Aller au contenu
Laurent

Reportage : Le Canada, nouvel eldorado de l'emploi

Messages recommandés

il y a 23 minutes, qwintine a dit :

 

Pour la majorité d'entre nous le sentiment d'insécurité est une construction émotionnelle et ne reflète pas la réalité. Pour résumer, on se fait peur soi-même, souvent a cause des médias et du "et si ça m'arrivait" ...

 

Pour ce qui est des avantages, il y en a beaucoup plus en France qu'ici (salaires plus élevés, coût de la vie plus bas, avantages sociaux plus importants, ...). Evidemment, ne parlons pas de Paris qui est un cas à part.

 

Tenter l'aventure est risqué mais ça en vaut aussi la peine pour se construire et évoluer. Même si on peut en baver, c'est enrichissant. Ce n'est pas incompatible avec revenir après 3 ans avec un regard différent sur son propre pays d'origine. C'est une question personnelle et conditionnée par notre aversion ou pas pour le risque.

 

J'ajouterai que nous belges, français, suisses, ... avons le luxe de nous poser ces questions d'enfants gâtés et de faire la fine bouche là où d'autres immigrants venant de pays au régime politique, sécuritaire et socio-économique nettement moins libéral et démocratique n'ont pas le choix, pour eux c'est presque une question de survie.

 

Sinon, @mela16 si tu veux limiter le risque, il y d'autre pays d'Europe où aller offrant aussi de belles opportunités et bien moins de risques

oh tout de même il faut reconnaitre que l'insécurité en france est grandissante, les avantages personnellement nous en tant que commerçant artisans , nous n'y avons pas accès , pas de chomage, pas  de rsa, pas de vacances, pas d'arrèt maladie et j'en passe très peut de retraite alors il est vrai que l'on ne prend pas un gros risque et puis nous avons une maison qui est louée en france alors c'est un placement immobilier non négligeable, et je sais bien que si cela ne fonctionne pas sur la terre glacée , nous n'aurons pas de peine a retrouver du travail rapidement ! mais l'inconnu fait peur et puis cette aventure va forcement engendrer des frais que nous ne récupérerons jamais , le déménagement les billets d'avion, les frais vétérinaires pour les animaux ( 4 ) etc donc nous verrons bien ou la vie va nous mener !!!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 7 minutes, juetben a dit :

alors entre avoir le choix d'habiter un quartier de merde et un quartier pas de merde, le choix se fait non?

ouai mais j'imagine que quand tu n'as pas suffisamment de revenu, tu as pas trop le choix d'habiter des quartier 'de merde' comme tu dis parce que tu ne peux pas t'offrir un loyer ailleurs. 

Puis aussi ça dépend du secteur d'emploi. Tu peux pas toujours aller habiter dans le fin fond d'une région. 

 

 

Modifié par Automne

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 40 minutes, qwintine a dit :

 

 

 

J'ajouterai que nous belges, français, suisses, ... avons le luxe de nous poser ces questions d'enfants gâtés et de faire la fine bouche là où d'autres immigrants venant de pays au régime politique, sécuritaire et socio-économique nettement moins libéral et démocratique n'ont pas le choix, pour eux c'est presque une question de survie.

 

Sinon, @mela16 si tu veux limiter le risque, il y d'autre pays d'Europe où aller offrant aussi de belles opportunités et bien moins de risques

 

:D

 

Et toi qwintine, pourquoi tu n'as pas suivi ton propre conseil et immigrer dans un autre pays européen pays plutôt qu'au Québec ?

 

quintine ou " faites ce que je dis, pas ce que je fais ". lol ! 

 

Si ton comportement était conforme à ton discours, tu aurais plus de " crédibilité "... ce qui malheureusement n'est pas le cas.

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 11 minutes, Automne a dit :

ouai mais j'imagine que quand tu n'as pas suffisamment de revenu, tu as pas trop le choix d'habiter des quartier 'de merde' comme tu dis parce que tu ne peux pas t'offrir un loyer ailleurs. 

Puis aussi ça dépend du secteur d'emploi. Tu peux pas toujours aller habiter dans le fin fond d'une région. 

 

 

Si tu as pas suffisamment de revenus la question de l'immigration ne se pose pas non plus...

 

Ne pas avoir suffisamment de revenus ne signifie pas non plus devoir habiter dans une zone dangeureuse... changer de ville sans que cela coute plus cher se fait aussi en terme de loyer! Vivre dans une zone en banlieue de paris te coûtera le même loyer que tranquille dans une belle ville de province.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 35 minutes, Kweli a dit :

 

Ou reconsidérer votre projet dans l'idée de remettre le plus de chances possible de votre côté? 

 

Si j'étais vous, je ne précipiterais rien. Sans minimiser votre ressenti face à l'insécurité, la France n'est quand même pas la Syrie. Et si vous tentiez plutôt la résidence permanente? Parce que là, d'emblée, vous avez un minimum de sécurité, vous ne dépendez pas du bon vouloir d'un employeur en particulier, vous avez droits aux aides du gouvernement comme tout le monde. Et d'ailleurs, votre profil vous permettrait de lancer votre propre boîte, pas tout de suite arrivés mais dans 2-3 ans. En attendant vous travaillez ici et là, pour d'autres, vous apprenez les ficelles du métier ici, vous étudiez les goûts des Québécois, vous regardez les opportunités et le marché et dès que vous êtes prêts vous vous lancez. Vous n'êtes pas rentables la première année ni la deuxième peut-être, mais ça finit par arriver si vous êtes appréciés par les clients. 

 

De toute façon, quand une idée de partir est entrée dans la tête, elle ne part plus et continue de trotter trotter trotter tel un hamster ayant fumé des champignons. Vous finirez par réaliser vos rêves mais l'important est de ne pas le faire à n'importe quel prix, surtout que vous avez des enfants.

