Jump to content
immigrer.com

Le prix d'un rêve : perdre son métier en immigrant

Recommended Posts

Le prix d'un rêve : perdre son métier en immigrant

Mise à jour le lundi 7 mars 2016 à 23 h 55 HNE
 

Ghatfan Shaaban est chirurgien vasculaire et Manar Alfarra est anesthésiste. Arrivés de Syrie il y a un an et demi, ils espèrent pouvoir recommencer à pratiquer leur profession au Québec, mais les obstacles avant d'y parvenir sont nombreux.

 

Un texte de Sophie LangloisTwitterCourriel

 

Les deux amoureux syriens ont fait leur résidence en médecine dans les années 1990 en France, où est née leur première fille. En 2010, ils retournent dans leur ville natale, Homs, où ils achètent une maison et ouvrent une clinique dans un édifice flambant neuf. En 2011, la révolution éclate, leur quartier est assiégé, ils fuient sous les bombes un an plus tard.

Arrivés à Montréal il y a 18 mois, ils obtiennent leur équivalence de diplôme du Collège des médecins du Québec, mais pour obtenir le permis de pratiquer, ils doivent refaire leur spécialité.

C'est là que le bât blesse. Les places en résidence pour les médecins étrangers sont très limitées. Un maximum de 60 médecins formés à l'extérieur du Canada et des États-Unis peuvent accéder au programme chaque année au Québec. L'an dernier, sur les 280 médecins étrangers qui ont fait une demande, seulement 49 ont eu une place.

Rénald Bergeron, président de la Conférence des doyens des facultés de médecine du QuébecRénald Bergeron, président de la Conférence des doyens des facultés de médecine du Québec

« On essaie de choisir des gens qui ont une probabilité assez grande de diplomation, explique Rénald Bergeron, le président de la Conférence des doyens des facultés de médecine du Québec. Le tiers ont des progressions plus lentes que les autres, un tiers presque échoue. » Après vérification, le taux d'échec des médecins étrangers est plutôt de 11 %, comparé à 1,7 % chez les médecins formés au Canada et aux États-Unis.

En 2013, la Commission des droits de la personne du Québec affirmait dans un rapport accablant que les facultés de médecine faisaient de la « discrimination systémique » à l'endroit des médecins étrangers. Les facultés de médecine s'en défendent, mais l'impression d'arbitraire persiste puisque la démarche d'admission en résidence n'est pas transparente. Impossible de connaître les critères d'évaluation d'un dossier ou les raisons d'un rejet.

Ghatfan Shaaban a fait 22 demandes pour obtenir une place en résidence, dont 18 en médecine familiale. Il n'a été convoqué qu'à une entrevue et il n'a pas été retenu. « On n'a qu'une toute petite réponse, toute bête, qui dit non », dit le médecin, profondément déçu et blessé.

« Je veux être utile, c'est l'âge d'or du chirurgien vasculaire. Je peux sûrement faire autre chose. Mais à 50 ans, c'est dur et, surtout, je considère que c'est du gâchis. »— Ghatfan Shaaban

source : http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/societe/2016/03/07/004-medecins-syriens-residence-quebec.shtml

 

Capture d’écran 2016-03-08 à 09.29.41.png

Share this post


Link to post
Share on other sites

11% d'échecs, c'est quand même énorme..  les standards sont très élevés ou bien c'est la formation dans ces pays là qui n'est pas adéquate?

 

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Pourquoi ils ne sont pas informés avant d'immigrer?

Pourquoi ils ne sont pas retournés en France, pays connu car ils y sont fait leur résidence en médecine?

Share this post


Link to post
Share on other sites

Moi je trouve que c'est triste.Comment peut-on laisser venir ici u Québec,des professionnels dont on sait sûrement qu'il sera difficile de les intégrer professionnellement.C'est une perte énorme pout le Québec,mais aussi pour ces immigrants.

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 2 minutes, prince21 a dit :

Moi je trouve que c'est triste.Comment peut-on laisser venir ici u Québec,des professionnels dont on sait sûrement qu'il sera difficile de les intégrer professionnellement.C'est une perte énorme pout le Québec,mais aussi pour ces immigrants.

