Aller au contenu
Laurent

À Montréal, la difficile intégration des expats français

Messages recommandés

Canada. À Montréal, la difficile intégration des expats français

De plus en plus nombreux dans la métropole québécoise, les Français auraient une fâcheuse tendance à pratiquer l’entre-soi.

Premier constat : ils sont de plus en plus nombreux, ce qui ne va pas sans susciter quelques signes d’exaspération de la part des Montréalais :

 

Selon une étude récente, le nombre de Français résidant à Montréal a doublé au cours de la dernière décennie. Les étudiants français sont également de plus en plus nombreux : + 50 % entre 2003 et 2012.”

Et ce n’est pas fini : “Le ministre de l’Immigration du Québec a annoncé que la province espère accueillir 51000 immigrants en 2017, en mettant particulièrement l’accent sur les travailleurs français.”

Du côté des Montréalais, le principal reproche adressé aux nouveaux arrivants, c’est qu’ils n’en finissent pas de faire monter les prix. “Des ex-Parisiens envahissent des quartiers autrefois abordables comme le Plateau, aujourd’hui à la mode et souvent appelé ‘la Nouvelle-France’.” Notez que les loyers augmentent aussi bien pour les locaux commerciaux que pour les appartements, ce qui complique singulièrement la vie des commerçants du cru.

“Le rêve américain, mais en français”

En septembre, au Café Olimpico, une jeune chef cuisinière a évoqué “la mort du Plateau” : “Ils viennent tous de Paris et ils trouvent que c’est si bon marché ici qu’ils sont prêts à payer n’importe quel prix.” Elle a en outre mentionné les “soirées karaoké”, les brunchs et les soirées cocktail entre Français : autant d’événements qui montrent, selon elle, que les Français de Montréal préfèrent vivre entre eux plutôt que de s’intégrer.

 

source et suite

20180102_124054.jpg

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Pas faux du tout :)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je ne vois pas en quoi c’est gênant d’avoir un quartier français à Montréal tout comme il existe déjà un quartier chinois, italien etc...

Modifié par Hei

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 2 minutes, Hei a dit :

Je ne vois pas en quoi c’est gênant d’avoir un quartier français à Montréal tout comme il existe déjà un quartier chinois, italien etc...

le fait qu'il y a "un quartier français" n'est pas gênant en soi, ce qui l'est plus c'est le repli des gens sur seulement leur communauté (quelle qu'elle soit)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

 

il y a 4 minutes, kuroczyd a dit :

le fait qu'il y a "un quartier français" n'est pas gênant en soi, ce qui l'est plus c'est le repli des gens sur seulement leur communauté (quelle qu'elle soit)

Oui, mais on en fait pas toujours autant une histoire que pour le Plateau (à mon avis). A Paris je vivais dans le quartier Chinois et n'ai jamais remarqué un tel phénomène !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

 

Ah bon ?  On n'entend jamais parler de communautarisme en France ?  J'ai dû mal comprendre alors...:P

Modifié par bencoudonc

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Décidément!  C'est ce qu'ils reprochent aux étrangers en France qu'ils font eux aussi à Montréal ? :lol::lol::lol: 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Personnellement je ferais une différence entre expatriés et immigrés Français. Je généralise un peu mais je ne pense pas trop me tromper.

L’expatrié (en caricaturant) est à Montréal pour des raisons professionnelles au sein de son entreprise. Il ne s’est pas occupé des démarches d’immigration. Il y est pour un temps limité, ses enfants sont dans le système scolaire Français et il continue à vivre comme en France car il est voué à y rentrer tôt ou tard.

L'immigré (en caricaturant toujours) est un « passionné » du Québec et des Québécois, en a sûrement bien bavé pour y arriver, est voué à rester et donc à s'intégrer. 

Pour les étudiants, les PVT et les jeunes pros: certains viennent pour une expérience, d’autre pour y vivre.

C’est ce que globalement j’ai pu constater. C’est bien sûr assez péremptoire comme analyse mais...

Pour l’immobilier c’est une légende urbaine: les Montréalais savent bien que les prix grimpent mécaniquement (comme dans le ROC: MTL est ridiculement bas en comparaison) et que si l’on devait pointer du doigt ce serait plutôt vers les Chinois. Ça fait bien longtemps que les Français ne peuvent plus suivre: ce fut vrai mais ce n’est plus.

Modifié par Cariboufamily

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 20 minutes, Cariboufamily a dit :

Personnellement je ferais une différence entre expatriés et immigrés Français.