 

 

bonsoir, oui mais le statut résident permanent est très compliqué a obtenir je n'y arrive pas les dossiers sont complex et je manque cruellement de temps !! du coup c un peut la facilité d'accépter cette offre elle nous permet de rentrer rapidement 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 33 minutes, mela16 a dit :

oh tout de même il faut reconnaitre que l'insécurité en france est grandissante, les avantages personnellement nous en tant que commerçant artisans , nous n'y avons pas accès , pas de chomage, pas  de rsa, pas de vacances, pas d'arrèt maladie et j'en passe très peut de retraite alors il est vrai que l'on ne prend pas un gros risque et puis nous avons une maison qui est louée en france alors c'est un placement immobilier non négligeable, et je sais bien que si cela ne fonctionne pas sur la terre glacée , nous n'aurons pas de peine a retrouver du travail rapidement ! mais l'inconnu fait peur et puis cette aventure va forcement engendrer des frais que nous ne récupérerons jamais , le déménagement les billets d'avion, les frais vétérinaires pour les animaux ( 4 ) etc donc nous verrons bien ou la vie va nous mener !!!

 

@mela16 ça fait un sacré investissement d'argent pour venir gagner 12 $ de l'heure (à peine le SMIC français) ... 

 

En plus passer d'un statut de travailleur autonome à employé et de devoir "subir" un patron quand on a toujours été son propre patron ... sans parler du choc culturel lié au monde du travail d'ici ...

 

Le mieux est de faire plusieurs voyages de prospections et de pas vous précipiter sur un coup de tête. Ca vous permettra de prendre une meilleure décision en connaissance de cause et de limiter la casse s'il y a lieu. Et d'entamer des démarches plus sereines de type RP

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 13 minutes, mela16 a dit :

bonsoir, oui mais le statut résident permanent est très compliqué a obtenir je n'y arrive pas les dossiers sont complex et je manque cruellement de temps !! du coup c un peut la facilité d'accépter cette offre elle nous permet de rentrer rapidement 

 

Dans les faits, faire un dossier de résident permanent ou de résident temporaire, la difficulté et l'investissement en temps sont presque les mêmes. Et puis, si vous pensez à immigrer, bannissez le mot "facilité" de votre esprit parce que non, rien n'est facile. 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Le 11/01/2018 à 19:27, mela16 a dit :

nous en sommes au point mort si l'on peut dire!! j'ai éssayée de remplir un dossier d'imigration, mais c'est plutôt complex , en fait nous avons une offre d'emploi intéréssante , la personne nous proposent de payer les frais d'imigration pour mon mari a prioris en fonctionnant comme cela , ça nous permettrais de rentrer tout de suite enfin d'ici 6 mois environ avec nos enfants et d'avoir déja un employeur ! ça nous parait court , mais intéréssant et tout ça pour env 13 dollards de l'heure 

qu'en pensez vous ?

Bonjour, 

expérience personnelle : vivant en France et étant en recherche de job au Quebec depuis le mois de juillet (et toujours à ce jour) , une centaine de postes auxquels j'ai postulé sur des profils variant de 50 à 100% de correspondance ("match" parfait) , le tout sur 4 sites web (dont le fameux emploi-quebec) .. au final: 3 réponses : 2 positives restées sans suites , et une négative...

 

Finalement , ma meilleure chance de trouver ce job aura été la journée de l'emploi Quebec qui s'est déroulée fin novembre 2017 à Paris où je me suis inscrit et où j'ai pu rencontrer 2 employeurs québecois qui ont été très intéressé par mon profil .

Je dois les revoir en Février lors d'un voyage touristique !

Délais d'obtention du permis de travail (fait par l'entreprise elle même) : 4 mois ... alors que ma propre demande de CSQ faite sur "mon-projet-quebec" est bloquée (quota de 5.000 demandes atteint)

 

En conclusion: persévérez et ne perdez pas espoir , même si le fameux El Dorado n'est pas si facile d'accès !

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 1 heure, mela16 a dit :

bonsoir, oui mais le statut résident permanent est très compliqué a obtenir je n'y arrive pas les dossiers sont complex et je manque cruellement de temps !! du coup c un peut la facilité d'accépter cette offre elle nous permet de rentrer rapidement 

... elle nous permet de rentrer rapidement...>> au casse-pipe...
....pour les animaux ( 4 )  ... >> rien pour faciliter les chose$. 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 18 minutes, beho a dit :

Bonjour, 

expérience personnelle : vivant en France et étant en recherche de job au Quebec depuis le mois de juillet (et toujours à ce jour) , une centaine de postes auxquels j'ai postulé sur des profils variant de 50 à 100% de correspondance ("match" parfait) , le tout sur 4 sites web (dont le fameux emploi-quebec) .. au final: 3 réponses : 2 positives restées sans suites , et une négative...

 

Finalement , ma meilleure chance de trouver ce job aura été la journée de l'emploi Quebec qui s'est déroulée fin novembre 2017 à Paris où je me suis inscrit et où j'ai pu rencontrer 2 employeurs québecois qui ont été très intéressé par mon profil .

Je dois les revoir en Février lors d'un voyage touristique !

Délais d'obtention du permis de travail (fait par l'entreprise elle même) : 4 mois ... alors que ma propre demande de CSQ faite sur "mon-projet-quebec" est bloquée (quota de 5.000 demandes atteint)

 

En conclusion: persévérez et ne perdez pas espoir , même si le fameux El Dorado n'est pas si facile d'accès !

 

 

 

Bon témoignage @beho. Tout a fait en décalage avec le discours marketing du plein emplois et on doit faire venir des gens et on les chasse dans leur pays mais un reflet plutôt juste de la réalité.

 

J'ajouterai que ce n'est pas parce qu'ils te disent de passer les voir quand tu es en vacances que ça aboutira. Même si je te le souhaite du fond du coeur. C'est souvent une façon très québecoise de clôturer les discussions sans conflit pour pas avoir à te dire non en face.

 

Arrêtez avec l'Eldorado, il n'est pas difficile d'accès, il n'existe tout simplement pas!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 50 minutes, qwintine a dit :

 

Bon témoignage @beho. Tout a fait en décalage avec le discours marketing du plein emplois et on doit faire venir des gens et on les chasse dans leur pays mais un reflet plutôt juste de la réalité.

 

J'ajouterai que ce n'est pas parce qu'ils te disent de passer les voir quand tu es en vacances que ça aboutira. Même si je te le souhaite du fond du coeur. C'est souvent une façon très québecoise de clôturer les discussions sans conflit pour pas avoir à te dire non en face.

