Jump to content

Mal de pays que faire ?


Recommended Posts

Bonjour à toute et à tous

Ma question n'est certainement pas nouvelle mais en gros :

je suis arriver le 12 aout à Montréal et je suis mis comme convenu avec la loi en isolement de 14 jours à mon arrivée 6 jours ont passé et je vis avec un malaise et un coup de blues énormes et hésite à prendre un billet retour pour la France car ma famille me manque énormément ( j'ai appelé l'ambassade qui m’a mis en relation à un service pour que je puisse parler avec quelqu'un et cette personne en a conclu que je faisais une dépression sévère et que si après cet isolement de 14 jours cela prend une plus grosse ampleur il serait judicieux de rentrer et remettre mon voyage à plus tard sachant que mon PVT  est activé ) 

 

 Que faire selon vous ?

Link to post
Share on other sites
  • Habitués

Si vous n'avez jamais été séparé de votre famille ou vécu seul... c'est peut être normal.  En plus, l'immigration ce n'est pas fait pour tout le monde et c'est difficile. 

J'avoue que la, ça peut être extraordinaire de rester en dedans pour les 14 jours...  mais la vie n'est pas normal non plus.  Les contacts avec autrui seront difficile tant que la pandémie n'est pas chose du passé.  

Donnez-vous au moins jusqu’à la fin du mois ... et repensez-y pour peut être revenir une fois les choses revenus a la normale.  

 

 

Edited by josee19963
Link to post
Share on other sites
  • Habitués

Essayez de trouver une activité pour meubler utilement cette période de confinement.  Lire sur l'histoire, la géographie etc. du Québec ?  Faire des recherches sur les entreprises qui vous intéresseraient pour un éventuel emploi ?  Suivre une formation courte en ligne ? Regarder des documentaires sur le site de l'Office national du film ? Le temps passera plus vite et vous vous ennuierez moins si vous avez un plan.  Courage !

Link to post
Share on other sites
  • Habitués

Vous pouvez aussi visionner des émissions télévisées québécoises, elles vous familiariseront un peu avec la culture d'ici.

Il y a Télé-Québec qui offre gratuitement plusieurs émissions. 

 

https://www.telequebec.tv/

 

L'isolement c'est difficile pour tout le monde. Vous, vous devez en plus le faire dans un coin que vous ne connaissez pas. Tenez bon, vous avez presque fait la moitié du chemin pour la quarantaine. 

Edited by Azarielle
Link to post
Share on other sites
  • Habitués

Bonjour

il est normal de vivre une telle chose dans les mesures actuelles contre le covid... mais meme si cous rentriez en France vous alliez devoir vous isoler encore une fois... donc attendez de passer la periode d isolement puis. Sortez découvrir la ville.

je n’ai visitè montreal qu’en hiver mais on m a dit que c’est tres agreable en ete.

 

Link to post
Share on other sites
  • Habitués
il y a 2 minutes, bil_Northolt a dit :

si tu es Français, va faire un tour au Mont Royal. tu trouvera plein de Français. tu pourra échanger avec eux et te sentir moins dépaysé.

 

louis1997 est en quarantaine...

Link to post
Share on other sites
  • Habitués
il y a 1 minute, bencoudonc a dit :

louis1997 est en quarantaine...

après sa quarantaine 😅.

J'ai vécu en Angleterre et en France mais le seul pays où j'ai senti le mal de pays est le Canada. mais avec le temps, travail et amis on s’habitue rapidement. 

Link to post
Share on other sites
il y a 8 minutes, bil_Northolt a dit :

après sa quarantaine 😅.

J'ai vécu en Angleterre et en France mais le seul pays où j'ai senti le mal de pays est le Canada. mais avec le temps, travail et amis on s’habitue rapidement. 

Merci des conseils, je les prends avec plaisir, je me laisse 2 bons mois, je pense pour m'adapter, car j'étais déjà venue à Montréal 2 fois au mois de décembre et au mois de février, mais c'était avant le covid. 

Link to post
Share on other sites
1 hour ago, bil_Northolt said:

après sa quarantaine 😅.

J'ai vécu en Angleterre et en France mais le seul pays où j'ai senti le mal de pays est le Canada. mais avec le temps, travail et amis on s’habitue rapidement. 

Je ne suis donc pas le seul!  moi aussi j'ai vécu dans plusieurs pays étrangers (pas que occidentaux) et le seul endroit où j'ai le mal du pays (et aussi le mal des autres pays où j'ai vécu!), et bien c'est le Canada où je vis actuellement.

