Aller au contenu
Marty

Le retour en France : des raisons si évidentes

Messages recommandés

Bonjour, je vous propose ma réflexion du jour :

Comme ça a été écrit et réécrit années après années depuis que ce forum est forum, les trois grandes raisons qui font rentrer les Gaulois dans leur village, et ils sont un certain nombre à rentrer, sont :

  • le climat
  • la famille
  • le mode de vie (qui pour un Français est un euphémisme de cuisine :P)

 

À celui qui veut/va partir, ces motifs paraissent idiots. "Tu as émigré au Canada et tu n'aimes pas le froid ?", "Tu es proche de ta famille et tu es parti sur un autre continent ?", "Tu aimes la grande cuisine et tu as choisi l'Amérique ?". C'est probablement pour cela qu'ils ne sont jamais sérieusement pris en considération avant le départ.

Pourtant, à y réfléchir, ce sont les questions qui ont le plus de sens car seule l'expérience personnelle permet d'en mesurer l'impact.
Il faut vivre l'hiver québécois, Noël sans sa famille, le rationnement de tel ou tel mets, pour pouvoir juger de l'importance que cela revêt. Pour certaines personnes il suffira d'une fois, pour d'autres ce sera une décennie avant que le manque ne se fasse sentir.

 

La banalité apparente de ces trois facteurs fait toute la différence avec les autres prétextes qui pourraient justifier un retour. Trouver un meilleur emploi ou une meilleure école pour ses enfants, se faire de nouveaux amis, attendre aux urgences... On peut en faire l'expérience sans changer de pays.

 

Pensez-y, irréductibles compatriotes qui préparez vos valises ou venez de les défaire, pour rester il vous faudra pas être trop frileux, être un peu égoïstes et supporter un pinard et un sauciflard plus coûteux. ;)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 5 minutes, Marty a dit :

 

Pensez-y, irréductibles compatriotes qui préparez vos valises ou venez de les défaire, pour rester il vous faudra pas être trop frileux, être un peu égoïstes et supporter un pinard et un sauciflard plus coûteux. ;)

Ou ne pas boire d'alcool ou manger ce genre de charcuterie. :) C'est le choix que nous avons fait .

Pour la cuisine, on s'en fiche, on a toujours cuisiné par nous-même.  Ça ne nous change pas.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Si jamais un jour je pense à quitter le Canada ce ne sera jamais pour une question de bouffe.

La famille est effectivement un axe de réflexion mais je n’échangerai jamais la paix et la tranquillité de vie ici contre une question de climat ou de bouffe.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 20 minutes, kuroczyd a dit :

Si jamais un jour je pense à quitter le Canada ce ne sera jamais pour une question de bouffe.

La famille est effectivement un axe de réflexion mais je n’échangerai jamais la paix et la tranquillité de vie ici contre une question de climat ou de bouffe.

Idem. Moi ce serait plutôt une réflexion sur la prise en charge des aînés au Québec.  Je refuse de finir dans un CHSLD.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 33 minutes, kuroczyd a dit :

Si jamais un jour je pense à quitter le Canada ce ne sera jamais pour une question de bouffe.

La famille est effectivement un axe de réflexion mais je n’échangerai jamais la paix et la tranquillité de vie ici contre une question de climat ou de bouffe.

 

Même chose pour moi. C'est vraiment pas la bouffe qui me fait me sentir bien à quelque part. J'en suis pas à ma première expatriation et la bouffe a jamais été un critère déterminant à chaque fois. En fait, ça m'a même jamais effleuré l'esprit dans toutes les questions que j'ai pu me poser.

 

Le climat, je me suis posé la question mais pas pour le Canada. Plus quand j'ai eu une offre de job dans un pays chaud....parce qu'en fait j'ai horreur de la chaleur :P

 

La famille. Bof, j'ai appris à vivre loin d'eux depuis le temps que j'ai quitté le nid...puis eux aussi. 

 

Après chacun se pose ses propre questions existentielles et juge ce qui est important face au reste.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a une heure, Cherrybee a dit :

Idem. Moi ce serait plutôt une réflexion sur la prise en charge des aînés au Québec.  Je refuse de finir dans un CHSLD.