Ils ont signé un document spécifiant qu'ils savaient que leur formation relevait d'un Ordre professionnel! Donc ils ont pris le risque et c'est leur décision!

Ce qui est triste, c'est qu'ils ne sont pas informés avant et qu'ils ont présumé comme plusieurs, que le tapis rouge leur serait déroulé!

Comment est-ce une perte pour la province? Qui nous garantit que leur formation est au moins équivalente? Il ne faut pas oublier qu'il y a des pays où les dirigeants ne se font soigner dans leur pays!

Share this post


Link to post
Share on other sites

11% c'est enorme surtout que ca concerne la reussite a un programme entier de résidence...De plus ca doit être surement les gens qui échouent au bout du compte l'examen final et ca ne compte pas ceux qui ont été bloqués ou qui ont abandonnés avant...La on arriverait au tiers d'échec.

 

Effectivement les standarts du college des medecins sont élevés: pour les médecin généralistes francais l'echec a un simple stage de 3 mois est de l'ordre de 25%.

 

Rien ne dit qu'ils ont la compétence pour exercer ici. J'ai croisés des médecins dans leurs situations a l'ôpital, certains avaient le niveau, et d'autres étaient des dangers publics. Etre chirurgien dans un pays ne garantis pas un niveau de compétence égal a un chirurgien formés ici...

 

Et sinon oui quand tu immigres en tant que médecin tu signes un document expliquant qu'a priori tu ne pourras pas exercer la médecine et que la marche a suivre pour exercer est longue et incertaine.

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 2 heures, Automne a dit :

11% d'échecs, c'est quand même énorme..  les standards sont très élevés ou bien c'est la formation dans ces pays là qui n'est pas adéquate?

 

 

Il faut ajouter aussi que la médecine d'ici est TRÈS technologique. Pas sûre qu'un médecin formé au Rwanda saurait ce qu'est un TACO.

 

Moi je trouve plutôt que 89% de réussite est un bon score. C'est peut-être en décomposant ce 89% qu'on parviendrait à identifier ceux qui ont plus de chances de réussir et à leur donner plus de chances que ceux qui tirent vers le bas. 

Share this post


Link to post
Share on other sites

donc 89% des médecins qui ne sont pas des chauffeurs de taxis.

 

les gens pensent qu'ils le sont tous et que c'est impossible d'être médecin au Québec...

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 18 minutes, Automne a dit :

donc 89% des médecins qui ne sont pas des chauffeurs de taxis.

 

les gens pensent qu'ils le sont tous et que c'est impossible d'être médecin au Québec...

 

 

Ton chien a mangé tes notes de statistique toi :P

 

On parle de 89% de ceux qui s'inscrivent pour la résidence. Avant de se rendre là, il faut parcourir une vraie course d'obstacle (réunir les papiers et l'argent dans les délais, s'inscrire aux examens, les réussir et obtenir une place en résidence). À chaque étape il y a des pertes. Et beaucoup renoncent sans même essayer. Et font autre chose dont le taxi.

Edited by Kweli

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 2 heures, dentan01 a dit :

Ils ont signé un document spécifiant qu'ils savaient que leur formation relevait d'un Ordre professionnel! Donc ils ont pris le risque et c'est leur décision!

Ce qui est triste, c'est qu'ils ne sont pas informés avant

Je suppose.

 

Il y a 3 heures, immigrer.com a dit :

 En 2011, la révolution éclate, leur quartier est assiégé, ils fuient sous les bombes un an plus tard.

Arrivés à Montréal il y a 18 mois, ils obtiennent leur équivalence de diplôme du Collège des médecins du Québec, mais pour obtenir le permis de pratiquer, ils doivent refaire leur spécialité.

C'est là que le bât blesse. Les places en résidence pour les médecins étrangers sont très limitées. Un maximum de 60 médecins formés à l'extérieur du Canada et des États-Unis peuvent accéder au programme chaque année au Québec. L'an dernier, sur les 280 médecins étrangers qui ont fait une demande, seulement 49 ont eu une place.

