Jump to content
Laurent

Au moins 5000 camionneurs recherchés partout au Québec

Recommended Posts

Pénurie de main-d’œuvre  POPULAIRE

Au moins 5000 camionneurs recherchés partout au Québec

Sébastien Dubois | TVA Nouvelles

| Publié le - Mis à jour 

 

L'industrie du camionnage vit comme d’autres secteurs d’activité des difficultés à recruter de la main-d'œuvre.

On estime avoir besoin d'au moins 5 000 à 6 000 camionneurs en ce moment à la grandeur du Québec.

«La demande augmente et les entrants, les gens qui veulent travailler, diminuent. La majeure problématique elle est là puisque pour deux  travailleurs qui quittent la profession, c'est un travailleur qui entre», précise le directeur du Centre de formation en transport de Charlesbourg Eddy Vallières.

La pénurie de main-d'œuvre est à ce point importante que des compagnies de transport font du démarchage directement dans les écoles pour recruter de la main d'œuvre avant même que les étudiants aient terminé leur formation.

 

source et suite: http://www.tvanouvelles.ca/2018/03/01/au-moins-5000-camionneurs-recherches-partout-au-quebec

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je ne comprends pas comment on peit se plaindre d un manque de main d oeuvre et avoir des delais et un systeme d immigration totalement incoherents. Parfois je me dis que ce sont des mensonges ce manque de main d oeuvre. 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest

Qu'ils cherchent!
Quand les conditions de travail devriendont attrayantes, raisonnables et humaines, il n'y aura plus besoin de chercher.
 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest
il y a une heure, azertino a dit :

Je ne comprends pas comment on peit se plaindre d un manque de main d oeuvre et avoir des delais et un systeme d immigration totalement incoherents. Parfois je me dis que ce sont des mensonges ce manque de main d oeuvre. 

je suis tout à fait d'avis avec vous @azertino. toute une incohérence!!!

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour oui moi aussi je suis chauffeur camionnette ici au Cameroun en Afrique centrale précisément j'ai un permis de conduire de catégorie B et C j'aimerais trouver un employeur qui puisse s'occuper des mon visa billet d'avion un contrat à l'assurance et me déporter pour le Canada enfin D'exercer mon vœu de routier canadien. Merci


Envoyé de mon iPhone en utilisant application mobile Immigrer.com

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


  • Similar Content

    • By immigrer.com
      GRC  POPULAIRE
      Harcelé parce qu'il parlait mal anglais?
      Christopher Nardi | Agence QMI
      | Publié le 15 mai 2018 à 06:38 - Mis à jour à 06:43
       
      Un francophone vient de remporter une première bataille devant les tribunaux pour faire reconnaître le «harcèlement» que lui a fait subir la GRC. La police nationale l’aurait même poussé à partir parce qu’il ne maîtrisait pas suffisamment bien l’anglais.
      «On m’a forcé à démissionner parce que mon anglais n’était pas assez bon [...] Je n’ai jamais commis une seule faute professionnelle», s’est insurgé Éric Frémy lors d’une entrevue avec «Le Journal de Montréal».
      Le dédale administratif que vit cette ex-recrue de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) est «particulièrement tortueux», écrit le juge de la Cour fédérale Sébastien Grammond.
       
       
      Ce dernier a exigé récemment qu’un arbitre se penche de nouveau sur la démission de M. Frémy afin de déterminer si elle «a été donnée sous la contrainte et [si] elle doit être déclarée invalide. [...] Trop d’éléments de preuve laissant croire que la démission de M. Frémy n’était pas volontaire ont été écartés par les arbitres [qui ont d’abord entendu la cause]».
        M. Frémy est un ingénieur de formation, né en France, mais ayant vécu une vingtaine d’années au Québec.
      En 2007, il se joint à la GRC. Unilingue francophone, il dit qu’on l’avait assuré que le fait qu’il ne parlait pas anglais ne poserait aucun problème à la police nationale d’un pays dont le français est une langue officielle.
      Après son passage à l’école de la GRC à Régina, la police a exigé qu’il intègre un nouveau projet pilote l’envoyant dans un régiment anglophone en Colombie-Britannique pour suivre sa formation pratique tout en apprenant l’anglais en 2009.


