Jump to content

Trump gèle les cartes vertes et de nombreux visas de travail jusqu'en 2021


Recommended Posts

Donald Trump, en campagne pour sa réélection le 3 novembre, a décidé lundi un nouveau tour de vis migratoire avec le gel des cartes vertes et de certains visas de travail jusqu'en 2021, au nom de la lutte contre le chômage.

 

 

Confronté à la destruction brutale de millions d'emplois en raison des mesures de confinement, le président républicain avait décidé il y a deux mois de suspendre pour 60 jours la délivrance des «green cards», qui offrent un statut de résident permanent aux États-Unis, sans toucher aux visas de travail temporaire.

Un nouveau décret, qu'il doit signer dans l'après-midi, prolongera cette «pause» jusqu'au 31 décembre et inclura cette fois plusieurs types de visas de travail, dont les H1-B très utilisés dans le secteur des hautes technologies, a annoncé un haut responsable.

Sont également concernés les visas H2B réservés aux travailleurs peu qualifiés (avec une exception pour les employés de l'industrie alimentaire), les visas J utilisés pour les étudiants-chercheurs ou les visas de transfert intercompagnies qui servent pour certains contrats expatriés.

Selon ce responsable, cette «pause» devrait empêcher au moins 525 000 étrangers d'entrer sur le sol américain et réserver leurs emplois à des Américains. 

 

suite et source: https://www.tvanouvelles.ca/2020/06/22/trump-gele-les-cartes-vertes-et-de-nombreux-visas-de-travail-jusquen-2021

Link to post
Share on other sites
  • 3 weeks later...
  • Habitués
35 minutes ago, tracetaroute said:

mince alors... vous pensez que c'est la même chose pour les visas touristiques ? 

 

Visa touristique influence en rien le marché du travail.

 

Après faut être un peu suicidaire pour aller en vacances aux USA à l'heure actuelle.

Link to post
Share on other sites

Hello, je pars régulièrement en déplacement avec des visas touristiques donc cela peut impacter le marché du travail dans certains cas :)  et je ne parlais pas de partir de suite mais quand les choses ce seront calmé bien entendu.. je ne suis pas suicidaire je te rassure.

Link to post
Share on other sites
  • 3 weeks later...

Bonjour, tout est gelé jusqu'en 2021 ? pour tous les pays ? le tourisme va vraiment se casser la figure, non ?

Link to post
Share on other sites
  • Habitués
Posted (edited)
Il y a 1 heure, Lorraine76 a dit :

Bonjour, tout est gelé jusqu'en 2021 ? pour tous les pays ? le tourisme va vraiment se casser la figure, non ?

2021... c’est dans 5 mois... pas la mer à boire!

Je ne suis jamais d’accord avec Trump... mais pour une fois, c’est le gros bon sens... il y a un haut taux de chômage en Amérique du Nord. Faut trouver des emplois aux locaux avant d’importer des chômeurs. 
 

Edited by josee19963
Link to post
Share on other sites
  • 5 weeks later...

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
  • Similar Content

    • By immigrer.com
      GRC  POPULAIRE
      Harcelé parce qu'il parlait mal anglais?
      Christopher Nardi | Agence QMI
      | Publié le 15 mai 2018 à 06:38 - Mis à jour à 06:43
       
      Un francophone vient de remporter une première bataille devant les tribunaux pour faire reconnaître le «harcèlement» que lui a fait subir la GRC. La police nationale l’aurait même poussé à partir parce qu’il ne maîtrisait pas suffisamment bien l’anglais.
      «On m’a forcé à démissionner parce que mon anglais n’était pas assez bon [...] Je n’ai jamais commis une seule faute professionnelle», s’est insurgé Éric Frémy lors d’une entrevue avec «Le Journal de Montréal».
      Le dédale administratif que vit cette ex-recrue de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) est «particulièrement tortueux», écrit le juge de la Cour fédérale Sébastien Grammond.
       