 

Ils ont quitté leur pays en 2012. Où étaient-ils entre 2012 et 2014? Pendant le temps où ils préparaient leur dossier, je suppose qu'ils étaient censés s'informer. Si leur formation est française, pourquoi ne pas retourner en France en environnement connu?

 

Je suis sûre que même à titre de réfugiés, ils seraient acceptés. Ils viennent de perdre 18 mois à se débattre et 4 ans de non pratique. 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest

Il faut ajouter aussi que la médecine d'ici est TRÈS technologique. Pas sûre qu'un médecin formé au Rwanda saurait ce qu'est un TACO.

 

>>>A-t-on pour cette raison une population en meilleure santé ici?

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 43 minutes, Ivy Bijou a dit :

Il faut ajouter aussi que la médecine d'ici est TRÈS technologique. Pas sûre qu'un médecin formé au Rwanda saurait ce qu'est un TACO.

 

>>>A-t-on pour cette raison une population en meilleure santé ici?

 

l'espérance de vie moyenne au rwanda est de 60 ans... ici c'est  82 ans

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_pays_par_esp%C3%A9rance_de_vie

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest
il y a 9 minutes, Automne a dit :

l'espérance de vie moyenne au rwanda est de 60 ans... ici c'est  82 ans

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_pays_par_esp%C3%A9rance_de_vie

 

L'espérance de vie représente le nombre d'ans que devrait en principe vivre une personne à compter de la naissance (pour l'espérance de vie à la naissance) ou à compter de 65 ans (pour l'espérance de vie à 65 ans) selon les statistiques de mortalité pour la période d'observation retenue. 

Tous les Canadiens ne meurent pas à 82 ans ou plus tard et on trouve des centenaires même lorsque l'espérance est basse.

Le fait que l'espérance de vie augmente ne signifie toutefois pas que toutes les années seront forcément vécues en bonne santé en moyenne, les Canadiens peuvent s'attendre à vivre 70 années sur 80 en bonne santé.

 

Le cancer et les maladies du coeur, les deux principales causes de décès au Canada, sont à l'origine d'un peu plus de la moitié (51%) des 238 617 décès survenus en 2008, d’après Statistique Canada.

 

Pour la première fois, le cancer est la principale cause de décès dans chaque province et territoire. Quant aux maladies du cœur, elles sont la deuxième principale cause de décès dans chaque province et territoire, sauf au Nunavut, où le suicide occupe le deuxième rang.

 

Ainsi, le cancer est à l'origine de 30% de l'ensemble des décès, suivi des maladies du coeur (21%) et des accidents cérébrovasculaires (6%). Viennent ensuite, par ordre d'importance, les maladies chroniques des voies respiratoires inférieures, les accidents, le diabète, la maladie d'Alzheimer, la grippe et la pneumopathie, les maladies du rein ainsi que le suicide. Ces 10 principales causes de décès représentent 77% de l'ensemble des décès.

 

http://www.lesaffaires.com/secteurs-d-activite/sante-pharmaceutique-et-biotechnologies/de-quoi-meurt-on-au-canada/536996

 

http://www.statcan.gc.ca/pub/82-229-x/2009001/demo/lif-fra.htm

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 2 heures, Kweli a dit :

Moi je trouve plutôt que 89% de réussite est un bon score. C'est peut-être en décomposant ce 89% qu'on parviendrait à identifier ceux qui ont plus de chances de réussir et à leur donner plus de chances que ceux qui tirent vers le bas. 

 

Enfait il y a 6-8 places par an dans ces programmes je crois...Sur des centaines de demandes.

Si sur ces 6-8 yen a une partie qui abandonne puis une partie qui echoue le college royal a la fin, ca fait quand même pas un gros taux de reussite et la probabilité totale pour arriver au permis d'exercice est minime quand tu debarques avec ton diplome...

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a une heure, Ivy Bijou a dit :

 

L'espérance de vie représente le nombre d'ans que devrait en principe vivre une personne à compter de la naissance (pour l'espérance de vie à la naissance) ou à compter de 65 ans (pour l'espérance de vie à 65 ans) selon les statistiques de mortalité pour la période d'observation retenue. 

