Jump to content

Immigration et mobilité sociale à Montréal


Recommended Posts

  • Habitués

Selon les résultats de l'étude de la chambre... (PHOTO RON ANTONELLI, ARCHIVES BLOOMBERG)

 

Cela fait des années que démographes et économistes nous mettent en garde contre la grave pénurie de main-d'oeuvre qui va bientôt frapper le Québec en raison du vieillissement de sa population, un phénomène inéluctable que seule une immigration bien planifiée permettra de combler les dizaines de milliers d'emplois qui vont se libérer.

Cette appréhension est d'ailleurs déjà devenue réalité dans bien des régions du Québec où l'absence de main-d'oeuvre disponible - qu'elle soit spécialisée ou non - constitue un véritable casse-tête pour des centaines d'entreprises.

Dans bien des cas, cette pénurie de travailleurs constitue même un frein au développement de quantité de PME qui se retrouvent dans l'incapacité de répondre à la demande tout simplement parce qu'elles n'ont pas les effectifs nécessaires pour le faire.

Cette réalité régionale où l'apport de travailleurs étrangers est devenu une nécessité pour faire rouler correctement l'économie est toutefois loin de s'avérer à Montréal, où immigration et mobilité sociale ne font visiblement pas bon ménage.

La chambre de commerce du Montréal métropolitain a dévoilé mercredi les résultats d'une étude qu'elle a réalisée auprès de quelque 700 entreprises de la grande région métropolitaine pour mesurer le taux d'intégration des immigrants au marché du travail montréalais et surtout évaluer leur représentativité dans les postes d'encadrement.

Les résultats, il faut le dire, sont déconcertants. Les immigrants, qui constituent 27 % de la force de travail dans la grande région de Montréal, ne représentent pourtant que 18 % du nombre total d'employés des entreprises.

Sur l'île de Montréal, les immigrants représentent 40 % de la main-d'oeuvre disponible mais seulement 23 % des effectifs des entreprises.

Et le portrait n'est guère plus reluisant lorsque vient le temps de dénombrer les cadres qui sont issus de l'immigration dans la grande région métropolitaine puisque les cadres immigrants constituent seulement 14 % de tous les cadres des entreprises recensées.

Le constat final est que non seulement les immigrants sont sous-représentés dans les entreprises montréalaises, mais une fois qu'ils sont embauchés, leur ascension dans des postes d'encadrement est limitée.

Heureusement, le sondage de la chambre de commerce apporte une lueur d'espoir puisque les immigrants sont très bien positionnés pour occuper un jour des fonctions de cadre. En effet, 38 % des employés immigrants sont jugés suffisamment qualifiés par leur employeur pour être promus un jour à une fonction de direction.

LA RÉALITÉ MOLLE DE MONTRÉAL

Une des raisons qui expliquent la sous-représentativité des immigrants au sein des équipes de direction d'entreprises montréalaises est la mollesse de l'économie de la ville, selon le président de la chambre de commerce de Montréal, Michel Leblanc.

« Montréal n'a pas encore pleinement profité de la reprise américaine, de la faiblesse du dollar canadien et du départ massif à la retraite des baby-boomers. Le marché du travail reste mou, et c'est chez les immigrants que l'on retrouve le plus haut taux de chômage », résume-t-il.

En 2014, le taux de chômage dans la région métropolitaine était de 7,0 % chez la population née au Canada, de 11,3 % chez les immigrants et de 18,5 % chez les nouveaux arrivants, soit les immigrants qui sont au pays depuis moins de cinq ans.

L'apprentissage et la maîtrise de la langue française sont bien évidemment des éléments temporisateurs sur la mobilité sociale des immigrants puisque 20 % des entreprises estiment que la maîtrise limitée de la langue constitue un frein à leur ascension professionnelle.

La non-reconnaissance des acquis et des compétences reste le principal frein à l'entrée sur le marché du travail de bien des immigrants et à leur progression subséquente en entreprise.

Selon une étude réalisée en 2012, 64 % des immigrants sur le marché du travail sont surqualifiés pour l'emploi qu'ils occupent. De façon générale, on observe que 50 % des immigrants accèdent après un an à un emploi qui correspond à leur scolarité et que 69 % d'entre eux y arrivent dans un délai de cinq ans.

