Jump to content

Le défi de trouver du travail pour les diplômés issus de l'immigration


immigrer.com
 Share

Recommended Posts

  • Habitués
Bonsoir Dentan et Kamourask . Vous vous lancez des balles mais le baseball, c'est un peu ennuyant..Est-ce possible de retourner sur le sujet en restant poli, respectueux et sans s'envoyer de petits commentaires désagréables? Merci de votre collaboration. 
Link to comment
Share on other sites

  • Habitués
Le 2016-02-21 at 03:11, azyadé2014 a dit :

Bonjour, 

Voilà un sujet d'une importance cruciale! 

Moi, je suis en phase fédérale d'immigration au Québec. Je suis doctorante et maitre-assistante, mon mari est financier. Je ne cesse de me poser cette question: est-ce une bonne décision de quitter un pays ou j'ai un travail pour un autre ou je n'en aurai peut être pas (et d'après ce que je lis,je dirai  forcément pas!)? 

J'ai beaucoup lu sur la question de la discrimination au Canada et le constat est toujours le même: la discrimination existe! Des personnes que je connais, qui sont installées au Canada, affirment cela mais me conseillent quand même d'y aller!! J'avoue que je ne sais plus quoi penser. Dois-je renoncer à ce projet? Dois-je continuer? Et vous chers lecteurs, que me conseillez-vous? A ceux qui y sont allés jusqu'au bout, le regrettez-vous? Si c'était à refaire, quitterez-vous votre pays pour le Canada? 

Si j ai un conseille à te donner , et vu ta  situation en Algérie , ce serait du pure suicide de venir ici , alors que t as déjà une vie professionnelle et sociale prospère et stable la bas , et que tu ne trouvera jamais ici . à mon sens l immigration est faite pour ceux et celles qui n ont rien a perdre dans leurs pays . car il est très difficile de refaire sa vie ici surtout a un age aussi avancé , et faire face aux différents problèmes rencontrés.  ce que je comprends pas pourquoi d ailleurs changer une bonne situation ? , y a rien qui vaut la peine crois moi. Y a un intervenant qui a cité une vérité très répandue ; des couples qui se séparent des famille se brisent . Mais tu peux venir ici pour une année et vois avec tes propres yeux la vérité , le Canada certes est un beau pays , mais retrouve une situation professionnelle  semblable à celle laissé au pays ce n est pas du tout évident

Link to comment
Share on other sites

  • Habitués
Il y a 3 heures, or86 a dit :

OUI le québec est partie nous suppliés de venir, je trouve ca comme une trahison du canada envers immigrants. Ils vont partout dans les universités pour vanté le quebec et que tout le monde aura son compte.

Tu n'avais qu'à t'informer avant de faire le pas! Quand j'achète un produit, je m'Informe avant! Je ne crois pas que le Canada ait utilisé la force pour que tu remplisses une demande ou pour que tu restes ici (il y a des avions presqu'à tous les jours)! Surtout quand on voit que cela prend entre 2 ans et 5 ans pour être accepté!

Link to comment
Share on other sites

  • Habitués
Il y a 6 heures, dentan01 a dit :

Tu n'avais qu'à t'informer avant de faire le pas! Quand j'achète un produit, je m'Informe avant! Je ne crois pas que le Canada ait utilisé la force pour que tu remplisses une demande ou pour que tu restes ici (il y a des avions presqu'à tous les jours)! Surtout quand on voit que cela prend entre 2 ans et 5 ans pour être accepté!

 

après avoir brûlé toute ses Economies pour s installer, il me semble quand même réaliste d’espérer un retour sur investissement....certainement dans la durée vu les nombreux embûches qui freinent l'intégration des immigrants.

 

Rentrer??? Je ne pense qu'a ça chaque fois que je passe devant une maison d'hébergement pour personnes âgées! Jamais je ne finirais mes jours comme tu bétail entassé dans un "Asile" et abandonné par ma famille et mes enfants pour qui j'ai consenti tout les sacrifices. 

 

La au moins en tant que IMMIGRANT ...j'ai le choix:D  .........et toi Dentan?

Edited by Kamourask
Link to comment
Share on other sites

  • Habitués
il y a 24 minutes, Kamourask a dit :

 

après avoir brûlé toute ses Economies pour s installer, il me semble quand même réaliste d’espérer un retour sur investissement....certainement dans la durée vu les nombreux embûches qui freinent l'intégration des immigrants.