 

Tous les Canadiens ne meurent pas à 82 ans ou plus tard et on trouve des centenaires même lorsque l'espérance est basse.

 

Le fait que l'espérance de vie augmente ne signifie toutefois pas que toutes les années seront forcément vécues en bonne santé en moyenne, les Canadiens peuvent s'attendre à vivre 70 années sur 80 en bonne santé.

 

 

 

Le cancer et les maladies du coeur, les deux principales causes de décès au Canada, sont à l'origine d'un peu plus de la moitié (51%) des 238 617 décès survenus en 2008, d’après Statistique Canada.

 

 

 

Pour la première fois, le cancer est la principale cause de décès dans chaque province et territoire. Quant aux maladies du cœur, elles sont la deuxième principale cause de décès dans chaque province et territoire, sauf au Nunavut, où le suicide occupe le deuxième rang.

 

 

 

Ainsi, le cancer est à l'origine de 30% de l'ensemble des décès, suivi des maladies du coeur (21%) et des accidents cérébrovasculaires (6%). Viennent ensuite, par ordre d'importance, les maladies chroniques des voies respiratoires inférieures, les accidents, le diabète, la maladie d'Alzheimer, la grippe et la pneumopathie, les maladies du rein ainsi que le suicide. Ces 10 principales causes de décès représentent 77% de l'ensemble des décès.

 

 

 

http://www.lesaffaires.com/secteurs-d-activite/sante-pharmaceutique-et-biotechnologies/de-quoi-meurt-on-au-canada/536996

 

 

 

http://www.statcan.gc.ca/pub/82-229-x/2009001/demo/lif-fra.htm

 

 

 

 

 

la question était de savoir si au rwanda tu es en meilleur santé qu'ici

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest
il y a 27 minutes, Automne a dit :

la question était de savoir si au rwanda tu es en meilleur santé qu'ici

Il y vivent moins longtemps certes, mais moins malade aussi.

Share this post


Link to post
Share on other sites

La médecine en Syrie est parmi les meilleures au monde (informez vous sur: la Syrie, source de la science). C'est juste que les mafieux d'ici trouvent autres choses pour réduire leurs chances. Pas n'importe qui dans les pays du 1/3 monde peut accéder au programme de la médecine.

La médecine d'ici est plus orientée NT, certes, mais ca demande juste une petite adaptation aux machines avant d'être opérationnel.

Les Médecins Francais devraient pas avoir besoin de l'autorisation de quiconque. Ils sont plus compétents que beaucoup de médecins d'ici.

C'est vraiment stupide (c'est d'ailleurs typiquement nord-américain) de croire que ceux qui viennent d'ailleurs ne savent rien. Arrêtons avec ces préjugés à la con...

 

Voilà c'était mon coup de gueule de la soirée !

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 2 heures, Automne a dit :

la question était de savoir si au rwanda tu es en meilleur santé qu'ici

 

 

Si ça t'intéresse, la réponse n'est ni oui ni non, étant donné que la santé n'est pas l'absence de maladie, et que la vie ne signifie pas non plus qu'il y a une qualité de vie à la clé.  

 

Les Rwandais ont une espérance de vie plus courte, mais ce n'est pas le seul système de santé qui est en cause (tout comme le système de santé au Québec contribue juste un peu à l'espérance de vie, le reste vient du niveau de vie, de l'hygiène de vie, etc). Les Rwandais meurent plus jeunes de diverses maladies mais aussi des conséquences de la pauvreté. Le système de santé n"est pas très développé, en plus d'être très inégalitaire. Les citadins ont droit à une médecine dernier cri, les ruraux à un dispensaire tenu par un infirmier. Au moins, l'assurance maladie est accessible à tous, contrairement à plusieurs pays africains. En plus, au Québec, les personnes peuvent survivre à un handicap de naissance, aux accidents et aux maladies graves tels que le cancer. Au Rwanda, il faudrait être chanceux. Ou très riche.

