Jump to content

Origine: Le secrétaire d'Etat canadien à la francophonie...


Recommended Posts

  • Habitués

je sais je sais

Beaucoup ne comprendrons pas

Mais je répéte ma proposition de devenir ministre d'état Canadien ou Québecois :D chargé des relations avec les anglophones.

Ponts forts de Mon CV :

* Plusieurs fois Président de BDE sur plusieurs années, dans des classes différentes, et dans des pays différents (BALAISE NON????) on m'appelait même Monsieur le PRESIDENT !!! du BDE biensûr :)

* Argument qui tue : Hitler petit brun moche a bien réussi à embarquer tout une nation vers LA FOLIE, et en créant le mythe de la Race supérieure ARIENNE(grand blond aux yeux bleus), mais moi je rassure aucune folie juste essayer de rétablir la balance et colmater quelques breches entre Francophones/Anglophones

Pensez y!!!

Link to post
Share on other sites

Ben non pour moi vu les spécificités particulières du concept de la langue comme moyen de communication, on peut pas s?offrir le luxe de choisir la langue suivant nos penchants idéologiques mais on là choisis selon notre interet a communiquer avec notre interlocuteur et a nous faire comprendre par lui.

Le Chinois qui tient le dépanneur que je fréquente parle anglais et baragouine seulement quelques mots de français. Je laisse donc mes principes de côté et lui parle en franglais moi aussi car je veux me faire comprendre. En plus, ça me permet de pratiquer mon anglais. Or, je trouve dommage qu'il se coupe ainsi d'un gros pan de la culture québécoise, surtout qu'il est ici depuis près de 20 ans. :( Mais je ne suis pas une ayatollah de la langue française coûte que coûte et je mets de l'eau dans ma vin, bien que je tienne à ma langue comme à la prunelle de mes yeux. J'adore parler, communiquer avec le plus de précision possible, et seule la langue française, qui est ma langue maternelle, me permet ces subtilités.

Pour sa femme, c'est pire: elle ne parle ni anglais ni français, que mandarin! Vous imaginez son isolement? :blink: Or heureusement, elle a décidé récemment de suivre des cours de français. Pour le moment, elle ne connaît que les chiffres - ce qui est pratique quand tu tiens un commerce! ^_^ - mais elle bûche fort pour apprendre le reste. À tous les soirs quand j'y vais, son cahier d'exercices est sur le comptoir. Quand elle me voit arriver, elle me saute dessus et me pointe des mots et expressions qu'elle ne comprend pas. Je les traduis alors en anglais à son mari, qui lui les traduit en mandarin à sa femme. Inévitablement, ça se termine toujours par le mot "difficile", prononcé par la femme en me regardant, l'air découragé. :D

Tout ça pour dire que oui, il faut se comprendre. Mais il y a une limite à plier. Je le fais pour ces Chinois car j'ai de l'affection pour eux et qu'il y a une nette différence entre le mandarin et le français (ça me permet aussi de pratiquer mon anglais et je n'en ai pas souvent l'occasion). Mais je suis moins tolérante quand il s'agit de gens nés ici. Mais bon, c'est sûr que dans un monde idéal, ces Chinois parleraient français... :dodotime:

Une autre anecdote: je suis tombée un jour sur un chauffeur de taxi égyptien. Il avait peine à me parler en français et faisait parfois le "switch" en anglais. Je me suis mise à lui parler en anglais par impatience... et il m'a expressément demandé de ne lui parler qu'en français pour qu'il apprenne. J'ai vraiment trouvé ça bien de sa part et me suis excusé d'avoir eu ce réflexe stupide. Un bonhomme fort sympathique. :) On a discuté longtemps, stationnés devant chez moi, de son bonheur de vivre ici, de sa joie de voir sa fille se faire des amis québécois et parler un meilleur français que lui. On s'est finalement quittés et je l'ai fortement encouragé à continuer à apprendre (il suivait les fameux cours de français subventionnés), tout en le remerciant chaleureusement pour son ouverture vers les francophones.

Ah, si tous les allophones étaient comme lui... :wub:

Le Chinois qui tient le dépanneur que je fréquente parle anglais et baragouine seulement quelques mots de français. Je laisse donc mes principes de côté et lui parle en franglais moi aussi car je veux me faire comprendre. En plus, ça me permet de pratiquer mon anglais. Or, je trouve dommage qu'il se coupe ainsi d'un gros pan de la culture québécoise, surtout qu'il est ici depuis près de 20 ans. :( Mais je ne suis pas une ayatollah de la langue française coûte que coûte et je mets de l'eau dans ma vin, bien que je tienne à ma langue comme à la prunelle de mes yeux. J'adore parler, communiquer avec le plus de précision possible, et seule la langue française, qui est ma langue maternelle, me permet ces subtilités.

Moi ça me choque qu'une personne qui veut immigrer ne sache pas parler la langue du pays ne serait ce

qu'au moins 60%.

Je croyais que l'on faisait passer un test de langue ou bien ai-je rêvé ?

Quel paradoxe vous tenez à la langue française mais vous tolerez des personnes qui ne la parle pas

au Québec ! Je comprends les anglos-québecois de souche mais pas les autres .

Moi je suis pas surpris si le pq perd de l'altitude .

Je suis pas surpris aussi que l'on ne parle pas le Français dans le roc ! Je sais pourquoi.

Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.



×
×
  • Create New...

Important Information

We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue. En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, de réaliser des statistiques de visites et de vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. Terms of Use Privacy Policy Guidelines