Mais bon être à Montreal est quand même un moindre mal car tu es entouré de francophones si ce n'est de français... par contre dans les autres provinces (Ontario pour pas citer) et bien c'est encore plus dur

Link to post
Share on other sites
  • Habitués
il y a 3 minutes, JeanFelix a dit :

Je ne suis donc pas le seul!  moi aussi j'ai vécu dans plusieurs pays étrangers (pas que occidentaux) et le seul endroit où j'ai le mal du pays (et aussi le mal des autres pays où j'ai vécu!), et bien c'est le Canada où je vis actuellement.

Mais bon être à Montreal est quand même un moindre mal car tu es entouré de francophones si ce n'est de français... par contre dans les autres provinces (Ontario pour pas citer) et bien c'est encore plus dur

Exacte. J'ai aussi le mal du pays et des autres pays oú j'ai vécu avant d'arriver au Canada. 

Je ne sais pas que ce que le Canada a de particulier pour nous donner ce sentiment mais j'espère qu'on finira par s'habituer.

Link to post
Share on other sites
8 minutes ago, bil_Northolt said:

Exacte. J'ai aussi le mal du pays et des autres pays oú j'ai vécu avant d'arriver au Canada. 

Je ne sais pas que ce que le Canada a de particulier pour nous donner ce sentiment mais j'espère qu'on finira par s'habituer.

Content d'avoir lu ton post dude.  Moi j'ai l'impression que ça vient vraiment du Canada et rien d'autre. J'ai vécu aux US et je trouvais ça génial les US (mais pas que ce pays).  Par contre le Canada a beau être en Amérique du Nord, il y a quelques "vibrations" étranges ici...

Link to post
Share on other sites
5 hours ago, Azarielle said:

Vous pouvez aussi visionner des émissions télévisées québécoises, elles vous familiariseront un peu avec la culture d'ici.

Il y a Télé-Québec qui offre gratuitement plusieurs émissions. 

 

https://www.telequebec.tv/

 

L'isolement c'est difficile pour tout le monde. Vous, vous devez en plus le faire dans un coin que vous ne connaissez pas. Tenez bon, vous avez presque fait la moitié du chemin pour la quarantaine. 

 

Non je ne penses pas (perso) que visionner des vidéos du pays local est une bonne idée pour combattre une dépression sévère due à l'isolement dans une nouveau pays. Au contraire, moi je le combats en consultant un max de ressources en lien avec la France: visionnage de films français, livres en français qui se passent en France,  vidéos YT en lien avec la France ....

Link to post
Share on other sites
  • Habitués
Il y a 2 heures, louis1997 a dit :

C'est intéressent quand même de voir le ressentie de tout le monde de voir que même ceux qui ont l'habitude de voyager ont plus de mal ici. (Canada)
Il faut espérer que ce mal du pays passe vite. 

L'expérience de chaque individu est différente, louis1997 ; tu ne peux pas généraliser à partir de deux expériences. 

Link to post
Share on other sites
  • 2 weeks later...

