Aller au contenu
Hope2

Emploi, salaire : objectif condo

Messages recommandés

Bonjour,

Je voudrais avoir votre avis, vos conseils ou des sites pertinents pour en savoir plus avant de m'avancer plus dans mon projet d'acquérir un condo ou une maison en rangé.

Voilà, je voudrais savoir combien est-ce qu'il serait préférable de gagner pour pouvoir "vivre normalement".

Ma situation : je suis sur la Côte-Nord, nous serons deux, et je gagne environ 35 000 $/ année.

Donc, qu'en pensez-vous, cela serait possible vu ma situation?

N'hésitez pas à me donner vos trucs, vos astuces pratiques avant de faire le "grand saut", car nous le savons bien, acheter c'est un projet qui demande beaucoup d'argent, de temps et de courage.

Merci et au plaisir de vous lire.

A+ ! :bye:

PS: si vous aussi vous venez de la Côte-nord précisez-le :thumbsup:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Salut,

Tu as pleins d'outils pour t'aider dans ton processus sur le site de la SCHL

https://www.cmhc-schl.gc.ca/fr/co/aclo/

C'est un bon début pour établir son budget et voir si on peut acheter ect ect !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité jo19963

Pourquoi ne pas consulter quelqu'un à votre institution bancaire? Ils vous diront ce qui est possible pour vous en ce moment ou le plan pour réaliser votre projet à plus long terme.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je ne connais pas les prix des condos sur la Côte-Nord mais honnêtement, avec ce revenu pour deux personnes ça me semble difficile (et il faut se demander si financièrement ce serait avantageux pour vous).

Quelle est votre capacité d'épargne ? Arrivez-vous à mettre de l'argent de côté à l'heure actuelle ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Participez à la conversation

Vous pouvez poster maintenant et vous enregistrer plus tard. Si vous avez un compte, connectez-vous pour poster avec votre pseudo.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.


  • Contenu similaire

    • Par alexis69
      Bonjour,
       
      Je sais que la question revient régulièrement, mais je souhaiterais obtenir quelques précisions concernant le niveau de vie à Québec pour une famille de 4.
       
      Ma femme bosserait en garderie, moi en sécurité privée. Nous comptons environ 60k$ par an de salaire. Cela est-il suffisant pour vivre normalement ?
       
      Mes enfants sont scolarisés en primaire.
       
      Nous avons compté environ 800 CAD pour un appartement 2 chambres.
       
      Nous lisons tout et son contraire. Certains parlent de 55k$ pour vivre décemment quand d'autres annoncent 80k$.
       
      Nous n'arrivons vraiment pas a estimer le salaire minimum pour vivre décemment à 4.
       
      Merci d'avance pour vos réponses.
    • Par boobmarley44
      Bonjour,
      Etant tout nouveau sur forum, je sollicite votre indulgence pour mon 1er post.
      Pour me présenter, je suis ingénieur informatique et je travaille depuis plus de 15 ans dans la ,refonte (architecte & déploiement) des infrastructures des sociétés du CAC en France. Je suis aussi expert Cisco certifié CCIE (pour ceux à qui ça parle) depuis 7 ans et je gagne bien ma vie en France. Voila pour vous planter le décor.
      J'ai très récemment été sollicité par un recruteur canadien pour un ISP important au Canada pour un poste de "senior security architect" basé à Montréal pile au moment où j'étais justement en vacances au canada.
      L'entretien (en majorité en anglais) avec le recruteur ainsi qu'avec le manager s'est très bien passé même si j'étais un peu en mode relax, vacances obligent. Mais le prochain entretien sera décisif et il se peut qu'à l'issue de l'entretien, on me propose le poste avec prise en charge du visa et du déménagement.
      C'est là que les choses se gâtent car jusqu'à présent , l'immigration m'avait juste effleuré l'esprit et là cela pourrait devenir concret rapidement.
      De plus, je n'ai aucune idée des niveaux de salaire pour ce type de poste au canada.
      Cependant, j'ai réussis à leur faire avouer le budget maximum pour ce poste : 110k$ + 30% de part variable et ils recherchent un mouton à 5 pattes et 2 têtes FRANCOPHONE!
      Mes questions sont en vrac :
       - est-ce cohérent avec les rémunérations des postes équivalents au canada?
       - est-il possible de bien vivre à Montréal centre, car le poste est apparemment en plein centre? Le recruteur m'a donné comme fourchette de loyer 900-1200$/mois, ce qui est large.
       - quels sont les leviers de négociations à ma disposition?
       - en dehors du salaire, quels avantages en natures sont négociables au canada?
       - est-ce que le fait que je n'ai pas encore l'équivalence de mon diplôme d'ingé peut être un frein à la négo? (ils sont clairement venus chercher ma longue expérience et mes très nombreuses certifications techniques!)
      Je suis preneur de toute remarque et/ou conseil et en vous remerciant d'avance.
      Bobby