 

Rentrer??? Je ne pense qu'a ça chaque fois que je passe devant une maison d'hébergement pour personnes âgées! Jamais je ne finirais mes jours comme tu bétail entassé dans un "Asile" et abandonné par ma famille et mes enfants pour qui j'ai consenti tout les sacrifices. 

 

La au moins en tant que IMMIGRANT ...j'ai le choix:D  .........et toi Dentan?

C'est quoi le lien entre la situation de certaines personnes âgées au Canada et la discrimination au niveau travail?

Link to comment
Share on other sites

Il y a 7 heures, dentan01 a dit :

Tu n'avais qu'à t'informer avant de faire le pas! Quand j'achète un produit, je m'Informe avant! Je ne crois pas que le Canada ait utilisé la force pour que tu remplisses une demande ou pour que tu restes ici (il y a des avions presqu'à tous les jours)! Surtout quand on voit que cela prend entre 2 ans et 5 ans pour être accepté!

je t'invite a allez à une journée d'information qu'organise les agents du quebec et les soit disant employeurs du quebec , comment ils racontent et vend le canada le quebec en particulier en france au niveau des universités, en ce moment je discuterais avec toi

Link to comment
Share on other sites

  • Habitués
il y a 2 minutes, or86 a dit :

je t'invite a allez à une journée d'information qu'organise les agents du quebec et les soit disant employeurs du quebec , comment ils racontent et vend le canada le quebec en particulier en france au niveau des universités, en ce moment je discuterais avec toi

1) C'est ton choix d'y aller où pas à ces présentations! Donc tu voulais quitter la France!

2) Je t'invite à réfléchir et t'informer avant de succomber à une publicité!

Edited by dentan01
Link to comment
Share on other sites

  • Habitués

 

il y a une heure, dentan01 a dit :

C'est quoi le lien entre la situation de certaines personnes âgées au Canada et la discrimination au niveau travail?

 

Telle est la question...

 

Après il y a quand même un truc qui cloche dans la tête de pas mal d'immigrants. Quatre ans sans job avec un doctorat en chimie et il ne s'est jamais dit que dans une autre province il aurait plus de chance. Comme en Alberta avec l'industrie pétro-chimique qui recrutait des milliers personnes.

Quand le seul job que tu trouves c'est balayeur dans une usine, je pense que tu comprends vite que t'as rien à faire là.

Link to comment
Share on other sites

  • Habitués
à l’instant, Dust a dit :

 

 

Telle est la question...

 

Après il y a quand même un truc qui cloche dans la tête de pas mal d'immigrants. Quatre ans sans job avec un doctorat en chimie et il ne s'est jamais dit que dans une autre province il aurait plus de chance. Comme en Alberta avec l'industrie pétro-chimique qui recrutait des milliers personnes.

Quand le seul job que tu trouves c'est balayeur dans une usine, je pense que tu comprends vite que t'as rien à faire là.

Même un doctorat en chimi (ou peu importe lequel) d'ici, a des problèmes à se trouver un travail! Toutes les études le disent.

Dans les formulaires il y a une section à signer au sujet que la personne est informée au niveau du travail et des conditions quand cela relève d'un Ordre pro. Si la personne signe les 2 yeux fermés alors à qui la faute?

Link to comment
Share on other sites

  • Habitués

Le sujet est intéressant, mais il est très mal expliqué au départ dans le reportage et les différents paramètres (domaine, type d'emploi recherché, académique ou industriel ...) ne sont pas du tout abordés, montrant ainsi que non seulement le candidat ne connait pas du tout le marché du travail pour son domaine, mais aussi que les organismes d'aide ne sont pas du tout préparés à appréhender de tels cas.
Et se réfugier derrière un problème de minorité ethnique en exigeant d'embaucher des minorités visibles n'est pas la solution et révèle surtout leur incompétence. L'employeur veut un profil, pas une couleur.

 

D'abord, des chimistes, surtout organiques, c'est recherché, surtout dans les industries (pharmaceutiques notamment). Mais dans ce cas là, on ne fait pas un post-doc dans un labo universitaire qui oriente la carrière vers de la recherche académique principalement. Donc c'est une première erreur d'aiguillage.