 

Ceci étant dit, le Rwandais a très peu de chances de mourir de suicide ou de vivre les dernières années de sa courte espérance de vie en CHSLD, tout seul comme un coton. Donc, toutes ces notions d'espérance de vie et de santé sont assez relatives finalement. 

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 4 minutes, Kweli a dit :

 

Ceci étant dit, le Rwandais a très peu de chances de mourir de suicide ou de vivre les dernières années de sa courte espérance de vie en CHSLD, tout seul comme un coton. Donc, toutes ces notions d'espérance de vie et de santé sont assez relatives finalement. 

 

J'ai beaucoup aimé cette petite repartie :)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Il y a des personnes qui sont toujours prêtes à cracher sur la terre qui les a accueillies! Oui les choses sont moins bonnes mais au moins à la fin ce n'est pas aussi mauvais qu'au Canada et spécialement dans la province de Québec! Je me demande ce qu'elles font ici, si tout est mieux à tout moment, dans leur pays d'origine? En plus, elles sont supposées être passées dans plusieurs pays avant d'aboutir ici!

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


  • Similar Content

    • By Laurent
      Explcations dans le reportage de Radio-Canada avec la participation des 2 cofondateurs d'immigrer.com 
       
    • By Laurent
      Radio-Canada prépare un reportage sur le portrait de l'immigration française au Canada. Cette journaliste aimerait s'entretenir avec un membre du site qui pourrait, à partir de l'expérience sur immigrer.com, parler de l’intérêt grandissant pour le Québec et le Canada. Cette personne peut être déjà installée au Québec ou être en France. 
      N'hésitez pas à répondre ici, mais communiquez vos informations personnelles par mon MP seulement, pas publiquement.

    • By Ally82
      Bonjour tout le monde, je suis tunisienne, médecin spécialiste en pediatrie avec une expérience de 7 ans, mon mari est vétérinaire de formation mais travaille comme délégué médical depuis 9 ans. Au vu de mes recherches je vois que l'obtemption d'une équivalence de mon diplôme est très très difficile.. Alors je veux me renseigner sur les possibilités de réorientation, que savez vous sur les possibilités de travailler comme déléguée (visiteur) médical pour moi et pour mon mari ? Les propositions d'emploi sont facilement disponibles ?? Le salaire est de quel ordre ? Et sinon, j'ai lu un peu de ci de là que je pouvais trouver des postes plutôt valorisants comme conseiller en santé publique, en bioethique etc..en quoi ça consiste et quelles formations faut-il poursuivre ? Merci d'avance pour votre aide ! 
    • By Laurent
      Floués en rêvant du Canada
      15 juin 2018 - Radio-Canada
       
      Les personnes qui souhaitent venir travailler au Canada doivent faire preuve de vigilance dans leurs démarches. Des arnaqueurs tentent de profiter de la pénurie de main-d'oeuvre pour flouer des travailleurs prêts à tout pour réaliser leur rêve.
      Un texte de Marc-Antoine Lavoie
      Annabelle, une résidente de l’île Maurice qui aimerait s’installer au Québec pour travailler dans une usine d'Olymel, a bien failli se faire prendre au jeu. Sur Internet, la jeune femme est récemment tombée sur une soi-disant entreprise de recrutement qui lui réclamait 155 $ pour entamer un processus d’embauche au Canada.
      « AIG vient d’être autorisée à recruter 20 000 personnes en collaboration avec Citoyenneté et Immigration Canada », pouvait-on lire sur le site web de Service de recrutement AIG Canada. Il a été supprimé depuis.
      Suspicieuse, la jeune femme a contacté Radio-Canada par courriel. « Je vais gaspiller une bonne partie de mes économies si c'est une arnaque », s'inquiétait-elle, sans vouloir en dire davantage sur elle.
      Après vérifications, nous avons rapidement constaté la supercherie. Le logo et des photos d’employés d’une entreprise spécialisée en assurances et en services financiers, Américain (sic) International Group, ont frauduleusement été utilisés. Cette entreprise n’a pas voulu commenter.
        Le site web d'Américain International Group Photo : Radio-Canada
      L’adresse inscrite sur le site web de la fausse entreprise de recrutement était même celle du siège social d’Hydro-Québec. Une page Facebook où l’on peut lire des témoignages de personnes intéressées par l'appel de candidatures a aussi été créée.
       
