Aller au contenu

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'Éducation'.



Plus d’options de recherche

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • Annonces et réglements
    • Régles du forum
  • Démarches et vie pratique
    • Québec
    • Canada
    • Lounge
    • PVT
    • Bilans et tranches de vie
    • Voyager, Visiter, Tourisme et prospection au Québec et au Canada
    • Retour dans son pays
    • Études et stages
    • Attendeux et échanges de dates
    • Parrainages et Mariages
    • USA : Tourisme et immigration - Vie aux États-Unis
  • Emploi (Ressources, outils, bons plans)
    • Offres d'emploi
    • Chiffres et études sur le marché de l'emploi
    • Routier au Canada (camionneur)
    • Votre profession
    • Ordres professionnels (Bons plans)
    • Techniques de recherche d'emploi
    • Votre entreprise (avis et postes disponibles)
    • Reconversion ou formation continue
  • Kiosques des spécialistes
    • TransferMate (virements internationaux)
    • Assurance PVT / Études / Stages
  • Sorties, loisirs et rencontres
    • Nouveaux, présentez-vous
    • Sorties
  • Affaires / Immobilier - Investissement
    • Acheter, vendre ou créer une entreprise ou un commerce
    • Immobilier résidentiel
  • Documents outils et ressources
    • Obtenir la citoyenneté
    • Formulaires
    • Taux de change et conversion des mesures
    • Calculateur des frais d'immigration et de subsistance
  • Petites annonces
    • Mobilier et matériel
    • Véhicules à vendre
    • Appartements et maisons à louer
    • Appartements et maisons à vendre
    • Immobilier commercial
    • Colocation
  • Aide et organisation du site
    • Boite à idées
    • Support technique
  • Lorsque limmigration canada vous demande le certificat de police pour votre mari en haiti est ce quil doit le deposer au canada ou a l'ambassade canada en haiti? de Lina
  • Documents de Exemple de courrier pour le MIDI / Fédéral

Blogs

Il n’y a aucun résultat à afficher.

Il n’y a aucun résultat à afficher.


Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Date d'arrivée


Profession


Préoccupation


Pays d'origine


Ville de résidence


Pays de résidence


Skype


Facebook


Site web


ICQ

27 résultats trouvés

  1. Que faire quand un enfant crie dans un avion pendant 8 heures ? C'est la question qu'on dû se poser ces voyageurs pris dans ce vol avec ces bruits. Seulement voilà qu'un des passagers se met à filmer ça, apparemment en cachette et publie le fruit de son labeur sur Youtube, en prenant la peine d'activer les publicités. Et voilà que quelqu'un (anonyme de RTL) a la grande inspiration d'écrire un article de fond (de caniveau) sur cet événement. Cette situation peut nous arriver à tous et croyez que c'est aussi pénible pour les passagers, le personnel navigant, les parents et l'enfant. Les longs courriers sont toujours source d'irritants, on est coincés pendant des heures dans un espace restreint où certains développent des psychoses. Alors il faut prendre son mal en patience, et si l'on a le budget, emmener ses écouteurs à suppression de bruit, c'est extrêmement efficace, je ne voyage jamais sans eux. Bon vol
  2. ysbk06

    HEC UQAM ou Laval

    Bonjour tout le monde; Je viens d'être admis dans les universités suivantes et j'ai besoin de votre avis : MBA Marketing-ULaval Msc. Marketing-HEC Montréal Msc. Marketing- UQAM Mon choix devrait être basé sur les 3 éléments suivants: 1. Un meilleur réseautage pour les étudiants (networking & mentorship). 2. Plus de notoriété à l'Ontario, vu que je vais m'installer là-bas après les études (non je peux pas ètudier à l'Ontario car c'est super cher). 3. l'École qui a la meilleure réputation chez les employeurs. Je sais que ça pourrait être très subjectif mais j'apprécierais toute réponse qui m'aidera à prendre une décision. Merci infiniment
  3. dannqc

