Aller au contenu
Cherrybee

Ce qu'il faut savoir quand on immigre au Québec

Messages recommandés

Une expérience positive et une intégration réussie au Québec sont avant tout question d’attitude adéquate et de modération de son niveau d’attentes, d’autant plus que la Belle Province fait rêver.

La carte postale est belle : avec ses contrées immenses et sauvages, sa qualité et son niveau de vie, son assez faible taux de chômage (en juin 2015 : 6,8% au global, 8% au Québec), le Canada, et plus spécifiquement le Québec, n'en finit pas d'attirer les Français. C'est même de rêve qu'il s'agit, avec son cortège d'attentes... et de déceptions potentielles. Sandrine Théard, fondatrice de La Source Humaine, cabinet de conseil en recrutement, s'étonne de voir des Français « débarquer sans jamais être venus au pays, avec une espèce de pensée magique qui fera que tout se passera bien et se déroulera comme ils l'ont imaginé ». Pour cette Rennaise qui a immigré il y a vingt ans au Québec, une expérience canadienne réussie est avant tout question d'attitude adéquate et de modération de son niveau d'attentes.

 

Compter deux ans pour retrouver un équilibre

 

Le parcours des personnes qui s'y installent provisoirement dans le cadre d'une mobilité internationale au sein d'un grand groupe est généralement bien balisé ; nos conseils s'adressent plus aux autres catégories de personnes qui veulent vivre et travailler dans la Belle Province.

Le jeune qui part dans le cadre d'un job étudiant ou d'un PVT (Programme Vacances Travail) et décide de rester ou la personne qui suit son conjoint sont des exemples parmi d'autres. Le premier tente, de visa en visa, de faire son chemin vers un statut plus définitif et doit être prêt à vivre la précarité. « Il lui faut bien connaître les délais de chaque visa, le nombre de fois maximal qu'on peut candidater et savoir quel critère favorisera l'acceptation de la prochaine étape : l'expérience par exemple », conseille Caroline Coulombe, professeure à l'ESG-UQAM.

La seconde est parrainée pendant trois ans par son conjoint, que le couple fonctionne ou non.

 « Si tout va bien, obtenir le droit de vivre au Québec peut prendre un an ; quelque mois après, on peut obtenir celui de travailler et une résidence permanente. Patience et implication sociale sont de mise pour traverser cette étape de déracinement », ajoute-t-elle.

Comptez deux ans pour retrouver un équilibre après avoir fait les ajustements nécessaires entre vos attentes et la réalité d'un pays à deux saisons où l'hiver - et quel hiver ! - dure six mois.

Le piège de la francophonie

Les Français tendent à penser que la francophonie fait tomber les barrières. Elle fait plutôt tomber dans le piège d'une pseudo-proximité avec de soi-disant cousins. On croit arriver en terrain conquis or, l'Histoire ayant laissé des traces, les rapports franco-québécois sont ambigus. Pour les faciliter, soyez simple, respectueux et renoncez à affirmer votre opinion, de ce côté-ci de l'Atlantique, on privilégie le compromis.

On est par ailleurs en pays nord-américain et bilingue, un bon niveau d'Anglais est requis.

« En Amérique du Nord, les gens sont plus matérialistes, plus pragmatiques qu'en France, les relations de travail, très directes, peuvent paraître abruptes pour un Français », observe Michel Laviolette, enseignant chercheur chez Novancia.

Il vient de passer un an au Canada. Directs, les Québécois n'en sont pas moins accessibles et affables. Gare à vous !, le tutoiement facile n'est pas une incitation à la familiarité et si par amour du folklore vous vous mettez à « sacrer » (jurer), ça ne passera pas aussi bien que vous le croyez : « C'est insultant et ce n'est pas drôle », prévient Caroline Coulombe.

