Jump to content
qwintine

Est-il possible de vivre correctement au salaire minimum (2 adultes et 2 enfants)?

Recommended Posts

Ce samedi et ce dimanche, une excellente suite d'articles a été publiée sur TVA Nouvelles relatant l'histoire d'un famille aisée (2 adultes et 2 enfants scolarisés) avec un revenu brut de 170.000 $ jouant le jeu de la survie au salaire minimum pendant le mois de février 2018 en plein hiver au salaire minimum brut  de 43 875 $ pour la famille.

 

L'article en deux parties est bien documenté. Des trucs y sont donnés et surtout des extraits du journal de bord de leur expérience difficile.

 

http://www.tvanouvelles.ca/2018/03/10/ils-ont-fait-lepicerie-avec-210-par-semaine-pendant-un-mois-1

http://www.tvanouvelles.ca/2018/03/11/le-stress-a-touche-la-famille-durant-lexperience

 

Je pense que cet article est un MUST à lire pour tous les immigrants qui pensent pouvoir vivre avec un seul ou deux salaire minimum et des enfants.

 

Notons que dans le cas ou les enfants sont en garderie la situation serait encore plus tendue.

 

Peur de manquer de nourriture, produits limités et obsession constante entourant la planification des repas. Des parents aisés confrontés au fait de nourrir leur famille comme s’ils gagnaient 11,25 $ l’heure ont dû changer leur façon de faire l’épicerie.

« J’avais peur de devoir priver les enfants de nourriture. Je me disais que j’allais me priver bien avant eux », se souvient Josée Lalonde, la mère d’Émil, 13 ans, et d’Ulysse, 7 ans.

En plein débat sur le salaire minimum, et durant un mois d’hiver où le prix de certains aliments est très élevé en raison de la rareté, Mme Lalonde et son conjoint Denis Paquin ont accepté de relever le défi à la demande du Journal de Montréal.

 

A lire absolument!

http://www.tvanouvelles.ca/2018/03/10/ils-ont-fait-lepicerie-avec-210-par-semaine-pendant-un-mois-1

http://www.tvanouvelles.ca/2018/03/11/le-stress-a-touche-la-famille-durant-lexperience

Edited by qwintine

Share this post


Link to post
Share on other sites

On dirait une découverte avec l'envie de provoquer une quelconque polemique?

Qui et comment pourrait on vivre "correctement" avec des enfants ici ou ailleurs avec le salaire minumum?

Je pense que lorsqu'on immigre on espère très fortement de ne pas se retrouver au salaire minimum advitam.

Ceci dit, le salaire médian est ici à x 2 le salaire minium contrairement à certains pays européen ou c'est plutôt x 1,4.

Je ne parle même pas des pays en voie de développement ou un salaire minimum est plutôt un rêve de riche. 

Edited by kuroczyd

Share this post


Link to post
Share on other sites

On avait demandé à un homme politique anglais de faire la même expérience. On lui avait donné en argent comptant l'équivalent d’un smic mensuel et il avait tout dépensé en deux jours.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Est ce qu'ils disent aussi que quand on gagne le salaire minimum et deux enfants le couple reçoit plus de 15000 en allocations et credits divers du provincial et fédéral...

Edited by juetben

Share this post


Link to post
Share on other sites

Dans l'article, cette famille dispose de 210$ par semaine pour uniquement se nourrir alors qu'elle a l'habitude d'en dépenser 500 !

 

Pas étonnant qu'ils aient trouvé ça difficile... 210$ par semaine , même à 4, c'est pas si pire.

Share this post


Link to post
Share on other sites
 

 

Pas étonnant qu'ils aient trouvé ça difficile... 210$ par semaine , même à 4, c'est pas si pire.

 

Si c'est uniquement pour se nourrir c'est en effet plus que convenable... on est 4 et on dépense pas ça pour la nourriture pas semaine.

Share this post


Link to post
Share on other sites
 

Dans l'article, cette famille dispose de 210$ par semaine pour uniquement se nourrir alors qu'elle a l'habitude d'en dépenser 500 !

 

Pas étonnant qu'ils aient trouvé ça difficile... 210$ par semaine , même à 4, c'est pas si pire.

 

C’est même très faisable en épluchant bien les circulaires et en achetant qu’en promo, bien sûr cela demande de faire plusieurs épiceries et bien connaitre les prix. Je suis incollable là dessus.

