Jump to content

Bilan de nos 3 ans au Québec


Lulumigix
 Share

Recommended Posts

  • Habitués

Déjà 3 ans que nous sommes arrivés.. Et je ne suis pratiquement jamais revenue sur ce forum qui m'a tellement aidé avant mon départ.

 

Nous n'avons pour l'instant jamais regrettés notre départ. Nous sommes arrivés avec un PTT fermé pour moi en tant qu'infirmière (contrat signé depuis la France avec le RSQ) et un PTT ouvert pour mon mari qui travaillait en France dans l'immobilier. Nos enfants, eux, 10 et 6 ans à l'époque  ne voulaient pas partir de France, ce qui était je pense le plus dur pour nous (culpabilisant). Nous ne sommes pas partis pour fuir la France, nous aimons notre pays et nous nous voyons vieillir en France. Nous sommes venus au Québec pour "une tranche de vie", pour ouvrir l'esprit à nos enfants . Nous avons choisis la rive sud de Montréal pour s'installer.

 

Nous étions tellement préparés à cette nouvelle vie que nous savions que nous allions galérer pendant au moins 1 an . Nous étions conscients que je bosserai les nuits, les week ends, que mon mari à 40 ans aurait peut être + de difficultés à trouver un job, qu'il faudrait recommencer au bas de l'échelle et accepter ce qu'on nous proposait. Nous connaissions personne, aucune personne ressource pour garder nos enfants..

 

Et heureusement que nous étions préparés psychologiquement et financièrement car la première année à été douloureuse :

 

- Niveau budget, la première année est chère, il faut se loger, se meubler, s'acheter une auto, penser aux pneus neige, s'équiper pour l'hiver pour toute la famille. Bref, avec des enfants, il faut vraiment réfléchir aux finances avant de partir car les dollars filent très vite.

 

-Niveau éloignement famille/amis, c'est un sujet encore sensible pour moi, impossible de cloner qui que ce soit ici. Ma famille et mes amis me manquent toujours autant . Mais quel bonheur de les recevoir chez nous, la relation est intense quand ils sont là.

 

-Niveau professionnel, mon mari et moi avons comparés ça, à un reformatage complet du cerveau. Les premiers mois nous allions au lit le soir à 19h30 tellement nos cerveaux fumaient.. Je pense qu'avec 10 ans de moins, cela aurait été plus facile. Moi en tant qu'infirmière, le changement était important, les façons de travailler, les noms de médicaments, le vocabulaire.. le choc culturel était bien présent . Mais je savais que j'avais ma place et puis je n'avais pas fait tout ça pour rien, fallait que j'y arrive. Aujourd'hui je suis dans le service que j'aime et je ne souhaite pas changer.

 

Mon mari lui était dans l'immobilier en France avec une situation confortable. Arrivé ici, il a trouvé en 1 semaine dans l'immobilier, mais le changement était trop radical, il n'a pas aimé la trop grande différence sur les façons de travailler. Il y est resté quelques mois puis à cherché ailleurs . Passionné de voiture, il travaille dans une concession auto, vendeur au départ puis 2 mois après on lui proposait le poste de directeur financier. 

Par la suite on lui a proposé un poste dans une autre concession qu'il a accepté et il ne veut plus changer, il aime son travail.

 

- Pour les enfants : Ma fille elle s'est adaptée de suite, aucun problème. Quant à mon fils, ce fût difficile pendant 6 mois, je le récupérai tous les soirs avec les yeux rouges, il a eu beaucoup de mal, il ne comprenait pas sa maitresse, n'aimait pas le hockey... et ses amis d'avant lui manquait ..Très culpabilisant pour nous.. Aujourd'hui , ils ne veulent absolument pas rentrer en France .. Je les comprend car la vie est douce et sécuritaire pour les enfants ici. Tout est fait pour leur plaire. C'est sûr qu'ils ont moins de congés qu'en France mais je les trouve moins fatigués et moins malades. On peut les laisser aller à l'école à pied , il y a des parc dans chaque quartier, le rapport entre le professeur et l'élève est plus facile, plus détendu mais aussi très respectueux. Bref, pour nous, l'enfant est mieux de grandir au Québec qu'en France ( ce n'est que mon avis bien sûr, je ne suis pas ethnologue ..)

 

- Niveau météo : C'est là où ça coince un peu. Famille du sud de la France, nous adorons vraiment l'hiver ici.. sauf que nous trouvons qu'il est vraiment trop long.. Nous allons entamer notre 4ème hiver et je n'ai pas du tout envie qu'il arrive.. Et c'est la première année que nous avons ce sentiment commun avec mon mari  . Que ça dure de décembre à février mars ok, mais souvent jusqu'en mai les températures ne sont pas géniales et c'est long..