    Québec: mensonges et hypocrisie

    Bonjour à tous Je m'adresse surtout à monsieur Laurent Gigon... Je reçois régulièrement (chaque mois) dans mon courriel le « bulletin d'immigrer.com », présentant son lot d'articles sur tout ce qui touche de près ou de loin à l'immigration au Québec, comme vous le savez. Alors si je poste aujourd'hui ce message, c'est un peu à cause d'une goutte d'eau qui a fait déborder le vase... Si je conçois qu'il soit logique que votre site (immigrer.com) ait pour but d'attirer, d'encourager des francophones (et surtout des Français...) à venir s'installer au Québec, voire au Canada, je commence en revanche à être un peu irrité par cette méthode (pardonnez-moi) très racoleuse, pour ne pas dire parfois propagandiste voire mensongère dans certains cas. En effet, chaque mois donc, de nombreux articles vantent sans cesse les mérites et la soi-disant excellence du Québec (et/ou du Canada) dans bien des domaines importants : « le Canada (ou le Québec), 1er, 2ème ou 3ème meilleur endroit au monde pour vivre ! », « le Canada et le Québec meilleurs endroits au monde pour ci ou pour ça », etc... et là, je suis tombé sur « Education : le Canada en tête de peloton », de même que sur « Le Québec, élève modèle en mathématiques », sans parler de (alors là, celui-là, il fallait oser !) : « le Canada : 9ème pays au monde pour la santé » (avec, cerise sur le sunday, comme on dit ici, un CHU québécois en image de fond)... Bref, alors écoutez (ou plutôt lisez) : S'agissant du système scolaire, je pratique moi-même l'enseignement au cégep et à l'université, et en plus dans les sciences physiques. Tout ça pour dire que je suis à même de pouvoir évaluer le niveau des étudiants québécois en sciences et en mathématiques. Par ailleurs, notre fils étant scolarisé en école primaire depuis plusieurs années, je côtoie donc beaucoup d'enseignants, et ce dans tous les niveaux du système éducationnel québécois. Alors laissez-moi vous dire qu'en réalité, les étudiants québécois sont, pour beaucoup d'entre eux, malheureusement assez peu aiguisés en mathématiques : par exemple, une grande partie d'entre eux sont incapables de trouver (de tête, sans calculatrice) le résultat de 5000 / 2 (si, si , je vous l'assure !), ou bien de 230 + 80 (!), ou même de trouver 10% de 1200 par exemple ! Et là, je parle d'étudiants du cégep en sciences de la nature ou même d'étudiants en sciences géographiques à l'université, donc de 16 ans et plus, censés être déjà au moins un peu aguerris en mathématiques ! D'une manière générale, les étudiants sont très très fréquemment surestimés ici (leurs résultats scolaires ne reflètent absolument pas leur niveau). Quant au niveau de certains enseignants du primaire qui vous disent ouvertement qu'ils ont « teinduré » la table (oui, du verbe teindre...!), avec des « malgré que », des « C'est nous qu'on l'a faite », et j'en passe (!) à tout bout de champ, cela fait peur, voyez-vous. Ces enseignants qui sont désormais tenus de passer un test de français (le TFLM) pour pouvoir enseigner (oui l'Etat québécois s'est quand même rendu compte du petit problème...) . Or, les enseignants (et les futurs enseignants) ont le droit de le passer autant de fois qu'ils le veulent, jusqu'à obtenir la note de passage de 75% (très facile à obtenir pourtant, croyez-moi !), et c'est à chaque fois le même test, avec exactement les mêmes questions (communication personnelle). Je vous laisse réfléchir au problème que cela peut causer... Par ailleurs, et c'est encore beaucoup plus grave (et de ça, vous n'en parlez jamais...), et cela est lié à ce que je viens de dire précédemment, j'aimerais que les Français qui me lisent (et même certains Québécois qui ne le sauraient pas) sachent ceci : d'après une étude réalisée en 2014, au Québec, le taux d'illettrisme (càd les gens qui ont du mal à comprendre des textes simples) atteignait... 53 % (oui, cinquante trois !!!) et le taux d'analphabétisme (càd ceux qui ne savent pas lire du tout) atteignait la marque invraisemblable (mais pourtant bien réelle !) de ... 19 % ! Soit 1 Québécois sur 5 qui ne sait pas lire !! (et cette étude concerne la tranche d'âge 16-65 ans, autrement dit la tranche d'âge active, càd les gens censés savoir lire). En 2003, une même étude indiquait que le taux d'analphabétisme au Québec (pour la même tranche d'âge) était déjà de 16%, et de 49% pour le taux d'illettrisme. Dans les années 80, on en était à 12% d'analphabètes et 35% d'illettrés. Bref, vous voyez en plus la tendance ahurissante. Et ça, malheureusement, c'est le concret. Le réel. Et je le vois, on le voit tous les jours. Et c'est seulement un tout petit peu moins catastrophique dans le reste du Canada, mais à peine moins. Il existe même beaucoup de pays du Tiers-monde présentant des taux d'analphabétisme bien moins problématiques qu'au Québec ou même qu'au Canada... Alors forcément, aujourd'hui en 2016, parmi les 47% de Québécois qui savent correctement lire (par rapport aux 80-90% dans les autres pays occidentaux, hormis Canada et Etats-Unis qui sont en très mauvaise posture sur ce plan), il va sans dire que le niveau moyen (en maths, en sciences ou en français) des Québécois lettrés est forcément moindre que celui de bon nombre de pays occidentaux. C'est... mathématique, justement ! On nous parle fréquemment dans les medias québécois du taux très inquiétant de « décrochage scolaire », notamment (et j'en sais quelque chose) dans les matières scientifiques (maths inclus). J'ai moi-même été convié (comme beaucoup d'autres de mes pairs) à faire des exposés-conférences dans des cégeps dans le but de susciter l'intérêt pour les sciences aux étudiants. Le nombre d'étudiants en sciences diminuant d'année en année. C'est bien qu'il y a un réel problème quelque part... problème que vous mentionnez jamais, bien au contraire. Cette étude PISA est censée concerner des élèves de 15 ans pris au hasard dans tous les pays étudiés. S'agissant du Canada, je suis persuadé (mais peut-être que je me trompe) que les étudiants qui ont participé au test n'ont justement pas été pris au hasard, Ce n'est pas plus compliqué que cela. En effet, il est fréquent que, dans ce domaine entre autres, des informations soient occultées ou falsifiées : de nombreux sites internet «pseudo-officiels» cachent cette réalité : plutôt que d'exposer et de prendre le problème à bras le corps pour tenter de le résoudre, même si ça prendrait du temps et des efforts importants, on préfère édulcorer voire mentir pour toujours valoriser la fameuse « estime de soi ». Il en faut, bien sûr, mais avec modération et discernement, de façon constructive et non pas dans le but de cacher un certain complexe d'infériorité dû à une déficience, et une absence totale de remise en question. Ah, en revanche, ici, tous les élèves (même les jeunes !) ont des tablettes high-tech, des smartphones et autres gadgets. En effet, ça, c'est plus sexy que d'apprendre à lire... Cette « estime de soi » surestimée ressort par exemple de façon flagrante au travers de la teneur des articles que vous postez régulièrement. Alors on pourrait développer longtemps sur les autres aspects, comme la santé (soi-disant quasi-exemplaire ici au Québec, selon votre article, M. Gigon !) : il est pourtant désormais reconnu que le système de santé québécois est très sérieusement perfectible, pour dire les choses gentiment ! plus de 20 heures d'attente aux urgences, en moyenne ; urgences du Québec : pire performance du monde occidental (ce n'est pas moi qui le dit, mais radio-canada) ; 25% des Québécois n'ont pas accès à un médecin de famille ; impossible de se faire soigner à domicile (sauf cas extrêmement urgent, évidemment) ; l'accès aux spécialistes (gynécologues, allergologues, etc...) prend des mois, voire des années !! de nombreux patients (ici, on dit « clients »... sans commentaires...), les plus fortunés, partent aux Etats-Unis pour se faire soigner certaines maladies... Je connais même un Brésilien qui a préféré retourner se faire soigner au Brésil !! Le prix des médicaments ici est exorbitant (rien à voir avec les prix européens pour les mêmes médicaments, souvent 4 à 5 fois moins chers là-bas !). Tout ce que je dis là est vérifiable et sourcé. Même les Québécois admettent aisément qu'il y a un réel problème avec le système de santé. Alors pourquoi un tel article, M. Gigon ? Et si nous parlions du respect de l'environnement....? je n'ai pas vu d'article de vous sur les sables bitumineux, ni sur le déversement de dizaines de milliards de litres d'eaux usées (égouts) directement dans le Saint-Laurent par la ville de Montréal pas plus tard que l'an passé... Et où sont-ils, vos articles décrivant l'état général du réseau routier et des infrastructures au Québec ? moi j'en aurais plein à vous montrer, et surtout à montrer aux immigrants potentiels... qui n'imaginent même pas à quel niveau se trouve la situation sur ce point. Et vos articles sur la fraude ahurissante des coûts exorbitants et complètement injustifiés de la « construction » (ponts et chaussées), etc. Sur le fait, par exemple, que les ingénieurs québécois en viennent à interroger un ingénieur français pour savoir si le fait de repeindre le Pont de Québec (qui est de plus en plus rouillé) lui éviterait un délabrement accéléré ?! Ce sont des choses qui sont faites systématiquement partout (dans les pays occidentaux, et pas que...!), mais pas ici ! Tout ça pour ne pas dépenser d'argent à court terme ! Voilà comment on raisonne ici : sur le court terme, et sur les apparences. Et ça, vous en parlez, M. Gigon ? Bref, j'ai par ailleurs remarqué que, très fréquemment, dans vos articles à peine orientés, vous parlez de la « piètre performance » de la France pour ceci pour cela, de la « France médiocre », etc... à chaque fois, cela sort comme un cheveu sur la soupe, comme une rengaine, comme une obsession ! À vous lire, je ne peux m'empêcher de penser que vous semblez être l'exemple parfait du Français qui renie ses origines et qui se veut plus royaliste que le roi. Après tout, vous en avez le droit, bien sûr, mais là où cela commence à être problématique, c'est que vous diffusez de tels messages lus par des milliers de gens qui, du coup, risquent de prendre vos paroles pour argent comptant (oui, car, comme vous le savez, vous avez une certaine influence) et d'aller au devant de grosses désillusions en immigrant au Québec. Attention, ne me faites pas dire ce que je ne dis pas : on peut avoir de très bonnes raisons de venir s'installer ici, et d'y trouver son compte, bien sûr. Il y a beaucoup de points positifs en faveur du Québec et du Canada. Cela dit, il y a un « mais ». Un gros « mais », même. Ce « mais » dont vous ne parlez jamais, ou que vous cachez. Et cela, c'est très malhonnête. Je trouve en revanche que Madame Nadeau est, contrairement à vous, beaucoup plus loyale et ouverte. Merci, Bonne journée.
  4. Med Tahar