Share this post


Link to post
Share on other sites

En bref, cuisiner plus souvent chez soi = la nourriture te revient moins cher et plus saine.

Share this post


Link to post
Share on other sites

non mais sérieux Quintine, tu trouves que c'est un excellent article toi?  

l'article est tellement ridicule que ça en était pathétique.. mais en même temps, ça me surprend à moitié venant de toi..

 

il suffit de lire un peu à gauche et à droite et de voir la réaction des gens..

 

juste pour te dire que nous on a pas un revenu de salaire minimum, on est 5 et notre budget MAX d'épicerie par semaine c'est 220! et là dessus, on arrive à être en bas et on se prive pas.( à noter que les miens sont pas ados encore mais comme on est pas au salaire minimum, on pourra s'ajuster à ce moment là si nécessaire..) 

 

C'est une vrai blague cet article où la famille de riche qui doit soudainement se restreindre et même d'aller chercher des sacs dans une banque alimentaire.. ridicule. 

La madame qui est limite sur le bord de la dépression nerveuse parce qu'elle voit ses étudiants manger pendant le diner et elle qui ne peut pas manger parce qu'elle a peur de dépasser son budget.. mais lol quoi.

 

Le plus drôle, le bout où ils parlent qu'ils ont passé toute une journée dans la fin de semaine pour préparer des repas et ils ont pas pu rien faire d'autres.. :lol: 

obsession constante par rapport à la nourriture?

nous on planifie nos repas de toute la semaine, ça nous prend quoi, 10 minutes pour faire la liste. une fois que la liste est fait, je vois pas trop en quoi c'est une obsession, je passe pas la semaine à stresser, la liste est faite. J'ai qu'à suivre mon plan. C'est sûr qu'eux sont passé de ' je fais rien, je mange toujours à l'extérieur et je me sort pas les doigts du cul' à faire comme une famille normale fait.

 

Si vous voulez voir comment vive vraiment les gens aux salaires minimum et ce qu'ils font pour vivre, le journaliste avait qu'à aller dans une de ces familles là. mais non, ils prennent des riches et font semblant d'être dans la misère puis ils trouvent le moyen de paraître sur le bord de mourir de faim et de stress. 

 

 

 

 

 

 

Edited by Automne

Share this post


Link to post
Share on other sites

Lisez l'article svp avant de monter sur vos grands chevaux. Tout y est dit.

D’où vient le montant de 210 $ par semaine ?

Le montant alloué de 838 $ est basé sur les calculs de l’Institut de recherche et d’informations socioéconomiques.

C’est ce qui reste dans les poches d’une famille de quatre (2 adultes, 2 enfants) dont les deux parents sont au salaire minimum à temps plein après que toutes les autres factures ont été payées, comme le logement, l’électricité, le transport et autres. Le calcul prend en considération les mesures sociales comme les allocations familiales.

Seul revenu

La famille qui a mené l’expérience était en quelque sorte « privilégiée » parce qu’elle avait deux revenus à temps plein.

Dans la réalité, près de 60 % des travailleurs au salaire minimum travaillent moins de 25 heures par semaine, et non 37,5 heures, comme il a été calculé pour l’expérience menée par la famille.

Environ 64 % de ces travailleurs sont âgés de 20 ans et plus, 47 % sont dans un ménage avec deux revenus ou plus et 17 % sont des familles monoparentales.

352 900 travailleurs sont au salaire minimum au Québec.

Seul l’achat de nourriture et de produits ménagers était pris en compte durant l’expérience. Le montant alloué était fixe. Dans la réalité, bien des familles doivent réduire le budget nourriture lorsqu’un imprévu survient puisqu’elles ne sont souvent pas en mesure de mettre de l’argent de côté.

Share this post


Link to post
Share on other sites
 

non mais sérieux Quintine, tu trouves que c'est un excellent article toi?  

l'article est tellement ridicule que ça en était pathétique.. mais en même temps, ça me surprend à moitié venant de toi..

 

@Automne venant de toi, je prends cela comme un compliment! :shy:  Ensuite c'est QWINTINE

 

 

il suffit de lire un peu à gauche et à droite et de voir la réaction des gens..

 

Commentaires poubelle Facebook .... à lire de haut en bas ... :P

 

En y repensant, quand je vois vos commentaires, vous allez me sortir que  @Rourouille devait bosser pour TVA ....