    • Par josueborges
      Bonjour à tous!
      J'aimerai savoir que pensez vous d'un salaire de 50k brut pour vivre dans la région du Saguenay. Prend en considération une famille de 3 persones (un couple et un bébé). Est-ce que ce salaire est suffisamment pour avoir une vie confortable dans ce endroit?
      Merci.
      Josué
    • Par GrégoryFrCa
      Bonjour,
       
      On va s'installer au Québec (de préférence Québec pour profiter du cadre, de la tranquillité puisqu'on vient de Paris, et des paysages) et je me renseigne sur les logements.
       
      J'ai vu que les vieux logements étaient horribles niveau insonorisation. On vit déjà en France dans un immeuble des années 60' et c'est pas cool du tout. TV qui passe les murs, conversations...
      Donc on ne souhaite répéter l'expérience au Canada.
       
      Au niveau du choix d'un logement à Québec, on partirait sur un meublé (pour pas se prendre la tête, petit logement meuble et pas de voiture), en 1 1/2 ou 2 1/2. L'idée est de maximiser nos économies et de pouvoir vivre avec des petits jobs si besoin.
       
      Est-ce qu'un logement comme celui-ci vous semble intéressant ? (Je sais c'est une annonce mais c'est à titre d'exemple).
       
      Quelle est la fourchette de prix intéressante pour se loger à Québec en meublé, bien insonorisé (plancher et murs) tout en pouvant utiliser le réseau de bus ?
       
      Merci pour vos réponses
    • Par qwintine
      Ce samedi et ce dimanche, une excellente suite d'articles a été publiée sur TVA Nouvelles relatant l'histoire d'un famille aisée (2 adultes et 2 enfants scolarisés) avec un revenu brut de 170.000 $ jouant le jeu de la survie au salaire minimum pendant le mois de février 2018 en plein hiver au salaire minimum brut  de 43 875 $ pour la famille.
       
      L'article en deux parties est bien documenté. Des trucs y sont donnés et surtout des extraits du journal de bord de leur expérience difficile.
       
      http://www.tvanouvelles.ca/2018/03/10/ils-ont-fait-lepicerie-avec-210-par-semaine-pendant-un-mois-1
      http://www.tvanouvelles.ca/2018/03/11/le-stress-a-touche-la-famille-durant-lexperience
       
      Je pense que cet article est un MUST à lire pour tous les immigrants qui pensent pouvoir vivre avec un seul ou deux salaire minimum et des enfants.
       
      Notons que dans le cas ou les enfants sont en garderie la situation serait encore plus tendue.
       
      Peur de manquer de nourriture, produits limités et obsession constante entourant la planification des repas. Des parents aisés confrontés au fait de nourrir leur famille comme s’ils gagnaient 11,25 $ l’heure ont dû changer leur façon de faire l’épicerie.
      « J’avais peur de devoir priver les enfants de nourriture. Je me disais que j’allais me priver bien avant eux », se souvient Josée Lalonde, la mère d’Émil, 13 ans, et d’Ulysse, 7 ans.
      En plein débat sur le salaire minimum, et durant un mois d’hiver où le prix de certains aliments est très élevé en raison de la rareté, Mme Lalonde et son conjoint Denis Paquin ont accepté de relever le défi à la demande du Journal de Montréal.
       