 

 

Mais c'est tellement mieux de dire qu'on s'expatrie plutôt qu'on immigre... un français n'immigre pas voyons il s'expatrie (il suffit de lire les différents sujets ici pour s'en apercevoir...)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 6 minutes, juetben a dit :

 

 

Mais c'est tellement mieux de dire qu'on s'expatrie plutôt qu'on immigre... un français n'immigre pas voyons il s'expatrie (il suffit de lire les différents sujets ici pour s'en apercevoir...)

C’est une question de sémantique.

Au-delà de l’aspect un peu bobo, le terme « immigré » a prit une connotation négative en France. Certains préfèrent le terme « d’expats », plus valorisant.

Je suis passé par le MiDi: Ministère de l’IMMIGRATION, de la Diversité et de l’Inclusion pour mon CSQ et par le CIC: Citoyenneté et IMMIGRATION Canada pour ma RP.

J’aurais du mal à me sentir « expat ». :lol:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 2 heures, Cariboufamily a dit :

Personnellement je ferais une différence entre expatriés et immigrés Français. Je généralise un peu mais je ne pense pas trop me tromper.

L’expatrié (en caricaturant) est à Montréal pour des raisons professionnelles au sein de son entreprise. Il ne s’est pas occupé des démarches d’immigration. Il y est pour un temps limité, ses enfants sont dans le système scolaire Français et il continue à vivre comme en France car il est voué à y rentrer tôt ou tard.

L'immigré (en caricaturant toujours) est un « passionné » du Québec et des Québécois, en a sûrement bien bavé pour y arriver, est voué à rester et donc à s'intégrer. 

 

Justement, c'est trop caricatural. Je pense que des français qui viennent en RP de la France, c'est une minorité de cas, déjà car c'est devenu tellement laborieux, qu'il n'y a que ceux qui veulent à tout prix fuir le pays qui se lancent.

 

La majorité viennent en permis temporaire (quel qu'il soit) et font la RP sur place. Tu as des formalités à faire, même en permis temporaire, tu crois qu'il nous est tombé du ciel par l'opération du St Esprit ? Que l'on se télétransporte sur place et qu'on n'a pas les galères de déménagement et autres ? Au final, c'est pareil, juste plus rapide. Souvent seul un des deux membres du couple a un emploi (dans le meilleur des cas), donc pour le conjoint, c'est les mêmes difficultés pour trouver emploi etc.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 22 minutes, Demina47 a dit :

 

Justement, c'est trop caricatural. Je pense que des français qui viennent en RP de la France, c'est une minorité de cas, déjà car c'est devenu tellement laborieux, qu'il n'y a que ceux qui veulent à tout prix fuir le pays qui se lancent.

 

La majorité viennent en permis temporaire (quel qu'il soit) et font la RP sur place. Tu as des formalités à faire, même en permis temporaire, tu crois qu'il nous est tombé du ciel par l'opération du St Esprit ? Que l'on se télétransporte sur place et qu'on n'a pas les galères de déménagement et autres ? Au final, c'est pareil, juste plus rapide. Souvent seul un des deux membres du couple a un emploi (dans le meilleur des cas), donc pour le conjoint, c'est les mêmes difficultés pour trouver emploi etc.

Je n’ai pas écrit le contraire et n’ai pas parlé de RP, puisque tu me cites: relis-moi.

Tout type de visa (RP, PTT, JP, PVT) est selon moi à inclure dans la catégorie immigration puisque c’est une démarche personnelle et non une mutation professionnelle.

Je faisais le distinguo entre Expat et Immigré en réaction à l’article.

 

 

 

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Et tu fais comment pour travailler au Canada sans aucun visa, à ton avis ? Tu crois que t'es muté, tu débarques de ton avion, et hop tu vas bosser ? Ça prend un de ces permis comme tout le monde, qu'est ce que tu crois...

 

Chaque personne qui se fait muter à l'étranger (surtout aussi loin), c'est toujours une démarche personnelle...

Modifié par Demina47

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 24 minutes, Demina47 a dit :

Et tu fais comment pour travailler au Canada sans aucun visa, à ton avis ? Tu crois que t'es muté, tu débarques de ton avion, et hop tu vas bosser ? Ça prend un de ces permis comme tout le monde, qu'est ce que tu crois...

 

Chaque personne qui se fait muter à l'étranger (surtout aussi loin), c'est toujours une démarche personnelle...