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

  • Similar Content

    • By Milaszlow
      Bonjour a tous, 
      J'écris aujourd'hui pour m'aider a y voir plus clair et obtenir votre aide. Je vis quelque chose que je n'aurai jamais pensé ressentir : La dépression lié sûrement au mal du pays. 
      J'ai 33 ans, je suis parti en septembre 2016 en PVT à Montréal avec mes deux enfants de 3 et 5 ans et ma femme. Ce nouveau départ répondait à un ras le bol du climat économico-social de la France, une envie d'aventure (nous avons fait le tour de l'Océanie pendant 3 mois avant d'arriver à Montréal) et le désir d'une nouvelle vie. 
      Nous avons trouvé tout cela à Montréal. Une qualité de vie bien meilleure que celle que nous avions en région parisienne, une maison avec 3 chambres à 20 min du centre ville pour le prix d'un studio a Paris, du travail trouvé très facilement, de nombreuses activité gratuites pour les familles, un sécurité, un accueil a bras ouverts, un réel climat de "bien vivre ensemble". Nous avons adoré l'hiver, la neige en abondance, les patinoires partout dans la ville, le ski a 30 min....
      Mais voilà aujourd'hui que ma famille me manque a un point que je n'aurai pu imaginer et pleins d'autres choses me donne envie de rentrer au plus vite. Je n'ai pas été présent aux 30 ans de mon frère et voir toute ma famille réunit, heureuse, sans moi, sans mes enfants et ma femme m'a déchiré le coeur. Je me rends compte que je ne pourrais supporter de ne pas être présent aux 2-3 réunions de famille annuelle. A cela s'ajoute tous ces autres points qui rendent notre expatriation de plus en plus difficile :
      - pas d'école publique avant 5 ans, nous avons donc dû mettre nos enfants pendant un an dans une garderie privé donc le coût s'élève entre 750$ et 1000$/mois par enfant. Mon aîné a pu rentrer à l'école en septembre mais mon second ne pourra pas l'année prochaine car il est né le 1.10 et qu'il faut avoir 5 ans révolu au 30 sept. Vous pouvez demander une dérogation mais cela est compliqué, la règle c'est la règle, béni soit l'école gratuite à partir de 3 ans en France
      - mes enfants commencent a prendre l'accent Québécois surtout le deuxième, c'est marrant quand c'est les autres mais je peux vous assurer que lorsque votre fils commence a parler comme eux ça fait très bizarre
      - En Pvt, il est très difficile de se faire soigner, je touche du bois car mes enfants sont en bonne santé mais votre assurance ne permet pas de faire des RDV de suivi, nous sommes couvert qu'en cas d'accident. Une consultation à Montréal coûte plus de 150$. Ma femme a dû aller aux urgence un soir, cela m'a coûté 900$ que l'assurance devrait me rembourser mais en cas d'hospitalisation c'est 3500$/jour a avancer, impossible, béni soit la santé gratuite en France.
      - Professionnellement nous avons trouvé facilement du travail mais j'ai démissionné à 3 reprises car leur façon de travailler est très différente. Certes, il est génial de finir ses journée à 17h voir 16h, mais le manque de process, de hiérarchie ou d'organisation, peut rendre le travail difficile pour un français. En tant que commercial, cela est d'autant plus dur car bcq de postes sont proposés sans salaires minimum uniquement à la commission.
      - La nourriture manque terriblement, on ne se rend pas compte a quel point nous mangeons exceptionnellement bien en France, le vin, le fromage, cela manque cruellement au bout d'un moment
      - Nous vivons en autarcie en famille car nous connaissance très peu de personnes et sincèrement nous n'avons pas le goût de se récréer un cercle d'amis car nos amis de toujours nous manque cruellement aussi 
       
      Je pourrais continuer la liste mais la question est la suivante : dois je rentrer avec toute ma famille pour retrouver une vie que ne me plaisait plus sachant que je l'apprécierai beaucoup plus maintenant car cette expatriation m'a rappelé à quel point nous sommes choyé en France. Est ce que je ne vais pas regretter d'être rentrer lorsque je devrais de nouveau me confronter aux transports en commun saturé de la région parisienne et regretter cette qualité de vie que nous avions trouvé? Sûrement... Le retour s'annonce aussi compliqué que le départ car nous devons tout recréer, cela donne l'impression d'être dans une impasse.
       
      En résumé, nous avons trouvé beaucoup de bonnes choses qui nous ont rendu heureux à Montréal mais il y a quelque chose que nous ne pouvons pas retrouver en expatriation : L'amour et la proximité de sa famille. Ma mère a pris sur elle quand nous sommes partis et elle l'a accepté mais maintenant je me sens coupable et je ne veux plus priver mes enfants de la chance de vivre aux côtés de leur grand-mère et d'une éducation de qualité.
       
      Cela fait du bien d'écrire son ressenti. Les commentaires pour réagir à une expérience similaire sont les bienvenus.

       
    • By immigrer.com
      Eh oui, ça prend souvent en plein hiver après des mois d'hivernation et notre blogueuse du Plateau est atteinte du symptôme.

      À lire en page d'accueil.

      Et bonne lecture !
    • By sylvia2013
      Bonjour,
      voilà j'ai vecu dix mois au Canada. Tout se passait bien jusqu'à ce que je fasse une grosse dépression pour laquelle j'ai été interné pendant trois en hp à Montréal. J'ai été rapatriée. Je me demande si mes chances pour présenter une résidence permanente est compromise. Je sais qu'il faille déclarer toutes hospitalisations au Canada, ainsi que le traitement suivi, car le gouvernement passe au peigne fin toutes déclarations. Il est prévu par la loi qu'ils peuvent refuser toute demande si celle ci peut se révéler lourde pour la sécurité sociale ou pouvant mettre en question la sécurité des canadiens. Faut il le déclarer lors de la visite médicale et accepter d'être soumise à un entretien avec un psychiatre?
      Je me pose beaucoup de questions quant à mes chances d'obtenir la résidence permanente aujourd'hui.