 

BTW  @Rourouille un salut transatlantique en passant

Share this post


Link to post
Share on other sites
Est ce qu'ils disent aussi que quand on gagne le salaire minimum et deux enfants le couple reçoit plus de 15000 en allocations et credits divers du provincial et fédéral...

Oui ils disent que l'expérience tient compte des allocations familiales dues aux deux enfants.

Envoyé de mon SM-C9000 en utilisant application mobile Immigrer.com

Share this post


Link to post
Share on other sites
 

Lisez l'article svp avant de monter sur vos grands chevaux. Tout y est dit.

D’où vient le montant de 210 $ par semaine ?

Le montant alloué de 838 $ est basé sur les calculs de l’Institut de recherche et d’informations socioéconomiques.

C’est ce qui reste dans les poches d’une famille de quatre (2 adultes, 2 enfants) dont les deux parents sont au salaire minimum à temps plein après que toutes les autres factures ont été payées, comme le logement, l’électricité, le transport et autres. Le calcul prend en considération les mesures sociales comme les allocations familiales.

Seul revenu

La famille qui a mené l’expérience était en quelque sorte « privilégiée » parce qu’elle avait deux revenus à temps plein.

Dans la réalité, près de 60 % des travailleurs au salaire minimum travaillent moins de 25 heures par semaine, et non 37,5 heures, comme il a été calculé pour l’expérience menée par la famille.

Environ 64 % de ces travailleurs sont âgés de 20 ans et plus, 47 % sont dans un ménage avec deux revenus ou plus et 17 % sont des familles monoparentales.

352 900 travailleurs sont au salaire minimum au Québec.

Seul l’achat de nourriture et de produits ménagers était pris en compte durant l’expérience. Le montant alloué était fixe. Dans la réalité, bien des familles doivent réduire le budget nourriture lorsqu’un imprévu survient puisqu’elles ne sont souvent pas en mesure de mettre de l’argent de côté.

 

Je trouve que l'expérience est intéressante, ça permet de voir les choses différemment. Au lieu de regarder ce qu’ils n’ont pas ça les oblige à regarder ce qu'ils avaient.

 

Quand on est habitué à un certain niveau de vie, il est très difficile de faire des concessions et s’ajuster puisqu’on en veut toujours plus.

 

Ils auraient dû faire l’expérience avec les 25h par semaine au lieu des 37,5

 

 

Edited by Hei

Share this post


Link to post
Share on other sites
 

Ce samedi et ce dimanche, une excellente suite d'articles a été publiée sur TVA Nouvelles relatant l'histoire d'un famille aisée (2 adultes et 2 enfants scolarisés) avec un revenu brut de 170.000 $ jouant le jeu de la survie au salaire minimum pendant le mois de février 2018 en plein hiver au salaire minimum brut  de 43 875 $ pour la famille.

 

L'article en deux parties est bien documenté. Des trucs y sont donnés et surtout des extraits du journal de bord de leur expérience difficile.

 

http://www.tvanouvelles.ca/2018/03/10/ils-ont-fait-lepicerie-avec-210-par-semaine-pendant-un-mois-1

http://www.tvanouvelles.ca/2018/03/11/le-stress-a-touche-la-famille-durant-lexperience

 

Je pense que cet article est un MUST à lire pour tous les immigrants qui pensent pouvoir vivre avec un seul ou deux salaire minimum et des enfants.

 

Notons que dans le cas ou les enfants sont en garderie la situation serait encore plus tendue.

 

Peur de manquer de nourriture, produits limités et obsession constante entourant la planification des repas. Des parents aisés confrontés au fait de nourrir leur famille comme s’ils gagnaient 11,25 $ l’heure ont dû changer leur façon de faire l’épicerie.

« J’avais peur de devoir priver les enfants de nourriture. Je me disais que j’allais me priver bien avant eux », se souvient Josée Lalonde, la mère d’Émil, 13 ans, et d’Ulysse, 7 ans.

En plein débat sur le salaire minimum, et durant un mois d’hiver où le prix de certains aliments est très élevé en raison de la rareté, Mme Lalonde et son conjoint Denis Paquin ont accepté de relever le défi à la demande du Journal de Montréal.