Je suis fan! :lol::lol::lol:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
C’est une question de sémantique.
Au-delà de l’aspect un peu bobo, le terme « immigré » a prit une connotation négative en France. Certains préfèrent le terme « d’expats », plus valorisant.
Je suis passé par le MiDi: Ministère de l’IMMIGRATION, de la Diversité et de l’Inclusion pour mon CSQ et par le CIC: Citoyenneté et IMMIGRATION Canada pour ma RP.
J’aurais du mal à me sentir « expat ». 

Et puis on jase sur le forum de immigrer.com pas expatriés.com

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 6 heures, Demina47 a dit :

e pense que des français qui viennent en RP de la France, c'est une minorité de cas

Tu te trompes : la très grande majorité des français ici sont en RP. 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Au lieu d'accepter une réalité,  on se lance maintenant dans la sémantique des mots! Les français s'expatrient , les autres immigrent? Ou je me trompe ?

Anecdote racontée par un proche ( chercheur en laboratoire) : le directeur du laboratoire félicite ses employés et dit avoir fier de cet aspect exotique de son laboratoire composée de plusieurs personnes de Provenance différente. Un français se plaint parce que lui n'est pas exotique, car il vient de la France!!! Il est différent des autres selon ses dires!  L'exotisme désigne tout simplement l'étranger. 

C'est comme ça qu'on se communautarise! D'ailleurs il n'y a pas que les français qui font ça! Les algériens, les haïtiens, les italiens etc. Il faut accepter quand ça touche notre nationalité au lieu de trouver des excuses ridicules! Je ne cites personne en passant!

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 8 heures, Demina47 a dit :

 

Justement, c'est trop caricatural. Je pense que des français qui viennent en RP de la France, c'est une minorité de cas, déjà car c'est devenu tellement laborieux, qu'il n'y a que ceux qui veulent à tout prix fuir le pays qui se lancent.

 

La majorité viennent en permis temporaire (quel qu'il soit) et font la RP sur place. Tu as des formalités à faire, même en permis temporaire, tu crois qu'il nous est tombé du ciel par l'opération du St Esprit ? Que l'on se télétransporte sur place et qu'on n'a pas les galères de déménagement et autres ? Au final, c'est pareil, juste plus rapide. Souvent seul un des deux membres du couple a un emploi (dans le meilleur des cas), donc pour le conjoint, c'est les mêmes difficultés pour trouver emploi etc.

Sorry, j'ai pas voulu fuire la France :)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bon, a force de voir ce genre d'articles passer sur mon fil d'actualités et voir toujours les mêmes réponses et retours d'expérience, je vais partager la mienne et ma vision de maudit français sur l'intégration. Je suis arrivé pour la première fois en sol québécois en 2010 pour un stage de trois mois, et a mon retour en France je me suis juré que je reviendrais... a Montréal (La pogne tu la référence ?)

 

Difficile l'intégration d'un français ici ? a mon sens c'est de la bullsh*t (je vais essayer de garnir mon vocabulaire d'expressions colorées des deux pays pour pouvoir plaire au plus de monde ici, sachant que anyway on va me cr*sser une volée virtuelle).

Pour moi et tous mes amis que j'ai aidés à immigrer ici (oui oui, j'ai pour but de créer une diaspora de français pilotes d'avions ici, comme un Chinatown mais français) l'expatriation n'a pas été difficile, tant qu'on connait les règles du jeu et qu'on obéit à des règles simples et logiques d'immigration.

 

Bref, l'expatriation du Français est difficile en majorité, oui. Mais pourquoi ?

pour deux raisons très simples a mon avis :

 

1) Le Français est fragile.

2) Le Québécois est asocial, et ce culturellement.

 

Je m'explique, cela fait 6 ans que je vis ici, j'ai étudié ici et je travaille au contact du public depuis longtemps ici, donc j'ai pas mal vu un spectre assez général d’étudiants, d'actifs et retraités, qu'ils soient Français ou Québécois (Check don ca, encore un *sti d'francais qui a toute vu et qui sait toute *sti qui me gosse).

 

Le Français vient typiquement au Canada en conquérant (Et oh grand dieu que j'aime leur montrer aux nouveaux arrivants que c'est pas la bonne chose à faire).

Le français va arriver ici et va commencer a aller sur des groupes facebook du genre PVT ou Expats Français a Montréal, car il a peur du changement et de l'aventure; le français a besoin de soutien, et quoi de mieux que des groupes d'entraides.

