Aller au contenu
Laurent

Reportage : Le Canada, nouvel eldorado de l'emploi

Messages recommandés

il y a 23 minutes, qwintine a dit :

 

Pour la majorité d'entre nous le sentiment d'insécurité est une construction émotionnelle et ne reflète pas la réalité. Pour résumer, on se fait peur soi-même, souvent a cause des médias et du "et si ça m'arrivait" ...

 

Pour ce qui est des avantages, il y en a beaucoup plus en France qu'ici (salaires plus élevés, coût de la vie plus bas, avantages sociaux plus importants, ...). Evidemment, ne parlons pas de Paris qui est un cas à part.

 

Tenter l'aventure est risqué mais ça en vaut aussi la peine pour se construire et évoluer. Même si on peut en baver, c'est enrichissant. Ce n'est pas incompatible avec revenir après 3 ans avec un regard différent sur son propre pays d'origine. C'est une question personnelle et conditionnée par notre aversion ou pas pour le risque.

 

J'ajouterai que nous belges, français, suisses, ... avons le luxe de nous poser ces questions d'enfants gâtés et de faire la fine bouche là où d'autres immigrants venant de pays au régime politique, sécuritaire et socio-économique nettement moins libéral et démocratique n'ont pas le choix, pour eux c'est presque une question de survie.

 

Sinon, @mela16 si tu veux limiter le risque, il y d'autre pays d'Europe où aller offrant aussi de belles opportunités et bien moins de risques

oh tout de même il faut reconnaitre que l'insécurité en france est grandissante, les avantages personnellement nous en tant que commerçant artisans , nous n'y avons pas accès , pas de chomage, pas  de rsa, pas de vacances, pas d'arrèt maladie et j'en passe très peut de retraite alors il est vrai que l'on ne prend pas un gros risque et puis nous avons une maison qui est louée en france alors c'est un placement immobilier non négligeable, et je sais bien que si cela ne fonctionne pas sur la terre glacée , nous n'aurons pas de peine a retrouver du travail rapidement ! mais l'inconnu fait peur et puis cette aventure va forcement engendrer des frais que nous ne récupérerons jamais , le déménagement les billets d'avion, les frais vétérinaires pour les animaux ( 4 ) etc donc nous verrons bien ou la vie va nous mener !!!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 7 minutes, juetben a dit :

alors entre avoir le choix d'habiter un quartier de merde et un quartier pas de merde, le choix se fait non?

ouai mais j'imagine que quand tu n'as pas suffisamment de revenu, tu as pas trop le choix d'habiter des quartier 'de merde' comme tu dis parce que tu ne peux pas t'offrir un loyer ailleurs. 

Puis aussi ça dépend du secteur d'emploi. Tu peux pas toujours aller habiter dans le fin fond d'une région. 

 

 

Modifié par Automne

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 40 minutes, qwintine a dit :

 

 

 

J'ajouterai que nous belges, français, suisses, ... avons le luxe de nous poser ces questions d'enfants gâtés et de faire la fine bouche là où d'autres immigrants venant de pays au régime politique, sécuritaire et socio-économique nettement moins libéral et démocratique n'ont pas le choix, pour eux c'est presque une question de survie.

 

Sinon, @mela16 si tu veux limiter le risque, il y d'autre pays d'Europe où aller offrant aussi de belles opportunités et bien moins de risques

 

:D

 

Et toi qwintine, pourquoi tu n'as pas suivi ton propre conseil et immigrer dans un autre pays européen pays plutôt qu'au Québec ?

 

quintine ou " faites ce que je dis, pas ce que je fais ". lol ! 

 

Si ton comportement était conforme à ton discours, tu aurais plus de " crédibilité "... ce qui malheureusement n'est pas le cas.

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 11 minutes, Automne a dit :

ouai mais j'imagine que quand tu n'as pas suffisamment de revenu, tu as pas trop le choix d'habiter des quartier 'de merde' comme tu dis parce que tu ne peux pas t'offrir un loyer ailleurs. 

Puis aussi ça dépend du secteur d'emploi. Tu peux pas toujours aller habiter dans le fin fond d'une région. 

 

 

Si tu as pas suffisamment de revenus la question de l'immigration ne se pose pas non plus...

 

Ne pas avoir suffisamment de revenus ne signifie pas non plus devoir habiter dans une zone dangeureuse... changer de ville sans que cela coute plus cher se fait aussi en terme de loyer! Vivre dans une zone en banlieue de paris te coûtera le même loyer que tranquille dans une belle ville de province.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 35 minutes, Kweli a dit :

 

Ou reconsidérer votre projet dans l'idée de remettre le plus de chances possible de votre côté? 

 

Si j'étais vous, je ne précipiterais rien. Sans minimiser votre ressenti face à l'insécurité, la France n'est quand même pas la Syrie. Et si vous tentiez plutôt la résidence permanente? Parce que là, d'emblée, vous avez un minimum de sécurité, vous ne dépendez pas du bon vouloir d'un employeur en particulier, vous avez droits aux aides du gouvernement comme tout le monde. Et d'ailleurs, votre profil vous permettrait de lancer votre propre boîte, pas tout de suite arrivés mais dans 2-3 ans. En attendant vous travaillez ici et là, pour d'autres, vous apprenez les ficelles du métier ici, vous étudiez les goûts des Québécois, vous regardez les opportunités et le marché et dès que vous êtes prêts vous vous lancez. Vous n'êtes pas rentables la première année ni la deuxième peut-être, mais ça finit par arriver si vous êtes appréciés par les clients. 

 

De toute façon, quand une idée de partir est entrée dans la tête, elle ne part plus et continue de trotter trotter trotter tel un hamster ayant fumé des champignons. Vous finirez par réaliser vos rêves mais l'important est de ne pas le faire à n'importe quel prix, surtout que vous avez des enfants.