Le Québécois mérite sa réputation de personne très accueillante, mais sa courtoisie joue des tours en entretien de recrutement :

« Contrairement à beaucoup de recruteurs français, le recruteur québécois ne cherche pas à déstabiliser le candidat, comme ça se passe bien, le candidat est persuadé qu'il va avoir le job au bout d'un seul entretien, mais non, il est donc déçu s'il oublie que le Québécois est comme ça dans la vie en général. » explique Sandrine Théard

 

Beaucoup de cadre dans le travail mais une notion plus libre du travail

Pas de place pour l'improvisation dans les relations d'affaire et le quotidien de travail, cadré, formalisé, avec cependant plus de souplesse relationnelle et moins de compétition qu'aux États-Unis.

 « Le partage du travail par exemple est formalisé par écrit et on se réfère à cet écrit », note Michael Laviolette.

Les retards en réunion ne sont pas tolérés, les journées commencent à 8h00 et finissent généralement à 17h00, la pause déjeuner d'une heure n'est pas totalement utilisée, on n'hésite pas à prévoir un rendez-vous à 13h00.

Ce formalisme ne s'embarrasse pourtant pas de contrat de travail à la française : on parle de lettre d'embauche, on peut même s'en passer et c'est alors le bulletin de salaire qui fait foi.

« Une mission de travail temporaire qui ressemblerait à notre CDD français peut être renouvelée à l'infini, ou on peut être mis dehors du jour au lendemain, personne ne s'en offusque. On compte sur ses propres fesses mais on fait aussi ce qu'on veut et c'est ça qui est bien ! », lance, franco, Sandrine Théard.

Venez donc sans Code du Travail, cela allègera vos bagages, votre état d'esprit et simplifiera vos relations professionnelles.

L'époque de la préférence française est révolue

« On est dans un marché du travail plus flexible où il est assez facile de trouver des petits boulots - ils font partie de la culture et sont donc bien perçus -, la mobilité professionnelle est plus simple », constate Michael Laviolette.

Mais l'Eldorado de l'emploi n'existe pas plus au Canada qu'ailleurs. Le pays, et plus particulièrement le Québec, est ouvert aux forces vives étrangères mais les Français n'en sont que parmi d'autres.

« L'étranger, y compris français, doit comprendre qu'à compétences égales, il y a aujourd'hui une préférence nationale, d'autant plus que le marché s'est légèrement inversé récemment au Québec », poursuit Sandrine Théard.

Il faut aussi différencier le Français qu'on va chercher pour pallier une pénurie de profils (principalement informaticiens et soudeurs) et celui qui vient chercher un job parfois la fleur au fusil et sans parler un mot d'Anglais.

Par ailleurs, la reconnaissance des diplômes est un obstacle pour certains profils, du fait de l'existence d'ordres des métiers pour de nombreuses professions (infirmier, chimiste, ingénieur, enseignant, électricien, conseil RH...).

 « Obtenir une équivalence peut-être compliqué, notamment pour les ingénieurs, il faut donc bien se renseigner avant de partir et savoir ce que suppose l'obtention de cette équivalence », complète notre interlocutrice.

Quand on a un statut social en France, il faut aussi avoir conscience qu'on ne retrouvera pas immédiatement le même au Québec. « L'humilité n'est pas la qualité première des Français, il faut pourtant accepter l'idée d'un petit pas en arrière pour vite grimper ensuite », recommande-t-elle. Enfin, les sièges sociaux des plus grandes entreprises sont généralement implantés à Toronto (Ontario), le marché québécois est donc un marché étroit pour les postes à responsabilité dans les fonctions stratégiques et les fonctions supports (Finance, Marketing...)

Source

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Clair, simple,  efficace

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ca change du discours ou l'herbe est plus verte qu'ailleurs.

Et ca rappelle bien que le Quebec est bien un espace nord americain qui parle francais ... et pas la France en amerique du nord.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 1 heure, kuroczyd a dit :

Ca change du discours ou l'herbe est plus verte qu'ailleurs.

Et ca rappelle bien que le Quebec est bien un espace nord americain qui parle francais ... et pas la France en amerique du nord.