Hors, ces groupes ne sont majoritairement que constitués de... Maudits Français, qui, pour être honnête, donnent pas mal de mauvais conseils sur l'intégration, et qui au bout de deux semaines, connaissent déjà la meilleure boulangerie en ville et la meilleure poutine et les meilleurs bars et les meilleurs... ok stop, on voit bien l'image...

 

Donc mal aiguillé, le français va donc se chercher une coloc et statistiquement à de très fortes chances de trouver une coloc d'étudiants... Français encore. Pour avoir cherché pour de nombreux amis (de passage, en vacances, aux études ou en processus d'immigration) des colocations, rares sont les colocs que j'ai vues avec des Québécois. et pas faute d'avoir cherché, et hors du plateau... 

Avouons que cela n'aide guère... mettons.

 

Alors maintenant je m'adresse directement au Français fraîchement arrivé qui souhaite s'intégrer pour lui prodiguer ces morceaux de ma sagesse personnelle :

 

1) Quand tu arrives au Québec, arrives avec un esprit curieux, et pas conquérant, et ouvre ton esprit. La France, c'est fini. Ici tu es au Québec. Donc Yann Barthes et le petit journal sur ton PC en streaming pour rester au courant de la france, tu oublies, et tu focus sur ta nouvelle vie au Canada. Pense plutôt Martin Matte, Salut Bonjour, Eric Lapointe et autres...

 

2) Oublie les fêtes avec tes colocs français en écoutant du patrick bruel ou du Tryo lors des soirées Karaoké en buvant ta petite Kro ou 1664 que tu as galéré à trouver, et sort plutôt. 

 

Va rencontrer des gens, et boire de la bière Québécoise... et y'en a une ch*ée ici... si t'es célibataire essaie Tinder, Grindr, Badoo, OkCupid, tout ce que tu veux mais évite à tout prix les profils avec un émoticône de drapeau bleu blanc rouge, et un ''FR''... les Québécoises ont une réputation, et après avoir  essayé ça, plus rien n'aura d'importance. (en plus elles sont pas mal toutes bisexuelles...)

 

3) Oublie tes références Françaises et tes comparaisons ''Ouais mais le Caprice des Dieux à carrefour il est à 2 euros'' (on s'en cr*sse, tu viens dans un pays pour t'intégrer ou comparer ? oublie la France.)

 

4) Évite de débattre avec un Québécois de la sémantique et des mots, et tournures des phrases (Icitte c'est le Québec T*barn*k, on s'en c*liss de comment vous dites les choses en France, t'es tu au Québec icitte ou en France ? Alors farme ta ye*le et intègre toi coudon !!)

Tu pourras garder les débats sur les mots plus tard pour énerver ta blonde québécoise et volontairement créer des disputes pour avoir du meilleur sexe de réconciliation au lit après, mais ça c'est le level avancé de l'intégration.

 

5) Voyage ! et parle avec les gens. Le premier jour de l'arrivée de mon meilleur ami, pour son immigration au Québec, j'ai organisé une soirée avec des Québécoises, et le lendemain on était au ''Chalet'' pour un cours de langue intensive au son des Cowboys Fringants en mangeant de la poutine et en brûlant du bois fraîchement coupé à la hache en mangeant des grillades de lard.

 

6) Quand tu arrives au Québec, évite les forums et pages facebook spécialisées avec les ''je sais tout'' et ''modos'' qui ont tout vu. Compare plusieurs sources différentes (ça inclus des sources Québécoises, hein) avant de te faire une idée, et misère, par pitié, ne dit jamais a un québécois que tu connais mieux son pays que lui. Demande lui son avis avant :

ex pratique : ''Ne jamais dire : J'ai vu que la meilleure poutine c'est a la banquise du coup'' mais plutôt ''C'est quoi la meilleure poutine en ville selon toi ?''

 

7) Si tu n'as pas d'amis en France, ben cherche des Québécois, même si c'est dur ! Le Québécois fréquente plutôt de base ses amis du secondaire ou d'enfance, mais pas ses collègues de travail ou d'études. Au vu des innombrables témoignages et débats que j'ai eu, j'en ai déduit que le Québécois à ses ''Amis & Chums'' et ''Les Dudes d'la job''.