Mais en définitive, le principal problème reste la modestie de l'activité économique de la grande région montréalaise. Avec une croissance projetée de son produit intérieur brut de 2,3 % en 2016, l'économie montréalaise devrait générer une progression de 1,7 % de l'emploi. C'est mieux que rien, mais encore bien insuffisant pour assurer une meilleure intégration des nouveaux arrivants et une plus grande mobilité sociale.

 

Source

Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
  • Similar Content

    • By benahssaine
      Bonjour,
      J’espère que vous aller tous super bien,
      Je vous demande des informations pour l'immigration au Canada, J'ai 28 ans, marié, sans enfants,
      Je suis ingénieur en réseaux et systèmes informatiques, j'ai 4 ans d'expérience,
      Merci d'avance.
    • By Leoli
      Bonjour à tous,
       
      Nous sommes une famille de 4 personnes, un couple et 2 enfants de 3 et 5 ans. Nous avons déposé un dossier dans le portail Arrima en Mars pour une RP, sans grand espoir vu que rien ne bouge. Par chance, je viens de décrocher un emploi dans la région de Montréal et nous commençons donc les démarches pour le visa. La RH me dit que les avocats annoncent un délai moyen de 6-8 mois pour faire les démarches. L'installation n'est donc pas pour tout de suite mais il faut anticiper, surtout avec des enfants. J'ai donc quelques questions et besoin de conseils:
      - mon salaire annuel brut sera de 68500$. J'ai l'impression que c'est correct mais qu'on ne fera pas de folies. Qu'en pensez-vous? Mon conjoint va aussi chercher du travail dans l'informatique en tant qu'analyste fonctionnel et je crois qu'il peut espérer à peu près le même salaire que moi mais au début on risque de n'avoir que mon salaire.
      - Ma fille de 3 ans est en petite section de maternelle et aura 4 ans en septembre 2021 donc il est possible qu'elle ne puisse pas aller à l'école au Québec à la rentrée prochaine. J'ai vu qu'il y a malgré tout des maternelles 4 ans. Pensez-vous qu'on peut espérer avoir une place ou c'est illusoire?
      - Pour les garderies on m'a dit de m'inscrire sur le site Places 0-5 et de faire des demandes pour être sur liste d'attente car on peut attendre une place très longtemps. Mais si je ne sais même pas où je vais habiter exactement, comment ça se passe?
      - Mon futur travail se situera à Senneville donc assez loin de Montréal. J'ai regardé où on pourrait s'installer et je pensais à Beaconsfield, Kirkland, Pointe claire, Pierrefonds ou alentour pour que ce ne soit pas trop galère d'aller à mon travail et pas trop galère si mon conjoint trouve quelque chose à Montréal. Que pensez-vous de ces quartiers pour une famille? On cherche un endroit calme mais avec qq commerces.
       
      Désolée pour le long texte, et merci à ceux qui m'auront lu jusqu'au bout
    • By chchbrs
      Bonjour, Si quelqu'un pourrait me donner des conseils, s'il vous plaît, avec une situation d'immigration.

      J’habite à Montréal, j'ai reçu la prolongation de mon permis d'études et mon permis de travail ç’a fait un mois et demi. Tout était parfait, sauf que les permis ont été envoyés avec le Cambodge comme le pays d'origine, mais je suis originaire de la Colombie.

      Alors, J'ai envoyé une demande de modification de permis par courrier recommandé au bureau de modification de l'IRCC, qui selon le système de Post Canada est arrivé parfaitement et a été délivré avec succès.

      Aujourd'hui, le service à la clientèle de l'IRCC me dit qu'il n'a rien reçu, qu'il n'a pas de demande et que je dois envoyer une nouvelle demande de modification. Cela signifie-t-il qu'ils ont jeté mes permis ? Comment puis-je demander que mes permis apparaissent ? Devrai-je alors demander une nouvelle délivrance de mes permis qu'ils ont mal générés et ensuite demander la modification ? Je ne sais vraiment pas quoi faire dans ce cas. Merci beaucoup pour votre aide.