 

Ensuite, à quel niveau prétend-il ? Ça, c'est un problème des nouveaux arrivants qui ne comprennent par qu'il faut s’adapter au travail d'ici : le marché du travail est très dynamique en Amérique du Nord en général. Quand on recherche un profil professionnel, on n'a pas envie de perdre plusieurs mois à former la personne. Donc on demande des références. Le problème des références, c'est qu'il faut lire entre les lignes car aucun chef ne "cassera" le candidat. Et la lecture entre les lignes n'est pas la même entre les pays, voire, quand c'est une lettre de recommandation pour l'international, certains ne se prennent pas la tête car la distance les affranchit d'un mauvais retour. Donc l'employeur Québecois préfère les recommandations, et donc l'expérience Québecoise. Et le meilleur moyen, à mon sens, et de se faire son expérience dans son domaine, mais en commençant plus bas. C'est sa deuxième erreur. Il aurait dû postuler à des emplois sous qualifiés en chimie. S'il est compétent, alors c'est relativement rapide de se faire un place au sein de la même compagnie, voire de changer quand les opportunités se présentent (là aussi, c'est facilité si on est en poste dans le domaine mais qu'on change pour grimper).

 

Et qu'en est il de l'ordre des chimistes ? Est-il affilié ? Car cela impacte beaucoup !

 

Je termine ce cas sur ces histoire de minorité ethniques visibles : ce qui me chiffonne le plus, et n'y voyez aucun racisme, c'est que certaines ethnies non-québécoise n'ont pas besoin de crier à la discrimination pour se faire employer (par exemple les asiatiques, et pourtant il y a un sacré fossé socio-professionnel !).

 

Enfin, après avoir lu les différents commentaires, il y a une chose qui me choque et qui montre une prétention toute européenne : être ingénieur et clamer haut et fort un bac+10. Le réseau des grandes écoles européennes, ça ne marche qu'en Europe. Il n'y a qu'un diplôme reconnu internationalement et qui ne demande jamais d'équivalent, c'est le doctorat. En France, quand on a un doctorat, on est méprisé par les ingénieurs des grandes écoles, qui s'embauchent entre eux et ne font aucune place aux docteurs en sciences. J'ai un peu envie de dire que ici, ça vous fait un juste retour des choses. Apprenez à être un peu plus humble !

Link to comment
Share on other sites

  • Habitués
il y a 2 minutes, dentan01 a dit :

Même un doctorat en chimi (ou peu importe lequel) d'ici, a des problèmes à se trouver un travail! Toutes les études le disent.

Dans les formulaires il y a une section à signer au sujet que la personne est informée au niveau du travail et des conditions quand cela relève d'un Ordre pro. Si la personne signe les 2 yeux fermés alors à qui la faute?

 

Complètement d'accord, c'est comme si j'étais développeur de jeux vidéos et j'allais m'installer en Colombie britannique et que je pestais sur ces méchants anglos de ne pas trouver de travail. Alors que toute l'industrie du jeux vidéo au Canada est concentré à Montréal.

Et je pense que ce monsieur est ce qu'on appelle un étudiant professionnel. Il a passé toute sa vie dans une université et n'a aucune connaissance du marché du travail. Il aurait immigré dans n'importe quel autre pays, il se serait retrouvé dans la même situation. Avec un post-doc en chimie au Québec les seules endroits où tu peux être embauché c'est dans les universités où tu vas être en concurrence avec les dix post-doc qui ont fait leur étude au Québec. Voire tu peux être recruté par une entreprise comme Pharmascience ou Pharmascience.

Link to comment
Share on other sites

  • Habitués
il y a 37 minutes, Dust a dit :

 

 

Telle est la question...

 

Après il y a quand même un truc qui cloche dans la tête de pas mal d'immigrants. Quatre ans sans job avec un doctorat en chimie et il ne s'est jamais dit que dans une autre province il aurait plus de chance. Comme en Alberta avec l'industrie pétro-chimique qui recrutait des milliers personnes.

Quand le seul job que tu trouves c'est balayeur dans une usine, je pense que tu comprends vite que t'as rien à faire là.

Voilà pourquoi cela est si important de faire une recherche exhaustive sur la réalité du marché du travail selon sa profession respective. De plus, il est également fondamental de vérifier les critères pour travailler dans son domaine. La dynamique en milieu de travail ( fonctionnement en laboratoire, exigences ISO, normes de santé et sécurité) varient d'un pays à l'autre.

