Jump to content
Sign in to follow this  
Djarab

Demander une équivalance diplôme en medecine en français en Alberta

Recommended Posts

Bonjour, 

 

Je suis medecin spécialiste diplomée d'Algérie, je souhaite immigrer en Alberta. Je suis consciente que si je veux exercer en tant que medecin spécialiste il va falloir que je refasse mes etudes et cela ne me pose pas de problème.

Ce que je veux savoir c'est s'il y a moyen ou possibilité de les refaire langue française.

 

J'éspère pouvoir trouver une réponse ici.

 

 

Merci 

Share this post


Link to post
Share on other sites

L'Alberta est une province anglophone. Je ne crois pas qu'on y trouve des universités francophones. Je ne le dirai pas en toute certitude puisque je ne connais pas vraiment les institutions de cette province.

 

Vous trouverez ci-dessous un lien qui indiquent les facultés de médecine qu'on trouve au Canada. En faisant vos recherches, vous pourrez découvrir lesquelles offrent des cours en français.

 

https://www.afmc.ca/fr/à-propos-de-lafmc/nos-faculties

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest jo19963

Effectivement... il n'y a pas d'université francophone dans l'ouest.  

 

A mon avis, aussi bien y aller en anglais car la langue de travail EST l'anglais... à 100%.

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

En anglais, et pour être admise en fac de médecine en Alberta il vous faut d'abord passer l'examen MCAT (en anglais aussi).

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Sign in to follow this  

  • Similar Content

    • By nadetfred
      Bonjour, 
       
       
      Cela fait bien longtemps que je ne suis pas venue sur le Forum. Peut-être que des anciens sont encore ici ? Je tenais le blog une famille à  l'ouest du Canada pour ceux qui peut être nous suivait.
      Pour résumer notre parcours, nous sommes arrivé au QC en 2012 âpres 18 mois sans que Fred ne trouve de job dans sont domaine nous avons décider d'aller en Alberta.
       
      Tout ce passait à merveille, boulot, maison, on a même refait un bébé ! sauf qu’à la fin de ma grossesse, Fred a perdu sont job ( enfin laid off) je sais pas le traduire en français…mais en gros il ne s'est pas fait virer parce qu'il y a eu un problème, mais simplement parce qu'il n'y avait plus de boulot ...et  par ordre d'ancienneté c'était sont tour !
       
      Bref, c'était au mois d'octobre et depuis, il ne trouve rien, il a seulement bossé 2 mois en Saskatchewan et à perdu énormément en salaire.
      Des le départ nous avons décider de vendre, mais nous avions aussi entamé des travaux qu'il a bien fallu finir !
      Pour faire simple, aujourd'hui nous avons terminé nos travaux et nous n'avons plus d'économie et toujours pas de job à l’horizon ! notre agent immo nous a dit qu'il fallait compter entre 5 et 9 mois pour vendre, mais nous ne tiendrons pas 9 mois sans salaire !
       
      du coup nous avons décidé d'organiser un concours pour vendre notre maison, ce qui nous permettra de la ”vendre" rapidement, sans y laisser des plumes et par la même occasion de rendre un chanceux heureux qui gagnera une maison pour 30 $
       
       
      Je vous résume le principe 
       
      Chaque participant doit écrire une lettre de 300 mots max expliquant pourquoi nous devrions le choisir pour remporter notre maison, les frais de participation sont de 30$ ( remboursable si annuler)
      il nous faut atteindre un minimum de 470 000$ pour que le concours ne soit pas annulé.
      Nous avons mis les frais de participation à  30 $ ( contrairement à beaucoup de concours autour du monde qui sont a 100 $ US) pour qu'un maximum de personnes puisse participer, même avec un petit budget, là-contre partie c'est qu'il nous faut pas mal de participants...  Enfin 15 666,  c’est à la fois enome et rien à l’echelle d'internet !
       
      Alors si vous n'êtes pas intéressé, peut être que vous pouvez partager autour de vous, qui sait peut être que quelqu'un dans votre entourage voudra tenter sa chance !
       
       
      J'ai pour l'occasion recréée un blog, avec les détails du règlement du concours, des photos, une FAQ….
      Et je republierais pour faire vivre le blog mes anciens articles de nos visites en Alberta…
       
      Je vous laisse visiter le blog si vous avez des questions auxquels, la FAQ ou le règlement ne répondent pas,  n'hésite pas.
       
