Jump to content

Le Canada expulse de moins en moins d'étrangers


Recommended Posts

Publié le 22 novembre 2016 à 08h58 | Mis à jour à 08h58

 

Le Canada expulse de moins en moins d'étrangers

Chaque année, des milliers de ressortissants étrangers sont... (photo andré pichette, archives la presse)

Agrandir

Chaque année, des milliers de ressortissants étrangers sont expulsés du Canada.

PHOTO ANDRÉ PICHETTE, ARCHIVES LA PRESSE

Entrés au Canada sous une fausse identité ou pour de faux motifs ; restés au pays plus longtemps que ce qui leur était permis, parfois beaucoup plus longtemps ; arrêtés par la police pour de petits ou de grands crimes : chaque année, des milliers de ressortissants étrangers sont expulsés du Canada. Mais leur nombre a diminué de moitié depuis 2010. Coup d'oeil sur leur origine et la raison de leur présence ici.

MEXIQUE

La diminution des expulsions de Mexicains explique en grande partie la diminution du nombre total de ressortissants étrangers expulsés du Canada. De 4341 en 2010, le nombre de Mexicains expulsés est passé à 531 l'an dernier, selon les données de l'Agence des services frontaliers du Canada (ASFC) que La Presse a obtenues en vertu de la Loi sur l'accès à l'information. La décision du gouvernement Harper, en 2009, d'obliger les citoyens mexicains à obtenir un visa pour entrer au Canada pourrait expliquer cette baisse, croit le président national du Syndicat des douanes et de l'immigration, Jean-Pierre Fortin, qui appréhende d'ailleurs l'abolition de cette mesure, le 1erdécembre prochain. Il croit néanmoins que l'instauration de l'autorisation de voyage électronique (AVE) pour tous les voyageurs étrangers dispensés de visa pour entrer au Canada compensera en permettant aux douaniers de mieux filtrer les arrivées.

HONGRIE ET RÉPUBLIQUE TCHÈQUE

 

Ces deux pays européens figurent parmi les dix qui génèrent le plus de ressortissants expulsés du Canada. « Ce sont des Roms qui sont expulsés », explique Carolle Simard, professeure au département de science politique de l'Université du Québec à Montréal (UQAM), qui rappelle que le gouvernement Harper avait restreint, en 2012, l'entrée au Canada des Roms de Hongrie en rejetant leurs demandes de statut de réfugié, estimant qu'ils venaient d'un « pays sûr ». Il existe d'ailleurs des réseaux clandestins hongrois qui font entrer des immigrants illégalement au Canada ou qui pratiquent le trafic d'êtres humains. L'un d'eux a d'ailleurs été démantelé l'an dernier en Ontario. Ni l'Agence des services frontaliers ni le cabinet du ministre de la Sécurité publique n'ont répondu aux questions de La Presse. 

ÉTATS-UNIS

Les ressortissants des États-Unis représentent près de 10 % de tous les étrangers expulsés du Canada depuis 2010, ce qui s'explique principalement par la proximité entre les deux pays et par le fait que les Américains n'ont pas besoin de visa pour entrer au Canada. « Une fois entrés au pays, c'est là, le problème », lance Jean-Pierre Fortin, qui affirme qu'il y a des milliers de ressortissants étrangers en situation illégale au Canada. Il déplore le manque d'effectifs, qui se fait d'autant plus ressentir « depuis que le gouvernement conservateur a coupé 1053 postes, il y a trois ans », ce qui empêche les agents de l'ASFC de « traquer » les gens en situation irrégulière et les oblige à « attendre que la police les arrête » pour un crime ou une banale infraction au Code de la route et réalise ainsi qu'ils n'ont pas le droit de se trouver au pays.

