie et subit très peu de tests et de prise de sang. « J'ai besoin d'assurance-maladie, besoin d'un suivi de grossesse », plaide Cyrielle Loyer. Le reportage de Marc-Antoine Ruest source : http://ici.radio-canada.ca/regions/quebec/2015/01/17/004-couple-quebec-immigration-certificat-selection-quebec-problemes.shtml
  12. « Je ne vais pas vous mentir, c’est pas gratuit, accoucher au Canada. » Nous sommes au téléphone avec la secrétaire d’un médecin de la clinique Métro-Médic, à Montréal, à qui nous nous sommes présentée comme une Française enceinte, non couverte par le régime d’assurance maladie – certains migrants, en situation régulière, n’ont en effet pas accès à la couverture de la Régie de l’assurance maladie du Québec (RAMQ) (voir onglet suivant). Notre cas n’étonne donc pas notre interlocutrice, qui détaille les frais à débourser pour être prise en charge par le médecin. « Il faut un dépôt de 3500 $ pour le médecin accoucheur, qui n’inclut pas l’épidurale. Il faut le payer comptant dans les trois premières visites. » Payer son médecin en argent comptant n’est pas envisageable pour les bénéficiaires de l’assurance maladie. C’est pourtant ce qui est demandé aux femmes sans couverture de la RAMQ, avant et même parfois pendant leur accouchement. « Je recommande aux femmes qui vont à l’hôpital pour accoucher d’amener trois petites enveloppes brunes. La première, avec 1000 $ pour payer une partie des frais de l’hôpital ; la deuxième, avec 700 $, pour payer le médecin ; et la troisième, au besoin, pour payer l’anesthésiste. » — Anne-Marie Bellemare, travailleuse sociale à La Maison Bleue, un organisme de bienfaisance montréalais destiné aux femmes vulnérables Mme Bellemare est témoin de nombreuses situations difficiles. Elle énumère : un médecin qui se fâche pendant un accouchement parce que le papa du bébé n’a « que » 700 $ à lui remettre, alors qu’il demande 1500 $. Une femme hospitalisée à 29 semaines de grossesse et qui quitte l’hôpital avec une facture de 175 000 $. Ou enfin, une femme qui, espérant économiser en prévision de son accouchement, a un suivi médical minimal et accouche seule, chez elle, d’un bébé mort-né de 7 mois. .................. Combien coûte un accouchement au Québec hors RAMQ ? À question simple, réponse complexe. Chaque hôpital a en effet sa propre grille tarifaire (voir onglet 5). Ces frais, qui ne comprennent pas ceux du médecin et de l’anesthésiste, sont majorés de 200 % par rapport au tarif RAMQ. Il faut ainsi compter quelques milliers de dollars pour un accouchement classique. S’il est possible de conclure des ententes de paiement avec l’hôpital, les sommes dues au médecin accoucheur et à l’anesthésiste sont payables immédiatement. Et chaque professionnel fixe son prix comme il le veut. Ainsi, nous avons pu constater que certains médecins exigent d’emblée jusqu’à 3500 $ en liquide pour un accouchement – presque 10 fois le tarif de base de la RAMQ (460 $). « Je crois que les médecins qui font ça le rationalisent parce que ça prend un effort supplémentaire de s’occuper de ces femmes. Je ne veux pas dire que c’est abusif, mais disons que cela rend des femmes vulnérables encore plus vulnérables », estime pour sa part la Dre Catherine Jarvis, médecin de famille au CLSC Côte-des-Neiges et coauteure de deux articles sur le sujet parus dans le Journal d’obstétrique et de gynécologie du Canada. De son côté, l’Association des obstétriciens et gynécologues du Québec (AOGQ) estime la pratique justifiée. « Ce sont des soins privés offerts par des professionnels de la santé, hors RAMQ. Ils peuvent facturer le montant qu’ils jugent raisonnable », estime la présidente de l’AOGQ, la Dre Isabelle Girard, qui a répondu à nos questions par courriel. Certes, des soignants refusent de se faire payer