      Bonne chance à ceux qui participeront & merci à ceux qui nous aideraient en partageant le concours
       
      Bon We à tous 
       
      Nad
       
       
      http://winahouseincanada.com
       
       
       
       
       
       
       
    • By relbadri
      Bonjour ,
       
      je suis nouveau sur ce forum, je suis heureux d'être parmi vous, selon vous est ce que j'ai de fortes chance d'être admis pour entrer expresse Ontario selon mes critères suivant :
      - licence en Economie.
      - diplôme en informatique.
      -3 d’expérience dans le domaine des centres d'appel ( 10 mois pour une entreprise canadien BELL CANADA) au maroc.
      actuellement je travail dans une banque (caissier).
      j'ai 28 ans
       
      ps: j'ai pas encore passé le tcf canada.
       
      Merci svp de me répondre aussi vite que vous liserez mon message , je vous embrasse d'avance.
       
      Cordialement
    • By Laurent
      Voici un récit écrit par @jimmy, que je trouve utile car il relate son expérience en France et au Québec, et remet en perspective certaines idées reçues par les Français à propos du système de santé du Québec.
       
      Bon…chu tanné….voici mon coup de gueule à ce sujet;
      Je trouve les Français du forum pas très honnêtes dans leurs interventions sur les comparaisons de système de santé en France et ici (lorsque le système de santé vient sur le sujet).
      Je vais souvent en France, j’ai des amis (surtout des amies ) en France, ma sœur vit en France… Donc j’ai eu l’occasion de voir de mes yeux le système Français.
      À première vue ça semble fantastique… Jusqu’au moment ou on comprend de quoi il s’agit vraiment.
      J’écris ce texte pour remettre les pendules à l’heure parce que les Français du forum ne le font pas… Et aussi pour informer les Québécois du forum que l’on s’amuse à ridiculiser ici… Sauf que on ne vous dit pas tout sur le merveilleux système de santé en France.
      Alors il y a quelques mois, en France, ma compagne Française doit se faire opérer à un genou.
      Elle appelle son médecin pour un rendez-vous, la secrétaire du médecin lui dit ‘’oui bien sur, quand cela vous conviendrait-il ? ‘’
      Wow vous vous rendez compte, le choc pour un Québécois, c’est le patient qui décide quand cela lui convient de voir son médecin.
      Finalement elle prend rendez-vous pour le lendemain… re-Wow
      Le lendemain elle voit le médecin, j’y vais avec elle.
      Tout va bien , peu de personnes dans la salle d’attente, elle attend à peine 5 minutes… re re-Wow
      Elle sera opérée dans quelques jours… re re re Wow
      Elle sort du bureau du médecin et se dirige au comptoir de la secrétaire… ET SORT SON CHÉQUIER !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
      Elle paye 60 Euros.
      Le Québécois éberlué que je suis lui dit : ‘’ qu’est-ce que c’est que ça ? ‘’
      Ben elle me dit que c’est une clinique privée, que c’est payé en partie par l’État, en partie par sa mutuelle (qui est une assurance) et en partie par le patient
      Ah bon !
      Et je lui dis mais c’est quoi ce système de santé supposément gratuit et efficace en France dont le monde entier parle ? Elle est ou la gratuité ?
      Elle me répond ‘’ah il n’y a pas de problème, tu peux très bien aller dans une clinique et éventuellement dans un hôpital public et tu ne payeras absolument rien… Mais tu vas attendre 6 mois pour être opéré et tu vas être traité comme de la merde’’.
      Tiens tiens,… Ils ne le disent pas ça les Français du forum.
      PLUS DE WOW !
      Finalement elle sera opérée quelques jours plus tard,  le coût devait être 400 euros, finalement il y a eu des complications et ce fut 450 euros, de plus.
      Donc avec la visite chez le médecin, avec l’opération, avec une autre visite quelques semaines après l’opération pour vérifier que tout va bien tout ça lui a couté un peu moins de 1000 Euros.
      La pour les immigrants qui nous lisent, comprenez bien que TOUS les rendez-vous et toute l’opération que ma compagne a fait dans cet exemple, TOUT aurait été complètement gratuit au Québec.
      ET VOILÀ LE POINT QUE VOUS NE METTEZ PAS EN ÉVIDENCE MES CHERS AMIS FRANÇAIS
      C’est un choix de société que nous avons fait au Québec, on a dit : ‘’oui tout sera gratuit, par contre comme c’est gratuit, il y aura beaucoup de monde et donc il y aura beaucoup d’attente’’