 

Arrêtez avec l'Eldorado, il n'est pas difficile d'accès, il n'existe tout simplement pas!

Disons qu'il faut une sacrée dose de courage, de flexibilité et de mobilité, une détermination inébranlable, pas mal d'argent, un moral inoxidable, ne pas s'ennuyer de sa famille restée "là-bas", accepter de tout reprendre au bas de l'échelle, et j'en passe. Bref, savoir et pouvoir "reculer" pour mieux sauter. Ce n'est pas pour tout le monde. Faut bien évaluer ce que l'on risque de perdre pour peut-être gagner - avec le temps - une vie potentiellement meilleure. Rien n'est impossible mais ce sont des efforts à faire sur le long terme. 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 49 minutes, qwintine a dit :

 

Bon témoignage @beho. Tout a fait en décalage avec le discours marketing du plein emplois et on doit faire venir des gens et on les chasse dans leur pays mais un reflet plutôt juste de la réalité.

 

J'ajouterai que ce n'est pas parce qu'ils te disent de passer les voir quand tu es en vacances que ça aboutira. Même si je te le souhaite du fond du coeur. C'est souvent une façon très québecoise de clôturer les discussions sans conflit pour pas avoir à te dire non en face.   c'est tellement vrai

 

Arrêtez avec l'Eldorado, il n'est pas difficile d'accès, il n'existe tout simplement pas!

 

Exacte. J'allais rebondir sur ces 2 points.

C'est la vérité quand on dit que les gens sont très gentils. Ils sont très gentils. Ils te rassurent et t'assurent que oui ils t'embauchent dès que tu reviens !

Mais quand c'est pour de vrai ben là : non. Heu..... y a eu du changement ! Vous êtes sûr ? Ben........Heu !!!! Désolé ! (flop !)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a une heure, trefle a dit :

 

Exacte. J'allais rebondir sur ces 2 points.

C'est la vérité quand on dit que les gens sont très gentils. Ils sont très gentils. Ils te rassurent et t'assurent que oui ils t'embauchent dès que tu reviens !

Mais quand c'est pour de vrai ben là : non. Heu..... y a eu du changement ! Vous êtes sûr ? Ben........Heu !!!! Désolé ! (flop !)

 

Ah ah il y a une procédure en fait, ils n’aiment pas embaucher en direct, il faut passer par un intermédiaire. Je vais donner deux exemples :

 

1-  Vous participez à un salon de l’emploi et donnez votre CV en mains propres, celui-ci passera à la trappe autant dire à la poubelle. Vous donnez ce même CV à une personne interne à la boîte qui veut bien vous appuyer, vous decrocherez un entretien et éventuellement la job

 

2- Vous postulez directement chez un employeur potentiel, vous passez toutes les epreuves ecrites, orales etc.... et lors du dernier entretien on vous repond par la négative.

Vous travaillez chez un prestataire de services qui va vous placer chez ce même potentiel employeur qui vous a refusé en interne.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Le 1/11/2018 à 14:06, francais a dit :

l'immigration n'a jamais été aussi longue et complique, a rien y comprendre

Emmigrer en france, par contre, c'est moins compliqué...;)

Modifié par Ivy Bijou

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 1 minute, Ivy Bijou a dit :

Emmigrer en france, par contre, c'est moins compliqué...;)

Ben ouai et d'apres toi comment on immigre de façon permanente en france si c'est si facile??

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 1 minute, juetben a dit :

Ben ouai et d'apres toi comment on immigre de façon permanente en france si c'est si facile??

Je connais des personnes de la famille de ma femme qui s'y sont installés sans problèmes, qui ont scolarisé les enfants sans qu'on leur pose la moindre question, et qui ont obtenu, par je ne sais pas quel moyen, les papiers pour régulariser leur situation. 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 10 minutes, Ivy Bijou a dit :

Je connais des personnes de la famille de ma femme qui s'y sont installés sans problèmes, qui ont scolarisé les enfants sans qu'on leur pose la moindre question, et qui ont obtenu, par je ne sais pas quel moyen, les papiers pour régulariser leur situation. 

Et c'était quand et ils viennent d'ou...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 4 heures, beho a dit :

Bonjour, 

expérience personnelle : vivant en France et étant en recherche de job au Quebec depuis le mois de juillet (et toujours à ce jour) , une centaine de postes auxquels j'ai postulé sur des profils variant de 50 à 100% de correspondance ("match" parfait) , le tout sur 4 sites web (dont le fameux emploi-quebec) .. au final: 3 réponses : 2 positives restées sans suites , et une négative...

 

Finalement , ma meilleure chance de trouver ce job aura été la journée de l'emploi Quebec qui s'est déroulée fin novembre 2017 à Paris où je me suis inscrit et où j'ai pu rencontrer 2 employeurs québecois qui ont été très intéressé par mon profil .

Je dois les revoir en Février lors d'un voyage touristique !

Délais d'obtention du permis de travail (fait par l'entreprise elle même) : 4 mois ... alors que ma propre demande de CSQ faite sur "mon-projet-quebec" est bloquée (quota de 5.000 demandes atteint)

 

En conclusion: persévérez et ne perdez pas espoir , même si le fameux El Dorado n'est pas si facile d'accès !

 

 

Enlevez ce terme d Eldorado de la tête, cela vous evitera bien des déconvenues...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Je connais des personnes de la famille de ma femme qui s'y sont installés sans problèmes, qui ont scolarisé les enfants sans qu'on leur pose la moindre question, et qui ont obtenu, par je ne sais pas quel moyen, les papiers pour régulariser leur situation. 



Pour les enfants c’est normal :

Tous les enfants mineurs présents sur le territoire français doivent être scolarisés sans condition de régularité de séjour de leurs parents ou de leurs responsables légaux, ni de condition d'entrée dans le cadre du regroupement familial.


Après pour le reste je suis assez d’accord, il faut pas grand chose pour venir en France. Il y a 3 ans quand j’étais encore manager j’ai pu embaucher un arménien qui était arrivé en France depuis 3 mois illégalement, qui parlais français de manière exemplaire, en lui faisant signer un CDI il a pu obtenir sa carte de séjour et à ce jour il réside encore en France.