 

Alors on me demande souvent combien te temps je compte rester au Québec. Et bien je ne sais pas. Mon objectif est d'offrir le passeport canadien à mes enfants, ce qui devrait se faire courant 2018. Par la suite nous verrons. J'aime ma vie ici, je trouve le Quebec rempli d'opportunités, une chance pour mes enfants de pouvoir grandir ici. Mais l'hiver et l'éloignement familial feront que la question se pose et se posera souvent. Mais me re-projeter en France me fait peur car je pense ne pas être capable de me passer de tout ce que j'ai découvert ici, et de plein de petits détails qui font que je me sens bien au Québec. 

 

Si j'ai un conseil à donner à ceux qui veulent partir c'est : si vous êtes ouvert d'esprit alors faites le, on a qu'une seule vie. Mais faites le avec de la préparation et de l'argent aussi, surtout si vous avez des enfants. Je pense aussi qu'il faut que le couple soit fort car l'immigration est un yoyo émotionnel parfois dur à gérer. Nous avons vu pas mal d'expatriés se séparer depuis 3 ans. 

 

Voilà un bilan plutôt positif en fait avec une première année chargée en dépenses et en émotions et puis 2 autres années  à consolider cette nouvelle vie !

 

Lulumigix 

 

 

Link to comment
Share on other sites

  • Habitués

Intéressant comme petit bilan, surtout la reconversion professionnelle de monsieur qui semble avoir été rapide et relativement facile?

 

Comment on supporte l'hiver est vraiment propre à chacun et malheureusement, ou heureusement, c'est selon, on ne peut pas l'enlever du Québec, ce climat-là. C'est sûr qu'il faut s'y habituer, mais en parallèle il faut aussi apprendre à ne pas rester cloîtrés chez soi pendant tout l'hiver, sinon c'est pas mal certain qu'on va le trouver long (et possiblement déprimer). Quand on vient du Sud, ça doit être d'autant plus dur à supporter.

 

Moi par exemple, je déteste la chaleur, alors l'hiver, même après 8 ans ici, me dérange aucunement, au contraire même. C'est aussi pour l'hiver que je reste au Québec alors que je pourrais aller travailler à Vancouver de par ma job (mais la pluie, j'en veux pas / plus depuis mes années londoniennes).

 

L'éloignement des amis / famille, c'est clair qu'on peut cloner personne ici. Ceci étant dit, il faut toujours garder à l'esprit qu'on vit pour nous et pas pour eux. Même si c'est difficile. J'en ai vu trop souvent céder aux pressions des amis (même pas de la famille) et revenir....puis se retrouver à les voir une fois par an, ou aussi peu souvent que quand ils étaient au Québec de toute façon, ou se retrouver à faire des jobs qui leur plaisent pas simplement pour pas vivre trop loin des amis en question. Il faut savoir faire des compromis...et si ce sont de vrais amis, qu'on soit loin ou proche, on reste amis :P

Edited by crazy_marty
Link to comment
Share on other sites

  • Habitués

Merci pour ce témoignage @Lulumigix. Ces témoignages, positifs comme négatifs, réalistes comme exagérés, sont toujours très intéressants et instructifs. Les perceptions de chacun, que cela corresponde à la nôtre ou pas, sont enrichissants.

 

 

Edited by Mark-Beaubien
Link to comment
Share on other sites

  • Habitués

merci @Lulumigix. Nous ne sommes pas encore partis, les papiers sont prêts et tout mais nous nous donnons le temps. Le temps de finir l'année scolaire ici (oui elle vient de commencer mais la validation de la RP est arrivée 3 jours avant), le temps de préparer le déménagement, les affaires courantes...
 Cela nous semble essentiel pour réussir notre "tranche de vie". Comme vous nous ne fuyons pas un pays, nous cherchons plus une expérience.

Votre description de l'aventure sans filtre est aussi une aide pour nous pour nous préparer, aux bons comme aux mauvais moments.

Merci pour votre témoignage sans filtre.

Link to comment
Share on other sites

  • Habitués
il y a 51 minutes, Angeliqueetromain a dit :

merci @Lulumigix. Nous ne sommes pas encore partis, les papiers sont prêts et tout mais nous nous donnons le temps. Le temps de finir l'année scolaire ici (oui elle vient de commencer mais la validation de la RP est arrivée 3 jours avant), le temps de préparer le déménagement, les affaires courantes...
 Cela nous semble essentiel pour réussir notre "tranche de vie". Comme vous nous ne fuyons pas un pays, nous cherchons plus une expérience.

