Jump to content
Sign in to follow this  
Cherrybee

Arnaquée par son danseur cubain de 24 ans son cadet

Recommended Posts

Une Québécoise follement amoureuse d'un danseur cubain de 24 ans son cadet a dépensé une fortune pendant des années pour que son mari immigre au Québec. Manipulée par ce Cubain de « mauvaise foi » prêt à tout pour atteindre l'eldorado canadien, la mariée flouée vient de réussir à faire annuler leur mariage par une rare décision des tribunaux.

«  [Il] n'a jamais eu l'intention de faire réellement vie commune, comme mari et femme, avec la demanderesse. Il s'est plutôt servi d'elle pour berner les autorités responsables de l'immigration et immigrer au Canada », écrit le juge Charles Ouellet de la Cour supérieure dans une décision rendue le 3 juillet à Sherbrooke. L'identité des deux intéressés est protégée dans le jugement.

Dès leur première rencontre en 2010, Denise a succombé aux charmes de Javier (noms fictifs), jeune danseur à l'hôtel où elle passait ses vacances à Cuba. « Très éprise » de cet homme de « très belle apparence », Denise a commencé à faire l'aller-retour tous les trois mois pour passer quelques jours avec sa nouvelle flamme à l'hôtel. En décembre 2011, le couple a convolé en justes noces à Santa Marta, près de Varadero.

Pressés de vivre sous le même toit au Québec, les nouveaux mariés ont déposé aussitôt une demande d'immigration auprès d'Immigration Canada. Toutefois, les autorités canadiennes ont douté de la « sincérité du mariage » en raison de leur différence d'âge et de l'empressement de Javier à immigrer et ont refusé la demande.

Malgré ce refus, Denise a continué de rendre visite à son mari quatre fois par année. Or, à son insu, Javier entretenait une relation intime avec une employée de l'hôtel. En 2014, l'arnaqueur a voyagé un mois en France avec l'argent de sa femme en lui faisant croire qu'il se rendait en Équateur pour voir un cousin qui l'aiderait à immigrer plus facilement.

IDYLLE DE COURTE DURÉE

En mars 2015, la seconde demande d'immigration de Javier a été acceptée par les autorités canadiennes. Mais leur idylle a tourné au vinaigre dès leur première année de vie commune au Québec. 

Javier sortait toute la nuit et mentait à sa femme au sujet de ses déplacements. En juin 2016, elle a découvert sur Facebook qu'il était toujours en couple avec son ex-collègue de l'hôtel. C'est la goutte qui a fait déborder le vase.

Persuadée que Javier « l'aimait réellement », Denise a « englouti toute l'équité de sa résidence dans ses voyages et dans les démarches pour son immigration », souligne le tribunal dans sa décision. Le juge Charles Ouellet n'a pas cru un mot de la version du Cubain. « Les motifs qu'il donne pour avoir épousé madame, dans le contexte de l'ensemble de l'affaire, sonnent faux, et particulièrement quand on voit et qu'on entend monsieur témoigner », écrit-il. 

Au sujet du faux voyage en Équateur payé par sa femme, le juge qualifie « l'explication maladroite et malhonnête » du Cubain de « modèle du genre ».

Le jeune arnaqueur risque maintenant d'être expulsé du Canada. En effet, une personne est « inadmissible au Canada lorsqu'elle fait de fausses représentations sur un fait important », indique Nancy Caron, porte-parole d'Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada, sans commenter ce cas précis. 

L'avocate de Javier, Me Juliana Rodriguez, n'a pas rappelé La Presse la semaine passée. L'avocate de Denise, Me Céline Audet-Otis, a refusé de commenter la décision pendant la durée du délai d'appel de l'autre partie.

 

http://www.lapresse.ca/actualites/justice-et-faits-divers/201707/15/01-5116574-arnaquee-par-un-danseur-cubain-une-quebecoise-obtient-lannulation-de-leur-mariage.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_les-plus-populaires-actualites_article_ECRAN1POS4

Share this post


Link to post
Share on other sites

Wow encore et encore. C'est toujours le même constat malheureux face à des personnes qui profitent de la crédulité des autres.  Jouer avec les sentiments pour soutirer l'argent ou obtenir le statut de résident dans un pays. Ces genres des pratiques sont très courants. Il viennent ternir l'image de ceux (rares) qui s'aiment vraiment malgré la différence d'âge.  

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest jo19963

24 ans de différences:  C'est son compte de banque et rien d'autres qu'ils /qu'elles veulent!