    Admission conditionnelle

    Bonjour, Est ce qu'une admission conditionnée à la réussite de 4 cours pendant la 1ère année (programme maîtrise) est acceptée par l'ambassade pour l'obtention d'un permis d'étude?Merci
  5. Que se passe-t-il en France pour avoir d'aussi mauvais résultats en éducation chez les adolescents ? L’organisme PISA (Programme for International Student Assessment) qui teste les étudiants de 15 ans dans l’ensemble des pays de l’OCDE tous les 3 ans vient de publier les derniers résultats de son étude. Plusieurs matières sont traitées, et tout est segmenté en fonction du sexe, de l’origine de l’adolescent. Plus de 500,000 étudiants du secondaire ont participé à cette évaluation de 2 heures regroupant des questions sur les sciences, les mathématiques, la lecture, ou encore la résolution de problèmes. À l’issue de ces tests, PISA détermine un palmarès mondial où l’on retrouve le classement par pays, par discipline et la progression dans le temps. On remarque cette année que les élèves du Canada se positionnent en sciences en 7ème place, battant ainsi leurs homologues français en 26ème place, en lecture, les élèves canadiens obtiennent la 2ème place contre la 19ème place pour les français et en mathématiques, le Canada en 10ème position et la France en 26ème. Globalement, les étudiants canadiens se situent en haut de la moyenne dans ces trois matières principales, et leurs résultats sont presques identiques à ceux d’il y a trois ans. L’étude conclut aussi que 22,7 % des élèves du Canada sont « très performants » dans au moins un des trois domaines d’évaluation, ce qui les place au huitième rang à ce chapitre. Le pourcentage d’élèves « peu performants » se situe à 5,9 %, bon pour la septième place. La performance française est jugée médiocre, Avec un score de 495 points en sciences, la France se situe légèrement au-dessus de la moyenne de l’OCDE (493), derrière l’Allemagne ou la Belgique (au-dessus de 500 points) Voici le tableau détaillé :
  6. Sarayoo

    Le monde appartient... aux Chinois

    J'ai vu cette vidéo avec passion. Je suis impressionné par cette approche éducative: la discipline. À part les conclusions et les comparaisons hasardeuses du reportage, ca reste quand même un modèle éducatif à suivre. Nos enfants, au lieu de leur apprendre la discipline, on les drogue. J'aurais aimé envoyé mes enfants passer leur scolarité en Chine, mais bon... https://www.youtube.com/watch?v=1BfUwhx7mis
  7. fournier

    Enfants Québecois drogués au Ritalin ?

    source Suite et source
  8. Bonjour à tous ! Je suis en train de finir une licence en sciences de l'éducation en France pour me préparer à devenir enseignante en primaire. Je commence à réfléchir au fait de partir finir mes études au Canada, pour si possible enseigner là bas. Mais je me pose plusieurs questions : Ma licence étant en 3 ans, est ce qu'il pourrait être possible d'intégrer directement une 4ème année par exemple de Baccalauréat en enseignement préscolaire et primaire au Canada ? J'ai vu que ce baccalauréat était contingenté, mais je ne comprend pas ce que cela veut dire exactement ? En faisant des recherches j'ai parfois lu que le métier d'enseignant en primaire était saturé au Québec, est ce qu'il est compliqué de trouver un poste même après avoir obtenu le brevet d'enseignement ? Merci d'avance !
  9. besombila

    CECCE- Frais de scolarité et charge

    Bonjour; Etant en cours de recherche de renseignement sur l’éducation en Ontario; Je me suis intéressé sur les écoles membres du CECCE, et je voulais demandez des renseignement aux parents d'élèves qui envoient leurs enfants dans les établissements CECCE. http://www.ecolecatholique.ca/fr/ Est ce qu'il y a des charges, frais de scolarité (mensuel) payer par les parents ?, ou tout est prise en charge par le Taxe scolaire? http://www.ecolecatholique.ca/fr//Documents-Pour-Linscription_9 Merci M.Beso
  10. Cherrybee