Link to comment
Share on other sites

  • Habitués
il y a une heure, cartesienne1 a dit :

Voilà pourquoi cela est si important de faire une recherche exhaustive sur la réalité du marché du travail selon sa profession respective. De plus, il est également fondamental de vérifier les critères pour travailler dans son domaine. La dynamique en milieu de travail ( fonctionnement en laboratoire, exigences ISO, normes de santé et sécurité) varient d'un pays à l'autre.

Tout à fait, moi je me pose la question comment une personne peut venir dans un pays  et continuer son désire d'apprendre sans pour autant se renseigner dans son domaine et voir en amont les perspectives qu'offrent le marché de l'emploi. 

Et même dans un autre pays ça serait encore pire "Pas de boulot ni dans son domaine ni dans un autre domaine". 

Dans certains domaines Sauf  si on  veut vraiment  travailler dans l'enseignement supérieur ou dans des centres de recherche je trouve inutile de faire un troisième cycle car c'est une perte de temps, d'énergie et peut importe le pays.  

Il est préférable de faire des formations d'appointes  ou une formation de courte durée qui apporte une facilité d'intégration sur le marché de l'emploi que de chercher un titre "diplôme" de haut niveau. Bref faut savoir ce qu'on cherche.   

Edited by Le-Jeune
mod
Link to comment
Share on other sites

  • Habitués
il y a une heure, PhilMP a dit :

Je termine ce cas sur ces histoire de minorité ethniques visibles : ce qui me chiffonne le plus, et n'y voyez aucun racisme, c'est que certaines ethnies non-québécoise n'ont pas besoin de crier à la discrimination pour se faire employer (par exemple les asiatiques, et pourtant il y a un sacré fossé socio-professionnel !).

 

 

 

Je réagis rarement à ces histoires de minorités visibles, mais là, je me sens interpellée. 

 

Penses-tu vraiment que ce monsieur a appelé les journalistes pour crier à la discrimination? Ou plutôt c'est le journaliste qui voulait publier une histoire qui cadre dans le Mois de l'Histoire des Noirs (une création bizarre entre autres bizarreries) qui est allé le chercher? 

 

Pour publier une histoire sur des minorités visibles, penses-tu vraiment que le journaliste va interpeller des Laotiens ou des Pakistanais ou des Chinois, puisque tu les donnes en exemple? Il en trouvera combien de Pakistanais/Laotiens/Chinois de première génération qui parlent français, tu penses? Eux-autres, ils créent eux-mêmes leurs emplois, magasinent dans leurs propres boutiques, ne se mêlent pas du tout à la vie québécoise, ne cherchent pas du tout à s'intégrer et ne s'en portent pas plus mal au final. Et qui cherche désespérément à s'intégrer? Les minorités visibles qui parlent français, principalement originaires d'Afrique. Ceux-là mêmes qui sont blâmés parce qu'ils cherchent à travailler dans leur domaine, qui sont blâmés parce qu'ils n'y arrivent pas malgré de nombreux essais, qui sont blâmés parce qu'ils ne déménagent pas à Edmonton, et qui sont aussi blâmés parce qu'ils osent dénoncer une incurie. 

 

Quand c'est rendu que le modèle d'intégration louangé est celui qui consiste à vivre en marge de la société d'accueil, on peut dire que ça va très bien. Et ça va encore mieux quand on ne peut plus dénoncer quoi que ce soit sans se faire accuser de crier à la discrimination. Il semblerait que pour dénoncer quelque chose, il faudrait obtenir préalablement la permission. Et quand on l'a obtenue la fameuse permission, il faudrait aussi demander dans quels mots et sur quel ton il faudrait le faire ... 

Link to comment
Share on other sites

  • Habitués
il y a 3 minutes, Kweli a dit :

 

 

Quand c'est rendu que le modèle d'intégration louangé est celui qui consiste à vivre en marge de la société d'accueil, on peut dire que ça va très bien. 

 

Je suis d'accord avec toi, si certains sont très autonomes financièrement, parce qu'ils se sont acheté un commerce, mais qu'ils vivent en marge de la société, ce ne sont pas des modèles d'intégration. 

Link to comment
Share on other sites

  • Habitués
il y a 9 minutes, Kweli a dit :

 

 

Je réagis rarement à ces histoires de minorités visibles, mais là, je me sens interpellée. 

