Jump to content

« Plutôt qu’en Erasmus, j’ai choisi de partir en échange universitaire au Canada »


Recommended Posts

« Plutôt qu’en Erasmus, j’ai choisi de partir en échange universitaire au Canada »

Lisa Inganni, tentée par des études outre-Atlantique plutôt qu’en Europe, témoigne des démarches qui lui ont permis de partir terminer sa licence de droit à l’université de Montréal.

LE MONDE |  • Mis à jour le  | Par 


En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/campus/article/2018/01/12/plutot-qu-un-erasmus-j-ai-choisi-de-partir-finir-en-echange-universitaire-au-canada_5240768_4401467.html#MTxUwxVyUZe0oRXr.99


C’est le moment de postuler pour les étudiants qui souhaitent partir en échange universitaire à la rentrée prochaine. Lisa Inganni raconte comment, lors de sa 2e année de droit à l’Université d’Avignon Pays du Vaucluse, elle s’y est prise pour partir l’année suivante à Montréal. Nous publierons la semaine prochaine la deuxième partie de son témoignage, racontant son séjour de huit mois au Québec.

« Après le bac, j’ai débuté une licence en langues, littératures et civilisations étrangères anglais (LLCE), avant de me réorienter en droit, car je regrettais le peu de place laissé à la réflexion, du moins en première année. Mais j’avais gardé en tête les encouragements des professeurs à partir à l’étranger, et l’idée m’est revenue durant ma deuxième année de droit, quand ma professeure de droit pénal, chargée des relations internationales, nous a incités à partir en échange universitaire, tout particulièrement durant la dernière année de licence.

J’ai alors commencé à regarder vaguement les accords de mon université pour choisir une destination. J’ai assez rapidement éliminé l’Union européenne, car mon université avait assez peu d’accords en droit dans les pays qui étaient susceptibles de m’intéresser. Toutefois, il faut savoir que le programme Erasmus présente de nombreux avantages qui méritent d’être approfondis : la liberté de circulation dans l’Union européenne permet d’éviter l’obtention d’un visa, la carte européenne d’assurance maladie est très utile, les banques sont plus souples avec les transactions dans la zone euro et il existe la bourse Erasmus.

 « Lister les cours qui nous intéressaient »

De mon côté, je souhaitais explorer l’Amérique du Nord : je me suis naturellement tournée vers les Etats-Unis, mais là encore il y avait trop peu d’accords, et le budget posait problème. J’ai alors ciblé mes recherches vers le Canada, et plus particulièrement le Québec : en effet, j’ai vite découvert que la Sécurité sociale française disposait d’un accord avec la RAMQ (régie de l’Assurance maladie du Québec), ce qui me permettait de ne pas avoir à contracter une assurance, obligatoire dans le reste du pays (et assez coûteuse). Le service des relations internationales (SRI) de mon université m’a alors orientée vers l’université de Montréal, avec laquelle l’université d’Avignon avait des accords. Et dans le même temps, j’ai convaincu mon petit ami, alors en troisième année de licence, de venir avec moi.


En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/campus/article/2018/01/12/plutot-qu-un-erasmus-j-ai-choisi-de-partir-finir-en-echange-universitaire-au-canada_5240768_4401467.html#MTxUwxVyUZe0oRXr.99

Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
  • Similar Content

    • By val24
      Bonjour,
      J'ai déposé mon dossier pour une 3e année en université Canada en échange avec la Région Rhône-alpes.
      J'ai découvert a posteriori la difficulté d'entrer au Canada en cas d'insuffisance rénale. Je suis greffée .A votre avis, quelles sont mes chances d'être acceptée à l'issue de la visite médicale ? faut il que je prévois de revenir en France obtenir mes médicaments ou faire mes visites médicales ? Quel est le budget que je dois prévoir pour mon suivi au Canada en cas de besoin ?
      Mon séjour sera ponctuel (moins d'1 an)
      Je n'arrive pas à obtenir l'information auprès de l'ambassade.
      Merci de vos informations, et de vos expériences
       
