Jump to content
dannym171

«Je croyais que les Canadiens avaient le sens de l’humour»

Recommended Posts

Nicolas Saillant | Le Journal de Québec

| Publié le 19 septembre 2019 à 18:53 - Mis à jour le 19 septembre 2019 à 18:56

 
 
 

 Agence QMI

La Française qui s’est fait arrêter à l’aéroport de Québec après avoir dit qu’elle avait «trois bombes» dans ses bagages voulait faire une «blague» aux agents frontaliers.

Catherine Ambroise-Rendu n’a rien d’une terroriste. La retraitée de 64 ans, qui a travaillé comme fonctionnaire de l’État français, venait passer deux semaines à Québec pour soutenir une nièce aux études et revoir des amis.

En prenant son bagage sur le carrousel de l’aéroport Jean-Lesage mercredi après midi, elle s’est inquiétée de ne pas avoir signalé le poivre de table qu’elle avait dans sa valise.

Cette dernière est donc allée voir un douanier pour lui demander si cela était accepté. Le douanier lui répond puis lui demande si elle transporte autre chose.

«Oui j’ai trois bombes dans mes bagages» dit-elle deux fois à l’agent. Devant la réaction du douanier, Mme Ambroise-Rendu ajoute finalement «non non c’est une blague».

Les agents ont indiqué que la dame s’est excusée rapidement tout en ajoutant dans ses explications, «je croyais que les Canadiens avaient le sens de l’humour». Arrêtée, fouillée et accusée d’entrave au travail d’un agent de la paix, la Française la trouvait beaucoup moins drôle dans la boite des accusés du palais de justice.

Pour expliquer ce qui lui était passé par la tête, la Lyonnaise a bêtement dit «pour moi c’était une façon d’entrer en contact avec une personne». La procureur Geneviève Blouin s’est, quant à elle, assurée que l’accusée réalisait la gravité de la situation surtout lorsqu’elle a vu cette dernière avoir un sourire en plaidant coupable.

Le juge Jean Asselin s’est également assuré qu’elle réalisait l’importance de la menace qu’elle pouvait représenter dans un aéroport. «Vous êtes au fait de ce qui s’est produit à l’aéroport de Bruxelles?». Il faisait ainsi référence à l’attentat de mars 2016 qui avait fait 32 morts suite à l’attaque de trois kamikazes.

«Je prends très au sérieux la situation», a répété la Française qui affichait des remords. Cette dernière s’en est tout de même tirée avec une absolution inconditionnelle en échange d’un don de 1000$ au Pignon Bleu.

Les agents des services frontaliers devaient ensuite décider si Mme Ambroise-Rendu pouvait poursuivre son séjour au Québec ou non.

https://www.tvanouvelles.ca/2019/09/19/je-croyais-que-les-canadiens-avaient-le-sens-de-lhumour-1

 

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Pas brillante! Me semble que c'est connu a travers le monde... ce n'est ni la place ni le sujet pour une farce du genre! 

Encore chanceuse qu'elle soit a destination.  Si elle avait fait cela au départ, elle aurait été retardée... ou même rater son vol.  

Share this post


Link to post
Share on other sites

S’il y a bien une blague à ne pas faire c’est bien celle-là, qu’on soit jeune ou vieux, étant donné le contexte. Ils prennent les menaces très au sérieux.

 

Elle n’est pas la seule et les autres avant elle se sont fait également arrêter.

 

Il faut arrêter de mettre ça sur le manque d’humour, le douanier n’est pas un copain avec qui on peut plaisanter.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now

  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.



×
×
  • Create New...

Important Information

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, de réaliser des statistiques de visites et de vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. Terms of Use Privacy Policy Guidelines