Envoyé de mon iPhone en utilisant Tapatalk Pro

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Le 12/01/2018 à 03:06, mela16 a dit :

bonjour, nous avons déja fait le calcul et même si nous sentons bien que la plupart des canadiens ne veulent pas de nous , et je comprend vu ce que certains " français " font de notre pays, mais nous ne sommes pas tous pareil !! nous recherchons avant tout, le calme et la rigueur que nous n'avons pas chez nous et nous sommes près a des sacrifices financiers si il le faut et nous perso , nous sommes commerçants et je peut vous dire que les avantages nous n'en n'avons quasi pas ormi les 120 € d'alloc pour les enfants , et la sécu , mais nous en tant que commerçants nous la payons très cher la sécu a coup de 800 € par mois donc franchement il n'y a pas photo notre choix est fait et ce n'est pas nous qui viendrons vous poser des problèmes dans votre pays  

Bonjour Mela

je viens de rapporter notre experience 

Nous sommes venus en Aout 2015, moi en PTT et ma femme par un tres tres mauvais concours de circonstance n'a pas pu travailler avant plus d un an.

Nous avions d'ailleurs budgetisé notre vie selon son emploi prévu et réserver un tout meublé pour environ 1400$.

Ok nous avons été super léger car au final un seul salaire rentrant , paye horaire de 26$, soit 2 fois plus que ton mari prévoit!!

Et je peux te dire que ça a été très dur, oh pas les 6 premiers mois, car nous avions un peu d'argent de côté , mais les 6 derniers avant que ma femme travaille nous avons tiré la langue tous les 4.

Je t'explique: une rentréé d'argent de 2400$ net par mois avec assurance familiale comprise, Nos dépenses! Le loyer, 1400$, Abonnlment travail 82$, les cellulaires 150$, l' alimentation 250$/ sem, cela sans extras fait un total de 2632$!! -232$

A cela il a fallu ajouter les vêtements d'hiver, les vêtements courants, les dépenses pour faire plaisir en premier lieu aux enfants, tout ceci pris sur nos frêles économies.

C'était invivable à long terme. Nous avons donc déménagé dans un 4 1/2 en Juillet 2016. Mais là il a fallu rajouter l'électricité, le chauffage, l'abonnement internet, et tout et tout, cela revenait presque au même!!

Fort heureusement ma femme à trouver un emploi en Septembre 2016,  à 13$ de l'heure.

Nous avons pu sortir un peu la tête de l'eau. Désormais, elle gagne 21$ de l'heure et nous pouvons que maintenant, nous pouvons vivre tranquillement. Achat d'une voiture et possibilité de partir en vacances et de faire des sorties.

De plus les Allocations pour enfant, canadiennes et quebecoises, le remboursement reçu des impots nous permettent maintenant de mettre de l argent de côté.

Voilà notre parcours, il nous aura fallu 2 ans un peu difficile avec beaucoup de doutes pour pouvoir être rasséréner.

Ce qui nous a permis de tenir? Notre soif d'y arriver, mais Mela cette soif a été mise à rude épreuve, et je ne souhaite à personne de vivre ces déconvenues.

Pesez bien le pour et le contre.

Je vous souhaite du courage

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

  • Contenu similaire

    • Par Dariaparis
      Bonjour à tous,
      Je suis en train de compléter ma demande entrée express Ontario. Concernant le code CNP correspondant à l'emploi que je souhaite occuper au Canada, j'ai beaucoup de mal à trouver un équivalent. En effet je suis responsable qualité environnement dans le secteur des services et je ne trouve pas de code CNP qui s'en approche. Il existe des codes relatifs aux métiers de la qualité dans l'industrie mais la description qui en est faite ne correspond pas. J'ai déjà fait une première demande d'immigration via le programme fédéral qui m'a été refusée car le code que j'avais proposé 1122 (professionnels des services-conseils en gestion aux entreprises), ne correspondait pas selon eux à l'expérience que j'ai acquise en France (plus de 10 ans dans le métier de la qualité/environnement).
      Savez-vous à qui je pourrais m'adresser pour avoir des renseignements sur les codes CNP à utiliser ?
      Merci d'avance!
       
    • Par Lucas34460
      Bonjour,
       
      Je suis actuellement en France et je me renseigne pour une potentielle vie future au Canada.
      Je suis étudiant, et j'aurais finis mes études d'ici 3 ans.
      J'aimerais recevoir des informations sur le secteur bancaire au canada, pour accéder a des postes de directeurs d'agences, de secteur ou encore de conseiller pro.
      Faisons comme si j'avais finis mes études, avec un DUT Techniques de Commercialisation en poche, et un Master Grande école de commerce double diplomes (Management + institut techniques bancaires = ITB) (ITB étant un programme poussé sur l'univers bancaire et le management bancaire) et en alternance, donc deux ans d'exp dans une banque.
      A quoi puis-je prétendre au Canada avec ce genre de diplômes?
      Merci de vos réponses.
    • Par CUBiX2018
      Bonjour à tous,
       
      Nous sommes une entreprise qui souhaitons recruter un PVT qui travaille comme pigiste pour nous afin qu'il devienne un employé permanent à temps plein.
      Quels sont les critères d'admissibilité d'emploi afin qu'il puisse obtenir sa résidence permanente?
      Connaissez-vous un lien Internet sur lequel je peux trouver toute l'information nécessaire à son recrutement? Le site d'Immigration Québec ne semble pas avoir de détails précis concernant cette situation.
       
      Merci d'avance et bonne journée!
       
      L'Équipe CUBiX
       
    • Par Elodie23
      Bonsoir à toutes et à tous !
       
      Je ne sais pas trop par où commencer, déjà je suis nouvelle haha c'est un bon début.
       
      Moi => Je m'appelle Elodie, j'ai 24 ans et je suis de Nîmes (Gard, France)
      Je suis diplômée d'un Bac Pro ARCU (accueil relations clients usagers) avec lequel j'ai pu exercer en tant que vendeuse, caissière, hôtesse d'accueil,...
       