Votre description de l'aventure sans filtre est aussi une aide pour nous pour nous préparer, aux bons comme aux mauvais moments.

Merci pour votre témoignage sans filtre.

 Merci, bravo pour la RP, c'est encore mieux d'arriver avec un RP ! (qu'avec unPTT comme nous) Il te reste un an pour t'organiser, c'est bien ! Je te souhaite le meilleur. Tu penses t'installer vers où au Quebec?  

Link to comment
Share on other sites

  • Habitués
il y a 40 minutes, Demina47 a dit :

C'est toujours génial (pour moi) de lire le retour d'autres infirmières. Merci.

 

 

Merci Demina, je ne me suis pas trop étalée sur les débuts comme infirmière ici, sinon j'aurai pû en écrire des tonnes :) ... Es tu installée au Quebec?

Link to comment
Share on other sites

  • Habitués
Il y a 1 heure, Mark-Beaubien a dit :

Merci pour ce témoignage @Lulumigix. Ces témoignages, positifs comme négatifs, réalistes comme exagérés, sont toujours très intéressants et instructifs. Les perceptions de chacun, que cela corresponde à la nôtre ou pas, sont enrichissants.

 

 

Merci à toi d'avoir pris le temps de le lire ;-)

Link to comment
Share on other sites

  • Habitués
Il y a 2 heures, crazy_marty a dit :

Intéressant comme petit bilan, surtout la reconversion professionnelle de monsieur qui semble avoir été rapide et relativement facile?

 

Comment on supporte l'hiver est vraiment propre à chacun et malheureusement, ou heureusement, c'est selon, on ne peut pas l'enlever du Québec, ce climat-là. C'est sûr qu'il faut s'y habituer, mais en parallèle il faut aussi apprendre à ne pas rester cloîtrés chez soi pendant tout l'hiver, sinon c'est pas mal certain qu'on va le trouver long (et possiblement déprimer). Quand on vient du Sud, ça doit être d'autant plus dur à supporter.

 

Moi par exemple, je déteste la chaleur, alors l'hiver, même après 8 ans ici, me dérange aucunement, au contraire même. C'est aussi pour l'hiver que je reste au Québec alors que je pourrais aller travailler à Vancouver de par ma job (mais la pluie, j'en veux pas / plus depuis mes années londoniennes).

 

L'éloignement des amis / famille, c'est clair qu'on peut cloner personne ici. Ceci étant dit, il faut toujours garder à l'esprit qu'on vit pour nous et pas pour eux. Même si c'est difficile. J'en ai vu trop souvent céder aux pressions des amis (même pas de la famille) et revenir....puis se retrouver à les voir une fois par an, ou aussi peu souvent que quand ils étaient au Québec de toute façon, ou se retrouver à faire des jobs qui leur plaisent pas simplement pour pas vivre trop loin des amis en question. Il faut savoir faire des compromis...et si ce sont de vrais amis, qu'on soit loin ou proche, on reste amis :P

 

Oui pour mon mari, on lui aurait dit avant d'arriver au quebec, ce qu'il ferait comme job ici, il aurait bien rigolé. Mais oui, transition rapide et facile mais il reste dans la vente comme en France donc ça reste son domaine, avec la passion des autos en plus. 

Je te rejoins sur la famille et les amis, il est vrai qu'on fait sa vie pour sois et nos enfants et pas en fonction des autres. Et si je rentre un jour en France, ce sera par envie, et non une contrainte. Merci d'avoir pris le temps de me lire.

Link to comment
Share on other sites

  • Habitués
il y a 34 minutes, Lulumigix a dit :

Merci Demina, je ne me suis pas trop étalée sur les débuts comme infirmière ici, sinon j'aurai pû en écrire des tonnes :) ... Es tu installée au Quebec?

 

Mais oui, depuis plus de 4 ans déjà, je travaille au CIUSSS du nord de l'Ile de Montréal. C'est bien que tu t'attendais à ce que ce soit difficile au début, c'est vrai qu'il faut en être conscient.

Edited by Demina47
Link to comment
Share on other sites

  • Habitués
il y a 39 minutes, Hei a dit :

Les hivers sont effectivement très longs en plus on a eu un été pourri et c'est déjà l'automne. Le Canada c'est pour ceux qui aiment la neige et le froid, l'hiver j'ai toujours cette impression d'habiter à la montagne.

 

Oui tu as raison, mon appréhension de cet hiver est surtout à cause de cet été..Pourri -_-

Link to comment
Share on other sites

Guest jo19963

Rien ne sert de stresser ... car :

1- Il n'y a pas de corrélation à 100% entre la température qu'on a eu cet été et ce qu'on aura cet hiver... 

