Jump to content

Pratiquez son Québécois chez IKEA


Recommended Posts

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
  • Similar Content

    • By Laurent
      L'humoriste Louis-T s'est attaqué une nouvelle fois aux fausses nouvelles circulant sur les réseau sociaux, et c'est suite aux propos d'une conseillère municipale qui affirmait que les musulmans sont en train d'islamiser le Québec et de nous envahir à l'aide de l'immigration. Vérification des faits : 
       
       
       
    • By qwintine
      Extrait de l'article: 
       
      Dire «une trampoline» n’est plus une erreur
      Le débat dure depuis des années. Ceux qui le savaient prenaient plaisir à reprendre les personnes qui faisaient l’erreur.
      «Il faut dire UN trampoline, pas UNE», disait-on.
      Et bien cette période est révolue. Vous pourrez dorénavant dire «un» ou «une» trampoline, sans vous faire taper sur les doigts.
      Selon la plus récente mise à jour de l’Office québécois de la langue française (OQLF), l’usage du mot trampoline est désormais accepté dans les deux genres.
      «Même si l’emploi du féminin n’est pas consigné dans les principaux dictionnaires usuels du français, il n’y a pas lieu de le considérer comme fautif», nous informe l’OQLF.
       
      Pour la suite de l'article et plus de détails sur l'analyse : http://www.tvanouvelles.ca/2018/05/03/dire-une-trampoline-nest-plus-une-erreur
    • By AnneBU
      Chaque arrivée du bulletin immigrer.com dans ma boite courriels éveille en moi depuis quelques semaines l'irrésistible envie de jeter mon ordinateur par la fenêtre : « le Québec recrute massivement » «le taux de chômage n'a jamais été aussi bas! »....
      et oui, le Québec recrute! …... mais je n'en fais pas partie!
       
      Voilà bientôt 1 an et demi que je suis à Montréal. Arrivée ici pour suivre mon mari qui a obtenu un poste depuis la France, je me retrouve dans l' inconfortable situation de la chercheuse d'emploi.
      Je ne mets pas toutes les chances de mon côté, car je ne suis ni infirmière, ni pâtissière, ni neurochirurgienne, je ne travaille pas dans l’aérospatial ni en biotechnologies....non, je travaille dans le développement durable. Même pas dans l'environnement pour de la réhabilitation de site ou dans le génie environnemental, non, juste dans la sensibilisation, le conseil, la gestion de projets.Bref, la tâche va s'avérer difficile car en plus, j'ai 40 ans, et j'aimerai trouver l'équivalent de mon poste précédent ou tout au moins dans le même domaine. Et c'est là que le bas blesse, car j'ai beau passer en revue, sur les sites d'emploi, les domaines les plus en recherche, l'environnement et le développement durable ne font pas partie de la liste.
       
      Qu'à cela ne tienne, il y a des annonces, je commence par y répondre, mais je m'aperçois rapidement que mon CV n'est pas à la norme. Je m'adresse donc à un organisme d'aide à la recherche d'emploi pour les nouveaux arrivants, et rapidement, on corrige les défauts de mes candidatures. J'en profite pour suivre des ateliers de conversation anglaise et des ateliers d'intégration. Et c'est reparti pour une nouvelle salve de candidatures. Comme conseillé, je me crée également un profil Linkkkfkel ...linkkkekldn …. linkedin où, à coup de clics je me crée un réseau de connaissances dont je n'ai pas la moindre connaissance.
       
      Mes journées sont rythmées : tour des sites d'offres d'emploi, rédaction CV et lettres, envoi, prières pour que ça marche.... et parfois, réseautage!. Certains on ça dans le sang, ce n'est pas mon cas. S'incruster dans une conversation, essayer de se placer, de trouver le bon à propos..... s'il y avait un championnat du monde de looser en réseautage, je pense que je serai sur le podium. Je fais partie des personnes capables de repartir d'une soirée réseautage les poches pleines de cartes de visite sans avoir réussi à glisser une seule des miennes.
      Après quelques mois, je parviens cependant à décrocher un premier emploi (ma première job!), un contrat de 7 mois dans un organisme à but non lucratif qui me permettra de faire mes armes sur le marché du travail québécois. L'expérience est constructive, mais a une fin, et je me retrouve de nouveau sur le marché du travail. MAIS, j'ai ma première expérience québécoise, et ça, ça change tout « on va te proposer des jobs maintenant » et « avec le réseau de ta boite, ça sera plus facile, ils pourront te référer » « t'as ta première expérience, maintenant, c'est bon ».... je mets mon profil à jour; fièrement, j'ajoute mon expérience québécoise et je repars le cœur chargé de motivation, à la conquête de la job de mes rêves. Sauf que.... sauf que ça ne se passe pas comme ça. J'ai d'abord vérifié si j'avais mis le bon numéro de téléphone sur mes CV, sur mon profil, mais non, le problème ne vient pas de là.
      Remise en cause n°1 : j'ai visé trop haut. On ne me fait pas confiance pour des postes de coordination. Je regarde du côté des postes de chargée de projet, adjointe....
      remise en cause n°2 : mon CV est peut être trop spécifique à l'environnement. J'ai également de l'expérience en économie sociale, je réécrit mon CV
      remise en cause n°3 : je veux trop en dire dans la lettre de présentation. Je taille dans le vif.
       