 

 

bonsoir, oui mais le statut résident permanent est très compliqué a obtenir je n'y arrive pas les dossiers sont complex et je manque cruellement de temps !! du coup c un peut la facilité d'accépter cette offre elle nous permet de rentrer rapidement 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 33 minutes, mela16 a dit :

oh tout de même il faut reconnaitre que l'insécurité en france est grandissante, les avantages personnellement nous en tant que commerçant artisans , nous n'y avons pas accès , pas de chomage, pas  de rsa, pas de vacances, pas d'arrèt maladie et j'en passe très peut de retraite alors il est vrai que l'on ne prend pas un gros risque et puis nous avons une maison qui est louée en france alors c'est un placement immobilier non négligeable, et je sais bien que si cela ne fonctionne pas sur la terre glacée , nous n'aurons pas de peine a retrouver du travail rapidement ! mais l'inconnu fait peur et puis cette aventure va forcement engendrer des frais que nous ne récupérerons jamais , le déménagement les billets d'avion, les frais vétérinaires pour les animaux ( 4 ) etc donc nous verrons bien ou la vie va nous mener !!!

 

@mela16 ça fait un sacré investissement d'argent pour venir gagner 12 $ de l'heure (à peine le SMIC français) ... 

 

En plus passer d'un statut de travailleur autonome à employé et de devoir "subir" un patron quand on a toujours été son propre patron ... sans parler du choc culturel lié au monde du travail d'ici ...

 

Le mieux est de faire plusieurs voyages de prospections et de pas vous précipiter sur un coup de tête. Ca vous permettra de prendre une meilleure décision en connaissance de cause et de limiter la casse s'il y a lieu. Et d'entamer des démarches plus sereines de type RP

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 13 minutes, mela16 a dit :

bonsoir, oui mais le statut résident permanent est très compliqué a obtenir je n'y arrive pas les dossiers sont complex et je manque cruellement de temps !! du coup c un peut la facilité d'accépter cette offre elle nous permet de rentrer rapidement 

 

Dans les faits, faire un dossier de résident permanent ou de résident temporaire, la difficulté et l'investissement en temps sont presque les mêmes. Et puis, si vous pensez à immigrer, bannissez le mot "facilité" de votre esprit parce que non, rien n'est facile. 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Le 11/01/2018 à 19:27, mela16 a dit :

nous en sommes au point mort si l'on peut dire!! j'ai éssayée de remplir un dossier d'imigration, mais c'est plutôt complex , en fait nous avons une offre d'emploi intéréssante , la personne nous proposent de payer les frais d'imigration pour mon mari a prioris en fonctionnant comme cela , ça nous permettrais de rentrer tout de suite enfin d'ici 6 mois environ avec nos enfants et d'avoir déja un employeur ! ça nous parait court , mais intéréssant et tout ça pour env 13 dollards de l'heure 

qu'en pensez vous ?

Bonjour, 

expérience personnelle : vivant en France et étant en recherche de job au Quebec depuis le mois de juillet (et toujours à ce jour) , une centaine de postes auxquels j'ai postulé sur des profils variant de 50 à 100% de correspondance ("match" parfait) , le tout sur 4 sites web (dont le fameux emploi-quebec) .. au final: 3 réponses : 2 positives restées sans suites , et une négative...

 

Finalement , ma meilleure chance de trouver ce job aura été la journée de l'emploi Quebec qui s'est déroulée fin novembre 2017 à Paris où je me suis inscrit et où j'ai pu rencontrer 2 employeurs québecois qui ont été très intéressé par mon profil .

Je dois les revoir en Février lors d'un voyage touristique !

Délais d'obtention du permis de travail (fait par l'entreprise elle même) : 4 mois ... alors que ma propre demande de CSQ faite sur "mon-projet-quebec" est bloquée (quota de 5.000 demandes atteint)

 

En conclusion: persévérez et ne perdez pas espoir , même si le fameux El Dorado n'est pas si facile d'accès !

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 1 heure, mela16 a dit :

bonsoir, oui mais le statut résident permanent est très compliqué a obtenir je n'y arrive pas les dossiers sont complex et je manque cruellement de temps !! du coup c un peut la facilité d'accépter cette offre elle nous permet de rentrer rapidement 

... elle nous permet de rentrer rapidement...>> au casse-pipe...
....pour les animaux ( 4 )  ... >> rien pour faciliter les chose$. 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 18 minutes, beho a dit :

Bonjour, 

expérience personnelle : vivant en France et étant en recherche de job au Quebec depuis le mois de juillet (et toujours à ce jour) , une centaine de postes auxquels j'ai postulé sur des profils variant de 50 à 100% de correspondance ("match" parfait) , le tout sur 4 sites web (dont le fameux emploi-quebec) .. au final: 3 réponses : 2 positives restées sans suites , et une négative...

 

Finalement , ma meilleure chance de trouver ce job aura été la journée de l'emploi Quebec qui s'est déroulée fin novembre 2017 à Paris où je me suis inscrit et où j'ai pu rencontrer 2 employeurs québecois qui ont été très intéressé par mon profil .

Je dois les revoir en Février lors d'un voyage touristique !

Délais d'obtention du permis de travail (fait par l'entreprise elle même) : 4 mois ... alors que ma propre demande de CSQ faite sur "mon-projet-quebec" est bloquée (quota de 5.000 demandes atteint)

 

En conclusion: persévérez et ne perdez pas espoir , même si le fameux El Dorado n'est pas si facile d'accès !

 

 

 

Bon témoignage @beho. Tout a fait en décalage avec le discours marketing du plein emplois et on doit faire venir des gens et on les chasse dans leur pays mais un reflet plutôt juste de la réalité.