      source et suite: http://www.tvanouvelles.ca/2018/05/15/harcele-parce-quil-parlait-mal-anglais
    • By immigrer.com
      Les jeunes Canadiens qui fréquentent une école francophone sont plus habiles que leurs pairs qui étudient dans des écoles anglophones lorsque vient de temps de résoudre des problèmes mathématiques, mais se situent légèrement sous la moyenne en termes de lecture, montre un rapport du Programme pancanadien d'évaluation.
      Selon cette enquête menée en 2016 auprès d'environ 27 000 élèves de secondaire 2 de partout au pays et dévoilé lundi, le système scolaire anglophone forme des étudiants plus aptes à lire et comprendre des textes dans toutes les provinces, incluant le Québec. Tant en anglais qu'en français, 12 % des élèves ont des faiblesses notables en lecture, mais 15 % des étudiants anglophones ont atteint un rendement supérieur dans ce domaine, contre seulement 10 % des francophones.
      Ces derniers, et tout particulièrement les Québécois, se sont toutefois démarqués en mathématique. Le Québec est la seule province à avoir affiché un rendement supérieur à la moyenne canadienne en mathématique. Les élèves fréquentant des écoles francophones dans toutes les provinces, exception faite de l'Alberta et du Manitoba, ont aussi eu de meilleurs résultats dans cette matière que leurs pairs dans le réseau anglophone.

      http://www.tvanouvelles.ca/2018/04/30/les-jeunes-quebecois-champions-des-mathematiques-au-canada-1
      Par ailleurs, les élèves du réseau francophone québécois ont aussi obtenu de meilleurs résultats au test en sciences que les anglophones de la province. À l'échelle du pays, ce sont les jeunes Albertains qui ont le mieux tiré leur épingle du jeu dans cette matière, tandis que le Québec s'est retrouvé dans la moyenne.
    • By immigrer.com
      Assouplissement potentiel des règles
      Vers l'accueil d'immigrants handicapés et malades?
      Agence QMI
      | Publié le 22 novembre 2017 à 21:03 - Mis à jour le 22 novembre 2017 à 21:1
      Le ministre de l'Immigration, des Réfugiés et de la Citoyenneté, Ahmed Hussen, a ouvert la porte mercredi à un assouplissement des règles entourant l'immigration de personnes handicapées ou malades.
      Selon la réglementation en vigueur, une personne ne peut immigrer au Canada si son état de santé peut engendrer des coûts annuels plus élevés que le prix moyen pour soigner les Canadiens, soit 6655 $ par personne par année.
      «Ce règlement doit changer. Il ne correspond tout simplement pas à nos politiques gouvernementales en matière d'accessibilité, mais aussi à l'opinion grandissante des Canadiens selon laquelle nous devrions avoir une société inclusive», a fait valoir le ministre Hussen devant le Comité permanent de la citoyenneté et de l'immigration.
      Les détracteurs des règlements actuellement en place font valoir que la loi est injuste. Amalia Loyzaga, du Centre d'action des aidants naturels de Toronto, a fait valoir au «Toronto Star» que 150 aidants naturels étrangers se sont fait refuser leur résidence permanente en 2014 parce qu'ils ont un enfant nécessitant des soins médicaux. «C'est clair que cette loi est discriminatoire contre les personnes handicapées. [...] Nous ne pouvons plus attendre. Nous devons obtenir une abrogation immédiate de ce régime médical discriminatoire», a-t-elle dénoncé.
       
      suite et source: http://www.tvanouvelles.ca/2017/11/22/vers-laccueil-dimmigrants-handicapes-et-malades-1
    • By immigrer.com
      Avec un taux de chômage historiquement bas et 10 000 emplois disponibles dans la région, les agences de placement croulent sous les demandes d’employeurs, qui ne savent plus comment dénicher des candidats.
       
      La pénurie de main-d’œuvre est encore plus importante que ce que «Le Journal de Québec» rapportait lundi en faisant étant de plus de 6300 postes à pourvoir dans la région, selon Jobillico. Selon les chiffres d’Emploi-Québec obtenus par «Le Journal», les sites de placement en ligne pour les régions de la Capitale-Nationale et de Chaudière-Appalaches affichaient respectivement 6600 et 3400 offres d’emploi, en date du 12 octobre.
       
      Cette pénurie historique de main-d’œuvre chamboule le marché de l’emploi à Québec. Selon plusieurs experts en recrutement interrogés par «Le Journal», les employeurs doivent maintenant prévoir l’embauche d’employés, des mois à l’avance. «La plupart des entreprises attendent d’avoir les deux gros orteils dans le précipice avant d’agir. Il faut les éduquer à la rareté de la main-d’œuvre», mentionne Marcel Bérubé, président de l’agence de placement, Groupe Perspective.
       