On ne le répétera jamais assez! 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ça devrait être épinglé dans toutes les catégories du forum 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'ai toujours conseillé les désireux à immigrer au Québec par ces deux choses :

 

1. Que le Québec n'est pas un bout de la France logé au Canada mais une partie de l'Amérique du Nord où ça parle français ou plutôt le français québecois.

 

2. Que le Québec ne se résume pas à Montréal.

Modifié par veniziano

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Le 03/01/2016 à 14:40, Automne a dit :

Ça devrait être épinglé dans toutes les catégories du forum 

 

Seulement dans les catégories qui parlent du Québec

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité
Le 1/2/2016 à 12:41, Cherrybee a dit :

Une expérience positive et une intégration réussie au Québec sont avant tout question d’attitude adéquate et de modération de son niveau d’attentes, d’autant plus que la Belle Province fait rêver.

La carte postale est belle : avec ses contrées immenses et sauvages, sa qualité et son niveau de vie, son assez faible taux de chômage (en juin 2015 : 6,8% au global, 8% au Québec), le Canada, et plus spécifiquement le Québec, n'en finit pas d'attirer les Français. C'est même de rêve qu'il s'agit, avec son cortège d'attentes... et de déceptions potentielles. Sandrine Théard, fondatrice de La Source Humaine, cabinet de conseil en recrutement, s'étonne de voir des Français « débarquer sans jamais être venus au pays, avec une espèce de pensée magique qui fera que tout se passera bien et se déroulera comme ils l'ont imaginé ». Pour cette Rennaise qui a immigré il y a vingt ans au Québec, une expérience canadienne réussie est avant tout question d'attitude adéquate et de modération de son niveau d'attentes.

 

Compter deux ans pour retrouver un équilibre

 

Le parcours des personnes qui s'y installent provisoirement dans le cadre d'une mobilité internationale au sein d'un grand groupe est généralement bien balisé ; nos conseils s'adressent plus aux autres catégories de personnes qui veulent vivre et travailler dans la Belle Province.

Le jeune qui part dans le cadre d'un job étudiant ou d'un PVT (Programme Vacances Travail) et décide de rester ou la personne qui suit son conjoint sont des exemples parmi d'autres. Le premier tente, de visa en visa, de faire son chemin vers un statut plus définitif et doit être prêt à vivre la précarité. « Il lui faut bien connaître les délais de chaque visa, le nombre de fois maximal qu'on peut candidater et savoir quel critère favorisera l'acceptation de la prochaine étape : l'expérience par exemple », conseille Caroline Coulombe, professeure à l'ESG-UQAM.

La seconde est parrainée pendant trois ans par son conjoint, que le couple fonctionne ou non.

 « Si tout va bien, obtenir le droit de vivre au Québec peut prendre un an ; quelque mois après, on peut obtenir celui de travailler et une résidence permanente. Patience et implication sociale sont de mise pour traverser cette étape de déracinement », ajoute-t-elle.

Comptez deux ans pour retrouver un équilibre après avoir fait les ajustements nécessaires entre vos attentes et la réalité d'un pays à deux saisons où l'hiver - et quel hiver ! - dure six mois.

Le piège de la francophonie

Les Français tendent à penser que la francophonie fait tomber les barrières. Elle fait plutôt tomber dans le piège d'une pseudo-proximité avec de soi-disant cousins. On croit arriver en terrain conquis or, l'Histoire ayant laissé des traces, les rapports franco-québécois sont ambigus. Pour les faciliter, soyez simple, respectueux et renoncez à affirmer votre opinion, de ce côté-ci de l'Atlantique, on privilégie le compromis.

On est par ailleurs en pays nord-américain et bilingue, un bon niveau d'Anglais est requis.

« En Amérique du Nord, les gens sont plus matérialistes, plus pragmatiques qu'en France, les relations de travail, très directes, peuvent paraître abruptes pour un Français », observe Michel Laviolette, enseignant chercheur chez Novancia.