 

La prise en charge est pourtant largement meilleure qu'en France. Juste la bouffe est moins bonne, mais c'est à peu près tout.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 3 heures, Cherrybee a dit :

Idem. Moi ce serait plutôt une réflexion sur la prise en charge des aînés au Québec.  Je refuse de finir dans un CHSLD.

 

Quel serait l'équivalent en France et aussi la différence ? Cela m'intéresse car on entend tellement de chose de part et d'autre.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 30 minutes, trefle a dit :

 

Quel serait l'équivalent en France et aussi la différence ? Cela m'intéresse car on entend tellement de chose de part et d'autre.

 

Evidemment, je parlais uniquement de mon cas personnel. La différence pour moi? Mes enfants. 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 19 minutes, Cherrybee a dit :

 

Evidemment, je parlais uniquement de mon cas personnel. La différence pour moi? Mes enfants. 

Je reste un peu sur ma faim quand aux différences ! Les enfants, oui entièrement d'accord.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 7 minutes, trefle a dit :

Je reste un peu sur ma faim quand aux différences ! Les enfants, oui entièrement d'accord.

 

C'est juste qu'on m'attend au tournant. Donc, pas besoin de développer :) . Si ce n'est que je pense que les raisons d'un éventuel retour au pays d'origine sont des raisons entièrement d'ordre personnel. On a quand même une chance inouie, celle de pouvoir vivre dans le pays de notre choix. 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je me permets de vous écrire mon point de vue. Peu doivent me connaitre, mais j'ai été, dans les année 2004-2005 et 2006, l'une des personnes qui écrivait le plus sous le pseudo "Fortsympa" sur ce forum qui m'a beaucoup aidé.

 

Depuis quelques jours, je reçois des emails concernant certains sujets de ce forum dont celui-ci c'est pourquoi j'ai eu envie de vous expliquer ma situation.

Je ne me reconnais pas dans les messages précédents.

J'ai vécu 8 ans et demi au Québec et je suis rentré en France depuis 3 ans, maintenant.

Lors de la procédure d'immigration, j'étais un "fou du Québec". Je mangeais toutes les infos qui concernaient le Québec... bref le candidat hyper motivé pour immigrer. Partir au Quebec... pour moi c'etait mon pays d'adoption, je pensais y rester pour toujours.

Avec le recul, je vous dirai qu'il y a deux sortes d'immigrés (evidement, je ne tiens pas compte des immigrés qui ne peuvent pas rentrer dans leur pays pour des raisons politiques) :
- ceux qui sont au Québec parce qu'ils ont un objectif (ex : trouver sa voie (professionnelle ou en tant qu'être humain)). Ils ne le savent pas en partant mais progressivement ils s'en rendent compte lors des années passées au Québec.
- ceux qui sont en total harmonie avec la vie au Canada.

On reconnait la deuxième catégorie très facilement : ils ont adoptés les expressions québecoises, ils ont adopté le rythme de vie quebecois .... bref ils se sont totalement fondu dans la masse.

Moi, j'ai fait parti de la premier catégorie (comme 90% des immigrés francais). Il faut savoir qu'être un immigrer, c'est vivre dans un pays ou le mode de vie est différent. On le sait, on le souhaite, on l'accepte ... et même : on le veut. Mais, revers de la médaille, cela demande une motivation quotidienne. Tant que la motivation (le bénéfice, conscient ou inconscient) est là, tout va bien, même si tout n'est jamais tout rose.

Je peux dire, avec le recul, que j'ai commencé à me sentir mal au Quebec (= je voyais de plus en plus de défauts et de moins en moins de points forts) lorsque je n'avais plus rien à y chercher à titre personnel.
Pour dire les choses autrement : je n'avais plus d'objectif qui me permettait de sortir la motivation suffisante pour avancer.
Le déclencheur a était l'alimentation (au bout de 6 ans) ... mais c'est juste un déclencheur, ca aurait pu etre la neige, le francais ou que sais-je. Un déclencheur ce n'est pas la vraie raison.


Je suis parti au Quebec pour son mode de vie... de retour, en France, j'ai gardé ce mode de vie (car oui c'est possible). Le Quebec m'a permis de me connaitre (évidement je ne savais pas que je partais pour cela).
J'étais au chomage avant le quebec (avec une formation de comptable). Je suis maintenant travailleur indépendant dans le coaching (je suis coach pour couple). J'ai suivi ma formation au Quebec.
Je suis très heureux en France (je vis dans le Var maintenant (alsacien d'origine))
Bref, sans mon immigration je n'aurai pas su donner un sens à ma vie... mais ce ne fut qu'une etape et pas une fin en sois.