 

Je suis convaincue que sa famille/ses amis autour d'elles lui ont dit.. et elle n'a rien voulu entendre... Pensant réellement qu'un jeune, beaux, etc s'intéresse à elle pour "elle".  Faudrait aussi que les personnes arnaquées soient un peu moins naïves!  Bon sens!

 

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je ne sais pas...face à une telle différence d'âge ou dans le cadre d'un parrainage, je me sentirai peut être plus rassurée en sachant que la personne peut immigrer par elle-même (études, boulot, immigration permanente etc.) avant même de me rencontrer (c'est aussi vrai à l'inverse).

 

Il y a tout de même une différence entre dire "je t'aime, écoutes je viens faire un diplôme de deux ans proche de chez toi et on noue une vraie relation" et un "je t'aime, pourrait-on se marier afin que nous puissions vivre ensemble au Canada?"

Share this post


Link to post
Share on other sites

Il me semble qu'elle a plutôt ce qu'elle mérite...non ? 

 

Faut être sacrément c****... ou chercher à rationaliser son tourisme sexuel.

 

Dans les deux cas, aucune pitié.

Edited by bencoudonc

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ce qui se passe à Cuba reste à Cuba.

 

Elle aurait du laisser son Cubain là :D

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 8 heures, Lilideslacs a dit :

Ce qui se passe à Cuba reste à Cuba.

 

Elle aurait du laisser son Cubain là :D

J'aimerais quand même bien comprendre comment les agents d'immigration ont pu accepter un tel dossier...

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest

La liste s'allonge...

Share this post


Link to post
Share on other sites

Pourtant l'immigration en laisse encore passer. J'ai une amie qui vient de parrainé son mari de 34 ans plus jeune qu'elle....et il est ici, depuis quelques mois et toujours avec elle. Le temps nous dira si c'est réellement l'amour qui l'a apporté ici. C'est vrai que la raison nous laisse penser que ca ne se peut pas un couple qui s'aime malgré une si grande différence d'âge et pourtant il y en a...peu mais ca existe !

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 2017-08-06 à 12:34, La gamine a dit :

J'ai une amie qui vient de parrainé son mari de 34 ans plus jeune qu'elle....et il est ici, depuis quelques mois et toujours avec elle. Le temps nous dira si c'est réellement l'amour qui l'a apporté ici. C'est vrai que la raison nous laisse penser que ca ne se peut pas un couple qui s'aime malgré une si grande différence d'âge et pourtant il y en a...peu mais ca existe !

Ben voyons donc.  Quel genre de projet d'avenir peux-tu faire avec quelqu'un qui a 34 ans de différence d'âge, à une étape complètement différente de sa vie ?  Foutaise, aveuglement volontaire et honte aux services d'immigration.

Edited by bencoudonc

Share this post


Link to post
Share on other sites

« J’ai fait une erreur, mais je la paie cher »

Modifié le 06/08/2017 à 20:41 | Publié le 06/08/2017 à 11:46
  • L'une des plages de Saly au Sénégal. L'une des plages de Saly au Sénégal. | AFPRecueilli par Pierrick BAUDAIS.

De jeunes et beaux Sénégalais deviennent les amants d’Européennes, célibataires et plus âgées. Ces aventures intéressées aboutissent parfois à des mariages qui finissent mal. Témoignage d’une Bretonne qui s’est mariée et qui peine à divorcer.

« J’ai rencontré Joseph (1) à Saly (station balnéaire au sud de Dakar) il y a près de sept ans. À l’époque, j’avais l’habitude de me rendre au Sénégal. J’avais entendu parler d’hommes plus jeunes qui séduisaient des femmes plus âgées. Ce n’est pas ce que je recherchais. Et puis, il y a eu Joseph, beau, séduisant, de vingt ans plus jeune que moi (2). Nous avons débuté une relation. Je me suis alors rendue au Sénégal deux à trois fois par an. À chaque fois, je restais deux ou trois semaines.

Il me traitait comme une princesse. Il ne voulait même pas que je fasse le ménage de la maison que je louais. Il n’avait pas de métier, vivait du système D, mais j’étais séduite. Au bout d’un an, nous sommes passés devant le chef de quartier qui a validé un premier mariage coutumier. Cela n’avait aucune valeur légale, mais c’était important pour sa famille. Le 30 août 2013, nous nous sommes vraiment mariés à Mbour. J’avais auparavant établi un contrat de mariage devant notaire et en sa présence pour préserver mes biens : un appartement et un bien de famille.

