Jump to content

Transport routier: encore plus de chauffeurs affamés par les entreprises ontariennes


immigrer.com

Recommended Posts

Halin06f4c975-ae0d-44c2-b7f7-bb6f68ce0b3
MISE À JOUR 

Alors que des compagnies de transport québécoises dénoncent la « concurrence déloyale » de chauffeurs ontariens sous-payés sur nos routes, Le Journal est allé à la rencontre de ces travailleurs précaires qui payent souvent le prix de cette course aux profits. 

En mai dernier, Le Journal avait rapporté que ces « salariés déguisés » ontariens, qui coûtent jusqu’à 40 % moins cher, dérangent l’industrie.

Or, d’après Daniel Bérard, président de Systèmes Danfreight (DFS), dont les revenus dépassent les 100 millions de dollars, la situation s’est dégradée.

 

Ottawa « assis sur son steak » 

« Il y a une invasion des compagnies ontariennes », lance l’actionnaire de DFS. « Le gouvernement fédéral est assis sur son steak », soupire-t-il.

Ce qui choque Daniel Bérard, c’est que pendant qu’il paye un bon six millions par année d’avantages sociaux, ses compétiteurs ontariens recrutent des camionneurs au rabais, les « Chauffeurs inc. », pour éviter de payer les charges.

En gros, il y a ceux qui sont de vrais travailleurs autonomes et qui possèdent leur propre camion et les autres qui se disent « Chauffeurs inc. », mais qui travaillent en réalité pour une entreprise de transport.

« «Chauffeur inc." est un stratagème frauduleux qui dispense les entreprises de transport routier de l’obligation de payer leurs impôts et retenues à la source », estime l’Alliance canadienne du camionnage (ACC).

 
PHOTO FRANCIS HALIN
Amrik Singh Brainch, un camionneur québécois qui apporte des repas aux Chauffeurs inc. ontariens.

« Faciles à exploiter »

Congés de maladie, vacances payées, heures supplémentaires... non seulement les camionneurs sont pénalisés, mais « le stratagème détourne plus d’un milliard de dollars en recettes fiscales », selon l’ACC.

« Souvent, les nouveaux immigrants sont faciles à exploiter », observe Omar Burgan, directeur de la recherche chez Teamsters Canada, qui représente environ 50 000 chauffeurs professionnels au pays.

« Ils s’enrichissent sur le dos des travailleurs. Ça n’a ni queue ni tête », souffle Marcel Massé, assistant-directeur de la division des transports, du syndicat.

Ces derniers jours, Le Journal a rencontré le camionneur lavallois Amrik Singh Brainch, propriétaire de son camion, à Saint-Bernard-de-Lacolle, qui vient en aide chaque jour à ces chauffeurs ontariens sur nos routes.

Au Journal, il a raconté que lorsque lui et son fils mécanicien vont dépanner ces chauffeurs, ils tombent souvent face à des travailleurs qui ont le ventre creux. Pour les aider, ils leur préparent donc des plats gratuitement.

« Dans plus de 75 % des cas quand ils font appel à nous, ils n’ont pas de nourriture, alors je suis fier, je leur en amène. C’est une question d’humanité », confie Amrik Singh Brainch, les yeux humides.

« Il y a aussi le problème des toilettes. Beaucoup d’entreprises les empêchent même d’utiliser leurs toilettes », ajoute-t-il.

 

source et suite: https://www.journaldemontreal.com/2023/01/28/encore-plus-de-chauffeurs-au-rabais

Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

  • Recently Browsing   0 members

    • No registered users viewing this page.


×
×
  • Create New...
Ouvrir un compte bancaire avant mon départ
© 2024 immigrer.com

Advertisement