    Couillard, tu vas garder mes enfants

    Un texte qui pourrait faire sourire s'il n'était plein de vérités qui tuent de Bianca Longpré, compage de François Massicotte. Là Philippe, je suis ben écoeurée. Il y aura la grève pour trois jours consécutifs la semaine prochaine. Imagine-toi donc que chez nous, cette grève sera collée à une pédago. Huit jours de congé sur neuf pour les enfants. Surtout, ne t'avise pas de dire que je suis une mère indigne d'être en maudit de devoir prendre congé pour m'occuper de mes enfants. Tu penses que je suis en maudit après les profs? Là tu te trompes. Je trouve que la grève est un vieux moyen de pression quelque peu dépassé, mais je comprends les profs de la faire. Tu veux détruire l'école publique à coups de coupures dans les services essentiels pour nos jeunes. Tu veux enlever à nos enfants les moyens de réussir et d'apprendre. Ça, ça m'écoeure Philippe. C'est pas juste ça qui me met en maudit. Non seulement tu coupes dans nos écoles publiques mais en plus tu veux couper les services à nos plus petits. Tu veux que les CPE, ces lieux où nos petits se préparent à la grande école, ces lieux qui permettent aux femmes d'aller travailler, ces lieux où poussent nos futurs Québécois, deviennent tranquillement des lieux privés, avec moins d'encadrement, moins de services et moins de personnel qualifié. Évidemment, j'imagine que toi, tes kids, et ceux de tes amis, ils n'y vont pas dans ces CPE. Ils ne vont certainement pas à l'école publique non plus. Alors tu ne dois pas savoir de quoi je parle. As tu déjà mis les pieds dans un CPE? As tu déjà passé une journée avec une éducatrice et les six enfants dont elle prend soin, qu'elle éduque, qu'elle console, qu'elle fait grandir? As tu déjà passé la journée avec un prof et ses 25 élèves de 7 ans? As tu déjà passé la journée avec une prof qui doit dealer avec quatre petits qui n'ont pas déjeuné, un qui n'a pas eu son diagnostic de TDA, un qui vient d'atterrir dans une famille d'accueil et cinq qui ont besoin d'orthopédagogie mais qui n'en auront plus à l'école? As-tu déjà fait ça Phil? Sûrement pas. Veux-tu savoir ce qui me met encore plus le feu au cul Phil? C'est que tout ça tombe au même moment où tu as distribué, comme un père Noel à l'avance, des millions aux médecins. Pourquoi aux médecins? Parce que ça tu connais ça. Là tu sais de quoi tu parles. Tes amis sont médecins, c'est ta gang ça mon Phil. Quand tu sais de quoi tu parles, t'en donnes de l'argent et des moyens. D'après moi, tu ne dois pas avoir ben ben d'amis profs ou éducatrice. Je me trompe? Alors là Philippe, la semaine prochaine, je vais aller te porter les enfants pendant la grève. Pis comme tu sembles penser que les CPE n'ont pas tant besoin de moyens, je vais te laisser les plus jeunes aussi. Quatre kids. Va falloir que tu prennes congé quatre jours de suite parce que je n'ai pas le temps de faire l'aller-retour pour la pédago. Comme ma fille a de la misère à l'école chaque jour, tu vas devoir faire un bon deux-trois heures de rattrapage pour reprendre le temps de la grève. Tout est écrit dans sonduo-tang jaune. Pour le grand de 14 ans, va falloir que tu trouves des trucs d'orthopédagogue sur le net, parce que lui il en a besoin. Tu ne pourras malheureusement pas communiquer avec les profs pour les détails de ses devoirs (il les écrit rarement dans son agenda) puisqu'ils seront en grève. Au pire, va sur Allo-prof, y'a rien là. Bonne chance pour faire ça avec les trois autres autour. Il n'a plus d'aide aux devoirs non plus donc attèle-toi pour les leçons. Lui, c'est long à cause de sa difficulté d'attention. Pour mon 4 ans, le CPE l'aide avec sa difficulté d'élocution et il aurait besoin d'une orthophoniste mais la liste est longue, donc, comme pour l'orthopédagogue, trouve des trucs sur internet. Anyways, la vocation du CPE c'est une petite affaire de rien. Pour le bébé, ben lui, tu fais comme les éducatrices, tu t'en occupes. Tu lui donnes son biberon et changes sa couche. Et mes enfants n'écoutent pas de tv la semaine, donc ne les plug pas là-dessus pendant que tu t'occupes des autres. Je sais que pour toi ce sera facile, puisque ton travail de médecin devait être beaucoup plus demandant (à voir ce que tu leur verses comme moyens, ça doit bien aller à la tâche). Là tu vas me sortir que tu dois travailler... Mais là Philippe, ça, ce n'est pas mon problème. Pense à toutes les familles qui doivent prendre congé pour que les profs défendent leur école et leurs services. Ils doivent manquer du travail, prendre des congés à leur frais, pis ça, juste avant Noël. Évidemment, j'imagine que tu n'as jamais gagné 40 000$ par année donc tu ne sais pas ce que c'est que de devoir couper sur l'épicerie quand il manque une journée sur ta paie... Mais bon, il doit bien te rester un peu d'empathie pour les Québécois pour lesquels tu travailles. Quand je vais passer prendre mes enfants, au bout de 4 jours, ne commence pas à me dire que c'était de l'ouvrage. Des enfants Philippe, c'est ça. Pis moi, je veux le meilleur pour mes enfants et pour tous les petits Québécois, surtout en matière d'éducation. Et en passant, j'espère que les CHSDL ne feront pas la grève, parce que ma grand-mère avec démence n'a jamais aimé les libéraux. Imagine si tu dois t'en occuper... Source
  11. a_magnin

    Enseigner l'anglais au secondaire.