      Parfois, mes candidatures franchissent le premier tri, et je suis contactée pour un pré-entretien téléphonique. Là aussi : championne du monde! Au moment où la personne me demande, « je souhaiterai m'entretenir avec vous, est-ce que vous avez le temps? » Une voix dans ma tête me dit « rappelle-la! Rappelle-la? Et je m'entends bêtement dire « oui, pas de problème, on peut faire ça maintenant »
      - pouvez-vous me parler de l'organisme de l'organisme …. pour lequel vous postulez?
      - oui oui.....
      c'est juste que j'ai 4 ou 5 candidatures sur le feu à peu prêt dans les mêmes organismes et là je vais pas me rappeler de celui-ci ..... je saute sur mon ordi, fait une recherche google tout en essayant de meubler et au miracle la page s'ouvre et la mémoire me revient. Je tente de rattraper le coup.
      - est ce que vous pouvez nous citer 8 forces pour cet emploi et argumentant?
      8 forces...... béh là non..... 3 je sais mais 8......
      - OUI, bien sûr, alors, je suis organisée, dans mon emploi précédent blabla..... diplomate..... blabla …. créative..... blabla..... dynamique......
      bon, là je dois être au moins à 7
      - il m'en reste combien?
      - vous êtes à 4
      pleurs
      - euh...... je suis dynamique, ah non, ça je l'ai déjà dit.....
      et là, c'est inévitable, plus rien ne peux me rattraper, je me vois en train de bégayer bêtement dans mon salon en survêt -chaussettes. Je lance quelques qualités ressorties qui ne me correspondent mais qui font bon effet, pour arriver péniblement à 7..... quoi dire de plus..... j'aime la poutine euh nan c'est nul et pis c'est pas vrai..... je peux retenir mon souffle 1mn7.... euh je sais danser la claquette.... bref, c'est le drame
      - on va passer aux points faibles? Est ce que vous pouvez m'en citer 5?
      pleurs
      l’interaction avec mon interlocutrice est inexistante, je me sens seule et complètement déstabilisée. Était-ce le but? Pas sûre. Le sors encore quelques banalités pour m'en sortir avec 3 ou 4 faiblesses ressorties in extremis de mes entrainements aux entretiens. La dame me dit qu'elle me rappellera pour une rencontre si l'entretien a été concluant.
      Pleurs
      Je n'ai bien évidement pas été rappelée et dit au revoir au poste convoité.
       
      J'ai également cherché à entrer dans un organisme qui m'intéresse par la petite porte, par un poste administratif qui m'aurait peut être permis d'évoluer. Mais là encore, désillusion, pour un poste d'adjointe administrative à temps partiel de 5 mois, nous étions plus de 80 à tenter notre chance.
       
      Aujourd’hui, après 5 mois de recherche allant d'espoirs en désillusions, je ne sais plus trop par où m'y prendre : validation d'acquis, réseautage +++, bénévolat, formation ou encore m'enfermer dans un placard et attendre.
       
      Mais l’intention y est toujours, et j'y crois! aussi, si parmi les lecteurs, certains sont dans des organismes qui recrutent des chargés de projets-adjointe à la coordination- administrative en développement durable ou autre, xxxxxxxxxxxxx et en plus, je sais danser la claquette et retenir mon souffle 1mn7!
      Pensées amicales à tous les chercheurs d'emploi.
    • By Laurent
      Voici 8 trucs faciles pour se mettre instantanément à parler comme un vrai Québécois de souche. Du moins c'est ce que va tenter de nous enseigner Mark Hachem qui est acteur, réalisateur et créateur de vidéos dans cette séquence hilarante sur le parler québécois. Hachem est Libano-Canadien et a grandi à Montréal. Il parle parfaitement le français l'anglais et l'arable. Les sous-titres vont pouvoir vous aider à suivre cette cadence infernale.
       