Si vous avez des questions, j'y répondrai avec plaisir.
 

Modifié par fortsympa

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonsoir,

 

Personnellement, au bout de 10 ans ici, c'est le climat qui m'épuise. Ce serait peut-être un incitatif au départ.

La bouffe, je m'y suis bien habituée maintenant, au point que je préfère certains produits d'ici à leurs équivalents français.

Intéressant, Fortsympa ton bilan.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci à tous pour le sujet, je vote pour dire que c'est le meilleur de 2017 à date ;)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

C'est chouette de revenir sur le forum après toutes ces années.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Vous avez une chance inouïe et j'espère que vous vous en rendez compte.  Avoir "le c*** entre deux chaises", c'est un luxe que (comme Québécoise) je vous envie ! Vous avez le choix.  Vous avez (pour la plupart) deux passeports, qui vous permettent de vous poser ici ou là-bas, et qui vous permettent aussi de changer d'idée quand ça vous chante ou quand c'est plus avantageux pour vous.  Profitez-en, c'est loin d'être un drame ! 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 1 minute, bencoudonc a dit :

Vous avez une chance inouïe et j'espère que vous vous en rendez compte.  Avoir "le c*** entre deux chaises", c'est un luxe que (comme Québécoise) je vous envie ! Vous avez le choix.  Vous avez (pour la plupart) deux passeports, qui vous permettent de vous poser ici ou là-bas, et qui vous permettent aussi de changer d'idée quand ça vous chante ou quand c'est plus avantageux pour vous.  Profitez-en, c'est loin d'être un drame ! 

 

Tu as raison. On a le choix.

Personnellement, vivre à temps partagé dans les 2 pays est mon rêve.

En tout cas, s'il faut du courage pour tout quitter et partir, je dois dire que le retour en demande autant. Je ne sais pas si je serais prête à replonger dans l'inconnu, même s'il s'agit de mon pays natal. Les années ont passé, beaucoup de choses ont changé, et je ne suis pas sûre que je me réadapterais à 100%.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 25 minutes, bencoudonc a dit :

Vous avez une chance inouïe et j'espère que vous vous en rendez compte.  Avoir "le c*** entre deux chaises", c'est un luxe que (comme Québécoise) je vous envie ! Vous avez le choix.  Vous avez (pour la plupart) deux passeports, qui vous permettent de vous poser ici ou là-bas, et qui vous permettent aussi de changer d'idée quand ça vous chante ou quand c'est plus avantageux pour vous.  Profitez-en, c'est loin d'être un drame ! 

 

Merci. C'est très apprécié, surtout quand on est capable d'apprécier le meilleur des deux mondes. 

J'ai toujours mes petites listes dans ma tête de pour et de contre. Ça aide. 

Mais également, on est conscient que ça peut faire des jaloux :)

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
à l’instant, Cherrybee a dit :

 

 

 

Mais également, on est conscient que ça peut faire des jaloux :)

 

Dont moi ! :lol:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 1 minute, bencoudonc a dit :

Dont moi ! :lol:

 

Si un jour je repars, je vous inviterai à découvrir mon autre pays pour un long séjour :)

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 57 minutes, fortsympa a dit :

Je me permets de vous écrire mon point de vue. Peu doivent me connaitre, mais j'ai été, dans les année 2004-2005 et 2006, l'une des personnes qui écrivait le plus sous le pseudo "Fortsympa" sur ce forum qui m'a beaucoup aidé.

 

Depuis quelques jours, je reçois des emails concernant certains sujets de ce forum dont celui-ci c'est pourquoi j'ai eu envie de vous expliquer ma situation.

Je ne me reconnais pas dans les messages précédents.

J'ai vécu 8 ans et demi au Québec et je suis rentré en France depuis 3 ans, maintenant.

Lors de la procédure d'immigration, j'étais un "fou du Québec". Je mangeais toutes les infos qui concernaient le Québec... bref le candidat hyper motivé pour immigrer. Partir au Quebec... pour moi c'etait mon pays d'adoption, je pensais y rester pour toujours.