SAINT-VINCENT-ET-LES-GRENADINES

Fait pour le moins inusité : près de 2000 ressortissants de Saint-Vincent-et-les-Grenadines ont été expulsés du Canada depuis 2010, soit 1,9 % de la population de ce petit archipel des Caraïbes. Toutes proportions gardées, c'est comme si 158 000 Québécois étaient expulsés d'un pays donné. Il s'agirait essentiellement de « réfugiés économiques », de « gens qui ne trouvent pas d'emploi dans leur pays », estime Michel Juneau-Katsuya, ancien agent du Service canadien du renseignement de sécurité. Leur venue est facilitée par le fait qu'ils peuvent entrer sans visa au Canada, Saint-Vincent-et-les-Grenadines étant un pays du Commonwealth. L'ancienne colonie britannique, devenue indépendante en 1979, vit du tourisme, de l'agriculture et des services, étant notamment considérée comme un pavillon de complaisance.

ISRAËL

Autre fait étonnant, les Israéliens arrivent en 10e place au palmarès des ressortissants étrangers expulsés du Canada. Cette donnée pourrait s'expliquer par les activités au Canada du crime organisé israélien, discret, mais « très actif, surtout à Outremont », estime Michel Juneau-Katsuya. « Aussi important que le crime organisé italien, mais très peu connu », le crime organisé israélien est notamment impliqué dans le trafic de diamants et le blanchiment d'argent, affirme l'ancien agent secret. Un grand nombre de demandes de statut de réfugié présentées par des Israéliens d'origine soviétique, qui se sentent discriminés en Israël, pourrait également expliquer cette donnée, puisque ce statut leur est généralement refusé, a confié à La Presse un agent de l'ASFC, qui a demandé à ne pas être identifié.

 

***

Nombre de renvois par citoyenneté

 

Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
  • Similar Content

    • By arnaudDD
      Bonjour,
      Nous résidons aux états-unis sous visa L et travaillons sur l'état de New York. Nous avons plus de 15 ans d'expérience, et entamons des démarches pour nous relocaliser au Québec.
      Il paraît qu'il existe des faciliter pour l'obtention de visa de travail lorsque l'on est déjà sur le sol US, en savez-vous plus? Est-ce qu'une entreprise doit nécessairement nous sponsoriser dans ce cas?
       
      De plus nous avons rempli un dossier sous Arrima, et sommes dans des processus d'embauche, mais les entreprises canadiennes semblent mal renseigné sur les conditions et prix pour recruter des talents à l'étranger. Quelles sont les meilleures démarches quand on a plus de 35ans? Les prix d'une procédure totale de financement de visa pour un couple??
       
      On m'a parlé de monter un dossier EIMT (étude d’impact sur le marché du travail) nécéssaire et pas facile à monter pour prouver l'obtention d'un visa de travail. Mais n'y a t-il pas une voie plus simple quand on peut prouver un haut niveau d'étude et d'expérience professionnelle??
      https://www.canada.ca/fr/immigration-refugies-citoyennete/services/travailler-canada/embaucher-travailleur-etranger/temporaire/verifier-besoin-etude-impact-marche-travail.html
       
      D'avance je vous remercie pour votre précieuse réponse et partage d'expérience.
      XXXXXXXXX
    • By Adamc06
      Bien le bonjour/bonsoir
       
      Je suis un lycéen français pour le moment en première économique et sociale , cependant je ne me plais pas du tout en France et ne jure que par les USA.
      J'ai été dopé aux séries américaines depuis tout petit (Desperate housewives , les feux de l'amour , Dallas, et pleins d'autres...) , mes proches m'ont toujours ventés tous ce que ce pays possédait et j'ai toujours vu l'Amérique comme un pays merveilleux , je me suis fabriqué mon petit American Dream et ne rêve que de partir vivre la bas le plus tôt possible.
      J'ai déjà l'avantage de disposer de la nationalité américaine (je suis Franco Américain) je suis né la bas dans l'état de l'Ohio , et ma mère est Américaine (Je lui parle de temps en temps mais rarement , c'est une mère porteuse)
       
      Donc pour en revenir à mon projet d'immigration afin d'être au maximum dans la réalité et moins dans le petit rêve que je me suis créer je viens ici pour récupérer des témoignages et trouver des réponses a certaines questions que je me pose déjà
       
