Jump to content
Laurent

Rempli de clichés, le nouveau vidéoclip de Natasha St-Pier ridiculisé

Recommended Posts

Controverse sur « Mon Acadie » : Natasha St-Pier réagit

Mise à jour le mardi 15 septembre 2015 à 14 h 23 HAE
Controverse sur « Mon Acadie » : Natasha St-Pier réagit

La chanteuse acadienne Natasha St-Pier a réagi sur Facebook à la controverse suscitée par le vidéoclip qui fait la promotion de son album intitulé Mon Acadie.

Elle y écrit qu'elle est « triste d'apprendre que certaines personnes ont pu être offensées par mon clip "Tous les Acadiens" ».

« Ce n'était nullement mon intention, poursuit-elle, puisqu'au contraire j'étais heureuse de travailler et présenter un album qui parle de mes racines. »

Dans la reprise de la chanson Les Acadiens, de Michel Fugain, la chanteuse arbore des plumes autochtones. On la voit aussi pagayer dans un canot. Des capteurs de rêves sont également dans le décor de ce clip.

La chanteuse, native de Bathurst au Nouveau-Brunswick, habite maintenant en France depuis une dizaine d'années.

Les commentaires dans les médias sociaux ont été nombreux et cinglants.

« Alors que nos artistes francophones canadiens tentent de faire oublier aux Français le mythe de la cabane au Canada et des Indiens qui portent des plumes, Natasha St-Pier nous ramène dans le passé », peut-on y lire, entre autres.

Sur Facebook, Natasha St-Pier explique que son album Mon Acadie, qui doit être lancé le 2 octobre, est « l'expression de mon enfance, les balades en forêts, les rivières, les étés où j'ai appris à pêcher, les chasses au trésor organisées au camp à Saint-Hilaire ».

Elle se défend de vouloir faire un amalgame entre Acadiens et Autochtones. « Je ne dis pas qu'un Acadien est un Amérindien ou qu'un Amérindien est un Acadien. Simplement ces peuples cohabitent ensemble en Acadie depuis très longtemps. Ils font donc partie de notre histoire. »

Loin de vouloir faire de l'histoire ou de la politique, il faut voir dans son album, dit-elle, « juste de la musique et du rêve ».

suite de la controverse : http://ici.radio-canada.ca/regions/atlantique/2015/09/15/015-natasha-st-pier-reaction-controverse-video-mon-acadie.shtml

post-12-0-98085700-1442411474_thumb.jpg

Share this post


Link to post
Share on other sites

faut bien faire un petit scandale pour qu'elle puisse vendre ses albums..

Edited by Automne

Share this post


Link to post
Share on other sites

Pauvres gens.... se déchirer la chemise pour un clip vidéo de natasha saint-pier qui chante une chanson de variété.... faut pas avoir grand chose à foutre dans sa vie.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


  • Similar Content

    • By Laurent
      Alors que le Nouveau-Brunswick tente d'attirer davantage d'immigrants, la reconnaissance d'une formation obtenue dans un autre pays reste un défi de taille pour ceux qui choisissent de s'installer dans la province.   Le rêve d'une nouvelle vie au Canada avec son épouse acadienne s'est transformé en cauchemar pour Bachir Adjami. Cet immigrant algérien s'est installé à Four Roads, dans la Péninsule acadienne, il y a deux ans et demi.
      L'homme de 50 ans ne trouve pas d'emploi, même s'il a travaillé comme infirmier pendant plus de 20 ans à Constantine, en Algérie.
      On en parle beaucoup, de l'immigration. On a de belles stratégies sur papier, mais concrètement, c'est une autre histoire.— Bonita Roussel, épouse de Bachir Adjimi
      Bachir Adjami a été infirmier pendant plus de 20 ans en Algérie. Il a déménagé dans la Péninsule acadienne pour être près de son épouse, Bonita Roussel, mais il n'arrive pas à trouver du travail. Photo : Michel Nogue Au moment de son arrivée au Canada en 2013, Bachir Adjami entreprend des démarches pour faire reconnaître ses qualifications professionnelles, mais les autorités refusent de lui permettre de pratiquer son métier ici, au Canada.
      « Il y a un papier qui manque par ici, un papier qui manque par là. Ce n'est pas si facile que ça. Il fallait téléphoner chez moi. Et des fois, ce n'est pas si facile de les avoir », explique-t-il.
      « Quand un immigrant arrive au Canada, ce n'est pas vrai que tout est clair, puis qu'on a un endroit où aller. On a plusieurs options, puis on dirait que chacune d'entre elles ne se concerte pas. On est envoyé à gauche, à droite. Il y a beaucoup de travail à faire », ajoute son épouse, Bonita Roussel.
      « J'étais loin de penser qu'on allait s'embarquer dans un tel labyrinthe », précise-t-elle.
      Reconnaître la formation Le couple estime qu'il est essentiel de faciliter la reconnaissance des qualifications professionnelles des immigrants.
      « Une grande partie des immigrants qui viennent ici souvent sont la crème de la crème dans leur pays. Ce sont des gens qui sont éduqués, qui ont des doctorats, qui veulent venir ici avec une expérience de travail, et on leur dit non, ça ne cadre pas avec nos règlements, avec nos critères », dit Bonita Roussel.
      Bachir Adjami croit que le Nouveau-Brunswick doit se doter d'une meilleure stratégie sur le terrain. Il a remis son curriculum vitae à 30 employeurs, mais n'arrive pas à trouver du travail, même comme préposé aux soins.
      « Jamais je ne pensais que ce serait un cauchemar de même », affirme Bachir Adjami.
       
      D'après un reportage de Michel Nogue
  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.



×
×
  • Create New...

Important Information

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, de réaliser des statistiques de visites et de vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. Terms of Use Privacy Policy Guidelines