Il vient de passer un an au Canada. Directs, les Québécois n'en sont pas moins accessibles et affables. Gare à vous !, le tutoiement facile n'est pas une incitation à la familiarité et si par amour du folklore vous vous mettez à « sacrer » (jurer), ça ne passera pas aussi bien que vous le croyez : « C'est insultant et ce n'est pas drôle », prévient Caroline Coulombe.

Le Québécois mérite sa réputation de personne très accueillante, mais sa courtoisie joue des tours en entretien de recrutement :

« Contrairement à beaucoup de recruteurs français, le recruteur québécois ne cherche pas à déstabiliser le candidat, comme ça se passe bien, le candidat est persuadé qu'il va avoir le job au bout d'un seul entretien, mais non, il est donc déçu s'il oublie que le Québécois est comme ça dans la vie en général. » explique Sandrine Théard

 

Beaucoup de cadre dans le travail mais une notion plus libre du travail

Pas de place pour l'improvisation dans les relations d'affaire et le quotidien de travail, cadré, formalisé, avec cependant plus de souplesse relationnelle et moins de compétition qu'aux États-Unis.

 « Le partage du travail par exemple est formalisé par écrit et on se réfère à cet écrit », note Michael Laviolette.

Les retards en réunion ne sont pas tolérés, les journées commencent à 8h00 et finissent généralement à 17h00, la pause déjeuner d'une heure n'est pas totalement utilisée, on n'hésite pas à prévoir un rendez-vous à 13h00.

Ce formalisme ne s'embarrasse pourtant pas de contrat de travail à la française : on parle de lettre d'embauche, on peut même s'en passer et c'est alors le bulletin de salaire qui fait foi.

« Une mission de travail temporaire qui ressemblerait à notre CDD français peut être renouvelée à l'infini, ou on peut être mis dehors du jour au lendemain, personne ne s'en offusque. On compte sur ses propres fesses mais on fait aussi ce qu'on veut et c'est ça qui est bien ! », lance, franco, Sandrine Théard.

Venez donc sans Code du Travail, cela allègera vos bagages, votre état d'esprit et simplifiera vos relations professionnelles.

L'époque de la préférence française est révolue

« On est dans un marché du travail plus flexible où il est assez facile de trouver des petits boulots - ils font partie de la culture et sont donc bien perçus -, la mobilité professionnelle est plus simple », constate Michael Laviolette.

Mais l'Eldorado de l'emploi n'existe pas plus au Canada qu'ailleurs. Le pays, et plus particulièrement le Québec, est ouvert aux forces vives étrangères mais les Français n'en sont que parmi d'autres.

« L'étranger, y compris français, doit comprendre qu'à compétences égales, il y a aujourd'hui une préférence nationale, d'autant plus que le marché s'est légèrement inversé récemment au Québec », poursuit Sandrine Théard.

Il faut aussi différencier le Français qu'on va chercher pour pallier une pénurie de profils (principalement informaticiens et soudeurs) et celui qui vient chercher un job parfois la fleur au fusil et sans parler un mot d'Anglais.

Par ailleurs, la reconnaissance des diplômes est un obstacle pour certains profils, du fait de l'existence d'ordres des métiers pour de nombreuses professions (infirmier, chimiste, ingénieur, enseignant, électricien, conseil RH...).

 « Obtenir une équivalence peut-être compliqué, notamment pour les ingénieurs, il faut donc bien se renseigner avant de partir et savoir ce que suppose l'obtention de cette équivalence », complète notre interlocutrice.

Quand on a un statut social en France, il faut aussi avoir conscience qu'on ne retrouvera pas immédiatement le même au Québec. « L'humilité n'est pas la qualité première des Français, il faut pourtant accepter l'idée d'un petit pas en arrière pour vite grimper ensuite », recommande-t-elle. Enfin, les sièges sociaux des plus grandes entreprises sont généralement implantés à Toronto (Ontario), le marché québécois est donc un marché étroit pour les postes à responsabilité dans les fonctions stratégiques et les fonctions supports (Finance, Marketing...)