Lors de mes venues au Sénégal, il arrivait qu’il me demande de l’argent, que je lui paie le permis. Je n’avais pas voulu. C’était aussi ma façon de tester son attachement à moi. Lorsque je débarquais, il demandait parfois si j’avais un cadeau pour lui. Je lui répondais : c’est moi, le cadeau. Le mariage a été une suite logique de notre relation.

Une aide de 700 € par mois

Joseph est venu me rejoindre en France en janvier 2014. Notre projet de vie était alors de vivre ici jusqu’à ma retraite - il me restait alors cinq ans à faire - et que nous retournions ensuite au Sénégal. Je l’ai d’abord emmené dans ma famille, puis à Paris. La capitale ne l’a pas tellement intéressé. Puis nous nous sommes installés dans mon appartement. Sa première réaction fut : « Tu n’as pas d’écran plat ? »

Son attitude a alors rapidement changé. J’avais cessé d’être une princesse. Pour mon mari, je n’étais plus que vieille et moche. Au bout de trois mois, nous faisions chambre séparée. J’avais interdiction de m’habiller en robe. Il me réveillait à 2 h du matin parce qu’il avait faim, pour lui faire à manger. Ou pour que je lui donne de l’argent pour qu’il aille en boîte de nuit. Sans moi naturellement.

Puis, je lui ai trouvé un travail dans un élevage de porc. Nous ne nous voyions alors plus que le week-end : je lui faisais les courses, son ménage… Début 2015, nous nous sommes entendus pour entamer une procédure de divorce. Mon mari a fait traîner les choses. Finalement, fin 2016, un juge aux affaires familiales a décidé que je devais lui verser 700 € par mois (il avait demandé 900 €), au titre de l’aide au secours. Et ce, jusqu’à ce que le divorce soit prononcé. Ce qui n’est toujours pas le cas. Combien de temps cela va durer ?

« Je ne peux plus payer »

Aujourd’hui, je ne peux plus payer cette somme et j’ai du mal à subvenir à mes besoins. Il est trop tard pour faire appel et j’ai dû mettre mon appartement en vente dont je rembourse encore le crédit. Mon mari, lui, pendant ce temps-là, fait encore traîner la procédure alors qu’officiellement, puisque j’ai déclaré que nous ne vivions plus ensemble, il a l’obligation de quitter le territoire.

Certaines personnes sont surprises que je parle de lui en prononçant « mon mari ». Mais je ne peux nier cette évidence. On a vécu sept mois ensemble. Pour moi, c’était mon premier mariage et ce sera le seul.

Je sais que j’ai fait une erreur. Je pensais pourtant avoir pris suffisamment de garanties en effectuant ce contrat chez un notaire, en testant notre relation durant deux ans… Mais finalement, cette erreur, je la paie vraiment cher ! Et si je témoigne aujourd’hui, c’est pour que d’autres femmes ne se fassent pas avoir. »

 

http://www.ouest-france.fr/societe/arnaques-sentimentales-j-ai-fait-une-erreur-mais-je-la-paie-cher-5175261

Share this post


Link to post
Share on other sites

Dans cette histoire, il y a quand même des signes!

Mais bon, j'imagine que l'amour rend aveugle...

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
Sign in to follow this  

  • Similar Content

    • By Nextoo
      Salut à tous,
       
      J'aurais besoin de vos lumières.
      J'ai été récemment approché par le site XXXXXXXXX, qui promet un visa permanent en très peu de temps. Coût de l'opération: 1542, payable de suite et par téléphone.
      L'agent qui m'a contacté se dit être du service d'immigration, sauf que ce site n'est référencé nul part sur le site du gouvernement.
       
      Cela me semble être une arnaque, car à mon sens la procédure via Arrima est gratuite et surtout, je ne pense pas que le gouvernement demande un paiement par CB par téléphone.
       
      Quelqu'un connait-il se site et ses agents? Est-ce fiable, légal? Ou est-ce juste une immense arnaque abusant de la crédulité et de l'impatience des gens pour qui Arrima ne bouge pas?
       
      Merci pour vos retours les amis.
       