       
       
    • By Laurent
      Comme la tradition le veut, chaque année Radio-Canada célèbre la nouvelle année en  produisant une émission de parodie de l'année qui se termine. Vous pouvez la regarder ici :
       
       
    • By UBRANE
      source : http://www.topito.com/top-images-france-vs-quebec-calisse-tabarnak
       

       

       

       

       

       

       

       

       

       

       

       

       

       

    • By DreDumont
      Cause transformation en chambre d'enfant. Vend structure et sommier de lit ikea 2 places, 2 grands tiroirs sous le lit, avec matelas. Pas de puces de lit !! A été dans un immeuble de construction récente. 
      Nous avons sorti le matelas de sa housse pour la laver mais elle a rétréci et nous n'avons pas pu remettre la housse d'origine. Le matelas est actuellement protégé par une housse étanche anti puces de lit achetée en magasin spécialisé. 
      90 $ secteur plateau mont royal metro sherbrooke


    • By Laurent
      Le voile expliqué par 2 Québécoises dans une nouvelle websérie
       
       
    • By UBRANE
      Source : http://www.topito.com/top-petites-illustrations-francaise-expatriee-quebec
       
       
      1. Quand tu te réalises que le climat n'est pas tout à fait le même

       
      2. Quand ta mamie t'appelle

       
      3. Quand tu embrasses un Québécois pour la première fois

       
      4. Quand tes voisins gueulent

       
      5. Quand tu veux t'intégrer

       
      6. Quand on te rappelle que t'es française

       
      7. Quand tu te rappelles qu'au Québec, il neige vraiment VRAIMENT beaucoup ...

       
      8. Quand tu apprends des mots nouveaux

       
      9. Quand t'essayes d'apprendre les fahrenheit

       
      10. Quand tu te rends compte que l'administration n'est pas mieux là-bas

    • By immigrer.com
      VERSION FRANÇAISE
      Il y a quelques mois, je me suis ramené à Montréal avec mon sac à dos rempli d’ambitions et des étoiles plein les yeux. Trouver un nouvel avenir, un nouveau taff, une nouvelle putain de vie, c’est ce dont j’avais besoin et je savais que c’était ici que j’allais le trouver. Bon, pas si original que ça, vu qu’on est à peu près 10,000 connards de Français à envahir le Québec chaque année (Montréal étant évidemment notre cible principale). Mais bat les couilles des autres, il me fallait tout simplement un nouveau trampoline à ma carrière.
      Bref, j’ai absolument tout trouvé, comme prévu, et j’en suis bien ravi. Et comme j’adore analyser tout ce qui m’entoure, je passe encore mes journées à relever les différences entre ces deux cultures cousines. J’essaye au quotidien d’en apprendre le plus possible et de réussir à m’intégrer à mon nouveau cocon ainsi qu’à sa langue qui parfois, il faut le dire, n’a aucune logique. Et me geler les couilles et la barbe à -30°, c’est vraiment quelque chose à expérimenter.
      C’est pourquoi, après Paris Vs Lyon, après le succès de SolangeTeParle, la tristesse de la pub Orange ou encore le Parisien à Montréal , j’ai décidé moi aussi de mettre en lumière les grosses différences entre ces deux belles villes.
      Et malgré mon amour pour le charme des toits parisiens, et pour mes amis encore là-bas, je suis plutôt sûr que je ne vais pas revenir avant longtemps.

      VERSION QUÉBÉCOISE
      Ça fait une couple de mois que chus débarqué à Montréal avec mon pack sac rempli à ras bord d’ambitions. Trouver un nouvel avenir, une nouvelle job, une câlisse de nouvelle vie… faque ben c’est ça qui me fallait et je savais que c’était icitte que j’allais trouver ce que je voulais. Bon ok, je sais ben que chus pas le premier à débarquer comme ça comme un cheveu sur la soupe et qu’on est une tabarnak de grosse gang d’à peu près 10 000 criss de Français à venir comme des colons en pensant envahir le Québec année après année (Montréal étant évidemment un choix trèèèèès original), mais comme on s’en câlisse des autres, il me fallait juste une nouvelle trampoline pour ma carrière.
      Ben oui, j’ai toute toute toute trouvé, comme j’avais prévu et je suis tellement content que ça a pas de bon sens. Pis comme moi là j’adore analyser tout ce qui m’entoure, je passe encore mes journées à spotter les différences entre ces deux cultures cousines. Ça fait que j’essaye au day-to-day d’en apprendre le plus que je peux, d’entrer dans le moule et de comprendre la langue des fois crissement pomal sans logique. Ok faut quand même avouer qu’icitte, criss de tarbanak d’ostie de câlisse qu’y fait frette avec leur -30° en d’sous de zéro… Faut le voir pour le croire mon gars.
      Faque, après Paris Vs Lyon, après le succès de SolangeTeParle, la tristesse de la pub Orange ou encore le Parisien à Montréal , j’ai décidé moi avec de mettre un spot light sur les différences entre ces deux belles villes.
      Conclusion, malgré mon amour pour les bucoliques toits parisiens, et pour tous mes chums encore là-bas, je commence à être pomal certain que je vais rester icitte un bon boutte.

      Je tiens à présenter mes excuses à ma maman Carolle, qui a pourtant su m’inculquer de belles valeurs littéraires, orthographiques et grammaticales. 
      Catherine Beaumier Lacroix – traductrice de cet ostie de texte















      suite et source: http://nosiness.fr/paris-vs-montreal/?platform=hootsuite
  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.



×
×
  • Create New...

Important Information

We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue. En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, de réaliser des statistiques de visites et de vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. Terms of Use Privacy Policy Guidelines