Jump to content

[BFMTV] Le Canada recrute des Français, voici les démarches pour émigrer


Recommended Posts

  • Habitués

Article du 8 décembre 2016 sur BFMTV : http://bfmbusiness.bfmtv.com/monde/la-canada-recrute-des-francais-voici-les-demarches-pour-emigrer-1068010.html


 

Citation

 

Le Canada vient de simplifier ses procédures d'accueil pour les immigrés francophones. Passage en revue des démarches administratives à l'intention de ceux qui veulent tenter leur chance au pays de la feuille d'érable.

 

Tenter sa chance au Canada. De plus en plus de Français en rêvent. C'est ce que nous avons pu constater sur BFM Business à la suite de la publication de deux articles sur le sujet. D'abord celui-ci sur la volonté du Canada d'accroître d'ici 2018 la part des travailleurs francophones sur son territoire. Et puis cet autre article, portant sur le témoignage d'un cadre français parti tenter sa chance dans la ville de Calgary au sein d'un distributeur d'articles de sport. Après leur publication, nous avons reçu beaucoup de demandes concernant les démarches à accomplir pour tenter sa chance au Canada.

 

Pour nous guider, nous avons notamment recueilli le témoignage d'Alexandre, un Français, salarié d'un opérateur mobile à Aix-en-Provence, qui souhaite partir s'installer au Canada. Un parcours facilité certes pour les francophones -notamment au Québec- mais qui requiert de la volonté et une certaine organisation.

 

1. Est-ce que c'est simple?

"Non, assure Alexandre, il y a beaucoup de demandes, il faut donc avoir un bon pedigree, c'est-à-dire avoir fait de bonnes études, avoir une compétence dont les Canadiens ont besoin. Travailler dans un secteur comme la santé ou l'informatique est un avantage indéniable". Ce que confirme Marc-André Séguin, un avocat québécois dont le cabinet Exeo est spécialisé dans l'immigration: "Cela dépend de votre profil (étudiant, travailleur, entrepreneur ou investisseur) mais les démarches peuvent parfois être longues et complexes. Et même si certaines règles ont été assouplies dans le Canada anglophone, ce n'est pas acquis pour autant pour un francophone." L'avocat fait référence ici au programme Mobilité francophone en vigueur depuis le 1er juin 2016. Les employeurs canadiens n'ont plus besoin d'effectuer une coûteuse étude d'impact (prouver qu'aucun Canadien ne peut répondre au besoin de l'entreprise) lorsqu'ils embauchent un francophone pour des emplois de gestion ou des emplois techniques et spécialisés.

 

2. Le programme Entrée express du Canada anglophone

Les autorités canadiennes souhaitent faire grossir la proportion des francophones parmi les immigrants économiques qui s’établissent en dehors du Québec. Dans toutes les provinces anglophones du pays, cette part doit passer de 4% en 2018 à 4,4% en 2023. Pour cela, le Canada a mis en place le système Entrée express, qui facilite la procédure des immigrants dans les catégories économiques. Il faut se rendre sur ce site afin de remplir un dossier pour tester son admissibilité. Afin de mesurer la capacité du travailleur à s'adapter au marché du travail, l'immigration canadienne utilise une grille de 100 points. Cette dernière prend en compte les six facteurs suivants: compétences en français ou en anglais, niveau d’études, expérience de travail, âge, emploi réservé, faculté d'adaptation. Une fois cette formalité remplie, les coûts de traitement exigés dépendent du type de demande (résidence permanente, permis de travail...) et ils sont assez élevés. Il faut compter par exemple 550 dollars canadien pour un travailleur qualifié, la même somme pour son conjoint et 150 dollars pour leurs enfants de moins de 19 ans. Si vous avez la chance de faire partie des candidats les mieux classés, vous recevrez une invitation à formuler une demande de résidence.

 

3. Résidence permanente? Temporaire?

Au Canada, il y a deux types d'immigration: la résidence temporaire ou la résidence permanente. La temporaire concerne les étudiants ou les immigrés qui cherchent un emploi. Pour les étudiants, elle est généralement accordée pour la durée de la formation. Il faut s'y prendre plusieurs mois à l'avance car la validation peut être assez longue. Une demande doit en effet être déposée auprès de l'établissement de formation, mais il faut aussi obtenir un certificat d'acceptation de la Province si la demande concerne le Québec et des autorités fédérales canadiennes (cliquez sur ce site pour en savoir plus). Pour intégrer un établissement universitaire à la rentrée de septembre 2017, mieux vaut donc ne pas tarder. Concernant les travailleurs, la demande temporaire est accordée généralement pour une année et elle est renouvelable. Néanmoins, si vous voulez rester au Canada plus longtemps, vous pouvez faire une demande de résidence permanente. Vous obtenez alors une carte que vous devez renouveler tous les 5 ans. Si la résidence permanente n’est pas conditionnée à un emploi ou à un séjour, le fait de disposer d'une offre d'emploi facilitera la procédure. Elle ne vous donne pas accès à la citoyenneté canadienne (passeport, droit de vote...) mais elle vous permet de postuler à une éventuelle naturalisation au bout de 4 ans.