    Bonjour à tous ! Je suis enseignant d'anglais langue seconde en France et je souhaite d'ici quelques années pouvoir exercer ma profession au Québec. J'ai déjà fait pas mal de recherches sur les démarches administratives afin de pouvoir obtenir un permis d'enseigner, et j'aurai certainement des questions sur ce sujet. Mais dans un premier temps, j'aimerais savoir si parmi vous se trouvent des enseignants d'anglais langue seconde (ou qui connaissent des enseignants d'anglais) qui pourraient m'indiquer la façon dont s'enseigne l'anglais au Québec. Au vu de ma profession actuelle, le niveau le plus similaire est je pense le secondaire, mais des infos sur le collégial peuvent être aussi bonnes à prendre. Je pense que les renseignements que je cherche me seront fournis durant la formation pédagogique que je devrai suivre (elle semble quasi-obligatoire pour les enseignants hors-Québec) mais je suis quand même curieux et j'aimerais déjà réfléchir à mon adaptation au système scolaire québecois. Voilà j'espère que ce message n'est pas trop confus, et qu'il ne fait pas trop répétition avec un autre sujet ! Bonne journée, Alrick
  12. Selon l'OCDE, sur la base des revenus & #éducation, USA-Canada-Suède sont les 3 pays les + performants http://bit.ly/1DU0077
  13. Bonjour à tous, Je suis étudiante en France pour devenir enseignante. Dans le cadre de mes études, je réalise un travail de comparaison entre l'Ecole laïque en France et l'enseignement religieux dans les écoles Québécoises. Je recherche des témoignages de parents (Québecois ou Français), d'élèves (Québecois ou Français) ou d'enseignants Québécois. J'aimerais savoir: - comment se déroulent ces cours en pratique (description d'un cours); - quels en sont leurs avantages et inconvénients, selon vous (par rapport au système français laïque, notamment); - ce qui vous a étonné, à ce sujet lorsque vous êtes arrivés au Québec; - quel est la place de cet enseignement dans le système éducatif québécois (nombre d'heures...) et quel place accorde-t-on à la religion en général au Québec; -etc... Bref, j'aimerais que vous me fassiez part de votre expérience à ce sujet. Merci d'avance!
  14. Société Des enfants privés de leur droit à l'éducation Le vendredi 7 novembre 2014 Partager classe education Photo : iStockphoto Il y a au Québec des centaines d'enfants qui ne vont pas à l'école, et ce, en raison de la situation d'immigration précaire de leurs parents. Au moins 400 enfants de 6 à 16 ans ont été recensés par le ministère de l'Éducation, mais des milliers sont répertoriés par des organismes communautaires. Dans un rapport publié aujourd'hui, le Protecteur du citoyen du Québec demande au gouvernement de remédier à la situation le plus rapidement possible. Que des enfants soient privés d'éducation est, selon le Protecteur du citoyen, un déni du droit fondamental à l'éducation. Tamara Alteresco nous explique les causes et les conséquences de ce qui semble être un problème répandu, mais qui demeure peu connu. source : http://ici.radio-canada.ca/emissions/le_15_18/2014-2015/chronique.asp?idChronique=354590
  15. Katseyes34

    Yellowknife, pourquoi pas?

