Aller au contenu
UBRANE

Immobilier : Vancouver, 3e ville la moins abordable au monde

Messages recommandés

La compagnie Demographia vient de publier son rapport annuel sur le coût mondial de l'immobilier.

 

Selon ce 13th Demographia International Housing Affordability Survey, Vancouver a un ratio de 11.8, ce qui signifie que le prix moyen de l'immobilier est 11.8 fois plus cher que le revenu familial moyen (avec un prix immobilier moyen de $830,100 pour un revenu familial moyen de $70,500). Plus simplement, Vancouver est ainsi la 3e ville la moins abordable au monde si l'on considère ce rapport prix immobilier/revenu familial.

 

Toujours au Canada, on retrouve aussi Toronto à la 13e place des villes les moins abordables au monde avec un ratio de 7.7 (prix immobilier moyen de $615,800 pour un revenu familial moyen de $79,700).


Et en tête de liste, ville la plus chère, Hong Kong avec un ratio de 18.1.

 

Pour faire cette étude, Demographia s'est basé sur 406 villes à travers le monde.

 

Le Top 15 des marchés immobiliers les moins abordables :
1. Hong Kong
2. Sydney
3. Vancouver
4. Auckland
5. San Jose
6. Melbourne
7. Honolulu
8. Los Angeles
9. San Francisco
10. Bournemouth & Dorset
11. San Diego
12. London (Greater London Authority) 
13. Toronto
14. Plymouth & Devon
15. London Exurbs (E & SE England)

 

source : https://www.thestar.com/business/2017/01/23/vancouver-third-most-expensive-in-world-for-housing-toronto-13th-study.html

 

rapport complet (pdf) : http://www.demographia.com/dhi.pdf

 

8cbd1e1650618b65001b5aab7e9a4a02.jpg

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

D’où la nouvelle loi/norme bancaire de novembre 2015 pour éviter ce genre de chose au Canada.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité

Donc vous déconseiller de s'y installer pour une première fois au Canada ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

  • Contenu similaire

    • Par alias2000
      bonjour 
      j'ai recu intention de refus de CAQ sachant que je suis au canada et ma demande du CAQ est dans le cadre du changement du niveau d etude de luniversité vers une ecole ( DEP)
      j vous pris de m aidé avec vos suggestion 
      merci
      voila les motif a justifier
      1. Lettre officielle du registrariat de l'établissement d'enseignement que vous fréquentez actuellement, précisant votre statut d'étudiant à temps plein ou à temps partiel ainsi que le nombre de crédits obtenus ou à obtenir, s'il y a lieu
      2. Original des bulletins ou relevés de notes de l'établissement d'enseignement du Québec, ou copie certifiée conforme par cet établissement, couvrant toute la période de validité du précédent CAQ pour études
      3. Document(s) à l'appui de vos explications concernant les raisons pour lesquelles vous n'avez pas fait de l'étude votre principale activité pendant toute la période de validité de votre précédent CAQ pour études
      4. Lettre datée et signée par vous-même expliquant pourquoi votre relevé de notes fait état d'un nombre important d'échecs ou d'abandons ou pourquoi vous n'étiez pas inscrit à une ou plusieurs sessions régulières. : - car votre lettre ne contient pas d'explication satisfaisante. - car la lettre explicative reçue n'indique pas pourquoi vous n'avez pas suivi de cours. - car la lettre explicative reçue n'indique pas pourquoi vous n'étiez pas inscrit à temps
    • Par habibou117
      salut tt le monde. j'ai juste quelque question si vous pouvez me repondre je vai faire un maitrise en génie électrique a l'université de l'UQTR mais avec memoire ...est ce que c'est une bonne formation !? est ce que je vai trouvé un boulot apré ma formation !? sachant que j'ai deja mon CAQ ...est ce que ca sera facile pour avoir mon PE avec cette formation !!? merci de me répondre
    • Par thedaviddias
      Après avoir lu beaucoup de témoignages de personnes déménageant au Canada, ayant des regrets et faisant le choix de repartir après, je me devais d'aussi partager mon vécu qui est certainement bien plus positif et encourageant.
       
      Chaque personne est différente, et chaque expatriation l'est aussi. Venir m'installer au Canada, en juin 2018 a beau être ma 3ème expatriation à l'étranger (Brésil, Île Maurice), cette dernière a été très différente des autres.
       