       
    • By Laurent
      « Ici, ce n’est pas grave d’échouer » : étudier au Québec, un aller souvent sans retour
      Forte de sa situation de plein-emploi et de sa qualité de vie, la province canadienne incite de nombreux Français à convertir leur voyage d’études en projet d’installation.
      Par Alice Raybaud  Publié hier à 06h00, mis à jour hier à 09h58
        Anna Wanda Gogusey
      Exit les grosses doudounes. Hello, la petite veste en jean clair, avec sac en toile jaune canari coincé sous le bras. « L’hiver a été long », admet volontiers Cécile Huysman, qui n’entend pas rater le plaisir des beaux jours. Mais qu’importe que le ciel soit encore gris et les températures un peu fraîches pour la mi-mai, la Française de 28 ans ne tarit pas d’éloges sur sa nouvelle terre d’adoption, le Québec.
      En août 2018, elle arrive en tant qu’étudiante, pour suivre une maîtrise (équivalent du master) en études littéraires à l’université du Québec à Montréal (UQAM). Dans son pavillon universitaire, élégamment construit autour de la façade d’une ancienne église, Cécile loue un enseignement qui « sort des sentiers battus », avec une large place donnée à la parole de l’étudiant. Des reproches à faire à la Belle Province ? La Parisienne de naissance en trouve très peu, elle qui est tombée en amour avec Montréal, dont elle apprécie l’ambiance et les services « excellents ». Sa décision est prise : elle restera ici à la fin de ses études.
      Comme elle, beaucoup d’étudiants français, partis pour des universités québécoises, font finalement le choix de ne pas embarquer dans leur avion de retour.
       
      suite et source: https://www.lemonde.fr/campus/article/2019/06/25/partir-etudier-au-quebec-un-aller-sans-retour_5481015_4401467.html
    • By immigrer.com
      Chaque année, ils sont entre 3 000 et 4 000 à s’établir dans la province francophone sous le régime de la résidence permanente.

      « C’est un rêve vieux de quinze ans qui s’est enfin réalisé ! » Frédéric Capasso et Fabienne Goubely sont installés dans la ville de Québec depuis février 2017. Ils sont tous deux programmeurs-analystes chez LGS, une société de services en technologies de l’information et en conseils de gestion. Ils font désormais partie des quelque 81 000 Français établis dans la Belle Province (sur les 105 000 vivant au Canada), selon le dernier recensement 2016 de Statistique Canada, l’équivalent de l’Insee. « Chaque année, entre 3 000 et 4 000 Français s’établissent au Québec sous le régime de la résidence permanente. S’y ajoutent les étudiants, les détenteurs de permis temporaire ou d’un permis vacances-travail », affirme sur son site le Consulat de France à Québec.
       
      « Venus chercher avant tout une qualité de vie, nous l’avons trouvée au-delà de nos espérances : calme, facilité de contacts, conciliation aisée entre vies professionnelle et personnelle, beaucoup de verdure et un vrai vivre-ensemble », argumente Fabienne Goubely. Mais le Québec séduit aussi par son aspect sécurité (faible délinquance), sa francophonie, et le dynamisme de son marché du travail. Le taux de chômage était de 5,4 % dans la province du Québec (5,8 % pour l’ensemble du Canada) en avril 2018, contre 9,2 % en France à la fin du premier trimestre. Et l’horizon est dégagé : « 1,3 million de postes seront à pourvoir dans les dix ans à venir, dont 80 % en dehors de la grande région de Montréal », annonce Carl Viel, PDG de l’agence de développement économique Québec International.
      suite et source
    • By Marine_JLZT
      Bonjour, 
       
      Je suis actuellement étudiante en France et je vais faire un programme d'échange pour étudier dans une université à Gatineau. Je vais partir pour une durée d'environ 9 mois donc il me faut des services sans engagement. J'avais quelques questions au sujet de la vie là-bas. 
       
      1. Comment cela se passe au niveau du transport sur place ? Existe-il une carte (par ex bus) mensuelle pas trop cher ? Quel est le meilleur moyen à moindre coût pour se déplacer dans Gatineau  et ses alentours ?
      2. Quel est le prix de l'électricité sur place pour un appartement pour une personne (studio..) ? Est-il facile de trouver un logement meublé ?
      3. Je voulais savoir aussi quel est le meilleur forfait de téléphone mobile pour bénéficier de plus de giga d'internet pour un téléphone mobile ? car j'utilise pas mal mon téléphone en dehors du logement.
      4. Quelles sont vos assurances santé sur place ? 
       