    Bonjour à tous, Nous sommes un jeune couple de français avec un bébé de 1 an et nous demeurons actuellement à Montréal où la pression de la ville - et de la vie, devient de plus en plus omniprésente. Nous avions le projet, il y a de cela 2 ans déjà, de nous installer dans les TNO, plus précisémment à Yellowknife, dont nous avions vu des photos incroyables sur le Net. Nous avons nourri ce rêve jusque-là et nous avons décidé de le transformer en projet, finalement! Nous voulons vraiment réussir notre intégration là-bas et donc financièrement, nous pensons qu'il est mieux d'avoir des économies, et donc nous nous laissons 1 à 2 ans pour bien faire. Mais entre temps, on adorerait être en contact avec des personnes ayant vécu ou vivant à Yellowknife et qui pourraient nous soutenir, nous aider, nous faire rêver un peu aussi et puis qui-sait, se rencontrer sur place le moment venu? Toute information est bonne à prendre, à savoir: le coût de la vie, le marché du travail, l'éducation, le logement, le quotidien, les gens sur place, les activités, les transports, les compagnies aériennes pas trop chères pour se rendre... Tout, tout, tout! Merci d'avance!
  16. Article du 1er octobre 2014 sur La Presse Canadienne : http://www.lapresse.ca/actualites/education/201410/01/01-4805478-huit-universites-canadiennes-au-sein-dun-classement-mondial.php
  17. Singapour et la Corée en tête du test de résolution de problèmes du programme PISA de l’OCDE 01/04/2014 - Ce sont les élèves de Singapour et de la Corée qui ont obtenu les meilleurs résultats à la première évaluation par le programme PISA de l’OCDE des méthodes créatives de résolution de problèmes. Les élèves dans ces pays apprennent vite, ils sont très curieux et capables de résoudre des problèmes non structurés dans des contextes inédits. 85 000 élèves venant de 44 pays et économies ont passé le test informatisé, basé sur des situations de la vie réelle et destiné à mesurer les compétences que les jeunes utiliseront face à des problèmes de la vie courante, comme régler un thermostat ou trouver l’itinéraire le plus rapide vers une destination. Le Japon, Macao (Chine), Hong Kong (Chine), Shanghai (Chine) et le Taipei chinois se sont également placés dans le groupe de tête. Les élèves canadiens, australiens, finlandais, anglais, estoniens, français, néerlandais, italiens, tchèques, allemands, américains et belges ont tous obtenu des résultats supérieurs à la moyenne de l’OCDE. Tous les pays qui avaient obtenu de bons résultats dans des disciplines telles que les mathématiques ou les sciences n’ont pas brillé au test de résolution de problèmes. À l’opposé, les élèves au Royaume-Uni, aux États-Unis et au Japon ont mieux réussi en résolution de problèmes que dans les principales matières enseignées à l’école. « Les élèves âgés de 15 ans aujourd’hui qui ont une capacité médiocre en résolution de problèmes seront demain des adultes qui auront des difficultés à trouver et à garder un bon emploi », a déclaré Andreas Schleicher, Directeur par intérim de la Direction de l’éducation et des compétences de l’OCDE. « Les décideurs et les éducateurs devraient refondre les systèmes éducatifs et les programmes d’enseignement de manière à aider les élèves à développer les capacités de résolution de problèmes dont ils auront de plus en plus besoin dans les économies contemporaines». La proportion d’élèves âgés de 15 ans capables de résoudre les problèmes les plus complexes est d’environ un sur neuf (11.4 %) dans l’ensemble des pays de l’OCDE, contre un sur cinq à Singapour, en Corée et au Japon. Dans l’ensemble des pays de l’OCDE, en moyenne près d’un élève sur cinq n’est capable de résoudre que les problèmes les plus simples, ce qui signifie qu’ils ne possèdent pas les compétences nécessaires dans le monde moderne du travail. Les disparités entre filles et garçons en matière de résolution de problèmes sont faibles, en particulier parmi les élèves peu performants, constate le rapport. Mais ce sont de loin les garçons qui obtiennent les meilleurs résultats, sauf en Australie, en Finlande et en Norvège. En moyenne pour l’OCDE, parmi les élèves les plus doués en résolution de problèmes, on compte trois garçons pour deux filles. Le statut socio-économique a un impact beaucoup plus faible sur la résolution de problèmes que sur les autres disciplines étudiées par le PISA, à savoir mathématiques, compréhension de l’écrit et sciences. En France et en Espagne, par exemple, la corrélation entre l’origine socio-économique et les performances est moitié moins marquée qu’en mathématiques. Cependant, les élèves défavorisés ont encore une probabilité deux fois supérieure en moyenne d’avoir les plus mauvais résultats comparativement à leurs camarades plus favorisés. Notes aux rédacteurs : Les résultats du programme PISA de l’OCDE révèlent ce qui peut être fait dans le domaine de l’éducation en montrant de quoi sont capables les élèves dans les systèmes éducatifs les plus performants et s’améliorant le plus rapidement. Les conclusions permettent aux décideurs dans le monde entier d’évaluer les connaissances et les compétences des élèves de leur propre pays en les comparant à celles des élèves dans d’autres pays, de fixer les objectifs à atteindre en se référant aux objectifs mesurables atteints par d’autres systèmes éducatifs, et de tirer des enseignements des politiques et des pratiques appliquées ailleurs. Des notes par pays sont disponibles pour l’Allemagne, l’Angleterre, l’Espagne, les États‑Unis, la France, le Japon (en japonais) etSingapour. Ont participé les pays et économies suivants : Allemagne, Angleterre, Australie, Autriche, Belgique, Brésil, Bulgarie, Canada, Chili, Colombie, Corée, Croatie, Chypre, Danemark, Émirats arabes unis, Espagne, Estonie, États-Unis, Fédération de Russie, Finlande, France, Hong Kong (Chine), Hongrie, Irlande, Israël, Italie, Japon, Macao (Chine), Malaisie, Monténégro, Norvège, Pays-Bas, Pologne, Portugal, République slovaque, République tchèque, Serbie, Shanghai (Chine), Singapour, Slovénie, Suède, Taipei chinois, Turquie, Uruguay. Des résultats régionaux sont également disponibles pour l’Australie, la Belgique, le Brésil, le Canada, la Colombie, les Émirats arabes unis, l’Espagne, et l’Italie. http://www.oecd.org/fr/education/singapour-et-la-coree-en-tete-du-test-de-resolution-de-problemes-du-programme-pisa-ocde.htm
  18. Le Canada a un bien meilleur système d'éducation que la France Publié le 01/06/2012 à 15:18, mis à jour le 01/06/2012 à 16:42 PAR DOMINIQUE FROMENT Courriel ANALYSE - Cela en surprendra sans doute plusieurs, mais si lon se fie à lOCDE, le Canada a un bien meilleur système déducation que la France. Lorganisation donne au Canada une note globale de 7,7 sur 10, ce qui lui confère le 8e rang sur 36 pays, comparativement à une note de 5,8 et une 26e place pour la France. Les États-Unis se classent 19e avec une note globale de 7,0. N.D.L.R. Notre journaliste Dominique Froment décortique depuis quelques jours le rapport Better Life de l'OCDE et nous livre son interprétation. A lire aussi: -Le Canada, "un des plus meilleurs pays du monde" -Le Canada, pas si égalitaire que ça On savait que la Finlande et le Japon ont dexcellents systèmes déducation. Cest donc sans surprise quon les retrouve en tête du classement du rapport Better Life de lOCDE avec une note respective de 9,4 et de 8,8. La Suède (8,1), la Pologne (7,9) et lEstonie, petit pays balte (7,9), suivent dans lordre. Quelques comparaisons Canada/France Voici quelques données utilisées par lOCDE pour établir son palmarès, données qui favorisent toutes le Canada : -Pour ce qui est du nombre dannées de scolarité quun enfant de cinq ans peut espérer accomplir au cours de sa vie, il est de 16,5 ans en France et de 17 ans au Canada ; -Pour la compétence de ses élèves de 15 ans, la France obtient un pointage de 497 pour la compréhension de lécrit, des mathématiques et des sciences, le Canada 527 points. En France, les filles dépassent les garçons de 7 points et de 6 points au Canada ; -Au niveau de légalité des sexes dans le système déducation, le Canada occupe le 13e rang sur 36 pays, la France le 15e rang ; -Quant à légalité sociale de son système déducation, le Canada fait bien meilleure figure que la France avec une 4e place, comparativement à une 33e place pour la France ; -88% des Canadiens de 25 à 64 ans ont obtenu un diplôme denseignement secondaire de deuxième cycle, par rapport à seulement 70 % des Français. - Les systèmes scolaires les plus efficaces sont ceux qui parviennent à transmettre un enseignement de qualité à lensemble des étudiants, écrit lOCDE dans son rapport. En France, 124 points séparent en moyenne les 20% les plus aisés des 20% les plus modestes, plus que la différence moyenne au sein de lOCDE, qui est de 99 points. Ceci semble indiquer que les étudiants issus de milieux plus favorisés reçoivent un enseignement de meilleure qualité au sein du système scolaire français. «Au Canada, poursuit lOCDE, 75 points séparent en moyenne les 20% les plus aisés des 20% les plus modestes. Ceci semble indiquer que le système scolaire canadien prodigue un enseignement de qualité, indépendamment du milieu dont sont issus ses élèves.» source : http://www.lesaffaires.com/secteurs-d-activite/general/le-canada-a-un-bien-meilleur-systeme-d-education-que-la-france/