 

A lire absolument!

http://www.tvanouvelles.ca/2018/03/10/ils-ont-fait-lepicerie-avec-210-par-semaine-pendant-un-mois-1

http://www.tvanouvelles.ca/2018/03/11/le-stress-a-touche-la-famille-durant-lexperience

 

Heu ... je crois pas que personne pense que vivre au salaire minimum est facile. Seul ou en famille. Ca reste le salaire minimum, n'importe quel pays, ça sera toujours une situation difficile. Par contre, selon d'où tu viens, une vie au Canada, en sécurité, en démocratie et ou tu peux donner un avenir à ta famille, ben même au salaire minimum, ça peut en valoir la peine. Forcément quand on vient de Belgique, on peut se dire que c'est inutile de venir dans ces conditions. Des fois faut savoir regarder plus loin que juste dire que le salaire fait pitié. 

 

Ensuite, passer de 170k$ au salaire minimum, forcément que tu trouves ça sur et pas qu'un peu. Pas besoin de lire une enquête journaleuse pour le savoir. Tu dois changer l'intégralité de ta façon de vivre pour t'adapter aux nouvelles règles de tes finances. Quand tu as l'habitude du salaire minimum, tu trouves ça dur, certes, mais tu sais comment vivre avec cet argentu, tu n'as pas besoin d'adapter tes dépenses ou changer ta vie au complet.

Edited by crazy_marty

Share this post


Link to post
Share on other sites
 

Lisez l'article svp avant de monter sur vos grands chevaux. Tout y est dit.

D’où vient le montant de 210 $ par semaine ?

Le montant alloué de 838 $ est basé sur les calculs de l’Institut de recherche et d’informations socioéconomiques.

C’est ce qui reste dans les poches d’une famille de quatre (2 adultes, 2 enfants) dont les deux parents sont au salaire minimum à temps plein après que toutes les autres factures ont été payées, comme le logement, l’électricité, le transport et autres. Le calcul prend en considération les mesures sociales comme les allocations familiales.

Seul revenu

La famille qui a mené l’expérience était en quelque sorte « privilégiée » parce qu’elle avait deux revenus à temps plein.

Dans la réalité, près de 60 % des travailleurs au salaire minimum travaillent moins de 25 heures par semaine, et non 37,5 heures, comme il a été calculé pour l’expérience menée par la famille.

Environ 64 % de ces travailleurs sont âgés de 20 ans et plus, 47 % sont dans un ménage avec deux revenus ou plus et 17 % sont des familles monoparentales.

352 900 travailleurs sont au salaire minimum au Québec.

Seul l’achat de nourriture et de produits ménagers était pris en compte durant l’expérience. Le montant alloué était fixe. Dans la réalité, bien des familles doivent réduire le budget nourriture lorsqu’un imprévu survient puisqu’elles ne sont souvent pas en mesure de mettre de l’argent de côté.

et? 

 

ça change pas au fait que cet article là, le sujet c'est : Une famille de riche apprend à vivre avec moins

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
et? 
 
ça change pas au fait que cet article là, le sujet c'est : Une famille de riche apprend à vivre avec moins
 

Ils ne sont pas riches, juste aisés. La richesse c'est pas avoir des revenus élevés.

Envoyé de mon SM-C9000 en utilisant application mobile Immigrer.com

Share this post


Link to post
Share on other sites

:lol:"Seulement" 210$ par semaine plus l'aide d'une banque alimentaire plus l'aide d'une cuisine collective, et ils angoissent ?  C'est une blague, là ?

Edited by bencoudonc

Share this post


Link to post
Share on other sites
 

:lol:"Seulement" 210$ par semaine plus l'aide d'une banque alimentaire plus l'aide d'une cuisine collective, et ils angoissent ?  C'est une blague, là ?

 

 

210 $ par semaine, c'est 850 $ par mois. Je me demande bien ce que je mangerais avec ce montant là : du saumon frais tous les midis, du filet mignon tous les soirs, des fromages fins 3 fois par semaine avec une bonne bouteille de vin probablement. Et rien de congelé :timide:

 