 

J'ajouterai que ce n'est pas parce qu'ils te disent de passer les voir quand tu es en vacances que ça aboutira. Même si je te le souhaite du fond du coeur. C'est souvent une façon très québecoise de clôturer les discussions sans conflit pour pas avoir à te dire non en face.

 

Arrêtez avec l'Eldorado, il n'est pas difficile d'accès, il n'existe tout simplement pas!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 50 minutes, qwintine a dit :

 

Bon témoignage @beho. Tout a fait en décalage avec le discours marketing du plein emplois et on doit faire venir des gens et on les chasse dans leur pays mais un reflet plutôt juste de la réalité.

 

J'ajouterai que ce n'est pas parce qu'ils te disent de passer les voir quand tu es en vacances que ça aboutira. Même si je te le souhaite du fond du coeur. C'est souvent une façon très québecoise de clôturer les discussions sans conflit pour pas avoir à te dire non en face.

 

Arrêtez avec l'Eldorado, il n'est pas difficile d'accès, il n'existe tout simplement pas!

Disons qu'il faut une sacrée dose de courage, de flexibilité et de mobilité, une détermination inébranlable, pas mal d'argent, un moral inoxidable, ne pas s'ennuyer de sa famille restée "là-bas", accepter de tout reprendre au bas de l'échelle, et j'en passe. Bref, savoir et pouvoir "reculer" pour mieux sauter. Ce n'est pas pour tout le monde. Faut bien évaluer ce que l'on risque de perdre pour peut-être gagner - avec le temps - une vie potentiellement meilleure. Rien n'est impossible mais ce sont des efforts à faire sur le long terme. 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 49 minutes, qwintine a dit :

 

Bon témoignage @beho. Tout a fait en décalage avec le discours marketing du plein emplois et on doit faire venir des gens et on les chasse dans leur pays mais un reflet plutôt juste de la réalité.

 

J'ajouterai que ce n'est pas parce qu'ils te disent de passer les voir quand tu es en vacances que ça aboutira. Même si je te le souhaite du fond du coeur. C'est souvent une façon très québecoise de clôturer les discussions sans conflit pour pas avoir à te dire non en face.   c'est tellement vrai

 

Arrêtez avec l'Eldorado, il n'est pas difficile d'accès, il n'existe tout simplement pas!

 

Exacte. J'allais rebondir sur ces 2 points.

C'est la vérité quand on dit que les gens sont très gentils. Ils sont très gentils. Ils te rassurent et t'assurent que oui ils t'embauchent dès que tu reviens !

Mais quand c'est pour de vrai ben là : non. Heu..... y a eu du changement ! Vous êtes sûr ? Ben........Heu !!!! Désolé ! (flop !)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a une heure, trefle a dit :

 

Exacte. J'allais rebondir sur ces 2 points.

C'est la vérité quand on dit que les gens sont très gentils. Ils sont très gentils. Ils te rassurent et t'assurent que oui ils t'embauchent dès que tu reviens !

Mais quand c'est pour de vrai ben là : non. Heu..... y a eu du changement ! Vous êtes sûr ? Ben........Heu !!!! Désolé ! (flop !)

 

Ah ah il y a une procédure en fait, ils n’aiment pas embaucher en direct, il faut passer par un intermédiaire. Je vais donner deux exemples :

 

1-  Vous participez à un salon de l’emploi et donnez votre CV en mains propres, celui-ci passera à la trappe autant dire à la poubelle. Vous donnez ce même CV à une personne interne à la boîte qui veut bien vous appuyer, vous decrocherez un entretien et éventuellement la job

 

2- Vous postulez directement chez un employeur potentiel, vous passez toutes les epreuves ecrites, orales etc.... et lors du dernier entretien on vous repond par la négative.

Vous travaillez chez un prestataire de services qui va vous placer chez ce même potentiel employeur qui vous a refusé en interne.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Le 1/11/2018 à 14:06, francais a dit :

l'immigration n'a jamais été aussi longue et complique, a rien y comprendre

Emmigrer en france, par contre, c'est moins compliqué...;)

Modifié par Ivy Bijou

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 1 minute, Ivy Bijou a dit :

Emmigrer en france, par contre, c'est moins compliqué...;)

Ben ouai et d'apres toi comment on immigre de façon permanente en france si c'est si facile??

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 1 minute, juetben a dit :

Ben ouai et d'apres toi comment on immigre de façon permanente en france si c'est si facile??

Je connais des personnes de la famille de ma femme qui s'y sont installés sans problèmes, qui ont scolarisé les enfants sans qu'on leur pose la moindre question, et qui ont obtenu, par je ne sais pas quel moyen, les papiers pour régulariser leur situation. 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 10 minutes, Ivy Bijou a dit :

Je connais des personnes de la famille de ma femme qui s'y sont installés sans problèmes, qui ont scolarisé les enfants sans qu'on leur pose la moindre question, et qui ont obtenu, par je ne sais pas quel moyen, les papiers pour régulariser leur situation. 

Et c'était quand et ils viennent d'ou...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 4 heures, beho a dit :

Bonjour, 

expérience personnelle : vivant en France et étant en recherche de job au Quebec depuis le mois de juillet (et toujours à ce jour) , une centaine de postes auxquels j'ai postulé sur des profils variant de 50 à 100% de correspondance ("match" parfait) , le tout sur 4 sites web (dont le fameux emploi-quebec) .. au final: 3 réponses : 2 positives restées sans suites , et une négative...

 

Finalement , ma meilleure chance de trouver ce job aura été la journée de l'emploi Quebec qui s'est déroulée fin novembre 2017 à Paris où je me suis inscrit et où j'ai pu rencontrer 2 employeurs québecois qui ont été très intéressé par mon profil .

Je dois les revoir en Février lors d'un voyage touristique !