      Ce qui m'intéresse (métiers/passions) : La photographie, être hôtesse d'accueil et vendeuse (plus spécialement en musée), la protection animale (donc les animaux, forcément haha)
       
      Ma situation => Bref, cela fait plusieurs années que j'envisage d'aller vivre dans la région de Québec pour rejoindre ma famille (oncle, tante, cousines)
      J'ai fait ma 1ère demande de PVT en février 2017 et me suis réactualisée en novembre 2017 (oui vu le temps que cela prend j'aurai pu la faire avant..)
      J'ai envisagé le parrainage familial mais cela ne mènera à rien nous n'avons pas le même nom de famille et les démarches sont trop complexes.
       
      Mes interrogations => Que puis-je envisager comme autres moyens d'immigration ?
      Résidence permanente directement?
      Faire un DEP de 1800h et demander ma résidence permanente après ?
      On m'a aussi dit qu'il y a des emplois recherchés et prioritaires au Québec, comment faire est-ce-qu'il faut poster sa candidature et après demander un visa de travail ou l'inverse ?
       
      Qu'en pensez-vous ?
       
      J'aurai aussi aimé savoir si quelqu'un était patient et bon dans les démarches parce que j'ai tellement peur de me tromper (et il y a tellement de choses à faire) que je ne sais pas par où commencer...
       
      Je vous remercie d'avance.
       
      Elodie
       
       
    • Par Olivierr
      Cela fait maintenant 9 mois que je suis au Canada, à Montréal plus précisément en tant que résident permanent. Je suis un jeune Mauricien de 30 ans , qui est arrivé ici avec tout plein d’ambition. Tout comme beaucoup d’entre vous, avant mon arrivée ici, j’appréhendais un peu car je ne savais pas ce qui m’attendait et surtout si j’allais trouver un emploi dans mon domaine (la vente en hôtellerie). J’envoyais mes CV aux employeurs et très peu me répondaient – cela me frustrait un peu à l’idée que je devais peut être me réorienter… Bref ! Tout ça pour vous dire que je ne regrette EN AUCUN CAS d’être venu ici car je me suis bien intégré et ai trouvé un emploi 2 semaines après mon arrivée ici !! Donc, c’est normal  d’avoir de l’appréhension 
       
      Pour réussir ici, voici mes suggestions ci-dessous  :
      EMPLOI
      Fouiller sur internet comment rédiger un CV et ce que les employeurs Canadiens attendent de vous – Je vous recommande le site SIEL (Service d’Intégration En Ligne). Ce site possède toute sorte de modules et ils ont même une section qui explique comment faire un CV.
       
      Ne perdez pas de temps !!! Rédigez votre CV et votre lettre de motivation en anglais et en français avant d’arriver ici. Acheter rapidement une carte SIM ici et mettez à jour votre CV avec le numéro de téléphone. La plupart des employeurs vont vous appeler pour un entretien (pas forcément par courriel). Bien entendu, si vous obtenez un entretien, préparez-vous bien – aller sur le site de l’employeur et mémorisez les informations clefs. Préparez au moins 3-4 questions du type qui vont intéresser l’employeur. Exemple : Dans 2 ans, quels sont les possibilités d’évolution de carrière…
       
      Envoyez au moins une vingtaine d’application par jour !!. Et surtout ne paniquez pas si vous n’avez pas de réponse après une semaine. Vous serez contacté 2-3 semaines après, si la candidature est retenue.
       
      Le jour de l’entretien - Dire Bonjour en regardant dans les yeux et SURTOUT donnez une poignée de main FERME !!!!!!!
       
      Être bilingue est un AVANTAGE !!
       
      Et dernier point à mon avis – soyez vous-même, humble et démontrez une bonne attitude !
       
      Essayer de faire au moins 1 an chez un employeur – dans le contraire, cela démontre que vous êtes instable.
       
      J’ai fait exactement ce que j’ai décrit ci-dessus, et BOOM, premier entretemps => je décroche un emploi à temps plein ; pas exactement dans le domaine que je voulais mais c’est très reliée. D’ailleurs, d’autre employeurs Canadiens ont pris contact avec moi via LINKEDIN alors que j’avais déjà signé avec mon employeur actuel et j’ai décline… (voir le point où je mentionne que je recommande de faire au moins un an avant de bouger autre part, à mon avis).
       
      Tout ça pour dire qu’il faut commencer quelque part, dans un domaine connexe idéalement, car cela vous débouchera sur ce que vous voulez faire plus tard.
      Intégration Sociale
      Quand je suis arrivé, j’avais fait les arrangements avec un ami mauricien pour qu’ils m’hébergent ; alors que je prévoyais d’habiter chez lui pendent 2- 3 semaines, j’y suis resté pendant 3 mois  (sans abus bien sûr lol).
       
      Alors que mon ami et sa famille a vécu ici pendant 6 ans, j’ai saisi cette occasion pour absorber toutes les informations nécessaires et je posais pas mal de questions sur les emplois, le mode de vie au Quebec etc...  Le maximum d’information que vous avez, le mieux ce sera pour vous !!
      Suite à cette expérience qui m’a été très bénéfique, je vous recommande, si bien sûre les conditions le permettent, d’aller vivre chez de la famille ou amis dès votre arrivée car cela facilitera beaucoup votre intégration.
       
      Il y a beaucoup beaucoup à dire et à écrire – mais je pense que ces quelques points vont vous être utiles. SURTOUT et SURTOUT, ne vous démotivez pas, la clef du succès ici est la persévérance. En passant, je viens d’une ile tropicale oὺ il peut faire 15 degrés en hivers. J’ai eu froid 2-3 fois car je n’étais pas équipé ; je peux vous dire que l’hiver ici est tout à fait supportable ; quant à moi, j’adore la neige et l’air frais 
       
      Bonne continuation.
       
      Olivier R
    • Par Liryne
      Bonjour tout le monde, 
       
      je viens de me faire littéralement "niaiser" une énième fois par une énième agence de placement dans le cadre de ma recherche d'emploi, et j'en ai donc gros sur le coeur....
       
      quelqu'un ici pourrait recommander des agences sérieuses et intègres?
       