      C'est en octobre 2014 que je posais les pieds au Canada pour la première fois. J'étais venu passé quelques jours avec ma petite amie de l'époque à Toronto, puis à Montréal. Et c'est à ce moment que je suis tombé amoureux de Toronto. Je ne saurais vraiment expliquer quoi en particulier, mais l'ambiance, l'atmosphère m'avait vraiment plu.
       
      Dès mon retour en France, j'ai commencé à faire les recherches classiques: PVT, Visa etc... Alors âgé de 30 ans, le PVT me semblait la solution la plus simple. Je tente alors le PVT en 2015, c'était l'année avant le début des tirages au sort, là où il fallait se connecter à une certaine heure et espérer passer les milliers de connexions simultanées sur les serveurs du CIC. Autant vous dire que je n'ai pas eu de chance. Dans le même temps, voici que ma boîte à Paris me propose de travailler pour un contrat de 2 ans à l'Île Maurice. Ce n'était pas du tout dans mes plans, mais je me suis dis que ce serait une expérience de plus et qu'après il me serait toujours possible de tenter le coup pour le Canada. Me voilà donc parti pour 2 ans sur une superbe île, je vous l'avoue, mais il était pour moi hors de question d'abonner mon project de départ au Canada.
       
      Dès mon arrivée à l'Île Maurice, je changea ma ville et pays sur LinkedIn pour y mettre "Canada, Toronto". Cela me permettrait de recevoir des propositions de travail et d'avoir une idée du marché. Il me suffisait simplement de répondre aux recruteurs que c'était un projet d'expatriation en cours et ça passerait. Et puis un jour, un français, que j'avais rencontré à l'Île Maurice pendant un court passage, me dis qu'il vient de recevoir une proposition de travail et qu'il part s'installer à Toronto. C'est alors que j'entends parler du "Programme Mobilité Francophone" pour la première fois. Je me demandais comment j'avais pu louper ça.
       
      Travaillant en tant que web développeur (Front-End pour les initiés), j'ai toujours su que mon métier est en constante demande, mais j'avais du mal à savoir comment cela pourrait-il m'aider. J'ai donc commencé à faire des recherches sur ce programme francophone et découvre que la seule condition est d'avoir une proposition de travail. Une proposition de travail, payer les frais d'environ 200 dollars et attendre pour recevoir le permis de travail. Ce programme visant les francophones qui souhaitent s'installer en dehors du Québec, c'était exactement ce qu'il me fallait.
       
      Quelques mois avant mon départ de Maurice, je décide de commencer à contacter certaines entreprises pour les convaincre de me faire passer un entretien et les rassurer sur les démarches, alors non couteuses pour eux. Après quelques entretiens par Skype je décide avec ma femme, à venir passer un mois sur place, à Toronto pour voir ces recruteurs en personne.
       
      Nous quittons alors Maurice (mon contrat était terminé), passons quelque temps en France (Espagne, Portugal) avec mes parents et nous voilà avec un billet aller-retour d'un mois pour Toronto. Nous avions alors décidé de prendre un cours d'anglais à l'Université de Toronto (English PLUS) pour qu'au cas où cela se passerait mal, nous puissions au moins dire que nous avions "gagné" quelque chose (et pas juste fait les touristes). Les entretiens se passent extrêmement bien et je me retrouve alors avec plusieurs propositions de travail sur les bras. Situation inespérée pour moi, j'avais du mal à réaliser la situation. Je me décide alors, contacte l'entreprise qui alors remplie un formulaire en ligne, paye les 200 dollars et me donne un numéro que j'allais, moi, utiliser pour transmettre tous mes documents au gouvernement Canadien.
       
      L'estimation pour recevoir mon "work permit" était alors de 4 semaines. Mais nous devions repartir dans 2. Confiant que tout aller bien se passer, nous repartons en France en attendant de revoir le fameux email disant que mon permis de travail était accepté. Je me rappellerai toujours, c'était un dimanche soir de juin 2018, mon cœur s'était emballé en voyant la provenance d'un certain email. Je me rappelle être en pleurs et prendre ma femme dans les bras. Après 4 ans, 2 tentatives de PVT, un déménagement à l'autre bout du monde, j'avais finalement réussi.
       
      Quelques jours après, nous étions à Toronto où je commençais mon nouveau travail.
       