 

Penses-tu vraiment que ce monsieur a appelé les journalistes pour crier à la discrimination? Ou plutôt c'est le journaliste qui voulait publier une histoire qui cadre dans le Mois de l'Histoire des Noirs (une création bizarre entre autres bizarreries) qui est allé le chercher? 

 

Pour publier une histoire sur des minorités visibles, penses-tu vraiment que le journaliste va interpeller des Laotiens ou des Pakistanais ou des Chinois, puisque tu les donnes en exemple? Il en trouvera combien de Pakistanais/Laotiens/Chinois de première génération qui parlent français, tu penses? Eux-autres, ils créent eux-mêmes leurs emplois, magasinent dans leurs propres boutiques, ne se mêlent pas du tout à la vie québécoise, ne cherchent pas du tout à s'intégrer et ne s'en portent pas plus mal au final. Et qui cherche désespérément à s'intégrer? Les minorités visibles qui parlent français, principalement originaires d'Afrique. Ceux-là mêmes qui sont blâmés parce qu'ils cherchent à travailler dans leur domaine, qui sont blâmés parce qu'ils n'y arrivent pas malgré de nombreux essais, qui sont blâmés parce qu'ils ne déménagent pas à Edmonton, et qui sont aussi blâmés parce qu'ils osent dénoncer une incurie. 

 

Quand c'est rendu que le modèle d'intégration louangé est celui qui consiste à vivre en marge de la société d'accueil, on peut dire que ça va très bien. Et ça va encore mieux quand on ne peut plus dénoncer quoi que ce soit sans se faire accuser de crier à la discrimination. Il semblerait que pour dénoncer quelque chose, il faudrait obtenir préalablement la permission. Et quand on l'a obtenue la fameuse permission, il faudrait aussi demander dans quels mots et sur quel ton il faudrait le faire ... 

J'ai du mal à saisir exactement ce que tu veux dire, si tu dénonces ou si tu ironises...

C'est toujours délicat d’interpréter des écrit car il est difficile de deviner le ton employé.

 

Peux tu éclairer ma lanterne ?

Link to comment
Share on other sites

  • Habitués
Il y a 13 heures, Kamourask a dit :

 

 

 

Rentrer??? Je ne pense qu'a ça chaque fois que je passe devant une maison d'hébergement pour personnes âgées! Jamais je ne finirais mes jours comme tu bétail entassé dans un "Asile" et abandonné par ma famille et mes enfants pour qui j'ai consenti tout les sacrifices. 

 

 

 

:innocent:

 

XXXXXXXXXXXXXXXXXX Encore une fois, le ton discourtois est totalement inutile. Le message est bien compréhensible sans.

 

 

Rentrer ? Tu es parfaitement libre de le faire ! Le Québec peut très bien vivre sans toi. En fait tu as besoin plus du Québec que le Québec que le Québec à besoin de toi. D'autres candidats à l'immigration pour le Québec sont prêts à prendre ta place.

 

Si tu restes au Québec c'est que le Québec t'offre une meilleur qualité de vie que ton pays d'origine... sinon tu serais resté dans ton pays d'origine. Vrai ? 

 

Et dans les pays du Tiers-Monde, les personnes âgées vivent avec un niveau de vie misérable, un niveau de vie nettement inférieur au niveau de vie qu'offre le Québec alors les personnes âgées sont choyées au Québec comparés aux personnes âgées des pays du Tiers-Monde...

 

Alors arrête de cracher dans la soupe.

 

PS : " Ceux qui marchent debout " n'est pas un pays. Pourquoi tu as honte de ton pays d'origine ?  Il y a eu une directive de la modération il y a quelques temps à l'effet que les forumistes ne devaient pas cacher leur pays d'origine sur leur profil. J'espère que cette directive sera appliquée.

 

 

 

Link to comment
Share on other sites

  • Habitués
Il y a 14 heures, or86 a dit :

OUI le québec est partie nous suppliés de venir

 

:8):

 

Personne ne t'a forcé à immigrer au Québec.

 

Si tu as immigré au Québec c'est que tu étais insatisfait de ta vie en Guinée et pour avoir une meilleure qualité de vie et meilleur niveau de vie au Québec sinon tu serais resté dans ton pays...

 

Quand on voit  des Africains dans de petits bateaux et au péril  de leur vie,  en mer Méditerranée,  vouloir à tout prix quitter la misère en Afrique et aller en Europe, on constate le désir de beaucoup d' Africains de vouloir quitter leur pays à tout prix...