Plus sérieusement, je rejoins @Automne sur le fait que cet article, c'est du TVA tout craché. Tous ceux qui vivent au Québec savent que le plus gros problème des familles pauvres, ce n'est pas la bouffe. Ceux qui s'en donnent les moyens peuvent manger correctement sans dépenser énormément, recourir aux banques alimentaires et aux cuisines collectives au besoin. Par contre, un logement correct reste cher, donc les pauvres doivent se contenter de petits logements (des familles de 6 dans un 3 et demi, ça existe), mal isolés, rarement rénovés et quand la malchance s'en mêle, parfois insalubres. Le chauffage coûte cher, le téléphone, l'internet.  La notion de tarif social pour les transports en commun, qui existe en Europe, est inconnue ici. Et le plus dur - et là je parle de vécu, car j'ai déjà été étudiante avec deux enfants et on gagnait moins de 25 000 $ par an à l'époque - c'est de priver les enfants. Leur expliquer que tu dois acheter leurs vêtements d'hiver à la friperie parce que tu n'as pas les moyens de payer à chacun un ensemble à 220$. Ou qu'ils ne peuvent pas aller en voyage scolaire au coût de 500 $. Ou que tu ne peux pas leur offrir à Noël la même PlayStation qu'ils ont vu lorsqu'ils étaient en visite chez l'ami Tony. Ou qu'ils doivent rester dans une école pourrie parce que tu ne peux pas payer le privé. 

 

Si les cœurs des parents au salaire minimum saignent, ce n'est pas parce qu'ils ne peuvent pas servir du filet mignon à leurs enfants tous les soirs. C'est plutôt parce que leurs enfants mériteraient aussi un toit potable au dessus de la tête et aussi d'aller en voyage scolaire de temps en temps, comme les autres enfants. 

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Vous êtes vraiment impatients ... aujourd'hui TVA Nouvelles a publié  le témoignage d'une maman monoparentale de 47 ans qui a 3 enfants qui a vécu au salaire minimum pendant plus de 10 ans ans. 

 

Elle a élevé trois enfants alors qu’elle gagnait 9 $ l’heure : http://www.tvanouvelles.ca/2018/03/12/elle-a-eleve-trois-enfants-alors-quelle-gagnait-9--lheure

 

«Une chance qu’il y avait les allocations familiales», soupire la femme de 47 ans, qui ignore comment elle s’en serait sortie sans ce filet social.

Le Journal a demandé à une famille aisée de vivre l’expérience de se nourrir comme si les deux parents étaient au salaire minimum durant le mois de février. Leur récit a été publié samedi et hier.

Mme Marchand, elle, vit tous les jours cette réalité. Elle travaille depuis 13 ans dans un dépanneur dans le quartier Centre-Sud à Montréal et vit dans une habitation à loyer modique située tout près.

«Je n’ai jamais eu rien de neuf chez moi. Tous les meubles et électroménagers ont été donnés par de la famille, des amis, ou trouvés usagés. Les vêtements, je les trouvais à l’organisme Saint-Vincent-de-Paul», souligne-t-elle.

Edited by qwintine

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


  • Similar Content

    • By siamine
      slt bonjour et aîd moubarak a tous
      je suis vraiment perturbé , quelles sont les étapes pour aller immigrer au canada ?
      PS: j'ai niveau BTS
      Merci  
    • By siamine
      bonjour,
       
      c'est quoi l'équivalant d'un BTS en communication et industrie graphique ( CIG)  algérien et ça donne combien de points pour le CSQ merci
    • By Adam0022
      salut! j'ai quelque questions  
      alors tout d'abord je suis un lycéen marocain et l'année prochaine je serais en terminal.
      + je veux s'avoir si je peux continuer mes études dans un lycée canadien en sachant que j'ai 17 ans et je serais déjà majeur en début de l'année 2020. 
      +et si c'est le cas est-ce que je dois chercher un lycée privée ?
      +et est-ce que j'aurais besoin d'un tuteur?
      merci d'avance 
       
       
    • By MACKE
      Bonjour à tous,
      J'ai obtenu le CAQ et je prépare activement le dossier de permis d'étude.. Après m'être focalisé sur les preuves de capacité financière, je me rends compte que j'ai négligé un aspect que je tenais pour acquis: La lettre d'acceptation.
      En effet, j'ai obtenu l'admission à deux programmes de maîtrise.
      -la première admission, que j'ai utilisé pour la demande de CAQ est conditionnelle. La condition est la preuve de compétence en anglais.
      Pour ce programme, ils m'ont octroyé une bourse de 7000$ annuel que j'ai utilisé pour compléter ma capacité financière.
      -La seconde admission est conditionnée par une scolarité préparatoire de juste 4 cours.
       
