Jump to content

Des infirmières françaises plus heureuses au Québec


Recommended Posts

Repartir ? Il n’en est pas question pour Magali Rénia, infirmière arrivée de France en 2019. « C’est ici que je me sens chez moi. »

Publié hier à 5h00
Partager

 

  •  
Louise Leduc
LOUISE LEDUC - LA PRESSE

Comme elle, plus d’un millier d’infirmières – fortement courtisées par le Québec, particulièrement depuis le début de la pandémie – ont été recrutées à l’étranger depuis 2019. À l’hôpital du Sacré-Cœur, à Montréal, « en ne prenant en compte que les soins intensifs, on a une trentaine d’infirmières françaises. Heureusement qu’elles sont là », souligne le DMartin Albert, intensiviste dans cet établissement.

Même en pleine pandémie, les infirmiers français interrogés (qui forment le plus gros contingent) sont globalement ravis. Le « temps supplémentaire obligatoire » (TSO) est certes un facteur irritant majeur pour ceux qui doivent en faire, mais ils sont contents d’avoir beaucoup moins de patients à leur charge. Ils sont aussi mieux payés et, expliquent-ils, la philosophie de soins est à la hauteur de l’excellente réputation du Québec en France à cet égard.

Par contre, tous sans exception pestent contre le retard dans l’informatisation des dossiers qui leur font perdre « certainement une heure et demie de soins auprès des patients », calcule Lucie Lottin, qui pratique à l’hôpital Honoré-Mercier, à Saint-Hyacinthe, depuis juin.

Très au fait de son retard informatique, le gouvernement Legault vient d’annoncer l’embauche de 3000 agents administratifs pour prêter main-forte aux infirmières.

 

03a67512de71397a87c9d3e92b3a4532.jpg

PHOTO FOURNIE PAR LUCIE LOTTIN

Lucie Lottin, son conjoint et leurs quatre enfants se sont établis près de Saint-Hyacinthe.

Comme Magali Rénia, installée dans le Plateau Mont-Royal avec sa famille, Lucie Lottin souligne que son conjoint et elle, qui habitent, eux, dans un village près de Saint-Hyacinthe avec leurs quatre enfants, ne se voient pas du tout rentrer en France. « La vie est tellement plus douce, ici », lance-t-elle.

« Je suis peut-être en lune de miel, mais l’autre jour, j’étais en train de perfuser un patient, et par la fenêtre, j’ai vu toute la neige. Je ne m’en lasse pas. Les paysages m’émerveillent ! »

 

suite et source: https://www.lapresse.ca/actualites/sante/2022-01-16/des-infirmieres-francaises-plus-heureuses-au-quebec.php

Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

  • Recently Browsing   0 members

    • No registered users viewing this page.


×
×
  • Create New...

Important Information

We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue. En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, de réaliser des statistiques de visites et de vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. Terms of Use Privacy Policy Guidelines

Ouvrir un compte bancaire avant mon départ
© 2022 immigrer.com

Advertisement