 

Tu devrais apprécier le fait que le Québec t'offre un meilleur niveau de vie et de meilleurs opportunités que ton pays d'origine...

 

 

Edited by resterzen
Link to comment
Share on other sites

  • Habitués

Moi je n'ai pas besoin du Quebec, je le dis haut et fort.

 

Par contre j'aime bien y aller passer quelques jours de temps en temps.

 

 

Link to comment
Share on other sites

  • Habitués
Il y a 2 heures, PhilMP a dit :

Ça, c'est un problème des nouveaux arrivants qui ne comprennent par qu'il faut s’adapter au travail d'ici 

 

Exactement. C'est aux nouveaux arrivants à s'adapter à leur société d'accueil et non l'inverse...

 

 

Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

  • Similar Content

    • By immigrer.com
      Recrutement intensif d’étudiants indiens : Québec suspend le traitement des demandes
      Plus de 6300 Indiens ont pu obtenir, durant les six premiers mois de 2020, un permis d’études par l'intermédiaire d'un établissement québécois, soit le double des étudiants chinois et français réunis.
       
      Radio-Canada   Publié à 10 h 03 Le gouvernement du Québec suspend la réception et le traitement des demandes présentées dans le cadre du Programme des étudiants étrangers impliquant 10 établissements privés d’enseignement collégial qui mènent des campagnes de recrutement intensives à l'international, particulièrement en Inde.
      Présentement sous enquête, ces collèges privés sont soupçonnés d’avoir développé une stratégie commerciale hautement lucrative, voire frauduleuse, qui facilite ensuite l’immigration de leurs étudiants via le Québec.
       
      Concrètement, cela signifie que le gouvernement suspend le traitement des Certificats d’acceptation du Québec (CAQ) pour dix collèges privés, et ce au moins jusqu’au 31 mars 2021, selon l'arrêté ministériel publié le 30 décembre dans la Gazette officielle du Québec.
       
      source et suite: 
      https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1760223/quebec-caq-immigration-etudiants-etrangers-indiens#:~:text=Le gouvernement du Québec suspend,'international%2C particulièrement en Inde.
    • By immigrer.com
      Des postes à pourvoir par centaines dans l’industrie du jeu vidéo au Québec
      145 postes ouverts chez Ubisoft, 77 chez Unity, 20 chez Gameloft...
        Imprime Commentaires Mathieu Dion (accéder à la page de l'auteur) Mathieu Dion   Publié à 3 h 59 La quête de nouveaux travailleurs dans l’industrie du jeu vidéo, qui croît sans cesse, est loin de s’essouffler au Québec. Mais la pandémie complique le processus d’embauche à l’étranger et accentue la demande d’experts en technologie, toutes industries confondues.
      Il nous en manque toujours trop, admet le directeur mobilité et talent de Behaviour Interactif, Julien Jacob. Le développeur indépendant de jeux vidéo, dont le jeu Dead by Daylight a connu un vif succès, se trouve avec un manque à gagner de 145 postes, dont 15 stagiaires. Pas moins de 700 personnes travaillent à l’heure actuelle pour son studio du Mile-Ex, à Montréal.
      Son équipe de recrutement a doublé depuis le début de la crise; il y a maintenant près d’une douzaine de personnes qui se consacrent à l’embauche de personnel. On essaie de tenir le fort pour soutenir la croissance de l’entreprise, évoque M. Jacob.
      Le confinement à la maison entraîne une nouvelle demande en création de jeux vidéo. Au même moment, la pandémie crée un stress sur le marché en ralentissant les demandes de permis pour les travailleurs issus de l’étranger, en diminuant la mobilité de certaines personnes et en changeant les façons de faire avec le télétravail.
      En revanche, les possibilités de travail augmentent, car la barrière du transport de travailleurs au Québec se trouve éliminée. En attendant de pouvoir immigrer ici, des personnes d'outre-mer se voient même confier des mandats par Behaviour Interactif et jouent temporairement le rôle de consultant.
       