2- Vous n'y pouvez rien!

 

Link to comment
Share on other sites

Ah cela fait plaisir d'avoir des news de nos compagnons d'expatriation :)

 

Il y a 4 ans, on s'était croisé l'espace quelques minutes lors de l'examen de français à Toulouse, avec le même projet de rejoindre le Quebec, avec notre fille de 10 ans à l'époque.

 

De notre côté, les délais d'attente, le taux de change défavorable et notre quota limite de points, ont fait que nous avons choisi l'expatriation pour l'Espagne et le soleil de Valencia.

 

Certes, on a pas le charme du Quebec (les paysages grandioses, les fêtes de Noël avec la neige...), mais on a le même parcours du combattant : nouvelle culture, nouveau rythme de vie, nouvelle langue, trouver du travail...On repart de zéro ou presque.

 

Finalement ce n'est pas si différent que ce que l'on aurait pu connaitre au Quebec.

 

Mais effectivement, les plus heureux dans l'expatriation, se sont les enfants surtout lorsqu'ils sont jeunes. Ils s'adaptent super vite (en 6 mois, notre fille parlait espagnol couramment), maintenant elle parle français, espagnol, valencien et anglais. Elle n'a plus envie de repartir en France, toutes ses amies sont espagnoles.

 

Me concernant, j'ai lancé une boite d'agence de relocation sur Valencia. On est jamais mieux servi que par soi même pour trouver un job ^^ Mon boulot, aider les expats francophones à s'installer sur Valencia, en évitant tout les écueils que l'on a pu connaitre (trouver un logement, les démarches administratives, ouvrir un compte bancaire...).

 

En tout cas, on est ravi de voir que vous avez bien géré votre projet d'expatriation, malgré les petits coups de blues de temps en temps.

 

Faut prendre que le positif :)

 

 

Link to comment
Share on other sites

  • Habitués
il y a une heure, Sylvain Domper a dit :

Ah cela fait plaisir d'avoir des news de nos compagnons d'expatriation :)

 

Il y a 4 ans, on s'était croisé l'espace quelques minutes lors de l'examen de français à Toulouse, avec le même projet de rejoindre le Quebec, avec notre fille de 10 ans à l'époque.

 

De notre côté, les délais d'attente, le taux de change défavorable et notre quota limite de points, ont fait que nous avons choisi l'expatriation pour l'Espagne et le soleil de Valencia.

 

Certes, on a pas le charme du Quebec (les paysages grandioses, les fêtes de Noël avec la neige...), mais on a le même parcours du combattant : nouvelle culture, nouveau rythme de vie, nouvelle langue, trouver du travail...On repart de zéro ou presque.

 

Finalement ce n'est pas si différent que ce que l'on aurait pu connaitre au Quebec.

 

Mais effectivement, les plus heureux dans l'expatriation, se sont les enfants surtout lorsqu'ils sont jeunes. Ils s'adaptent super vite (en 6 mois, notre fille parlait espagnol couramment), maintenant elle parle français, espagnol, valencien et anglais. Elle n'a plus envie de repartir en France, toutes ses amies sont espagnoles.

 

Me concernant, j'ai lancé une boite d'agence de relocation sur Valencia. On est jamais mieux servi que par soi même pour trouver un job ^^ Mon boulot, aider les expats francophones à s'installer sur Valencia, en évitant tout les écueils que l'on a pu connaitre (trouver un logement, les démarches administratives, ouvrir un compte bancaire...).

 

En tout cas, on est ravi de voir que vous avez bien géré votre projet d'expatriation, malgré les petits coups de blues de temps en temps.

 

Faut prendre que le positif :)

 

 

 

Ahah Sylvain, oui je m'en rappelle bien ! Je te suis grâce à ton site FB ;-) Et qui sait dans quelques années ( hivers) je te demanderai des conseils sur une expat en Espagne?! :-)

Link to comment
Share on other sites

  • Habitués
 Merci, bravo pour la RP, c'est encore mieux d'arriver avec un RP ! (qu'avec unPTT comme nous) Il te reste un an pour t'organiser, c'est bien ! Je te souhaite le meilleur. Tu penses t'installer vers où au Quebec?  

Nous n'allons pas vers le Québec mais vers le Nouveau Brunswick [emoji39], cela n'enlève rien aux difficultés que nous serons susceptibles de rencontrer.


Envoyé de mon iPad en utilisant application mobile Immigrer.com
Link to comment
Share on other sites

  • Habitués
Déjà 3 ans que nous sommes arrivés.. Et je ne suis pratiquement jamais revenue sur ce forum qui m'a tellement aidé avant mon départ.
 