      Et si vous ne voulez pas attendre, et bien il y a le privé… Où vous allez payer de votre poche.
      Alors finalement et si on regarde historiquement les expériences dans d’autres pays (je pense aux USA ici) le système Français est le pire système possible.
      Car (et c’est ce qui est arrivé aux États-Unis) ce qui va arriver avec le temps en France, c’est que la contribution de l’État va diminuer (pour éliminer leur déficit), les mutuelles seront de plus en plus chères (ma compagne paye déjà 78 euros par mois).
      Donc, avec le temps les mutuelles seront tellement chères que ça va devenir l’élite uniquement qui peut se le payer… Ou les familles vont se ruiner à payer ces mutuelles… Alors qu’en plus, ces mutuelles ne payent pas 100%, il faut que le patient paye de sa poche… Ou comme aux États-Unis, les mutuelles qui payent tout sont extrêmement chers… Seuls les riches peuvent se les payer.
      Je répète, tout ça est absolument gratuit ici au Québec.
      Entre vous et moi, je trouve le système Québécois bien supérieur à ce capharnaüm en France.
      Bon tout n’est pas parfait dans ce système Québécois bien sur… Il y a un gros problème, c’est le manque de médecins.
      Ainsi par exemple une autre fois ma compagne se réveille le matin avec un mal de dos. Elle prend son téléphone, sans se lever, appelle son médecin… Qui est venu chez elle en dedans d’une heure. Encore une fois Wow… Un médecin qui vient a la maison…et en dedans d’une heure!
      On n’a pas vu ça au Québec depuis mille ans 
      Je raconte ça à des amis Français qui me disent : ‘’Ah c’est parce que en France les médecins ont le cœur sur la main et ils ne laisseront une patiente souffrir, ils ne sont pas a l’argent comme au Québec’’.
      Comme je ne crois pas du tout en la nature humaine… Je m’informe un peu plus… Et je découvre le pot aux roses.
      Et c’est très simple, c’est que si le médecin que ma compagne a appelé ne serait pas venu rapidement, et bien elle en aurait appelé un autre, qui lui serait venu rapidement.
      Ah, la voilà la vraie explication.
      ET ÇA, ÇA MANQUE DANS LE SYSTÈME QUÉBÉCOIS, : LA CONCURRENCE
      Et ça ce n’est pas près de s’arranger avec un premier ministre et un ministre de la santé qui sont médecin… Et qui donc veulent maintenir ce cartel des médecins.
      Vous comprenez que plus il y a de concurrence , plus il y a de médecins, moins chaque médecin fera de l’argent.
      Plus il y a de médecins, plus il va y en avoir qui doivent travailler le soir, la nuit, les weekends.
      En période de pénurie comme actuellement, les médecins peuvent se permettre de choisir quand ils travaillent et quand ils ne travaillent pas, ils peuvent faire plus d’argent sans travailler la nuit ou les weekends.
      Ça c’est un vrai problème au Québec (et au Canada anglais aussi d’ailleurs).
      Par contre pour le reste du système… come on mes amis Français, racontez toute l’histoire.
      Racontez que oui vous avez eu un rendez-vous rapidement, oui on vous a traités rapidement… Mais non seulement pour tout ça vous devez payer une contribution à même vos impôts, en plus vous devez vous payer une mutuelle… Et en plus vous allez débourser de votre poche… Tout ça pour quelque chose qui est complètement gratuit au Québec.
       
      D’après le récit de Jimmy sur le forum de discussions
    • By yasminaa
      Bonjour, 
      Je suis en terminale S en france et je voudrai aller en paces pour me spécialiser en médecine. Cela fait 1 an que je veux aller au Canada et plus précisément à Montéral pour faire ces études. Le problème est que je m'y suis pris trop tard ,je pense, pour y aller en septembre 2018. Le fait est que je n'y connais absolument rien, je suis allé sur le site de l’université et je  sais qu'il me faut une sorte de visa, que je prouve que  je suis étudiante .... C pour cela que je voulais demander l'admission pour y entrer après la paces 1 (il faut que je la réussisse deja) . C'est à dire que j'envisage de faire la paces 1 ici en france puis de demander à entrer à l'Udem pour la paces 2. 
      Est ce que c'est possible? 
      Merci d'avoir pris le temps de me lire
    • By kabi
      Voici un sujet intéressant pour les francophones de l'Alberta.
       