Délais d'obtention du permis de travail (fait par l'entreprise elle même) : 4 mois ... alors que ma propre demande de CSQ faite sur "mon-projet-quebec" est bloquée (quota de 5.000 demandes atteint)

 

En conclusion: persévérez et ne perdez pas espoir , même si le fameux El Dorado n'est pas si facile d'accès !

 

 

Enlevez ce terme d Eldorado de la tête, cela vous evitera bien des déconvenues...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Je connais des personnes de la famille de ma femme qui s'y sont installés sans problèmes, qui ont scolarisé les enfants sans qu'on leur pose la moindre question, et qui ont obtenu, par je ne sais pas quel moyen, les papiers pour régulariser leur situation. 



Pour les enfants c’est normal :

Tous les enfants mineurs présents sur le territoire français doivent être scolarisés sans condition de régularité de séjour de leurs parents ou de leurs responsables légaux, ni de condition d'entrée dans le cadre du regroupement familial.


Après pour le reste je suis assez d’accord, il faut pas grand chose pour venir en France. Il y a 3 ans quand j’étais encore manager j’ai pu embaucher un arménien qui était arrivé en France depuis 3 mois illégalement, qui parlais français de manière exemplaire, en lui faisant signer un CDI il a pu obtenir sa carte de séjour et à ce jour il réside encore en France.


Envoyé de mon iPhone en utilisant Tapatalk Pro

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Le 12/01/2018 à 03:06, mela16 a dit :

bonjour, nous avons déja fait le calcul et même si nous sentons bien que la plupart des canadiens ne veulent pas de nous , et je comprend vu ce que certains " français " font de notre pays, mais nous ne sommes pas tous pareil !! nous recherchons avant tout, le calme et la rigueur que nous n'avons pas chez nous et nous sommes près a des sacrifices financiers si il le faut et nous perso , nous sommes commerçants et je peut vous dire que les avantages nous n'en n'avons quasi pas ormi les 120 € d'alloc pour les enfants , et la sécu , mais nous en tant que commerçants nous la payons très cher la sécu a coup de 800 € par mois donc franchement il n'y a pas photo notre choix est fait et ce n'est pas nous qui viendrons vous poser des problèmes dans votre pays  

Bonjour Mela

je viens de rapporter notre experience 

Nous sommes venus en Aout 2015, moi en PTT et ma femme par un tres tres mauvais concours de circonstance n'a pas pu travailler avant plus d un an.

Nous avions d'ailleurs budgetisé notre vie selon son emploi prévu et réserver un tout meublé pour environ 1400$.

Ok nous avons été super léger car au final un seul salaire rentrant , paye horaire de 26$, soit 2 fois plus que ton mari prévoit!!

Et je peux te dire que ça a été très dur, oh pas les 6 premiers mois, car nous avions un peu d'argent de côté , mais les 6 derniers avant que ma femme travaille nous avons tiré la langue tous les 4.

Je t'explique: une rentréé d'argent de 2400$ net par mois avec assurance familiale comprise, Nos dépenses! Le loyer, 1400$, Abonnlment travail 82$, les cellulaires 150$, l' alimentation 250$/ sem, cela sans extras fait un total de 2632$!! -232$

A cela il a fallu ajouter les vêtements d'hiver, les vêtements courants, les dépenses pour faire plaisir en premier lieu aux enfants, tout ceci pris sur nos frêles économies.

C'était invivable à long terme. Nous avons donc déménagé dans un 4 1/2 en Juillet 2016. Mais là il a fallu rajouter l'électricité, le chauffage, l'abonnement internet, et tout et tout, cela revenait presque au même!!

Fort heureusement ma femme à trouver un emploi en Septembre 2016,  à 13$ de l'heure.

Nous avons pu sortir un peu la tête de l'eau. Désormais, elle gagne 21$ de l'heure et nous pouvons que maintenant, nous pouvons vivre tranquillement. Achat d'une voiture et possibilité de partir en vacances et de faire des sorties.

De plus les Allocations pour enfant, canadiennes et quebecoises, le remboursement reçu des impots nous permettent maintenant de mettre de l argent de côté.

Voilà notre parcours, il nous aura fallu 2 ans un peu difficile avec beaucoup de doutes pour pouvoir être rasséréner.

Ce qui nous a permis de tenir? Notre soif d'y arriver, mais Mela cette soif a été mise à rude épreuve, et je ne souhaite à personne de vivre ces déconvenues.

Pesez bien le pour et le contre.

Je vous souhaite du courage

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant


  • Contenu similaire

    • Par Joris Berthod
      Mon entreprise, qui est leader fabrication de lentilles optiques pour l'industrie automobile située à Laval est en pleine expansion, nous sommes à la recherche de ces postes:
       
      20x inspecteurs emballeur
      1x Technicien contrôle qualité
      2x Concepteur moule
      1x Concepteur composantes optiques
      1x Programmeur-machiniste
      1x Machiniste (nuit)
      1x Ingénieur junior
      1x Assembleur moule
      1x Polisseur
      1x Acheteur
      1x Technicien qualité (nuit)
      1x Ingénieur qualité
      1x Chef de produit
      1x Outilleur
      1x Technicien injection de plastique
      1x Développeur C++
       
       
      La compagnie offre:
      Un salaire compétitif Des avantages sociaux concurrentiels (médical et dentaire); Participation de l'employeur à un REER collectif; Accès au gymnase corporatif; Stabilité d'emploi; Perspective de développement professionnel intéressant; Environnement sécuritaire et stimulant; Équipement de protection individuel fourni; Entreprise en pleine expansion.  
      Vous pouvez me contacter si un poste vous intéresse. De plus elle a des l’expérience avec l’intégration de travailleur temporaire
       
      Joris
    • Par Automne
      120 POSTES VACANTS, 0 CANDIDAT
       
      L’usine de Fleury Michon à Rigaud a été forcée de retirer du marché une quarantaine de produits vendus dans les supermarchés du Québec. Même si deux augmentations de salaire y ont été consenties depuis le début de l’année, la production des repas Fleury Michon, Kilo Solution (Isabelle Huot) et Compliments (IGA) a dû cesser parce qu’il manque… 120 travailleurs.
       