  19. Les élèves du Canada affichent un rendement élevé, selon l'étude PISA de l'OCDE PC | Par Lauren La Rose, La Presse Canadienne Publication: 03/12/2013 06:09 EST | Mis à jour: 03/12/2013 16:49 EST TORONTO - Une étude publiée par l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) indique que les élèves canadiens affichent un rendement élevé dans les matières principales et secondaires, mais que leur score a diminué en mathématiques et en sciences au fil du temps. Dans le cadre du Programme international pour le suivi des acquis des élèves (PISA), qui est mené une fois tous les trois ans, plus d'un demi-million d'élèves de 15 ans de 65 pays dont 21 000 Canadiens de 900 écoles se sont soumis au test en 2012. Les 10 provinces ont participé mais les trois territoires ont choisi de s'abstenir. Le Canada a publié son propre rapport tiré de ces conclusions, intitulé «À la hauteur: résultats canadiens de l'étude PISA de l'OCDE». L'évaluation était axée principalement sur les mathématiques, mais une plus petite proportion des élèves étaient évalués en lecture et en sciences. Selon cette étude, dont les résultats ont été dévoilés mardi, les élèves du Québec ont par ailleurs obtenu un rendement particulièrement élevé en mathématiques. Alors que le score moyen était de 494 dans l'ensemble des pays participant à l'étude, le Canada affichait une note de 518. La ville chinoise de Shanghai remportait la première place avec une moyenne de 613. Singapour, Hong Kong, Taipei chinois, la Corée, Macao, le Japon, le Liechtenstein et la Suisse ont aussi battu le Canada. Le Canada présentait un score moyen de 523 en lecture et 525 en sciences, soit bien au-dessus des moyennes de 496 et 501. Une fois de plus, Shanghai était championne dans ces matières, avec 570 et 580 points, respectivement. Hong Kong, Singapour, le Japon et la Corée ont battu le Canada dans ces deux matières. La Finlande et l'Estonie ont aussi obtenu de meilleurs résultats en sciences. Au niveau provincial, les élèves québécois sont les seuls à dépasser la moyenne du pays. Toutefois, même si les scores globaux du Canada en mathématiques demeurent élevés, ceux des élèves de 15 ans ont connu une diminution de 14 points au fil des neuf dernières années. Si les scores en lecture sont demeurés stables, ceux en sciences ont diminué significativement, passant de 534 en 2006 à 529 en 2009. Selon le sexe, les garçons ont continué de surpasser les filles en mathématiques dans la plupart des pays participants, dont le Canada, tandis que les filles ont devancé les garçons au Canada et à l'échelle internationale en matière de lecture. Le ministre de l'Éducation de l'Alberta et directeur du Conseil des ministres de l'Éducation du Canada, Jeff Johnson, croit que la position du pays dans le 10e ou 15e percentile est une «bonne nouvelle», malgré une tendance à la baisse. La Nouvelle-Zélande, la Suisse et la Finlande font également partie du lot des bons élèves dont le score a diminué. Selon M. Johnson, plusieurs hypothèses peuvent expliquer la baisse de performance en mathématiques, mais il semble que les ressources monétaires consacrées à la formation des maîtres soient une explication importante. «À la lumière de l'étude, il semble que les juridictions du monde qui ont de bons résultats sont celles qui consacrent le plus de ressources à la qualité et à la formation des enseignants, et s'assurent que les professeurs de mathématiques ont reçu une formation spécialisée dans cette matière, et cela donne des résultats, a-t-il soutenu. Nous examinons les meilleures pratiques partout, pas seulement à l'internationale, mais également au Canada.» Le ministre a ajouté qu'il était important de noter que dans les régions les plus performantes, les étudiants de Shanghai, Hong Kong et Macao viennent tous du même pays: la Chine. source : http://quebec.huffingtonpost.ca/2013/12/03/classement-eleves-canada-etude-pisa-ocde_n_4376514.html
  20. Classement de l'OCDE - Le Québec, élève modèle en mathématiques 3 décembre 2013 | Lisa-Marie Gervais | Éducation Les élèves québécois demeurent dans le peloton de tête pour leurs compétences en lecture, même sils ont perdu quelques rangs. Les élèves québécois demeurent dans le peloton de tête pour leurs compétences en lecture, même sils ont perdu quelques rangs. Déjà parmi les meilleurs au monde en mathématiques, les élèves québécois persistent et signent : non seulement ils sont les premiers au Canada dans cette discipline, mais ils sont aussi les meilleurs en Occident et ne sont surpassés que par cinq pays asiatiques au total. Toutefois, le rendement du Québec en lecture et en science a légèrement diminué par rapport aux années précédentes. Curieux constat, les résultats pour le Québec révélés dans le rapport du PISA 2012 (lacronyme en anglais pour Programme international pour le suivi des acquis) sont exactement les mêmes que pour le cycle précédent. Menée tous les trois ans auprès de jeunes de 15 ans dans les 34 pays membres de lOCDE et dans de nombreux pays partenaires ou des économies-régions, lenquête du PISA permet de mesurer et de suivre sur le long terme leur performance dans certaines disciplines. Le Canada en baisse En ce qui concerna la situation du Canada, sans être catastrophique le pays réussit quand même bien et est nettement au-dessus de la moyenne , il est cependant en constante diminution depuis plusieurs années, surtout en mathématiques, où toutes les provinces ont perdu des plumes, excepté le Québec. « On est inquiets, car on voit que les scores au Canada sont en légère diminution de cycle en cycle », a constaté Andrew Parkin, directeur général du Conseil des ministres de lÉducation du Canada. « La lecture est plutôt stable, mais en maths et en sciences, ça diminue. » Cela na rien de surprenant, ajoute-t-il, rappelant que de récentes enquêtes tout aussi crédibles ont conclu que les Canadiens avaient des efforts à faire en numératie. « Les ministres devraient cibler les maths et voir comment on pourrait faire mieux dans ce domaine », dit M. Parkin. À commencer par regarder de plus près ce qui se fait au Québec, a-t-il ajouté. Au Québec, les élèves francophones réussissent mieux en mathématiques que les anglophones. Même constat à léchelle canadienne. Mais, en règle générale, presque partout dans le monde, les garçons ont de meilleurs résultats que les filles dans cette discipline. En lecture, les filles prennent leur revanche, car cest linverse. Et en sciences, il ny a pas de différences significatives entre les sexes. http://www.ledevoir.com/societe/education/394207/le-quebec-eleve-modele-en-mathematiques
  21. Éducation : Former la relève Publié le 30 janvier 2013 par Jean-François Venne | 209 lectures Sujet(s) : 2013, Enseignement, Les carrières d'avenir, Secteurs d'emploi Laugmentation du nombre détudiants au cégep soutient la demande denseignants, alors que la réduction de la taille des classes fait de même au primaire. Dans tout le réseau, les enseignants spécialisés en langue seconde, en mathématiques et en sciences naturelles et appliquées sont les plus recherchés. Emploi Il faudra 3 783 enseignants de plus par année entre 2012 et 2015, au préscolaire et au primaire, selon le ministère de lÉducation, du Loisir et du Sport (MELS). «À elle seule, la baisse du nombre délèves par classe aura créé 3 500 postes pour les enseignants au primaire entre 2010 et 2013», indique Manon Bernard, présidente de la Fédération des syndicats de lenseignement. Au secondaire, il faudra recruter 1 371 enseignants par année entre 2012 et 2015. Bernard Tremblay, directeur des relations de travail à la Fédération des commissions scolaires du Québec, souligne un problème récurrent de pénurie de main-duvre du côté des enseignants de mathématiques, de sciences et danglais langue seconde. En 2009, les cégeps accueillaient 24 427 étudiants de plus quen 2005. Et les inscriptions continuent de grimper dans plusieurs établissements. Or, les départs à la retraite y sont plus marqués quau primaire et au secondaire. Micheline Thibodeau, porte-parole de la Fédération nationale des enseignantes et des enseignants du Québec, note des difficultés de recrutement dans des domaines comme les techniques de soins infirmiers, de génie, ou en économie. «Les conditions salariales dans ces domaines sont plus intéressantes à lextérieur de lenseignement», explique-t-elle. Un phénomène présent aussi à luniversité, «notamment en sciences naturelles et en génie», selon Frédéric Deschenaux, porte-parole de la Fédération québécoise des professeures et professeurs duniversité. Relève Selon le MELS, 729 enseignants du primaire et 384 enseignants du secondaire prendront leur retraite annuellement entre 2012 et 2015. «Il y a déjà eu une vague de départs à la retraite à la fin des années 1990, on nattend donc pas de départs massifs dans les prochaines années», explique Bernard Tremblay. Lâge moyen des enseignants des commissions scolaires était de 40 ans en 2010, selon le Ministère, et de 44,1 ans au collégial. Il était de 49,5 ans à luniversité en 2008-20091. Portrait statistique Il y a 3 178 écoles préscolaires, primaires et secondaires au Québec, dont 353 sont privées. Le réseau public compte plus de 103 000 enseignants. Au collégial, 48 établissements publics emploient près de 22 000 enseignants. Environ 7 % des étudiants optent pour des collèges privés. Les 19 universités et leurs constituantes occupent plus de 9 400 professeurs2. 11/12 Où travailler? Les besoins se font sentir partout, mais ils sont très prononcés dans les couronnes nord et sud de Montréal en raison de la concentration de jeunes familles. La demande est aussi marquée dans des régions éloignées comme le Nord-du-Québec et la Côte-Nord, où les enseignants se font plus rares. 1. et 2. Rentrée scolaire 2011 Indicateurs de lÉducation édition 2011 Recherchés Audiologistes Éducateurs en service de garde Éducateurs spécialisés Enseignants au primaire et au secondaire Orthopédagogues Orthophonistes Psychoéducateurs Pour aller plus loin Conférence des recteurs et des principaux des universités du Québec Fédération des cégeps Fédération des commissions scolaires du Québec Ministère de lÉducation, du Loisir et du Sport http://www.jobboom.com/carriere/education-former-la-releve/
  22. Laurent