Ici on ne mélange pas travail et amitié. Alors Force cette amitié !! Sois positif et cool, invite les gens de ta job ou de tes études chez toi, une fois, deux fois, quinze fois et offre de la bière, beaucoup. tu finiras par te faire des amis Québécois... à force d'efforts... et de Hangovers mémorables. ('sti que j'feele pas ben a matin... tu vas l'entendre souvent cette phrase, signe de réussite et d'acceptation sociale)

 

8) Forge toi un mental d'aventurier : Tu découvres une nouvelle vie, une nouvelle culture, un nouveau pays. Ta famille va te manquer, c'est pas l'afghanistan non plus.  Recrée toi une famille Québecoise au plus vite, et évite de vivre dans le passé.

Repartir en France avec un gout amer dans la bouche en mettant des statuts désabusés sur Facebook du genre ''Le Québéc n'est pas accueillant, pas un pays pour moi... Back to france les gars " Ça n'impressionne personne, surtout si tu fais ça parce que t'as pas forcé sur ta recherche d'emploi (Véridique) que tu pensais trouver l'Eldorado (Cas Véridique aussi) ou que tu as attrapé une MST et que tu as eu peur et que tu es reparti vivre chez maman (Véridique aussi). Si tu es fragile, l'expatriation et le Québec vont te manger... Alors évite de payer un billet d'avion et reste chez toi.

 

Pour l'amitié Franco-Québécoise, pour ma part, j'ai eu quelques amis Québécois lors de mes études, mais dès que ces études ce sont terminées... ils ont disparu. A force de bières et de Vin rouge, j'ai réussi à en garder un et je suis fier de l'avoir dans mon groupe fermé d'amis.

 

Cela fait 6 ans maintenant que je suis ici, j'ai une blonde Québécoise, mes meilleurs amis qui m'ont rejoint ici sont aussi des maudits français avec des blondes québécoises, on est tous en processus de résidence permanente, nous avons réalisés notre rêve professionnel ici, on a des amis Québécois et on est pas prêts de repartir de ce magnifique pays.

On va au chalet souvent, on fume notre saumon, on fait des barbecues a l'année longue et on met du sirop d'érable partout. La cabane à sucre est notre religion, La Labatt 50 aussi et malgré notre volonté de ne jamais utiliser de vocabulaire québécois, notre bouche réussi malgré tout à sacrer ! 

 

Tout est possible ici a force de travail, d'acharnement, et de logique. Si tu es stupide ou fragile, tu vas repartir (Citation : Jacques Cartier - 1534)

 

Donc ok, tsé la vie au Québec peut sembler dure :

- Les Québécois sont froids et durs à percer, mais si tu réussis à rentrer dans une famille/cercle d'amis et te faire accepter, tu verras que c'est vraiment un peuple chaleureux ! (Travaille déjà ta tolérance à la bière et ton auto-dérision)

- Le Québec est froid et l'hiver dur à passer (Tu t'imaginais quoi en venant vivre ici ?? Moi on m'a dit que j'allais vivre par -60 degrés celcius et j'y ai cru... et j'attends toujours... alors -35 bof bof. Tout est dans la tète. Un sage un jour m'a dit ''Le froid est une information électrique qui monte au cerveau. Pas de cerveau, pas de froid. )

- Les Québécoises sont ''spéciales''... avant d'en trouver une à ton pied, tu vas devoir chercher.

- Le fromage et le vin blabla... Ok je plussoie... mais on peut rien y faire.

- Fais de toi un homme et passe outre le ''blues du pays'' et garde en toi l'esprit des pionniers (Jacques Cartier y pensais tu à sa mère en braillant quand il est venu icitte la première fois  ?? Il voulait tu repartir avec le prochain vol de chez Air Transat ? eh non.)

 

Donc connaissant les règles du jeu, tu sais ou tu t'aventures, alors oublie tes petits vêtements Quéchua, arrive avec un esprit guerrier (contre le froid hein), conquérant (pour l'intégration et les femmes) et curieux pour bien commencer. Tu n'impressionnes personne avec ton écharpe et ton jean slim ici, et tout le monde s'en fout que tu viennes du XVI ème à Paris. Les Québécoises pensent que Paris c'est en Italie anyway. (Ct'une joke plate c'est correc')

 

Donc pour synthétiser, trouve toi une blonde (ou un chum) Québécois(e), évite les maudits français et leurs quartiers comme le plateau, ainsi que leurs forums et pages Facebook, Sors au lieu de rester entre colocs, accepte le refus social, et force les amitiés, car il n'est pas forcément dirigé contre toi, mais plutôt culturel, et surtout ''ferme ta grande ye*le de maudit francais a m*rde et intègre toi c*lisse !!'' Ça se fait avec un esprit curieux, ouvert. N'oublie jamais que tu es au Québec ici, et pas en France, Un océan et un continent séparent ces deux pays. ''On est pas à Paris icitte !!''