      suite et source: https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1107090/arnaque-travailleurs-etrangers-fraude-recrutement?utm_source=dlvr.it&utm_medium=twitter
    • By Laurent
      Une Ontarienne espère recevoir des excuses officielles de la part d'une agente de police de l'État de la Georgie qui l'a arrêtée, menottée et mise en prison parce qu'elle conduisait avec un permis canadien.
      CBC NEWS
       
      « C'est l'incident le plus horrible de ma vie », affirme Emily Nield en entrevue avec CBC News.
       
      « C'était terriant! » Il y a environ un mois, la jeune femme de 27 ans traversait la Georgie pour se rendre au Tennessee, où elle venait de terminer une maîtrise en géologie. Pour s’y rendre, elle circulait sur l’autoroute I-75. 07/05/2018 Une femme arrêtée, incarcérée aux États-Unis pour avoir conduit avec un permis canadien.
       
      C'est là qu'elle a été arrêtée pour excès de vitesse. L'agente a demandé à voir son permis. Mme Nield lui a donc donné son permis de conduire de l'Ontario. C’est là que la situation a tourné au vinaigre. « Elle me disait et me répétait : "Non, les permis canadiens ne sont pas acceptées" », affirme M. Nield. « J’étais sidérée. Je lui répondais sans arrêt que c’était faux : un permis canadien est valide aux États-Unis. »
       
      Mme Nield affirme que l’agente lui a ensuite demandé de prouver qu'elle est bien canadienne. Bien qu'elle avait des copies de son passeport, de sa carte Nexus et de son certicat de naissance sur son téléphone intelligent, l’agente n’était pas satisfaite : elle voulait voir une copie papier originale.
       
       « Puisque je n’avais pas de copie papier, elle m’a agrippée à travers de la fenêtre de ma voiture et m’a passé les menottes », selon Mme Nield. « Elle m'a dit que j’étais en état d’arrestation pour conduite sans permis et que j'allais en prison. »
       
      source et suite: 
      https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1099579/femme-arretee-incarceree-etats-unis-permis-canadien
    • By immigrer.com
      La Vérif : Tentant, pour les inrmières françaises, de pratiquer au Québec?
       
      Publié le mardi 1 mai 2018 à 17 h 22
       
      Le réseau de santé québécois se tourne de nouveau (https://ici.radiocanada.ca/nouvelle/1098339/penurie-inrmieres-etablissements-quebecois-recrutefrance) vers la France pour embaucher des infirmières.
       
      Mais pourquoi voudraient-elles pratiquer au Québec? Voici deux arguments d'ordre financier.
       
      Un texte de Vincent Maisonneuve et Nathalie Lemieux
       
      Tout d’abord, le revenu. Les infirmiers français sont parmi les moins bien payés des pays industrialisés. L’OCDE a mené une étude visant, entre autres, à comparer le revenu du personnel infirmier dans les pays occidentaux. Les statisticiens ont calculé le salaire de base, les différentes primes, les avantages sociaux et le revenu tiré des heures supplémentaires.
       
      Résultat : une infirmière en France gagne en moyenne 55 000 $ canadiens. Le même travail au Canada rapporte en moyenne 71 000 $, selon l’étude de l’OCDE. En traversant l’Atlantique, l’infirmière française peut donc espérer gagner environ 23 % de plus. 
       
      Voir le reportage de Radio-Canada
       

       
      source : Radio-Canada
    • By Laurent
      Un reportage de Radio-Canada. 
       
      Et si tout va bien un autre magasin va ouvrir à Québec en 2019!
    • By Laurent
      Voici un récit écrit par @jimmy, que je trouve utile car il relate son expérience en France et au Québec, et remet en perspective certaines idées reçues par les Français à propos du système de santé du Québec.
       