       
      Ce dernier a exigé récemment qu’un arbitre se penche de nouveau sur la démission de M. Frémy afin de déterminer si elle «a été donnée sous la contrainte et [si] elle doit être déclarée invalide. [...] Trop d’éléments de preuve laissant croire que la démission de M. Frémy n’était pas volontaire ont été écartés par les arbitres [qui ont d’abord entendu la cause]».
        M. Frémy est un ingénieur de formation, né en France, mais ayant vécu une vingtaine d’années au Québec.
      En 2007, il se joint à la GRC. Unilingue francophone, il dit qu’on l’avait assuré que le fait qu’il ne parlait pas anglais ne poserait aucun problème à la police nationale d’un pays dont le français est une langue officielle.
      Après son passage à l’école de la GRC à Régina, la police a exigé qu’il intègre un nouveau projet pilote l’envoyant dans un régiment anglophone en Colombie-Britannique pour suivre sa formation pratique tout en apprenant l’anglais en 2009.


      source et suite: http://www.tvanouvelles.ca/2018/05/15/harcele-parce-quil-parlait-mal-anglais
    • By immigrer.com
      Les jeunes Canadiens qui fréquentent une école francophone sont plus habiles que leurs pairs qui étudient dans des écoles anglophones lorsque vient de temps de résoudre des problèmes mathématiques, mais se situent légèrement sous la moyenne en termes de lecture, montre un rapport du Programme pancanadien d'évaluation.
      Selon cette enquête menée en 2016 auprès d'environ 27 000 élèves de secondaire 2 de partout au pays et dévoilé lundi, le système scolaire anglophone forme des étudiants plus aptes à lire et comprendre des textes dans toutes les provinces, incluant le Québec. Tant en anglais qu'en français, 12 % des élèves ont des faiblesses notables en lecture, mais 15 % des étudiants anglophones ont atteint un rendement supérieur dans ce domaine, contre seulement 10 % des francophones.
      Ces derniers, et tout particulièrement les Québécois, se sont toutefois démarqués en mathématique. Le Québec est la seule province à avoir affiché un rendement supérieur à la moyenne canadienne en mathématique. Les élèves fréquentant des écoles francophones dans toutes les provinces, exception faite de l'Alberta et du Manitoba, ont aussi eu de meilleurs résultats dans cette matière que leurs pairs dans le réseau anglophone.

      http://www.tvanouvelles.ca/2018/04/30/les-jeunes-quebecois-champions-des-mathematiques-au-canada-1
      Par ailleurs, les élèves du réseau francophone québécois ont aussi obtenu de meilleurs résultats au test en sciences que les anglophones de la province. À l'échelle du pays, ce sont les jeunes Albertains qui ont le mieux tiré leur épingle du jeu dans cette matière, tandis que le Québec s'est retrouvé dans la moyenne.
    • By Laurent
      Pénurie de main-d’œuvre  POPULAIRE
      Au moins 5000 camionneurs recherchés partout au Québec
      Sébastien Dubois | TVA Nouvelles
      | Publié le 1er mars 2018 à 14:00 - Mis à jour le 1er mars 2018 à 14:02
       
      L'industrie du camionnage vit comme d’autres secteurs d’activité des difficultés à recruter de la main-d'œuvre.
      On estime avoir besoin d'au moins 5 000 à 6 000 camionneurs en ce moment à la grandeur du Québec.
      «La demande augmente et les entrants, les gens qui veulent travailler, diminuent. La majeure problématique elle est là puisque pour deux  travailleurs qui quittent la profession, c'est un travailleur qui entre», précise le directeur du Centre de formation en transport de Charlesbourg Eddy Vallières.
      La pénurie de main-d'œuvre est à ce point importante que des compagnies de transport font du démarchage directement dans les écoles pour recruter de la main d'œuvre avant même que les étudiants aient terminé leur formation.
       
      source et suite: http://www.tvanouvelles.ca/2018/03/01/au-moins-5000-camionneurs-recherches-partout-au-quebec
       