      Après cela, le plus dur a été de trouver un appartement dans le centre de Toronto. Sans "credit history", c'est extrêmement compliqué. Et il était alors pas question d'aller vivre en périphérie. Même avec un extrait bancaire et un peu d'argent de côté, cela n'était pas suffisant. Heureusement, une française: Nelly de Breze (myhometoronto.com) a été d'une extrême patience et a su nous aider à trouver un superbe petit appartement downtown ($c 2150 par mois). 1 mois après, ma femme qui travaille aussi dans le web trouve un travail à 5 minutes de notre appartement (15 minutes à pied pour moi). Et je peux vous dire que nous sommes vraiment heureux de vivre enfin ici.
       
      Beaucoup me disaient que les Canadiens étaient froids... or ici à Toronto, j'ai pu faire la connaissance de plus de personnes que je n'imaginais. Peut-être parce qu'ici, beaucoup viennent des 4 coins du monde, et c'est sûrement l'un des charmes de Toronto. Vous finissez par apprendre autant sur vous que sur les autres, la culture et les expériences de vie. Nous avons des amis français, brésiliens, russes, belges, vietnamiens...
       
      S'expatrier pour la première fois, ce n'est jamais évident. On croit que l'herbe est plus verte ailleurs alors que c'est juste une réalité qui est différente. Il faut se préparer à remettre en question beaucoup de choses, sa perception de soi, du monde, de ces croyances etc... Mais pour moi, c'est justement en passant par tout ça qu'on gagne énormément. Sortir de sa zone de confort est une chose difficile et qui fait peur, mais pour moi, les rencontres que l'on peut faire suite à cela, est ce qui nous permet de grandir.
       
      Je ne sais pas si je vivrais pour toujours au Canada, mais si je le quitte ce sera parce que j'aurais quelque chose d'autre à vivre... dans un autre pays.
       
    • Par sarahselfridj
      Bonjour ! Alors je vous explique brièvement ma situation:
       j'ai 18 ans et j'ai obtenue mon PE cette semaine, j'arrive au canada le 18 janvier (2019), je suis inscrite au programme DEP soutien informatique à l'institut Teccart et la date de ma rentrée est fixée pour le 21 janvier (j'aurais donc que deux jours de weekend pour me préparer), mais j'ai envie de changer de programme et de faire un DEC en technique de l'informatique car je le trouve plus intéressant. Ma question est est-ce que arrivée la-bas je pourrai changer  de programme (la prochaine session pour le DEC est en mars 2019), dois je changer de CAQ et de PE ? 
      je vous remercie d'avance vos réponses :)
    • Par Socra
      Bonjour à tous,
       
      Je viens créer un post ici parce qu'après avoir fouillé les FAQ et questionnaires du site de l'immigration canadienne, je n'arrive pas à trouver de réponse claire. Sans compter le fait que l'ambassade du Canada à Paris refuse tout entretien, même pour des renseignements.

      Voici ma situation:

      J'ai 23 ans, tout juste diplômé d'une école d'ingénieur publique (Télécom ParisTech), ce qui complète mes 5 années d'études post-bac. Je suis en CDI dans une société d’électronique française en tant qu'ingénieur logiciel embarqué.
      L'entreprise en question est d'accord pour que je travaille en remote depuis Vancouver à partir d'Octobre 2019 sans conjoint(e) ni enfant. Cependant je dois m'occuper des démarches d'immigration. Pour l'instant je viens d'obtenir mon AVE. Si j'ai bien compris, ce dernier me permet de rester 6mois sur le sol Canada sans soucis. Seulement je compte au moins rester 2 années à Vancouver. J'ai l'impression que cela ne suffira pas.
       
      Et à partir de là, je ne sais pas quel démarche entamer. Techniquement j'y vais avec un emploi déjà assuré mais pas pour une entreprise Canadienne.
      Du coup 1ere question : Ai-je besoin d'un permis de travail ?
       
      J'ai bien compris que le statut d'ingénieur est régit par l'ordre des ingénieurs de la BC.
      Étant donné ma situation, 2eme question : Ai-je quand même besoin de faire une demande d'enregistrement auprès de cet ordre, même si je ne travail pas pour une entreprise Canadienne ?
       