    Canada Le pays le plus instruit au monde

    Le taux de de diplômes au Collégial (lycée) a continué de s'améliorer dans le monde entier au cours de la récession, selon une récente étude économique internationale. Dans les pays plus développés, le pourcentage d'adultes ayant l'équivalent d'un diplôme d'études collégiales est passé à plus de 30% en 2010. Aux États-Unis, il était plus de 40%, ce qui est l'un des pourcentages les plus élevés au monde. Cependant, des améliorations dans l'enseignement supérieur sont plus difficiles à réaliser dans ces pays. Les pays dont l'économie est des plus développées ont eu les populations les plus scolarisées pendant un certain temps. Bien que ces pays n'ont cessé d'augmenter les taux de scolarisation, les hausses ont été modestes par rapport aux pays en développement. Avec à peine plus de 1%, les États-Unis ont eu l'un des plus faibles taux de croissance annuels pour l'enseignement supérieur depuis 1997. En Pologne, un marché émergent, le taux annualisé était de 7,2% de 1997 à 2010. L'OCDE a fourni des informations sur le pourcentage de résidents âgés de 25 à 64 ans ayant fait des études supérieures pour chacun de ses 34 pays membres, ainsi que pour les huit autres nations. Statistiques de 2010 sur le niveau de scolarité, les taux de diplomation, le PIB par habitant et les taux de chômage ont également été fournis par l'OCDE. Les derniers chiffres couvrant les dépenses d'éducation au niveau des pays sont à partir de 2009. Voici les pays les plus instruits au monde 1. Canada Pourcentage de la population ayant une éducation tertiaire : 51% Taux de croissance annuel (2000-2010): 2,4% (5ième plus bas) PIB par habitant: 39 050 $ (11ième plus haut) Le Canada est le seul pays où plus de la moitié de tous les adultes avaient fait des études supérieures en 2010. Cela représente une hausse de 40 pour cent de la population adulte en 2000, alors que le pays est également classé le plus instruit au monde. Le Canada a réussi à devenir un chef de file mondial en matière d'éducation, sans être un chef de file dans les dépenses d'éducation, qui s'élevaient à seulement 6,1 pour cent du PIB en 2009, soit moins que la moyenne de 6,3 pour cent pour l'OCDE. Une grande quantité de ses dépenses se dirigea vers l'enseignement supérieur, dont le pays a dépensé 2,5 pour cent du PIB, derrière les États-Unis et la Corée du Sud. Un des rares domaines où le Canada n'a pas de bons résultats a été d'attirer les étudiants étrangers, qui composent seulement 6,6 pour cent de tous les étudiants du supérieur - inférieur à la moyenne de l'OCDE de 8 pour cent. 2. Israël 3. Japon 4. États-Unis 5. Nouvelle-Zélande Extrait du texte original
  23. source : http://www.lesaffair...ce=dumemeauteur
×

Information importante

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, de réaliser des statistiques de visites et de vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. Conditions d’utilisation Politique de confidentialité Règles