 

4. Le Québec beaucoup plus simple pour les Français

La Belle Province reste une porte d'accès beaucoup plus simple pour les francophones. "En 2015, la France était le premier pays de provenance des travailleurs qualifiés avec 4.524 personnes admises au Québec, précise-t-on du côté de la délégation du Québec à Paris. Depuis 2000 plus de 61.000 personnes en provenance de France ont été accueillies (l'équivalent de la ville de Troyes)." Ce qui facilite l'arrivée des Français c'est évidemment la langue. "Il faut passer un test de français mais assez simple, explique Alexandre. En ce qui concerne l'anglais, un niveau intermédiaire suffit." Mais ce n'est pas la seule raison. Les démarches sont facilitées par rapport aux autres provinces. Les étudiants français qui ont fait des études au Québec peuvent par exemple bénéficier du Programme de l’expérience québécoise (PEQ) qui permet d'obtenir un Certificat de sélection du Québec en vue de la résidence permanente. Ce programme est destiné aux diplômés et futurs diplômés du Québec et aux travailleurs étrangers temporaires qui occupent un emploi spécialisé et qui remplissent certaines conditions. Il faut par exemple pouvoir démontrer une connaissance du français oral de niveau intermédiaire avancé. Ce Programme de l’expérience québécoise ne recourt pas à une grille de sélection, il ne prend pas en compte les caractéristiques du conjoint et ne prévoit pas d’entrevue.

 

5. Les investisseurs francophones privilégiés

Les entrepreneurs et investisseurs français qui veulent s'installer au Québec sont aussi favorisés. "Le Québec a des quotas pour les entrepreneurs et investisseurs mais les francophones sont exclus des quotas, explique Marc-André Séguin. Les dossiers sont traités bien plus rapidement. Il faut compter 18 à 24 mois pour un entrepreneur non-francophone contre 2 à 3 mois pour un francophone." Par ailleurs, pour un investisseur, le Québec est moins exigeant sur le plan financier: 100.000 dollars canadiens (70.000 euros) suffisent alors que dans d'autres provinces comme l'Ontario ou la Colombie britannique, seuls les candidats pouvant aligner plusieurs millions de dollars sont retenus. Pour immigrer au Québec, les démarches administratives sont sensiblement similaires à celles qui prévalent dans la partie anglophone du Canada avec l’évaluation préliminaire d’immigration (EPI) et ensuite la demande de certificat de sélection du Québec via le site "Mon projet Québec". Pour la période du 1er avril 2016 au 31 mars 2017, le plafond maximal de demandes (10.000) a déjà été atteint. Une nouvelle période de dépôt doit être annoncée courant 2017. "Il faut être très motivé, reconnaît Alexandre. D'abord parce que c'est assez coûteux. Il faut compter 540 dollars canadiens (379 euros) pour un dossier et 120 dollars canadiens (84 euros) de plus pour le conjoint et chacun des enfants. Une somme qui ne sera pas remboursée en cas de refus. Par ailleurs, il faut être très rapide lorsque la période de demande s'ouvre car le site est pris d'assaut et finit par planter." La motivation ce n'est pas ce qui manque aux milliers de Français qui tentent chaque année l'aventure. "On en a un peu marre de la France, du contexte socio-économique pesant, du manque de travail, détaille Alexandre. Nous sommes allés plusieurs fois au Canada et le contraste est frappant: c'est beaucoup plus jeune et dynamique. La relation entre les gens est bien davantage basée sur la confiance. Un exemple parmi d'autres, les propriétaires ne demandent pas de caution aux locataires au Canada. C'est même illégal. On n'imagine pas ça en France..." Pour Alexandre comme pour la plupart des Français qui rêvent de changer de vie outre-Atlantique, le Canada a tout pour réussir.

 

 

Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

  • Similar Content

    • By jean21
      Bonjour à tous,
       
      ça fait un petit moment maintenant que j'ai ce projet de partir vivre au Québec. Pour le moment je n'ai entamé aucune démarche pour immigrer, j'en suis au stade de la prise de renseignement.
      Et justement j'aurais souhaité savoir si le fait d'être schizophrène peut être rédhibitoire pour être autorisé à séjourner au Québec. je précise que je suis soigné et stabilisé depuis quelques années maintenant, je suis actuellement en formation dans l'informatique pour pouvoir être administrateur système et réseaux.
       
      ma deuxieme question: est ce qu'on peut chercher du travail sur place en ayant le status de visiteur?
       