      A lire absolument!
      http://www.tvanouvelles.ca/2018/03/10/ils-ont-fait-lepicerie-avec-210-par-semaine-pendant-un-mois-1
      http://www.tvanouvelles.ca/2018/03/11/le-stress-a-touche-la-famille-durant-lexperience
    • Par qwintine
      C'est un bon début, mai il y a encore pas mal de travail pour rattraper les autres provinces citées voir même la France (salaire minimal à 14.84$/h) et la Belgique (13.86 $/h) et que cela ne reste pas une demi mesure.
       

    • Par immigrer.com
      Voici les 10 emplois les plus payants sans diplôme universitaire au Canada
      La moitié de ces 10 emplois rapportent en moyenne un salaire de plus de 75 000 $.
       29/08/2017 15:29 EDT | Actualisé il y a 16 heures           Jessica ChinAssociate News Editor, HuffPost Canada   L'université n'est pas faite pour tout le monde et il y a plusieurs emplois bien rémunérés pour ceux qui ne veulent pas compléter un programme universitaire.
      Selon une liste compilée par le site d'emploi Indeed.com, la moitié des 10 meilleurs emplois sans avoir obtenu de diplôme universitaire rapporte en moyenne un salaire de plus de 75 000 $. Certains dépassent même la barre des 100 000 $.
        Même si une récente étude a conclu que les diplômés universitaires font plus d'argent, ce n'est pas la route choisie par tout le monde après l'école secondaire et le cégep.
        Plusieurs des meilleurs emplois qui ne nécessitent pas d'études universitaires demandent tout de même une formation spécialisée. Mais on est encore loin des trois années ou plus pour décrocher un diplôme à l'université.
        La liste ci-dessous montre le salaire moyen pour les 10 meilleurs emplois sans diplôme universitaire et le nombre de postes affichés par un million d'emplois annoncés au Canada entre mai et juillet de cette année.
        10. Développeur web, 61 822 $ - 1253 postes affichés
       
      GEORGIJEVIC VIA GETTY IMAGES  
      9. Électricien, 62 339 $ - 1290 postes affichés
       
      LOVRO77 VIA GETTY IMAGES  
      8. Directeur des ventes, 63 017 $ - 623 postes affichés
       
      GETTY IMAGES
       
      source et suite : http://quebec.huffingtonpost.ca/2017/08/29/voici-les-10-emplois-les-plus-payants-sans-diplome-universitaire-au-canada_a_23189798/
    • Par akaliza
      Bonjour, 
       
      je aimerais savoir le salaire d'un développeur Java qui a 5 ans à Shawinigan.
       
      Merci,
       
    • Par immigrer.com
      FRANCIS VAILLES LES CANADIENS GAGNENT MAINTENANT PLUS QUE LES AMÉRICAINS
      FRANCIS VAILLESLA PRESSE J’en suis tombé en bas de ma chaise, encore une fois. Il y a deux semaines, c’était concernant le rattrapage de Montréal sur Toronto. Cette fois, c’est parce que le Canada a dépassé les États-Unis !
      Croyez-le ou non, les ménages canadiens gagnent maintenant plus que leurs semblables américains. Jamais je n’aurais cru la chose possible. Car c’est bien connu, les Américains sont bien meilleurs, bien plus prospères, n’est-ce pas ? « Ils l’ont-tu l’affaire, les Amaricains », comme dirait l’autre.
      L’idée de la comparaison m’est venue au terme du récent discours de l’inqualifiable Donald Trump, lorsqu’il a accepté l’investiture du Parti républicain. L’homme a déclaré que « le revenu des ménages [américains] a diminué de 4000 $ depuis l’an 2000 ».
      Vérification faite, les ménages américains ont effectivement perdu 4060 $ de revenus avant impôts depuis le sommet atteint en 2000. Pour être plus précis, leurs revenus ont augmenté, mais une fois qu’on retranche l’inflation, il leur reste moins d’argent dans les poches, de l’ordre de 4060 $.
      Mes données viennent du U.S. Census Bureau, l’équivalent américain de Statistique Canada. Pour pouvoir comparer, l’organisme a converti toutes ses données historiques en dollars constants de 2014 (l’année la plus récente disponible), ce qui efface les effets de l’inflation.
      Ainsi, le ménage américain type gagne 53 660 $US aujourd’hui, comparativement à l’équivalent de 57 720 $US en l’an 2000, soit 4060 $ de moins, ce qui correspond à une baisse de 7 %. 
       