      Je vous remercie d'avance pour vos réponses !
       
    • By TomV
      Bonjour tout le monde,
       
      Tout d'abord je me présente, je m'appel Thomas, j'ai 27 ans, je suis français et j'ai un diplôme en informatique (BTS Informatique de Gestion) et un licence de sciences politiques.

      Je viens ici parce que je suis actuellement un peu à court de solutions possible pour rester et travailler au Québec.

      Je m'explique, je suis arrivé le 9 septembre 2016 au Québec pour un échange étudiant d'une durée de 1 an, qui allait donc sur mon permis d'étude du 9 septembre 2016 (date de mon arrivée) jusqu'au 31 août 2017. Cet échange étudiant est donc terminé mais le fait est que je suis tombé vraiment amoureux du Québec et du Canada, de ses habitants et de sa nature (la neige en hiver, le mont tremblant etc !). Je souhaiterais donc rester et par la même obtenir, un permis de travail la résidence permanente et éventuellement plus tard la citoyenneté.

      Le problème est que j'ai l'impression de ne pouvoir bénéficier d'aucune des possibilités offertes pour rester. Mon permis d'études fait moins de 365 jours, donc moins d'un an donc pas d'expérience canadienne. Comme c'est un échange étudiant, je ne valide aucun diplôme ici mais celui en France donc exit le post diplôme. Je n'ai pas non plus l'expérience de travail ni la durée requise pour pouvoir y travailler en tant que travailleur qualifié et enfin, les PVT ne sont pas encore ouvert.

      En plus financièrement ça devient vraiment compliqué, je me suis mis à la recherche d'un travail de manière tardive et j'ai actuellement du mal à trouver un emploi en sachant que mon permis de travail inhérent à mon permis d'étude court jusqu'au 31 août seulement (ayant un BTS en informatique et ayant travaillé en hotline 6 mois il y a quelques années (entre autres nombreux différents petits jobs que j'ai pu effectuer) , j'ai reçu des propositions de travail d'entreprises mais le permis de travail jusque fin août uniquement bloque tout ça).
       
      Auriez d'autres solutions, possibilités auxquelles je n'aurais pas songé ou qui m'aurait échappé ?

      Merci infiniment d'avance

      Thomas V
    • By will972
      Bonjour
       
      J'ai déjà un permis de conduire en France.
      Sur le site de la SAAQ c'est marqué "la
      personne qui vient d'un autre pays que le Canada et qui s'établit au Québec a un délai de 12 mois suivant son établissement au Canada pour faire une demande d'échange de permis de conduire, avec ou sans examen, afin d'obtenir un permis de conduire du Québec."
      Mais en cherchant j'ai lu ici que passé 90 jours il fallait refaire l'examen.
      Où est le vrai ? 12 mois ou 90 jours ? Peut être que c'est passé de 90 jours à 12 mois ? Ou alors les 2 chiffres sont bons, avec un examen pas obligatoire pendant les 90 premiers jours puis obligatoire ensuite ?
      Aussi je lisais sur un autre forum que dans d'autres provinces qu'il fallait maintenant amener un récapitulatif appelé "relevé restreint d'informations" disponible à la prefecture pour faire l'échange. Et au Québec y'en a besoin ?
      Je prévois de partir bientôt, mais pour préparer ma venue dans 6 mois. J'aimerais pas payer pour rien pendant 6 mois, mais j'aimerais encore moins payer un examen. Suivant la réponse j'échange mon permis... ou pas.
      Merci par avance de tout renseignement.
    • By adele_clt
      Bonjour !
       
      Je suis actuellement étudiante en échange universitaire à Calgary pour un semestre (4 mois exactement). Il s'agit d'un partenariat avec mon école française, je ne vais donc obtenir aucun diplôme de la part de l'université canadienne. Arrivée au Canada le 2 janvier, j'avais prévu d'en repartir le 2 mai, après la fin de mon échange. Je n'ai pas eu besoin de permis d'étude, car le semestre ne dure que 4 mois. 
       
      Cependant, j'aimerais beaucoup prolonger mon expérience canadienne, et rester travailler pour un job d'été au Canada, le temps d'un ou deux mois.
       