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 8 heures, Demina47 a dit :

Et tu fais comment pour travailler au Canada sans aucun visa, à ton avis ? Tu crois que t'es muté, tu débarques de ton avion, et hop tu vas bosser ? Ça prend un de ces permis comme tout le monde, qu'est ce que tu crois...

 

Chaque personne qui se fait muter à l'étranger (surtout aussi loin), c'est toujours une démarche personnelle...

 

C’est peut etre une démarche personnelle mais beaucoup moins risquée que la RP ou le PTT. Tu gardes tes avantages avec tes frais de déménagement remboursés et des fois une prime d’expatriation en guise de bienvenue si ton employeur t’y oblige.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

  • Contenu similaire

    • Par immigrer.com
      Canada. Recalés d’APB, l’Université de Montréal vous attend !
       
      Les bacheliers qui n’ont pas trouvé de place dans les universités françaises (comme ceux qui n’ont pas la place dont ils rêvaient) ont jusqu’au 8 octobre 2017 pour candidater à la session d’hiver de l’Université de Montréal. Début des cours : janvier 2018. Finalement, ils sont donc 3 729 bacheliers inscrits sur la plateforme Admission post-bac (APB) à rester sans affectation dans l’enseignement supérieur français.
       
      On le sait depuis le 25 septembre 2017, date de clôture des inscriptions sur la plateforme, mais l’Université de Montréal (UdeM) n’a pas attendu cette date pour lancer une audacieuse opération séduction à l’intention des éventuels déçus.
       
      “Et si vous veniez à Montréal cet hiver ?” suggère depuis trois semaines le site de l’établissement. La critique de la procédure d’inscription (et du système universitaire français) est à peine voilée : “Lycéens français, c’est le moment de découvrir les possibilités qu’offre un système universitaire différent, qui s’adapte à la situation de chaque étudiant !” 
       
      Concrètement, il s’agit de candidater à la prochaine session d’hiver pour la première étape du cursus qui mène au baccalauréat canadien (équivalent de la licence). Les cours commencent le 8 janvier 2018 pour se terminer presque quatre mois plus tard, en avril.
      Le guide d’admission et des programmes d’études propose un précieux “aide-mémoire à l’intention des candidats français” : ils ont jusqu’au 8 octobre pour remplir le formulaire d’admission en ligne et poster les justificatifs demandés.
       