       
      DES REVENUS AMPUTÉS DE 15 MILLIONS
       
      L’entreprise Fleury Michon, qui cuisinait 55 000 repas par semaine dans son usine de Rigaud appelée Delta Dailyfood, sera privée de 15 millions de dollars de revenus en mettant fin à la production de ses gammes de repas frais vendus en épicerie.
       
      « C’est tellement niaiseux ! », lâche le président du conseil d’administration, Claude Bergeron, au cours d’un entretien avec La Presse. Il n’arrive tout simplement pas à croire qu’une usine doive cesser une partie de ses activités faute de personnel et de logements à proximité, alors que l’intérêt des consommateurs et la rentabilité sont au rendez-vous.
      Heureusement, la production des repas congelés destinés aux compagnies aériennes comme Air Transat et Air Canada – la principale source de revenus de l’usine – se poursuit. Avec 330 employés. Mais il faudra rapidement investir 20 millions pour automatiser davantage les installations pour suffire à la demande qui croît en moyenne de 10 % par année.
      Si la rareté de la main-d’œuvre dans cette industrie est un enjeu connu et répandu, c’est la première fois que le Conseil de la transformation alimentaire du Québec (CTAQ) entend parler d’un tel impact.
      « C’est raide. […] Une fermeture [de ligne de production] comme celle de Fleury Michon, c’est une première. C’est un signal. »
       
      — Dimitri Fraeys, vice-président à l’innovation et aux affaires économiques
      La pénurie a commencé « il y a deux ou trois ans, mais on sent une nette accélération en 2017 », ajoute l’expert en main-d’œuvre du CTAQ.
       
      « ON A FRAPPÉ UN MUR »
       
      « Dès janvier et février, on a eu des problèmes de recrutement. En juin, c’est devenu extrêmement critique […] on a frappé un mur. Il a fallu faire des choix de production », raconte Claude Bergeron. Le recours à des employés provenant d’agences est essentiel. « Ils sont voyagés en autobus à partir d’Anjou tous les jours. Ça leur prend deux fois 1 h 10. » Les autres sont syndiqués TUAC.
      Six mois après l’augmentation des salaires de 2 %, en janvier, Fleury Michon les a de nouveau bonifiés. « On a rouvert la convention collective en juin et on a eu de bonnes augmentations de salaire, de 50 ¢ à 1 $ de l’heure », précise le représentant syndical Pierre Plante. En échange, la production passera de 5 à 7 jours par semaine.
       
      suite et source
       
      UN DOSSIER DE MARIE-EVE FOURNIER LA PRESSE
    • Par immigrer.com
      Mise à jour : 31 octobre 2017 | 3:00  Ajuster la taille du texte [ENQUÊTE] Des chercheurs d’emplois floués par une agence montréalaise
      Par Camille LopezMétro  
      Convaincus d’avoir été floués, plusieurs jeunes et nouveaux arrivants se sont tournés vers les médias sociaux pour dénoncer la «fraude» dont ils se disent victimes: une formation vendue par une agence de recrutement d’employés en restauration. L’enquête de Métro a révélé que cette entreprise a recours à des techniques d’hameçonnage pour tirer profit de gens sans expérience à la recherche d’un emploi.
      «On m’a vendu du rêve»
      Mikaël* vit à Montréal depuis quelques mois. En janvier dernier, sur le site de petites annonces Emplois Resto Montréal, il tombe sur une offre d’emploi alléchante: un établissement recherche des «barmans, busboys ou serveuses» «avec ou sans expérience» et promet un «salaire très compétitif».
      Tenté par cette annonce puisqu’il n’a aucune expérience en restauration, le nouvel arrivant pose sa candidature et est rapidement convoqué en entrevue. Toutefois, ce n’est pas un propriétaire de restaurant ou un gérant de bar qui lui répond mais bien le Mentoring Service for Small and Medium Businesses of Canada (MSMB), une agence de placement en restauration créée par Simon Primeau et Guillaume Giraud en novembre 2016. «Ç’a été ma première surprise: je m’attendais à [faire affaire avec] un établissement», a relaté Mikaël à Métro.
      Sous un nom d’emprunt, Métro a répondu à une annonce similaire, trouvée au hasard. Moins de 24 heures plus tard, l’agence a répondu et transmis une convocation pour une entrevue dans ses bureaux situés à l’Atrium Le 1000. Au moment de mettre sous presse, l’offre était toujours sur le site.

      L’annonce du site Emplois Resto Montréal à laquelle Métro a répondu. 
      Métro a rencontré plusieurs anciennes recrues du MSMB. Leur histoire est toujours la même. Lors de l’entrevue initiale, les candidats apprennent rapidement qu’il n’y a pas nécessairement d’emploi qui les attend. La raison de leur convocation est moins alléchante que l’offre publiée sur internet: on leur propose une place dans l’agence.
      Le MSMB propose à ses candidats de faire partie d’une banque d’employés où plusieurs établissements viennent recruter du personnel. Contrairement aux autres services similaires, cette entreprise ne prend pas de pourcentage sur le salaire des candidats recrutés à l’aide de ses services.
      Alors, d’où proviennent les revenus? La réponse, qui se trouve sur le contrat signé par tous les candidats du MSMB, est plutôt floue: «Je reconnais que MSMB Canada reçoit des revenus de diverses sources pour ses activités de placement de personnel. Ces revenus peuvent, entre autres, provenir des employeurs clients, des candidats et des écoles spécialisées directement et indirectement liés à l’administration de MSMB Canada.»
      Les employés du MSMB font ensuite savoir aux candidats que leur profil convient parfaitement à l’entreprise. Dans chaque cas, on leur dit qu’une fois placés dans un établissement, ils pourraient gagner «au moins 200$ en pourboires» chaque jour.
      Il y a toutefois un «petit problème» avec les candidatures des personnes à qui Métro a parlé: leur manque d’expérience. On leur propose alors une offre «qu’ils ne peuvent pas refuser»: une formation pour compenser. S’ils refusent, ils ne pourront pas se joindre au MSMB. Le cours en ligne coûte un peu plus de 300$.
       