      Si certains d'entre vous savent dans quelle mesure cela serait possible et quelles sont les procédures à effectuer, je lirais attentivement vos réponses ! Merci d'avance !  
    • By Laurent
      Pour trouver du travail au Québec, mieux vaut parler anglais
      LE MONDE | 29.04.2016 à 14h16 • Mis à jour le 02.05.2016 à 08h59
        Dans la région de Montréal en particulier, le bilinguisme est très généralement exigé par les employeurs. SHAUN BEST/REUTERS  
      Selon des informations émanant du ministère québécois de l’immigration, de la diversité et de l’inclusion, 23 % des personnes ayant immigré récemment, ne parlant que le français, se trouvent au chômage, contre 16 % de ceux qui ne parlent que l’anglais, révèle le quotidien de Montréal Le Devoir.
       
      Dans la région de Montréal en particulier, le bilinguisme est très généralement exigé par les employeurs. « Les immigrants qui ne parlent pas anglais n’ont pas accès à 40 % des emplois », relève l’économiste Brahim Boudarbat. La plupart des offres d’emploi mentionnent d’ailleurs cette exigence, alors même qu’elle contrevient à l’article 46 de la charte de la langue française qui fait du français la langue officielle du Québec.
       
      Un phénomène de discrimination explique en partie cette situation : « Les immigrants qui ne parlent pas anglais proviennent essentiellement du Maghreb et d’Afrique noire », constate le journal.
      Avec le temps, toutefois, le taux de chômage des immigrants monolingues se réduit. Après plus de cinq ans passés au Québec, mais moins de dix ans, il tombe à 13,8 % pour les francophones. Au-delà de dix ans, il est de 7,9 %, soit un taux à peu près équivalent à celui des salariés bilingues de la région, précise Le Devoir.