      source et suite: https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1754347/industrie-jeu-video-penurie-main-doeuvre-behaviour-interactif
    • By immigrer.com
      Des migrants mal formés envoyés au coeur du chaos des CHSLD
      Livrés à eux-mêmes, peu qualifiés et parfois incapables de comprendre le français, des préposés aux bénéficiaires et à l’entretien ménager ont été envoyés en zone rouge par des agences de placement.
      Commentair Thomas Gerbet (accéder à la page de l'auteur)Thomas Gerbet Romain Schué (accéder à la page de l'auteur)Romain Schué 4 h 02 Après une très longue journée dans un CHSLDCentre d'hébergement et de soins de longue durée de Montréal, Debby (nom fictif) énumère d’une voix fatiguée la longue liste d’établissements où elle a travaillé depuis février comme préposée. « Parfois, c’était un jour ici, un jour là, une semaine. » Au bout de sept noms, elle s’arrête et rit nerveusement.
      Arrivée par le chemin Roxham en provenance d’Haïti l’automne passé, cette demandeuse d’asile n’avait pas beaucoup d’autres choix pour travailler que d’intégrer une agence de placement.
      Depuis le début de la crise, elle retrouve quotidiennement d’autres collègues, venant d’agences. Parfois, sur le même étage, ces travailleurs n’appartenant pas à l’établissement sont majoritaires.
      Ces derniers mois, l’activité de ces agences de placement a explosé pour combler les trous béants dans les effectifs du réseau de la santé, au fur et à mesure que les employés habituels s’absentaient.
      suite et source: https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1707732/migrants-demandeurs-asile-agences-placement-preposes-chsld-enquete
    • By moreaumh
      Bonjour!

      Je suis recherchiste pour une nouvelle émission Radio (de Radio-Canada), qui sera diffusée du 23 décembre au 3 janvier prochain.

      L'émission porte sur le temps des fêtes et nous aimerions recevoir une variété de gens issus de différentes communautés culturelles qui viendraient en studio nous parler des traditions des Fêtes (Noël, Jour de l'An, etc) de leur culture. 

      Les épisodes seront pré-enregistrés à Montréal les 2-3-6-9-10 décembre.

      Est-ce qu'il y aurait des immigrants présents sur ce forum (de n'importe quelle origine!) qui serait intéressés à venir nous parler des traditions des Fêtes de leur culture? 
      Avez-vous une façon particulière de célébrer dans votre famille que vous souhaitez partager avec le public?
      Est-ce que votre façon de célébrer les Fêtes a changé depuis votre arrivée au Québec? 
      Ça peut être quelqu'un de n'importe quel âge ou génération. Ou mieux, plusieurs personnes! 

      Si vous pensez pouvoir m'aider, merci de me contacter le plus rapidement possible au 514-995-9271, ou par courriel au [email protected]
       
      Un immense merci!
    • By Laurent
      Explcations dans le reportage de Radio-Canada avec la participation des 2 cofondateurs d'immigrer.com 
       
    • By Laurent
      Radio-Canada prépare un reportage sur le portrait de l'immigration française au Canada. Cette journaliste aimerait s'entretenir avec un membre du site qui pourrait, à partir de l'expérience sur immigrer.com, parler de l’intérêt grandissant pour le Québec et le Canada. Cette personne peut être déjà installée au Québec ou être en France. 
      N'hésitez pas à répondre ici, mais communiquez vos informations personnelles par mon MP seulement, pas publiquement.

    • By Laurent
      Floués en rêvant du Canada
      15 juin 2018 - Radio-Canada
       
      Les personnes qui souhaitent venir travailler au Canada doivent faire preuve de vigilance dans leurs démarches. Des arnaqueurs tentent de profiter de la pénurie de main-d'oeuvre pour flouer des travailleurs prêts à tout pour réaliser leur rêve.
      Un texte de Marc-Antoine Lavoie
      Annabelle, une résidente de l’île Maurice qui aimerait s’installer au Québec pour travailler dans une usine d'Olymel, a bien failli se faire prendre au jeu. Sur Internet, la jeune femme est récemment tombée sur une soi-disant entreprise de recrutement qui lui réclamait 155 $ pour entamer un processus d’embauche au Canada.
      « AIG vient d’être autorisée à recruter 20 000 personnes en collaboration avec Citoyenneté et Immigration Canada », pouvait-on lire sur le site web de Service de recrutement AIG Canada. Il a été supprimé depuis.
      Suspicieuse, la jeune femme a contacté Radio-Canada par courriel. « Je vais gaspiller une bonne partie de mes économies si c'est une arnaque », s'inquiétait-elle, sans vouloir en dire davantage sur elle.
      Après vérifications, nous avons rapidement constaté la supercherie. Le logo et des photos d’employés d’une entreprise spécialisée en assurances et en services financiers, Américain (sic) International Group, ont frauduleusement été utilisés. Cette entreprise n’a pas voulu commenter.
        Le site web d'Américain International Group Photo : Radio-Canada
      L’adresse inscrite sur le site web de la fausse entreprise de recrutement était même celle du siège social d’Hydro-Québec. Une page Facebook où l’on peut lire des témoignages de personnes intéressées par l'appel de candidatures a aussi été créée.
       