      @+
    • By Laurent
      Nous recevons régulièrement des courriels et des messages sur le forum de candidats à l'immigration qui ont versé plusieurs milliers d'Euro à une entreprise qu'ils croyaient légitime ou ayant des liens avec le gouvernement. Dans certains cas c'est partiellement vrai, dans d'autre c'est de la pure fraude, mais dans tous les cas, dites-vous bien qu'il n'existe pas de raccourci pour immigrer au Canada. Pas de solution miracle non plus et c'est pour cette raison que le gouvernement du Canada a mis en place cette page  : 
      https://www.canada.ca/fr/immigration-refugies-citoyennete/services/proteger-fraude/fraude-immigration.html
      Aussi, au Canada, seuls les avocats ou les consultants en immigration accrédités par le CRCIC ont le droit de fournir des services. Toute entreprise oeuvrant dans ce domaine doit fournir cette information.
      L'année dernière c'est le service "It's Canada Time" qui a été démasqué suite à de multiples plaintes.
       
      Aujourd'hui j'ai reçu un courriel de quelqu'un qui prétend avoir versé un montant d'environ 4000 Euro à l'entreprise Canada Visa Services.
       
      Comme ce n'est pas la première fois que des membres de notre site se plaignent de cette entreprise j'ai décidé de mener ma petite enquête. Voici ce que j'ai trouvé :
      L'adresse de leur site est https://www.canadavisaservices.org/
      Ils affichent plusieurs numéros de téléphones, dont un au Canada.
      J'ai relevé plusieurs choses que je trouve suspectes. 
       
      - L'enregistrement du nom de domaine ne permet pas d'accéder aux coordonnées du propriétaire.
      - Le nom de l'entreprise ne figure pas dans le registre canadien des entreprises.
      - Le CRCIC qui réglemente les consultants en immigration n'affiche aucun nom en rapport avec cette entreprise
      - Canada Visa Services ne fournissent aucun nom d'avocat ou de consultant sur leur site, ils ne font pas non plus mention de l'accréditation CRCIC pourtant obligatoire au Canada.
      - Leur numéro de téléphone au Canada est un Voix sur IP, je n'ai pas vérifié leur numéro français.
      - Leur adresse de rue : 130 King Street West, Suite 1800, Toronto, Ontario, M5X 1E3, Canada est un bureau virtuel https://www.regus.ca/fr-ca/virtual-office/canada/ontario/toronto/ontario-toronto-exchange-tower
       donc domiciliation à partir de 83$/mois.
       
      En octobre, ils m'ont écrit pour me demander de retirer toute mention de leur entreprise sur notre site, ce que j'ai fait (ce que je regrette). Il faisait référence à un nom d'avocat appartenant au Barreau du Québec, mais après vérification, celui-ci ne semble pas travailler pour eux. Je viens de le contacter et vais vous tenir informé.

       
      Ci-dessous : La terminologie utilisée sur le site est trompeuse, le terme "Joyaux de la couronne" n'a aucun sens et vise à donner un statut particulier à cette entreprise :

       
      Sauf preuve du contraire cette affirmation est également fausse puisqu'on ne retrouve pas cette entreprise dans le registre canadien  :

      et encore là, les termes utilisés entretiennent de la confusion. Nullement mention du terme "Avocat" ni "consultant" :

       
      En conclusion, je vous conseille la plus grande prudence avant d'envoyer de l'argent à Canada Visa Services pour toutes les raisons évoquées plus haut. Vous êtes trop nombreux à date à avoir cédé à leur discours et à avoir versé des montants d'argent qui ne sont pas nécessaires et/ou qui ne donnent pas les résultats attendus pour pouvoir mener à bien votre projet d'immigration au Canada.
       
       
      Ce Youtubeur décrit également tous les éléments dont je vous ai fait part :
       
      Bonne chance dans toutes vos démarches !
       
       
    • By ManueF
      Bonjour,
      Nous pensons que nous avons été victime d'une arnaque....avec mon mari nous souhaitons immigrer avec notre petite famille au Québec pour cela nous avons fait quelques procédures sur internet début mars. Nous avons été contacté la semaine suivante par le site "canada visa services " nous avons dû répondre à des questions par téléphone...à la fin de ce questionnaire on nous a annoncé que notre profil était très intéressant....on nous a expliqué que notre dossier allait être prit en charge par un expert puis présenté à des avocats spécialisés dans l'immigration ....pour tout cela nous devions payer 350€ ...Nous avons été transféré vers le service financier ....nous avons réglé les 350€ ...oui après réflexion certaines personnes vont dire....c'était évident....blabla on ne demande pas à être jugé, nous ne sommes pas là pour ça.......bref depuis le paiement nous sommes en relation toutes les semaines avec la même personne un certain Greg Dion.... il est prévu que l'on règle le solde début avril.....et ensuite cette personne doit présenter notre dossiers aux avocats.....
      Notre question....des personnes ont-ils été dans notre cas ???est-ce vraiment une arnaque ???
      Merci
    • By hummingbird
      Bonjour,
       
      J'ai récemment été sélectionné pour un poste via la procédure PTQ et j'ai signé un contrat.
      Ma carte de résident permanent est actuellement en cours de demande.
       