Nous n'avons pour l'instant jamais regrettés notre départ. Nous sommes arrivés avec un PTT fermé pour moi en tant qu'infirmière (contrat signé depuis la France avec le RSQ) et un PTT ouvert pour mon mari qui travaillait en France dans l'immobilier. Nos enfants, eux, 10 et 6 ans à l'époque  ne voulaient pas partir de France, ce qui était je pense le plus dur pour nous (culpabilisant). Nous ne sommes pas partis pour fuir la France, nous aimons notre pays et nous nous voyons vieillir en France. Nous sommes venus au Québec pour "une tranche de vie", pour ouvrir l'esprit à nos enfants . Nous avons choisis la rive sud de Montréal pour s'installer.
 
Nous étions tellement préparés à cette nouvelle vie que nous savions que nous allions galérer pendant au moins 1 an . Nous étions conscients que je bosserai les nuits, les week ends, que mon mari à 40 ans aurait peut être + de difficultés à trouver un job, qu'il faudrait recommencer au bas de l'échelle et accepter ce qu'on nous proposait. Nous connaissions personne, aucune personne ressource pour garder nos enfants..
 
Et heureusement que nous étions préparés psychologiquement et financièrement car la première année à été douloureuse :
 
- Niveau budget, la première année est chère, il faut se loger, se meubler, s'acheter une auto, penser aux pneus neige, s'équiper pour l'hiver pour toute la famille. Bref, avec des enfants, il faut vraiment réfléchir aux finances avant de partir car les dollars filent très vite.
 
-Niveau éloignement famille/amis, c'est un sujet encore sensible pour moi, impossible de cloner qui que ce soit ici. Ma famille et mes amis me manquent toujours autant . Mais quel bonheur de les recevoir chez nous, la relation est intense quand ils sont là.
 
-Niveau professionnel, mon mari et moi avons comparés ça, à un reformatage complet du cerveau. Les premiers mois nous allions au lit le soir à 19h30 tellement nos cerveaux fumaient.. Je pense qu'avec 10 ans de moins, cela aurait été plus facile. Moi en tant qu'infirmière, le changement était important, les façons de travailler, les noms de médicaments, le vocabulaire.. le choc culturel était bien présent . Mais je savais que j'avais ma place et puis je n'avais pas fait tout ça pour rien, fallait que j'y arrive. Aujourd'hui je suis dans le service que j'aime et je ne souhaite pas changer.
 
Mon mari lui était dans l'immobilier en France avec une situation confortable. Arrivé ici, il a trouvé en 1 semaine dans l'immobilier, mais le changement était trop radical, il n'a pas aimé la trop grande différence sur les façons de travailler. Il y est resté quelques mois puis à cherché ailleurs . Passionné de voiture, il travaille dans une concession auto, vendeur au départ puis 2 mois après on lui proposait le poste de directeur financier. 
Par la suite on lui a proposé un poste dans une autre concession qu'il a accepté et il ne veut plus changer, il aime son travail.
 
- Pour les enfants : Ma fille elle s'est adaptée de suite, aucun problème. Quant à mon fils, ce fût difficile pendant 6 mois, je le récupérai tous les soirs avec les yeux rouges, il a eu beaucoup de mal, il ne comprenait pas sa maitresse, n'aimait pas le hockey... et ses amis d'avant lui manquait ..Très culpabilisant pour nous.. Aujourd'hui , ils ne veulent absolument pas rentrer en France .. Je les comprend car la vie est douce et sécuritaire pour les enfants ici. Tout est fait pour leur plaire. C'est sûr qu'ils ont moins de congés qu'en France mais je les trouve moins fatigués et moins malades. On peut les laisser aller à l'école à pied , il y a des parc dans chaque quartier, le rapport entre le professeur et l'élève est plus facile, plus détendu mais aussi très respectueux. Bref, pour nous, l'enfant est mieux de grandir au Québec qu'en France ( ce n'est que mon avis bien sûr, je ne suis pas ethnologue ..)
 
- Niveau météo : C'est là où ça coince un peu. Famille du sud de la France, nous adorons vraiment l'hiver ici.. sauf que nous trouvons qu'il est vraiment trop long.. Nous allons entamer notre 4ème hiver et je n'ai pas du tout envie qu'il arrive.. Et c'est la première année que nous avons ce sentiment commun avec mon mari  . Que ça dure de décembre à février mars ok, mais souvent jusqu'en mai les températures ne sont pas géniales et c'est long..
 