      Y a-t-il des forumistes de cette provinces qui peut y ajouter sa touche personnelle au sujet?
       
      Bonne lecture
       
      La foire de l'emploi pour francophones fait courir les foules à Edmonton
      PUBLIÉ LE MERCREDI 8 NOVEMBRE 2017 À 20 H 31MIS À JOUR LE 8 NOVEMBRE 2017 À 21 H 01   La Cité francophone d'Edmonton a accueilli une trentaine d'entreprises de la région à l'occasion d'une foire d'emploi. Photo : Radio-Canada
        Pour une deuxième fois cette année, des centaines de chercheurs d'emploi se sont bousculés aux portes de la Cité francophone à Edmonton, mercredi, pour rencontrer les représentants d'une trentaine d'entreprises de la région. Un texte de Vanessa Destiné
      La foire, organisée par Accès Emploi, a permis de réunir des entreprises de plusieurs secteurs, dont ceux de la construction, de l'hôtellerie et des services de soutien communautaire. L'objectif principal est d'aider les francophones à mieux connaître les possibilités d'emploi dans un milieu majoritairement anglophone.
      Pour Robert Delplanque, agent de développement à Accès Emploi, la foire est incontournable pour les gens qui sont en recherche active. « C'est l'occasion de prendre le pouls du marché du travail alors que le taux de chômage poursuit sa baisse en Alberta », souligne-t-il.
      « Les têtes de l'emploi »
      Le rendez-vous automnal attire en moyenne 500 personnes dans les bureaux de la Cité francophone et celui de lundi n'a pas déçu. Les organisateurs font état de 400 visiteurs pour ce nouvel événement. Étudiants, « expats », unilingues francophones ou anglophones, les profils de ces chercheurs d’emplois ont beau être variés, leurs espoirs sont les mêmes.
      En voici quelques-uns.
        Chance Mugaruka Photo : Radio-Canada/Vanessa Destiné
      Chance Mugaruka
      Chance Mugaruka travaille actuellement comme réceptionniste dans un hôtel d’Edmonton, mais rêve de retourner aux études. La jeune femme aimerait bien étudier en droit. « Je crois que je vais aller en travail social », confie-t-elle toutefois, en évoquant les limitations imposées par son diplôme d’études secondaires.
      Elle est venue à la foire dans l’espoir de décrocher un petit boulot de soir qui pourra l’aider à subvenir à ses besoins, sans trop nuire à un horaire scolaire.
      « Il y a toujours des hauts et des bas. Il faut beaucoup de courage. Alors moi, je le suis, courageuse. En plus de ça, je suis chrétienne, j’ai la foi, je sais que ça venir. »
        Lucie St-Amand Photo : Radio-Canada/Vanessa Destiné
      Lucie St-Amand
      Lucie St-Amand est sans emploi stable. Elle cherche un travail dans son domaine depuis plusieurs années en Alberta. La Néo-Brunswickoise d’origine souhaite trouver un travail dans le domaine de la santé ou en milieu de garde, dans l’esprit de ses études de préposée aux bénéficiaires.
      En attendant, elle garde des enfants pour arrondir ses fins de mois.
      « Je trouve qu’il y a beaucoup de compétition, il y a toujours quelqu’un de meilleur que toi. Dans ma tête, je sais que je peux faire le travail, mais quand j’arrive en entrevue, je suis nerveuse. [Les foires d’emploi permettent] de parler avec le monde, poser des questions […] c’est plus relax. »
        Abin Babu Photo : Radio-Canada/Vanessa Destiné
      Abin Babu
      Abin Babu a pris la route du Canada après avoir passé la majeure partie de sa jeunesse en Inde. Il est arrivé en Alberta il y a trois semaines seulement, et depuis, il parcourt les petites annonces à la recherche d’une « jobine » qui lui permettra d’acquérir une première expérience de travail au pays, ce qui constitue souvent un prérequis pour les travailleurs immigrants qualifiés.
      « C’est sûr que je cherche un emploi en lien avec ma maîtrise en ressources industrielles. Mais je peux vraiment prendre n’importe queljob, je peux travailler chez McDonald’s, s’il le faut. J’habite chez des gens de la famille et eux aussi restent à l’affût pour moi. »
        Darcy Millar Photo : Radio-Canada/Vanessa Destiné
      Darcy Millar
      Darcy Millar aime prendre son temps. À la foire, où il s'attarde à chaque kiosque, mais aussi dans ses recherches quotidiennes. Il aimerait bien obtenir un poste dans une entreprise de construction, mais pas n'importe laquelle.
      « Je cherche le bon travail depuis longtemps. Pour moi, le défi, ç'a été de trouver à l'intérieur de moi ce que je voulais vraiment faire. De toute évidence, on ne peut pas faire long feu dans un emploi si on n'aime pas ce que l'on fait. Le défi, c'est aussi de trouver des gens qui partagent nos valeurs et notre éthique de travail. Ce genre de foire, où toute l'information est disponible sur chaque entreprise immédiatement, au même endroit, ça me permet déjà d'identifier celles avec lesquelles j'ai le plus d'affinités. »
       