      D'après l'échange de mail avec les services du consulat, tous les frais de procédure sont pris en charge (pas le voyage) et je vais me voir "attribuer un appartement de formule B (salon, chambre à coucher, salle de bains, cuisine, salle d'eau et chauffage électrique)".
      Je voudrais savoir si d'autres personnes ont eu cette expérience, s'ils ont pu choisir leur quartier, et si cela signifie que les frais de  loyer et d'hébergement seront pris en charge par l'employeur pour toute la période de travail. Merci.
       
       
    • By Lonewolf78
      Bonjour !
       
        Je m'appelle  Séb et tout est dans le titre !
       
        J'ai un parcours scolaire et professionnel un peu particulier : sur le papier (CV) je n'ai qu'un pauvre petit CAP de vente. Dans la vraie vie, j'ai toujours aimé m'instruire et apprendre de nouvelles choses. J'ai donc acquis au fil du temps pas mal de connaissances touchant aussi bien le management, la gestion financière que le web design ou la photo.
       
        Niveau professionnel, j'ai été tour à tour vendeur, responsable logistique pour des magasins et auto-entrepreneur (formateur sur les logiciels Excel, Word, Powerpoint ou Photoshop, j'enseignais aussi la photo. Je fus aussi coach sur la création de tableaux de bord, la rédaction ou la présentation de projets et j'ai aussi créé quelques sites web). L'anglais n'est pas un gros problème. A l'oral je le comprends pas trop mal, et à l'écrit je le lis très bien. D'ailleurs, les logiciels que j'ai cités plus haut, je les connais aussi bien dans la langue de Molière que celle de Shakespeare.  Je viens de vivre mon deuxième licenciement économique en six ans, d'où l'idée de littéralement "changer de vie". 
       
         Ma sœur vit au Québec. A Saint-Jérôme plus exactement. J'aurais donc dans un premier temps un pied-à-terre près de Montréal. 
       
        Je sais que je ne pars pas avec des avantages, loin de là. De part vos expériences, est-il possible pour un autodidacte de trouver un job, si possible dans l'administratif ou le design/photo? Regarde-t-on plus les compétences que les diplômes ? Est-ce une tare d'avoir un parcours diversifié ?
       
        Petite précision : je n'ai pas d'attache familiale en France.
       
        Merci d'avance.
    • By bastiendel
      bonjour, je suis belge et j avais postuler pour allez travailler ou canada est la personne qui ma contacter (Nicolas Brener )  me dit que pour avoir un visa permanent je dois payer 4000euro et -          La copie recto de la carte de crédit qui vous a permis de régler votre dossier en laissant visible uniquement les 4 derniers chiffres ( il faudra masquer les chiffres restants du milieu de votre carte pour des raisons de sécurité sachant que cette copie prouvera que vous êtes bien le titulaire de la carte utilisée)

      -          La copie verso de votre carte (en masquant votre cryptogramme)

      -          RIB      
      j aimerais savoir si C'est une arnaque ou pas 
    • By Scrimshaw179
      Bonjour
      j'ai été contacté par telephone par  Become a canadien pour obtenir un visa sans souci... Tout un tas de questions pour en arriver à une demande de numéro de carte de credit et là j'ai tout stoppé car ça sentait l'arnaque à plein nez !
      Quelqu'un connait il ces charmantes personnes?
      Merci à tous 
      Max
    • By louloulemon
      Bonjour à tous.
      Je mets ça là pour avertir celles et ceux qui se laisseraient tenter par cette arnaque.
       