    • By SKYTEK
      Bonjour, je suis titulaire d'un Baccalauréat Maintenance des équipement industriels et du Permis B en France, mais rien a voir j'ai envie de faire un CAP Commerce en alternance c'est a dire 3 semaines par mois en entreprise avec 1 semaines d'école du moins pour le processus normal qu'il y a en France. Mais j'aimerais le faire au Quebec car c’était toujours un endroit où j'ai voulu habiter et travailler car mon amour pour ce pays est bien plus légitime que celui que je porte pour la France.
       
      Bref, est-ce que ça serait possible ou ça serait complètement different là-bas ?
       
      Oui on m'a toujours dit que je n'avais pas de quoi m’inquiétez et que tout mes rêves sont réalisables donc peut être que celui là en fait partie ? 
    • By J_Stone
      Bonjour,

      Je ne sais pas si je publie au bon endroit, mais voilà ma question:

      Je recherche une usine de production, ou entreprise qui se spécialise en jardinage, construction, déco pour la maison un peu dans le style Jardiland (en France) ou Canadian Tire avec espace jardinage sur Montréal (si possible, si non ça peut être un peu éloigné tant que c'est accessible en transports en commun). Je recherche + un job en usine, et non la vente en détail au magasin, genre commis d'entrepôt, ouvrier ou travailleur général. Je pose la question pour ceux qui saurait m'aider ou me donner une piste, j'ai fait le tour de Montréal, je n'ai trouvé que des Canadian Tire, homes dépots, home hardware, ou des magasins indépendants mais qui fabriquent eux même leurs produits et qui ne dépendent pas d'une usine/fabricant.

      Ah et pas la peine de me rediriger vers des sites d'emplois comme Indeed, Facebooks jobs, jobillico, neuvoo, jobboom, randstad, agence de recrutement et autre, j'ai fait le tour également :) je veux vraiment savoir si parmi vous quelqu'un connait une usine/fabricant spécifique dans ce que j'ai cité sur Montréal, si quelqu'un a une réponse ou piste à me donner, ça m'aiderait bcp merci!

      Merci à vous d'avance! 

       
    • By maxbuton
      Bonjour,
       
      Je vous explique ma situation:
      Je suis avec ma conjointe ( Québécoise) depuis bientôt 6 ans.
      Je suis venu au Québec avec un visa JP depuis maintenant 1 an et 3 mois, il se fini en juin 2021.
      Nous avons envoyé une demande de parrainage en juin dernier.
       
      Cette semaine j'ai eu une offre d'emploi, qui me propose un meilleur salaire, de meilleur condition.
      Ma question est la suivante:
      Comment faire pour changer d'employeur ? 
      En sachant que n'aillant pas eut de retour sur ma demande de parrainage je peux pas faire de demande de permis ouvert, je ne peux pas changer d'employeur en gardant ma JP car je n'ai pas de raison valable aux yeux du gouvernement, je ne peux pas faire deux fois une JP.
       
      Je sais pas si je peux annuler mon visa, partir un mois pour en valider un nouveau et revenir ? et si oui, cela auras-t-il un impact sur ma demande de parrainage ?
    • By GastonLebeurre
      Bonjour à tous,
       
      J'aimerais partager le projet d'immigration sur lequel ma copine et moi travaillons, pour idéalement avoir des retours d'expérience de personnes ayant eu le même cheminement.
      D'abord, le contexte : ma copine est vietnamienne, je suis français, nous sommes ensemble depuis 3 ans et vivons ensemble depuis 2 ans à Hanoi. Nous sommes en train de collecter tous les documents / certificats / tests de langue nécessaires pour postuler en tant que travailleurs qualifiés dans le cadre de l'obtention d'un visa de résidence permanente au Canada.