Avec le recul, je vous dirai qu'il y a deux sortes d'immigrés (evidement, je ne tiens pas compte des immigrés qui ne peuvent pas rentrer dans leur pays pour des raisons politiques) :
- ceux qui sont au Québec parce qu'ils ont un objectif (ex : trouver sa voie (professionnelle ou en tant qu'être humain)). Ils ne le savent pas en partant mais progressivement ils s'en rendent compte lors des années passées au Québec.
- ceux qui sont en total harmonie avec la vie au Canada.

On reconnait la deuxième catégorie très facilement : ils ont adoptés les expressions québecoises, ils ont adopté le rythme de vie quebecois .... bref ils se sont totalement fondu dans la masse.

Moi, j'ai fait parti de la premier catégorie (comme 90% des immigrés francais). Il faut savoir qu'être un immigrer, c'est vivre dans un pays ou le mode de vie est différent. On le sait, on le souhaite, on l'accepte ... et même : on le veut. Mais, revers de la médaille, cela demande une motivation quotidienne. Tant que la motivation (le bénéfice, conscient ou inconscient) est là, tout va bien, même si tout n'est jamais tout rose.

Je peux dire, avec le recul, que j'ai commencé à me sentir mal au Quebec (= je voyais de plus en plus de défauts et de moins en moins de points forts) lorsque je n'avais plus rien à y chercher à titre personnel.
Pour dire les choses autrement : je n'avais plus d'objectif qui me permettait de sortir la motivation suffisante pour avancer.
Le déclencheur a était l'alimentation (au bout de 6 ans) ... mais c'est juste un déclencheur, ca aurait pu etre la neige, le francais ou que sais-je. Un déclencheur ce n'est pas la vraie raison.


Je suis parti au Quebec pour son mode de vie... de retour, en France, j'ai gardé ce mode de vie (car oui c'est possible). Le Quebec m'a permis de me connaitre (évidement je ne savais pas que je partais pour cela).
J'étais au chomage avant le quebec (avec une formation de comptable). Je suis maintenant travailleur indépendant dans le coaching (je suis coach pour couple). J'ai suivi ma formation au Quebec.
Je suis très heureux en France (je vis dans le Var maintenant (alsacien d'origine))
Bref, sans mon immigration je n'aurai pas su donner un sens à ma vie... mais ce ne fut qu'une etape et pas une fin en sois.

Si vous avez des questions, j'y répondrai avec plaisir.
 

Quelle belle surprise de te revoir Fortsympa via ce forum, je ne sais si tu te rappelles des Français de l’Auberge à Val-David qui sont partis vivre ensuite à Quebec pour finalement rentrer en France. Nous vivons maintenant en Bretagne mais notre Fille n’est jamais repartie du Québec et elle est très heureuse dans les Laurentides. Nous sommes rentrés avec notre Fils à cause du climat et des problémes de santé de mon Mari mais ce fut très difficile les premiers temps de se réhabituer à la vie en France. Nos 5 années passées au Québec resteront nos plus belles années et maintenant que nous sommes en retraite, rien ne dit que nous n’y retournerons pas ! 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

  • Contenu similaire

    • Par izi93
      Bonjour tout le monde 
      Je voudrais savoir si les représentants de ministères au conseils du MARL on le droit de rabaissé les gens olus bas que terre ? Aujourd'hui ma femme a passé au MARL et une conseillère c'est acharné sur elle depuis le debut de k entretien sans raison valable et lui a meme conseillé de brûlé sont dossier de divorcée et que cela ne peut etre vrais que quelqu'un l aime et que aucun juge n acceptera sont dossier et j en passe des milleur un vrais défoulement ? L autre femme de la sai etait choqué et a la fin de l entretient lui avais dit que son dossier etait complet et que elle s attendait pas a ce que la conseillère du ministère parle comme ca , c'est vraiment choquant  un telle mépris.
      Notre dossier etait bon et complet y avais aucune raison de le refusé.
    • Par zerno123
      Salut à tous,
      je me tourne vers vous pour avoir quelques témoignages et infos de personnes dans la même situation que moi ?
      Je suis une étudiante française qui se réjouit de pouvoir poursuivre pendant un an à la mcgill university de Montréal ?

      J'ai présenté fin août une demande de permis d'études par voie postale à Paris tout de suite après avoir reçu le mail d'approbation du CAQ.