      https://www.rtl.fr/actu/conso/enquete-arnaque-aux-services-d-aide-a-l-immigration-au-canada-7797269649
    • By Sigr
      Bonjour à tous,
      J'aimerais savoir, s'il vous plaît, s'il y a quelqu'un ici dans ce forum qui a connu une personne qui était victime d'un mariage de convenance? C'est quoi la procédure judiciaire à suivre? J'ai parrainé mon épouse et elle a eu son visa d'immigration. Elle est venue par la suite au Canada sans que je le sache et elle a eu sa résidence permanente mais elle ne s'est jamais présentée chez moi! Une fois au Canada, elle a demandé le divorce alors que nous n'avons jamais cohabité ensemble ...  Je suis passé par des moments très difficile et j'en souffre encore, des pertes sur tous les plans, bref ma vie est ruinée. J'ai consulté un avocat en droits familiale qui m'a dit que je peux annuler mon mariage (chose que je ne savais) au lieu de divorcer! Le processus est en cours.. Pour dénoncer cette situation j'ai envoyé deux plaintes à Immigration Canada et une au service frontalier mais je  n'ai pas eu de réponse, ni de suivi ... Je ne sais pas s'il y a autre chose à faire? Ou s'il y a quelqu’un qui a vécu une telle situation? 
       
      Merci de votre aide.
       
       
    • By immigrer.com
      [ENQUÊTE] Des chercheurs d’emplois floués par une agence montréalaise
      Par Camille Lopez
       
      Convaincus d’avoir été floués, plusieurs jeunes et nouveaux arrivants se sont tournés vers les médias sociaux pour dénoncer la «fraude» dont ils se disent victimes: une formation vendue par une agence de recrutement d’employés en restauration. L’enquête de Métro a révélé que cette entreprise a recours à des techniques d’hameçonnage pour tirer profit de gens sans expérience à la recherche d’un emploi.
      «On m’a vendu du rêve»
      Mikaël* vit à Montréal depuis quelques mois. En janvier dernier, sur le site de petites annonces Emplois Resto Montréal, il tombe sur une offre d’emploi alléchante: un établissement recherche des «barmans, busboys ou serveuses» «avec ou sans expérience» et promet un «salaire très compétitif».
      Tenté par cette annonce puisqu’il n’a aucune expérience en restauration, le nouvel arrivant pose sa candidature et est rapidement convoqué en entrevue. Toutefois, ce n’est pas un propriétaire de restaurant ou un gérant de bar qui lui répond mais bien le Mentoring Service for Small and Medium Businesses of Canada (MSMB), une agence de placement en restauration créée par Simon Primeau et Guillaume Giraud en novembre 2016. «Ç’a été ma première surprise: je m’attendais à [faire affaire avec] un établissement», a relaté Mikaël à Métro.
      Sous un nom d’emprunt, Métro a répondu à une annonce similaire, trouvée au hasard. Moins de 24 heures plus tard, l’agence a répondu et transmis une convocation pour une entrevue dans ses bureaux situés à l’Atrium Le 1000. Au moment de mettre sous presse, l’offre était toujours sur le site.
       

      L’annonce du site Emplois Resto Montréal à laquelle Métro a répondu. 
       
      Métro a rencontré plusieurs anciennes recrues du MSMB. Leur histoire est toujours la même. Lors de l’entrevue initiale, les candidats apprennent rapidement qu’il n’y a pas nécessairement d’emploi qui les attend. La raison de leur convocation est moins alléchante que l’offre publiée sur internet: on leur propose une place dans l’agence.
      Le MSMB propose à ses candidats de faire partie d’une banque d’employés où plusieurs établissements viennent recruter du personnel. Contrairement aux autres services similaires, cette entreprise ne prend pas de pourcentage sur le salaire des candidats recrutés à l’aide de ses services.
      Alors, d’où proviennent les revenus? La réponse, qui se trouve sur le contrat signé par tous les candidats du MSMB, est plutôt floue: «Je reconnais que MSMB Canada reçoit des revenus de diverses sources pour ses activités de placement de personnel. Ces revenus peuvent, entre autres, provenir des employeurs clients, des candidats et des écoles spécialisées directement et indirectement liés à l’administration de MSMB Canada.»
      Les employés du MSMB font ensuite savoir aux candidats que leur profil convient parfaitement à l’entreprise. Dans chaque cas, on leur dit qu’une fois placés dans un établissement, ils pourraient gagner «au moins 200$ en pourboires» chaque jour.
      Il y a toutefois un «petit problème» avec les candidatures des personnes à qui Métro a parlé: leur manque d’expérience. On leur propose alors une offre «qu’ils ne peuvent pas refuser»: une formation pour compenser. S’ils refusent, ils ne pourront pas se joindre au MSMB. Le cours en ligne coûte un peu plus de 300$.
       
      suite et source
       
  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.



×
×
  • Create New...

Important Information

We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue. En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, de réaliser des statistiques de visites et de vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. Terms of Use Privacy Policy Guidelines