      Pour info je viens de m'inscrire au TCF pour le français et l'IELTS pour l'anglais. Je sais que ces certifications sont reconnues par l'immigration canadienne et je me dis que ça pourra toujours être utile, malgré les 220€ et 235€ respectifs de frais de dossier. Aïe.
       
      Enfin question 3 : Quels sont les types de contrat possible pour un profil comme le mien du point de vu de mon employeur ? Je ne connais que le VIE et le statut d'expatrié (même si je ne comprends pas vraiment la vrai définition de ce dernier ni ce qu'il implique)
       
      Merci d'avance pour votre aide, je ne sais vraiment plus ou chercher ?
       
      Cordialement

      AL
       
    • Par 2Mille
      Bonjour
      Je cherche des personnes à vancouver qui pourons m'aider au niveau des contacts avec des entreprises dans le cadre de la mobilité francophones
      Merci
    • Par zomorrod
      Bonjour à tous,
       
      Actuellement, je me renseigne sur le CANADA (vraiment je débute sur le sujet) dans le cadre d'un éventuel projet d'immigration. Parmi les régions étudiées je suis intéressé par la Colombie-Britannique et en particulier Vancouver et Victoria. Bien évidemment, parmi les éléments étudiés je cherche à avoir une connaissance sur les prix des maisons et globalement le marché d'immobilier. Sur Google j'ai trouvé quelques sites d'annonce et très vites je me suis aperçu que les prix à l'intérieur de la ville de Vancouver sont très élevés aussi bien pour l'appartement que pour une maison. A vrai dire, ça ne m'a pas surpris, car je trouve que c'est plus ou moins la même situation de nos jours, un peu partout dans le monde en ce qui concerne le prix d'immobilier dans les grandes villes. Du coup, je me suis dit si je m'éloigne du centre et je cible des banlieues de Vancouver, j'aurais peut-être, plus de chance à trouver des opportunités plus abordables. Pour l'instant, je considère un budget de 300000 à 350000 euros pour acheter une maison (au moins 3 chambres à coucher) dans une banlieue de Vancouver (idéalement max 1 heure et demie de Vancouver par le transport en commun).
       
      Je voulais donc savoir, est-ce qu'à votre avis, avec ce budget, c'est réaliste ou pas du tout? Je cherche quand-même une région bien classée d'un point de vue de la sécurité avec un niveau raisonnable de commerces et des transports en commun (surtout la sécurité pour moi est très importante).
       
      Donc si vous avez des quartiers dans la ville ou des banlieues à suggérer (que ça soit pour Vancouver ou Victoria) ainsi des liens vers des sites d'annonces que vous préconisez, je vous écoute!
       
      Merci d'avance,
    • Par AurelienGI
      Bonjour à tous ! 
       
      Tout d'abord je vais me présenter : 
       
      J'ai 23 ans et suis titulaire d'une licence STAPS entraînement sportif. Actuellement je suis coach sportif personne, en collaboration avec ostéo et kiné, et travail en temps partiel dans un entrepôt et en tant qu'éducateur sportif dans une mairie (en temps partiel aussi).
       
      Je suis en ce moment à la recherche de formation visant à développer mon projet professionnel et je suis tombé sur deux formations proposés par l'UQTR : "maîtrise en sciences de l'activité physique" et "baccalauréat en kinésiologie". 
       
      Tout d'abord, est-ce que certains d'entre vous ont des retours à faire sur cette université et, si possible, sur une des deux formations ? 
       
      Ensuite, j'aurais des questions d'ordre plus général :
       
      J'ai fais des recherches mais je suis un peu perdu. Pouvez-vous m'aiguiller sur les démarches à suivre pour pouvoir étudier dans cette université et plus généralement au Québec ? 
       
      Concernant le logement et la formation connaissez-vous les prix ? Y-a-t'il comme en France un système de bourse étudiante ? 
       
      Merci pour votre aide et si jamais vous estimez que certaines questions peuvent trouver leurs réponses avec plus de recherches pouvez-vous juste m'aiguiller ? 
       
      Aurélien 
       
       
    • Par gig-dhk
      bonjour la famille. je suis nouveau ici et j aimerais avoir les possibilités pour obtenir un visa d étude canadienne
  • En ligne récemment   0 membre est en ligne

    Aucun utilisateur enregistré regarde cette page.



×

Information importante

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, de réaliser des statistiques de visites et de vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. Conditions d’utilisation Politique de confidentialité Règles