      Tout d'abords , je n'ai aucune idée du métier que je souhaite faire , j'ai toujours pris la filière générale jusque la en ayant des résultats très moyens , en seconde j'ai décidé de prendre la voie économique et sociale mais arrivé en première mes résultats ont chuté jusqu'à maintenant ou je crains pour mon bac , je me suis donc dis qu'il fallait que j'arrête ma tentative désespérée et cherche des solution a la question , j'aimerai savoir quel métier puis-je faire dans un premier temps qui nécessite peu de formation et qui accepterait de recruter un franco-américain parlant à peu près correctement la langue ? Je ne souhaite pas gagner des cents et des milles , j'aimerai juste pouvoir vivre sans problèmes financiers. J'ai pensé a la police ou les pompiers , mais j'imagine que ça nécessite quand même un formation de quelques années ou un diplôme comme le bac ?
      Sinon j'ai pensé a me réorienter en France dans un bac hôtelier avant de partir car il me semble que là bas le savoir faire français dans l'hôtellerie et dans la restauration est plutôt apprécié cependant je ne souhaite vraiment pas passer ma vie la dedans , est il possible de se réorienter dans quelque chose si je choisis cette option ?
       
      En ce qui concerne ou j'aimerai vivre , je me suis plusieurs fois posé la question et franchement je n'ai vraiment pas d'attirance particulière pour un état , je veux juste pouvoir avoir du soleil et une température correcte car vivant actuellement dans le sud de la France , je ne suis absolument pas habitué au froid mais plutôt a un climat méditerranéen, auriez vous des états ou villes a me conseiller en particulier ?
       
       
      Je n'ai plus trop d'autres idées de quoi aborder , mais j'aimerai beaucoup obtenir des témoignages de français étant partis aux USA .. Quels ont été les difficultés que vous avez rencontrés ? Maintenant que vous y êtes quels sont les défauts que vous pouvez reprocher a ce pays ? Au niveau de la santé et des médecins , est ce la même chose qu'en France ? Le prix de l'eau , de l'électricité , des locations et des forfaits téléphonie/internet , est il convenable ?
      Je suis prêt a entendre tous les conseils et propositions que vous direz , j'aimerai vraiment réussir a bien ce projet et pouvoir partir le plus tôt possible
      Merci beaucoup d'avance a tout ceux qui partageront ce qu'ils savent !
    • By alcos
      Bonjour,
       
      Je suis québécois, né au Québec. J'ai demandé à ma conjoite en mariage et elle a accepté. Nous comptons nous marier en mars prochain.
      Elle et sa fille sont résidentes permanantes depuis 2015. Elle est divorcée (tout comme moi) mais porte encore légalement le nom de son ex-mari.
      Elle veut porter mon nom suite au mariage. Je sais qu'au Québec ce n'est pas permis mais elle n'est pas Citoyenne encore (elle est RP).
      Bref, si nous nous marions au Québec, peut-elle prendre mon nom et faire changer ses documents dans son pays (qui accepte le changement de nom) avant d'obtenir sa citoyenneté?
      Si pas possible, pouvons-nous nous marier à l'extérieur du pays tout en habitant au Québec et rendre ça possible?
      Si pas possible encore, nous déménageons hors Québec, est-ce possible dans ce cas?
       
      Merci beaucoup de votre aide,
       
    • By immigrer.com
      Vivre avec 45 000 $, mieux au Québec ou au Vermont?
      Mise à jour le mercredi 5 novembre 2014 à 11 h 59 HNE

      À revenu égal, une famille au seuil inférieur de la classe moyenne au Québec s'en tire beaucoup mieux qu'une famille similaire aux États-Unis. La raison? La répartition fiscale et les programmes sociaux.

      Un texte de Jean-Michel Leprince
      Au Vermont, Amanda Sheppard est aide-soignante à domicile à temps partiel. Elle gagne 11 $ l'heure, soit environ 20 000 $ par année. Elle possède un cheval et aimerait bien, pour gagner plus, l'utiliser en thérapie pour personnes handicapées.
      Greg Sands est homme à tout faire dans une ONG. Après deux promotions, il gagne 16 $ de l'heure, soit 28 000 $ par année.
      Revenu familial : environ 45 000 $. La famille a du mal à joindre les deux bouts.