en salle d’accouchement. D’autres demandent un prix minimal. Mais ces différences créent des tensions au sein des équipes. « Il n’y a pas de structure pour encadrer ça. Comment diviser ce que la personne paie ? C’est un défi, et c’est stressant », souligne la Dre Jarvis. ........... « Les établissements sont tenus d’avoir un équilibre budgétaire. Certains ont développé des techniques [pour se faire payer], dit Marie-Claude Lacasse, responsable des relations de presse au ministère de la Santé. Je ne connais pas la légalité de la chose. » Article complet : http://plus.lapresse.ca/screens/ac8d695e-27cf-4197-b16f-5b1372c5aea6%7Ce8f3hdwLlP4V
  13. Bonjour, Actuellement en plein remplissage de notre dossier de CSQ, nous aurions quelques questions: - Je suis actuellement enceinte de 7 mois. Le bébé peut-il être déclaré pour obtenir les 4 points ? Je me pose la question puisqu'il est demandé la photo et le passeport de chaque membre de la famille... serait-il préférable d'attendre la naissance pour lancer le dossier? Si nous ne déclarons doit-on payer une part en plus? Si d'autres ont été dans ce cas, je vous remercie d'avance de vos expériences. - Concernant les tests linguistiques, certains ont-ils obtenu leur CSQ sans les passer ou est-ce aujourd'hui primordial de les faire ? Merci d'avance de vos éclaircissements et de votre aide, Bonne journée.
  14. Bonjour à tous, Avec ma femme nous allons bientôt déposer LE DCF sur lequel nous mentionnons avoir une petite de 15 mois. Nous souhaitons avoir un deuxième enfants. Si ma femme accouche en france avant la fin de la procédure. Comment cela se passe t'il. Faut t'il tous refaire à zéro ou juste déclarer l'enfant en cours de route.
  15. Bonjour à tou(te)s ! J'aimerai savoir s'il y a des femmes qui ont été dans l'une ou l'autre des situations suivantes: - Tomber enceinte et accoucher au Québec, puis partir immédiatement vivre en Colombie-Britannique. ou - Tomber enceinte et accoucher en Colombie-Britannique (et y vivre) Je suis à la recherche d'expérience et d'informations sur ce cas de figure en particulier. Travaillant depuis 3 ans dans la même entreprise au Québec, j'ai cumulé ce qu'il faut pour bénéficier des indemnités du congé parental pendant 1 an. Je peux donc sans problème accoucher et vivre au Québec et bénéficier des prestations de maternité. Mais y aurais-je droit si je déménage à Vancouver juste après mon accouchement? Peut-on toucher ces prestations (pour lesquelles j'aurais donc cotisé pendant 3 ans) si je ne suis plus résidente du Québec mais de C-B ? Un gros merci de vos réponses par avance, si vous avez des infos là-dessus !
  16. Bonjour à tous. Je me tourne vers vous, ici, parce que je ne trouve personne d'autre à qui poser des questions. J'ai une situation un peu particulière à présenter. Je suis Québecoise, et j'ai rencontré mon copain Français en Australie, lors d'un voyage, il y a quelques mois, et on a confectionné un petit tétard qui est dû de venir au monde au mois de novembre. Pour l'instant, je suis au Québec et je cherche du boulot, et mon copain fait la même chose en France, mais sans trop de succès. On se questionne sur la voie la plus rapide pour lui permettre de travailler ici et d'être là pendant la grossesse et l'accouchement et faire son truc de papa, quoi! Étant donné qu'il a déjà eu un PVT et un permis de jeune professionel au Canada, il a épuisé les visas ''faciles'' à obtenir. On pense au mariage, au permis de travail temporaire, au parrainage. Quelqu'un a des idées ? Merci d'avance.
×
×
  • Create New...

Important Information

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, de réaliser des statistiques de visites et de vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. Terms of Use Privacy Policy Guidelines