Source

 

.... L'humilité n'est pas la qualité première des Français
>>> Si seulement le programme éducatif français pouvait intéger des leçons d'humilité...ce serait un grand pas.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Le 02/01/2016 à 18:41, Cherrybee a dit :

Une expérience positive et une intégration réussie au Québec sont avant tout question d’attitude adéquate et de modération de son niveau d’attentes, d’autant plus que la Belle Province fait rêver.

La carte postale est belle : avec ses contrées immenses et sauvages, sa qualité et son niveau de vie, son assez faible taux de chômage (en juin 2015 : 6,8% au global, 8% au Québec), le Canada, et plus spécifiquement le Québec, n'en finit pas d'attirer les Français. C'est même de rêve qu'il s'agit, avec son cortège d'attentes... et de déceptions potentielles. Sandrine Théard, fondatrice de La Source Humaine, cabinet de conseil en recrutement, s'étonne de voir des Français « débarquer sans jamais être venus au pays, avec une espèce de pensée magique qui fera que tout se passera bien et se déroulera comme ils l'ont imaginé ». Pour cette Rennaise qui a immigré il y a vingt ans au Québec, une expérience canadienne réussie est avant tout question d'attitude adéquate et de modération de son niveau d'attentes.

 

Compter deux ans pour retrouver un équilibre

 

Le parcours des personnes qui s'y installent provisoirement dans le cadre d'une mobilité internationale au sein d'un grand groupe est généralement bien balisé ; nos conseils s'adressent plus aux autres catégories de personnes qui veulent vivre et travailler dans la Belle Province.

Le jeune qui part dans le cadre d'un job étudiant ou d'un PVT (Programme Vacances Travail) et décide de rester ou la personne qui suit son conjoint sont des exemples parmi d'autres. Le premier tente, de visa en visa, de faire son chemin vers un statut plus définitif et doit être prêt à vivre la précarité. « Il lui faut bien connaître les délais de chaque visa, le nombre de fois maximal qu'on peut candidater et savoir quel critère favorisera l'acceptation de la prochaine étape : l'expérience par exemple », conseille Caroline Coulombe, professeure à l'ESG-UQAM.

La seconde est parrainée pendant trois ans par son conjoint, que le couple fonctionne ou non.

 « Si tout va bien, obtenir le droit de vivre au Québec peut prendre un an ; quelque mois après, on peut obtenir celui de travailler et une résidence permanente. Patience et implication sociale sont de mise pour traverser cette étape de déracinement », ajoute-t-elle.

Comptez deux ans pour retrouver un équilibre après avoir fait les ajustements nécessaires entre vos attentes et la réalité d'un pays à deux saisons où l'hiver - et quel hiver ! - dure six mois.

Le piège de la francophonie

Les Français tendent à penser que la francophonie fait tomber les barrières. Elle fait plutôt tomber dans le piège d'une pseudo-proximité avec de soi-disant cousins. On croit arriver en terrain conquis or, l'Histoire ayant laissé des traces, les rapports franco-québécois sont ambigus. Pour les faciliter, soyez simple, respectueux et renoncez à affirmer votre opinion, de ce côté-ci de l'Atlantique, on privilégie le compromis.

On est par ailleurs en pays nord-américain et bilingue, un bon niveau d'Anglais est requis.

« En Amérique du Nord, les gens sont plus matérialistes, plus pragmatiques qu'en France, les relations de travail, très directes, peuvent paraître abruptes pour un Français », observe Michel Laviolette, enseignant chercheur chez Novancia.

Il vient de passer un an au Canada. Directs, les Québécois n'en sont pas moins accessibles et affables. Gare à vous !, le tutoiement facile n'est pas une incitation à la familiarité et si par amour du folklore vous vous mettez à « sacrer » (jurer), ça ne passera pas aussi bien que vous le croyez : « C'est insultant et ce n'est pas drôle », prévient Caroline Coulombe.