      SOURCE: http://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1066206/foire-emploi-cite-francophones-edmonton-job-travail
       
    • By immigrer.com
      Ottawa veut rassurer sur l'immigration francophone en Alberta
      PUBLIÉ LE JEUDI 27 AVRIL 2017 Le ministre de l'Immigration du Canada, Ahmed Hussen, pense même qu'il sera possible de dépasser 4 % d'immigration francophone hors du Québec. Photo : Radio-Canada Le ministre fédéral de l'Immigration, Ahmed Hussen, maintient son intention d'accueillir plus d'immigrants francophones en Alberta – une vieille promesse qui n'a jamais abouti au cours des précédentes années. Mais les changements récents décidés à Ottawa donnent espoir aux organismes d'aide aux nouveaux arrivants.
      L'objectif du fédéral est d'assurer que, d'ici 2018, les nouveaux arrivants francophones représentent au moins 4 % de tous les immigrants économiques qui s'établissent à l'extérieur du Québec.
      Ce pourcentage n'a encore jamais été atteint. Il se situe plutôt autour de 2 %, et le gouvernement Trudeau a affirmé vouloir changer les choses.
      Ahmed Hussen a donc rencontré des organismes d'aide aux nouveaux arrivants jeudi matin, à Edmonton, afin de discuter des prochaines étapes pour faire venir les francophones au Canada, en dehors de la Belle Province.
      À lire aussi :
      Plaidoyer pour accroître l'immigration francophone hors Québec Encourager l'immigration francophone hors Québec Le ministre pense même qu'il serait possible d'aller au-delà de 4 %.
      Pour cela, il a rappelé les changements qui ont été apportés au programme Entrée express pour les travailleurs qualifiés. « Nous avons changé [ce] programme pour donner plus de points aux immigrants francophones, et cela a déjà un effet positif », soutient-il.
      Il souhaite également que les provinces aient accès à des informations plus précises.
      Il veut aussi que les provinces aient accès à des informations plus précises sur l'endroit où les candidats à l'immigration souhaitent s'installer. Selon lui, cela aidera les provinces à choisir les étrangers qu'elles veulent accueillir.
      Les organismes satisfaits
      Accueillir 4 % d'immigrants francophones est une vieille promesse d'Ottawa, rappelle le directeur général du Centre d'accueil et d'établissement, Georges Bahaya. « Les derniers ministres fédéraux de l'Immigration n'ont jamais été capables de la tenir », rappelle-t-il.
      Il considère toutefois que les propos du ministre sont un pas dans la bonne direction et signe d'espoir.
      Le directeur général du Centre d'accueil et d'établissement, Georges Bahaya, se dit satisfait des propos tenus par le ministre de l'Immigration canadien. Photo : Radio-Canada Le directeur général de l'organisme Volontaires unis dans l'action du Canada (CANAVUA), Dicky Dikamba, abonde dans le même sens. « Depuis plus de 10 ans qu'on parle de 4 %, on n'avait jamais atteint ce chiffre-là. Mais je pense qu'avec cette ouverture, avec la compréhension dont fait preuve le nouveau ministre, on va pouvoir l'atteindre », dit-il.