      étant moi-même issue du milieu du recrutement, je suis vraiment choquée par la manière dont je me fais traiter (et je ne suis pas la seule dans mon entourage) par certaines agences, il y a un manque flagrant de déontologie et de professionnalisme qui règne dans le milieu, et je m'en rends compte en partageant mes anecdotes  lors de mes sorties, activités de réseautage et bénévolat auprès d'autres immigrants d'origines diverses et variées...
       
      au début, on se dit c'est le CV, l'ignorance, les débuts difficiles, ou le manque d'effort de notre part, c'est toujours la "faute" du nouvel arrivant....
       
      mais ensuite en revoyant la chose sous un autre angle, quand on a fait revoir et corriger ses CV par des professionnels locaux,  fait le tour des centres et des ateliers d'intégrations, qu'on a couru des journées entières chez emploi Québec, toutes les agences, tous les salons, fait du bénévolat, des stages non rémunérés "grâce" à la chambre de commerce de Montréal, sacrifié temps, argent, dignité même, car en tant que personne particulièrement à cheval sur la courtoisie et ayant été formée à une intégrité irréprochable envers les candidats (je suis ex recruteuse), je commence à me poser des questions...
       
      si seulement il y avait un minimum de respect dans les échanges! mais les relances pourtant polies sont au mieux ignorées, au pire donnent lieu à des réactions sèches voire désobligeantes, comme si on dérangeait celui ou celle qui est censé nous "conseiller"... Ce n'est pas comme si je les harcelais sans leur donner le temps de faire un retour de leur côté, c'est vraiment quand j'ai l'impression qu'ils sont portés disparus ou décédés que je me permets de leur faire poliment signe....mais l'absence totale d'information, de suivi (sur les résultats de tests entre autres, mais de quel droit nous prive-t-on de ce genre d'informations bon sang?), au bout d'un moment il y en a assez...
       
      et cette mauvaise foi quand on tente de relancer...parfois même le mensonge quand des pseudos conseillers prétendent "avoir laissé un message" sur une boîte vocale que je consulte pourtant matin et soir y compris les fins de semaine, et sur la quelle il y a TOUJOURS de l'espace...c'est ça prenez-moi pour une idiote, je me suis même retrouvée à téléphoner au service à la clientèle de mon fournisseur de téléphonie mobile histoire de retracer ces MV fantômes -_-...Là oui effectivement c'est bien moi la "niaise", mais qu'on ne me dise pas que je ne leur ai pas donné une chance à eux et à leurs excuses bidon!
       
      Sérieusement, j'en ai plus qu'assez,  si quelqu'un pouvait recommander des gens un peu plus sérieux et respectueux, capables d'apporter un plus concret dans ma recherche d'emploi, je suis preneuse. On ne demande pas de résultat magique instantané, juste du sérieux, du respect , un suivi véritable, un feedback SINCERE ET CONSTRUCTIF qui nous aide à nous améliorer.
       
      Merci d'avance, désolée pour l'épanchement mais trop c'est trop, le recrutement est un métier, une profession, je dirais même une passion chez moi, et ayant vécu et travaillé dans 5 pays différents avant d'arriver ici, je ne peux que déplorer que certains ternissent le milieu de cette manière...
       
      et non ce n'est pas normal, absolument pas. 
    • Par AnneBU
      Chaque arrivée du bulletin immigrer.com dans ma boite courriels éveille en moi depuis quelques semaines l'irrésistible envie de jeter mon ordinateur par la fenêtre : « le Québec recrute massivement » «le taux de chômage n'a jamais été aussi bas! »....
      et oui, le Québec recrute! …... mais je n'en fais pas partie!
       
      Voilà bientôt 1 an et demi que je suis à Montréal. Arrivée ici pour suivre mon mari qui a obtenu un poste depuis la France, je me retrouve dans l' inconfortable situation de la chercheuse d'emploi.
      Je ne mets pas toutes les chances de mon côté, car je ne suis ni infirmière, ni pâtissière, ni neurochirurgienne, je ne travaille pas dans l’aérospatial ni en biotechnologies....non, je travaille dans le développement durable. Même pas dans l'environnement pour de la réhabilitation de site ou dans le génie environnemental, non, juste dans la sensibilisation, le conseil, la gestion de projets.Bref, la tâche va s'avérer difficile car en plus, j'ai 40 ans, et j'aimerai trouver l'équivalent de mon poste précédent ou tout au moins dans le même domaine. Et c'est là que le bas blesse, car j'ai beau passer en revue, sur les sites d'emploi, les domaines les plus en recherche, l'environnement et le développement durable ne font pas partie de la liste.
       
      Qu'à cela ne tienne, il y a des annonces, je commence par y répondre, mais je m'aperçois rapidement que mon CV n'est pas à la norme. Je m'adresse donc à un organisme d'aide à la recherche d'emploi pour les nouveaux arrivants, et rapidement, on corrige les défauts de mes candidatures. J'en profite pour suivre des ateliers de conversation anglaise et des ateliers d'intégration. Et c'est reparti pour une nouvelle salve de candidatures. Comme conseillé, je me crée également un profil Linkkkfkel ...linkkkekldn …. linkedin où, à coup de clics je me crée un réseau de connaissances dont je n'ai pas la moindre connaissance.
       
      Mes journées sont rythmées : tour des sites d'offres d'emploi, rédaction CV et lettres, envoi, prières pour que ça marche.... et parfois, réseautage!. Certains on ça dans le sang, ce n'est pas mon cas. S'incruster dans une conversation, essayer de se placer, de trouver le bon à propos..... s'il y avait un championnat du monde de looser en réseautage, je pense que je serai sur le podium. Je fais partie des personnes capables de repartir d'une soirée réseautage les poches pleines de cartes de visite sans avoir réussi à glisser une seule des miennes.
      Après quelques mois, je parviens cependant à décrocher un premier emploi (ma première job!), un contrat de 7 mois dans un organisme à but non lucratif qui me permettra de faire mes armes sur le marché du travail québécois. L'expérience est constructive, mais a une fin, et je me retrouve de nouveau sur le marché du travail. MAIS, j'ai ma première expérience québécoise, et ça, ça change tout « on va te proposer des jobs maintenant » et « avec le réseau de ta boite, ça sera plus facile, ils pourront te référer » « t'as ta première expérience, maintenant, c'est bon ».... je mets mon profil à jour; fièrement, j'ajoute mon expérience québécoise et je repars le cœur chargé de motivation, à la conquête de la job de mes rêves. Sauf que.... sauf que ça ne se passe pas comme ça. J'ai d'abord vérifié si j'avais mis le bon numéro de téléphone sur mes CV, sur mon profil, mais non, le problème ne vient pas de là.
      Remise en cause n°1 : j'ai visé trop haut. On ne me fait pas confiance pour des postes de coordination. Je regarde du côté des postes de chargée de projet, adjointe....
      remise en cause n°2 : mon CV est peut être trop spécifique à l'environnement. J'ai également de l'expérience en économie sociale, je réécrit mon CV
      remise en cause n°3 : je veux trop en dire dans la lettre de présentation. Je taille dans le vif.
       