Alors on me demande souvent combien te temps je compte rester au Québec. Et bien je ne sais pas. Mon objectif est d'offrir le passeport canadien à mes enfants, ce qui devrait se faire courant 2018. Par la suite nous verrons. J'aime ma vie ici, je trouve le Quebec rempli d'opportunités, une chance pour mes enfants de pouvoir grandir ici. Mais l'hiver et l'éloignement familial feront que la question se pose et se posera souvent. Mais me re-projeter en France me fait peur car je pense ne pas être capable de me passer de tout ce que j'ai découvert ici, et de plein de petits détails qui font que je me sens bien au Québec. 
 
Si j'ai un conseil à donner à ceux qui veulent partir c'est : si vous êtes ouvert d'esprit alors faites le, on a qu'une seule vie. Mais faites le avec de la préparation et de l'argent aussi, surtout si vous avez des enfants. Je pense aussi qu'il faut que le couple soit fort car l'immigration est un yoyo émotionnel parfois dur à gérer. Nous avons vu pas mal d'expatriés se séparer depuis 3 ans. 
 
Voilà un bilan plutôt positif en fait avec une première année chargée en dépenses et en émotions et puis 2 autres années  à consolider cette nouvelle vie !
 
Lulumigix 

Merci c est intéressant de lire ton retour. C est souvent comme ça que ça se passe : des hauts et des bas, du pour et du contre.
Perso, à part la famille (et encore), rien ne m attire plus vers la France surtout quand je pense à l avenir des enfants.
Link to comment
Share on other sites

  • Habitués
Il y a 18 heures, Lulumigix a dit :

Déjà 3 ans que nous sommes arrivés.. Et je ne suis pratiquement jamais revenue sur ce forum qui m'a tellement aidé avant mon départ.

 

Nous n'avons pour l'instant jamais regrettés notre départ. Nous sommes arrivés avec un PTT fermé pour moi en tant qu'infirmière (contrat signé depuis la France avec le RSQ) et un PTT ouvert pour mon mari qui travaillait en France dans l'immobilier. Nos enfants, eux, 10 et 6 ans à l'époque  ne voulaient pas partir de France, ce qui était je pense le plus dur pour nous (culpabilisant). Nous ne sommes pas partis pour fuir la France, nous aimons notre pays et nous nous voyons vieillir en France. Nous sommes venus au Québec pour "une tranche de vie", pour ouvrir l'esprit à nos enfants . Nous avons choisis la rive sud de Montréal pour s'installer.

 

Nous étions tellement préparés à cette nouvelle vie que nous savions que nous allions galérer pendant au moins 1 an . Nous étions conscients que je bosserai les nuits, les week ends, que mon mari à 40 ans aurait peut être + de difficultés à trouver un job, qu'il faudrait recommencer au bas de l'échelle et accepter ce qu'on nous proposait. Nous connaissions personne, aucune personne ressource pour garder nos enfants..

 

Et heureusement que nous étions préparés psychologiquement et financièrement car la première année à été douloureuse :

 

- Niveau budget, la première année est chère, il faut se loger, se meubler, s'acheter une auto, penser aux pneus neige, s'équiper pour l'hiver pour toute la famille. Bref, avec des enfants, il faut vraiment réfléchir aux finances avant de partir car les dollars filent très vite.

 

-Niveau éloignement famille/amis, c'est un sujet encore sensible pour moi, impossible de cloner qui que ce soit ici. Ma famille et mes amis me manquent toujours autant . Mais quel bonheur de les recevoir chez nous, la relation est intense quand ils sont là.

 

-Niveau professionnel, mon mari et moi avons comparés ça, à un reformatage complet du cerveau. Les premiers mois nous allions au lit le soir à 19h30 tellement nos cerveaux fumaient.. Je pense qu'avec 10 ans de moins, cela aurait été plus facile. Moi en tant qu'infirmière, le changement était important, les façons de travailler, les noms de médicaments, le vocabulaire.. le choc culturel était bien présent . Mais je savais que j'avais ma place et puis je n'avais pas fait tout ça pour rien, fallait que j'y arrive. Aujourd'hui je suis dans le service que j'aime et je ne souhaite pas changer.

 

Mon mari lui était dans l'immobilier en France avec une situation confortable. Arrivé ici, il a trouvé en 1 semaine dans l'immobilier, mais le changement était trop radical, il n'a pas aimé la trop grande différence sur les façons de travailler. Il y est resté quelques mois puis à cherché ailleurs . Passionné de voiture, il travaille dans une concession auto, vendeur au départ puis 2 mois après on lui proposait le poste de directeur financier. 

Par la suite on lui a proposé un poste dans une autre concession qu'il a accepté et il ne veut plus changer, il aime son travail.