      En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/campus/article/2016/04/29/pour-trouver-du-travail-au-quebec-mieux-vaut-parler-anglais_4910981_4401467.html#Zivx7mPDY2d2dUv2.99
    • By immigrer.com
      Plus de 10 000 étudiants français ont choisi cette année d’effectuer leurs études au Québec, bien que cette province du Canada ait augmenté ses frais d’inscription les concernant. En septembre 2015, ils sont passés d’environ 1 600 euros – le tarif préférentiel désormais réservé aux seuls étudiants québécois – à 4 100 euros, soit le tarif pratiqué pour les étudiants du reste du Canada. Les étrangers, eux, payent le triple.
      « Nous avons enregistré cette année un fléchissement de 10 % des étudiants français en licence, en partie compensé par une augmentation des inscriptions en deuxième cycle », constate Guy Breton, recteur de l’Université de Montréal. Il veille sur le sort de 67 400 étudiants, en comptant ceux des deux écoles affiliées, HEC Montréal et Polytechnique, situées sur le même vaste campusverdoyant du Mont-Royal. Quatorze pour cent des étudiants sont étrangers, parmi lesquels figurent 3 800 Français. La Chine est le deuxième pays de provenance, avant les autres pays de la francophonie européenne et africaine.
      Le tout jeune Paulin Grosse, 16 ans, rejoindra les rangs de l’Université de Montréal en septembre : il vient d’être admis en première année desciences économiques avant même d’avoir eu les résultats de sonbac S à Lyon. « J’ai opté pour une licence, ticket pour tenter ensuite l’admission dans une école de commerce par une voie parallèle », dit-il. Mais pourquoi le Québec ? « Une camarade de mon lycée a été enthousiasmée par le programme de l’Université de Montréal, dont elle a rencontré les représentants dans un salon d’orientation cette année. Elle m’a convaincu, et nous partons ensemble. »
      L’Université de Montréal, l’un des deux établissements francophones de la métropole avec l’Université du Québec à Montréal (UQUAM), a plusieurs atouts. « Elle a une longue tradition d’excellence, elle est celle qui a la plus vaste gamme de cursus au Canada, et la deuxième en matière de recherche », énumère Guy Breton. Un nouveau complexe est en construction, qui regroupera les disciplines scientifiques, mais aussi des acteurs industriels et des institutions, dont une antenne du CNRS français sur les nouveaux matériaux.
      A HEC MONTRÉAL, APPRENDRE À S’IMPLIQUER
      Sans lien organique avec son aînée HEC française, HEC Montréal, qui compte plus de 1 500 Français inscrits cette année, admet des bacheliers ES et S avec mention bien, parfois assez bien, dans une année préparatoire avant le bachelor. Il s’agit d’une remise à niveau en mathématiques et en langues pour ceux qui ont choisi un programme bilingue en anglais ou trilingue, avec l’espagnol en plus.« L’aspect méthodologique est aussi important, ajoute la responsable, Karine Deshayes. Alors qu’ils sont habitués à viser la note, les étudiants français doivent apprendre à s’impliquer dans et en dehors des cours, à travailler en petits groupes multiculturels, à gérer les désaccords ou les conflits, et le stress. » Un quart d’entre eux échouent à l’issue de cette année de transition.
      Simon Rivera et Sarah Tijani, étudiants français d’HEC Montréal. | Martine Jacot / Le Monde Originaire de Pau, Simon Rivera, 19 ans, l’a réussie. En s’expatriant, il voulait « tester son autonomie et éviter une classe prépa ». Dans l’édifice hypermoderne, tout en vitres, de HEC Montréal, il affiche unsourire rayonnant : « Ici, la pédagogie inversée est beaucoup plus efficace pour apprendre. On est très soutenus, et les opportunités d’entreprendre au sein des comités de l’école sont nombreuses : ça stimule. » En première année de bachelor, sa compatriote Sarah Tijani, venue de Narbonne, se félicite de côtoyer une centaine de nationalités différentes sur le campus. Elle va poursuivre son cursus au Mexique pendant six mois. « Quarante-cinq pourcent de nos étudiants en bachelor passent au moins un trimestre à l’étranger, dans l’un de nos 120 établissements partenaires », indique le directeur de l’établissement, Michel Patry. Son objectif est de passer « de 8 500 à 10 000 étudiants équivalents temps plein ». « La populationfrancophone au Québec n’est pas en croissance et donc, nous cherchons à attirer davantage d’étudiants francophones et aussi asiatiques », ajoute-t-il.
      Devant « l’explosion des besoins », son établissement a accentué la composante « big data » de nombreux cursus, et procède au réaménagement de toutes les salles de cours pour les adapter au numérique, grâce à des fonds gouvernementaux. Côté recherches, HEC Montréal héberge un étonnant laboratoire baptisé « Tech 3 », où une quinzaine de personnes, parmi lesquelles le Français David Brieugne, analysent les réactions humaines devant un écran (de smartphone, d’ordinateur ou de cinéma), au niveau des yeux, du rythme cardiaque, du cerveau et de la sudation des mains. Elles testent ainsi, pour des entreprises, des applications ou des publicités.
      DES COURS D’HISTOIRE À BICYCLETTE