      Suite et source: http://plus.lapresse.ca/screens/40e14d9a-e514-4e4f-a46e-a246cf889175|K1gF1Aq8qzoZ.html
    • Par rom777
      Bonjour à tous, 
      Il y a encore peu de temps j'étais recruteur à Montréal, et je vis dans cette belle ville depuis 5 ans. J'aimerais vous partager un conseil sur la sempiternelle question des recruteurs : "quelles sont vos attentes salariales ?''. Question à laquelle il est difficile d'échapper dans un processus de recrutement.
       
      Qui n'a pas hésité voir bafouillé au téléphone à cette question d'un recruteur?
      Ou trouver les informations sans se tirer une balle dans le pied? Et comment minimiser ce risque?
       
      D'abord, il est important de faire remarquer que certaines options sont meilleures que d'autres et s'offrent à vous: que ce soit sur le net, en questionnant un chasseur de tête ou même bien sûr en sollicitant votre entourage immédiat si vous avez la chance d'avoir un ami exerçant le même emploi et à un niveau d'expérience comparable.
      Sur le net d'abord. Je vous conseille le site Glassdoor.ca qui peut vous donner une idée du salaire dans une entreprise et une localité en particulier. Pour avoir expérimenté le site d'Emploi Québec on y trouve des fourchettes salariales mais je n'ai personnellement jamais été convaincu de leur pertinence. Si votre métier est régit par un ordre certains d'entre eux font réaliser des enquêtes salariales et les mettent à disposition sur leur site. Tous les ordres cependant n'effectuent pas nécessairement des enquêtes pour leurs membres et encore moins sur une base régulière car cela coûte cher.
      Il faut souligner l'enquête salariale 2016 de Randstad Canada qui est gratuite et valable pour de très nombreux postes. Elle est précise et fait même la distinction entre plusieurs secteurs de Montréal ! Il suffit de compléter un petit questionnaire et vous aurez entre les mains une bonne base de réflexion.
      Autre piste: solliciter un chasseur de tête même si vous n'avez pas un profil senior. Il ne faut pas hésiter à demander des conseils aux recruteurs. Présentez cette question comme une demande d'expertise et vous augmenterez vos chances d'avoir une réponse. Cependant, vous aurez plus facilement une réponse de la part d'un recruteur faisant partie d'un cabinet de chasse de tête qu'un recruteur travaillant pour une société lamba qui ne voudra pas forcément s'avancer sur le sujet. Je vous conseillerais de contacter des agences de placement spécialisées dans votre secteur d'activité pour avoir des fourchettes salariales plus précises.
       
      Un point que les recruteurs ne répètent jamais assez : il faut toujours donner une fourchette salariale et non un chiffre fixe à la question ''Quelles sont vos attentes salariales''. Selon moi une fourchette de 10K$ est idéale à communiquer, si vous vous êtes suffisamment informé sur les montants vous limitez vos risques d'être au dessus de ce que le recruteur a en tête. Certains profils très en demande (je pense à certains développeurs), peuvent se permettre de mentionner un montant fixe mais la règle précédente vaut pour une très grande majorité de postes. Pour terminer, je recommanderais que le montant le plus bas de la fourchette à communiquer vous satisfasse à au moins 75%. J'ai hâte de lire vos réactions !
       
       
  • En ligne récemment   0 membre est en ligne

    Aucun utilisateur enregistré regarde cette page.



×
×
  • Créer...

Information importante

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, de réaliser des statistiques de visites et de vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. Conditions d’utilisation Politique de confidentialité Règles