 

- Pour les enfants : Ma fille elle s'est adaptée de suite, aucun problème. Quant à mon fils, ce fût difficile pendant 6 mois, je le récupérai tous les soirs avec les yeux rouges, il a eu beaucoup de mal, il ne comprenait pas sa maitresse, n'aimait pas le hockey... et ses amis d'avant lui manquait ..Très culpabilisant pour nous.. Aujourd'hui , ils ne veulent absolument pas rentrer en France .. Je les comprend car la vie est douce et sécuritaire pour les enfants ici. Tout est fait pour leur plaire. C'est sûr qu'ils ont moins de congés qu'en France mais je les trouve moins fatigués et moins malades. On peut les laisser aller à l'école à pied , il y a des parc dans chaque quartier, le rapport entre le professeur et l'élève est plus facile, plus détendu mais aussi très respectueux. Bref, pour nous, l'enfant est mieux de grandir au Québec qu'en France ( ce n'est que mon avis bien sûr, je ne suis pas ethnologue ..)

 

- Niveau météo : C'est là où ça coince un peu. Famille du sud de la France, nous adorons vraiment l'hiver ici.. sauf que nous trouvons qu'il est vraiment trop long.. Nous allons entamer notre 4ème hiver et je n'ai pas du tout envie qu'il arrive.. Et c'est la première année que nous avons ce sentiment commun avec mon mari  . Que ça dure de décembre à février mars ok, mais souvent jusqu'en mai les températures ne sont pas géniales et c'est long..

 

Alors on me demande souvent combien te temps je compte rester au Québec. Et bien je ne sais pas. Mon objectif est d'offrir le passeport canadien à mes enfants, ce qui devrait se faire courant 2018. Par la suite nous verrons. J'aime ma vie ici, je trouve le Quebec rempli d'opportunités, une chance pour mes enfants de pouvoir grandir ici. Mais l'hiver et l'éloignement familial feront que la question se pose et se posera souvent. Mais me re-projeter en France me fait peur car je pense ne pas être capable de me passer de tout ce que j'ai découvert ici, et de plein de petits détails qui font que je me sens bien au Québec. 

 

Si j'ai un conseil à donner à ceux qui veulent partir c'est : si vous êtes ouvert d'esprit alors faites le, on a qu'une seule vie. Mais faites le avec de la préparation et de l'argent aussi, surtout si vous avez des enfants. Je pense aussi qu'il faut que le couple soit fort car l'immigration est un yoyo émotionnel parfois dur à gérer. Nous avons vu pas mal d'expatriés se séparer depuis 3 ans. 

 

Voilà un bilan plutôt positif en fait avec une première année chargée en dépenses et en émotions et puis 2 autres années  à consolider cette nouvelle vie !

 

Lulumigix 

 

 

merci pour ce témoignage 

et bonne chance pour la suite

Link to comment
Share on other sites

  • Habitués
Il y a 22 heures, Lulumigix a dit :

Déjà 3 ans que nous sommes arrivés.. Et je ne suis pratiquement jamais revenue sur ce forum qui m'a tellement aidé avant mon départ.

 

Nous n'avons pour l'instant jamais regrettés notre départ. Nous sommes arrivés avec un PTT fermé pour moi en tant qu'infirmière (contrat signé depuis la France avec le RSQ) et un PTT ouvert pour mon mari qui travaillait en France dans l'immobilier. Nos enfants, eux, 10 et 6 ans à l'époque  ne voulaient pas partir de France, ce qui était je pense le plus dur pour nous (culpabilisant). Nous ne sommes pas partis pour fuir la France, nous aimons notre pays et nous nous voyons vieillir en France. Nous sommes venus au Québec pour "une tranche de vie", pour ouvrir l'esprit à nos enfants . Nous avons choisis la rive sud de Montréal pour s'installer.

 

Nous étions tellement préparés à cette nouvelle vie que nous savions que nous allions galérer pendant au moins 1 an . Nous étions conscients que je bosserai les nuits, les week ends, que mon mari à 40 ans aurait peut être + de difficultés à trouver un job, qu'il faudrait recommencer au bas de l'échelle et accepter ce qu'on nous proposait. Nous connaissions personne, aucune personne ressource pour garder nos enfants..

 

Et heureusement que nous étions préparés psychologiquement et financièrement car la première année à été douloureuse :

 

- Niveau budget, la première année est chère, il faut se loger, se meubler, s'acheter une auto, penser aux pneus neige, s'équiper pour l'hiver pour toute la famille. Bref, avec des enfants, il faut vraiment réfléchir aux finances avant de partir car les dollars filent très vite.