      Enfin la question : dois je obligatoirement remplir la condition pré-requise avant de demander le permis ?
    • By Lunalys
      Bonjour à tous, j'aimerais avoir des renseignements concernant le permis d'étude.. j'ai en projet de faire une formation en médecine traditionnelle chinoise à Montréal, j'aimerais partir courant 2020 mais je n'arrive pas à savoir si j'ai besoin d'un permis d'étude ou pas? J'ai essayé d'appeler l'école intéressée et il m'on répondu de me rendre à Montréal et ensuite de venir directement à l'école.. si vous pouvez m'éclairer ou me faire partager vos expériences.. Merci pour vos réponses!
    • By mariemou18
      Bonjour à tous!

      Je suis citoyenne Canadienne depuis près de 6 ans maintenant. Je suis née en France (J’ai donc la double nationalité), je vie au Québec depuis près de 13 ans et je suis fiancée à un Québécois.

      Nous nous posions la question si ce mariage lui permettrait d’acquérir la citoyenneté française?

      Nous rêvons de vivre quelques temps en Écosse et avec une citoyenneté Européenne, ce serait plus simple à réaliser! 🙂

      Merci d’avance pour vos réponses!

      Marie et Olivier
    • By ucfdali
      Bonjour,
      J'aimerai bien savoir est ce que le ministère de l'immigration du Québec a invité des candidat inscrit sur le portail Arrima ?
      Merci.
    • By faridyassine
      Bonjour les amis,
       
      Je suis actuellement au Quebec avec un permis de travail fermé, j'ai passé l'examen de TEF CANADA et j'ai obtenu les resultats suivantes : 
      CE : 199/300 ==> B2
      CO :226/360 ==> B2
      EE : 212/450 ==> B1
      EO :293/450 ==> B2
      je veux savoir si cette résultat est accepté par MIDI ou non sachant que selon le site de midi il est demandé " un niveau de compétence en compréhension orale et en production orale de 7 ou plus à l’Échelle québécoise des niveaux de compétence en français des personnes immigrantes adultes ou son équivalent"
      merci!
    • By Berredad
      Bonjour à tous,
      Je me présente je suis un étudiant syrien en 3ème année d'ingénierie informatique (L3), j'ai 20 ans et je possède un bac français. J'ai pour projet de m'installer au Québec via les études.
      Je me suis dirigé en premier lieu vers les universités, mais les prix sont hors de prix.
      J'ai donc songé à obtenir la résidence permanente pour diminuer considérablement les frais.  Deux choix s'offrent à moi, le DEP ou le DEC. Après l'obtention de l'un des deux diplômes, quelle est la procédure pour obtenir la RP ? Est-ce la même procédure ?
      Et lequel de ces deux diplômes va me permettre d'intégrer l'université sans problèmes ? (après avoir obtenu la RP bien évidemment)
      Dans l'attente de vos réponses, je vous en remercie par avance.
       
    • By melvina
      Bonjour, 
       
      courant décembre le formulaire de sélection pour un permis fermé avec EIMT a été déposé, entre temps l entreprise avec qui a été signé le contrat a fermé. Nous n'avons pour le moment aucune réponse de notre demande de permis fermé.
       
      L'avocat chargé du recrutement propose à mon époux deux autres entreprises, mes questions sont :
      - Est-ce possible de modifier le premier formulaire puisqu'il n'a pas été traité et ne pas perdre de temps, la procédure initiale ayant été débuté en décembre?
      - durant ce délai d'attente nous avons déposé 2 demandes de CAQ pour permis d'étude, (début de session août 2019) les dossiers ont été réceptionné par le MIDI le 6 mars, 1 pour notre fils de 18 ans pour le CEGEP et un pour moi pour un DEP+ASP en CFP, à la base nous suivions mon époux car permis fermé, mais maintenant les choses sont inversées, donc pensez-vous qu'il soit possible qu'ils acceptent mon permis d'études et que mon époux ait un PTO, en justifiant qu'on souhaite accompagner notre fils et faire vivre cette expérience à nos 2 autres enfants en secondaire et en profiter pour me reconvertir au Québec ? Car si c'est possible cela signifie donc qu'il pourra donc travailler pour une des 2 entreprises en ne devant attendre uniquement l'EIMT (une des entreprise a déjà à priori entamé les démarches, par contre j'ignore quand).
      - Combien de temps cela prend une EIMT ?
       
      merci pour vos réponses
  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.



×
×
  • Create New...

Important Information

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, de réaliser des statistiques de visites et de vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. Terms of Use Privacy Policy Guidelines