      -le 1/08, je reçois ce mail de Canada Visa Application Service:

      Dear Applicant/Cher(e) Client(e),
      We would like to inform you that your application has been processed in our office on 30 Jul 2018
      You can track the status of your application through our website mentioned below using your tracking number.
      Tracking Number:x
      http://www.vfsglobal.ca/canada

      -le 7/08, je reçois deux mail et un sms identique de VFS Response Mail:

      Cher X, La demande de visa, n° de suivi x est en cours de traitement au Bureau de Visa Canada. Merci de NE PAS REPONDRE à cet email.

      Et depuis, plus rien.
      Le tracking VFS indique Visa application, tracking ID No.X is being processed at the Canada Visa Office, PARIS.
      J'ai téléphoné à VFS qui me confirme que mon dossier est un cours de traitement à l'ambassade.

      J'ai lié mon compte en ligne à ma demande sur le site de gouvernement canadien CIC et j'ai le tableau ci-joint quant au suivi de ma demande.


      Voilà mon histoire! Je m'inquiète sérieusement car mon vol pour Montréal est prévu pour le 20 août et j'aurais souhaité avoir le temps de trouver un logement avent le début des cours prévu le 28 ;)

      J'espère que certains d'entre vous auront quelques infos à me communiquer quant aux procédures suivies, aux délais, aux moyens de faire bouger le choses..

      En tout cas, merci d'avoir pris le temps de lire mon pavé  ?


    • Par Fanny
      Bonjour à tous,
       
      Je ne viens plus que rarement sur le forum, et pour cause, les journées sont tellement remplies ! Le temps passe vite, si bien que ça fait déjà 6 mois que nous vivons au Québec. J'ai même envie de dire "seulement" 6 mois, car notre quotidien est tellement chargé et nous nous sentons tellement intégrés que nous avons l'impression de vivre ici depuis des années !
       
      Petit rappel pour ceux qui ne me connaissent pas, nous avons obtenu nos RP début 2017 et nous nous sommes installés en février 2018 au Québec.
       
      Nous habitons toujours dans Vaudreuil-Soulanges, un agréable coin de campagne aux portes de Montréal. J'aime beaucoup cette région !
       
      Clément est toujours en emploi dans la même entreprise depuis le mois de mars, et moi je travaille depuis le mois de juin. J'adore mon travail ! C'est un contrat à durée déterminée, je serai donc à nouveau en recherche d'emploi dès la fin de cette année. Mais maintenant que j'ai une première expérience québécoise, j'espère que je trouverai facilement/rapidement. Je fais également du bénévolat plusieurs fois par mois, ça me plaît beaucoup et me permet de faire de belles rencontres.
       
      Nous avons accueilli un peu de famille cet été, c'était super de leur faire découvrir notre environnement et notre cadre de vie. Cela nous a fait du bien de voir certains de nos proches, même si les au-revoir étaient difficiles. Ce n'est pas facile tous les jours de vivre si loin de sa famille, mais le fait de pouvoir les appeler régulièrement aide à combler le manque.
       
      L'été fut un peu difficile, avec les canicules à répétition et une humidité insupportable. Pour dire, nous avons eu carrément moins chaud au fin fond de l'Arizona qu'au Québec ! Heureusement, on nous a dit que c'était exceptionnel, et que tous les étés ne sont pas aussi chauds et humides. Nous avons hâte d'être en automne !
       
      Ces 6 derniers mois ont été riches en découvertes et en nouvelles expériences, et nous trouvons ici exactement ce que nous étions venus chercher. Pas un seul instant nous n'avons regretté notre choix de quitter la France. Nous lisons régulièrement des témoignages de personnes qui sont rentrées en France car le Québec n'est pas aussi idéal qu'ils le pensaient. Avec les reportages idéalistes qui sont régulièrement diffusés en France, on peut facilement s'imaginer que le Canada est LE pays parfait. Je pense qu'il faut être conscient que l'herbe n'est pas forcément plus verte au Canada qu'en France, elle est simplement différente. Quitter la France pour "fuir" un pays "imparfait" en pensant trouver un pays parfait ici est selon moi une erreur qui peut faire échouer son expatriation. Des problèmes et des difficultés, il y en a aussi au Canada, il y en a partout. En arrivant il y a 6 mois nous étions parfaitement conscients de ça, et je pense que tout nouvel arrivant devrait l'être.
       