       
       
       
    • By mimed90
      Bonjour tout le monde
       
      j aimerai savoir si quelqu’un a des nouvelles par rapport aux examens de citoyenneté? Est ce que la reprise des examens a commencé?
      mon examen devait avoir lieu en avril 2020 et pour l’instant je n’ai toujours pas reçu de nouvelle convocation 
       
      merci
    • By benahssaine
      Bonjour,
      J’espère que vous aller tous super bien,
      Je vous demande des informations pour l'immigration au Canada, J'ai 28 ans, marié, sans enfants,
      Je suis ingénieur en réseaux et systèmes informatiques, j'ai 4 ans d'expérience,
      Merci d'avance.
    • By chchbrs
      Bonjour, Si quelqu'un pourrait me donner des conseils, s'il vous plaît, avec une situation d'immigration.

      J’habite à Montréal, j'ai reçu la prolongation de mon permis d'études et mon permis de travail ç’a fait un mois et demi. Tout était parfait, sauf que les permis ont été envoyés avec le Cambodge comme le pays d'origine, mais je suis originaire de la Colombie.

      Alors, J'ai envoyé une demande de modification de permis par courrier recommandé au bureau de modification de l'IRCC, qui selon le système de Post Canada est arrivé parfaitement et a été délivré avec succès.

      Aujourd'hui, le service à la clientèle de l'IRCC me dit qu'il n'a rien reçu, qu'il n'a pas de demande et que je dois envoyer une nouvelle demande de modification. Cela signifie-t-il qu'ils ont jeté mes permis ? Comment puis-je demander que mes permis apparaissent ? Devrai-je alors demander une nouvelle délivrance de mes permis qu'ils ont mal générés et ensuite demander la modification ? Je ne sais vraiment pas quoi faire dans ce cas. Merci beaucoup pour votre aide.

    • By SKYTEK
      Bonjour, je suis titulaire d'un Baccalauréat Maintenance des équipement industriels et du Permis B en France, mais rien a voir j'ai envie de faire un CAP Commerce en alternance c'est a dire 3 semaines par mois en entreprise avec 1 semaines d'école du moins pour le processus normal qu'il y a en France. Mais j'aimerais le faire au Quebec car c’était toujours un endroit où j'ai voulu habiter et travailler car mon amour pour ce pays est bien plus légitime que celui que je porte pour la France.
       
      Bref, est-ce que ça serait possible ou ça serait complètement different là-bas ?
       
      Oui on m'a toujours dit que je n'avais pas de quoi m’inquiétez et que tout mes rêves sont réalisables donc peut être que celui là en fait partie ? 
    • By maxbuton
      Bonjour,
       
      Je vous explique ma situation:
      Je suis avec ma conjointe ( Québécoise) depuis bientôt 6 ans.
      Je suis venu au Québec avec un visa JP depuis maintenant 1 an et 3 mois, il se fini en juin 2021.
      Nous avons envoyé une demande de parrainage en juin dernier.
       
      Cette semaine j'ai eu une offre d'emploi, qui me propose un meilleur salaire, de meilleur condition.
      Ma question est la suivante:
      Comment faire pour changer d'employeur ? 
      En sachant que n'aillant pas eut de retour sur ma demande de parrainage je peux pas faire de demande de permis ouvert, je ne peux pas changer d'employeur en gardant ma JP car je n'ai pas de raison valable aux yeux du gouvernement, je ne peux pas faire deux fois une JP.
       
      Je sais pas si je peux annuler mon visa, partir un mois pour en valider un nouveau et revenir ? et si oui, cela auras-t-il un impact sur ma demande de parrainage ?
    • By GastonLebeurre
      Bonjour à tous,
       
      J'aimerais partager le projet d'immigration sur lequel ma copine et moi travaillons, pour idéalement avoir des retours d'expérience de personnes ayant eu le même cheminement.
      D'abord, le contexte : ma copine est vietnamienne, je suis français, nous sommes ensemble depuis 3 ans et vivons ensemble depuis 2 ans à Hanoi. Nous sommes en train de collecter tous les documents / certificats / tests de langue nécessaires pour postuler en tant que travailleurs qualifiés dans le cadre de l'obtention d'un visa de résidence permanente au Canada.