      suite et source: http://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1030665/ottawa-veut-rassurer-sur-limmigration-francophone-en-alberta
    • By Lawrence d'Arabie
      bonjour tout le monde, voila après 3 ans d'installation au Quebec avec ma petite famille je compte cet été faire le grand saut a l'ouest et plus précisément a Calgary, pour les gens qui vivent labas ou qui y ont déjà vécu, auriez vous l'amabilité de me donner des conseils qui me faciliteront l'installation et la vie ? je fais bien entendu mes recherches sur le net mais l'avis des gens qui sont sur place m'aidera énormément vu que sur internet on trouve pas tout le temps la face cachés des choses ( quartier a privilégier dans sa recherche vs quartier a éviter, trucs et astuces pour la recherche d'emploi, etc) tout conseil sera le bienvenu! merci d'avance!
    • By immigrer.com
      De plus en plus d'Albertains quittent la province
      PUBLIÉ LE MERCREDI 28 SEPTEMBRE 2016 À 14 H 07 Un avion survole Montréal   PHOTO : VERONICA BOGAERTS/ISTOCK En raison d'une autre année de récession en Alberta, de plus en plus d'Albertains quittent la province afin de s'établir ailleurs au Canada, selon un sondage mené par la firme ATB Financial.
      Entre le mois de mars et le mois de mai, un total de 21 837 personnes sont arrivées en Alberta en provenance d'autres provinces. Durant la même période, 24 002 personnes se sont dirigées vers d'autres régions canadiennes. Cela représente une perte nette de 2165 personnes dans la province albertaine.
      Cela signifie que l'Alberta a vu plus de personnes quitter la province cette année que pendant la récession de 2009.
      « Toutefois, ces pertes sont relativement modestes si l'on considère que près de 75 000 personnes ont déménagé en Alberta au cours des trois dernières années », selon ATB Financial.
      À lire aussi :
      Baisser les salaires pour avoir du travail en Alberta 25 % de bureaux vides à Calgary  
      Pertes liées à la crise économique actuelle
      Ces pertes sont, selon ATB Financial, directement liées aux difficultés économiques actuelles de la province dans le secteur de l'énergie, ainsi que dans certains secteurs de la construction.
       
      suite et source: http://ici.radio-canada.ca/regions/alberta/2016/09/28/004-alberta-recession-quitter.shtml
    • By j0j0
      Bonjour à tous,
       
      J'ai une grande volonté d’émigrer au Quebec depuis toujours.
      J'ai parcouru ce forum de nombreuses heures ainsi que l'excellent blog "Je serai médecin au Canada. Un jour. Peut-être".
      Malgré tout, des questions restent sans réponse.

      1) Je suis actuellement interne en médecine générale en France, et il me reste 10 mois d'internat (je termine l'internat en octobre 2016).
      Etant donné la durée des démarches et le fait que le collège des médecins du Quebec pose la condition suivante : "Vous avez exercé avec compétence, dans le champ d’activités médicales visé par le permis restrictif demandé, pendant douze mois au cours des deux dernières années précédant votre demande.", puis-je débuter les démarches maintenant (autrement dit, est-ce que l'internat est considéré comme exercice?)
       
      2) Ma future femme est infirmière en France également. Comment faire pour pouvoir exercer dans la même ville (ou du moins pas à 200 Km l'un de l'autre) ?
       
      Merci par avance pour votre aide.
    • By immigrer.com
      Discrimination : Des médecins formés à l’étranger accusent Services de santé Alberta
      Par Maryse Jobin |
      mardi 13 octobre, 2015
      Une quarantaine de médecins, formés à l’étranger et embauchés comme assistants cliniques, déposeront une plainte relative aux droits de la personne contre l’agence provinciale de Services de santé qu’ils accusent de discrimination.
      Le groupe, qui a déjà intenté une autre poursuite contre la même agence en septembre, a embauché la firme d’avocats Parlee McLaws pour s’occuper de cette nouvelle plainte qui devrait être déposée d’ici deux semaines.
      Ces assistants cliniques allèguent qu’AHS (Alberta Health Services) leur a refusé les négociations et l’arbitrage auquel ils auraient droit même s’ils ne font partie pas d’un syndicat.
      Récemment, ils ont reçu un avis les informant que leur contrat expirera en décembre prochain. Ils affirment que leur employeur leur offre de refaire une nouvelle demande d’emploi pour des postes à plus bas salaire et pour lesquels les heures supplémentaires ne seront pas rémunérées.
      source et suite: http://www.rcinet.ca/fr/2015/10/13/discrimination-des-medecins-formes-a-letranger-accusent-services-de-sante-alberta/
  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.



×
×
  • Create New...

Important Information

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, de réaliser des statistiques de visites et de vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. Terms of Use Privacy Policy Guidelines