      suite et source: https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1107090/arnaque-travailleurs-etrangers-fraude-recrutement?utm_source=dlvr.it&utm_medium=twitter
    • By Laurent
      Une Ontarienne espère recevoir des excuses officielles de la part d'une agente de police de l'État de la Georgie qui l'a arrêtée, menottée et mise en prison parce qu'elle conduisait avec un permis canadien.
      CBC NEWS
       
      « C'est l'incident le plus horrible de ma vie », affirme Emily Nield en entrevue avec CBC News.
       
      « C'était terriant! » Il y a environ un mois, la jeune femme de 27 ans traversait la Georgie pour se rendre au Tennessee, où elle venait de terminer une maîtrise en géologie. Pour s’y rendre, elle circulait sur l’autoroute I-75. 07/05/2018 Une femme arrêtée, incarcérée aux États-Unis pour avoir conduit avec un permis canadien.
       
      C'est là qu'elle a été arrêtée pour excès de vitesse. L'agente a demandé à voir son permis. Mme Nield lui a donc donné son permis de conduire de l'Ontario. C’est là que la situation a tourné au vinaigre. « Elle me disait et me répétait : "Non, les permis canadiens ne sont pas acceptées" », affirme M. Nield. « J’étais sidérée. Je lui répondais sans arrêt que c’était faux : un permis canadien est valide aux États-Unis. »
       
      Mme Nield affirme que l’agente lui a ensuite demandé de prouver qu'elle est bien canadienne. Bien qu'elle avait des copies de son passeport, de sa carte Nexus et de son certicat de naissance sur son téléphone intelligent, l’agente n’était pas satisfaite : elle voulait voir une copie papier originale.
       
       « Puisque je n’avais pas de copie papier, elle m’a agrippée à travers de la fenêtre de ma voiture et m’a passé les menottes », selon Mme Nield. « Elle m'a dit que j’étais en état d’arrestation pour conduite sans permis et que j'allais en prison. »
       
      source et suite: 
      https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1099579/femme-arretee-incarceree-etats-unis-permis-canadien
    • By immigrer.com
      La Vérif : Tentant, pour les inrmières françaises, de pratiquer au Québec?
       
      Publié le mardi 1 mai 2018 à 17 h 22
       
      Le réseau de santé québécois se tourne de nouveau (https://ici.radiocanada.ca/nouvelle/1098339/penurie-inrmieres-etablissements-quebecois-recrutefrance) vers la France pour embaucher des infirmières.
       
      Mais pourquoi voudraient-elles pratiquer au Québec? Voici deux arguments d'ordre financier.
       
      Un texte de Vincent Maisonneuve et Nathalie Lemieux
       
      Tout d’abord, le revenu. Les infirmiers français sont parmi les moins bien payés des pays industrialisés. L’OCDE a mené une étude visant, entre autres, à comparer le revenu du personnel infirmier dans les pays occidentaux. Les statisticiens ont calculé le salaire de base, les différentes primes, les avantages sociaux et le revenu tiré des heures supplémentaires.
       
      Résultat : une infirmière en France gagne en moyenne 55 000 $ canadiens. Le même travail au Canada rapporte en moyenne 71 000 $, selon l’étude de l’OCDE. En traversant l’Atlantique, l’infirmière française peut donc espérer gagner environ 23 % de plus. 
       
      Voir le reportage de Radio-Canada
       

       
      source : Radio-Canada
  • Recently Browsing   0 members

    • No registered users viewing this page.



×
×
  • Create New...

Important Information

We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue. En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, de réaliser des statistiques de visites et de vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. Terms of Use Privacy Policy Guidelines

Ouvrir un compte bancaire avant mon départ
© 2021 immigrer.com

Advertisement