      Bon…chu tanné….voici mon coup de gueule à ce sujet;
      Je trouve les Français du forum pas très honnêtes dans leurs interventions sur les comparaisons de système de santé en France et ici (lorsque le système de santé vient sur le sujet).
      Je vais souvent en France, j’ai des amis (surtout des amies ) en France, ma sœur vit en France… Donc j’ai eu l’occasion de voir de mes yeux le système Français.
      À première vue ça semble fantastique… Jusqu’au moment ou on comprend de quoi il s’agit vraiment.
      J’écris ce texte pour remettre les pendules à l’heure parce que les Français du forum ne le font pas… Et aussi pour informer les Québécois du forum que l’on s’amuse à ridiculiser ici… Sauf que on ne vous dit pas tout sur le merveilleux système de santé en France.
      Alors il y a quelques mois, en France, ma compagne Française doit se faire opérer à un genou.
      Elle appelle son médecin pour un rendez-vous, la secrétaire du médecin lui dit ‘’oui bien sur, quand cela vous conviendrait-il ? ‘’
      Wow vous vous rendez compte, le choc pour un Québécois, c’est le patient qui décide quand cela lui convient de voir son médecin.
      Finalement elle prend rendez-vous pour le lendemain… re-Wow
      Le lendemain elle voit le médecin, j’y vais avec elle.
      Tout va bien , peu de personnes dans la salle d’attente, elle attend à peine 5 minutes… re re-Wow
      Elle sera opérée dans quelques jours… re re re Wow
      Elle sort du bureau du médecin et se dirige au comptoir de la secrétaire… ET SORT SON CHÉQUIER !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
      Elle paye 60 Euros.
      Le Québécois éberlué que je suis lui dit : ‘’ qu’est-ce que c’est que ça ? ‘’
      Ben elle me dit que c’est une clinique privée, que c’est payé en partie par l’État, en partie par sa mutuelle (qui est une assurance) et en partie par le patient
      Ah bon !
      Et je lui dis mais c’est quoi ce système de santé supposément gratuit et efficace en France dont le monde entier parle ? Elle est ou la gratuité ?
      Elle me répond ‘’ah il n’y a pas de problème, tu peux très bien aller dans une clinique et éventuellement dans un hôpital public et tu ne payeras absolument rien… Mais tu vas attendre 6 mois pour être opéré et tu vas être traité comme de la merde’’.
      Tiens tiens,… Ils ne le disent pas ça les Français du forum.
      PLUS DE WOW !
      Finalement elle sera opérée quelques jours plus tard,  le coût devait être 400 euros, finalement il y a eu des complications et ce fut 450 euros, de plus.
      Donc avec la visite chez le médecin, avec l’opération, avec une autre visite quelques semaines après l’opération pour vérifier que tout va bien tout ça lui a couté un peu moins de 1000 Euros.
      La pour les immigrants qui nous lisent, comprenez bien que TOUS les rendez-vous et toute l’opération que ma compagne a fait dans cet exemple, TOUT aurait été complètement gratuit au Québec.
      ET VOILÀ LE POINT QUE VOUS NE METTEZ PAS EN ÉVIDENCE MES CHERS AMIS FRANÇAIS
      C’est un choix de société que nous avons fait au Québec, on a dit : ‘’oui tout sera gratuit, par contre comme c’est gratuit, il y aura beaucoup de monde et donc il y aura beaucoup d’attente’’
      Et si vous ne voulez pas attendre, et bien il y a le privé… Où vous allez payer de votre poche.
      Alors finalement et si on regarde historiquement les expériences dans d’autres pays (je pense aux USA ici) le système Français est le pire système possible.
      Car (et c’est ce qui est arrivé aux États-Unis) ce qui va arriver avec le temps en France, c’est que la contribution de l’État va diminuer (pour éliminer leur déficit), les mutuelles seront de plus en plus chères (ma compagne paye déjà 78 euros par mois).
      Donc, avec le temps les mutuelles seront tellement chères que ça va devenir l’élite uniquement qui peut se le payer… Ou les familles vont se ruiner à payer ces mutuelles… Alors qu’en plus, ces mutuelles ne payent pas 100%, il faut que le patient paye de sa poche… Ou comme aux États-Unis, les mutuelles qui payent tout sont extrêmement chers… Seuls les riches peuvent se les payer.
      Je répète, tout ça est absolument gratuit ici au Québec.
      Entre vous et moi, je trouve le système Québécois bien supérieur à ce capharnaüm en France.
      Bon tout n’est pas parfait dans ce système Québécois bien sur… Il y a un gros problème, c’est le manque de médecins.
      Ainsi par exemple une autre fois ma compagne se réveille le matin avec un mal de dos. Elle prend son téléphone, sans se lever, appelle son médecin… Qui est venu chez elle en dedans d’une heure. Encore une fois Wow… Un médecin qui vient a la maison…et en dedans d’une heure!
      On n’a pas vu ça au Québec depuis mille ans 
      Je raconte ça à des amis Français qui me disent : ‘’Ah c’est parce que en France les médecins ont le cœur sur la main et ils ne laisseront une patiente souffrir, ils ne sont pas a l’argent comme au Québec’’.
      Comme je ne crois pas du tout en la nature humaine… Je m’informe un peu plus… Et je découvre le pot aux roses.
      Et c’est très simple, c’est que si le médecin que ma compagne a appelé ne serait pas venu rapidement, et bien elle en aurait appelé un autre, qui lui serait venu rapidement.
      Ah, la voilà la vraie explication.
      ET ÇA, ÇA MANQUE DANS LE SYSTÈME QUÉBÉCOIS, : LA CONCURRENCE
      Et ça ce n’est pas près de s’arranger avec un premier ministre et un ministre de la santé qui sont médecin… Et qui donc veulent maintenir ce cartel des médecins.
      Vous comprenez que plus il y a de concurrence , plus il y a de médecins, moins chaque médecin fera de l’argent.
      Plus il y a de médecins, plus il va y en avoir qui doivent travailler le soir, la nuit, les weekends.
      En période de pénurie comme actuellement, les médecins peuvent se permettre de choisir quand ils travaillent et quand ils ne travaillent pas, ils peuvent faire plus d’argent sans travailler la nuit ou les weekends.
      Ça c’est un vrai problème au Québec (et au Canada anglais aussi d’ailleurs).
      Par contre pour le reste du système… come on mes amis Français, racontez toute l’histoire.
      Racontez que oui vous avez eu un rendez-vous rapidement, oui on vous a traités rapidement… Mais non seulement pour tout ça vous devez payer une contribution à même vos impôts, en plus vous devez vous payer une mutuelle… Et en plus vous allez débourser de votre poche… Tout ça pour quelque chose qui est complètement gratuit au Québec.
       
