Jump to content
dannym171

Pénurie d'enseignants: des candidats recrutés en France et en Belgique

Recommended Posts

Publié le 13 juin 2019 à 07h00 | Mis à jour à 07h07

 

Pénurie d'enseignants: des candidats recrutés en France et en Belgique

La Commission scolaire de Montréal prévoit qu'en août,... (PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

La Commission scolaire de Montréal prévoit qu'en août, il devrait lui manquer une centaine d'enseignants.

PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, ARCHIVES LA PRESSE

Ma Presse

Ajouter à Ma Presse640708.png

Louise Leduc
La Presse
 

Les missions de recrutement à Paris et à Bruxelles du début de juin ne régleront qu'une toute petite partie de la pénurie d'enseignants dans la métropole, mais les trois commissions scolaires francophones de l'île de Montréal se disent satisfaites des quelque 90 promesses d'engagement ou emplois conditionnels offerts.

La Commission scolaire de Montréal (CSDM) prévoit qu'en août, il devrait lui manquer une centaine d'enseignants. Si les choses se passent comme l'an dernier à la commission scolaire Marguerite-Bourgeoys, il pourrait en manquer aussi près d'une centaine. La commission scolaire de la Pointe-de-l'Île rappelle pour sa part avoir dû embaucher l'an dernier 197 enseignants non légalement qualifiés.

Vu ces pénuries, les trois commissions scolaires francophones de Montréal ont donc organisé deux jours de recrutement à Paris, qui ont très bien marché, et une journée à Bruxelles, qui a été moins courue.

Quelque 125 enseignants européens s'y sont présentés.

« Je partais en mission avec 25 postes à pourvoir, conformément à l'entente que nous avions avec le syndicat. Nous avons décroché 24 contrats dûment signés. C'était très émouvant, plusieurs nous ont dit que ça allait changer leur vie », raconte Francyne Fleury, directrice générale adjointe aux ressources humaines à la CSDM.

La commission scolaire Marguerite-Bourgeoys, elle, indique avoir offert un emploi à une vingtaine de candidats. D'autres candidats sont en réflexion.

La commission scolaire de la Pointe-de-l'Île a offert 45 promesses d'engagement, mais elle n'exclut pas de perdre certains candidats au profit des autres commissions scolaires.

Des enseignants d'expérience

Avant de partir, Francyne Fleury, de la CSDM, pensait qu'elle recruterait surtout des jeunes sans attaches qui avaient envie de partir à l'aventure.

« Finalement, nous n'avons que cinq jeunes. Les 19 autres ont deux, trois ou quatre enfants et leur principale motivation est de faire vivre notre système éducatif à leurs enfants. »

Carine Travers, qui a accepté un contrat de trois ans, a ce profil. Mère de deux adolescents, elle habite en région parisienne.

« Notre rythme de vie, typique de Paris, nous laissait peu de temps pour la famille, raconte-t-elle en entrevue téléphonique. Mon mari part à 7 h, il rentre souvent à 21 h. On en a marre. On recherche une qualité de vie. »

C'est l'adolescente de la famille, qui parle depuis des années de venir au Québec, qui a réactivé le rêve qu'avaient eux-mêmes ses parents quand ils étaient dans la vingtaine.

Mme Travers laissera un pays lui-même aux prises avec des pénuries d'enseignants. « En maths, notamment. En France, l'enseignement, ce n'est plus un métier qui fait rêver. Les classes sont chargées, les salaires sont bas et nous n'avons pas d'aide. »

C'est un peu beaucoup ce dont se plaignent les profs ici aussi... « Mais nous, nous n'avons pas d'orthophonistes ou d'orthopédagogues comme chez vous. Je suis seule avec 30 à 33 enfants. »

Cela dit, elle ne pourra pas venir prêter main-forte à la CSDM dès la rentrée prochaine. Son mari, informaticien, doit d'abord se trouver un travail et ils doivent vendre leur maison. Ils prévoient arriver en 2020.

Emmanuel Laforge, un Belge dont l'histoire a déjà été racontée dans La Presse, se propose de son côté d'être en classe au Québec dès le mois d'août.

Cet instituteur qui enseigne depuis 20 ans avait d'abord reçu une fin de non-recevoir du ministère de l'Éducation, lui disant qu'il n'était pas assez qualifié pour enseigner ici parce que la formation des maîtres est plus courte en Belgique.

C'est maintenant réglé, moyennant quelques équivalences à faire, mais rien d'urgent. « La commission scolaire Marguerite-Bourgeoys m'attendait carrément avec un contrat et m'a même promis de m'aider pour les démarches comme la recherche d'un appartement ou l'obtention du permis de conduire. »

 

https://www.lapresse.ca/actualites/education/201906/12/01-5229969-penurie-denseignants-des-candidats-recrutes-en-france-et-en-belgique.php

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.



×
×
  • Create New...

Important Information

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, de réaliser des statistiques de visites et de vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. Terms of Use Privacy Policy Guidelines