      Aussi, j'ai lu à plusieurs occasions des témoignages alarmistes (voire moralisateurs) disant que lorsqu'on immigre dans un pays  qu'on n'a jamais visité auparavant, l'expatriation sera de toute façon vouée à l'échec. Je pense que Clément et moi sommes un bon exemple du contraire. Nous avons obtenu notre RP alors que nous n'avions encore jamais mis les pieds au Canada. Pour autant, nous n'avons pas rencontré plus de difficultés que quelqu'un d'autre ! Réussir une installation au Québec sans y avoir jamais été avant, c'est tout à fait possible, si ça peut en rassurer certains... 
       
      En conclusion, nous sommes réellement heureux de la vie que nous avons trouvée ici, et espérons que le plus grand nombre de ceux qui sont encore dans les démarches aura la chance de pouvoir vivre cette belle aventure !
       
      Merci de m'avoir lue,
      Bonne journée !
       
      Fanny
       
    • Par bengos
      Bonjour à toutes et à tous,
       
      Après avoir effectué ma demande de CAQ en ligne, j'ai envoyé le dossier par voie postale comme convenu le 16 juillet dernier. J'ai lu qu'il y avait une attente de traitement de 3 semaines environ.
      Suis-je obligé d'attendre de recevoir le CAQ pour lancer la procédure pour le permis d'études ? Si c'est le cas, je n'ai aucune chance de recevoir ce dernier à temps, ce qui contraint mon départ.
       
      Si j'ai bien compris, il est indispensable d'avoir le CAQ et le permis d'études avant son arrivée sur le territoire canadien… Pouvez-vous me le confirmer ?
       
      Je vous remercie par avance,
       
      Benjamin
    • Par Skill92
      Bonjour,
       
      J'ai un peu cherché sur le forum si il y avait des sujets similaires, je suis sûr que oui, mais je ne les ai malheureusement pas trouvé... désolé par avance si la réponse à mon soucis a ainsi déjà été traité quelque part.
       
      Je suis étudiant français en L2 (Informatique) et j'ai été accepté à l'université de Sherbrooke au Québec via un programme d'échange de 1 an afin d'y faire ma L3.
      Je suis censé partir le 6 août, mais je n'ai toujours pas reçu certains documents. Je vais recevoir mon CAQ d'ici quelques jours mais sachant qu'il faut environ 2 semaines pour avoir le permis d'étude il n'est pas possible que je reçoive ce dernier à temps. Ainsi plusieurs options s'offrent à moi :
      - soit je vais devoir annuler mes billets d'avion et attendre de recevoir mon permis d'étude pour en reprendre d'autres... option que je souhaite bien évidemment éviter à tout prix.
      - soit je me demandais si il était possible de quand même tenter le coup et de simplement venir avec mon CAQ et d'expliquer ma situation à la douane ? Mais on m'a dit qu'il y avait des chances que je soit renvoyer chez moi en tentant cela... le fait que j'ai déjà signé un bail de logement pour la durée de ma mobilité ne pourrait-il pas aider ?
      - soit je me demandais si il était possible de venir en tant que touriste (je n'aurais alors qu'à simplement obtenir un AVE) et faire tout le nécessaire pour obtenir mon permis d'études sur place au Canada, ou bien que je demande à ma famille de faire les démarches à ma place en France et qu'ils m'envoient mon permis d'étude par courrier ?
       
      Le temps m'est malheureusement compté... Tous renseignements sur mon problème sont les bienvenue, je vous en remercie d'avance. 
       
      PS: j'ai bien sûr contacté des ambassades et plusieurs autres organismes en affiliation avec l'immigration au Québec et aucun n'a été capable de me donner une réponse satisfaisante.
    • Par etudiant15
      SALUT,
      s'il vous plait c'est urgent.
       
      on m'a récemment refusé le visa touristique cause de ma situation financière et  qu'il ne sont pas convaincu que je reviendrais 
      maintenant mon père qui vit au Quebec veut me parrainé
      je remplie le dossier du parrainage , j'ai trouvé une question qui me demande un IUC ,- quand j'ai fait ma demande visa touristique on m'a donné un IUC -
      est ce que je dois l’écrire dans ma demande de parrainage ? 
      et est ce que ça va jouer un rôle important dans le traitement de ma demande ?
      merci
    • Par HeyJude
      Bonjour à toutes et tous,
       
      Arrivée au Canada le 16 juillet, je voulais vous donner un feedback des démarches d’immigration à l’aéroport.
       