      D’après le récit de Jimmy sur le forum de discussions
    • By kysanchi
      bonjour souhaitant nous installer au quebec(famille de 5 personnes) nous nous renseignons depuis 1 ans sur les perspectives qu offre le canada mais je souhaiterai avoir plus d informations concernant le systeme medical car j ai lu qu e c était très différent du systeme francais.je m explique:en arrivant au quebec il faudra avoir un medecin de famille apparemment le delai d attente peu etre tres long et meme quand on en a un il est parfois difficile d avoir un rendez vous quand on en a besoin.comment faire si un membre de la famille tombe malade il faut partir aux urgences et attendre plusieurs heures pour soigner une grippe ou arrivé a 6h du matin devant une clinique sans rendez vous pour pouvoir avoir une place ou bien se payer une clinique privée .pour prendre mon exemple je dois consulter une fois par an un dermatologue sans medecin de famille peut on consulter un specialiste?vous l aurez bien compris j ai beaucoup d interrogations concernant ce sujet.merci d avance aux membres qui prendront le temps de me répondre.
    • By olivia2000
      Bonjour,
      N'ayant rien trouvé de concret sur Internet, je me demandais s'il y avait une possibilité de faire médecin au USA lorsqu'on a un diplôme venant du Canada. Il y a-t-il des tests à passer? Les Etats-Unis considèrent-ils les diplômes canadiens comme étant équivalent?
      Merci d'avance. 
  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.



×
×
  • Create New...

Important Information

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, de réaliser des statistiques de visites et de vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. Terms of Use Privacy Policy Guidelines