Le Québécois mérite sa réputation de personne très accueillante, mais sa courtoisie joue des tours en entretien de recrutement :

« Contrairement à beaucoup de recruteurs français, le recruteur québécois ne cherche pas à déstabiliser le candidat, comme ça se passe bien, le candidat est persuadé qu'il va avoir le job au bout d'un seul entretien, mais non, il est donc déçu s'il oublie que le Québécois est comme ça dans la vie en général. » explique Sandrine Théard

 

Beaucoup de cadre dans le travail mais une notion plus libre du travail

Pas de place pour l'improvisation dans les relations d'affaire et le quotidien de travail, cadré, formalisé, avec cependant plus de souplesse relationnelle et moins de compétition qu'aux États-Unis.

 « Le partage du travail par exemple est formalisé par écrit et on se réfère à cet écrit », note Michael Laviolette.

Les retards en réunion ne sont pas tolérés, les journées commencent à 8h00 et finissent généralement à 17h00, la pause déjeuner d'une heure n'est pas totalement utilisée, on n'hésite pas à prévoir un rendez-vous à 13h00.

Ce formalisme ne s'embarrasse pourtant pas de contrat de travail à la française : on parle de lettre d'embauche, on peut même s'en passer et c'est alors le bulletin de salaire qui fait foi.

« Une mission de travail temporaire qui ressemblerait à notre CDD français peut être renouvelée à l'infini, ou on peut être mis dehors du jour au lendemain, personne ne s'en offusque. On compte sur ses propres fesses mais on fait aussi ce qu'on veut et c'est ça qui est bien ! », lance, franco, Sandrine Théard.

Venez donc sans Code du Travail, cela allègera vos bagages, votre état d'esprit et simplifiera vos relations professionnelles.

L'époque de la préférence française est révolue

« On est dans un marché du travail plus flexible où il est assez facile de trouver des petits boulots - ils font partie de la culture et sont donc bien perçus -, la mobilité professionnelle est plus simple », constate Michael Laviolette.

Mais l'Eldorado de l'emploi n'existe pas plus au Canada qu'ailleurs. Le pays, et plus particulièrement le Québec, est ouvert aux forces vives étrangères mais les Français n'en sont que parmi d'autres.

« L'étranger, y compris français, doit comprendre qu'à compétences égales, il y a aujourd'hui une préférence nationale, d'autant plus que le marché s'est légèrement inversé récemment au Québec », poursuit Sandrine Théard.

Il faut aussi différencier le Français qu'on va chercher pour pallier une pénurie de profils (principalement informaticiens et soudeurs) et celui qui vient chercher un job parfois la fleur au fusil et sans parler un mot d'Anglais.

Par ailleurs, la reconnaissance des diplômes est un obstacle pour certains profils, du fait de l'existence d'ordres des métiers pour de nombreuses professions (infirmier, chimiste, ingénieur, enseignant, électricien, conseil RH...).

 « Obtenir une équivalence peut-être compliqué, notamment pour les ingénieurs, il faut donc bien se renseigner avant de partir et savoir ce que suppose l'obtention de cette équivalence », complète notre interlocutrice.

Quand on a un statut social en France, il faut aussi avoir conscience qu'on ne retrouvera pas immédiatement le même au Québec. « L'humilité n'est pas la qualité première des Français, il faut pourtant accepter l'idée d'un petit pas en arrière pour vite grimper ensuite », recommande-t-elle. Enfin, les sièges sociaux des plus grandes entreprises sont généralement implantés à Toronto (Ontario), le marché québécois est donc un marché étroit pour les postes à responsabilité dans les fonctions stratégiques et les fonctions supports (Finance, Marketing...)