      Parfois, mes candidatures franchissent le premier tri, et je suis contactée pour un pré-entretien téléphonique. Là aussi : championne du monde! Au moment où la personne me demande, « je souhaiterai m'entretenir avec vous, est-ce que vous avez le temps? » Une voix dans ma tête me dit « rappelle-la! Rappelle-la? Et je m'entends bêtement dire « oui, pas de problème, on peut faire ça maintenant »
      - pouvez-vous me parler de l'organisme de l'organisme …. pour lequel vous postulez?
      - oui oui.....
      c'est juste que j'ai 4 ou 5 candidatures sur le feu à peu prêt dans les mêmes organismes et là je vais pas me rappeler de celui-ci ..... je saute sur mon ordi, fait une recherche google tout en essayant de meubler et au miracle la page s'ouvre et la mémoire me revient. Je tente de rattraper le coup.
      - est ce que vous pouvez nous citer 8 forces pour cet emploi et argumentant?
      8 forces...... béh là non..... 3 je sais mais 8......
      - OUI, bien sûr, alors, je suis organisée, dans mon emploi précédent blabla..... diplomate..... blabla …. créative..... blabla..... dynamique......
      bon, là je dois être au moins à 7
      - il m'en reste combien?
      - vous êtes à 4
      pleurs
      - euh...... je suis dynamique, ah non, ça je l'ai déjà dit.....
      et là, c'est inévitable, plus rien ne peux me rattraper, je me vois en train de bégayer bêtement dans mon salon en survêt -chaussettes. Je lance quelques qualités ressorties qui ne me correspondent mais qui font bon effet, pour arriver péniblement à 7..... quoi dire de plus..... j'aime la poutine euh nan c'est nul et pis c'est pas vrai..... je peux retenir mon souffle 1mn7.... euh je sais danser la claquette.... bref, c'est le drame
      - on va passer aux points faibles? Est ce que vous pouvez m'en citer 5?
      pleurs
      l’interaction avec mon interlocutrice est inexistante, je me sens seule et complètement déstabilisée. Était-ce le but? Pas sûre. Le sors encore quelques banalités pour m'en sortir avec 3 ou 4 faiblesses ressorties in extremis de mes entrainements aux entretiens. La dame me dit qu'elle me rappellera pour une rencontre si l'entretien a été concluant.
      Pleurs
      Je n'ai bien évidement pas été rappelée et dit au revoir au poste convoité.
       
      J'ai également cherché à entrer dans un organisme qui m'intéresse par la petite porte, par un poste administratif qui m'aurait peut être permis d'évoluer. Mais là encore, désillusion, pour un poste d'adjointe administrative à temps partiel de 5 mois, nous étions plus de 80 à tenter notre chance.
       
      Aujourd’hui, après 5 mois de recherche allant d'espoirs en désillusions, je ne sais plus trop par où m'y prendre : validation d'acquis, réseautage +++, bénévolat, formation ou encore m'enfermer dans un placard et attendre.
       
      Mais l’intention y est toujours, et j'y crois! aussi, si parmi les lecteurs, certains sont dans des organismes qui recrutent des chargés de projets-adjointe à la coordination- administrative en développement durable ou autre, xxxxxxxxxxxxx et en plus, je sais danser la claquette et retenir mon souffle 1mn7!
      Pensées amicales à tous les chercheurs d'emploi.
    • Par Joris Berthod
      Mon entreprise, qui est leader fabrication de lentilles optiques pour l'industrie automobile située à Laval est en pleine expansion, nous sommes à la recherche de ces postes:
       
      20x inspecteurs emballeur
      1x Technicien contrôle qualité
      2x Concepteur moule
      1x Concepteur composantes optiques
      1x Programmeur-machiniste
      1x Machiniste (nuit)
      1x Ingénieur junior
      1x Assembleur moule
      1x Polisseur
      1x Acheteur
      1x Technicien qualité (nuit)
      1x Ingénieur qualité
      1x Chef de produit
      1x Outilleur
      1x Technicien injection de plastique
      1x Développeur C++
       
       
      La compagnie offre:
      Un salaire compétitif Des avantages sociaux concurrentiels (médical et dentaire); Participation de l'employeur à un REER collectif; Accès au gymnase corporatif; Stabilité d'emploi; Perspective de développement professionnel intéressant; Environnement sécuritaire et stimulant; Équipement de protection individuel fourni; Entreprise en pleine expansion.  
      Vous pouvez me contacter si un poste vous intéresse. De plus elle a des l’expérience avec l’intégration de travailleur temporaire
       
      Joris
    • Par Automne
      120 POSTES VACANTS, 0 CANDIDAT
       
      L’usine de Fleury Michon à Rigaud a été forcée de retirer du marché une quarantaine de produits vendus dans les supermarchés du Québec. Même si deux augmentations de salaire y ont été consenties depuis le début de l’année, la production des repas Fleury Michon, Kilo Solution (Isabelle Huot) et Compliments (IGA) a dû cesser parce qu’il manque… 120 travailleurs.
       

       
      DES REVENUS AMPUTÉS DE 15 MILLIONS
       
      L’entreprise Fleury Michon, qui cuisinait 55 000 repas par semaine dans son usine de Rigaud appelée Delta Dailyfood, sera privée de 15 millions de dollars de revenus en mettant fin à la production de ses gammes de repas frais vendus en épicerie.
       