      *trois jours
    • By Patoon
      Bonjour à tous

      Pour faire une histoire courte comme on dit ici enfin où plutôt je vais tenter d'être le plus synthétique. Enfin, je vais faire de mon mieux...

      Nous sommes partis de notre pays la Belgique en 2011. Mon épouse avait un poste de fonctionnaire stable. Quant à moi, j'avais un travail stable mais dont j'avais fait largement le tour. Je ne pouvais changer de travail car je coûtais trop cher en ancienneté et dans mon beaux pays, il aurait fallu que j'aille au chômage 6 mois pour qu' un potentiel employeur ai des primes à l'embauche...Du grand n'importe quoi...Nous avons décidé de partir au Québec.On en avait marre de l'insécurité, de l'assistanat ambiant, du manque de perspectives, de la crise linguisitique très grave,... C'était moi l'initiateur du projet. Mais comme nous sommes plutôt à prendre toutes nos précautions, nous avons veillé à avoir la reconnaissance de nos diplômes avant d'introduire notre demande de certificat de résidence permanente. Bref, nous avons entamé les démarches en 2009 pour aboutir enfin à un oui en 2011 que ce soit pour la reconnaissance de nos diplômes et notre certificat de résident permanent.

      Arrivé ici, j'ai tout de suite travaillé dans mon domaine en étant un peu exploité certes mais en étant capable de faire vivre toute ma famille. Ma femme s'est mise à chercher un travail qques mois plus tard et a trouvé facilement un ou "une" job à temps partiel... Nous avions un projet de nous mettre à notre compte. Mais voilà que le sentiment de vide intérieur me vient. Cela fait 16 mois qu'on est ici et mes racines me manquent. C'est étrange parce qu'en soit si je dois rentrer ce n'est pas pour ma famille ni pour ce que va devenir mon pays qui se divise pour le moment entre flammands et francophones...et dont les conséquences sociales et économiques risquent d'être énormes. Mais je sens comme si ces racines me manquent et je finis même par regretter l'inconfort qui me faisait tant pester dans mon pays...Et le stress commence à m'envahir car je sais que si on n'est pas rentré pour le mois de juin mon épouse et moi perdront notre travail et il sera très dur de rentrer car dans notre domaine, il n'y a pas de perspectives... Si seulement, on pouvait avoir plus que deux ans pour nous laisser le temps... mais on sait que si on reste au mois de juin on perdra des emplois stables.... Le pire c'est que mon épouse s'est bien adaptée mais commence à ne pas être bien à cause de moi qui me pose tant de questions... Je sais qu'on ne peut avoir de réponses et que chaque situation est particulière. Mais néanmoins, j'aimerais votre avis... et vous partager cette errance que je vis pour le moment. J'avais très peur de ce sentiment d'être déraciné avant de partir. J'ai néanmoins franchi cette étape frustré principalement par l'absence de perspectives dans mon pays. Mais une fois ici, je me demande si le jeu en vaut la chandelle...

      Ce qui est d'autant plus étrange, c'est qu'on a fait une immigration sans faute. On a trouvé un job dans notre domaine. Notre fille est à une très bonne école et notre fils a une très bonne garderie. Ils ont l'air tous deux de trouver leur équilibre. On a un réseau social et sympathisé avec certains Québecois. Nous avons toujours été conscients qu'on doit faire sa place ici et que personne nous attend. C'est bien normal chacun a construit sa vie et a ses amis, ses obligations... On pensait que tout se ferait difficilement et tout s'est fait dans l'ensemble facilement. Le seul bémol c'est que je travaille comme un fou depuis que je suis arrivé ici.

      Vous n'êtes pas à ma place mais qu'évoque pour vous notre situation? Que feriez-vous si vous l'étiez?

      Impatient de vous lire. Merci d'avance pour le temps que vous prendrez à me répondre.

      Bonne nuit ou bonjour...
  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.



×
×
  • Create New...

Important Information

We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue. En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, de réaliser des statistiques de visites et de vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. Terms of Use Privacy Policy Guidelines

Ouvrir un compte bancaire avant mon départ
© 2021 immigrer.com

Advertisement