Source

 

Et bien c'est clair, et merci! Moi je pense qu en arrivant là bas, meme si ton job ne correspond pas à tes attentes, ce n'est pas grave, il faut s'accrocher, le principal est de travailler. Enfin pour ma part, je vois les choses comme ça.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Participez à la conversation

Vous pouvez poster maintenant et vous enregistrer plus tard. Si vous avez un compte, connectez-vous pour poster avec votre pseudo.
Note: Your post will require moderator approval before it will be visible.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.


  • Contenu similaire

    • Par Nonau
      Bonjour à toutes et à tous,
       
      Après avoir passé plusieurs entretiens, ma compagne a enfin reçu son contrat de travail au Québec. Le "problème" est que nous ne connaissons rien au marché Québécois, et nous ne savons du coup pas si le salaire proposé est plutôt correct ou pas du tout. Des avis nous aideraient donc énormément pour nous rassurer (ou pas ^_^).
      Le salaire proposé se trouve être autour de 42 000$ brut annuel, pour un poste de technicien (équivalent BTS), avec une expérience de deux ans en France.
      De plus, est-ce qu'avec ce montant, nous pouvons facilement vivre au Québec à deux, sachant que je n'aurais pas de travail au départ ? Ou est-ce un salaire trop limité pour y vivre de manière confortable ? Nous ne sommes pas de gros dépensiers, la question est donc plutôt : est-ce que nous pourrons manger à notre faim et avoir un logement décent tout en pouvant nous offrir un minimum d'extras/loisirs ?
       
      Merci d'avance.
    • Par louloulemon
      Bonjour à tous.
      Je mets ça là pour avertir celles et ceux qui se laisseraient tenter par cette arnaque.
       
      https://www.rtl.fr/actu/conso/enquete-arnaque-aux-services-d-aide-a-l-immigration-au-canada-7797269649
    • Par StevenCheron
      Bonjour,
      J'ai comme projet avec mon amie (21 et 22 ans) de partir au Québec d'ici 1,5-2 ans. Nous souhaiterions aussi avoir un bébé, mais nous nous posons beaucoup de question.
      Au niveau des démarches d'immigration, du plan financier et de la prise en charge médical, est-ce que le mieux serait d'avoir le bébé avant de commencer les démarches d'immigration ou une fois que l'on est arrivé et installé au Québec ?
      Merci d'avance pour vos réponses
    • Par Sophia_radi
      Salut,
      Alors je voudrais bien immigrer au Canada, j'ai 19 ans et je suis marocaine, j'ai un bac+2 (Associate degree) que j'ai eu au Etats-Unis. Je parle couramment français et anglais.  Et je cherche la moyenne la moin chère pour partir. Et après faire ma demande de PR.
      Je sais que une des solutions est le DEP de 1800h et je voudrais bien savoir plus d'informations sur les formations plus demandées et qui offre plus de points,aussi les prix et les démarches si c'est possible.
      Je suis ouverte à toutes les solutions. 
      Merci infiniment 
      Sophia
    • Par Valentino
      Appel à témoin : discrimination à l’embauche d’immigrants francophones au Québec
       
      Bonjour,
      Dans le cadre de recherches sociologiques, je compile des témoignages de francophones (langue maternelle) pensant avoir été victimes de discrimination à l'embauche que ce soit à cause de leur genre, de leur pays d'origine (immigration de première génération - Belgique, France, Suisse, pays d’Afrique francophone….). et/ou leur niveau d’étude.
      N’hésitez pas à me contacter afin d’obtenir plus d’information.
      Au plaisir de vous parler,
      Séverine
       