      source: http://www.courrierinternational.com/article/canada-recales-dapb-luniversite-de-montreal-vous-attend
    • Par immigrer.com
      Canada
      LE GUIDE DE L'EXPAT
      Les conditions d’installation Le contexte économique L’environnement éducatif voir le guide Fiches pratiques
      Les réseaux associatifs
      voir la fiche Bien préparer sa retraite
      voir la fiche Les conseils du notariat
      voir la fiche Toutes les fiches Publié le 02/11/2016 - 08:15 Canada. Les universités québécoises ont toujours la cote
      EDUCATION EXPAT CANADA LA PRESSE - MONTRÉAL Université de Montréal, le pavillon Roger-Gaudry. PHOTO Université de Montréal/FLIKR/CC Malgré la hausse assez sensible des droits d’inscription en premier cycle, la Belle Province attire toujours plus d’étudiants français.
      NOS SERVICES
      Previous COURS DE FRANÇAIS7 jours de cours de français gratuits !DÉCOUVREZ >> MAGNUM PHOTOSDécouvrez une vente exceptionnelle sur le thème «Les Conditions du Cœur”ACCÈDEZ À LA VENTE JEU-CONCOURSEnvolez-vous pour Montréal. Deux séjours pour 2 personnes sont en jeu ! APPRENEZ L’ANGLAISUn mois de cours d’anglais gratuit avec notre partenaire GymglishGive it a try ! > FORMULE 100%DIGITALEarticles exclusifs + archives + l’hebdo à partir de 1€Je m’abonne  COURS DE FRANÇAIS7 jours de cours de français gratuits !DÉCOUVREZ >> MAGNUM PHOTOSDécouvrez une vente exceptionnelle sur le thème «Les Conditions du Cœur”ACCÈDEZ À LA VENTE Next 1 2 3 4 5   SUR LE WEB Elle en dit plus long sur sa bisexualitéPLANETE QUEBEC Une méthode révolutionnaire pour apprendre n'importe quelle langue étrangère efficacement et sans effortBABBEL Cet objet low cost vous permettra de retrouver votre voiture à tous les coupsUSEFUL4REAL.COM Comment suivre votre véhicule à moindre coût, en utilisant votre smartphone?GADGETSFANS.COM Sponsorisés par Outbrain   A LIRE AUSSI   Islande. Des élections qui redonnent foi en la démocratieCOURRIER INTERNATIONAL   Tueries. Aux Etats-Unis, il y a plus meurtrier que le terrorisme islamisteCOURRIER INTERNATIONAL     Tom Hanks pulvérise Donald Trump en une seule comparaisonLE HUFFINGTON POST   En Norvège, l’amour c’est vraiment bestialTÉLÉRAMA.FR En 2015, 10 272 étudiants français se sont inscrits en premier cycle (baccalauréat, préparé en trois ou quatre ans) dans les universités québécoises, indique le quotidien La Presse. Une hausse très modeste par rapport à l’année précédente (ils étaient 10 104 en 2014), mais compensée par un bond de 11 % en deuxième cycle (maîtrise) avec 3 272 Français inscrits.
      Le journal de Montréal rappelle qu’entre 2010 et 2014 les inscriptions en provenance de France ont connu une hausse spectaculaire : + 74 %. Très logiquement, il impute le tassement notable de l’année dernière à l’augmentation des droits d’inscription en premier cycle. Depuis septembre 2015, en effet, les étudiants français inscrits au baccalauréat dans une université québécoise paient environ 7 000 dollars canadiens (6 380 euros) – soit le tarif pratiqué pour les étudiants du reste du Canada – au lieu de 2 300 dollars (2 060 euros) auparavant.
      La Presse rappelle que  
      Reste que les droits payés par les étudiants français sont encore nettement inférieurs à ceux que paient les autres étudiants étrangers au Québec (15 000 dollars en moyenne, soit 10 500 euros). Ajoutons, autre bonne nouvelle, que les deuxième et troisième cycles resteront épargnés par l’augmentation, le pays ayant grand besoin d’étudiants diplômés.
      suite et source: http://www.courrierinternational.com/article/canada-les-universites-quebecoises-ont-toujours-la-cote?
    • Par immigrer.com
      Justin Trudeau, l’homme de l’année
       
      Déjà un an au pouvoir, et Trudeau fils s’est fait un prénom. En 2015, pendant la campagne électorale, le chef du courant libéral canadien promettait le retour de son pays sur la scène mondiale : l’héritier de Barack Obama en termes de “coolitude” y est parvenu, au-delà de toute espérance. Est-ce parce qu’il le vaut bien, ce nouvel astre de la communication politique dont raffolent les magazines de mode ? Ou plutôt “parce qu’on est en 2016”, pour plagier la formule qu’il avait utilisée pour justifier la mise en place d’un gouvernement respectant parfaitement la parité ?
      Justin Trudeau est un homme de son temps. Libéral, il s’affiche à la Gay Pride et s’apprête à réglementer la marijuana. Ouvert, il a accueilli 31 000 réfugiés syriens. Écolo, il annonce une taxe carbone, qui ne lui vaut pas que des amis. Chez nous, son multiculturalisme fait parfois tousser. De même quand la France déclare l’état d’urgence pour lutter contre le terrorisme, le décret d’urgence de son gouvernement pour sauver la rainette faux-grillon prête à sourire. Et puis, on le sait bien, l’état de grâce ne dure qu’un temps : Justin Trudeau sera bientôt rattrapé par ses dérapages budgétaires et ses feux verts à des contrats d’armement et à un nouveau projet de pipeline… Bref, les ennuis se profilent. En attendant, Justin Trudeau est le dirigeant de l’année, dont le style et la modernité nous font oublier les trumpitudes et autres poutineries.
       