      suite et source: http://journalmetro.com/actualites/montreal/1219712/enquete-des-chercheurs-demplois-floues-par-une-agence-montrealaise/
    • Par lindsay
      Bonjours, mon conjoint et moi même entamons les démarche pour vivre au Canada. Mon conjonit est maçon en France et conduit également pas mal d'engin de TP, type: tracto- pelle, mini pelle ect, on m'a dit qu'au Canada, vu le grand froid l'hivers, les maçon ne bossaient pas, normal, me diriez- vous mais alors qu'elle job peut-il trouver en cet période? Peut-il travaillé comme conducteur d'engin de TP? 
      Merci pour vos réponses.
    • Par Couturiere
      Bonsoir,
       
      je veux bien savoir si on peut avoir un permis de travail pour un poste à temps partiel ? 
      et si oui est ce que ça peut etre permanent ?
       
      Merci
    • Par Liryne
      Bonjour, 
      je cherche à partager des témoignages et expériences avec des immigrants TQSQ résidents permanents arrivés récemment il y a moins de 6 mois disons...
      c'est à propos du travail, quel job avez-vous trouvé en premier, comment et au bout de combien de temps
      et surtout les difficultés à trouver une job dans son domaine
       
      moi je suis encore en attente des résultats de mon équivalence, et le centre qui me suit pour mon intégration n'arrête pas de me pousser vers les call centers
      en me débrouillant seule, j'ai pour l'instant trouvé une job en tant que vendeuse dans un magasin
       
      j'ai hâte de lire vos différents parcours, comment  vous vous en sortez au niveau professionnel 
      je précise récemment arrivé pour pouvoir m'identifier car c'est souvent les débuts qui sont difficiles, et c'est ce profil de nouvel arrivant qui m'intéresse
       
      l'évolution de ceux arrivés depuis un peu plus longtemps m'intéresse aussi bien entendu, surtout si elles donnent de l'espoir pour la suite ...
    • Par CapitaineLily
      Bonjour,
       
      Je souhaite faire un jeune pro avec l'entreprise qui est mon employeur actuel. Est-ce qu'il est possible de faire un jeune pro même si on fait déjà partie de l'entreprise ?
       
      Aussi, sur le site officiel il est précisé que la dernière ronde pour les EIC a lieu du 25 au 29 Septembre, je suis assez novice sur ce domaine et je me demandais ce qui est sous-entendu par "après les rondes seront fermées pour la saison". Il ne sera plus possible de faire des demandes de jeune pro après cette date ?
       
      Merci par avance pour votre aide  
    • Par VictoriaCDENE
      Bonjour à tous, 
       
      Je vois qu'il n'existe pas de sujet existant sur la Nouvelle-Écosse, et pourtant, quelle belle et accueillante province ! 
      Je suis arrivée de France à Halifax en octobre 2014 et en tant qu'agente aux communications et au marketing pour le CDÉNÉ (Conseil de développement économique de la Nouvelle-Écosse) voici quelques précieuses informations que j'aimerai partager avec vous si vous souhaitez immigrer en Nouvelle-Écosse :
       
      Tourisme 
      Ses côtes de près de 7 400 km baignent dans l’océan Atlantique. Ses régions urbaines et rurales permettent d’infinies possibilités pour se réaliser aux plans professionnel et personnel. Malgré le fait qu’elle soit une province anglophone et que son marché du travail fonctionne majoritairement en anglais, la Nouvelle-Écosse offre d’excellentes possibilités de carrières aux individus qui maîtrisent également le français. Sa situation géographique est aussi avantageuse du point de vue des affaires en raison de sa proximité avec les marchés européens et américains. D’ailleurs, la Nouvelle-Écosse compte un aéroport international, l’Aéroport international Stanfield d’Halifax, qui offre des vols directs vers plus de 11 pays, en plus de vols à l’intérieur du Canada et vers les États-Unis. Il est également important de souligner que le coût de la vie en Nouvelle-Écosse est faible, ce qui entraîne un pouvoir d’achat plus élevé ainsi qu’une plus grande qualité de vie.
       
      Vivre en français
      Il existe, en Nouvelle-Écosse, des communautés de langue française établies depuis longue date. Leur présence date du 17e siècle et leur population est connue sous le nom des « Acadiens et Acadiennes ». Encore aujourd’hui, la langue française est utilisée dans ces communautés.
      Du point de vue de la langue, 10 % de la population néo-écossaise, soit près de 100 000 personnes, peut s’exprimer en français. Bien que seulement 4 % des résidents de la Nouvelle-Écosse possèdent le français comme langue maternelle, près d’une demi-douzaine de ses collectivités comptent un nombre important d’habitants qui s’expriment dans cette langue. Les personnes d’expression française forment la majorité dans trois de ces régions.
       
      Les familles d’expression française ont accès à plus de 20 écoles publiques francophones chapeautées par le Conseil scolaire acadien provincial (CSAP). De plus, l’Université Sainte-Anne offre des programmes universitaires et collégiaux en français dans ses cinq campus. Enfin, de nombreux organismes régionaux, provinciaux et institutionnels offrent des services variés en français aux diverses collectivités où un nombre élevé de résidents s’expriment en français. Bref, il est possible d’envisager une vie riche et stimulante en français en Nouvelle-Écosse!
       