      L'idée est d'y aller en deux temps :
      1. à court/moyen terme : immigrer au Canada (en mode "couple" puisque nous pouvons prouver notre résidence commune pendant plus d'un an) > nous sommes très intéressés par une ville en particulier dans laquelle nous aimerions prendre nos marques et travailler (et a priori y rester 1-4 ans, le temps également que le niveau de français de ma copine atteigne le niveau B2/C1 via des cours sur place)
      2. à moyen/long terme (et si nos plans n'ont pas changé d'ici là, si nous sommes prêts à quitter la ville dans laquelle nous nous serons installés au Canada) : immigrer au Québec > l'idée serait de s'y rendre une fois que ma copine aurait le niveau de français suffisant permettant son intégration
       
      D'après nos recherches, c'est en théorie possible car il est indiqué qu'un résident permanent du Canada bénéficie des mêmes droits qu'un citoyen et peut donc s'installer au Quebec (à l'exception des migrants étant passés par une "nomination provinciale"). Nous sommes cependant perplexes car il nous semble que cela rend caduque le fait même d'avoir un système d'immigration propre au Quebec (s'il suffit d'immigrer au Canada puis de changer de province une fois que la procédure est terminée).
      Si cela était possible, nous tenterions directement de migrer au Quebec mais le niveau de français de ma copine semble disqualifiant et le processus semble également bien plus long et complexe depuis la dernière réforme. Mais en réalité, si nous tentons le Québec, je risque d'être le seul de nous deux à avoir le nombre de points suffisants alors que dans le système canadien, nous devrions tous deux remplir les critères et augmenter nos chances d'être acceptés ensemble.

      Je précise que l'étape 1 de notre plan n'est pas juste une étape transitoire en prévision de l'étape 2 : nous serions prêts à rester au Canada "hors Quebec" et c'est une option qui nous motive réellement. C'est juste que la perspective d'être au Quebec nous attire encore plus, et nous sommes prêts à décaler l'échéance.

      Voila, j'espère avoir bien décrit notre situation : nous avons fait des recherches et trouvé des vieux messages de gens ayant eu des expériences similaires mais nous craignons que beaucoup de ces informations soient obsolètes avec la nouvelle réforme, et nous apprécierions vraiment d'avoir d'autres informations à ce sujet.

      Merci d'avance et bonne journée.
    • By carter15
      Bonjour;
      J'ai vécu et travailler au Canada pendant 3 ans et j'étais obligé de quitter le pays l'année dernière car mon permis de travail est expiré.
      J'ai dû appliquer pour avoir un nouveau permis à mon pays natal en rentrant et ça fait plusieurs mois que j'attends une réponse d'IRCC.
      Entre -emps, j'ai reçu un petit job en ligne d'un employeur Canadien et je demande si je peux transférer mon chèque vers mon compte bancaire Canadien et si je dois payer des impôts sur le montant que je vais recevoir.
      Merci.
    • By Alienaute
      Bonjour
       
      Je suis actuellement interne de médecine générale en dernier semestre en France. 
      Avec mon époux nous discutons depuis depuis quelques années déjà d'une potentielle immigration permanente au Québec, pays qu'il adore, et je me demandais dans quelle mesure pouvions commencer à engager les démarches.
       
      Le souci étant que même pour les premières démarches comme la Déclaration d'intérêt il faut renseigner les mentions du diplôme, que je n'aurai que dans quelques mois.
       
      Je me demande donc si il serait intéressant de tout de même de commencer les (longues) démarches dès à présent quitte à renseigner les informations manquantes ou ayant évolué par la suite. Ou si la moindre démarche avant l'obtention du diplôme est une perte de temps voire pire, confusant pour le service d'immigration. Je me permet d'ouvrir un topic la dessus car je n'ai trouvé aucune réponse claire à cette question malgré plusieurs heures de recherches.
       
      Merci d'avance !
    • By HeleneCanada
      Bonjour à toutes et à tous, 
       
      Avec mon conjoint nous pensons suivre un DEC soins infirmiers à Montréal. Nous souhaitons venir vivre ici et s'installer après le permis d'études. J'ai un bac ES et j'ai ensuite fait des études jusqu'en master mais qui ne sont pas dans ce domaine (Enseignement) et mon conjoint à un BPJEPS (niveau bac). 
      Est-ce que d'autres personnes ont suivi ces études? Est-ce qu'avec nos cursus français il serait possible d'être admis ? 
      Nous avons vu qu'il y a de très bonnes perspectives d'emploi ici. 
      Merci beaucoup
  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.



×
×
  • Create New...

Important Information

We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue. En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, de réaliser des statistiques de visites et de vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. Terms of Use Privacy Policy Guidelines