      source

    • Par immigrer.com
      Publié le 19/10/2016 - 08:16
      Classement. Dans quels pays les expats travaillent-ils le moins ?
      Si l’envie de travailler à l’étranger vous titille, les résultats de l’étude menée par InterNations vont vous intéresser (vous trouverez le pdf complet ici).
      Pas moins de 14 000 expatriés installés dans une soixantaine de pays y ont contribué, souligne l’édition britannique de Business Insider. Ils ont été sondés sur un grand nombre de critères parmi lesquels la facilité d’installation, la qualité et le coût de la vie mais aussi le nombre d’heures travaillées par semaine dans leur pays de résidence.
      Les 10 pays où la semaine de travail est la plus courte
      1 – Danemark – 39 h
      2 – France – 41 h
      3 – Finlande – 41,1 h
      4 – Canada – 41,1 h
      5 – Chypre – 41,5 h
      6 – Irlande – 41,5 h
      7 – Norvège – 41,7 h
      8 – Luxembourg – 41,8 h
      9 – Nouvelle Zélande – 42,2 h
      10 – Espagne – 42,2 h
      Dans le top 10 des pays où les salariés passent le moins de temps au bureau, les Néo-Zélandais et leurs 42,2 heures de travail hebdomadaires figurent au 9e rang. Ils sont devancés de peu par les Norvégiens, qui émergent en 7e position avec 41,7 heures. Au pied du podium, le Canada, 41,1 heures, est devancé d’un cheveu par la France et les 41 heures que les sondés vivant dans l’Hexagone ont dit passer au bureau.
      Les salariés au Danemark sont les grands gagnants de ce classement avec “seulement” 39 heures de travail hebdomadaire. Pour autant, le Danemark arrive en queue du classement des pays dans lesquels les expats trouvent qu’il est facile de s’établir. La moyenne mondiale est de 44,6 heures par semaine. 
       
      source: http://www.courrierinternational.com/article/classement-dans-quels-pays-les-expats-travaillent-ils-le-moins
    • Par immigrer.com
      Canada. C’est quoi être québécois ?
      EXPAT CANADA LE JOURNAL DE MONTRÉAL - MONTRÉAL Publié le 13/12/2015 - 10:11 LES PLUS LUS
       
       
      Des militants du Parti Québécois, une formation indépendantiste, attendent les résultats des élections provinciales le 7 avril 2014 à Montréal.   PHOTO François Laplante-Delagrave / AFP Des intellectuels, des sportifs, des hommes politiques s’interrogent sur ce qui fait leur identité dans un documentaire diffusé à la télévision. Questions linguistiques, laïcité, place dans le monde : tout y passe, sans langue de bois.
        SUR LE WEB Indonésie : enquête dans le plus grand pays musulman du mondeGEO   “Il n’y a pas plus impur qu’un Québécois pure laine”, explique [l’acteur, auteur et metteur en scène] Robert Lepage. Des déclarations chocs comme celle-ci, il y en a des tonnes dans le passionnant documentaire Crise d’identité [vidéo en bas de l’article] que Télé-Québec a présenté le 7 décembre à 21 heures.
      On est loin des émissions où les invités sont d’accord
      L’émission de moins d’une heure donne la parole à des gens aussi différents que [l’écrivain] Fred Pellerin et [l’avocat et homme politique] Brian Mulroney, [l’humoriste] Boucar Diouf et [le coureur cycliste] Louis Garneau, [la députée] Dominique Anglade et [l’ancienne haute commissaire des Nations unies pour les droits de l’homme] Louise Arbour, qui réfléchissent à ce qui fait du Québec une société distincte.
      Et ce qui est génial, c’est que le Québec se fait dire ses quatre vérités par des gens qui n’ont pas leur langue dans la poche. Mettons qu’on est loin des émissions où tous les invités sont du même bord.
      Qui suis-je ? Où vais-je ?
      J’espère sincèrement que ce documentaire (animé par Bernard Derome, qui réalise toutes les entrevues) sera vu par plein de gens et qu’il suscitera un vrai débat. Parce qu’on y entend des gens qui n’ont pas la langue de bois et qui soulignent autant les défauts que les qualités de l’Homo quebecensus.
       
      On a Jeff Stinco, du groupe Simple Plan, qui affirme chanter en ­anglais parce que c’est ce qui coulait de source pour lui qui vient du West Island [partie ouest de Montréal, majoritairement anglophone] et qui est tanné de se faire demander s’il est un traître. Mais on a aussi Fred Pellerin, qui capote parce qu’il a peur que le“crémage français” du Québec disparaisse, emportant avec lui une partie du “gâteau identitaire” (ah ! la poésie imagée de Pellerin…).  
       
      source et suite : http://www.courrierinternational.com/article/canada-cest-quoi-etre-quebecois
    • Par Laurent
      source : http://www.courrieri...ncais-au-quebec
  • En ligne récemment   0 membre est en ligne

    Aucun utilisateur enregistré regarde cette page.



×

Information importante

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, de réaliser des statistiques de visites et de vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. Conditions d’utilisation Politique de confidentialité Règles