      Emploi
      La Nouvelle-Écosse a un besoin grandissant de recruter des travailleurs qualifiés provenant de l’étranger pour réaliser son plein potentiel. Notre province est d’une beauté exceptionnelle, elle prend racine dans des communautés fortes et elle offre son lot de possibilités à saisir.
       
      Important! dans le cadre du projet pilote d'immigration au Canada atlantique, certaines professions sont prioritaires pour l'immigration en Nouvelle-Écosse lors de votre demande d'entrée express. Voici la liste :
       
      #
      Titre des professions
      CNP
       
      Niveau d
      compétence
       
      1
      Vérificateurs/vérificatrices et comptables
       
      1111
      A
      2
      Autres agents financiers/agentes financières
      1114
      A
      3
      Professionnels/professionnelles en publicité, en marketing et en relations publiques
      1123
      A
      4
      Adjoints administratifs/adjointes administratives
      1241
      B
      5
      Techniciens/techniciennes en comptabilité et teneurs/teneuses de livres
      1311
      B
      6
      Ingénieurs civils/ingénieures civiles
      2131
      A
      7
      Analystes et consultants/consultantes en informatique
      2171
      A
      8
      Programmeurs/programmeuses et développeurs/développeuses en médias interactifs
      2174
      A
      9
      Techniciens/techniciennes de réseau informatique
      2281
      B
      10
      Agents/agentes de soutien aux utilisateurs
      2282
      B
      11
      Infirmiers autorisés/infirmières autorisées et infirmiers psychiatriques autorisés/infirmières psychiatriques autorisées
       
      3012
      A
      12
      Infirmiers auxiliaires/infirmières auxiliaires
      3233
      B
      13
      Enseignants/enseignantes au niveau collégial et autres instructeurs/instructrices en formation professionnelle
       
      4021
      A
      14
      Techniciens/techniciennes juridiques et personnel assimilé
       
      4211
      B
      15
      Travailleurs/travailleuses des services sociaux et communautaires
       
      4212
      B
      16
      Représentants/représentantes des ventes financières
       
      6235
      B
       
      Professions en demande en 2016
      Les chiffres entre parenthèses, qui suivent le nom des professions, correspondent à un code CNP, soit un code de la Classification nationale des professions. La CNP est la référence reconnue des professions au Canada. Le générique masculin est utilisé dans le but d’alléger la lecture du texte. Il désigne à la fois les femmes et les hommes.
      Professions des affaires, des finances et de l’administration
      Vérificateurs et comptables (1111) Profession réglementée*
      Analystes financiers et analystes en placements (1112) Non réglementée
      Professions de la santé
      Omnipraticiens et médecins en médecine familiale (3112) Réglementée*
      Infirmiers autorisés et infirmiers psychiatriques autorisés (3012) Réglementée*
      Infirmiers auxiliaires (3233) Réglementée*
      Technologues de laboratoires médicaux (3211) Réglementée*
      Physiothérapeutes (3142) Réglementée*
      Ergothérapeutes (3143) Réglementée*
      Sciences naturelles et appliquées et professions apparentées          
      Ingénieurs civils (2131) Réglementée*
      Ingénieurs mécaniciens (2132) Réglementée*
      Ingénieurs électriciens et électroniciens (2133) Réglementée*
      Ingénieurs informaticiens (2147) Réglementée*
      Analystes et consultants en informatique (2171) Non réglementée
      Analystes de bases de données et administrateurs de données (2172) Non réglementée
      Programmeurs et développeurs en médias interactifs (2174) Non règlementée
      Professions en sciences sociales et en éducation 
      Psychologues (4151) Réglementée*
      Éducateurs et aide-éducateurs de la petite enfance (4214) Réglementée*

      *Certaines professions et certains métiers sont réglementés en Nouvelle-Écosse. En d’autres termes, un permis d’exercice est exigé. Pour en découvrir davantage visitez http://immigrertravaillerne.ca/professions-reglementees/
       
      Pour en savoir plus sur les services du CDÉNÉ et la Nouvelle-Écosse, rendez-vous sur http://immigrertravaillerne.ca/ et contactez nos agents par courriel :
      Agente de recherche - laura.le@cdene.ns.ca 
      Agente en immigration économique - ncomeau@cdene.ns.ca
       
      Liste (non exhaustive) des organismes francophones en Nouvelle-Écosse par secteur : 
       
      Santé
      Réseau santé Nouvelle-Écosse
       
      Vie communautaire et culturelle
      La fédération acadienne de la Nouvelle-Écosse
      Conseil communautaire du Grand-Havre
      Fédération culturelle acadienne de la Nouvelle-Écosse
      Regroupement des aînés de la Nouvelle-Écosse
      Centre de ressources pour les familles militaires
      Fédération des femmes acadiennes Nouvelle-Écosse
      Centre communautaire de la Rive-Sud
      Association de la Vallée
      Centre francophone communautaire de Truro
      Conseil acadien de Par-en-Bas
      Centre communautaire étoile de l'Acadie
      L'Acadie de Chezzetcook
      Centre communautaire culturel La Picasse
      La Société acadienne de Clare
      Société acadienne Sainte-Croix
      Centre culturel et galerie les Trois Pignons
       
      Éducation et jeunesse
      Conseil scolaire acadien provincial
      Conseil jeunesse provincial
      Université Sainte-Anne
      Garderie Le Petit Voilier
      Alliance Française Halifax
      Fédération des parents acadiens Nouvelle-Écosse
      The French Doctor
      Prématernelle le Jardin d'Evra
      Fleur de Lys
      Centre provincial de ressources préscolaires
      Jeux de l'Acadie Nouvelle-Écosse
      Équipe alphabétisation Nouvelle-Écosse
       