      Nous (mon compagnon, mes 2 enfants et moi) avons embarqué à l’aéroport de Paris Charles de Gaulle avec Air Canada. Dans la file d’attente pour s’enregistrer et déposer les bagages, j’ai eu un échange étonnant avec la personne au checkport (celle qui est dans la file d’attente pour vérifier qu’on a bien les papiers). Je ne sais pas si elle est employée par l’aéroport ou par Air Canada.
       
      Je lui précise que nous avons les confirmations de résidence permanente. Elle demande à voir les confirmations. Elle me demande aussi si nous avons les AVE. Je lui réponds oui, en précisant que ce n’est pas obligatoire vu que nous avons la confirmation de RP (cf. http://www.cic.gc.ca/francais/centre-aide/reponse.asp?qnum=1184&top=16). Je précise que j’avais déjà commandé les AVE avant de lire cette information.
       
      Voyant les confirmations de RP, elle tique sur le filigrane « Non valide pour voyager » qui barre les confirmations. Là, me souvenant des conseils de @DragoonFamily, je lui réponds que c’est normal, vu que ce n’est pas un titre de voyage mais que c’est le passeport qui permet de voyager.
      Et là, je pense qu’elle l’a très mal pris.
      Elle me répond « oui, je sais, mais il faut que je vérifie si vos AVE n’ont pas été annulées par l’Ambassade ».
      Là, j’hallucine, je n’avais jamais entendu parler de ça. Je lui réponds que les AVE ne sont pas obligatoires de toute façon car nous avons reçu la confirmation de RP. Elle me répond que, pour une 1ère entrée au Canada avec la confirmation de RP, il faut avoir les AVE (en contradiction totale avec les informations officielles de CIC).
       
      Elle téléphone à l’Ambassade pour vérifier que nos AVE n’ont pas été annulées. Et me confirme au bout de 2 minutes que tout est en ordre.
       
      Bref, j’ai peut-être raté un épisode, mais j’ai vraiment l’impression d’avoir eu affaire à une employée qui a fait de l’excès de zèle.
       
      A Toronto, voici comment ça s’est passé. Les formalités ont été rapides (moins de 2h en tout) car nous sommes arrivés avant le rush (heure d’arrivée de l’avion : 15h30). Aucun employé des douanes n’a demandé à vérifier les fonds dont je disposais sur mes comptes. Par sécurité, j’avais toutefois rapatrié l’argent sur des comptes courants avec carte bancaire pour montrer que je pouvais m’en servir à tout moment.
       
      Nous avons présenté nos confirmations de RP à la douane, qui nous a dirigés ensuite dans une salle avec des agents de l’immigration. Là ça a duré environ 1h, le temps de répondre à quelques questions et de signer nos confirmations (l’agent a gardé l’exemplaire avec photo). Ensuite, une employée nous a remis un livret de bienvenue sur le Canada, en français (150 pages, bien fichu). Elle nous a proposés de faire les démarches aussitôt pour avoir le NAS (numéro d’assuré social) mais les enfants étaient déchaînés, donc nous avons décliné.
       
      Ensuite, nous avons récupéré nos bagages. Et là, nous avons eu de la chance que le processus d’immigration ait été relativement rapide, car nos bagages avaient été retirés du tapis roulant et allaient être emportés ailleurs (ce qui nous aurait fait perdre au moins 1h pour les récupérer, vu la longueur de la file d’attente au guichet « réclamations bagages »).
       
      Enfin, dernière étape : nouvel entretien avec un agent de l’immigration, cette fois-ci au sujet du déménagement. L’agent a examiné 2 formulaires : le « Personal Effects Accounting Document » et l’inventaire de mes biens. Ça a duré moins de 30 minutes.
       
      A chaque fois, nous avons bien précisé que notre adresse de destination était temporaire (Airbnb), et ça n’a pas posé de problème.
       