      Autre originalité de cette école de commerce, l’un des cours, « histoire des affaires », se déroule sur le terrain et… à bicyclette. Les professeurs Anne Pezet et Brian King ont inauguré l’expérience l’an passé et la renouvellent cet été pendant douze jours, avec une quinzaine d’étudiants. Ils se rendront alors en vélo dans plusieurs installations industrielles ou touristiques de différentes régions du Québec, à raison d’une cinquantaine de kilomètres par jour. « De quoisouder un groupe », commente la jeune Française Clémence Modoux qui a vécu la première de ces aventures.
      Pour attirer davantage de francophones de tous les pays, l’Université d’Ottawa – 43 000 étudiants, dont 12 % d’étrangers – a décidé debaisser leurs frais de scolarité à 4 800 euros, de manière à ce qu’ils ne soient guère plus élevés que ceux demandés à un Français au Québec. Seule condition demandée par cet établissement de la capitale du Canada , que les étudiants choisissent au moins trois cours enseignés en français (neuf crédits) par session. « En 2014, année où nous avons appliqué cette mesure, le nombre de demandes d’admission d’étudiants africains a triplé, et celui des Européens francophones a un peu augmenté », constate Gary Slater, vice-recteur, dont l’« objectif est de porter de 30 à 40 % notre pourcentage d’étudiants francophones, canadiens ou étrangers ».
      BILINGUISME INTÉGRAL À OTTAWA
      Khadija Moulahid, étudiante à l’Université d’Ottawa. | Martine Jacot / Le Monde Dans cette université bilingue où les trois-quarts des professeurs le sont aussi, les étudiants peuvent commencer leurs études en français s’ils ne sont pas sûrs de leur anglais, puis accroître le nombre de cours dans la langue de Shakespeare. C’est ce qu’a fait Khadija Moulahid, qui a eu son bac S (mention très bien) au lycée français de Rabat (Maroc). Actuellement en quatrième année de génie civil, elle peut rendre ses devoirs dans l’une ou l’autre langue.« J’ai choisi Ottawa pour cette raison et parce que son université a l’un des programmes de bourses parmi les plus généreux du Canada, et offre de nombreuses possibilités de jobs et d’études en alternance »,ajoute l’étudiante, elle-même payée 14 dollars canadiens de l’heure (10 euros) pour faire visiter le campus.
      Service de soutien aux devoirs, centre d’aide à la rédaction des travaux, centre de développement des carrières, résidences universitaires sur place, clinique, cantine et bibliothèque ouverte presque 24 heures sur 24 : la vie étudiante est bien facilitée sur ce campus situé au centre-ville.
      Un tout nouveau bâtiment devrait ouvrir ses portes à la rentrée prochaine. Il sera doté, dans plusieurs salles de classes, d’équipements spécialement conçus pour l’enseignement hybride (présentiel et cours en ligne) et en petits groupes.
      Par Martine Jacot (Montréal et Ottawa)
      Source;  http://mobile.lemonde.fr/partir-a-l-etranger/article/2016/06/26/le-etudiants-francais-restent-bienvenus-au-quebec-et-ailleurs-au-canada_4958354_4468542.html
      aA Facebook Twitter Google + Linkedin PinterestAbonnez-vous au
      Monde.fr dès 1 €  
    • By immigrer.com
      Cap sur le Québec pour les métiers prisés
      LE MONDE ECONOMIE | 30.05.2016 à 11h02 • Mis à jour le 30.05.2016 à 16h34
      Par Sophy Caulier
      Chaque année, depuis 2008, des entreprises québécoises viennent, aux Journées Québec, recruter en France. Et chaque année, une centaine de candidats s’expatrient. L’édition 2016, qui vient de s’achever, proposait plus de 600 postes dont 314 en informatique et 156 en jeux vidéo. Mais pourquoi ces travailleurs qualifiés, dont laFrance manque aussi, s’envolent-ils pour le Québec ?
      Lire aussi :   Forum Expat 2016, pour préparer son départ à l’étranger (31 mai et 1er juin)
      « C’est une nouvelle expérience. On ne fuit pas un pays, c’est un projetde vie », tient à préciser Thibault Wittemberg, ingénieur spécialisé dans les technologies mobiles. Mi-juin, il partira pour Montréal où une société l’attend déjà. Sa femme informaticienne et leurs deux ­enfants le rejoindront en juillet. Installée à Cherbourg, la famille aurait dûdéménager pour Brest à la suite de la délocalisation d’un de leurs employeurs. « Quitte à bouger, autant bouger vraiment ! C’est le bon moment : nos enfants sont jeunes, le secteur informatique est porteur. Le Nouveau Monde nous fascine et la langue française facilite les choses. De plus, la qualité de vie, comme les rémunérations, promettent d’être meilleures que dans une grande ville française. »
      « LA VIE ICI EST PLUS FACILE »
      Le climat social est aussi un facteur déclencheur. Pour Romain Thomas, ça a été décisif. Sud-Coréen adopté par une famille française, cet ingénieur informaticien marié à une Burkinabée et père de trois jeunes enfants, a installé sa famille à Montréal fin 2014 où il travaille dans la Business Intelligence. « Etre un couple mixte en France n’est pas facile », avoue-t-il.
      Source et suite:
      http://mobile.lemonde.fr/economie/article/2016/05/30/cap-sur-le-quebec-pour-les-metiers-prises_4928815_3234.html?xtref=https://t.co/RN6osxbx72
       
  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.



×
×
  • Create New...

Important Information

We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue. En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, de réaliser des statistiques de visites et de vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. Terms of Use Privacy Policy Guidelines