      Juridique
      Association des juristes d'expression française Nouvelle-Écosse
       
      Immigration
      Immigration Francophone Nouvelle-Écosse
      Conseil de développement économique de la Nouvelle-Écosse
       
      Emploi et entreprise
      Conseil de développement économique de la Nouvelle-Écosse
      Chambre de commerce francophone Halifax
       
      Média
      Le Courrier de la Nouvelle-Écosse
      Radio Canada
      Oui 98.5
      CIFA FM 104.1
      CITU FM 104.1
      CKJM FM 106.1(Chéticamp) / 92.5 (Pomquet)
       
       
    • Par VictoriaCDENE
      Bonjour à tous, 
       
      Vous pensez à immigrer au Canada? vous vous demandez quel est le marché de l'emploi en Nouvelle-Écosse et quelles sont les opportunités? Ces informations sont pour vous ! 
      La Nouvelle-Écosse a un besoin grandissant de recruter des travailleurs qualifiés provenant de l’étranger pour réaliser son plein potentiel. Notre province est d’une beauté exceptionnelle, elle prend racine dans des communautés fortes et elle offre son lot de possibilités à saisir.
       
      Important! dans le cadre du projet pilote d'immigration au Canada atlantique, certaines professions sont prioritaires pour l'immigration en Nouvelle-Écosse lors de votre demande d'entrée express. Voici la liste :
       
      #
      Titre des professions
      CNP
       
      Niveau d
      compétence
       
      1
      Vérificateurs/vérificatrices et comptables
       
      1111
      A
      2
      Autres agents financiers/agentes financières
      1114
      A
      3
      Professionnels/professionnelles en publicité, en marketing et en relations publiques
      1123
      A
      4
      Adjoints administratifs/adjointes administratives
      1241
      B
      5
      Techniciens/techniciennes en comptabilité et teneurs/teneuses de livres
      1311
      B
      6
      Ingénieurs civils/ingénieures civiles
      2131
      A
      7
      Analystes et consultants/consultantes en informatique
      2171
      A
      8
      Programmeurs/programmeuses et développeurs/développeuses en médias interactifs
      2174
      A
      9
      Techniciens/techniciennes de réseau informatique
      2281
      B
      10
      Agents/agentes de soutien aux utilisateurs
      2282
      B
      11
      Infirmiers autorisés/infirmières autorisées et infirmiers psychiatriques autorisés/infirmières psychiatriques autorisées
       
      3012
      A
      12
      Infirmiers auxiliaires/infirmières auxiliaires
      3233
      B
      13
      Enseignants/enseignantes au niveau collégial et autres instructeurs/instructrices en formation professionnelle
       
      4021
      A
      14
      Techniciens/techniciennes juridiques et personnel assimilé
       
      4211
      B
      15
      Travailleurs/travailleuses des services sociaux et communautaires
       
      4212
      B
      16
      Représentants/représentantes des ventes financières
       
      6235
      B
       
      Professions en demande en 2016
      Les chiffres entre parenthèses, qui suivent le nom des professions, correspondent à un code CNP, soit un code de la Classification nationale des professions. La CNP est la référence reconnue des professions au Canada. Le générique masculin est utilisé dans le but d’alléger la lecture du texte. Il désigne à la fois les femmes et les hommes.
      Professions des affaires, des finances et de l’administration
      Vérificateurs et comptables (1111) Profession réglementée*
      Analystes financiers et analystes en placements (1112) Non réglementée
      Professions de la santé
      Omnipraticiens et médecins en médecine familiale (3112) Réglementée*
      Infirmiers autorisés et infirmiers psychiatriques autorisés (3012) Réglementée*
      Infirmiers auxiliaires (3233) Réglementée*
      Technologues de laboratoires médicaux (3211) Réglementée*
      Physiothérapeutes (3142) Réglementée*
      Ergothérapeutes (3143) Réglementée*
      Sciences naturelles et appliquées et professions apparentées          
      Ingénieurs civils (2131) Réglementée*
      Ingénieurs mécaniciens (2132) Réglementée*
      Ingénieurs électriciens et électroniciens (2133) Réglementée*
      Ingénieurs informaticiens (2147) Réglementée*
      Analystes et consultants en informatique (2171) Non réglementée
      Analystes de bases de données et administrateurs de données (2172) Non réglementée
      Programmeurs et développeurs en médias interactifs (2174) Non règlementée
      Professions en sciences sociales et en éducation 
      Psychologues (4151) Réglementée*
      Éducateurs et aide-éducateurs de la petite enfance (4214) Réglementée*

      *Certaines professions et certains métiers sont réglementés en Nouvelle-Écosse. En d’autres termes, un permis d’exercice est exigé. Pour en découvrir davantage visitez http://immigrertravaillerne.ca/professions-reglementees/
       
      Pour en savoir plus sur nos services et la Nouvelle-Écosse, rendez-vous sur http://immigrertravaillerne.ca/ 
       
      Contactez nos agents par courriel :
      Agente de recherche - laura.le@cdene.ns.ca 
      Agente en immigration économique - ncomeau@cdene.ns.ca
    • Par ntscanada
      Bonjour, 
      je suis actuellement à la recherche d'un emploi au Canada (au mieux Québec) afin de lancer une procedure d'immigration. Est ce que vs auriez des pistes ou chercher? Des sites et autres ? Je recherche dans le domaine de la Qualité et gestion des processus. Je suis actuellement en Allemagne et titulaire d'un master en management de la qualité avec 5 ans d'expérience (je suis encore en fonction). Merci pour vos suggestions. 
  • En ligne récemment   0 membre est en ligne

    Aucun utilisateur enregistré regarde cette page.



×