 

-Niveau éloignement famille/amis, c'est un sujet encore sensible pour moi, impossible de cloner qui que ce soit ici. Ma famille et mes amis me manquent toujours autant . Mais quel bonheur de les recevoir chez nous, la relation est intense quand ils sont là.

 

-Niveau professionnel, mon mari et moi avons comparés ça, à un reformatage complet du cerveau. Les premiers mois nous allions au lit le soir à 19h30 tellement nos cerveaux fumaient.. Je pense qu'avec 10 ans de moins, cela aurait été plus facile. Moi en tant qu'infirmière, le changement était important, les façons de travailler, les noms de médicaments, le vocabulaire.. le choc culturel était bien présent . Mais je savais que j'avais ma place et puis je n'avais pas fait tout ça pour rien, fallait que j'y arrive. Aujourd'hui je suis dans le service que j'aime et je ne souhaite pas changer.

 

Mon mari lui était dans l'immobilier en France avec une situation confortable. Arrivé ici, il a trouvé en 1 semaine dans l'immobilier, mais le changement était trop radical, il n'a pas aimé la trop grande différence sur les façons de travailler. Il y est resté quelques mois puis à cherché ailleurs . Passionné de voiture, il travaille dans une concession auto, vendeur au départ puis 2 mois après on lui proposait le poste de directeur financier. 

Par la suite on lui a proposé un poste dans une autre concession qu'il a accepté et il ne veut plus changer, il aime son travail.

 

- Pour les enfants : Ma fille elle s'est adaptée de suite, aucun problème. Quant à mon fils, ce fût difficile pendant 6 mois, je le récupérai tous les soirs avec les yeux rouges, il a eu beaucoup de mal, il ne comprenait pas sa maitresse, n'aimait pas le hockey... et ses amis d'avant lui manquait ..Très culpabilisant pour nous.. Aujourd'hui , ils ne veulent absolument pas rentrer en France .. Je les comprend car la vie est douce et sécuritaire pour les enfants ici. Tout est fait pour leur plaire. C'est sûr qu'ils ont moins de congés qu'en France mais je les trouve moins fatigués et moins malades. On peut les laisser aller à l'école à pied , il y a des parc dans chaque quartier, le rapport entre le professeur et l'élève est plus facile, plus détendu mais aussi très respectueux. Bref, pour nous, l'enfant est mieux de grandir au Québec qu'en France ( ce n'est que mon avis bien sûr, je ne suis pas ethnologue ..)

 

- Niveau météo : C'est là où ça coince un peu. Famille du sud de la France, nous adorons vraiment l'hiver ici.. sauf que nous trouvons qu'il est vraiment trop long.. Nous allons entamer notre 4ème hiver et je n'ai pas du tout envie qu'il arrive.. Et c'est la première année que nous avons ce sentiment commun avec mon mari  . Que ça dure de décembre à février mars ok, mais souvent jusqu'en mai les températures ne sont pas géniales et c'est long..

 

Alors on me demande souvent combien te temps je compte rester au Québec. Et bien je ne sais pas. Mon objectif est d'offrir le passeport canadien à mes enfants, ce qui devrait se faire courant 2018. Par la suite nous verrons. J'aime ma vie ici, je trouve le Quebec rempli d'opportunités, une chance pour mes enfants de pouvoir grandir ici. Mais l'hiver et l'éloignement familial feront que la question se pose et se posera souvent. Mais me re-projeter en France me fait peur car je pense ne pas être capable de me passer de tout ce que j'ai découvert ici, et de plein de petits détails qui font que je me sens bien au Québec. 

 

Si j'ai un conseil à donner à ceux qui veulent partir c'est : si vous êtes ouvert d'esprit alors faites le, on a qu'une seule vie. Mais faites le avec de la préparation et de l'argent aussi, surtout si vous avez des enfants. Je pense aussi qu'il faut que le couple soit fort car l'immigration est un yoyo émotionnel parfois dur à gérer. Nous avons vu pas mal d'expatriés se séparer depuis 3 ans. 

 

Voilà un bilan plutôt positif en fait avec une première année chargée en dépenses et en émotions et puis 2 autres années  à consolider cette nouvelle vie !

 

Lulumigix 

 

 

Plus vous resterez, plus le retour sera compliqué, nous on s'est dit, quelle année au départ et 30 ans plus tard on est toujours là, enfants et maintenant petit enfants sont ici. Alors le retour pour nous ?

Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share




×
×
  • Create New...

Important Information

We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue. En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, de réaliser des statistiques de visites et de vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. Terms of Use Privacy Policy Guidelines

Ouvrir un compte bancaire avant mon départ
© 2022 immigrer.com

Advertisement