Jump to content
  • ×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

      Only 75 emoji are allowed.

    ×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

    ×   Your previous content has been restored.   Clear editor

    ×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

  • Similar Content

    • By Rachelle12
      Bonjour à tous,
       
      J'avais commencé un post y a quelques temps concernant mon inquiétude vis à vis de la demande de résidence permanente d'une amie à moi. Elle réside au Québec depuis bientôt 4 ans et elle vient enfin de recevoir le courriel : Ready for Visa / Prét pour visa.
      Le 28 octobre, elle a envoyé son passeport ainsi que l'annexe A à l'adresse demandée et depuis ce jour là, aucun signe de vie du bureau des demandes ni dans le site web. Elle s'inquiète vraiment pour ses papiers administratifs ainsi que sa demande de résidence permanente. Est-ce que vous êtes passés par là aussi ? Est-ce que quelqu'un peut nous éclairer ? 
      merci
      R
    • By NathSG
      Bonjour à tous,
       
      Je suis présentement au Québec en permis Jeune Pro avec ma conjointe (permis ouvert lié au mien). Nous détenons tout deux notre CSQ, notre RP est en cours (traitement du dossier débuté en Décembre 2018).
       
      Dans ce contexte, j'aimerais savoir s'il était possible pour moi de changer d'employeur (basé au Québec lui aussi), donc de refaire un permis, sans compromettre ma RP ni allonger les délais.
       
      Dans mon souvenir, il me semblait que c'était assez "simple" de faire ce mouvement grâce au CSQ, mais j'ai récemment eu des informations contraires et j'ai des difficultés à trouver la bonne information.
       
      Est-ce que l'un de vous pourrais m'éclairer là-dessus?
       
      Merci,
       
      Nathan.
    • By HaythemTN
      Bonjour, 
      Ma demande de résidence permanente est en cours de traitement puis j'ai un permis de travail post-diplôme valide,
      Je pars en voyage pendant plus que 2 mois du Canada vers mon pays natal; 
      Est ce que je dois aviser immigration canada de mon changement d'adresse pendant cette periode ou non. Et si oui ce changement est ce que on peux le faire temporairement parce après mon voyage je retourne à la même adresse au Canada ?
      Merci .
    • By CobRex123
      Bonjour,
      Les personnes qui ont postulé pour la RP en tant que travailleur qualifié sélectionné par le Québec voient le délais de traitement augmenter d'un mois encore. C'est la 4ème fois que le ministère allonge les délais de traitements de ces demandes.
      J'arrive pas à comprendre cette situation honnêtement, est-ce que c'est le Québec qui a fermé les vannes de l'immigration et le Canada est obligé de respecter ? Est-ce que quelqu'un a une idée claire de ce qu'il se passe ?
       
      Merci
    • By brissoujojo
      Bonjour , 
       
      Je voudrais savoir s'il est possible d'étudier en attendant sa RP.
      En fait j'ai envie de demander un permis d'études ( sachant que j'ai déjà un Permis Post diplome) pour faire un certificat.
      celà va til affecté ma résidence?
       
      Merci 
       
    • By HaythemTN
      Bonjour, 
      J'ai un permis de travail post-diplôme, je vais me marier sachant que ma demande de résidence permanente est en cours de traitement; 
      En faite ma question si je dépose pas  pas une demande de résidence permanente pour ma conjointe et j'avise juste l'immigration que ma situation familiale a changé est ce que ça retarde le traitement de ma demande ?
      Merci.
    • By Hazardinho
      Bonjour à toutes et à tous!
       
      Titulaire du CSQ depuis plus d’un an et d’un permis fermé depuis 3 mois, j’aimerais changer d’employeur.
       
      J’entends beaucoup de personnes dire qu’il n’est plus possible de faire le tour du poteau pour changer son statut (et obtenir un nouveau permis de travail).
       
      Qu’en est-il vraiment?
       
      Merci d’avance!
       
      PS: je suis dispensée d’EIMT et dispose d’une offre d’emploi, les frais ont déjà été payés.
    • By Agnes_z
      Bonjour,
       
      J'attends ma RP depuis février 2018 donc celle-ci ne devrait plus tarder (j'ai passé ma visite médicale en janvier 2019).
      Mais mes projets ont changés et je souhaite repartir en France - en essayant de me laisser au maximum la possibilité de re-revenir au Canada si j'en ai envie.
       
      Je me pose beaucoup de questions :
      1. Puis-je attendre ma résidence permanente depuis la France ? Que va-t-il se passer lorsque je vais recevoir une confirmation que ma RP est acceptée ? Devrais-je rentrer au Canada dans un délai particulier pour valider ce statut ou puis-je garder uniquement cette confirmation pour une durée indeterminée en restant en France ?Dois-je forcément faire faire une carte de RP ? 
       