      L'idée est d'y aller en deux temps :
      1. à court/moyen terme : immigrer au Canada (en mode "couple" puisque nous pouvons prouver notre résidence commune pendant plus d'un an) > nous sommes très intéressés par une ville en particulier dans laquelle nous aimerions prendre nos marques et travailler (et a priori y rester 1-4 ans, le temps également que le niveau de français de ma copine atteigne le niveau B2/C1 via des cours sur place)
      2. à moyen/long terme (et si nos plans n'ont pas changé d'ici là, si nous sommes prêts à quitter la ville dans laquelle nous nous serons installés au Canada) : immigrer au Québec > l'idée serait de s'y rendre une fois que ma copine aurait le niveau de français suffisant permettant son intégration
       
      D'après nos recherches, c'est en théorie possible car il est indiqué qu'un résident permanent du Canada bénéficie des mêmes droits qu'un citoyen et peut donc s'installer au Quebec (à l'exception des migrants étant passés par une "nomination provinciale"). Nous sommes cependant perplexes car il nous semble que cela rend caduque le fait même d'avoir un système d'immigration propre au Quebec (s'il suffit d'immigrer au Canada puis de changer de province une fois que la procédure est terminée).
      Si cela était possible, nous tenterions directement de migrer au Quebec mais le niveau de français de ma copine semble disqualifiant et le processus semble également bien plus long et complexe depuis la dernière réforme. Mais en réalité, si nous tentons le Québec, je risque d'être le seul de nous deux à avoir le nombre de points suffisants alors que dans le système canadien, nous devrions tous deux remplir les critères et augmenter nos chances d'être acceptés ensemble.

      Je précise que l'étape 1 de notre plan n'est pas juste une étape transitoire en prévision de l'étape 2 : nous serions prêts à rester au Canada "hors Quebec" et c'est une option qui nous motive réellement. C'est juste que la perspective d'être au Quebec nous attire encore plus, et nous sommes prêts à décaler l'échéance.

      Voila, j'espère avoir bien décrit notre situation : nous avons fait des recherches et trouvé des vieux messages de gens ayant eu des expériences similaires mais nous craignons que beaucoup de ces informations soient obsolètes avec la nouvelle réforme, et nous apprécierions vraiment d'avoir d'autres informations à ce sujet.

      Merci d'avance et bonne journée.
    • By carter15
      Bonjour;
      J'ai vécu et travailler au Canada pendant 3 ans et j'étais obligé de quitter le pays l'année dernière car mon permis de travail est expiré.
      J'ai dû appliquer pour avoir un nouveau permis à mon pays natal en rentrant et ça fait plusieurs mois que j'attends une réponse d'IRCC.
      Entre -emps, j'ai reçu un petit job en ligne d'un employeur Canadien et je demande si je peux transférer mon chèque vers mon compte bancaire Canadien et si je dois payer des impôts sur le montant que je vais recevoir.
      Merci.
    • By Alienaute
      Bonjour
       
      Je suis actuellement interne de médecine générale en dernier semestre en France. 
      Avec mon époux nous discutons depuis depuis quelques années déjà d'une potentielle immigration permanente au Québec, pays qu'il adore, et je me demandais dans quelle mesure pouvions commencer à engager les démarches.
       
      Le souci étant que même pour les premières démarches comme la Déclaration d'intérêt il faut renseigner les mentions du diplôme, que je n'aurai que dans quelques mois.
       
      Je me demande donc si il serait intéressant de tout de même de commencer les (longues) démarches dès à présent quitte à renseigner les informations manquantes ou ayant évolué par la suite. Ou si la moindre démarche avant l'obtention du diplôme est une perte de temps voire pire, confusant pour le service d'immigration. Je me permet d'ouvrir un topic la dessus car je n'ai trouvé aucune réponse claire à cette question malgré plusieurs heures de recherches.
       
      Merci d'avance !
    • By HeleneCanada
      Bonjour à toutes et à tous, 
       
      Avec mon conjoint nous pensons suivre un DEC soins infirmiers à Montréal. Nous souhaitons venir vivre ici et s'installer après le permis d'études. J'ai un bac ES et j'ai ensuite fait des études jusqu'en master mais qui ne sont pas dans ce domaine (Enseignement) et mon conjoint à un BPJEPS (niveau bac). 
      Est-ce que d'autres personnes ont suivi ces études? Est-ce qu'avec nos cursus français il serait possible d'être admis ? 
      Nous avons vu qu'il y a de très bonnes perspectives d'emploi ici. 
      Merci beaucoup
  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.



×
×
  • Create New...

Important Information

We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue. En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, de réaliser des statistiques de visites et de vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. Terms of Use Privacy Policy Guidelines

Ouvrir un compte bancaire avant mon départ
© 2021 immigrer.com

Advertisement