      À Sherbrooke, Hector Torres est technicien dans une usine de pigments de couleur pour béton. Salaire : 16 $ l'heure - le salaire industriel moyen -, soit 36 000 $ par année.
      Catalina Castilla est intervenante sociale dans un organisme sans but lucratif. Sa formation lui sert bien, mais son salaire n'est pas celui d'une psychologue : 11,75 $ l'heure pour un contrat de six mois seulement.
      Revenu familial : environ 45 000 $ par an. On y arrive, mais c'est juste.
      Un choix de société
      Les familles ont chacune un enfant à la garderie : à Sherbrooke, la garderie de Juan Alejandro coûte 10 $ par jour, ce qui représente 200 $ par mois. Au Vermont, il en coûte 1200 $ par mois pour le petit Rafael.
      Les deux familles possèdent des voitures, mais elles ont fait des choix différents. À Sherbrooke, où tout est proche, une seule auto, mais neuve. Question de sécurité l'hiver.
      Au Vermont, Greg et Amanda ont deux véhicules, car tout est loin. Leurs Subaru ont respectivement 340 000 et 240 000 milles au compteur. Greg échange avec des amis des leçons contre des réparations.


      source : http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/economie/2014/11/05/001-quebec-vermont-classe-moyenne-familles-situations-differentes.shtml?isAutoPlay=1
    • By immigrer.com
      Un Beauceron arrêté pour avoir tenté de faire entrer sa femme illégalement aux États-Unis
      Mise à jour le mercredi 23 juillet 2014 à 7 h 43 HAE Un poste frontalier entre le Canada et les États-Unis Photo : Nicolas Steinbach/Radio-Canada Un Beauceron de 40 ans est détenu aux États-Unis après avoir tenté de faire traverser illégalement la frontière à sa femme brésilienne.
      Pierre Poulin, de Saint-Martin, est incarcéré depuis une semaine. L'homme, qui a déjà possédé une entreprise de camionnage en Beauce, s'est présenté au poste frontalier de Jackman le 17 juillet dernier en affirmant voyager seul.
      Les douaniers américains auraient cependant été intrigués par la présence de vêtements féminins dans sa voiture. Pierre Poulin devait se rendre à Boston avant de prendre un avion vers la Floride.
      Lors d'une seconde inspection, les douaniers ont retrouvé dans ses valises un passeport brésilien et une carte de résidence permanente canadienne au nom de Karoline Ramos de Oliveira.
      Selon les documents de la cour, Pierre Poulin aurait avoué qu'il devait retrouver sa conjointe dans un secteur boisé au sud du poste frontalier de Jackman. La femme de 27 ans a été découverte vêtue d'habits de camouflage et munie d'un émetteur-récepteur radio dans le secteur d'Arnold Farm, sur la route 201.
      Le Beauceron aurait tenté de faire entrer illégalement sa femme parce qu'il tenait à voyager avec elle en Floride. Son passeport brésilien était toutefois échu et les autorités américaines refusaient de lui accorder un visa.
      Lors de son interrogatoire, Pierre Poulin a admis avoir aidé sa femme à entrer illégalement aux États-Unis en juin, au poste frontalier de Armstrong.
      La femme a pu retourner au Québec, mais Pierre Poulin demeure détenu dans le Maine. Joint au téléphone, son avocat, Me David Bate, a précisé que sa prochaine comparution devant le tribunal n'aurait pas lieu avant quelques semaines.
      Le Beauceron risque 10 ans de prison ou une amende de 250 000 $.


      http://ici.radio-canada.ca/regions/quebec/2014/07/23/002-beauceron-arrete-usa-frontiere-illegal-femme-bresilienne.shtml?utm_source=dlvr.it&utm_medium=twitter#top
    • By sun_bliss
      Bonjour à tous!

      Je viens d'envoyer ma demande hier par DHL et elle a été reçu aujourd'hui 1 mai! Maintenant, il ne reste plus qu'a attendre. La patience ... pas vraiment mon point fort, mais on va travailler ca dans la prochaine année je pense!

      Je voulais simplement partager avec vous et voir s'il y a d'autres personnes qui viennent tout juste d'envoyer leur demande. On va pouvoir s'encourager!!! Mon mari est Mexicain et moi Quebecoise et on habite tous les 2 ensemble au Mexique.