      2. Que se passe-t-il si je perds ma RP en ne résidant pas assez au Canada en 5ans ? Est-ce que je peux la redemander ?
       
      Merci de votre aide !
    • By pitchoulie
      bonjour a vous tous
       
      je commence a perdre tous mes cheveux à force de me les arracher tant je fais de recherches. (Je pense que je ne sais pas chercher correctement)
      je vous expose mon problème et espère que quelqu un saura me repondre
      ma fille doit mettre en place sa demande de residente permanente pour le canada et souhaite s'y installer d'ici deux ans environ
      dans 2 ans je ne serai pas en core retraitée je n'aurai que 59 ans. J'aurai de quoi subvenir à mes besoins jusque ma retraite.
      je souhaite partir avec elle et sa fille mais ne sais sous quel statut
      2 solutions  s'offrent à moi
      si je fais ma demande d'AVE celle ci est valable 5 ans mais je dois quitter le territoire au bout de 6 mois  ( voyage en france  ou  aux USA quoique pas sure que ca marche )sans etre sure que les douaniers  me laisseront entrer à nouveau au cananda, ce  pendant 3 ans, date de ma retraite
      au bout de ces 3 ans dois je demander le statut de resident permanent?
       
      ou puis je  demander des le depart  le statut de resident permanent tout en sachant que je ne fais pas partie de la classe d'age qui se fait embaucher.......
       
      LE SUPER VISA  a aussi ete envisagé une fois que ma fille serait sur place mais ca implique qu'elle  puisse subvenir à mes besoins financierement.....
       
      connaissez vous une solution a mon problème?
       
      si oui merci de me la transmettre
       
       
       
    • By immigrer.com
      ÉDUCATION QUÉBEC OUVRE LES BRAS AUX ENSEIGNANTS FRANÇAIS
      Une campagne de séduction aura lieu à Paris en juin et des barrières bureaucratiques seront éliminées
      Édition du 17 mai 2019, 
      LOUISE LEDUCLA PRESSE Il y a bel et bien pénurie et il n’est plus question de se priver d’enseignants étrangers en leur opposant des refus tatillons ou des exigences exagérées de cours d’appoint. « On ne va pas les écœurer avec la bureaucratie. On va leur faire la courte échelle », assure en entrevue à La Presse Jean-François Roberge, ministre de l’Éducation. Le plus gros obstacle pourrait maintenant être le salaire.
       
      Au début du mois de juin aura lieu à Paris une campagne de séduction des enseignants. Des représentants des commissions scolaires et du Ministère seront sur place, et ils fondent beaucoup d’espoirs sur cette démarche de recrutement. Marchera, marchera pas ?
      Quoi qu’il en soit, les candidats se feront dire qu’en ces temps de pénurie, ils peuvent facilement obtenir une « tolérance d’engagement », que des règlements seront bientôt modifiés pour que leurs acquis soient mieux reconnus, qu’ils ont maintenant dix ans plutôt que cinq pour obtenir leur brevet et qu’ils n’auront pas à retourner à l’université « plus longtemps que nécessaire », assure le ministre Roberge.
      « De nouvelles formations seront offertes d’ici un an et demi. »
      — Jean-François Roberge, ministre de l’Éducation
      Il n’est pas question de niveler par le bas, dit-il, mais d’offrir des formations universitaires plus diversifiées et mieux adaptées à ce type de candidats, ce qui inclura des stages dans les écoles.
       
      LETTRE MODIFIÉE
      Encore en janvier, le ton était tout autre dans la lettre du ministère de l’Éducation envoyée à Emmanuel Laforge, instituteur belge qui espérait venir enseigner au Québec et qui a quelque 20 ans d’expérience.
      La lettre l’informait qu’il ne pouvait pas avoir de permis d’enseignement. On l’invitait plutôt à communiquer avec une université québécoise pour qu’il y refasse d’abord ses classes, en vue d’obtenir un brevet.
      .....
      Ce type de lettre générique, nous explique-t-on, vient d’être modifié parce qu’il y manque un paragraphe essentiel. Non, en descendant de l’avion, le candidat n’obtiendra pas son permis officiel d’enseigner, mais oui, « il pourra penser avoir un contrat à 80 % ou même à temps plein et avoir une stabilité » dans une école, corrige aujourd’hui le ministre Jean-François Roberge.
      « On a besoin de cette main-d’œuvre », dit-il.
      ANCIENNETÉ NON RECONNUE
      À quel salaire ? M. Roberge souligne que les premiers échelons ont été relevés, mais précise que l’ancienneté accumulée à l’étranger ne sera pas reconnue. Les candidats pourront donc recevoir environ 46 000 $, un salaire semblable à celui que reçoit un instituteur belge à l’entrée.

      suite et source: http://mi.lapresse.ca/screens/39ac2542-b4d3-4233-a762-eeef794fbbcc__7C___0.html
  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.



×
×
  • Create New...

Important Information

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, de réaliser des statistiques de visites et de vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. Terms of Use Privacy Policy Guidelines