    • Par amir06
      Bonjour à tous, je suis actuellement un coach sportif qualifié en Tunisie, et il y a quelques temps, j'ai entrainé un couple canadien dans un hotel qui m'ont proposé de venir travailler au canada, ce jour là je n'ai pas pris le temps d'y réfléchir et je n'ai pas pris leurs coordonnées (erreur de ma part), mais depuis un petit moment je commence à sérieusement réfléchir à cette option, pourquoi ne pas tenter l'aventure canadienne mais comme vous savez lorsqu'on est tunisien habitant en Tunisie rien n'est facile... donc j'aimerais quelques conseils s'il vous plait pour savoir comment aller au canada, quelles sont les démarches, à qui parler, comment trouver un emploi là bas ? faut il trouver un boulot à l'avance ou aller démarcher sur place, si oui comment obtenir un visa de travail ou visa permanent... j'ai beau chercher je n'ai rien trouvé donc je me tourne vers ce forum. je vous en remercie d'avance :) 
    • Par GattaNera
      Le Québec a décidé de fermer, PUREMENT ET SIMPLEMENT, tous les dossiers ouverts avant aout 2018 ! C'est incroyable, inhumain, et surtout INACCEPTABLE ! 
      Je suis tombé ce soir sur cette vidéo d'une immigrante qui s'adresse directement au 1er ministre du Québec. 
      PARTAGEONS LA VIDEO jusqu'à ce qu'elle lui parvienne ! 
       
       
    • Par GattaNera
      Le Québec a décidé de fermer, PUREMENT ET SIMPLEMENT, tous les dossiers ouverts avant aout 2018 ! C'est incroyable, inhumain, et surtout INACCEPTABLE ! 
      Je suis tombé ce soir sur cette vidéo d'une immigrante qui s'adresse directement au 1er ministre du Québec. 
      PARTAGEONS LA VIDEO jusqu'à ce qu'elle lui parvienne ! 
       
       
      La situation est incroyable, inhumain, et surtout INACCEPTABLE ! 
       
      PARTAGEZ !!!!!!!!!!!
    • Par Chavelita
      Bonjour à tous/toutes,
      Il est indiqué au bas de mon PTT  (Permis Travail Temporaire) que je ne peux travailler ni dans le domaine de la santé ni au contact d'enfants. Ces restrictions valent-elles aussi pour les emplois purement administratifs? Car du coup cela empêche de travailler dans un bureau en mieu hospitalier, dans une fac de médecine, une commission scolaire, etc. Impossible de joindre IRCC au tel ni de trouver la réponse sur leur site...
    • Par Lulu92
      Bonjour ,Je suis présentement à la recherche d'informations utiles svp 
      Ma situation est la suivante je suis résidente permanente au québec depuis 2012,j'ai rencontré mon époux au canada en 2014 alors qu'il venait à peine d'immigrer.Des son entrée il a fait une demande d'asile qui a été refusé en 2016 alors il etait sur une mesure de renvoi, il a tout de suite fait une demande d'ordre d'humanitaire refusée en 2017 ,il a eut droit à la demande erar qui a été refusée en déc 2018.suite à  ce refus il a reçu l'ordre de quitter le pays a une date x mais vu qu'on avait déjà prévu de nous marier après l'accouchement de notre deuxième enfant à une date Y soit 22 jours après la date X malgré qu'om a tenté de négocier avec l'agent et qu'on fait appel a um avocat pour tenter de reculer la date on n'a pas eu de repport de la date....alors on a décidé de nous marier en étant conscient que c'etait rendu une infraction puis qu'il partirait ensuite ...mais malheureusement avant qu'il n est eu le temps de se rendre par lui même à l'immigration les agents ont débarqué a notre adresse et l'ont expulsé au grand désarroi de notre fils 2 ans trop attaché a son père et de notre fille de 2 mois 8 jours après le mariage.
      Mes questions sont lea suivantes:
      Que dois-je faire pour qu'il revienne le plus rapidement?
      Est ce que je peux faire une demande de parrainage tout de suite?
      Est ce quelqu'un a deja vecu une situation pareille?
      Je déprime je soufre avec mes enfants je veux que mon mari me revient
       
       
       
       
       
       
       
       
  • En ligne récemment   0 membre est en ligne

    Aucun utilisateur enregistré regarde cette page.



×
×
  • Créer...

Information importante

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, de réaliser des statistiques de visites et de vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. Conditions d’utilisation Politique de confidentialité Règles