      « C’est tellement niaiseux ! », lâche le président du conseil d’administration, Claude Bergeron, au cours d’un entretien avec La Presse. Il n’arrive tout simplement pas à croire qu’une usine doive cesser une partie de ses activités faute de personnel et de logements à proximité, alors que l’intérêt des consommateurs et la rentabilité sont au rendez-vous.
      Heureusement, la production des repas congelés destinés aux compagnies aériennes comme Air Transat et Air Canada – la principale source de revenus de l’usine – se poursuit. Avec 330 employés. Mais il faudra rapidement investir 20 millions pour automatiser davantage les installations pour suffire à la demande qui croît en moyenne de 10 % par année.
      Si la rareté de la main-d’œuvre dans cette industrie est un enjeu connu et répandu, c’est la première fois que le Conseil de la transformation alimentaire du Québec (CTAQ) entend parler d’un tel impact.
      « C’est raide. […] Une fermeture [de ligne de production] comme celle de Fleury Michon, c’est une première. C’est un signal. »
       
      — Dimitri Fraeys, vice-président à l’innovation et aux affaires économiques
      La pénurie a commencé « il y a deux ou trois ans, mais on sent une nette accélération en 2017 », ajoute l’expert en main-d’œuvre du CTAQ.
       
      « ON A FRAPPÉ UN MUR »
       
      « Dès janvier et février, on a eu des problèmes de recrutement. En juin, c’est devenu extrêmement critique […] on a frappé un mur. Il a fallu faire des choix de production », raconte Claude Bergeron. Le recours à des employés provenant d’agences est essentiel. « Ils sont voyagés en autobus à partir d’Anjou tous les jours. Ça leur prend deux fois 1 h 10. » Les autres sont syndiqués TUAC.
      Six mois après l’augmentation des salaires de 2 %, en janvier, Fleury Michon les a de nouveau bonifiés. « On a rouvert la convention collective en juin et on a eu de bonnes augmentations de salaire, de 50 ¢ à 1 $ de l’heure », précise le représentant syndical Pierre Plante. En échange, la production passera de 5 à 7 jours par semaine.
       
      suite et source
       
      UN DOSSIER DE MARIE-EVE FOURNIER LA PRESSE
    • Par immigrer.com
      Mise à jour : 31 octobre 2017 | 3:00  Ajuster la taille du texte [ENQUÊTE] Des chercheurs d’emplois floués par une agence montréalaise
      Par Camille LopezMétro  
      Convaincus d’avoir été floués, plusieurs jeunes et nouveaux arrivants se sont tournés vers les médias sociaux pour dénoncer la «fraude» dont ils se disent victimes: une formation vendue par une agence de recrutement d’employés en restauration. L’enquête de Métro a révélé que cette entreprise a recours à des techniques d’hameçonnage pour tirer profit de gens sans expérience à la recherche d’un emploi.
      «On m’a vendu du rêve»
      Mikaël* vit à Montréal depuis quelques mois. En janvier dernier, sur le site de petites annonces Emplois Resto Montréal, il tombe sur une offre d’emploi alléchante: un établissement recherche des «barmans, busboys ou serveuses» «avec ou sans expérience» et promet un «salaire très compétitif».
      Tenté par cette annonce puisqu’il n’a aucune expérience en restauration, le nouvel arrivant pose sa candidature et est rapidement convoqué en entrevue. Toutefois, ce n’est pas un propriétaire de restaurant ou un gérant de bar qui lui répond mais bien le Mentoring Service for Small and Medium Businesses of Canada (MSMB), une agence de placement en restauration créée par Simon Primeau et Guillaume Giraud en novembre 2016. «Ç’a été ma première surprise: je m’attendais à [faire affaire avec] un établissement», a relaté Mikaël à Métro.
      Sous un nom d’emprunt, Métro a répondu à une annonce similaire, trouvée au hasard. Moins de 24 heures plus tard, l’agence a répondu et transmis une convocation pour une entrevue dans ses bureaux situés à l’Atrium Le 1000. Au moment de mettre sous presse, l’offre était toujours sur le site.

      L’annonce du site Emplois Resto Montréal à laquelle Métro a répondu. 
      Métro a rencontré plusieurs anciennes recrues du MSMB. Leur histoire est toujours la même. Lors de l’entrevue initiale, les candidats apprennent rapidement qu’il n’y a pas nécessairement d’emploi qui les attend. La raison de leur convocation est moins alléchante que l’offre publiée sur internet: on leur propose une place dans l’agence.
      Le MSMB propose à ses candidats de faire partie d’une banque d’employés où plusieurs établissements viennent recruter du personnel. Contrairement aux autres services similaires, cette entreprise ne prend pas de pourcentage sur le salaire des candidats recrutés à l’aide de ses services.
      Alors, d’où proviennent les revenus? La réponse, qui se trouve sur le contrat signé par tous les candidats du MSMB, est plutôt floue: «Je reconnais que MSMB Canada reçoit des revenus de diverses sources pour ses activités de placement de personnel. Ces revenus peuvent, entre autres, provenir des employeurs clients, des candidats et des écoles spécialisées directement et indirectement liés à l’administration de MSMB Canada.»
      Les employés du MSMB font ensuite savoir aux candidats que leur profil convient parfaitement à l’entreprise. Dans chaque cas, on leur dit qu’une fois placés dans un établissement, ils pourraient gagner «au moins 200$ en pourboires» chaque jour.
      Il y a toutefois un «petit problème» avec les candidatures des personnes à qui Métro a parlé: leur manque d’expérience. On leur propose alors une offre «qu’ils ne peuvent pas refuser»: une formation pour compenser. S’ils refusent, ils ne pourront pas se joindre au MSMB. Le cours en ligne coûte un peu plus de 300$.
       
      suite et source: http://journalmetro.com/actualites/montreal/1219712/enquete-des-chercheurs-demplois-floues-par-une-agence-montrealaise/
  • En ligne récemment   0 membre est en ligne

    Aucun utilisateur enregistré regarde cette page.



×

Information importante

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, de réaliser des statistiques de visites et de vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. Conditions d’utilisation Politique de confidentialité Règles