      Bonne soirée!

      Jessica
    • By sun_bliss
      Bonjour,

      J'ai regarder sur les forums pour voir si je ne voyais pas ma réponse .... et je n'ai pas trouvée.

      Je suis une québécoise qui viens tout juste de me marié avec un Mexicain. Presentement, «J'habite» au Mexique. J'y suis en tant que touriste et je retourne tous les 6 mois a Montreal. Je suis en train de finaliser les documents d'immigration pour le premier envoie. Je trouve un peu le temps long etant donner que je ne peux pas travailler légalement au Mexique.

      Ma question est : si je fais la demande pour parrainer mon mari, es-ce que je peux aussi demander à mon mari de me parrainer au Mexique (les procédures sont BEAUCOUP moins longue). Pour que je puisque rester avec lui le temps de la demande et me trouver un travail temporaire.

      J'ai cru lire dans l'une les conditions que je ne peux pas etre residente ou avoir ete parrainé par mon mari dans son pays. Je ne suis pas sur si j'ai bien compris ...

      Merci de votre aide!!

      Jessica
    • By sandy1015
      Bonjour,

      Voici la raison pour laquelle j'écris sur ce forum..
      Je suis québécoise pure laine, je suis tombé en amour avec un mexicain il y a 3 ans de ca. Il etais au Québec depuis 5 ans sous le titre de réfugiés avec ses parents. Peu de temps après notre rencontre, je suis tombé enceinte. On a donc decide de commencer des demarches seuls pour séparer son dossier de celui de ses parents. Rien n'a fonctionner... 4 mois après mon accouchement, il a du quitter le Canada et se render au Mexique avec le reste de sa famille. Depuis, je voyage au Mexique sans cesse avec notre bébé pour que notre famille continue...Lors d'un de mes voyages, il m'a fait la grande proposition que j'ai biensure acceptée!

      J'ai fait plusieurs demarches, j'ai poser de multiples questions presque partout, mais aucune bonne réponse.

      Je me demandais si quelques personne parmis vous aurait des contacts, des idées, des infos pour savoir comment je peux faire pour le ramener près de moi et de notre fils. Le mariage doit il etre celebrer ici ou la bas?

      Merci d'avance!

      Sandy1015
    • By kevin33000
      Bonjour à tous,

      Je suis tout nouveau sur ce site. J'ai essayé de regarder un peu toutes les conversations mais je n'ai pas trouver de solutions pour mon problème et si elle existait, désolé.

      Voilà, j'ai un petit soucis, je suis un Français vivant au Mexique (je n'ai pas la nationalité Mexicaine), j'aimerais partir m'installer et travailler au Québec. En tant que Français, pour demander un Visa de travail Canadien, est-ce que je peux aller à l'Ambassade Canadienne du Mexique ou il faut que je retourne en France pour le solliciter?

      Après si vous avez quelques tips pour le processus de demande de Visa, je suis preneur.
      De même pour la manière de trouver un travail au Québec (j'ai un Master 1 en Marketing International de l'école de commerce INSEEC), j'ai travaillé à Boston et au Mexique.

      Enfin voilà, comment immigrer et trouver un travail au Canada quand on est un Français vivant au Mexique?

      Merci d'avance pour votre aide.

      Cordialement

      Kévin
    • By UBRANE
      C'est officiel, déjà plus grosse ville du Canada, Toronto vient de doubler Chicago et devient désormais la plus grosse ville d'Amérique du Nord après Mexico, New York et Los Angeles.

      Statistics Canada vient d'estimer la population de Toronto à 2 791 140 habitants.

      http://www.journaldemontreal.com/2013/03/05/toronto-est-maintenant-la-quatrieme-plus-importante-ville

      Pour info, selon le dernier recensement en 2011, la population totale du Greater Toronto Area (Toronto + région métropolitaine) était de 6 054 191 habitants : un chiffre à revoir à la hausse également du coup.

  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.



×
×
  • Create New...

Important Information

We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue. En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, de réaliser des statistiques de visites et de vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. Terms of Use Privacy Policy Guidelines