      Voilà, nous avons eu de la chance, à 17h30 on avait terminé.
    • Par cedesbiens
      Bonjour,
      Ma copine a fait une demande d'immigration en tant que travailleur qualifié à l'interieur du canada.
      Ils ont reçu les documents demandés au mois de mars et on attend toujours après une réponse. On ne sait pas du tout combien de temps cela peut prendre mais pour l'instant c'est difficile de trouver un visa pour rester ici. Elle a déjà eu le Working Holiday en premier pour ensuite transférer vers un visa étudiant pour étudier le français. Son visa étudiant est bientôt terminé et ont ne sais plus quoi faire pour qu'elle puisse rester ici.
      Vous avez des conseils?

      Merci.
       
    • Par tlelievre
      J’ai été témoin d’une initiative prise par mon employeur qui, à mon humble avis, a le mérite d’être partagée.
       
      Je me prénomme Thomas, PVT français résidant et travaillant actuellement sur la Rive-Sud de Montréal. J’ai intégré la compagnie ISAAC Instruments durant le mois de juin de l’année dernière en tant que développeur web. ISAAC Instruments est une société en pleine expansion qui offre présentement une multitude de postes à pourvoir. Cependant, en raison de la rareté de la main-d’œuvre en TI, la compagnie a ouvert ses horizons et a diffusé ses offres d’emplois à l’international. Or, cela peut être extrêmement risqué aussi bien pour l’employeur que pour le postulant.
       
      Du point de vue du candidat, le fait de se lancer tête baissée dans une telle aventure sans avoir bien réfléchi auparavant peut vraiment être une source de stress, de complications et de frustrations. Il n’est pas simple de repartir à zéro à l’étranger. Il faut y être préparé. De plus, du côté des employeurs, c’est un gros risque d’engager quelqu’un qui pourrait brutalement décider de partir, car il réalise que sa nouvelle vie au Québec ne lui convient pas.
       
      Afin de pallier à ces problèmes, ISAAC Instruments a eu l’idée de créer et d’organiser des entrevues « Découverte et Immersion ».
       
      Je vais vous expliquer en détail le déroulement de ce type d’entretien tel que réalisé chez ISAAC Instruments. Tout d’abord, un premier contact est effectué par visioconférence. À l’issue de ce premier entretien à distance, si le candidat répond aux attentes, la compagnie organise et offre au candidat un voyage de trois jours au Québec. Durant la première journée, le postulant rencontre ses futurs employeurs et collègues et découvre le contexte dans lequel il sera amené à travailler. Le but de la deuxième journée est de faire découvrir la vie, la culture québécoise au travers d’une visite de la ville de Montréal et de ses environs. De plus, durant cette visite, l’entreprise propose à certains de ses employés étrangers de partager avec le candidat leurs propres expériences. La troisième journée est une journée libre où le postulant peut organiser sa propre journée en fonction de ses envies.
       
      Ce genre d’initiative peut réellement aider à la fois l’entreprise pour confirmer que la personne répond bien aux attentes et le candidat pour se rendre compte si le contexte lui convient, si sa personnalité, son tempérament est bien en accord avec la culture et les valeurs de sa future entreprise et plus globalement avec la culture du pays.
       
      De plus, ayant été choisi pour partager mon expérience, j’ai pu constater que ce type d’entretien est très apprécié des candidats. Cela les rassure et les conforte dans leur choix de venir travailler au Québec. Je trouve vraiment cette initiative très innovatrice et je ne peux que l’approuver à 100%.
    • Par girsalome
      Bonjour à tous,
       
      Je poste ici un message car je suis en train de réfléchir à suivre un doctorat en linguistique à l'Université Laval à Québec et j'ai donc plusieurs questions:
      -Que pensez-vous de l'Université Laval?
      -Québec, est-ce une bonne ville pour y vivre? (qualité, recherche d'emplois, loyers, animaux etc.)
      -Avec le visa étudiant, est-ce possible que mon compagnon soit avec moi? En effet, le doctorat est d'environ trois ans , ce qui représente un grand changement de vie.
       
      Je suis de nationalité française, lui hollandaise et nous vivons au Portugal.
       
      Merci beaucoup!
      Salomé
  • En ligne récemment   0 membre est en ligne

    Aucun utilisateur enregistré regarde cette page.



×

Information importante

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, de réaliser des statistiques de visites et de vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. Conditions d’utilisation Politique de confidentialité Règles