      Source
    • By piwi
      Métier de camionneur au Québec (chapitre 1)
      Bonjour à toutes et à tous,
      Un jour vous avez décidé d’immigrer au Canada et en tant que chauffeur SPL en France vous avez commencé à faire des recherches sur ce métier au Québec.
      Comme vous, je suis passé par là et j’ai passé des nuits blanches afin de chercher et de comprendre comment on devenait trucker au Canada.
      Tout d’abord je vais essayer de vous expliquer ce qu’est le permis d’apprenti qui est si compliqué à comprendre depuis la France.
      Le permis d’apprenti :
      Le permis d’apprenti correspond à peu près à l’obtention code de la route en France, c’est-à-dire que c’est la première étape pour pouvoir obtenir le permis classe 1 au Québec.
      Cet examen porte sur votre connaissance suffisante de la législation sur les véhicules lourds en matière de signalisation, des heures de conduites, des interdictions, des restrictions, et toutes choses ayant rapport avec la conduite d’un véhicule lourd.
      Il n’est pas obligatoire de prendre des cours dans une auto-école ou centre de formation pour passer cet examen, il suffit de lire plusieurs fois le « guide de la route » et « conduire un véhicule lourd » que vous pouvez vous procurer dans les librairies et le centres SAAQ .
      Le cout des examens pour passer le permis classe 1 dont le permis d’apprenti se trouve la dessous.
      https://saaq.gouv.qc.ca/saaq/tarifs-amendes/permis-conduire/couts-obtention-permis/
       
      Il faut compter un peu moins de 80$ pour avoir son permis d’apprenti, l’examen comprend 32 questions et la note de passage est de 75%, soit 24 bonnes réponses sur 32.
      Avant de passer l’examen, il vous faudra passer un examen médical demandé par la SAAQ et répondre aux exigences demandées.
      Les exigences pour le permis d’apprenti se trouve la dessous :
      https://saaq.gouv.qc.ca/permis-de-conduire/obtenir-permis/auto-classe-5/
       
      Une fois le permis d’apprenti en poche qui est valable 18 mois, vous pouvez aller prendre des cours de conduite dans une auto-école.
      Ce permis vous autorise aussi à pouvoir conduire un véhicule lourd dans une compagnie, à condition d’être accompagné d’un conducteur titulaire d’un permis classe 1, ou tout du moins qu’il soit titulaire du permis correspondant au véhicule conduis.
      Semi-remorque = classe1
      Camoin porteur = classe3
      Bus et autobus = classe2
      Disons que c’est ce que la loi autorise, mais dans la réalité aucune compagnie ne se prête au jeu car cela lui couterait bien trop cher, payer 2 salaires dont un non-productif, plus cher aussi en assurance, etc…
      Chaque compagnie de transport digne de ce nom, possède leur propre formateur pour former le futur conducteur au travail spécifique de la société, mais dans tous les cas le futur salarié détient déjà son permis de conduire approprié au véhicule que la compagnie possède.
      Je termine ce chapitre en vous précisant que tout conducteur expérimenté venant de l’extérieur du Canada, comme les pays Européens, pourront facilement obtenir leur permis d’apprenti car le système de conduite au Canada est très semblable à celui de l’Europe.
      Il y a quelques différences sur les « heures de conduite, les conditions d’arrimage, le système pneumatique et surtout la vérification avant départ ».
      La longueur diffère un peu selon les véhicules tractés, mais la largeur est semblable aux véhicules européens.
      Les dimensions, les poids, et règlements se trouve la dessous :
      https://www.transports.gouv.qc.ca/fr/entreprises-partenaires/ent-camionnage/charges-dimensions/Pages/normes-charges-dimensions.aspx
      Je vous souhaite bonne lecture et vous dit à bientôt pour le chapitre 2, ou nous parlerons des permis de conduire.
    • By yellowstang
      Y'a t-il des chauffeurs routiers sur ce forum? Est-ce avantageux financierement par rapport à la France?
      Y'a t-il des avantages particuliers par rapport à d'autres secteurs?
      Je sais qu'il cherche beaucoup de chauffeur là-bas, mais comme beaucoup de travail, arrivé là-bas il faut repasser ses permis, ils demandent d'être blingue et une experience de 5 ans minimum....est-ce vrai?
      Merci de m'éclaircire à ce sujet

    • By Laurent
      Nous recherchons des expériences d'Européens qui sont venus exercer le métier de routier au Québec ou dans le reste du Canada, alors n'hésitez pas à partager vos expériences dans ce forum !!
  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.



×
×
  • Create New...

Important Information

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, de réaliser des statistiques de visites et de vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. Terms of Use Privacy Policy Guidelines