    • By immigrer.com
      Assouplissement potentiel des règles
      Vers l'accueil d'immigrants handicapés et malades?
      Agence QMI
      | Publié le 22 novembre 2017 à 21:03 - Mis à jour le 22 novembre 2017 à 21:1
      Le ministre de l'Immigration, des Réfugiés et de la Citoyenneté, Ahmed Hussen, a ouvert la porte mercredi à un assouplissement des règles entourant l'immigration de personnes handicapées ou malades.
      Selon la réglementation en vigueur, une personne ne peut immigrer au Canada si son état de santé peut engendrer des coûts annuels plus élevés que le prix moyen pour soigner les Canadiens, soit 6655 $ par personne par année.
      «Ce règlement doit changer. Il ne correspond tout simplement pas à nos politiques gouvernementales en matière d'accessibilité, mais aussi à l'opinion grandissante des Canadiens selon laquelle nous devrions avoir une société inclusive», a fait valoir le ministre Hussen devant le Comité permanent de la citoyenneté et de l'immigration.
      Les détracteurs des règlements actuellement en place font valoir que la loi est injuste. Amalia Loyzaga, du Centre d'action des aidants naturels de Toronto, a fait valoir au «Toronto Star» que 150 aidants naturels étrangers se sont fait refuser leur résidence permanente en 2014 parce qu'ils ont un enfant nécessitant des soins médicaux. «C'est clair que cette loi est discriminatoire contre les personnes handicapées. [...] Nous ne pouvons plus attendre. Nous devons obtenir une abrogation immédiate de ce régime médical discriminatoire», a-t-elle dénoncé.
       
      suite et source: http://www.tvanouvelles.ca/2017/11/22/vers-laccueil-dimmigrants-handicapes-et-malades-1
    • By immigrer.com
      Avec un taux de chômage historiquement bas et 10 000 emplois disponibles dans la région, les agences de placement croulent sous les demandes d’employeurs, qui ne savent plus comment dénicher des candidats.
       
      La pénurie de main-d’œuvre est encore plus importante que ce que «Le Journal de Québec» rapportait lundi en faisant étant de plus de 6300 postes à pourvoir dans la région, selon Jobillico. Selon les chiffres d’Emploi-Québec obtenus par «Le Journal», les sites de placement en ligne pour les régions de la Capitale-Nationale et de Chaudière-Appalaches affichaient respectivement 6600 et 3400 offres d’emploi, en date du 12 octobre.
       
      Cette pénurie historique de main-d’œuvre chamboule le marché de l’emploi à Québec. Selon plusieurs experts en recrutement interrogés par «Le Journal», les employeurs doivent maintenant prévoir l’embauche d’employés, des mois à l’avance. «La plupart des entreprises attendent d’avoir les deux gros orteils dans le précipice avant d’agir. Il faut les éduquer à la rareté de la main-d’œuvre», mentionne Marcel Bérubé, président de l’agence de placement, Groupe Perspective.
       
      Source
    • By immigrer.com
      Taux de chômage à Québec
      Pénurie de main-d’œuvre: des impacts importants pour des entreprises
      Jean-François Racine | Agence QMI
      | Publié le 12 septembre 2017 à 23:06 - Mis à jour le 12 septembre 2017 à 23:14
       
       
      Le taux de chômage historique de 3,8 % dans la RMR de Québec commence à mettre beaucoup de pression sur des entreprises en pénurie de main-d’œuvre qui jonglent avec des quarts de travail impossibles à combler.
      Dans la restauration rapide, des établissements comme Tim Hortons et McDonald’s ont choisi de fermer pendant la nuit parce qu’ils n’étaient plus en mesure d’offrir un service 24 heures à la clientèle.
      Des offres d’emploi sont affichées avec la mention «urgent» en grosses lettres. Des commerces proposent aussi aux candidats de choisir leurs vacances avant leur embauche.
      «C’est l’enfer. Pas de bon sens! Autour de moi, ça ferme la nuit. Ça nous donne plus de clients, mais le personnel réduit trouve ça trop dur et je dois rentrer pour aider», a expliqué l’ancien hockeyeur Pierre Sévigny, qui dirige le Tim Hortons de la rue Bouvier depuis 13 ans.
        Situation exceptionnelle   Ce dernier précise qu’il lui faudrait six employés supplémentaires à temps plein, le jour, en excluant l’absentéisme imprévisible. «J’ai même engagé une travailleuse étrangère qui ne parle pas français encore. J’en ai besoin. On ne reçoit pas de c.v.»
      Selon Valérie Randone, directrice du bureau de Québec de Drake International, une firme spécialisée en recrutement, la situation actuelle est exceptionnelle.
       
      suite et source: http://www.tvanouvelles.ca/2017/09/12/penurie-de-main-duvre-des-impacts-importants-pour-des-entreprises
    • By immigrer.com
      Salon du Bourget
      Des centaines d’emplois en aéronautique créés à Montréal
      Philippe Orfali | Agence QMI
      | Publié le 20 juin 2017 à 15:39 - Mis à jour le 20 juin 2017 à 15:40
       
       
      Trois entreprises québécoises ont annoncé la création ou la consolidation de pas moins de 730 emplois spécialisés dans la région de Montréal, mardi, au Jour 2 du Salon international de l’aéronautique et de l’espace de Paris.
      La chaleur caniculaire qui s’abat sur Paris depuis plusieurs jours n’empêche pas les milliers d’entreprises présentes au salon du Bourget de brasser des affaires qui rapportent gros. C’est notamment le cas de CAE, chef de file en formation et simulations dans les domaines de l’aviation civile et de la défense.
      L’entreprise basée dans l’arrondissement de Saint-Laurent, présente dans 35 pays, prévoit recruter quelque 330 personnes au Québec, et 700 dans le monde, au cours des prochaines années. Une situation qui découle notamment de l’annonce de la signature mardi d’une série de contrats pour des solutions de formation en aviation avec des sociétés aériennes de l’Inde et de l’Afrique, évalués à 85 millions $. Ces contrats couvrent la formation de pilotes de ligne et du personnel de cabine, le recrutement de personnel d’équipage, des programmes de formation de pilotes pour l’aviation d’affaires et la vente de quatre simulateurs de vol.
       
      suite et source: http://www.tvanouvelles.ca/2017/06/20/des-centaines-demplois-en-aeronautique-crees-a-montreal
    • By Laurent
      Fédération des Cégeps inquiète  POPULAIRE
      Immigration Canada bloque l’arrivée d’étudiants étrangers au Québec
      Alain Laforest | TVA Nouvelles
      | Publié le 27 août 2017 à 17:00 - Mis à jour à 17:00
       
      Un seul des huit étudiants étrangers en provenance des îles Comores a obtenu l’autorisation d’Immigration Canada pour entreprendre ses études au Cégep de Victoriaville. Les fonctionnaires fédéraux n’ont pas donné l’autorisation à sept jeunes de débuter au Québec une formation en technique d'électronique industrielle.
      «Au Cégep de Victoriaville, on choisit toujours des étudiants dans des programmes où les finissants ont des perspectives d'emploi de 90% et plus», insiste le directeur général de l’établissement, Paul Thériault.
      «Le véritable problème, c’est qu’on crée de l'espoir inutilement», ajoute-t-il.
      M. Thériault comme son directeur des études Christian Héon n'arrivent pas à s'expliquer pourquoi ces sept étudiants boursiers du gouvernement du Québec ne peuvent venir à son collège alors qu'ils répondent à tous les critères.
       
      source et suite: http://www.tvanouvelles.ca/2017/08/27/immigration-canada-bloque-larrive-detudiants-etrangers-au-quebec
    • By Laurent
      Le Sherbrookois Jérémie Rosconi mène un long combat pour obtenir la garde légale de sa fille Yaëlle. Il est coincé en Suisse, depuis plus d'un an.
      Depuis 2013, M. Rosconi vivait au Québec avec sa fille Yaëlle dont il avait la garde. Mais, l'année dernière, il a été contraint de retourner en Suisse où sa fille est née, parce que la mère de l’enfant réclamait la garde. La justice helvète menaçait d'extrader la fillette.
      À leur arrivée, le passeport de Yaëlle a été confisqué. Et les procédures judiciaires se poursuivent. Laissant tout derrière lui, le Sherbrookois s’est retrouvé seul, à 6000 kilomètres de la maison, par amour pour sa fille.
      «J'ai vu l'insécurité et comme un sentiment d'appréhension d'abandon dans ses yeux. J'en ai parlé avec mes parents, et ils m'ont dit que même si ma situation est précaire en Suisse, ils vont faire ce qu'il faut pour que je reste là-bas, pour ne pas laisser pas ma fille toute seule», explique Jérémie Rosconi.
       
      «C'est très dur. Je vais être honnête avec vous, j'ai pris 10 ans en une année. C'est stressant, c'est drainant. Je vous le dis je n'ai jamais passé une épreuve dure comme ça dans ma vie. Mais au final je ne regrette pas, car je fais ça pour elle, pour Yaëlle», ajoute M. Rosconi.
       
      suite et source: http://www.tvanouvelles.ca/2017/08/21/un-pere-se-bat-pour-ramener-sa-fille-au-pays
       
  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.



×
×
  • Create New...

Important Information

We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue. En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, de réaliser des statistiques de visites et de vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. Terms of Use Privacy Policy Guidelines